Pourquoi mépriser le travail des Fontenaisiens sur la Démocratie participative ?

La lettre «Qu’est ce que la démocratie locale à Fontenay aux Roses» de Madame Gagnard, maire adjointe à la Démocratie locale, dans la rubrique «parole à la majorité» du Fontenay Mag de juin appelle une réponse.

En effet, comment ne pas réagir à de tels écrits: «… le dialogue avec les citoyens porteurs de projets qui ont été si délaissés ces dernières années…», «…ceux qui n’ont rien fait pendant des années ou au plus fait semblant…».
C’est un mépris pour tous les fontenaisiens, qui, quelles que soient leurs affinités politiques, individus ou associations, ont pendant 18 mois par des réflexions, réunions en petit comité ou réunions plénières, élaboré en liaison avec l’équipe municipale d’alors, une charte de la Démocratie participative, ont lancé et animé les comités d’habitants, ont animé les conseils de quartier, ont démarré le premier Comité de pilotage de projet, sur le thème du devenir du conservatoire de la rue du docteur Soubise avec 3 réunions de travail et une visite commentée sur le terrain.? Bien sûr un tel travail ne peut pas être considéré comme abouti. Beaucoup de points restent à modifier, à ajouter, à améliorer et on peut bien sûr regretter que ce ne soit pas allé plus vite, plus loin.
Mais quelles que soient les sensibilités politiques des uns ou des autres, il faut reconnaître l’implication et le travail accompli par tous et en particulier par la conseillère municipale d’alors chargée de la Démocratie participative et des associations, par les référents de quartier, par certains des maires adjoints et conseillers municipaux, dont plusieurs de l’opposition, qui ont accompagné l’élaboration de cette nouvelle relation forte entre la municipalité et les fontenaisiens.
Pourquoi un tel mépris du long et parfois difficile travail accompli par tous, élus et fontenaisiens non élus, dans un vrai esprit d’ouverture?
Ces propos sont d’autant plus étonnants que Madame Gagnard n’a jamais participé à aucune des réunions d’élaboration de la charte de la Démocratie participative.? Ceci explique t-il cela?
Espérons que le travail de fond puisse reprendre rapidement dans la reconnaissance et le respect de ce qui a été fait, et de ceux qui l’ont fait.
C’est ce que ceux qui ont oeuvré pour démarrer la Démocratie participative souhaitent pour l’ancrer dans notre ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *