Recrudescence des cambriolages pendant l’été : comment se protéger ?

Sources :

Le Parisien du 15 Juillet 2021 : Sécurité dans les Hauts-de-Seine : «Tout ce qui peut retarder le cambrioleur est utile»

Le Parisien du 15 Juillet 2021 : Pour lutter contre les cambriolages, Clamart mise (aussi) sur les alarmes

Blog citoyen POUR FONTENAY : Lutter contre les intrusions et les cambriolages à Fontenay

Comme dans d’autres villes, à Fontenay, les cambriolages se multiplient, mais encore plus l’été.

Le témoignage d’un Fontenaisien  victime des intrusions et cambriolages

Cet habitant de la rue Gambetta a adressé à la mairie le témoignage détaillé ci-après :

“Le traumatisme est réel. Avoir des individus dans le domicile, dont un armé d’un sécateur et d’une lampe, au dessus de mon épouse qui dort à 3h du matin dans sa chambre et ma fille en haut en panique avec moi au téléphone à 1000km est quelque chose que je n’oublierai jamais . Nous avons une alarme connectée, des contacteurs à chaque fenêtre.

A chaque fois un binôme opère. Des personnes récidivistes (merci aux équipes de Chatenay et à notre hargne )avec des casiers judiciaires. Deux sont incarcérés mais 3 personnes restent en liberté actuellement. Si vos équipes de nuit existaient et avaient été sur place plus rapidement que la police nationale, qui doit surveiller plusieurs communes, les choses seraient peut être différentes.

La 2ème tentative : qu’un individu s’introduise un samedi soir , alors que j’étais tranquillement dans mon salon , écoutant de la musique, toutes lumières allumées  dans toutes les pièces du rdc (ainsi que le jardin illuminé ) est juste terriblement angoissante. J’étais dans la même pièce dans un recoin, je me tourne et je découvre l’individu masqué en train de fouiller, son complice dans le jardin.

La 3ème tentative samedi soir à 3h nous fait basculer dans une autre réalité 

Voilà pour l’actualité sur 15 jours.

Comment une ville des Hauts de seine, département le plus peuplé et le plus riche de France, n’est t- elle pas dotée de moyens décents dans ce domaine avec une présence 24h/24 h de la police municipale. C’est le cas dans la plupart des villes voisines.
Comme me le disait l’inspecteur dimanche pendant le procès verbal, tous les malfrats savent qu’à Fontenay de 1H à 7h ils sont tranquilles. Il y a un délai avant que la police nationale , avec 4 communes en gestion , soit là

Réponse de la Mairie :

Monsieur,

Je prends connaissance de vos appels téléphoniques, nous alertant sur les effractions récurrentes dont vous faites l’objet à votre domicile.

J’ai immédiatement pris attache du commissaire de police de Châtenay-Malabry, afin de l’interpeller sur cette situation d’insécurité. Il m’informe que les auteurs des deux cambriolages des 11 juin et 4 juillet dernier ont été interpellés, et je m’en réjouis.

Pour les faits dont vous avez été victime hier soir, je vous invite à porter plainte de nouveau au commissariat de Châtenay-Malabry. En effet, la répression de la délinquance relève exclusivement de la compétence de la police nationale et du parquet.

Pour autant, soyez assuré que la sécurité de nos concitoyens est une réelle préoccupation pour Monsieur le Maire. Il a ainsi demandé à la police municipale de réaliser des rondes périodiques supplémentaires dans votre rue, uniquement pendant les heures de service bien entendu. Il a également interpellé le commissaire de circonscription sur l’augmentation des cambriolages.

Restant à votre écoute,

La directrice du cabinet du maire

Interview par Le Parisien du chef de l’Etat-major de la police départementale des Hauts-de-Seine, François Joennoz,

Plus de mille cambriolages ont été commis l’été dernier dans les Hauts-de-Seine, soit environ 20 % de ceux perpétrés en 2020. François Joennoz, chef de l’Etat-major de la police départementale, revient sur ce phénomène.

Constatez-vous une recrudescence des cambriolages l’été ?

FRANÇOIS JOENNOZ. Les chiffres ne le disent pas de manière très nette. Mais il est évident que les habitations sont plus exposées quand elles sont vides. En juillet et août 2020, nous avons enregistré 1225 cambriolages d’habitations et commerces. Ce qui représente 4,10 % de plus qu’en 2019. En tout cas pour ce début d’été, la baisse est importante. En juin, nous avons eu 27 % de cambriolages en moins qu’en juin 2020.

Comment protéger son logement avant de partir en vacances ?

Avec du bon sens. Ne pas laisser ses clés dans la boîte aux lettres ou sous le paillasson. Si l’on habite un pavillon, ne pas laisser d’outils dans le jardin, encore moins une échelle qui permettrait l’accès au balcon. Il faut renforcer les portes et les serrures, surtout des baies vitrées, ne pas laisser paraître qu’on est absent, même s’il faut évidemment fermer les volets.

Et quid des alarmes ?

Tout ce qui peut retarder le cambrioleur est utile. L’alarme sonore peut le faire fuir. Pour qu’elle soit efficace, il est préférable que le bloc d’alarme ne soit pas accessible dès qu’on ouvre la porte, car le cambrioleur peut le détruire pour stopper le bruit. Installer des caméras dans le logement, si elles sont reliées à un dispositif d’alerte sur son téléphone portable, peut se révéler très utile. Depuis son lieu de vacances, on est alerté, il suffit d’appeler la police ensuite pour que les forces de l’ordre soient au plus vite sur place. La vidéoprotection à l’intérieur de son domicile n’est pas soumise à autorisation. Et l’on peut s’inscrire à l’opération tranquillité vacances, sur le site Servicepublic.fr. La police patrouille alors régulièrement pour vérifier si les logements inscrits n’ont pas été forcés. Il ne faut pas hésiter, on peut regretter que les gens ne s’inscrivent pas suffisamment, alors que ce dispositif est très utile.

[NDLR : comme cela a été dit par l’habitant, avant que la police nationale intervienne, il faut beaucoup de temps. Pour la police municipale, il faut que cela corresponde aux heures de présence, qui à Fontenay s’arrête à 23 Heures.

Pour les systèmes d’alarme par une société de sécurité, si une intrusion est détectée, le propriétaire est prévenu, mais la société n’interviendra que si elle a les clés et que l’intrusion a provoqué de gros risques de vols.]

Opération Tranquillité Vacances à Fontenay

Signalez à la Police municipale la période pendant laquelle votre habitation ou commerce est inoccupé. C’est totalement gratuit

Les agents de police municipale feront des passages réguliers, en journée et en soirée, tous les jours de la semaine (y compris le week-end) et interviendront en cas de problème.

Pour bénéficier de l’opération tranquillité vacances, il suffit de vous présenter à la Police municipale, de préférence le matin, pour informer de vos dates de départ et de retour et indiquer vos coordonnées en cas de problème décelé.

Conditions

– Le formulaire de demande en ligne est valable uniquement si vous avez déjà fait une demande de surveillance de votre domicile par le passé. Pour toute première demande, rendez-vous directement à la Police municipale (Voir sur le plan) pour signer votre demande de surveillance.

– La demande doit concerner un séjour de 5 jours minimum (jour de départ et de retour compris).

– Le formulaire doit être complété impérativement au moins 48 heures avant vos dates de départ.

Il faut donner ses coordonnées, tél, mail, Personnes à prévenir en cas d’incident, Personnes autorisées à entrer pendant l’absence, Présence d’une alarme avec les coordonnées de la société de surveillance.

=> Au retour, on reçoit un rapport de la police municipale avec les dates et heures des passage

Le lien sur le site de la ville : Opération Tranquillité Vacances

L’aide de certaines communes ou de la Région IDF  pour l’installation de systèmes d’alarme

Pour lutter contre ce phénomène qui reste toujours traumatisant pour les victimes, Clamart avait lancé à l’été 2019 un dispositif d’aide financière à hauteur de 50 % pour l’achat d’un système d’alarme anti-intrusion pour tous les particuliers qui en feraient la demande. Depuis, 260 subventions de 400 euros maximum ont été accordées et le dispositif a fait des émules. Valérie Pécresse (Libres !), réélue à la tête de la région, propose également une aide de 100 euros pour l’achat d’une alarme.

Pour ce qui est de l’effet dissuasif concret de la mesure dans la commune, il est difficile de se prononcer. Elle a été votée en 2019 alors que le nombre de cambriolages était en baisse de 22 % entre 2017 et 2018 avec 280 faits constatés à Clamart et Le Plessis-Robinson (dépendant du même commissariat) pour cette année-là. Depuis, la tendance reste sensiblement la même si elle diminue comme au niveau départemental avec près de 1000 cambriolages de logements en moins en 2020 (4479 faits) par rapport à 2019 (5420). Mais cette baisse peut aussi être liée aux confinements.

Une étude publiée en 2016 par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) sur l’efficacité ou non des systèmes de sécurité des ménages face aux cambriolages révélait en effet que « seule la présence d’un occupant et dans certains cas d’une alarme (uniquement pour les maisons), a un effet protecteur contre le vol », une fois que le cambrioleur est entré. L’alarme a, elle, « un effet protecteur sur l’entrée dans le logement » en diminuant le risque d’entrée de 34 % pour les maisons et 47 % pour les appartements. Le risque d’intrusion est même diminué de 80 % lorsque les dispositifs digicode, porte blindée et alarme sont combinés. Mais comme tous les autres dispositifs de sécurité, elle n’a qu’un « effet dissuasif modéré » au stade du repérage.

Conseil départemental du 13 juillet : compte rendu de la séance par Astrid Brobecker, Conseillère départementale Hauts-de-Seine

[NDLR : Chaque séance publique de l’assemblée départementale est filmée et retransmise en direct sur le portail hauts-de-seine.fr

Pour la séance du 13 Juillet : https://www.hauts-de-seine.fr/mon-departement/les-hauts-de-seine/le-conseil-departemental/les-retransmissions-des-seances-publiques]

Voilà les principaux points abordés lors de cette séance du 13 juillet dernier

Règlement intérieur
Lors de la séance de ce jour, ont été présentées des modifications du règlement intérieur et notamment le passage de 3 à 4 élus pour constituer un groupe.
Il a été demandé aussi la transmission des comptes rendus des séances à l’ensemble des élus. Il nous a été répondu : “on n’est pas à Cuba”…
L’ensemble des 12 élus de l’opposition ont voté contre ce nouveau règlement intérieur.

[NDLR : Pour vérifier, vous pouvez suivre la vidéo de la séance, pour ce point du règlement intérieur entre 6 ème et 16 ème minutes

Il n’y a aucun compte-rendu écrit transmis aux élus conseillers département des Hauts-de-Seine, alors que cela existe dans toutes les communes et aussi dans le Département des Yvelines.

Georges Siffredi, président des Hauts de Seine, s’est engagé à demander au Directeur Général du Département de mettre cela  en place.]

Formations des commissions intérieures de travail et d’études.
La liste des membres des différences commissions est disponible : https://www.hauts-de-seine.fr/mon-departement/les-hauts-de-seine/le-conseil-departemental/les-instances-de-deliberations/les-commissions-organiques
Je siégerai au sein de la Commission des solidarités, des affaires sociales, de l’enfance et de la famille.

Désignation du rapporteur général
Les élus de l’opposition n’ont pas pris part au vote.

Aide aux collégiens boursiers pour l’achat du titre de transport Imagine R
L’Assemblée départementale a voté un remboursement de 50 %, 75 % ou 100 % du titre de transport Imagine R pour les collégiens boursiers du département des Hauts-de-Seine, en fonction de leur niveau de bourse, dès le démarrage de la campagne d’abonnement 2021.

Ainsi après plusieurs années de refus, le Département le plus riche de France a enfin adopté le principe d’une aide au financement de la carte Imagine’R pour les boursiers. Si nous avons bien évidemment adopté ce dispositif que les élus de gauche réclament depuis de nombreuses années, nous resterons extrêmement vigilants sur le fait qu’il bénéficie bien à l’ensemble des boursiers qui en feront la demande. En effet, à l’heure actuelle le dispositif n’est dimensionné que sur une base de 2000 demandes alors que notre département totalise près de 12000 boursiers. Sur interpellation des élus de gauche, le Président G. Siffredi s’est engagé à ne refuser aucune demande remplissant les critères d’attribution. Nous y veillerons !

La mobilité des jeunes est importante pour étudier, faire du sport, accéder à divers lieux dont des lieux culturels. Nous souhaitons que le département le plus riche de France permette aux jeunes de se déplacer plus facilement, en transport ou à vélo.

Bébédom
Bébédom est une allocation de 100 ou 200 € par mois, en fonction des ressources de la famille, qui est versée par le Conseil départemental des Hauts-de-Seine aux parents d’enfants de moins de 3 ans qui emploient une auxiliaire parentale ou une assistante maternelle agréée.
Cette allocation vise à venir en aide, sous condition de ressources, aux parents ne bénéficiant pas d’une place en crèche et ayant recours pour la garde de leurs enfants à une assistante maternelle ou à une auxiliaire parentale. Cette délibération allant dans le bon sens, les élus départementaux du groupe Écologistes et Socialistes l’ont évidemment adoptée, dans un objectif de soutien plus important aux bénéficiaires du dispositif :
> 220 € par mois pour les familles dont le quotient familial CAF est inférieur ou égal à 800 €,
> 110 € par mois pour les familles dont le quotient familial CAF est compris entre 801 € et 2 400 €,
> 220 € par mois pour les familles qui ont un enfant handicapé de moins de 3 ans dont le quotient familial CAF n’excède pas 2400 €.
Cette revalorisation de 10% de l’allocation Bébédom, est une avancée, mais ne doit pas cacher le manque cruel de places en crèche dans notre département. Compte tenu de ses capacités financières, il doit impérativement passer à la vitesse supérieure et soutenir davantage l’ouverture de nouvelles places de crèche sur notre territoire.

À Fontenay-aux-Roses, il n’y a pas d’autre aide, comme c’est le cas dans de nombreuses autres villes, comme à Chatillon, avec une allocation trimestrielle versée sous condition de ressources par la municipalité.

Dotation de soutien à l’investissement – subvention pour l’achat d’équipements mobiles
Vote pour la mise à disposition d’un équipement informatique neuf aux collégiens des familles les plus fragiles. Une réserve sur le fait que ce dispositif repose sur une démarche volontaire des familles, qui peuvent ne pas en être informées.

CR des marchés et avenants
Prise d’acte de la décision,

Cession de l’ancien hôtel du département,
Prise d’acte de la décision,

Subventions culturelles
Aides aux festivals : Beat & beer à Malakoff : 5 500 euros et les Aiguilleurs : 5 500 euros
Aide à la structuration de l’association CLAVIM d’Issy les Moulineaux : 8 000 euros
Aide pour les festivals de musiques actuelles pour un montant de 19 000 euros. : 3 bénéficiaires dont on ne connait pas les noms. J’ai demandé les éléments, que je communiquerai dès réception. Cela permettra de savoir si Fontenay-aux-Roses a demandé ou a bénéficié d’une subvention.
Subvention pour le salon de Montrouge : 15 000 euros
Subvention de l’association Théâtre Eurydice’Sauvegarde pour le développement du pôle Art et Handicap : 5 000 euros pour Bois colombes, Asnières-sur-Seine, Gennevilliers, Nanterre et Clamart
Convention tripartite et pluriannuelle avec le pôle national du cirque, théâtre Firmin Gémier – La Piscine à Chatenay-Malabry : 240 000 euros pour le théâtre de la piscine, 180 000 euros pour le pôle National du cirque.

Prochaine date : commission plénière le 20/09/2021
Astrid Brobecker
Conseillère municipale Fontenay-aux-Roses Conseillère départementale Hauts-de-Seine
abrobecker@hauts-de-seine.fr @AstridBrobecker

Covid-19 : les vrais chiffres de la vaccination en Ile-de-France

Source : Le Parisien du 13 Juillet 2021 (supplément Hauts de Seine)

Pour la première fois, l’Assurance maladie divulgue les données relatives à la domiciliation des vaccinés par intercommunalités. Les efforts doivent se concentrer sur les plus précaires et la jeunesse.

Pourquoi a-t-il fallu attendre juillet pour accéder à ces données éclairantes sur les véritables bénéficiaires de la vaccination ? « Il n’était pas pertinent de produire des statistiques aussi fines il y a six mois puisque la campagne de vaccination venait de débuter, explique l’Assurance maladie. Elles n’ont sens que lorsqu’une partie significative de la population est vaccinée pour mettre en lumière les lieux où les efforts de sensibilisation sont les plus utiles. »

Premier constat : des situations hétérogènes existent au sein d’un même département, avec parfois plus de quinze points d’écart entre deux agglomérations. En croisant des données socio-économiques, on s’aperçoit que le niveau de vaccination s’aligne sur la richesse des ménages et la part des diplômés. Ainsi, sur 20 % des territoires où le niveau de vie est le plus bas, le pourcentage d’habitants ayant reçu au moins une dose affleure 40 %, et culmine au-delà de 55 % là où les ménages sont les plus aisés. L’Ouest parisien est ainsi davantage vacciné.

« On sait très bien qu’en situation de précarité, la santé peut passer au second plan, mais il faut aussi garder à l’esprit que les territoires qui ont une démographie jeune n’étaient pas la population cible au départ », avance Isabelle Grémy, directrice de l’observatoire régional de santé (ORS) en Ile-de-France.

Quand on ne peut offrir qu’un repas par jour à ses enfants, le vaccin n’est pas forcément une obsession. « C’est vrai que j’avais d’autres soucis en tête, et puis j’avais peur des effets secondaires, confie Carole, 42 ans, 3 enfants, employée administrative et bénéficiaire de colis alimentaire. Mais maintenant qu’ils vaccinent au centre commercial et qu’ils parlent de rendre les tests payants, ça me donne deux raisons de me faire vacciner. » Elle compte aussi emmener sa fille de 18 ans.

La proximité, atout choc de la vaccination. La preuve à Villepinte en Seine-Saint-Denis, où le vaccidrive fait des émules. « La fréquentation remonte, on est passé de 500 à 850 chaque jour de week-end, les familles viennent en voiture avant le départ en vacances. Mais aussi par peur du variant ou par crainte que les tests deviennent payants », témoigne Aurélie Combas-Richard, l’énergique directrice de la CPAM 93. Des barnums au pied des tours, des bus navettes, un SMS à tous les assurés… Tout est bon pour aller vers ceux qui n’ont pas encore remonté la manche.

Y compris installer un centre éphémère, place de la République, à Paris, sur la route des livreurs à vélo. 800 personnes y ont reçu leur première dose en cinq après-midi. « C’est un peu décevant, mais nous sommes extrêmement satisfaits sur le fond, car ces personnes ne se seraient jamais vaccinées sans cette opération », estime le Dr Pierre Cabret, du Centre médical européen, qui coordonnait l’opération.

[NDLR ] : à Fontenay aux Roses, le taux de vaccination est entre 45 et 50 % de la population ayant reçu une dose.

Avec près de 60 % de primo injectés, la communauté de communes de la Haute-Vallée de Chevreuse (26000 âmes), qui fait tout pour chouchouter ses aînés, est championne des primo injectés. Bien loin devant Roissy-Pays-de-France, 350 000 habitants de 42 villes du Val-d’Oise et de Seine-et-Marne, où la jeunesse reste à convaincre. Sans doute le défi de l’été.

Les agences régionales de santé disposent également des taux de vaccination à l’échelle communale, qui n’est pas publiée sur Data vaccin Covid, hormis pour les communes limitrophes aux trois plus grandes villes du pays (Paris, Lyon, Marseille) en raison du nombre important de communes peu peuplées pour lesquelles le secret statistique empêche la publication des données.

Actions de l’association CIVIFAR concernant l’urbanisme à Fontenay aux Roses

L’association CIVIFAR agit en faveur de la démocratie participative.

Nous souhaitons que nos élus dialoguent avec les Fontenaisiens dans tous les domaines.

Même s’ils n’y ont pas obligation les élus peuvent ainsi :

  • recueillir l’avis des habitants sur les projets qu’ils mènent,
  • s’assurer que leurs décisions répondent à l’attente de la majorité de leurs électeurs,
  • limiter le recours aux cabinets de conseil extérieurs.

Les avis des Fontenaisiens sont purement consultatifs, et n’empiètent pas sur le pouvoir de décision des élus.

Lors de l’étude de 2018 il a été décidé avec Monsieur le Maire que les Comités d’Habitants pourraient aborder tous les aspects de la vie municipale, pas seulement les problèmes de quartier.

La démocratie participative peut et doit donc s’appliquer à l’urbanisme, qui détermine le cadre de vie des Fontenaisiens.

Une CEMUA (Commission Extra-Municipale d’Urbanisme et d’Aménagement) a été créée à cet effet, mais cette commission s’est rarement réunie, et lors de ses quelques réunions elle a plus été un outil de communication qu’un outil de concertation.

Depuis les élections municipales de 2020, Michel Renaux a été nommé maire adjoint, conseiller municipal délégué à l’urbanisme. CIVIFAR l’a donc rencontré les 15 novembre 2020 et 16 décembre 2020 afin d’échanger avec lui sur l’urbanisme à Fontenay-aux-Roses.

Démocratie participative et Urbanisme

Michel Renaux nous a confirmé son attachement au principe de la démocratie participative, mais sous réserve qu’on ne mette pas en cause les projets de Laurent Vastel définis dans son programme municipal.

Cette position nous parait contestable, car les Fontenaisiens ont certes préféré globalement le programme de Laurent Vastel à ceux de ses opposants, mais certaines de ses propositions peuvent ne pas convenir du tout aux Fontenaisiens.

Rappelons certaines de ces propositions :

  • construire 1500 nouveaux logements d’ici 2030, et pas plus. C’est la contrainte imposée par le SDRIF.
  • utiliser les “dents creuses” et profiter des opportunités foncières pour créer de nouveau logements en “mode projet”
  • résorber les logements jugés insalubres (Blagis, Saint Prix…)
  • étendre progressivement la piétonnisation de la rue de Verdun vers le haut de la rue Boucicaut
  • concentrer les projets dans les zones OAP (Centre-ville, Scarron, Blagis , Panorama…)

Pour Michel Renaux c’est dans le cadre de la CEMUA, et non dans les Comités d’Habitants, que doit se faire le dialogue sur l’urbanisme.

Réflexion sur l’évolution urbanistique de Fontenay à long terme

Depuis des décennies une telle réflexion n’a pas été menée à Fontenay.

On pourrait s’en dispenser si les structures de Fontenay correspondaient bien aux besoins d’une ville moderne, avec des axes de circulation commodes et de vastes avenues. Malheureusement ce n’est pas du tout le cas. Faute de plan d’ensemble on accepte donc peut-être aujourd’hui des permis de construire qui s’avèreront gênants quand on saura ce qu’il aurait fallu faire.

Le point le plus préoccupant est notre centre-ville construit autour de l’étroite rue Boucicaut, ancienne grande rue du village, rue commerçante, rue d’habitation, et principal axe de circulation est-ouest de la ville emprunté par 3 autobus. La rue Boucicaut est une aberration en termes d’urbanisme.

Nous avons proposé qu’on lance une réflexion sur l’évolution globale de Fontenay à long terme. Michel Renaux pense que ce n’est pas concevable aujourd’hui, car cela entraînerait une révision du PLU, que le Territoire ne nous autoriserait pas à faire. Seules sont possibles de petites modifications, comme celles qui ont été faites dernièrement.

Pour lui une telle réflexion pourrait trouver sa place dans le cadre du PLUi (voir ci-dessous), ce dont on ne manquera pas de se souvenir.

Concernant l’idée du périphérique Fontenaisien pour désengorger le centre-ville, Michel Renaux évoque une évolution progressive pour ne pas déstabiliser les commerces. Il craint aussi que le détournement des autobus ne gêne les personnes âgées. Pour M. Renaux ce sujet pourra être réétudié dans le cadre du Conseil de Quartier Centre-Ville.

Concernant le besoin d’un zone piétonnière Michel Renaux a rappelé que la municipalité s’est engagée à rendre le centre-ville progressivement piéton. On s’étonne alors qu’on envisage de construire un gros immeuble entre le 101 et le 105 de la rue Boucicaut.

Publication des Permis de Construire

Michel Renaux a souhaité reprendre la publication des Permis de Construire dans le Fontenay MAG.

On sait qu’il y a de nombreuses controverses sur le nombre des nouveaux logements.

Nous avons donc travaillé avec Michel Renaux sur la définition d’une courbe montrant l’avancement vers la cible de 1500 à partir d’un comptage officiel, et nous avons écrit à Laurent Vastel le 23 février pour lui demander qu’elle soit publiée dans le Fontenay MAG.

Laurent Vastel a répondu positivement à cette demande le 26 mars, indiquant qu’une telle courbe serait publiée périodiquement.

« J’ai également décidé de créer  la commission extra-municipale d’urbanisme et d’aménagement (CEMUA) afin que nous puissions librement échanger sur ce sujet.

Dans ce cadre, la publication d’indicateurs chiffrés pourrait tout à fait trouver sa place. Aussi, je vous informe avoir demandé à mes services d’étudier la forme que pourrait prendre une telle publication. »

Une petite courbe a en effet été publiée dans le Fontenay MAG de mai 2021, mais elle ne donne aucun chiffre et ne peut donc créer de consensus.

Pourquoi ne pas publier le tableau de chiffres dont elle est tirée ?

De plus, dans le numéro de juin 2021, il a été annoncé que cette publication se ferait dorénavant sur le site de la Ville.

Depuis, si on va sur le site internet de la ville, à la rubrique :

« Démarches et services en ligne/ Urbanisme/ Autorisations d’urbanisme », on peut télécharger les permis de construire accordés avec la date de dépôt.

On y trouve une description laconique de chaque permis, avec sa référence. Il n’y a pas le nombre de logements. Pour plus de détails, il faut prendre rendez-vous avec le service de l’urbanisme, avec le N° du permis de construire.

Elaboration du PLUi

C’est le Territoire qui détient maintenant la compétence d’urbanisme, seules les autorisations de permis de construire restant au niveau de la commune.

Un PLUi (i comme intercommunal) va être élaboré au niveau du Territoire. A terme il remplacera notre PLU.

Le travail prendra environ 18 mois, avec diagnostic, révision du PADD, rencontre avec les maires, les conseillers municipaux, les citoyens, enquête publique, etc…

Ce sera l’occasion de corriger les imperfections de notre PLU.

Il importe donc que les Fontenaisiens s’impliquent dans l’opération. CIVIFAR y sera très présent.

Harmonie urbaine

 Selon M. Renaux pour évaluer une demande de permis de construire la Mairie prend en compte :

  • la conformité des projets par rapport au PLU,
  • la cohérence par rapport à la politique d’urbanisme municipale (projet de campagne),
  • l’harmonie urbaine et la qualité esthétique.

Le dernier point n’a pas été explicité dans le PLU. Or ça nous parait tout à fait essentiel.

Il n’y a pas de cas où une harmonie architecturale se soit créée sans qu’on n’en définisse les règles.

Nous avons écrit à Muriel Galante-Guilleminot, maire adjoint à l’esthétique urbaine, pour lui proposer de diriger un groupe de travail sur le sujet.
Laurent Vastel nous a répondu le 26 mai que cela ne lui parait pas nécessaire, compte tenu de l’attention déjà portée à ces questions par lui-même et son équipe.

Pour CIVIFAR – Alain Delahaye

L’urbanisme et la démocratie participative vous intéressent  ?

Rejoignez CIVIFAR !

Association CIVIFAR : site : http://www.civifar.fr/

Mail : asso.civifar@gmail.com

Vous pouvez aussi prendre votre adhésion avec HelloAsso : https://www.helloasso.com/associations/civifar/adhesions/adhesion-civifar/

Evènements, stages et animations pour l’été à Fontenay dimanche 11 juillet, Place du Général de Gaulle

Téléchargez l’ Agenda de l’été 2021

Retransmission de la finale de l’Euro de Foot

Venez assister à la finale Italie-Angleterre sur la Place du Général de Gaulle à partir de 19h30 (début du match à 21h) !

On vous attend dès 19h30 pour la retransmission sur écran géant

Exposition de photos et spectacle d’Amadou Gaye : “Paris Canaille”

Le photographe Amadou Gaye présente une exposition de ses photos sur le thème “Paris Canaille”.

Découvrez ces “photos clin d’oeil” à Paris et ces femmes qui symbolisent la liberté, jusqu’au 31 juillet 2021 au 10 avenue Lombart.

Horaires : 11h-13h et 16h-20h (ou sur rendez-vous).

Retrouvez également l’interprétation “Contes et Poésies Nègres” d’Amadou GAYE les 8 et 9 juillet à 21h.

> Avec le soutien des associations suivantes : Le rendez-vous des photographes, L’association socio-culturelle des Sorrières et l’Art à Fontenay !

Renseignements, rendez-vous et réservations : 06 37 58 45 41 (l’artiste sera rémunéré au chapeau).
gayeamadou92@gmail.com

LIEU: 10 avenue Lombart – Fontenay-aux-Roses

Exposition de photos à la Médiathèque du 26 juin au 25 août.

Voyages  par Olivia Richard, artiste photographe

L’œuvre photographique d’Olivia Richard est une invitation toute en douceur au voyage et à la rêverie. Sa technique de superposition d’images convoque à la fois le réel et l’imagination, elle éduque à regarder autrement, avec le sourire aux lèvres.

Stage scientifique : Top chef au labo

Le CCJL organise un stage scientifique pour les enfants de 7/12 ans. Le stage, animé par les savants fous, se déroule du 7 au 13 juillet 2021 de 10h à 11h30.

Ce n’est pas un cours de cuisine qui vous attend, mais des expériences chimiques et culinaires, tantôt gustatives, tantôt ragoutantes et amusantes … Des aliments et produits en tous genres seront explorés à la loupe ! Ce stage est aussi l’occasion de comprendre des notions intéressantes sur la nutrition et sur notre corps.

Stage Danse Street Jazz

Le CCJL propose au 8/12 ans un atelier de danse Street Jazz du 7 au 13 juillet 2021

Une danse débordante d’énergie qui allie deux styles tout aussi percutants, le Hip Hop et le Modern’Jazz. On y développe son expressivité et son endurance à travers des attitudes, des silences et des arrêts d’une grande précision. Avec des mouvements amples largement inspirés du Jazz, c’est un excellent compromis pour celles et ceux qui n’auraient pas franchi le pas vers le Hip Hop !

Sur fond de musique urbaine du 21ème siècle, on peut cependant danser le Street-Jazz sur du R’N’B, de la Pop ou de l’Électro entre autres. Animé par Samira Boulhya.

Stage adultes – Packs de danse

Le CCJL organise un stage multidanses au mois de juillet (3 dates d’atelier).

Danse africaine animée par Viviane Doyen dans la Cour du château Sainte-Barbe, avec percussions live. OU Danses en ligne animées par Khaoula Jaffredo.

  • samedi 3 juil. 10h-13h30
  • samedi 10 juil. 10h-13h30
  • samedi 17 juil.10h-13h30

Renseignements, inscriptions, tarifs :

– accueil du CCJL au 01 46 30 20 90

– ccjl@fontenay-aux-roses.fr

– www.ccjl92.com

Fête nationale du 13 et 14 juillet

13 juillet – de 18h à 1h – place De Gaulle
* Bal
* DJ
* Spectacle showlaser

14 juillet – de 14h à 18h – parc Sainte-Barbe
* animations gratuites tout l’après-midi (chaises volantes, château gonflable, chamboule-tout, jeux de société géants, course en sacs, sculpteur de ballons…)

Festival Partir en Livre le vendredi 16 juillet

La 7e édition de la manifestation Partir en Livre se déroule partout en France, du 30 juin au 25 juillet 2021, autour du thème « Mer et merveilles ».

Toit et Joie – Poste Habitat participe le 16 juillet à la nouvelle édition de ce rendez-vous incontournable pour la lecture jeunesse.

Avec la compagnie La Constellation, Toit et Joie propose à ses locataires de Fontenay-aux-Roses une journée d’échanges, de rencontres et de découvertes afin d’inciter à la lecture en famille !

Différentes activités sont proposées aux habitant·e·s :

10h30 – 12h : lectures à hautes voix pour les tout-petits (2 à 4 ans).

> A partir de 14h : lectures à haute voix pour enfants  (petits et grands) et espace de lecture silencieuse.

15h : rencontre avec Didier Jean (auteur) et Zad (illustratrice) avec échanges autour des ouvrages et de leurs métiers.

16h : ateliers écritures et illustration pour les enfants de 4 à 10 ans.

Plus d’infos sur l’événement : ici.

LIEU : 1, Square Augustin Pajou

Petite analyse de la population de Fontenay-aux-Roses (20 ème document) : Intégration ou boboïsation ? Essai d’analyse des résultats du second tour des élections départementales de Juin 2021.

Monsieur Candide : Que pensez-vous des dernières élections départementales ?

Les élections Départementales ont été gagnées, pour ce qui concerne le canton de Chatillon-Fontenay, par l’opposition au maire de Fontenay.

L’objectif de la présente note est d’en rechercher les causes socio-économiques sans porter de jugement sur les causes politiques.

Cette recherche nous parait d’autant plus importante que l’écart final de 174 est très faible et il pourrait s’expliquer, pour une grande part, par ces raisons sociologiques.

Nous porterons notre essai d’analyse à travers une comparaison entre ces élections départementales de juin 2021 et le deuxième tour des Municipales de 2020 ; Ces deux élections ont connu des taux d’abstention très élevés mais nous pensons pouvoir écrire que :

  • Le taux d’abstention aux Municipales 2020 relève principalement de la réaction des électeurs face au COVID, dans le cadre d’élections connaissant généralement un taux de participation élevé tandis que
  • Le taux d’abstention face aux Départementales, élections aux objectifs plus flous, relève, pour le moins, d’un désintérêt.

Monsieur Candide : quid de l’évolution des inscriptions sur les listes électorales ?

Le premier élément surprenant (et jamais pris en compte) relève de la baisse du nombre d’inscrits sur les listes électorales propres aux deux élections : diminution de 522 personnes.  Gravissime !!!

Alors que la population, aux dires de certains, est en pleine croissance du fait, selon eux, de la « densification », le nombre d’inscrits sur les listes électorales baisse.

Cette évolution confirme nos multiples notes selon lesquelles les recensements INSEE, jusqu’ en 2014 étaient historiquement erronés … et que la hausse apparente de 22.800 en 2012 à 24.500 habitants à Fontenay sur les derniers recensements ne relève quasiment que des régularisations méthodologiques dans les recensements.

Revenons aux listes électorales et à leurs règles de modification :

Les listes électorales varient de manière précises :

Les Fontenaisiens non Français ne sont pas inscrits (sauf, selon procédures spéciales, les Européens pour les élections locales, aspect non traité ici).

Cette baisse du nombre d’inscrits s’est initiée en 2017 et se poursuit en s’accélérant :

Monsieur Candide : quel est le niveau de non-inscription sur les listes électorales ?

Les jeunes de moins de 14 ans représentent, selon l’INSEE, 20.6% de la population.

Nous en déduirons que les jeunes de moins de 18 ans représentent 26.5% de la population totale (25.342 personnes) et que les inscrits devraient, avant prise en compte des étrangers, se situer à 18.630 inscrits (25.342x 73.5%) ; il y a donc environ 3.900 personnes qui ne sont pas inscrits (18.630-14.722), soit du fait d’une autre nationalité soit par désintérêt.

  • Inscrits théoriques : 18.630
  • Inscrits réels : 14.722

Ces 3.900 personnes représentent 21% des personnes majeures habitant Fontenay.

Ce niveau pose question.

Monsieur Candide : quelles conséquences ?

La cause majeure de la baisse du nombre d’inscrits sur les listes électorales ne relève pas d’une baisse de la population mais s’explique par la modification des structures socio-économiques de la population de la Ville du fait, entre autres éléments, de l’augmentation du taux de logements sociaux de 25 à 43% dans les années 2010 (impact des ventes ICADE déjà mentionnées). Cette modification du taux dit « taux SRU », conduit à une modification progressive mais fondamentale de la structure sociale de la Ville.

Cette modification dans la structure sociale présente un impact électoral certain et complexe que nous allons essayer d’analyser.

Structuration des bureaux de vote :

Sur la base des résultats aux dernières cantonales, nous avons divisé les 17 bureaux de vote en trois sous-groupes : 6 favorables à l’équipe municipales élue (bureau dit « pro-Vastel »), 6 « intermédiaires » et 5 plutôt « pro-opposition ».

Pour une diminution totale de -3.42% des votants, on voit une baisse des inscrits sur listes électorales de -2.48% pour le groupe pro-Vastel, -3.84% pour les intermédiaires et -4.08% pour les pro-opposition.

L’explication de cette évolution semble relever du fait que les zones votant le plus (Ormeaux, La Fontaine, Maison de l’Economie et de l’Emploi, …), zones plus « bourgeoises », connaissent des habitants qui s’inscrivent lorsqu’ils emménagent tandis que des zones plus « logements sociaux » connaissent l’approche inverse.

En synthèse sur ce premier point, faut-il voir là, pour une part, l’impact de l’affectation très forte par le Préfet de gens qui viennent à Fontenay sans être de nationalité française (ou européenne) pour pouvoir voter ou/et de gens qui, Français mais non liés à Fontenay, ne se sentent pas concernés par la politique locale (ou nationale) et donc qui ne s’inscrivent pas sur les listes électorales ?

Il y aurait là les conséquences du passage de la logique du LOGEMENT à celle de l’HEBERGEMENT sans politiques d’assimilation ! (Voir nos articles sur ce sujet).

1- Nombre de votants :

Entre les municipales (deuxième tour) de 2020 et le deuxième tour des départementales récentes de 2021, le nombre de votants a baissé de 188 personnes mais, compte tenu de la baisse du nombre d’inscrits ( -522), le taux de participation a légèrement augmenté de 38.32 à 38.40%.

Le point important, apparaissant ci-dessus, est cependant que le nombre de voix exprimées augmente dans les bureaux pro-Vastel (+28 votes) quand il baisse de -94 en intermédiaires et de -122 en bureaux pro-opposition.

Le lecteur aura compris, avec nous, que les quartiers plus favorables à la majorité actuelle se maintiennent en inscription sur les listes et continuent de voter proportionnellement plus que les autres.

Confirmation de la bipolarisation de la Ville.

2- Essai d’analyse des résultats :

Cliquez sur l’image pour l’ouvrir dans un autre onglet

Regardons les écarts de pourcentages de voix Vastel entre les deux élections de 2020 et 2021 :

  • Les bureaux pro-Vastel, les voix favorables au maire sont en baisse de -1.89% à l’exception de la zone de la Maison de l’Economie et de l’Emploi : -6.91%.
  • Les bureaux intermédiaires voient une hausse des votes au bénéfice de Vastel, particulièrement à la Maternelle des Renards (+4.56) et à la Maison de Quartier des Blagis (+5.59) où la démolition et la reconstruction des immeubles sociaux des Paradis semblent bien vues (ce que le rédacteur de la présente savait parfaitement), contrairement aux dires de certains …
  • Les bureaux pro-opposition votent de moins en moins pour Vastel, particulièrement aux bureaux Place-de-l ’Eglise (-6.51) et Réfectoire-Pervenches (-7.98).

3- Résultats du Canton ;

Fontenay est le seul canton du Département des Hauts de Seine dont un maire en exercice, candidat sortant, soit battu aux élections départementales.

Le maire de Fontenay gagne dans sa ville avec 51.64% des voix et un écart favorable de 3.29%, écart significatif, mais perd sur Chatillon qui vient de changer de couleur politique aux dernières municipales (de droite à gauche) et dont le poids numérique de la population est bien supérieur à celui des Fontenaisiens.

Ceci étant, nous soulignons qu’il y a, dans ces résultats à Fontenay, pour le moins, plusieurs messages :

  • Evolution de la composition sociale avec une double évolution

-une partie de la population inscrite et votant beaucoup plus qu’une autre partie non inscrite

– cette bipolarisation s’inscrit dans une « boboïsation » d’une partie de la population.

>> La boboïsations conduit, à terme, à la prise de pouvoir par des listes de gauche « bobo »  (Paris, Lyon, Bordeaux, ….). Voir ci-après.

  • Erosion, en conséquence, des voix du maire en exercice dans ses bastions forts :

En conclusion, nous indiquerons quelques petites définitions sociologiques et leurs conséquences :

  1. Gentrification : arrivée dans une zone géographique de populations connaissant un niveau économique plutôt favorable acquis par un travail dans des secteurs généralement concurrentiels. 

L’aspect culturel ne constitue pas un critère d’appartenance.

Le vote est majoritairement favorable au centre ou à la droite (mais sans interdit absolu)

  1. Boboïsation : arrivée dans une zone géographique de nouvelles populations à niveau économique plutôt favorable acquis par un travail généralement dans des secteurs non concurrentiels voire protégés.

L’aspect culturel est importantissime.

Le lieu d’habitation est le plus proche possible du centre de la grande agglomération régionale (ce qui explique les mairies gauche-bobo de Paris et Lyon).

Être écolo constitue un “must” ! Les aspects économiques sont méprisés.

Le vote est systématiquement à gauche, le vote à droite conduisant à l’exclusion du groupe.

Ces deux concepts de gentrification et de boboïsation, rejetés par les marxistes mais base des approches “marketing” sérieuses en matière commerciale ou politique, nous paraissent constituer la clé de voute de l’évolution sociologique de la partie sud des Hauts de Seine, tant pour les villes proches du périphérique qui y succombent (Chatillon) ou qui y résistent encore (Montrouge grâce à une triangulaire aux municipales mais déjà à gauche aux départementales) que les plus éloignées qui y résistent (Chatenay, Le Plessis, Antony, …).

 

FARàVélo : Le vélo gagne les élections à Châtillon et à Fontenay-aux-Roses

Source : https://www.faravelo.com/actualite/le-velo-gagne-les-elections-chatillon-et-fontenay-aux-roses/

Le 27 juin 2021, le canton Châtillon et Fontenay-aux-Roses a élu le binôme Astrid Brobecker (EELV) et Lounes Adjroud (PS) comme Conseillers Départementaux. Quelles conséquences pour le vélo dans la banlieue sud ?

Les défis du vélo en banlieue sud

Le premier défi à surmonter à Châtillon et à Fontenay-aux-Roses concerne la Coulée Verte, où la cohabitation est devenue trop difficile entre piétons et vélos. Ce conflit est causé par un deuxième défi: l’absence d’un réseau cyclable structurant et protégé sur les routes départementales gérées par le Département. Les usagers à vélo doivent se réfugier sur la Coulée Verte. Les solutions proposées par les candidats sont très différentes.

La vision de Laurent Vastel et de Anne-Christine Bataille

Le binôme Laurent Vastel (UDI) et Anne-Christine Bataille (DVD) proposait de laisser les vélos avec les piétons sur la Coulée Verte et de « protéger les piétons et de sécuriser le parcours cycliste ». En d’autres termes il souhaitait laisser la racine du problème intacte : l’impossibilité pour les usagers à vélo de se déplacer en sécurité sur la route départementale parallèle à la Coulée Verte (D63). Offrir une piste cyclable sécurisante aux cyclistes sur une route départementale revient, écrivent-ils, à créer « une autoroute à vélo en plein centre-ville ». Pour éviter la présence de trop de cyclistes – qu’ils semblent vouloir éviter – il proposaient de continuer à mêler les vélos avec les voitures dans « une zone 20 surélevée et partagée ».

Cette solution du « partage de la chaussée » est cependant inenvisageable selon le Cerema, le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, qui conseille les collectivités en matière de mobilité. Pour cet organisme, la sécurité des vélos interdit de mêler les vélos avec les voitures s’il y a plus de 4.000 véhicules qui passent par jour. Or, sur cet axe passent 11.000 véhicules par jour ! Même si la vitesse maximum sera réduite à 20 km/h, un enfant ne pourra pas circuler à vélo en sécurité s’il doit partager la chaussée avec un débit motorisé équivalent à 11.000 véhicules par jour.

La vision de Astrid Brobecker et Lounes Adjroud

Le binôme Brobecker/Adjroud proposait au contraire d’abandonner le concept actuel du partage de la chaussée en créant « un vrai réseau cyclable départemental protégé, en particulier sur la D63 et la D906 ». Les travaux actuels sur la D63 montrent que l’espace pour une large piste est disponible.

Un réseau routier départemental sécurisé pour le vélo

En élisant le binôme Brobecker/Adjroud, les habitants de Châtillon et de Fontenay-aux-Roses ont exprimé leur souhait d’avoir une solution durable pour le conflit entre piétons et vélos sur la Coulée Verte. En équipant la D63 de pistes cyclables, le département permettra enfin aux vélos de quitter la Coulée Verte en toute sécurité sur la route départementale parallèle. C’est important, car la Coulée Verte représente la ligne B3 du futur RER V, le réseau cyclable régional qui sera mis en place d’ici à 2030. Une aubaine pour nos communes et pour les citoyens qui souhaitent pouvoir prendre le vélo pour certains déplacements !

Ensemble avec les autres associations vélo de notre banlieue sud et le Collectif Vélo Île-de-France, FARàVélo souhaite accompagner les nouveaux conseillers départementaux dans la réalisation de ce réseau cyclable qui rendra le réseau routier départemental enfin accessible à vélo.

Site : https://www.faravelo.com/

Elections départementales 2021 : résultats finaux du canton Chatillon-Fontenay aux Roses

Source : Ministère de l’Intérieur : https://elections.interieur.gouv.fr/departementales-2021/092/0929207020.html

Il y a eu un peu moins d’abstention qu’au 1er Tour : 58.34% des suffrages exprimés au lieu de 61.34 %

M. ADJROUD Lounes et Mme BROBECKER Astrid (PS-EELV) sont élus

  • M. ADJROUD Lounes est Maire adjoint à Chatillon, Sport, jeunesse, liens inter générationnel, vie associative
  • Mme BROBECKER Astrid est Conseillère municipale d’opposition à Fontenay aux Roses

On peut aussi avoir les résultats par Commune 

Source : https://elections.interieur.gouv.fr/departementales-2021/092/0929207.html

Pour Chatillon

Il y a eu un peu moins d’abstention qu’au 1er Tour : 57.46 % des suffrages exprimés au lieu de 59.76 %

Pour Fontenay aux Roses

Il y a eu un peu moins d’abstention qu’au 1er Tour : 60.11 %   au lieu de 63.35  %

Résultats sur Fontenay par  quartier : https://elections.fontenay-aux-roses.fr/?page=departementales&tour=2

Cliquez sur le tableau pour l’ouvrir dans un autre onglet

Par comparaison, voir les résultats du 1 er tour : https://elections.fontenay-aux-roses.fr/?page=departementales&tour=1

Voir aussi :

Article du Parisien du 28 Juin : page 52 : https://www.kiosque.leparisien.fr/data/41675/reader/reader.html?t=1624874628163#!preferred/0/package/41675/pub/51503/page/43

Ateliers fontenaisiens  : http://www.ateliersfontenaisiens.fr/que-la-victoire-est-jolie/

Fontenay Demain : https://fontenayavenir.wordpress.com/

Blog Citoyen Pour Fontenay : http://www.pourfontenay.fr/

CCJL : stages pour enfants du 28 juin au 2 juillet

Stage de poterie-modelage-céramique

Du 28 juin au 2 juillet : enfants à partir de 11 ans.

Du 12 au 16 juillet : enfants entre 6 et 12 ans.

Le stage est animé par Johanna Klarsfeld et proposera une découverte ludique et créative des arts de la terre.

Stage BD/Manga

Animé par Pierre Cornilleau, cet atelier va permettre aux enfants d’apprendre à dessiner et à mettre en valeur son univers pour l’aider à créer sa propre illustration, bande dessinée ou manga.

Du 28 juin au 2 juillet : enfants à partir de 11 ans

Renseignements, inscriptions, tarifs :

– accueil du CCJL au 01 46 30 20 90

– ccjl@fontenay-aux-roses.fr

– www.ccjl92.com