Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Jean-Noël Barrot ministre et manageur

Jean-Noël Barrot est un archétype de la reproduction des élites républicaines de notre beau pays. Petit fils de député, fils de Jacques Barrot – homme politique apprécié et plusieurs fois ministre – il est diplômé de HEC. Il a été élu député dans la vague Macron 2017, puis dans la vague 2022, et vient d’être nommé ministre dans le gouvernement Borne 2.

Comme membre du Modem, j’ai eu maille à partir avec lui, dans son rôle de Secrétaire Général du mouvement, pour une banale affaire administrative. Je voudrais par le présent papier faire partager aux Fontenaisiens cette expérience, parce que selon le dicton populaire, c’est aussi sur les petites choses que l’on juge les grands hommes…

Membre fondateur du Modem et strictement à jour de mes cotisations, je me suis intéressé a l’élection du Conseil National du Modem de la fin 2017. Non pas que je voulais à mon âge canonique entamer une carrière politique, ni peser sur les orientations politiques du Modem puisque de mémoire de militant on a bien du mal à citer une différence au sein de ce parlement du parti, présidé par un président unique depuis sa création (en 2002)… j’étais simplement disponible et avais envie d’aller voir de plus près comment les choses se passaient…

Pour des raisons d’équité entre les diverses listes en présence, le Modem sous-traite l’organisation de cette consultation a une société, qui envoie (par internet) aux militants la doc concernant la procédure de constitution des listes, les listes candidates, et la procédure de vote. Or comme cela a été démontré avec beaucoup de peine au cours des diverses étapes des procès, le Modem n’a pas pu justifier que les documents réglementaires avaient bien été transmis au militant Michel Bayet… Et pour une raison informatique toute bête : l’intéressé était équipé d’un système internet incapable de recevoir de très gros fichiers; la société qui gérait le processus n’avait pas correctement traité les retours de mails non distribués; et les services administratifs de Modem – sous l’autorité du Secrétaire Général – n’avaient pas fait leur travail de vérification et de surveillance… Rien de bien grave en fait, et en tous cas aucune intention malveillante.

Informé par un confrère local, j’ai déposé ma candidature en catastrophe. Candidature que le Comité de Conciliation et de Contrôle a déclaré irrecevable tout en « reconnaissant une irrégularité par un défaut d’information » [sic jugement en appel]. Sans nouvelles du MoDem, j’ai consulté mon conseil,  lequel a assigné le MoDem en juin 2008 sur la base de la remarque du Comité de Conciliation et de Contrôle.

Néanmoins dans un souci de concorde – et contrairement à l’avis de mon avocat – je me suis résolu à aller expliquer mon point de vue. Et c’est ainsi que j’ai été reçu en juin 2019 par Jean-Noël Barrot, Secrétaire Général en titre. Je me disais en effet que discuter un aussi trivial problème informatique via des avocats chevronnés qui ne communiquent que par écrit était compliqué – et dispendieux – et qu’avec un peu de chance je pouvais m’expliquer oralement avec un jeune fan d’internet ! Ce qui fut le cas. Jean-Noël Barrot a bien compris l’affaire en 10mn…

Il a été par contre bien moins bon dans sa réaction: au lieu de reconnaître l’erreur de ses services, et de me proposer une belle lettre signée du Président du MoDem s’excusant pour cette erreur regrettable, avec éventuellement une participation à mes frais d’avocat, il a eu la pire réaction du plus réactionnaire PDG américain d’une grande multinationale… Lui, diplôme de HEC à qui on a appris tous les trucs et ficelles (tricks en américain) pour piéger un opposant, professeur de surcroît à HEC et au prestigieux MIT de Boston, États Unis, il s’est pris pour Goliath! Je suis le Modem, je suis riche des subsides que me rapportent mes 50 députés, je vais écraser ce vermisseau qui ne pourra jamais suivre la surenchère judiciaire…

Sauf que ça n’a pas marché… condamné en première instance en novembre 2021, je me suis accroché.

On peut s’étonner de mon acharnement… Je dirais simplement:

– que je trouve désagréable que nos hommes politiques qui vivent de nos subsides ne soient pas exemplaires dans leurs fonctions, et incapables de reconnaître les erreurs de leurs collaborateurs,

  • que je suis trop vieux pour me laisser marcher sur les pieds sans crier,
  • et que je ne suis pas assez pauvre pour dire amen à toutes les erreurs des puissants…

Nous en sommes dans la phase où le Modem peut contester sa condamnation en appel, en se pourvoyant en cassation. On peut simplement espérer que le Modem, dont le Président a été Ministre de la justice – même brièvement ! – saura éviter à cette institution en bien mauvais état une perte d’énergie supplémentaire…

Cette petite histoire minable donne une illustration concrète du comportement réel de nos grands dirigeants.

Je souhaite simplement à Jean-Noël Barrot ministre, ou bien de prendre dans son cabinet des hommes capables de lui suggérer plus d’éthique … ou au contraire de s’entourer de collaborateurs qui manient mieux la langue de bois…

Michel Bayet.

Toujours militant du MoDem.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.