L’ÉNIGME DU BASSIN (épisode 8/14)

Lundi de la semaine suivante au Palais-Tepee, soit deux jours après le samedi mouvementé et héliporté

Chapitre 8ème  : Dans lequel on redécouvre le véritable fonctionnement de l’Administration

Dans le bureau hexagonal du Palais-Tepee, les mêmes personnages que mercredi dernier se retrouvent.

Le Grand Chef à Plumes est anxieux. Il parcourt la pièce dans tous les sens toujours de sa démarche chaloupée et suivi de son officier de sécurité à trois pas derrière. Il parle enfin : « J’ai hâte de voir qui m’a été désigné par Déplumé ». Et s’adressant à lui : « Alors ? ».

Déplumé s’exprime : « Le choix a été difficile mais sans appel. On a tout d’abord recherché une commune qui répondait précisément au cahier des charges. Ensuite, dans cette commune, on a recherché un notable, comme vous avez demandé, qui porte un double prénom. Mais en fait, je vous ai trouvé deux prétendants dont le résultat des calculs les met à égalité totale.

– Comment ? Je ne saisis pas bien !

– Si Grand Chef à Plumes !

– Et ?

– On a trouvé le maire de Roses-les-Cinq-Fontaines et l’ancien maire de Roses-les-Trois-Fontaines qui sont à égalité parfaite, sans pouvoir les départager.

– Je ne comprends rien. Ce sont deux communes distinctes, non ?

– Non c’est la même commune, mais elle a changé de nom au cours de l’été.

– Je ne comprends toujours rien » répond le Grand Chef à Plumes.

« Je poursuis » ajoute Déplumé.

« Un dossier de changement de nom de commune a été déposé au milieu de la mandature précédente par la municipalité. En réalité, en faisant quelques investigations, j’ai découvert qu’un enfant d’un des conseillers municipaux, je suppose un surdoué précoce, avait pu se connecter, au travers du PC de son père ou de sa mère, à des sites administratifs protégés et a fait cette démarche. C’était je crois le 1er avril 2017. Il a pu accéder à tous les formulaires et les a complétés sans doute de façon cohérente et avec une bonne argumentation sur le besoin de changement de dénomination. Et le 15 août en plein milieu de cet été, un samedi de surcroît, le dossier a été accepté sans contrôle ni vérification de la provenance de la démarche, de sa pertinence ni de sa véracité.

– Ce n’est pas possible ! C’est insensé ! C’est inimaginable !

– Et si ! » répond Déplumé qui continue :

« On croit qu’il y a un haut fonctionnaire, présent ce samedi 15 août, qui a validé cette demande. On ne sait pas qui il est ni comment il a agi. Le dossier administratif, très bien rodé comme vous le savez, a suivi le circuit normal, et le Journal Officiel a publié cette décision le 1er septembre à 0 heure. Maintenant, la décision a été prise et elle est irrévocable alors que le maire réélu n’avait pas l’ombre de connaissance de cette procédure. Maintenant, la commune qui s’appelait Roses-les-Trois-Fontaines, s’appelle dorénavant Roses-les-Cinq-Fontaines.

– C’est absurde. Comment une telle décision a-t-elle pu être prise ?

– Ce sont les hauts fonctionnaires qui décident de tout, vous le savez bien. Et l’administration déroule les procédures sur la forme jusqu’à ce qu’elles arrivent à leurs fins sans aucun contrôle sur le fond.

– C’est un fait, mais l’auteur de cette bévue a-t-il pensé à tout ? Ou est-ce un fou ? Ou un placardisé comme il y en a tant dans les ministères et qui a profité du 15 août pour agir ? Vous vous rendez compte, changer toute la paperasserie administrative d’Île-de-France, de tout le territoire, voire de la planète. Et les sites internet ? Et les transports en commun ? Et les cartes routières ? Et les panneaux de circulation ?

– Ce sont les écolos qui seront contents. Cela fera du bazar de plus pour perturber la circulation routière, des bouchons en plus, des automobilistes qui se perdent un peu partout… » complète d’un air goguenard Déplumé.

« – Bon ça va. Passons à l’essentiel : les deux lauréats ? »

Eric Wolinski