FARàVélo lance le grand « Inventaire Coulée Verte »

Depuis quelques semaines une communauté d’usagers cyclistes de la Coulée Verte est en train de se constituer via twitter. Suite à un tweet de FARàVélo l’idée a même émergé de mobiliser les cyclistes de toute la Banlieue Sud pour améliorer et « muscler » la Coulée Verte. Car de plus en plus de personnes décident d’aller au travail à vélo, et il est donc temps que cette communauté se mobilise pour sa sécurité plutôt que de râler entre eux.

Exemple : lorsque la Coulée Verte croise une route, il n’y a qu’un passage piéton sur la chaussée. Pas de pictogrammes vélo, ni de cédez-le-passage. Un panneau demande même au cycliste de « mettre pied à terre ». Comme si on demandait à l’automobiliste à chaque feu de sortir de son véhicule, de le pousser 30 mètres jusqu’à l’autre côté du carrefour, de remonter à bord, de redémarrer et de partir. Aucun automobiliste n’accepterait de le faire. Ni aucun cycliste sur la Coulée Verte d’ailleurs. 

Conclusion: il faut adapter la signalisation et les marquages, car actuellement les cyclistes ne sont pas en sécurité. Le vélo n’est pas mis en valeur alors que tous les instruments législatifs vont dans ce sens : ils obligent à diminuer le trafic motorisé (PDUIDF) et à favoriser le vélo et la marche (PAMA2).

D’où le lancement par FARàVélo de l’initiative interdépartementale appelée « Inventaire Coulée Verte » qui va démarrer le 9, 16 ou 17 décembre (en fonction de vos réponses). L’initiative honore la mémoire de l’architecte fontenaisien Louis Pouey-Mounou, sans qui il y aurait eu une autoroute A10 à la place de la Coulée Verte (!). C’est son travail associatif des années 70 que FARàVélo souhaite aujourd’hui poursuivre avec toutes les associations de cyclistes pour développer la Coulée Verte.

FARàVélo cherche des volontaires prêts à passer une journée (très conviviale)  avec nous. Nous l’apprécierons si vous pouviez relayer cet appel, si possible en utilisant le hashtag #InventaireCouléeVerte.

Voici les détails :http://www.faravelo.com/2017/11/faravelo-lance-linventaire-coulee-verte.html?m=1

Voici les appels sur les réseaux sociaux:

Sur Facebook : https://www.facebook.com/FARaVelo92/posts/140852756567254

Twitter : https://twitter.com/FARaVelo/status/936283928733896709

Questions : faravelo@outlook.fr.

Cyclamicalement, 

Stein van Oosteren

FARàVélo, le collectif de cyclistes de Fontenay-aux-Roses

Témoignage : les Fontenaisiens veulent du vélo dans leur ville !

J’avoue que j’appréhendais cette rencontre avec les Fontenaisiens samedi dernier devant le marché.

FARàVélo s’était installé devant le marché pour demander à leurs concitoyens la question suivante : « le vélo vous intéresse-t-il ? » Nous voulions motiver les Fontenaisiens de donner leur avis ici (https://www.parlons-velo.fr/): trouvez-vous que l’on peut faire du vélo en sécurité à FAR ?

Je craignais un certain désintérêt pour la question du vélo. Je m’étais sérieusement préparé à être traité de fou. De fou furieux même. Mon appréhension était fondée : une étude récente montre que les Fontenaisiens ont un « taux d’équipement en voiture des ménages élevé »  (https://www.fontenay-aux-roses.fr/190/voirie-et-travaux.htm).

A mon grand plaisir les personnes que nous avons rencontrées ont exprimé au contraire un réel intérêt pour le vélo.

Une dame retraitée m’a dit : « je fais beaucoup de vélo monsieur, mais chez moi en Bretagne. Pas ici car j’ai peur ici ». Elle veut faire du vélo, mais une peur l’en empêche. En discutant, nous sommes arrivés à la conclusion que cette peur était le résultat du fait qu’il n’y a quasiment pas de pistes cyclables à FAR. Certaines ont même été supprimées car jugées trop dangereuses (la piste en contre-sens dans la rue Robert Marchand).

Il faut le dire: le vélo souffre encore de l’image d’une activité de loisir qui doit se pratiquer sur la Coulée Verte mais qui est dangereuse ailleurs. Pour la majorité, le vélo n’est pas encore considéré comme une alternative sérieuse à la voiture. Alors que le vélo est incontestablement le moyen de déplacement le plus économique et rapide en milieu urbain.

 Donc pourquoi ne pas profiter de la rénovation de nos routes pour mettre en place systématiquement des pistes cyclables ? Surtout que c’est même obligatoire ? (Lisez : http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/10/les-fontenaisiens-veulent-du-velo.html).

Promouvoir le vélo, c’est comme promouvoir la respiration, l’activité physique, la rencontre humaine, la ville vivable. C’est souhaiter aux gens de se rendre à leur travail à Montparnasse en 20 minutes chrono, sans stress, sans bouchon, sans facture d’essence, de contrôle technique et de parking. C’est tellement positif, personne ne peut être contre ça. Même pas les taxis : car chaque trajet en voiture remplacé par un trajet à vélo leur rend la vie plus facile.

 Si cette « vélorution » à FAR vous intéresse, participez à notre balade à Jouy-en-Josas (78) le dimanche 22 octobre. Départ à 10 heures devant la Médiathèque. Renseignements : faravelo@outlook.fr

Participez à l’enquête « Baromètre des villes cyclables »

Si vous voulez aider à développer le vélo dans notre ville, vous pouvez participer à cette enquête nationale en ligne:

https://www.parlons-velo.fr/

Vous pouvez y donner votre avis sur notre ville en matière de vélo: vous sentez-vous en sécurité? Pouvez-vous stationner votre vélo facilement?   

Vos réponses seront très utiles pour mieux identifier vos besoins et pour rendre notre ville plus cyclable (et agréable). 

L’enquête est organisée par la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB), qui publiera un classement des villes cyclables en 2018.

Attention: indiquez bien de quelle ville vous parlez. Comme Fontenay-aux-Roses n’est pas dans le menu, il faut choisir « AUTRE » et ensuite taper « Fontenay-aux-Roses » à la main comme j’explique dans cette vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=aSJnqOjVjFY&t=8s

Par ailleurs, si vous aimez les balades à vélo et si vous voulez aider le collectif cycliste FARàVélo (Fontenay-aux-Roses à vélo), contactez-nous via e-mail: faravelo@outlook.fr.  

Pour plus de renseignements: http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/07/fontenay-aux-roses-en-selle-avec.html

Des idées pour rendre FAR plus cyclable et agréable

Nous disons souvent que nous aimons FAR pour son « esprit village ». Pour moi, « esprit village » rime avec « circulation apaisée ». Donc: rouler moins vite, moins souvent en voiture et en deux-roues motorisé, et se déplacer plus souvent à pied et à vélo. Faisons-le sérieusement: le résultat sera un espace de vie plus agréable où l’on aura plus envie de rester et de faire ses courses. Une étude du Groupement des Autorités Responsables de Transport (GART) le confirme:

« Les consommateurs des commerces de centre-ville viennent majoritairement faire leurs achats à pied ou à vélo et, si l’on ajoute les usages des transports publics, la proportion atteint 80% (…). Au total, les automobilistes-consommateurs ne représentent donc qu’une petite minorité« . 

Donc pour dynamiser le commerce de proximité il faut dynamiser les moyens de transport de proximité: la marche et le vélo. C’est logique: à vélo vous irez plutôt à Carrefour Market, alors qu’en voiture vous irez plutôt ailleurs, à Vélizy 2 par exemple. Au détriment de nos commerces de proximité…

Heureusement les documents d’urbanisme de notre région incitent les villes à réduire la place du trafic motorisé au profit de la place pour les piétons et pour les cyclistes: 

1/ le Plan de Déplacements Urbains en Île-de-France (PDUIDF) prescrit une réduction des déplacements motorisés individuels; et

2/ le Plan d’Action pour les Mobilités Actives (PAMA2) prescrit une augmentation des déplacements à pied et à vélo.

Et comme FAR est une ville 30, elle se prête parfaitement à cette transition. Surtout que le relief n’est plus un problème depuis l’invention du vélo électrique (dont l’achat est en plus subventionné au niveau national).

Pour développer le vélo, nos voisins de Villejuif ont contacté mon compatriote Hans Kremers pour mesurer la « cyclabilité » de leur ville.

J’en ai tiré quelques idées pour rendre Fontenay-aux-Roses plus cyclable:

http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/08/fontenay-aux-roses-est-elle-cyclable.html

 Si ces idées vous tentent, soyez le bienvenu chez FARàVélo! (contact: faravelo@outlook.fr). 

Réaménagement de la rue des Pierrelais : quelques observations de FARàVélo

Depuis qu’elle a voté son adhésion au réseau Vélib’, Fontenay-aux-Roses affiche une volonté claire de développer l’usage du vélo. C’est une bonne nouvelle, surtout que le Conseil d’Etat vient de condamner l’Etat pour la première fois pour excès de niveaux d’émissions polluantes. En clair : l’air que nous respirons est d’une toxicité inacceptable.

Pour développer le vélo, le premier obstacle à surmonter est le sentiment d’insécurité dû à l’absence d’aménagements cyclistes. Pour y remédier, la Mairie propose de profiter du réaménagement de la rue des Pierrelais en créant une vraie piste cyclable totalement sécurisée (« en site propre »).

La Mairie consulte actuellement les Fontenaisiens concernant deux scénarii : un scénario avec piste cyclable et un autre sans piste. FARàVélo, le collectif cycliste de Fontenay-aux-Roses, a eu plusieurs échanges avec la Mairie pour tenter de trouver la meilleure solution. Il s’avère que le projet est complexe :

  • Une piste cyclable bi-directionnelle serait un symbole fort, mais est-elle suffisamment pratique ?
  • Les intérêts des cyclistes confirmés et débutants ne convergent pas toujours parfaitement.
  • FARàVélo souhaite éviter la perte du moindre arbre, mais en replanter suffisamment ferait sauter quelques places de stationnement.
  • Comment éviter le stationnement sauvage sans défigurer les trottoirs avec une forêt de potelets ?
  • Comment faire respecter la vitesse de 30 km/h sur cette route départementale (D129) sans répéter les panneaux 30 (puisque à l’intérieur d’une zone 30 on ne signale que l’entrée et la sortie) ?

FARàVélo vous recommande participer à la consultation en ligne, et vous fait partager les fruits de ses travaux et échanges avec la Mairie:

http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/07/reamenagement-de-la-rue-des-pierrelais.html

Si vous avez envie aussi que Fontenay devienne ville plus cyclable et agréable, n’hésitez pas contacter FARàVélo via faravélo@outlook.fr ou via tél. : 06 87 61 85 91.

Participez à la balade organisée par FARàVélo le Dimanche 23 Juillet

Qui a déjà parcouru la Coulée Verte jusqu’à la fin à Massy sur son vélo?

C’est ce que FARàVélo vous propose de faire ensemble le dimanche 23 juillet en partant à 10 heures de la place du Général de Gaulle.

Nous pique-niquerons à Massy et ensuite nous reprendrons le vélo pour retourner à Fontenay-aux-Roses ensemble.

Cette balade calme est ouverte à tous âges et permettra de partager le plaisir de se déplacer à vélo.

Apportez un déjeuner avec boisson et n’oubliez pas de vérifier que votre vélo est en état de marche. En cas de problème, vous pouvez le faire réparer à l’atelier vélo Les Jeunes Dans le Cycle: http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/06/un-atelier-velo-qui-fait-du-bien.html

FARàVélo est un collectif de Fontenaisiens qui promeut l’utilisation du vélo pour une ville plus agréable.

Pour plus de renseignements, contactez FARàVélo via mail (faravelo@outlook.fr) ou via téléphone (06 87 61 85 91).

L’exploit de FARàVélo : 40 Fontenaisiens ont participé à la Convergence Francilienne

Dimanche dernier, un record a été battu par le collectif cycliste FARàVélo : 40 Fontenaisiens ont participé au départ de la Convergence Francilienne. Le plus grand score jusque-là était de seulement…. 4 !

La Convergence Francilienne est le plus grand évènement cycliste d’Île-de-France. Il fait converger chaque année entre 3.000 et 5.000 cyclistes. De nombreuses villes organisent leur propre départ le long des 5 branches colorées, celle de Fontenay-aux-Roses étant sur la branche rouge (Banlieue Sud) :

Les Fontenaisiens étaient habillés en rouge et avaient accroché des ballons rouges sur leurs vélos. Il suffisait ensuite de se laisser emporter par la « Mer Rouge » :

Au départ devant la Médiathèque, chacun a reçu un T-shirt au logo de Fontenay-aux-Roses en souvenir :

Le premier grand moment de l’évènement était l’arrivée des milliers de Franciliens à la Bastille: la grande « Convergence ». Ensuite, les cyclistes ont formé une parade très festive de la Bastille jusqu’aux pelouses des Invalides pour un pique-nique géant sous un ciel plus que clément.

Vous retrouverez un retour en images du périple des Fontenaisiens en 18 étapes ici : 

http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/06/convergence-francilienne-2017-retour-en.html

Si vous souhaitez participer à FARàVélo pour partager le plaisir du vélo avec d’autres Fontenaisiens, n’hésitez pas à les contacter via faravelo@outlook.fr.

La place du Général de Gaulle : évitons le piège de l’utilité !

La place du Général de Gaulle à Fontenay-aux-Roses, me disait quelqu’un, donne « un goût inachevé ». Ça m’a fait réfléchir.
La place donne en effet l’impression d’inachevé, sans doute due aux écarts de niveaux, aux trous et au manque de cohérence du revêtement. Il suffit peut-être de réparer ces quelques problèmes pour mettre la place en valeur. Mais j’ai peur qu’on aille plus loin en voulant rendre la place plus utile. Cela pourrait « l’achever » au mauvais sens du terme.
La Grand Place au Plessis-Robinson
Prenez la « Grand Place » au Plessis-Robinson, que j’ai filmée ici : https://www.youtube.com/watch?v=N9t5wUTfdTY&feature=youtu.be. Cette place est à l’évidence totalement achevée. Plus rien n’y rentre. Mais à quel prix ?
Pour moi, on y est tombé dans le piège de ce que Nuccio Ordine appelle la « barbarie de l’utilité ». C’est comme si en aménageant l’espace on s’est dit : « il faut que chaque mètre carré soit optimisé et ait une fonction spécifique très clairement indiquée ». Le résultat: un espace à l’aspect « extrêmement utile » qui me fait penser à un bureau de poste avec des panneaux, des coins et des guichets pour faire ceci (se garer) ou cela (s’asseoir sur la terrasse). Mais en regardant la place elle me fatigue sur-le-champ, tellement ça grouille et ça sent l’utilité optimisée.
Vers la fin de la vidéo vous voyez, en bas de l’écran, l’entrée du parking souterrain. Cette rampe parachève pour moi cette impression d’une « usine qui tourne » à littéralement tous les niveaux, à une cadence automobile impressionnante d’ailleurs.
La place du Général de Gaulle à Fontenay-aux-Roses
La place du Général de Gaulle me fait l’effet contraire. Elle me repose instantanément. Pourquoi?
D’abord détrompez-vous : ce n’est pas parce qu’elle est plus grande. Car on peut très bien aménager un tout petit espace de façon à lui donner un caractère reposant. Comme la place Eugène Dumur à Châtillon, qui est aussi entourée de magasins et de restaurants :
Cette placette est agréable car elle est piétonne, mais aussi car elle a ce qu’il faut d’inutile pour s’y sentir bien. Il y reste encore un peu de cette richesse de plus en plus rare dans nos villes : de l’espace et du volume perdus. Il y a des arbres par exemple : sur un arbre on ne peut pas marcher, pas s’asseoir et pas se garer. Il y a aussi une fontaine : un objet inutile qui occupe pourtant une place démesurée sur la place Eugène Dumur.
Il faut de l’inutile
Je pense que la même analyse s’applique à la place du Général de Gaulle à Fontenay-aux-Roses. Elle est si agréable justement car il y a de l’espace inutile, inexploité, inoccupé par une voiture ou par un aménagement urbain particulier, sans panneau, sans banc. Je m’y sens bien justement grâce à ces dizaines de mètres carrés où on peut se perdre un peu sous les arbres pour….. se retrouver.
Ce sont ces espaces inutiles dont on a besoin pour survivre dans un milieu de plus en plus dense et utile. Car ils nous aident « à évader de la prison, à éviter l’asphyxie, à transformer une vie plate ou une non-vie en une vie fluide et dynamique, mue par la curiositas pour les choses de l’esprit et pour l’humaine condition » (L’Utilité de l’Inutile, Nuccio Ordine, p. XXII). C’est cette curiosité justement qui est tuée en une fraction de seconde lorsque je regarde la Grand Place au Plessis-Robinson. Sa parfaite utilité tue instantanément ma curiosité à coups de poteaux, de places de parking, de rebords, d’objets, de rampe de parking, de grandes façades uniformes et de mètres carrés ultra-réfléchis et optimisés.
Regardez de nouveau la vidéo pour observer, à la 28ième seconde, le Monsieur qui vient de traverser la route et qui doit presque faire le funambule sur le rebord d’un trottoir de quelques centimètres de large à peine pour rejoindre la terrasse. C’est affligeant de voir cela : l’espace tampon pour se sentir à l’aise sur la terrasse y est totalement sacrifié pour une histoire de rentabilité. Ça me rappelle cette phrase de Théophile Gautier: « L’endroit le plus utile d’une maison, ce sont les latrines ».
Ceci n’est pas une croisade contre M. Pemezec ou M. Vastel
Je ne dénigre nullement la commune du Plessis-Robinson, qui regorge au contraire d’atouts : des trottoirs et une chaussée de qualité, de belles rues avec des petits pavillons anciens bien entretenus, des petits centres visibles et reliés par un système de passerelles, etc.
Ma démarche consiste seulement à pointer le risque d’une possible dérive utilitaire et densificatrice: une dérive qui est à mon avis à éviter absolument à Fontenay-aux-Roses si nous voulons y préserver l’esprit village. 
 Cela exige de nous deux choses :
  1. considérer l’espace comme un luxe à préserver et non pas comme quelque chose à remplir automatiquement à bloc pour le « rendre utile » ; et
  2. apporter de l’originalité.
Etre dans l’opposition est facile: il suffit de dire « non »
J’ai aucun doute sur le fait que les Fontenaisiens sont tous d’accord sur ces deux points. Mais je constate aussi que souvent le débat s’arrête là. On s’enferme souvent dans l’opposition en disant « non » quand on vous propose quelque chose comme ceci:

Mais on ne montre pas ce qu’on veut à la place.
Attention: je ne veux pas critiquer ici le manque de consultation publique sur le devenir de la place, mais seulement préparer une réunion citoyenne. Très concrètement, je vous mets au défi:
  1. de montrer des images d’immeubles ou de constructions originales que vous verrez bien achever la place du Général de Gaulle sans l’achever, et
  2. de les apporter ensuite à la réunion que CIVIFAR organise le 19 juin à 20h30 dans la Salle du Château Sainte-Barbe. 
Car dire « non » est une chose très facile, alors que montrer ce que qui serait mieux est un geste hautement plus difficile, noble, citoyen et surtout utile pour notre ville.
Stein Van Oosteren

Et si la place du Général de Gaulle devenait RÉELLEMENT une Zone de Rencontre?

Je voudrais remercier Séverine Grastilleur pour avoir pointé le danger auquel s’expose le piéton sur la place du Général de Gaulle à Fontenay-aux-Roses :
En effet le piéton doit s’y frayer un chemin à travers les voitures garées et ensuite tenter la traversée à ses risques et périls. Avant chaque traversée, il espère que la voiture qui arrive l’a bien vu. Ce n’est pas très apaisant. Et pour un enfant c’est loin d’être évident…
Je comprends la tentation de dessiner des passages piétons pour remédier à ce problème d’insécurité. Mais je pense que cette suggestion prend le problème à l’envers.
Je m’explique.
Qu’est-ce qu’une Zone de Rencontre ?
Il est utile de rappeler la place du Général de Gaulle dans son ensemble est une Zone de Rencontre indiquée par des panneaux :
Selon le Code de la Route cela signifie que le piéton y a la priorité absolue et partout sur les voitures. On quitte donc l’idée d’enfermer chaque utilisateur dans sa petite zone réservée (passage piéton, route pour voiture). On ouvre au contraire un grand espace où la voiture et le piéton se croisent partout en harmonie. C’est pour cela que la vitesse maximale y est réduite à 20 km/h, qui permet la convivialité, la civilité et la courtoisie.
En gros, la place du Général de Gaulle est une sorte d’énorme passage piéton où les voitures peuvent passer après avoir laissé passer le piéton !
Pourquoi ne pas tracer des passages piétons ?
Je pense qu’en traçant des passages piétons dans ce « grand passage piéton » on supprime la zone de rencontre. Au lieu d’apaiser la circulation en favorisant la rencontre, on dit aux automobilistes : « seulement ici sur ce passage piéton vous devez faire attention aux piétons, mais le reste de la route vous appartient et vous y avez la priorité ». Résultat : l’automobiliste n’est plus incité à faire attention partout comme dans une véritable Zone de Rencontre.
Comment sécuriser le piéton alors ?
Pour assurer la sécurité du piéton dans la Zone de Rencontre je pense qu’il faut aller au bout du concept de Zone de Rencontre. Cela signifie qu’il ne faut pas canaliser et limiter la rencontre mais au contraire la favoriser.
Cela peut se faire :
·         en créant de la visibilité : amener les automobilistes à se garer sous le parking du marché qui est quasi vide 93% du temps (13 demi-journées sur 14).
·         En créant une chaussée uniforme qui matérialise la rencontre plutôt que de l’éviter en créant des couloirs d’accélération comme sur la place de l’Eglise (lisez : http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/04/la-place-de-leglise-reamenagee-quelles.html).
·         En matérialisant la rencontre dès l’entrée de la place du Général de Gaulle. Par exemple en faisant monter l’automobiliste sur un plateau uniforme pour lui faire sentir qu’il n’est plus dans « son couloir à lui », mais qu’il pénètre sur une place partagée…. de rencontre.
Je comprends que cette solution puisse paraître idéaliste et utopique. Pourtant elle est appliquée partout en France avec succès, même dans des grandes villes comme  à Lille :
Et si on ne veut pas l’appliquer car elle est utopiste, pourquoi alors avoir mis des panneaux Zone de Rencontre partout sur la place du Général de Gaulle ?
La place du Général de Gaulle changera bientôt de visage. Méditons donc sérieusement sur ces observations, pour un centre-ville plus apaisé, plus agréable, plus attractive pour tous.

Stein van Oosteren

Dimanche 4 juin : participez à la Convergence Francilienne à vélo !

Vous n’auriez peut-être jamais pensé à participer à un événement cycliste.
Eh bien, pourquoi pas cette année ?
Car le vélo est un moyen ludique, convivial, bon marché et écologique pour rendre notre ville et la circulation plus apaisées, plus…. sympa. Le vélo ne vous enferme pas (comme la voiture) mais au contraire facilite la rencontre avec d’autres Fontenaisiens. En plus, la pratique du vélo est bon pour le portefeuille, pour le moral et pour la santé !
Si ça vous tente, FARàVélo, le collectif cycliste de Fontenay-aux-Roses, vous invite à dépoussiérer votre vélo, à apporter un sandwich et à participer à la Convergence Francilienne :
Départ le dimanche 4 juin à 10h45 devant la Médiathèque
La Mairie vous offre un T-shirt avec le logo de la ville

Mais c’est quoi la Convergence Francilienne au juste ?
  • 3000 cyclistes d’Île-de-France, enfants et adultes, vont littéralement « converger » à Paris
  • Il y a quatre branches colorées (rouge, orange, verte, mauve)
  • Fontenay-aux-Roses est sur la branche rouge, donc portez du rouge
  • On converge d’abord à la Bastille
  • Lorsque tout le monde est là, on fera une grande parade festive jusqu’aux Invalides
  • On termine sur un pique-nique géant sur les pelouses !
  • Après, vous êtes libres; vous pouvez rentrer à FAR en mettant votre vélo gratuitement dans le RER.

Pour en savoir plus sur FARàVélo :