RETOUR SUR LE CONSEIL MUNICIPAL du 8 AVRIL 2021 par les élus EELV

Démocratie participative :

Deux délibérations étaient présentées sur ce thème, dont l’une octroie au Maire la possibilité de nommer lui-même des habitants dans les Conseils de Quartier. Une méthode de cooptation qui ne leur permettra pas de retrouver une certaine vitalité et neutralité. Les amendements proposés par Sonia Gouja n’ont malheureusement pas été acceptés par la majorité.

Comptes 2020 :

Les comptes 2020 montrent une dérive de certains investissements par rapport aux annonces d’origine :
– le gymnase du parc : surcoût de 700 000€ en 2020 et 18 mois de retard
– la place de Gaulle : surcoût de 300 000€ en 2020, après une première dérive de 400 000€ en 2019

Enfin, sur 4,5 millions d’euros d’acquisitions faites en 2020, voici les dépenses que nous n’aurions pas faites :
– 908 000€ pour acheter des places de parking souterrains, surtout quand rien de notable n’est fait pour un plan cyclable ou la piétonisation du centre-ville
– 150 000€ pour 2 statues
– 8 300€ pour des iPad aux élus : nous les avons refusés car ils ne sont pas nécessaires. Nous ne savons pas ce qu’ils sont devenus et espérons qu’ils ont été remis à des enfants pour étudier ou des personnes âgées car c’est un outil qui permet du lien social.

Budget 2021 et hausse des impôts :

La décision majeure du budget 2021 est la hausse surprise de la taxe foncière : +18% d’augmentation de la part communale, une augmentation importante pour les propriétaires, même les plus modestes.
C’est donc la deuxième fois que Laurent Vastel augmente les impôts par surprise (+16% en 2016) puisqu’il ne l’avait pas annoncé pendant la campagne électorale. On peut se demander à quoi servent les élections si Laurent Vastel n’annonce pas aux habitant ses intentions profondes. Cette décision par surprise ne peut qu’éloigner un peu plus les électeurs de la vie politique locale.

Subvention aux associations :

Les subventions aux associations ont été présentées. Elles reflètent le dynamisme du tissu associatif local et on peut s’en réjouir. Les associations bénéficiaires œuvrent dans le sport, la culture, le social, etc.
Fait notable : la disparition de l’association FARàVélo de la liste des bénéficiaires de subvention. Le maire semble vouloir punir cette association de promotion du vélo, une cause que le maire et sa majorité n’ont jamais prise au sérieux. Nous déplorons ces pratiques anti-démocratiques sur la forme, et une agression contre une association cycliste à contre-temps de l’histoire et du climat sur le fond. C’est une décision politique du maire qui ne supporte pas de voix discordantes lorsque des associations ne sont pas en phase avec sa politique, ou sont parfois critiques de ses choix.

Vœu pour l’annulation de la hausse d’impôts et un plan d’économie :

Gilles Mergy a présenté un vœu proposant un plan d’économies pour revenir au niveau de dépenses communales de 2020 sur plusieurs points. Ce plan permettrait d’annuler la hausse des impôts locaux voulue par Laurent Vastel et son équipe. Comme on pouvait le craindre, ce vœu a été rejeté par les élus de la majorité LR-LREM, et dénaturé honteusement par la première adjointe qui prétend qu’on veut supprimer les couches en crèche et le papier toilette…

Vœu sur la continuité pédagogique pour l’enseignement à distance :

Astrid Brobecker a présenté ce vœu visant à demander le renforcement des moyens techniques pour assurer l’enseignement à distance. Cela fait suite aux nombreuses difficultés rencontrées par les élèves de collèges et lycées pour se connecter aux Espaces Numériques de Travail normalement prévus pour assurer l’enseignement en temps de confinement. Ce vœu a été adopté à l’unanimité.

Question sur les coûts et l’efficacité de la vidéo-surveillance :

Nous devions présenter une question sur la vidéo-surveillance pour laquelle nous n’avons pas encore de réponse.

Afin de permettre à la commune d’avoir une vue complète sur les coûts et l’efficacité de ce dispositif, pourriez porter à la connaissance du Conseil Municipal les éléments suivants ?

  • Les coûts d’installation du dispositif de vidéo-surveillance engagés depuis 2014 et ceux à venir, incluant les caméras et le centre de visionnage des images
  • Les coûts d’exploitation annuels du dispositif de vidéo-surveillance, notamment la maintenance technique et informatique ainsi que le coût du personnel dédié au centre de visionnage des images
  • L’évolution de la délinquance de voie publique depuis 2014 dans les zones couvertes par les caméras et celle dans les zones non-couvertes, en vue d’en déduire l’efficacité
  • Le nombre et le taux de délits de voie publique élucidés grâce aux caméras de vidéo-surveillance

Maxime MESSIER et Astrid BROBECKER

Conseillers municipaux EELV