Actions de l’association CIVIFAR concernant l’urbanisme à Fontenay aux Roses

L’association CIVIFAR agit en faveur de la démocratie participative.

Nous souhaitons que nos élus dialoguent avec les Fontenaisiens dans tous les domaines.

Même s’ils n’y ont pas obligation les élus peuvent ainsi :

  • recueillir l’avis des habitants sur les projets qu’ils mènent,
  • s’assurer que leurs décisions répondent à l’attente de la majorité de leurs électeurs,
  • limiter le recours aux cabinets de conseil extérieurs.

Les avis des Fontenaisiens sont purement consultatifs, et n’empiètent pas sur le pouvoir de décision des élus.

Lors de l’étude de 2018 il a été décidé avec Monsieur le Maire que les Comités d’Habitants pourraient aborder tous les aspects de la vie municipale, pas seulement les problèmes de quartier.

La démocratie participative peut et doit donc s’appliquer à l’urbanisme, qui détermine le cadre de vie des Fontenaisiens.

Une CEMUA (Commission Extra-Municipale d’Urbanisme et d’Aménagement) a été créée à cet effet, mais cette commission s’est rarement réunie, et lors de ses quelques réunions elle a plus été un outil de communication qu’un outil de concertation.

Depuis les élections municipales de 2020, Michel Renaux a été nommé maire adjoint, conseiller municipal délégué à l’urbanisme. CIVIFAR l’a donc rencontré les 15 novembre 2020 et 16 décembre 2020 afin d’échanger avec lui sur l’urbanisme à Fontenay-aux-Roses.

Démocratie participative et Urbanisme

Michel Renaux nous a confirmé son attachement au principe de la démocratie participative, mais sous réserve qu’on ne mette pas en cause les projets de Laurent Vastel définis dans son programme municipal.

Cette position nous parait contestable, car les Fontenaisiens ont certes préféré globalement le programme de Laurent Vastel à ceux de ses opposants, mais certaines de ses propositions peuvent ne pas convenir du tout aux Fontenaisiens.

Rappelons certaines de ces propositions :

  • construire 1500 nouveaux logements d’ici 2030, et pas plus. C’est la contrainte imposée par le SDRIF.
  • utiliser les “dents creuses” et profiter des opportunités foncières pour créer de nouveau logements en “mode projet”
  • résorber les logements jugés insalubres (Blagis, Saint Prix…)
  • étendre progressivement la piétonnisation de la rue de Verdun vers le haut de la rue Boucicaut
  • concentrer les projets dans les zones OAP (Centre-ville, Scarron, Blagis , Panorama…)

Pour Michel Renaux c’est dans le cadre de la CEMUA, et non dans les Comités d’Habitants, que doit se faire le dialogue sur l’urbanisme.

Réflexion sur l’évolution urbanistique de Fontenay à long terme

Depuis des décennies une telle réflexion n’a pas été menée à Fontenay.

On pourrait s’en dispenser si les structures de Fontenay correspondaient bien aux besoins d’une ville moderne, avec des axes de circulation commodes et de vastes avenues. Malheureusement ce n’est pas du tout le cas. Faute de plan d’ensemble on accepte donc peut-être aujourd’hui des permis de construire qui s’avèreront gênants quand on saura ce qu’il aurait fallu faire.

Le point le plus préoccupant est notre centre-ville construit autour de l’étroite rue Boucicaut, ancienne grande rue du village, rue commerçante, rue d’habitation, et principal axe de circulation est-ouest de la ville emprunté par 3 autobus. La rue Boucicaut est une aberration en termes d’urbanisme.

Nous avons proposé qu’on lance une réflexion sur l’évolution globale de Fontenay à long terme. Michel Renaux pense que ce n’est pas concevable aujourd’hui, car cela entraînerait une révision du PLU, que le Territoire ne nous autoriserait pas à faire. Seules sont possibles de petites modifications, comme celles qui ont été faites dernièrement.

Pour lui une telle réflexion pourrait trouver sa place dans le cadre du PLUi (voir ci-dessous), ce dont on ne manquera pas de se souvenir.

Concernant l’idée du périphérique Fontenaisien pour désengorger le centre-ville, Michel Renaux évoque une évolution progressive pour ne pas déstabiliser les commerces. Il craint aussi que le détournement des autobus ne gêne les personnes âgées. Pour M. Renaux ce sujet pourra être réétudié dans le cadre du Conseil de Quartier Centre-Ville.

Concernant le besoin d’un zone piétonnière Michel Renaux a rappelé que la municipalité s’est engagée à rendre le centre-ville progressivement piéton. On s’étonne alors qu’on envisage de construire un gros immeuble entre le 101 et le 105 de la rue Boucicaut.

Publication des Permis de Construire

Michel Renaux a souhaité reprendre la publication des Permis de Construire dans le Fontenay MAG.

On sait qu’il y a de nombreuses controverses sur le nombre des nouveaux logements.

Nous avons donc travaillé avec Michel Renaux sur la définition d’une courbe montrant l’avancement vers la cible de 1500 à partir d’un comptage officiel, et nous avons écrit à Laurent Vastel le 23 février pour lui demander qu’elle soit publiée dans le Fontenay MAG.

Laurent Vastel a répondu positivement à cette demande le 26 mars, indiquant qu’une telle courbe serait publiée périodiquement.

« J’ai également décidé de créer  la commission extra-municipale d’urbanisme et d’aménagement (CEMUA) afin que nous puissions librement échanger sur ce sujet.

Dans ce cadre, la publication d’indicateurs chiffrés pourrait tout à fait trouver sa place. Aussi, je vous informe avoir demandé à mes services d’étudier la forme que pourrait prendre une telle publication. »

Une petite courbe a en effet été publiée dans le Fontenay MAG de mai 2021, mais elle ne donne aucun chiffre et ne peut donc créer de consensus.

Pourquoi ne pas publier le tableau de chiffres dont elle est tirée ?

De plus, dans le numéro de juin 2021, il a été annoncé que cette publication se ferait dorénavant sur le site de la Ville.

Depuis, si on va sur le site internet de la ville, à la rubrique :

« Démarches et services en ligne/ Urbanisme/ Autorisations d’urbanisme », on peut télécharger les permis de construire accordés avec la date de dépôt.

On y trouve une description laconique de chaque permis, avec sa référence. Il n’y a pas le nombre de logements. Pour plus de détails, il faut prendre rendez-vous avec le service de l’urbanisme, avec le N° du permis de construire.

Elaboration du PLUi

C’est le Territoire qui détient maintenant la compétence d’urbanisme, seules les autorisations de permis de construire restant au niveau de la commune.

Un PLUi (i comme intercommunal) va être élaboré au niveau du Territoire. A terme il remplacera notre PLU.

Le travail prendra environ 18 mois, avec diagnostic, révision du PADD, rencontre avec les maires, les conseillers municipaux, les citoyens, enquête publique, etc…

Ce sera l’occasion de corriger les imperfections de notre PLU.

Il importe donc que les Fontenaisiens s’impliquent dans l’opération. CIVIFAR y sera très présent.

Harmonie urbaine

 Selon M. Renaux pour évaluer une demande de permis de construire la Mairie prend en compte :

  • la conformité des projets par rapport au PLU,
  • la cohérence par rapport à la politique d’urbanisme municipale (projet de campagne),
  • l’harmonie urbaine et la qualité esthétique.

Le dernier point n’a pas été explicité dans le PLU. Or ça nous parait tout à fait essentiel.

Il n’y a pas de cas où une harmonie architecturale se soit créée sans qu’on n’en définisse les règles.

Nous avons écrit à Muriel Galante-Guilleminot, maire adjoint à l’esthétique urbaine, pour lui proposer de diriger un groupe de travail sur le sujet.
Laurent Vastel nous a répondu le 26 mai que cela ne lui parait pas nécessaire, compte tenu de l’attention déjà portée à ces questions par lui-même et son équipe.

Pour CIVIFAR – Alain Delahaye

L’urbanisme et la démocratie participative vous intéressent  ?

Rejoignez CIVIFAR !

Association CIVIFAR : site : http://www.civifar.fr/

Mail : asso.civifar@gmail.com

Vous pouvez aussi prendre votre adhésion avec HelloAsso : https://www.helloasso.com/associations/civifar/adhesions/adhesion-civifar/

L’intervention des Fontenaisiens du projet alternatif pour la place De Gaulle lors de la réunion du 14 Mars

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les élus,

Vous avez la chance d’être élus dans une ville où les habitants se sentent concernés par l’avenir de leur cité. Les Fontenaisiens veulent participer, et les 16 registres de requêtes lors de l’enquête publique sur le PLU vous l’ont bien montré !

Monsieur le Maire, dans le cadre de l’évolution de notre ville, comme vous l’aviez vous-même conseillé le 18 octobre à la réunion de lancement de la concertation « Place du Général de Gaulle – Parc Laboissière », nous vous avons écrit pour vous présenter un projet alternatif à la construction de l’immeuble de fond de place.

Notre projet consiste à édifier sur la place un Centre Culturel multi fonctionnel pour remplacer l’actuel Théâtre-Cinéma vieillissant, qui ne répond plus aux normes modernes. Nous proposons de construire à son emplacement l’immeuble d’habitation que vous envisagez pour la place du Général de Gaulle.

Monsieur le Maire, à de nombreuses reprises nous vous avons demandé pourquoi votre projet d’immeuble de fond de place ne faisait pas partie de la consultation qui s’est achevée le 31 décembre,  alors qu’il sera un marqueur extrêmement fort de l’identité de notre futur cœur de ville. Nous n’avons pas eu de réponse de votre part.

A maintes reprises, verbalement, par écrit et dans nos deux réunions en mairie, nous vous avons demandé de clarifier les propos que vous-même et plusieurs membres de votre équipe tenaient pour déconsidérer notre projet auprès des Fontenaisiens. Là encore nous n’avons pas obtenu de réponse.

Le 29 juin l’Association La Boissière a lancé une pétition s’opposant à la construction d’un bâtiment et à la réalisation d’un parking de surface sur le parvis devant l’entrée du Conservatoire.  Cette pétition vous a été adressée le 2 octobre, en recommandé avec accusé de réception. Elle comptabilisait 572 signatures et 121 commentaires. Cette pétition étant restée ouverte, 642 Fontenaisiens l’ont aujourd’hui signée. Nous vous remettons publiquement ce soir la liste actualisée des signataires de cette pétition.

Le 14 janvier notre groupe de Fontenaisiens a lancé une seconde pétition pour refuser la construction d’un immeuble d’habitation de 6 niveaux en fond de place, qui la fermerait sur son quatrième côté, et pour proposer de soumettre au vote de vos administrés le choix entre votre projet, le projet alternatif que nous présentions, ou tout autre projet qui serait soumis au vote.     A ce jour cette pétition a été signée par 590 Fontenaisiens. Nous vous remettons aussi ce soir la liste des signataires de cette pétition.

Vous verrez, Monsieur le Maire que  les listes de  signataires ne sont pas les mêmes pour les deux pétitions.

Monsieur le Maire, puisque vous considérez que les 451 Fontenaisiens qui ont voté pour l’installation du « pavillon folie » vous permettent d’affirmer que c’est le vœu des Fontenaisiens, alors vous ne pouvez pas ne pas prendre en considération les avis des 642 et 590 personnes qui refusent l’édification de la halle de type Baltard et la construction d’un immeuble d’habitation de 6 niveaux en fond de place.

Monsieur le Maire, ceux qui proposent et soutiennent une alternative à votre projet ne sont pas moins légitimes que ceux qui se sont exprimés dans votre consultation.

Les Fontenaisiens, vos administrés, ont donc exprimé nettement :

  • un refus qu’on construise un « pavillon folie » sur le parvis du Conservatoire et un nouvel immeuble d’habitation de hauteur R+5 au fond de la place du Général de Gaulle ;
  • une demande de soumettre à leur vote une alternative qui peut être le projet de Centre Culturel multifonctionnel, mais aussi tout autre projet qui serait proposé.

En conclusion Monsieur le Maire, étant donné le nombre important de Fontenaisiens qui ont manifesté leur opposition au projet de construction prévu actuellement nous vous demandons de ne rien entreprendre d’irrévocable d’ici les prochaines municipales. Car il s’agit d’une décision majeure qui va impacter de façon importante le cadre de vie des Fontenaisiens, et cela pour de très nombreuses années.

Peut-être faut-il prendre le temps de la réflexion, car même si notre projet citoyen pourrait être un peu plus coûteux (Cela n’a toujours pas été démontré) et sans doute plus long à mettre en œuvre, il paraît opportun de suspendre les études, et de reprendre la consultation populaire que vous avez commencée !

L’avenir de la place du Général de Gaulle, notre cœur de ville, mérite un débat transparent et approfondi et une validation démocratique indiscutable.

Si les Fontenaisiens valident votre projet, vous aurez  le temps de préparer sa mise en œuvre rapide (avec recours purgés, relogements sécurisés).

S’ils ne le valident pas, vous n’aurez pas engagé d’actions irréversibles qui entraîneraient immanquablement un gaspillage de temps et d’argent public, pour votre équipe ou celle qui vous succéderait.

Signé par :

Le groupe de Fontenaisiens auteur du projet alternatif pour la place du Général de Gaulle :

Fabrice Beckers, Hervé Levifve, Sylvie Lours-Gatabin, Daniel Marteau, Francis Rondelez, Antoine Thill, Bernard Welter, Christine Ziegler et Alain Delahaye

Pour une architecture réussie la place du Général-de-Gaulle

Par manque d’attention des municipalités la plupart de nos banlieues se sont construites de façon anarchique. Les constructions se sont ajoutées un peu au hasard, sans tenir aucun compte de l’environnement bâti. Le résultat est que ces banlieues sont tristement laides. Les habitants ont dû s’y résigner.

Quand on a parlé d’un Plan Local d’Urbanisme pour Fontenay-aux-Roses, beaucoup d’entre nous ont espéré qu’on allait échapper à cette fatalité. On n’attendait pas des changements rapides, car les projets d’urbanisme prennent des décennies, mais on souhaitait un cadre général, permettant de rejeter tout projet qui ne s’inscrit pas dans un schéma directeur.

On ne trouve pas cela dans le PLU. Monsieur le maire a du reste souvent exprimé ses réticences par rapport aux grands schémas de développement urbain, et sa préférence pour des projets isolés tirant parti des opportunités foncières.

Le PLU autorise un peu partout sur le territoire communal des immeubles plus gros, plus hauts, disproportionnés par rapport aux constructions actuelles.

Au moins la place centrale de Fontenay-aux-Roses aurait mérité une attention particulière.

Car une place doit être traitée comme un tout, et il y faut une cohérence d’ensemble.

Cette cohérence n’impose évidemment pas que les bâtiments soient tous du même style.

Il n’est pas question de construire aujourd’hui un bâtiment de style classique, comme celui du château Laboissière, ou de style art déco comme celui du bâtiment de l’ancienne poste.

Au Louvre, après de multiples et vives contestations, tout le monde reconnait la parfaite intégration de la pyramide de Pei dans la cour Napoléon. Et plus généralement le Louvre démontre qu’on peut avoir une harmonie incontestable en combinant tous les styles, de celui de la Renaissance à celui du XXème siècle. A chaque époque les architectes ont veillé scrupuleusement à construire de nouveaux bâtiments en harmonie avec l’existant et ont porté une attention particulière au choix des hauteurs et au rythme des façades.

Notons que pour le récent bâtiment les Terrasses – La Boissière (La Vie Claire), l’architecte a bien pris soin de fractionner sa façade en 3 parties, permettant une intégration réussie dans la rue Boucicaut.

L’immeuble projeté au fond de la place du Général-de-Gaulle ne respecte pas ces règles.

Il est trop haut d’au moins deux étages, sans fractionnement vertical de sa façade, derrière laquelle n’importe qu’elle affectation pourrait trouver sa place.

C’est un immeuble monolithique, sans aucun rapport avec la volumétrie des autres bâtiments.

S’il était construit cet immeuble viendrait s’imposer sur la place comme les cheveux sur la soupe.

Or ce fond de place est au centre géographique de Fontenay. Nous sommes en droit d’y attendre une création architecturale contemporaine particulièrement réussie.

C’est vrai pour l’espace culturel multifonctionnel qu’on espère comme pour les immeubles d’habitation.

Donnons aux Architectes le temps et les moyens de faire un beau travail.

Monsieur le maire souhaite construire un immeuble très vite. Si au bout du compte cet immeuble ne plait pas aux Fontenaisiens, il n’est pas certain qu’il y ait avantage.

Alain Delahaye

A propos du bâtiment au fond de la place du Général de Gaulle

Avec la place du Général de Gaulle, Fontenay a la chance de disposer d’une vaste place centrale.

C’est un lieu de rencontre chaleureux, où on trouve le marché, le beau château La Boissière devenu la Maison de la Musique et de la Danse, et un ensemble de maisons de ville qui rappellent le temps pas si ancien où Fontenay-aux-Roses était un village.

Le PLU précise que dans cette zone “Les bâtiments et ouvrages à édifier ou à modifier ne devront pas porter atteinte au caractère des lieux avoisinants. L’architecture des constructions devra assurer leur insertion dans l’environnement urbain proche et lointain.”

Les Fontenaisiens sont très attachés  à cette place. L’assistance aux réunions publiques des 19 juin et 18 décembre l’a montré. Plus que les autres projets de la ville, ceux  qui concernent la place du Général de Gaulle doivent donc faire l’objet d’une attention toute particulière.

Le projet de réaménagement de la place présenté par la Municipalité selon 3 scénarios possibles, propose de construire en fond de place, face à la Mairie, un grand immeuble dont on peut voir la maquette au Fontenay Scope. Cet immeuble comportera 42 logements et deux surfaces à vocation commerciale.

Bâti au point le plus haut de la place cet immeuble de 6 niveaux dépassera en hauteur toutes les constructions voisines.

Il introduira par ailleurs un nouveau style architectural sur la place.

De par sa taille et son style monolithique cet immeuble n’aura aucune cohérence avec les bâtiments voisins accolés en ordre continu suivant le parcellaire qui a façonné le centre de notre ville

Cette cohérence ne serait rétablie que si l’on remplaçait tous les bâtiments situés autour de la place par des immeubles semblables, ce qui ne se fera sans doute jamais.

Le bâtiment de l’ancienne poste témoigne depuis les années 30 de telles ambitions jamais réalisées. La prudence incite donc à ce que tout nouvel immeuble soit en harmonie avec ses voisins.

C’est du reste ce que prévoit le PADD qui recommande de “mettre en valeur les qualités architecturales du bâti et ce, dans le respect du paysage bâti environnant, notamment en recherchant une cohérence dans les gabarits architecturaux lors de futures constructions et rénovation : hauteurs, alignements…

Un groupe de Fontenaisiens soutenus par plusieurs associations a proposé une alternative, qui consisterait à créer à cet endroit un espace culturel multifonctionnel. Au sein de cet espace seraient transférés le cinéma le Scarron et le théâtre des Sources, qui ont besoin aujourd’hui d’importants travaux de modernisation. Un immeuble d’habitation d’une cinquantaine de logements serait construit à l’emplacement actuel du théâtre.

Pour que cet espace culturel valorise la place par son esthétique indiscutable, ils proposent que ce centre culturel fasse l’objet d’un concours d’architecture.

La mairie, le marché, le théâtre, le cinéma, la Maison de la Musique et de la Danse … tout concourrait à attirer les Fontenaisiens dans leur centre ville, conformément aux objectifs du PADD qui recommande de “faire des espaces publics des vecteurs d’animations urbaines et sociales“.

La place du Général de Gaulle deviendrait un centre d’animation incontournable, fierté des Fontenaisiens.

L’idée a été proposée à la Municipalité. Son examen est en cours.

Quoi qu’on décide de faire, deux aspects essentiels doivent impérativement être pris en considération :
–        l’harmonie du nouveau bâtiment avec l’environnement de la place,
–        sa qualité architecturale.

Avec ce  projet Laurent Vastel a une opportunité historique d’embellir la place et de valoriser le centre ville de Fontenay-aux-Roses.

Cela mérite qu’on prenne le temps  d’y réfléchir ensemble.

Alain Delahaye

Urbanisme, PLU : Le problème de la rue Boucicaut

La fixation des droits à construire n’est qu’un des aspects de l’urbanisme.
Tous les Fontenaisiens savent que le principal problème d’urbanisme de leur ville est la rue Boucicaut.

Cette rue était autrefois la rue centrale du village.
Elle va de la Coulée Verte à la Cavée sur une longueur de près de 700 m.
Au cours des temps elle a été élargie dans sa  partie basse, de la Coulée Verte à la Mairie.
Elle est très étroite dans sa partie haute, de la Mairie à la Cavée. 
C’est cette partie étroite qui pose problème, et dont il est question ci-dessous.

Destination actuelle de la rue
Cette portion de la rue Boucicaut est à la fois
  • · une rue commerçante (C’est la principale rue commerçante de Fontenay),
  • · un axe de circulation,
  • · une rue à usage d’habitation.
Tout cela est difficilement compatible, et crée des difficultés au quotidien.

Une rue commerçante
On y trouve le supermarché Carrefour-Market, mais surtout beaucoup de petits commerces séparés par des maisons d’habitation.
Le commerce reposant de plus en plus sur les grandes surfaces, ces commerces sont peu fréquentés.
Beaucoup ont fait faillite. D’autres vivotent.
Globalement ils ne constituent pas une rue commerçante attractive, d’autant que la circulation est intense dans la rue, que le  stationnement y est aléatoire, et que l’esthétique urbaine laisse à désirer.
L’idée de conserver le caractère de rue de village est bonne, mais il faudrait définir ce que cela veut dire, et en inscrire les conséquences dans le PLU.
Beaucoup de Fontenaisiens préfèrent donc faire leurs courses en dehors de la commune, à Sceaux, à Paris ou ailleurs.

Un axe de circulation
C’est un axe de circulation est-ouest.
On l’emprunte pour aller à Châtillon depuis Sceaux, Bagneux, Bourg-la-Reine … 
Le stationnement est autorisé sur un des côtés de la rue.
Il reste donc une voie pour la circulation, souvent obstruée par des véhicules qui se garent, ou pour des livraisons. 
Cette voie est empruntée avec difficulté par des autobus (194, 394, Petit Fontenaisien).
  
Une rue à usage d’habitation
Des maisons anciennes, vestiges de la rue de village, séparent les commerces.
Il y a aussi de grands immeubles construits dans les années 60.

Que faire ?

Plusieurs orientations sont possibles.

1. On peut laisser à la rue son orientation commerciale. 
Une belle rue bordée de beaux magasins serait un lieu de rencontre et de convivialité pour les Fontenaisiens. Beaucoup pensent à la rue Houdan de Sceaux, et se demandent pourquoi on ne va pas dans ce sens. Cela supposerait qu’on limite la circulation automobile, qu’on interdise le stationnement, qu’on construise des parkings importants à chaque extrémité, qu’on déplace certaines activités (ex : garages).
A terme la rue pourrait devenir piétonnière. 

2. On peut renoncer à y faire du commerce et réorienter peu à peu cette rue vers un statut de rue d’habitation.  
Il est probable que le bas de la rue, de la place Charles de Gaulle à la Cavée suffirait aux commerces dont Fontenay à besoin.

 3. On peut élargir la rue.

Il y a certainement encore bien d’autres solutions.

Le  PLU était une bonne opportunité pour mener une réflexion sur cette rue et définir une cible avec le concours des habitants et des urbanistes. Si on ne le fait pas de nouvelles constructions vont apparaître, qui feront obstacles à ce qu’il faudrait faire. 

Ce que propose le PLU pour la rue Boucicaut

La réflexion souhaitable n’a pas été menée.
Aucune orientation ne ressort du document.

Les Comités d’Habitants Scarron-Sorrières, Blagis-Gare, Pervenches-Val Content et Ormeaux-Renard ont proposé que le sujet soit étudié dans le cadre d’une commission de la CEMUA. Cette proposition a hélas été rejetée par la Mairie.

On semble supposer que les choses vont s’améliorer spontanément.
Le projet de la Cavée ne comporte pas de parking à grande capacité.
On ne pourra donc pas interdire le stationnement dans la rue, et l’accès aux commerces restera problématique. 
L’implantation de nouveaux commerces à la Cavée confirme l’idée qu’on souhaite toujours une immense rue commerciale de la Cavée à la Coulée Verte.

Le PLU va déterminer l’avenir de notre ville pour 10 à 15 ans. 
Dans l’intérêt des  Fontenaisiens les choses ne peuvent rester en l’état.

Alain Delahaye