Le comité d’habitants Blagis-Gare à la fête du quartier des Paradis

Le Comité d’Habitants Blagis Gare était présent à la fête du Quartier des Paradis. Il y accueillait les visiteurs pour leur présenter le rôle du Comité d’Habitants et les inciter à le contacter pour poser des questions, ou faire des propositions sur les évolutions futures de leur quartier.

Le Comité d’Habitants a maintenant une adresse mail où les habitants peuvent déposer des messages à son attention : habitants.blagis.gare@gmail.com

Un jeu de piste mis au point par la Maison de Quartier amenait les visiteurs sur le stand pour y trouver la réponse à trois questions:
– Qu’est-ce qu’un Comité d’Habitants ?  Réponse : Une équipe d’habitants du quartier, volontaires ou tirés au sort, bénévoles, qui a un rôle d’intermédiaire actif entre la municipalité et les habitants.
– Quel est le nom de votre Quartier ?  Réponse : Blagis-Gare
–  Qui peut faire partie du comité d’habitants ?  Réponse : Les habitants du quartier, les associations et les commerçants du quartier

De nombreux habitants de tout le quartier se sont pressés à cette fête que la pluie intermittente n’a pas réussi à gâcher.

Compte-rendu des réunions publiques du quartier Gare, du 29 mars dernier

1 – Diagnostic en marchant, de 16 heures à 18 heures

Présents :
Pour la Mairie : Mme Gagnard, Mme Mercadier, Mme Alvaro, M. Lhoste,
Monsieur Duez (DST) , M.  Hassan Elyaoui  (GUP)
M. le Maire, retenu en conseil de territoire,  nous a rejoint à mi-parcours.
Sous une pluie battante, une trentaine d’habitants ont participé au parcours, avec plusieurs membres du Comité d’habitants qui avait préparé ce parcours.
De nombreux problèmes ponctuels  (état des trottoirs , des chaussées, des arbres, etc….), ont été signalés par les riverains au passage. M. Duez a noté toutes les demandes.
Les problèmes plus globaux sont les suivants :
Problèmes sur  la rue Jean Noël Pelnard : le stationnement sur la coulée verte crée des fondrières dangereuses et inesthétiques. L’implantation d’un caillebotis tel que posé sur la partie sud de la rue pourrait  être une solution.
Problème Poids Lourds : Le circuit rue Gallieni – rue Jean Noël Pelnard est très utilisé par les poids lourds qui approvisionnent Clinalliance et Lanteri. Mais beaucoup de camions montent  sur les trottoirs au virage Gallieni –Jean Noël Pelnard et frolent les piliers du #3  de la rue. Ils roulent  ensuite sur le trottoir le long de la rue Jean Noël Pelnard qui est trop étroite pour eux. Les trottoirs y sont donc très dégradés.  Serait-il possible de définir un itinéraire poids lourds recommandé et de l’aménager pour qu’il soit réellement praticable pour les poids lourds. Les autres rues devraient être interdites aux poids lourds de plus de 3,5 tonnes.
Problèmes de vitesse excessive des véhicules : Dans les lignes droites de la rue René Isidore ou  de de la rue des Potiers, certains véhicules accélèrent dangereusement. Des ralentisseurs pourraient éviter ces excès.
Problèmes de stationnement : Plusieurs riverains demandent que les sorties de garage soient clairement identifiées et, par exemple marquées en jaune  pour y éviter le stationnement.
Il serait aussi souhaitable que les emplacements de stationnement soient marqués  à la peinture blanche sur la chaussée pour optimiser le stationnement des véhicules. Prière de consulter les riverains  avant de faire ces marquages. Enfin, lorsque les emplacements de stationnement constituent des chicanes (entrée dans la rue M. et P. Curie et sortie par la rue de l’abbé Turgis), il est nécessaire de matérialiser ces chicanes ( par exemple chandelle souple) pour éviter les stationnements  trop rapprochés qui peuvent empêcher  le passage des véhicules un peu longs.
Sentier piétons le long du RER de l’avenue Lombart jusqu’à la rue des Potiers : une flaque d’eau à l’entrée du sentier, une autre plus importante vers l’entrée du Métro. Plus loin, le long du jardin conservatoire, le sentier et ses superstructures penchent vers la ligne de métro. Si cela s’aggravait, cela gênerait les piétons, notamment en cas de verglas.
Hotel du SAMU social (ex villa Renaissance) : Des riverains de la rue René Isidore ont pu dialoguer avec deux responsables de cet hôtel et ont reçu des assurances sur la maitrise des nuisances que pourrait  provoquer cet hôtel.
– Avenir de l’espace boisé classé au nord de la rue des Potiers, en regard de la rue François Villon. Ce terrain est actuellement défriché par son propriétaire qui espère en faire un terrain à bâtir. Comment faire respecter cet espace boisé classé.

2 – Réunion publique, salle Lanteri, de 20heures à 23  heures

Présents :
Pour la Mairie : M. Vastel, maire, Mme Gagnard, Mme Mercadier, Mme Alvaro, Mme Benmeradi, M. Aubrun, M. Lhoste, M. Bigret, M.Faye, M. Durand, M. Napoly, M. Chambon
Mme Braun Paruit, Monsieur Duez (DST) , M.  Hassan Elyaoui  (GUP).
Une soixantaine d’habitants assistaient à cette réunion dont la plupart des membres du Comité d’habitants.
M. le Maire rappelle que le diagnostic en marchant de l’après midi a été préparé par le Comité d’Habitants Blagis Gare. A la demande de ce Comité, il en a reçu des représentants  le 23 mars dernier pour leur donner les dernières informations concernant la rénovation de la cité des Blagis.
M. le Maire présente les membres du comité d’habitants.

Voirie, Circulation, Stationnements :
A la dernière réunion publique, de nombreux problème de voirie avaient été présentés. Un plan pluriannuel d’investissement (PPI) a été élaboré pour planifier la remise en état de voies de Fontenay.
M. Chambon conseiller municipal délégué à la voirie a pris en compte la proposition du comité d’habitant concernant le stationnement rue François Moreau.
Il engage une réflexion sur l’aménagement de la zone de stationnement  sur la coulée verte, le long de la rue Jean Noël Pelnard, avec des plaques « Evergreen » qui éviteraient les fondrières.
Concernant la saturation des places de stationnement, il envisage de rendre payant le parking du RER situé entre le rue  Robert Marchand et la rue du Stand, avec un tarif réduit pour les riverains. A terme, il pourrait aussi être étudié la possibilité d’ajouter un parking souterrain sous cette parcelle.
Des travaux d’enfouissement  EDF sont en cours rue Gambetta. Trottoirs et chaussée seront refaits à la fin de ces travaux.
Pour le quartier Blagis Gare, les travaux de réfections de chaussée prévus par le PPI en 2016 concernent seulement la rue François Moreau, la rue des Pépinières et la rue Rémy Laurent. D’autres rues sont prévues  dans le PPI pour les années suivantes, la communication de ces informations a été demandée.  Le PPI prévoit aussi la mise aux normes de tous les arrêts de bus, la mise à niveau des  éclairages publics et la réfection des circuits d’assainissement, notamment rue de l’abbé Turgis.
Concernant la circulation des poids lourds (voir le CR du diagnostic en marchant),  il est impossible d’interdire les rues aux poids lourds de plus de 3,5 Tonnes, il faut pouvoir desservir Clinalliance, Lanteri et le Café de la Gare et laisser le passage aux bennes à ordures. Mais la suppression de places de stationnement dans le virage Gallieni –Jean Noël Pelnard pourrait faciliter  le passage des poids lourds.
A la demande d’habitants, des panneaux rappelant la limitation de vitesse à 30 km/h ont été ajoutés dans le quartier.
Certains habitants ne comprennent  pas  le choix des rues à rénover  en 2016. La partie Est de la rue Marie et Pierre Curie paraitrait plus urgente.
M le Maire répond qu’il a fallu définir des priorités, mais que des aménagements sont possibles.
Il annonce aussi que va être lancée, en septembre 2016, une étude générale du stationnement et de la circulation pour toute la commune. Cette étude devrait prendre  en compte les problèmes abordés ce soir et cet après-midi, notamment pour les rues François Moreau, Jean Noël Pelnard et la circulation des camions de livraisons.
Concernant le stationnement  prolongé de camping cars dans les rues, M. Le Maire répond que cela est légal et qu’aucune mesure contraignante n’est possible.

Mme Benmeradi présente les travaux prévus rue Rémy Laurent : Les trottoirs et la chaussée vont être refaits conformément aux souhaits exprimés par les riverains lors de deux réunions. Pour obliger les voitures à réduire leur vitesse dans la pente, un coussin berlinois et un plateau traversant seront ajoutés. Le problème d’éclairage est réglé. Les travaux devraient commencer le 12 avril et durer un mois.

Urbanisme – Environnement :
M. Faye fait le point sur les demandes concernant les fissures dues à la sécheresse dans le quartier Potiers Rémy Laurent. Un dossier a été constitué et transmis à l’état pour demander la reconnaissance de catastrophe naturelle. Réponse en attente.   De plus, ce risque de mouvement de terrains du à la sécheresse sera mentionné dans le PLU, les futurs acheteurs seront ainsi prévenus du risque.
Concernant le permis de construire déposé par l’université Paris 11 sur le terrain de l’ancienne école normale, il s’agit seulement des constructions d’un accès pour les pompiers et d’un escalier. Une concertation est en cours avec l’université Paris 11 pour demander que les galeries souterraines de ce terrain ne soient pas détériorées.
A la demande d’habitants, la situation du sentier des Chanteclous, entre la rue René Vauthier et la rue Gambetta, est en cours d’examen.  Ce sentier semble avoir été privatisé et interdit au public suite à un échange de terrain, dont on ne retrouve pas les traces.

P.L.U. 
M. le Maire rappelle que le PLU est en cours d’élaboration.  Un forum sur ce sujet, ouvert à tous, est prévu le 3 mai prochain. Une restitution en réunion publique est prévue le 24 mai.
Un habitant demande que le PLU ne se contente pas de prescriptions qualitatives, mais qu’il définisse des contraintes chiffrées (hauteur maximale, pourcentage d’espace en pleine terre, ….).  M. le Maire assure que le PLU va retranscrire en langage PLU les contraintes qui existaient dans le POS actuel. Le PLU contiendra la même surface d’Espaces Boisés Classés  (EBC) que le POS actuel, mais pas forcément au même endroit. Tout déclassement sera compensé par la création d’un EBC de même surface. Par exemple, la place du général de Gaulle est aujourd’hui un EBC caricatural. Elle sera déclassée et remplacée par un autre espace.

Concernant la Démolition – Reconstruction de la cité des Blagis, M. le Maire  souhaite désenclaver cette cité en la reconnectant à la voirie de la ville. Il souhaiterait, en particulier, créer une traversée  vers la rue Jean Perrin, et coupant la rue des Paradis.

Chantiers divers
La clinique Clinalliance souhaite s’agrandir  sur le  terrain de la crèche « L’ile aux enfants », pour créer un hôpital de jour.  Le permis de construire devrait être validé en 2017. Cet hôpital de jour devrait permettre la création d’environ 10 emplois. Des habitants s’inquiètent  des besoins d’aires de stationnement générés par cette création. M. le Maire répond que les usagers viendront en véhicules sanitaires légers (VSL) qui ne stationneront pas.

Au carrefour des Mouilleboeufs était prévu un immeuble de 40 logements et une petite surface commerciale. Un recours gracieux a été déposé, mentionnant le non respect de la hauteur maximale spécifiée dans le POS modifié. La hauteur va donc être réduite ainsi que le nombre de logements. Les travaux devraient commencer en 2017.

M. Bigret présente les travaux  concernant la Place de l’église.  L’étude de la circulation au carrefour Boucicaut –  Dolivet a montré que ce carrefour était souvent saturé. En conséquence, la voie tourne-à-gauche de la rue Boucicaut sera maintenue. Le passage piéton sur la rue Boucicaut sera décalé d’environ 8 mètres vers le nord, pour laisser libre  un emplacement d’une ou deux voitures souhaitant tourner à droite, et libérer le passage aux véhicules continuant tout droit rue Boucicaut. Les travaux commenceront le 4 avril.

Voies de garage RER :
M. Faye répond qu’un accord officieux a été trouvé avec la RATP, qui accepterait de ne créer qu’une position de garage au lieu des deux prévues initialement. De ce fait, Fontenay serait  moins impacté, la position de garage ne s’avançant  sur Fontenay que sur  50 mètres au delà du pont sur l’avenue Paul Langevin. Les riverains de la rue Briant et du chemin Renaudin  n’auraient  pas de nuisances.  Il reste à obtenir l’accord du STIF sur cette solution.
La passerelle piétonne au dessus du RER n’est pas propriété de la RATP mais de la ville de Fontenay. Sa réfection doit donc être sous-traitée à la RATP et payée par la ville.

Connexion fibre :
M. le Maire répond que les armoires fibre ont été installées sur tout Fontenay par Orange. Tout les Fontenaisiens doivent donc pouvoir y être raccordés. Des habitants répondent que ce n’est pas si simple : Le raccordement n’est pas possible sans nouveaux travaux d’enfouissement  si des fourreaux n’ont pas été posés par Orange dans la rue concernée. Plusieurs pavillons de la rue René Vauthier sont dans ce cas. La Mairie devrait demander à Orange un état précis des raccordements possibles.

Débat sur les nouvelles constructions à Fontenay :
M. le Maire rappelle  que différents documents légaux nous imposent de construire à Fontenay  1500 logements sur les 15 ans à venir .  Pour lui, cela est tout à fait possible sans « bétonner » largement Fontenay. Pour cela, M. le Maire pense que l’on peut y parvenir en résorbant  les verrues urbaines de Fontenay  et en lançant quelques opérations opportunistes, de moins de 100 logements, telles que  La Cavée , la place du général de Gaulle,  un immeuble à la place de la BNP, un immeuble rue Marx Dormoy (terrain départemental), etc… et en ajoutant les 600 logements privés supplémentaires dans la cité des Blagis.
M. le Maire insiste sur la faible densité de construction de Fontenay : si Fontenay avait la même densité que Montrouge, sa population serait de 60 000 habitants !
Il rappelle aussi que les opérations de construction de logements privés sont  plus fragiles que celles de logements sociaux. En effet, les logements privés sont financés par les prêts de banques privées qui n’acceptent pas les opérations à risques (menacées de recours, insuffisamment rentables, …). Pour le logement social, l’état se porte garant des emprunts des bailleurs sociaux, et accepte de prendre plus de risques. Par exemple, des constructions  peuvent être lancées  même si des recours sérieux sont en cours d’instruction.  Le risque de bétonnage social est plus élevé que celui du bétonnage privé.

Maison des entrepreneurs :
La maison de l’emploi est en rénovation et abritera  une « Maison des entrepreneurs »  et un espace  « Accession à Internet »

Fin de la réunion

COMPTE-RENDU DE VISITE ET DE REUNION PUBLIQUE DU QUARTIER DE LA GARE, MERCREDI 24 JUIN 2015

DE 15H30 18H Diagnostic en marchant dans le quartier
Etaient présents :
Elus:
Madame Gagnard, Madame Mercadier, Monsieur Vastel, Maire de Fontenay, Messieurs Bigret, Lhoste.
Cabinet du maire : Mme Braun Paruit, Hassan Elyaoui
Directeur des Services techniques : Monsieur Duez

Une trentaine d’habitants ont participé à tout ou partie de ce diagnostic en marchant.
L’itinéraire  publié sur le site internet de la ville a été à peu près suivi, avec plusieurs extensions demandées au passage par des habitants.
Principaux sujets abordés :
– Le mauvais état des chaussées et des trottoirs de nombreuses rues que M. le Maire a pu constater de visu. Le mauvais état de certains trottoirs est du aux racines d’arbres situés en terrain privé.
– Le nettoyage des rues ne satisfait pas certains habitants, plus particulièrement pour la rue des Pépinières qui est la frontière entre Fontenay et Sceaux et n’est donc nettoyée qu’à moitié par la ville de Sceaux.
– La saturation des places de stationnement du  quartier, envahies par les usagers du métro. Cela entraine des passages piétons bloqués, des sorties de garage impossibles, des stationnements sur les trottoirs ou sur la coulée verte qui n’est aménagée que partiellement pour cela. M. le Maire envisage d’aménager toute la bordure de la coulée verte le long de la rue Jean-Noël Pelnard pour qu’elle puisse servir au stationnement sans être défoncée.
– Le stationnement abusif sur l’avenue Paul Langevin et ses abords par les étudiants de la Fac de Sceaux ou par les utilisateurs de la synagogue les jours de cérémonies.
– M. le Maire a aussi été alerté sur l’état dégradée de la passerelle piétonne au dessus du métro, qui est couverte par une large flaque d’eau les jours de pluie. La restauration de cette passerelle fait partie de la négociation engagée avec la RATP pour la construction d’une voie de garage supplémentaire.
– M. le Maire a aussi visité de façon impromptue l’hôtel  social  de la rue René Isidore (ex Villa Renaissance). C’est un investisseur privé qui a transformé la maison de retraite en hôtel social (49 chambres) pour loger les personnes qui appellent le 115. C’est un investissement rentable, chaque nuitée étant payée 70 euros par l’état. La Mairie ne peut pas remettre en cause un tel fonctionnement, mais veillera à éviter les tensions ou les nuisances avec les voisins. Elle demande en particulier que l’hôtel soit pourvu d’un règlement  intérieur, pour éviter les abus (par exemple 6 personnes logées dans 16 m²)
La visite s’est terminée vers 18 heures… au café de la Gare.

20h – 23h REUNION PUBLIQUE à la Résidence Lantéri (7 rue gentil Bernard)

La réunion débute par la projection d’un clip sur le quartier, « Mix de Quartier » réalisé par Tom Raynal,  dans le cadre de l’opération « Filme ton Quartier »  de  la chaine France 3.
http://www.adopteuneville.com/video/463/mix-de-quartier

Etaient présents :
Elus : Monsieur Vastel, maire de FAR, Messieurs Bigret, Durand, Napoli, Chambon, Mesdames Gagnard, Benmeradi,  Bourdet, Mercadier.
Services Techniques : Monsieur Duez
Cabinet du maire : Mme Braun Paruit, M. Elyaoui.
Environ 60 habitants présents.

Monsieur Vastel présente les élus référents du quartier : Mesdames Benméradi et Alvaro (absente excusée) et Messieurs Durand et Napoly.

Il rappelle le rôle des Comités d’Habitants qui viennent d’être renouvelés. Le comité d’habitants Blagis Gare comporte 21 personnes dont une grande majorité est présente à cette réunion.
M. Vastel indique que pour notre quartier, 59 interventions ont déjà été réalisées depuis décembre 2014, en particulier pour boucher des trous, remettre ou changer des potelets, remplacer les poubelles publiques, etc…. Le chalet de tir à l’arc va également être restauré.
Il rappelle la mise en place d’un numéro vert, accessible gratuitement par tous les Fontenaisiens pour signaler à la Mairie le besoin d’une intervention sur le terrain ou d’une médiation.

Principaux sujets abordés par M. le Maire et par les participants :

– Fibre optique :
Tout le quartier sera très bientôt connectable à la fibre, y compris les particuliers  (via Orange).

Projet d’Espace Numérique à la Maison de l’économie et de l’emploi:
La future intercommunalité de 12 villes (dont Fontenay) qui sera créée en Janvier 2016, est la seule intercommunalité du 92 retenue pour un financement du Fond Européen de Développement régional (FEDER).
Le projet soumis par cette intercommunalité concerne, pour Fontenay,  l’implantation d’un cluster d’entreprises auprès du CEA (3M d’euros) et la création d’un espace public numérique (1 M d’euros). Le but de cet espace numérique est de démocratiser l’accès de tous aux nouvelles technologies numériques, par exemple en formant les jeunes à ces nouveaux outils, à leur avantages et à leurs dangers, en créant un lieu d’illustration de cette révolution internet, en y organisant une exposition d’art numérique, etc…
Cet espace serait installé dans notre quartier, dans les locaux de la Maison de l’Economie et de l’Emploi qui va déménager à Bagneux. Une Maison des entrepreneurs serait aussi logée dans ces locaux. La restauration de ce bâtiment est estimée à 1 M d’euros. Les autres occupants de cette maison (Restau du cœur, Secours Catholique, .. .) seront relogés dans des locaux municipaux.

– Extension de la clinique Clinalliance :
La clinique de la rue du Maréchal Galliéni a racheté les locaux de la Crèche « L’Ile aux Enfants » pour pouvoir s’agrandir. Elle souhaite installer un cabinet de radiologie et un hôpital de jour pour y faire de la rééducation.
Cela entraine donc la disparition des 19 berceaux de la crèche, qui sera plus que compensée par une extension de 22 berceaux à la crèche des Pervenches et la création d’une crèche privée de 10 berceaux, dans les locaux de l’ancien magasin Vidéo Futur.
Question : Où stationneront les clients de l’hôpital de jour ?
Réponse : Proposition à étudier, sur la coulée verte, le long de la rue Jean-Noël Pelnard, d’un stationnement payant, mais à tarif réduit pour les Fontenaisiens.

Autres problèmes de stationnement soumis par des habitants :
Des non Fontenaisiens partent en vacances et laissent leur voiture 2 à 3 semaines dans les rues de notre quartier. Il y a aussi des camions ou des camping-cars qui stationnent en permanence dans nos rues.
Réponse : Une solution pour éviter la colonisation des places de parking par des non fontenaisiens est le stationnement payant généralisé, avec un tarif réduit pour les Fontenaisiens (voire gratuit, avec une vignette résidant).

– Potelets placés en dépit du bon sens, n’empêchent pas le stationnement gênant.
– Stationnement abusif empêchant de rentrer dans son garage
– La nouvelle station Autolib fait perdre 8 places de stationnement. Est-ce justifié ?
Réponse : Autolib est un service qui marche bien et peut réduire le nombre de voitures particulières.

–  Problèmes d’éclairages : les nouveaux lampadaires éclairent une surface trop faible
Réponse : On teste actuellement un éclairage blanc, à LED, qui consomme moins et éclaire mieux. On envisage aussi une modulation de l’intensité pour augmenter l’intensité au passage des piétons.

–  Problèmes du RER B
Réponse : Le principal problème qui perturbe le fonctionnement du RER B est la saturation du tunnel à deux voies entre Chatelet et Gare du Nord, qu’il partage avec le RER D. La solution RATP très couteuse consisterait à passer ce tunnel à 4 voies pour éviter ce partage avec le RER D. La FNAUT propose que soit lancée une étude de faisabilité d’un passage à seulement 3 voies, partagées par  les RER B et D. Cette solution serait nettement moins couteuse et amènerait surement des améliorations. Il est proposé que chaque commune concernée participe au financement de cette étude de faisabilité à hauteur de 1000 euros par commune.

– Nuisances sonores RATP :
Un participant souligne que depuis plusieurs années, la RATP assurait un entretien des voies  qui faisait baisser le niveau de bruit au passage des trains. Cet entretien n’est plus assuré aussi souvent et le niveau de bruit est remonté.

Constructions de logements
M. le Maire informe des pressions très importantes que nous allons subir pour la construction de logements à Fontenay, en particulier au voisinage des gares :
–  Le Schéma Directeur de l’Ile de France (SDRIF) prévoit que nous devrons construire 1500 logements sur les 15 ans à venir.
– la Territorialisation de l’Offre de Logements (TOL), définie par le préfet prévoit  la construction de 3000 logements sur les 15 ans à venir
– Le gouvernement envisage aussi des Opérations d’Intérêt National  (OIN) qui, sur certaines parties de Fontenay, donnerait pleins pouvoirs au préfet pour décider des constructions.
M. le Maire se propose de résister à ces pressions par une logique de projets cohérents, peu contestables, qui devraient permettre de montrer notre bonne volonté, tout en évitant une densification trop importante. Ces projets sont décrits dans le document Programme Local de l’Habitat (PLH) 2015 – 2020 de la Communauté d’Agglomération Sud de Seine, qui vient d’être élaboré, sera soumis au vote du Conseil  municipal et a de bonnes chances d’être approuvé par le Préfet.
Ces projets concernent principalement le réaménagement du centre ville et la rénovation de la cité des Blagis. Le financement de la rénovation de la cité des Blagis nécessitera la vente d’une partie des terrains de la cité pour  des opérations de construction de logements privés (quelques centaines d’unités).
La rénovation des Blagis sera amorcée par la construction rue des Potiers d’un immeuble de 40 logements, ce qui, ajouté aux 50 logements libérés chaque année dans la cité (soit un taux de rotation de 7%), permettra de reloger les habitants des 90 logements de la première barre à détruire et reconstruire.

Question : Où en sont les projets pour le carrefour des Mouilleboeufs ?
Le projet à l’étude concerne un petit immeuble R+3+combles de 40 appartements, plus deux cellules commerciales et des places de parking. Une cité de l’artisanat est prévue à Sceaux, de l’autre coté de l’avenue Paul Langevin,  sur une partie du terrain de la DDE.

Question : Pourrait-on avoir un distributeur  de billets (DAB) dans le quartier?
Pour être rentable, un DAB nécessite 110 retraits par jour, ce qui n’est pas atteignable dans le quartier. Si on voulait l’imposer, cela couterait 80000 euros à la commune.

Question : Avenir du bâtiment du Conservatoire
La simple mise aux normes du bâtiment est estimée à 2 M d’euros. Ces locaux seront d’abord réutilisés pour reloger d’autres équipements municipaux qui devront déménager pour cause de rénovation. Le club des Anciens pourrait y être installé pendant sa rénovation.
A plus long terme, toutes les options sont ouvertes : Maison des Artistes, équipement mixte public privé, vente pure et simple, etc….

Fin de la réunion

Les travaux d’implantation de la 6ème station Autolib ont commencé.

Le contrat signé  en 2012 par la commune de Fontenay aux Roses avec Autolib prévoyait  l’implantation de 6 Stations sur son territoire.
5 stations sont déjà en fonctionnement. Une 6ème station est en cours d’aménagement, tout près de la gare RER, sur les rues René Isidore et Robert Marchand, entre le  sentier du Clos des Chevillons et la piste cyclable de la Coulée Verte.
Contrairement à ce qui nous avait été annoncé, la station est installée sur le coté droit de la rue et non sur le coté gauche. Certains habitants du quartier déplorent que cette station entraine la suppression de 8 places de stationnement normales qu’ils utilisaient.

Quel emplacement pour une nouvelle station Autolib à Fontenay

Le contrat signé  en 2012 par la commune avec Autolib prévoit l’implantation de 6 Stations sur son territoire.
5 stations sont déjà en fonctionnement (Division Leclerc, Marx Dormoy, Jean Jaurès, Lombart, Paul Langevin). Une 6ème station doit donc être implantée, de préférence au voisinage de la gare RER. Cette station doit comporter 7 places de stationnement, ce qui équivaut, à cause des aménagements spécifiques, à la suppression de 8 places de stationnement normales.
Michel Faye et Françoise Gagnard ont donc organisé, le 21 novembre,  une réunion avec les comités d’habitants Blagis- Gare et Ormeaux- Renards pour proposer des emplacements.

Deux emplacements sont proposés par la Mairie, qui semblent ne pas trop pénaliser le stationnement résidentiel des habitants :
– Rue Jean-Noël Pelnard, en face des numéros 3 et 5 de la rue, après les emplacements réservés RATP

 
– Rue René Isidore et Robert Marchand, entre le  sentier du Clos des Chevillons et la piste cyclable de la Coulée verte

L’un des représentants des comités d’habitants a proposé que cette station soit plutôt  installée sur le parking public qui débouche sur la rue Robert Marchand, plutôt que sur la voie publique. Il a été répondu que ce parking est propriété de la Région Ile de France qui en assure la gestion et l’entretien. Y implanter une station Autolib nécessiterait des négociations longues et compliquées entre la commune et la région.

Les deux emplacements proposés ont donc été examinés. Les conclusions de la réunion sont plutôt en faveur de l’emplacement  Rue Robert Marchand, car cette rue est plus large et le virage est plus dégagé  que sur la rue Jean-Noël Pelnard. Il y a ainsi une meilleure visibilité, d’une part  entre automobiles en stationnement et automobiles en déplacement,  d’autre part  entre automobiles et  cyclistes à contre  sens. Par contre, nous n’avions aucune information sur les possibles préférences des utilisateurs des voitures  Autolib.

Le choix de l’emplacement devrait être entériné au plus tôt par le Conseil Municipal du 19 décembre. Les habitants peuvent donc encore débattre de ces choix avec leurs élus.

Il a aussi été précisé que, pour chaque installation de station Autolib, 50 000 euros sont à la charge des contribuables, via les collectivités locales qui doivent  financer ce montant. En contrepartie, étant donné le succès d’Autolib, les collectivités locales  pourrait peut être d’ici deux ans toucher des royalties d’environ 1000 euros par an. L’investissement de 300 000 euros pour 6 stations  serai donc amorti dans…. 300 ans.