Un groupe de citoyens Fontenaisiens se mobilise : “Nous disons non à l’état d’urgence”

ETAT D’URGENCE – GUERRE  – NON MERCI

Nous habitants de Fontenay aux Roses, individus libres et indépendants, appelons à votre vigilance.

 Malgré l’effroi et l’abjection provoqués par les massacres terroristes à Paris, tentons de réfléchir, même si l’état de choc et la douleur n’ont pas disparu.

La prolongation de l’état d’urgence pour 3 mois remet en cause le principe même de notre démocratie et de nos libertés, nous y sommes fermement opposés.

Nous regrettons que seuls 6 députés se soient opposés à cette mesure. Céder sur nos valeurs de liberté est une erreur grossière, d’autant plus quand les autorités françaises informent le Conseil de l’Europe qu’elles :“dérogeraient à la Convention européenne des droits de l’Homme”.

Restons debout, ne cédons pas face au terrorisme ; nous voulons pouvoir continuer à manifester, à sortir, à nous rassembler quand bon nous semble, nous voulons pouvoir continuer à lire une presse indépendante, nous voulons que la justice joue son rôle et que celui-ci ne soit pas celui de la police, nous ne voulons pas être fichés pour nos actions militantes, nous ne voulons pas d’une police qui tire à vue car armée 24h/24h,…

Nous disons non à l’état d’urgence.

«La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas.”   Paul Valéry.

Pour comprendre la situation actuelle du Moyen-Orient, un tract ou même 100 n’y suffiraient pas ; s’informer, lire et débattre sont nécessaires.

Si l’état Islamique (ou Daech) contrôle un territoire grand comme l’Angleterre, cela ne s’est pas fait en 3 jours ni en 3 mois. Des années de déstabilisation de la région, de non respect des minorités, d’aides aux régimes corrompus et de compétition religieuse entre chiite et sunnites ont permis cette situation.

Pour étendre sa domination sur une région il faut de l’argent…demandons nous d’où il vient? De quelles banques et de quels pays? Il faut des armes, des munitions, des véhicules: qui les fabrique et qui les vend aux terroristes?

Encore une fois Etats, banquiers et industriels continuent leur business sans se soucier des peuples.

Trouver le chemin de la paix sera long et difficile, les solutions existent : stopper les flux financiers entre banques des pays belligérants, les financements illégaux, l’activité des paradis fiscaux, le pillage des richesses naturelles. Arrêter d’armer les états corrompus et liberticides.

Nous devons aussi assurer le développement de tous par l’éducation, la santé, la culture; redonner espoir et pouvoir aux populations, promouvoir la paix des peuples.

Nous disons non à la guerre.

Signataires : 

PATRICE LATRON, HERVÉ LEVIFVE, PAUL BENARD, ASTRID BROEBEKER, GUY BRUIT, LOUISE BRUIT, DANIELA CABRERA, ESTELLE CHAUVARD, BENEDICTE DUBOIS, AURELIE GIOT, MARTINO LO BUE, RICHARD MARAZANO, SONIA PORTES, MICHELE SALEM, CHRISTINE ZIEGLER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *