Réussite de la promenade commentée : Sur les traces de la Grande Guerre (14-18) à Fontenay

Cette promenade était organisée par Mr Descatoire, responsable des Archives Municipales dans le cadre des Journées  Européennes du Patrimoine, le dimanche 21 Septembre. Il y avait environ 50 personnes.

Le but de cette promenade était de se resituer à Fontenay avant et pendant la première guerre mondiale.

Cette promenade a permis de parcourir le Fontenay de l’époque qui comptait  4400 habitants, sur la préparation de la guerre, les écoles, l’urbanisme, la création d’un lieu pour recevoir des blessés, la suspicion d’être allemand ou lié avec l’ennemi.

David Descatoire a d’abord expliqué comment la France s’est préparée à la future guerre avec l’Allemagne, après la défaite de 1870 et la perte de l’Alsace et la Lorraine : recensement des hommes, des récoltes et des équipements (chevaux, automobiles, pigeons…), service militaire porté à 3 ans en 1913, exaltation du sentiment patriotique et antigermanique par plusieurs institutions dont l’école depuis les années 1880.  La préparation à la mobilisation de la population en cas de déclaration de guerre (les affiches de la mobilisation datent de 1904, il n’y eu qu’à mettre la date à la main).

A l’époque Fontenay qui avait la même surface qu’actuellement (262 ha) avait encore près de  la moitié de son territoire utilisé par des pépiniéristes et des agriculteurs.

Nous avons pu voir par exemple, la maison d’architecte construite, rue Boris Vildé pour l’artiste  Rudolf Ernst (peintre orientaliste), autrichien qui a été suspecté et pour lequel, le maire de l’époque, le Dr Soubise a dû faire une réponse circonstanciée (ce qui n’empêchera pas R. Ernst d’être assigné à résidence dans le Loiret durant toute la guerre). Nous avons admiré de belles maisons d’architectes (par exemple dans le Boulevard de la République, ouvert en 1901 pour aller vers la gare de la ligne de Sceaux) dont la construction dû s’arrêter à partir d’août 1914.

Nous avons vu l’extension de l’hospice Boucicaut, financée en partie par Mr Jules Lombart. Mr Jules Lombart, qui a fait fortune dans la chocolaterie, a racheté le château Boucicaut. Il a financé une aile supplémentaire de l’hospice Boucicaut. Cette aile a servi pendant la guerre d’établissement de convalescence pour les blessés. Sur les murs de l’hospice, il existe une plaque commémorant un des civils tués par l’attaque d’un canon allemand à longue portée, situé à 120 kms de Paris, appelé « canon parisien ».

Nous sommes allés ensuite au château Sainte-Barbe, alors reconverti en Refuse Franco-Belge pour plus de 200 personnes. Puis après un passage devant la laiterie Maggi attaquée en août 1914 puis devant la salle des fêtes, lieu de plusieurs manifestations de bienfaisance (pour les prisonniers fontenaisiens) ou de propagande (l’exposition « Le Crime de Reims » en 1916), nous avons gagné le cimetière. Plusieurs des 162 soldats morts pendant la guerre (pour plus de 600 mobilisés) y sont inhumés. Il y a aussi un gros chêne, le « Chêne de la Victoire », planté en 1919 avec une plaque commémorative.

La promenade s’est terminée devant le monument aux morts, installé place du Général de Gaulle. Le choix de cet emplacement a fait l’objet d’un débat au Conseil Municipal et il a failli être installé dans le parc du centre maternel Ledru-Rollin (avenue Lombart). Le choix du monument a fait l’objet d’un concours remporté par H.R. Moncassin. Il représente une femme ayant sur ses genoux un casque de poilu. Cela représente, soit la femme ou la mère éplorée. L’inauguration de ce monument a eu lieu le 9 Juillet 1922.

Aux différents points de la promenade, Mr Descatoire nous a montré des documents et des photos tirés des fonds des Archives de Fontenay-aux-Roses. Il était accompagné de Mme Hébrant qui a lu, en y mettant le ton, des textes, également des Archives municipales, très bien choisis.

Expositions organisées dans le cadre du centenaire de la guerre de 14-18 :

L’exposition Fontenay-aux-Roses : 1914 au fil des jours (du samedi 20 septembre au vendredi 28 novembre dans le hall administratif). Une présentation des faits qui se sont déroulés à Fontenay entre le 1 janvier 1914 et le 31 décembre 1914 qui mettent en évidence la façon dont la Ville s’est adaptée à la guerre.

L’exposition « Les Fontenaisiens inscrits sur les monuments aux morts (1914-1922) » (du samedi 20 septembre au mardi 11 novembre autour du monument aux morts de la place du Général de Gaulle) qui propose des éléments biographiques pour chacun des 162 morts pour la France de Fontenay.

Le lien conduisant à la page Histoire et patrimoine” du site de la Ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/decouvrir-la-ville/histoire-et-patrimoine/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *