Requête PLU de Michel BAYET concernant le quartier des Blagis

Monsieur le Commissaire enquêteur,

Comme convenu lors de notre rencontre de ce matin, je vous précise quelques éléments.

Alors que les règlements en vigueur obligent la ville à construire environ 1500 logements sur la période 2012-2030, le Rapport de présentation alloue la réhabilitation et la construction d’au moins 1400 logements aux Blagis (page 28). Il faut lire que ces 1400 logements se composent de la réhabilitation des 800 logements existant à ce jour, et de la constructions de 600 logements nouveaux destinés au marché privé; la vente de ces 600 logements assurant le financement de la totalité de l’opération.

Il est intéressant de noter que c’est le seul quartier qui bénéficie dans ce document d’un objectif quantifié! L’obligation de densification repose donc principalement sur un seul quartier, déjà très dense: le “DUF jullet 2013 – Fontenay aux Roses” précise que ce quartier est celui dont la densité de population est la deuxième la plus élevée, juste après le centre-ville (194.5 h/ha et 196,7 respectivement. Moyenne de 91.09 pour la ville.).

Ce projet de rénovation urbaine fait l’objet d’une campagne intensive de persuasion de la part de la mairie. En particulier le Maire a tenu avec le Directeur de l’Office HLM 92 une réunion en mai avec les habitants. Un point a été particulièrement noté par les habitants: après une phase transitoire de reconstruction, tous les habitants qui le souhaiteraient seraient relogés, avec le même loyer dans le quartier. Mais, le Directeur de l’Office HLM a refusé de s’engager par écrit sur cette promesse… 

On comprends que le représentant d’un organisme publique hésite à s’engager sur une opération qui doit dépasser les 500 millions d’euros… Combien de fois le directeur de l’office aura été remplacé avant la fin de l’opération? Combien de fois les décideurs du département auront été renouvelés?

Faire reposer 40% de l’obligation de densification sur une seule opération, dont on a de bonnes raisons de penser qu’elle est irréalisable relève de … l’insincérité. Et constitue donc une parodie de réponse aux exigences auxquelles la Ville est soumise.

Respectueusement.

Michel BAYET – 30, rue Guérard.

Nota: le Commissaire Enquêteur pourrait-il demander que ce PLU soit complété par un engagement irréversible de l’Office HLM vis à vis de chacun des habitants du quartier…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *