Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Pourquoi la qualité de l’eau potable distribuée à Fontenay aux Roses s’est dégardée en 2021 et que peux-t’on faire ?

L’eau potable est distribuée à Fontenay aux Roses par Véolia qui utilise l’eau du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (SEDIF).

L’eau provient d’un captage de l’eau de la Seine à Choisy Le Roi et d’un traitement de cette eau pour la rendre potable.

L’Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France surveille sa qualité, dans le cadre du contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation.
Ce contrôle vise à évaluer la qualité de l’eau, à vérifier le respect des exigences de qualité réglementaires et à détecter d’éventuels signes de dégradation, à chaque étape de la production et de la distribution de l’eau.

La réglementation prévoit que les consommateurs disposent régulièrement d’une information transparente, compréhensible et actualisée sur la qualité de l’eau potable

– via un affichage obligatoire en mairie des bulletins ou des synthèses des analyses du contrôle sanitaire des eaux que lui transmet l’ARS

– via le site de l’ARS :  http://www.ars.iledefrance.sante.fr/Cartes-regionales -et-bilans-20.151106.0.html
– via la facture d’eau, l’abonné reçoit annuellement une synthèse, « l’infofacture », sur la qualité de l’eau qui lui a été délivrée l’année précédente. En cas de co-propriété, c’est le syndic qui reçoit cette information.
– via le site internet du ministère de la santé www.eaupotable.sante.gouv.fr qui permet également d’accéder aux résultats du contrôle sanitaire de l’eau du robinet, commune par commune, au fur et à mesure de leur disponibilité.

A Fontenay-aux-Roses, l’eau était classée en A jusqu’à maintenant.

Depuis cette année, l’eau distribuée est notée B donc conforme aux limites de qualité réglementaire fixées par les paramètres bactériologiques et physicochimiques à l’exception des pesticides, ponctuellement non conforme.

Les résultats de 2021  n’ont été publiés que le 16/06/2022.

Pourquoi la qualité de l’eau s’est dégradée ?

La qualité de l’eau s’est dégradée à cause des pesticides. Ce sont des substances chimiques utilisées, le plus souvent, pour protéger les cultures ou pour
désherber.

En 2021 :  Classe A , si limites de qualité : 0,1 μg/l pour chaque substance et 0,5 μg/l toutes substances
confondues.

Nombre de contrôles : 20
Valeur maximale pour toutes les molécules analysées : 0,04 μg/L
Molécule à l’origine de maximum : Métaldéhyde

=> Cela reste dans les limites d’une eau de bonne qualité (A)

En 2022 : Classe B , si Limites de qualité : 0,1 μg/l pour chaque substance ; 0,03 μg/l pour aldrine, dieldrine et
heptachlore, heptachlore époxyde ; 0,5 μg/l toutes substances confondues.

Nombre de contrôles : 20
Valeur maximale pour toutes les molécules analysées : 0,2 μg/L
Molécule à l’origine de maximum : Métaldéhyde

=> Eau sans risque pour la santé, ayant fait l’objet de non conformités limitées (B)

Le Métaldéhyde est un anti-limaces qui est utilé par exemple pour la culture des salades.

Que dit le rapport de l’ARS sur la qualité de l’eau 

Pour Fontenay aux Roses : https://orobnat.sante.gouv.fr/orobnat/rechercherResultatQualite.do

Eau d’alimentation conforme aux exigences de qualité en vigueur pour l’ensemble des paramètres mesurés.
Conformité bactériologique
oui
Conformité physico-chimique
oui
oui

Prélèvement à Boulogne Billancourt le 14/10/2022  13h04

Quelle a été la réaction du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France, après un article publié par Europe Ecologie Les Verts de Fontenay aux Roses : Eau du robinet : dégradation de sa qualité à Fontenay-aux-Roses

La réponse de Europe Ecologie Les Verts de Fontenay aux Roses : 

Que se passe-t-il lorsque la limite de qualité réglementaire est dépassée ?

Source : ANSES  : Pesticides dans l’eau du robinet

Dans le cadre du contrôle sanitaire mis en œuvre par les Agences régionales de santé (ARS), des résidus de pesticides ou des métabolites sont parfois détectés au-delà des limites de qualité. En situation de dépassement, la réglementation prévoit des actions de gestion à la demande des autorités sanitaires locales pour rétablir la conformité de l’eau à la limite de qualité dans des délais impartis par la réglementation. Différentes actions peuvent être engagées selon le contexte : protection accrue de la ressource, interconnexions entre différentes ressources d’eaux brutes, dilution, traitement renforcé de l’eau distribuée.

Des causes de dépassement liées aux usages des produits phytopharmaceutiques peuvent aussi être identifiées et amener à des actions spécifiques.

Que peuvent faire les autorités ?

Agir auprès des agriculteurs pour réduire les quantités de pesticides, comme le  Métaldéhyde est un anti-limaces qui est utilé par exemple pour la culture des salades.

Source : Anti-limaces : le cas du Métaldéhyde, attention à la qualité de l’eau

L’utilisation d’anti-limaces à base de métaldéhyde peut entraîner, lors de périodes de pluies, le transfert du produit dans les cours d’eau, ce qui est problématique lorsque ces eaux sont utilisées pour l’eau potable.
En l’effet, l’élimination de ce produit dans l’eau est très difficile et onéreuse, voire impossible.

Trucs et astuces pour limiter l’utilisation de produits anti-limaces

  • Par temps humide et doux, poser des pièges où les limaces vont se réfugier la nuit, puis les éliminer ;
  • Étaler sur le sol autour des plantations des textures gênant le déplacement des limaces ;
  • Réserver un espace dans votre jardin pour la présence de prédateurs naturels friands de limaces.

Et si l’utilisation d’anti-limaces s’avère nécessaire : un produit d’origine naturelle et utilisable en agriculture biologique à base de phosphate ferrique est disponible.

Les bonnes pratiques d’utilisation

  • Répandre les granulés uniformément entre les cultures en début de soirée ;
  • Les granulés doivent être répandus d’un geste large sur l’ensemble de la surface à protéger.

Que peuvent faire les habitants ?

Agir auprès des autorités pour qu’elles organisent des réunions publiques

Qu’aurait du proposer le SEDIF ?

Le SEDIF aurait du proposer des mesures de la quantité de pesticides dans l’eau, comme cela est fait régulièrement.

Jean François BRESSE

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.