Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Piétonisation et respect des différences

Monsieur Candide : Certains proposent de « piétonniser » la rue Boucicaut ».  Qu’en pensez-vous ?

Nous avons ici une photo du projet proposé par certains :

Pour étudier ce sujet de la piétonisation et pour en comprendre l’origine, résumons d’abord l’évolution récente de la prise en compte des différentes strates socio-culturelles :

  • Jusqu’aux années 1980-1990, sous l’impact de Marx, les penseurs en politique ou sociologie prenaient en compte des « classes sociales », chaque individu étant rangé dans une classe dont il ne pouvait pas sortir sauf exception (et trahison).
  • Années 1990 : les catégories-socio-professionnelles dites CSP priment : avec la chute de l’URSS et du marxisme, ces mêmes experts prennent désormais en compte les CSP  …
  • Années actuelles : sous l’impact d’idées « woke » et/ou bobos, … nos penseurs définissent les politiques par « groupe-à-intérêt-commun» (GàIC) fonction de la race, du genre, de l’approche sexuelle, de la « culture individuelle », … : l’intérêt économique et social personnel ou du groupe de chacun, prime.  Cette approche donne à ses membres un ascendant moral autoproclamé et alimente leur intolérance (voir la haine) à l’égard d’opinions différentes. Dans ce cadre, les « guerriers de la justice écologique » sont devenus nos maîtres à penser voire nos nouveaux gardes rouges.

L’universalisme n’est plus à la mode : le wokisme s’impacte et chacun défend l’intérêt de son clan en camouflant son approche sous un verbiage généreux en apparence mais, dans la réalité, excluant l’autre.

Monsieur Candide : un exemple ?

Paris ! La politique de Paris est uniquement de favoriser la vie de certains Parisiens ! D’où les ZFE, Zones de Faible Emission rebaptisée en Zone de Forte Exclusion car leur mise en place perturbe fortement l’employé de grande banlieue (CSP—) qui commence à 7 heures du matin quand il améliore le cadre de vie des Parisiens (CSP+++) qui, majoritairement, vivent tous proches du métro et entrent au bureau plutôt à 9 h.  (Même approche à Bordeaux, Grenoble, …).

Approche asociale camouflée (souvent en vert) sous de bons sentiments.

Monsieur candide : Revenons à la piétonisation des centres-villes : position des autres villes de Vallée-Sud-Grand-Paris, VSGP ?

La ville d’Antony a consulté ses habitants pour savoir s’il fallait « piétonniser » la rue Mounié, rue fortement commerçante. La réponse au référendum se résume en une photo :

Les habitants d’Antony ont voté pour ne pas interdire la circulation automobile mais en demandant une vitesse limitée à 20km/h.

Le stationnement sur trottoirs sera limité mais Antony maintiendra les parkings nécessaires de chaque côté de la rue.

Monsieur Candide : liens avec Fontenay ?

Rappelons que le commerce de Fontenay connait trois paramètres fondamentaux non positifs :

  • Population au mieux en stagnation, au revenu moyen par ménage, en baisse selon les données fiscales, avec 44% de logements sociaux (voir nos articles)
  • Aucune clientèle de passage (pas de grands axes avec transit amenant des clientèles extérieures pouvant acheter à Fontenay)
  • Aucune clientèle en conséquence de la présence de sièges sociaux, établissements employant des salariés susceptibles d’acheter à Fontenay.

Dans ce cadre non totalement positif, certains Fontenaisiens envisagent de restreindre l’accès aux commerces existants !

La piétonnisation de la rue Boucicaut conviendra, évidemment, à une population de gens relativement jeunes, en pleine forme physique, 15-50 ans en majorité, capables de venir à pied ou en vélo pour des achats fréquents et limités en volume (approche « groupe-à-intérêt-commun » GàIC).

Ces personnes habitant souvent le centre-ville ne seront pas perturbées par cette interdiction (quel pourcentage de la population montera des Blagis en vélo au centre-ville ?).

Cette approche est totalement contraire aux besoins de la majorité de la population.

Déclivité :

Antony est une ville plate tandis que Fontenay connait une déclivité de 100 mètres de hauteur en deux kilomètres. Dit autrement, la difficulté d’accès pour des personnes âgées, personnes à déplacement non aisé ou personnes avec enfants, en sera majorée.

Concrètement, la personne âgée de la rue de Bellevue, en haut de la ville, devra descendre à pied place Carnot par la rue Jean Lavaud (forte pente) … Même problème pour les gens du bas-Fontenay !

Personnes âgées :

La réponse de certains de ces « bobos », lors d’échanges précédents, a été d’écrire, parlant des seniors, que cela leur ferait du bien de marcher … Merci pour eux !!!

Selon ces bobos, les personnes âgées, parce qu’elles auraient évolué pendant des décennies dans un monde occidental et capitaliste, … auraient subi un long conditionnement les poussant à intérioriser des préjugés et à ne pas comprendre :  elles prodiguent donc rarement de bons conseils et elles peuvent, en conséquence, faire l’objet de railleries.

Les familles :

Qu’une famille de plusieurs personnes veuille venir avec sa voiture pour effectuer les achats de la semaine (quelques kilos et un certain volume dont des bouteilles) est irrecevable ; C’est que la famille consomme trop !

Ces familles avec enfant(s) représentent pourtant quasiment 47% de la population, en légère hausse !

Le commerce fontenaisien avec, à l’heure actuelle, en permanence, des boutiques inutilisées (4 ou 5 à ce jour dont l’ex-poissonnerie en face de l’église …), ne devrait pas s’améliorer avec le risque de mise à l’écart de ces familles base des volumes d’achat !

Distance du parking face au commerce lors des achats de la semaine :

Nos bobos, experts autoproclamés en sciences commerciales, nous affirment que l’accès en voiture aux points de vente n’a plus d’impact sur le niveau des ventes alors que tous les exemples de VSGP montrent exactement l’inverse :

  • Le Plessis : le parking sous le marché est toujours plein et la corrélation entre le succès commercial et régional de ce marché et sa capacité de stationnement ne pose pas débat !
  • Sceaux : la rue Houdan, très piétonne, est desservie par trois parkings, aux deux extrémités, côté rond-point, côté église, et au milieu en sous-sol. Tous très fréquentés.
  • Antony : plusieurs parkings le long de la très commerçante rue Mouniè.

Constatons que nos « bobos » ne sont pas à hauteur du problème avec deux erreurs dans leur publication :

  • Ils mentionnent l’existence d’un concessionnaire automobile rue Boucicaut à Fontenay alors qu’il ne s’agit que d’un agent : un concessionnaire, interlocuteur direct du constructeur, couvre plusieurs communes et peut « se refaire » commercialement ailleurs. Pas un agent mono-communal !

Mais cet aspect ne les intéresse pas !

  • Ils font référence à une étude « très pertinente » sur l’absence de lien entre commerces et moyens d’accès sauf à considérer que ladite étude concerne Lille, le « Plat Pays » ne connaissant pas les déclivités de Fontenay.  Le diable est dans les détails !

Mais cet aspect ne les intéresse pas !

AMATEURISME !

Phrases désormais interdites à Fontenay :

« Pourrais-tu rapporter deux packs d’eau, huile, vinaigre, papier hygiénique, des fruits et des légumes. Passe chez le teinturier reprendre les vêtements,  …. » Ces mots, fréquents entre conjoints, seront désormais interdits ! (Outre le fait qu’ils conduisent à la surconsommation !). Sauf à ce que le conjoint ne se dirige vers un magasin permettant le stationnement en arrêt-minute … ailleurs qu’à Fontenay !

Disparition de certains commerces :

Que la « piétonisation » de la rue Boucicaut fasse disparaître deux à trois garages et quelques emplois, nos bobos s’en moquent !

Que l’un des supermarchés de centre-ville soit désormais inaccessible pour les achats hebdomadaires, nos bobos s’en moquent !

Que la Ville soit, avec raison, attaquée en justice au titre des préjudices commerciaux et doivent dédommager financièrement les commerces correspondants, nos bobos s’en moquent !

A contrario, pour la majorité des Fontenaisiens, l’objectif est de sauver et de développer les commerces de Fontenay et non de suivre des gens dont l’approche, non documentée et totalement politique, relève d’un autre objectif !

Accès au domicile personnel :

Que des familles habitant rue Boucicaut ne puissent plus aller mettre leur voiture dans le parking de leur immeuble rue Boucicaut, nos bobos s’en moquent ! (Tant qu’ils peuvent rentrer leur vélo !).

Monsieur Candide : votre conclusion :

L’objectif politique pour Fontenay doit être défini en prenant en compte tous les aspects sociaux d’une ville de banlieue et non une approche élitiste. Nous ne sommes pas à Paris, XVIème, Quartier Latin ! Ni à Bordeaux, Lyon, Grenoble ! La population de Fontenay vieillit :

Les plus de 60 ans ont augmenté de 2% en 11 ans pour représenter 21.4% de la population.

Compte tenu du travail généralement hors-Fontenay des plus jeunes, on peut penser que les « seniors » constituant 21.4% de la population représentent, en fait, une part beaucoup plus importante de la clientèle auprès des commerçants fontenaisiens.

Optimisation du commerce :

Dans les années 2014-2016, le regretté Christian Bigret, alors premier adjoint, élu en charge du commerce, lui-même ancien responsable commercial, avait mesuré, avec l’aide de la CCIP, Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, que les commerces fontenaisiens perdaient environ 50% des ventes potentielles du fait que la moitié des Fontenaisiens achetaient en d’autres villes :

  • Souvent auprès de leur lieu de travail ou sur le chemin du retour.
  • Là où la concurrence était plus forte
  • Là où l’accès était plus facile.

Or, à Fontenay, le nombre de personnes travaillant en dehors de la zone urbaine est en hausse croissante et la probabilité que ces gens n’achètent pas en commerces fontenaisiens s’accroit :

L’ancien maire de Montrouge avait développé une approche urbaine par laquelle les commerçants devaient s’installer sur la droite dans le sens Paris-banlieue pour que les gens, rentrant chez eux le soir, trouvent le commerce éventuellement nécessaire du bon côté de la rue. A contrario, les commerces à droite dans le sens inverse, Banlieue-Paris, ne fonctionnent pas car les gens n’achètent pas le matin en partant travailler.

En clair, chacun son métier !!! Documenter une proposition de politique commerciale à Fontenay par une étude sur Lille n’a aucun sens !

Monsieur Candide : votre conclusion ?

Trois objectifs :

  • Il nous semble surprenant que, selon certains, l’évolution à connaître par l’aménagement de Fontenay soit basée sur une approche coercitive « vélo » ou « à pied » compliquant les déplacements des seniors et des familles. Dans ce cadre, on peut avoir du mal à comprendre que ces gens veuillent à la fois interdire le stationnement en surface le long des trottoirs tout en contestant l’achat de parkings souterrains par la Ville !
  • L’accès aux services publics de la rue Boucicaut, la Mairie, la Poste, l’accès aux cabinets médicaux qui s’y trouvent, le passage des bus, tous ces aspects doivent être facilités !!! Chacun doit pouvoir y aller par le moyen qui lui convient le mieux et non sous les dictats de certains.
  • L’objectif est de permettre le maintien des commerçants de Fontenay !

L’objectif le plus pertinent nous parait être de multiplier et de libéraliser les différentes approches et non d’interdire :

Il est significatif que, à Fontenay, on voit de plus en plus de taxis ….

En synthèse :

Nous constatons qu’aucun de ces bobos ne s’intéresse réellement au maintien du commerce à Fontenay : aucun chiffre ! aucune analyse ! aucune comparaison avec des situations comparables !

Montrouge, Le Plessis, Antony, Montrouge ont su développer leurs commerces : quels sont les facteurs clés ?

Dernier point : nos « bobos » proposent de détourner la circulation de la rue Boucicaut vers la rue des Pierrelais ; dans leur optique élitiste, c’est normal, il n’y a que des logements sociaux (Saint-Prix, Moulin-Vert) !

Amicalement à tous.

Jean-Michel Durand

Ancien maire-adjoint aux Finances et aux Logement-Sociaux 2014-2020

Jean-michel.durand50@orange.fr

8 Commentaires

  1. Françoise MAITREHENRY Françoise MAITREHENRY 5 décembre 2023

    J’ai passé 80 ans. Je suis perclue d’arthrose. J’habite en bas de Fontenay près du RER. Je ne me vois pas monter la rue Antoine Petit ou même le Bvd de la République ou la Coulée verte en vélo. Actuellement, je monte très lentement à pied par le bvd de la République ou la Coulée verte pour atteindre le centre de Fontenay. Ou, et oui, mon mari me monte en voiture. Quand comprendrez-vous enfin que dès que l’on n’habite pas le centre de Fontenay, que l’on est âgé et pas nécessirement en excellente forme physique, faire ses courses sans voiture n’est pas évident..

    • Durand Jean Michel Durand Jean Michel 5 décembre 2023

      Madame,

      Faites connaître votre message …. car beaucoup en centre-ville ne semblent pas sensibles à vos problèmes qui touchent pourtant beaucoup de gens à Fontenay.

      Jm Durand

  2. Bertrand Hutin Bertrand Hutin 29 novembre 2023

    Être une personne âgée n’empêche pas de circuler à vélo. Par contre un flux constant de véhicules motorisés ne donne pas envie d’aller dans la rue Boucicaut.

    • Jean Michel Durand Jean Michel Durand 1 décembre 2023

      Je vous laisse juge de votre certitude très affirmative quant aux personnes âgées.
      Peut être un peu de mépris ?
      Jmd

      • Bruno Cazauran Bruno Cazauran 3 décembre 2023

        Je ne vois aucun mépris dans le fait de dire qu’une personne âgée peut parfaitement circuler à vélo, c’est tout le contraire! Y a-t-il une limite d’âge pour pratiquer le vélo? En revanche, mobiliser des notions fourre-tout et très chargées idéologiquement comme le “wokisme” ou les “bobos” dans un débat sur la piétonisation d’une rue, ça me semble très peu respecteux pour vos interlocuteurs, et surtout totalement hors de propos..

  3. Laurent C. Laurent C. 29 novembre 2023

    Votre analyse est étoffée, mais il est malheureux que vous n’ayez pu tomber dans la caricature.
    Peut être que ce sont des traits d’humour, mais sur un sujet aussi épidermique que la mobilité urbaine, si votre objectif est bien de faire avancer le débat, et de participer à construire la solution de compromis la plus pertinente, peut être auriez vous du vous contraindre.
    Les extrapolations d’exclusion de tranches entières d’âge voire de groupes entiers (les familles) sont clairement exagérées.
    Une information que vous n’évoquez pas et qu’il semble pourtant important de prendre en compte est : le niveau de possession de voitures par tranche d âge et par CSP.
    Une autre information, pourtant essentielle, qui ne pèse visiblement pas dans votre point de vue, est la pollution atmosphérique et sonore engendrée par la circulation automobile.
    Et ce n’est pas du wokisme que de l’évoquer, c’est de la santé publique.
    Enfin, il semble que vous ne reniez pas le succès de la rue Houdan, pourtant piétonne, mais probablement mieux desservie par des parkings. C’est peut être cela qui pourrait faire partie du compromis à trouver.

  4. Thibault LECREVISSE Thibault LECREVISSE 29 novembre 2023

    Bonjour,
    Cette analyse est très intéressante avec un regard historique de Fontenay aux Roses que je n’ai clairement pas.
    Néanmoins à l’image de tous les discours actuels, on est soit dans le “à charge” et la caricature contre les voitures, soit à charge et contre les vélos et au milieu de tout ça les piétons font ce qu’ils peuvent.
    Plutôt que de caricaturer à tout va, ne pouvons nous pas être un peu objectifs et essayer d’être constructifs pour mieux vivre ensemble?
    Il apparaît à tout le monde que la situation actuelle n’est pas saine avec une monopolisation anarchique des emplacements de stationnement rue Boucicaut qui souvent empiète sur les trottoirs. Il est nécessaire de revoir deux choses :
    – l’objectif du stationnement dans cette rue qui doit être exclusivement réservé aux commerces et comme vous l’indiquez aux personnes dépendantes des véhicules motorisés. De l’aveu même de Monsieur le Maire, de nombreuses place servent de stationnement pour les riverains, employés ou commerçants. Si les commerces du centre ville sont si dépendants de ces stationnements, il semble anormal que les commerçants eux même se garent à la journée devant leur boutiques. A-t-on une étude objective de l’utilisation des places et du turn over de celles-ci?
    – Limiter la circulation à la desserte locale: si la moitié du trafic vient des Fontenaysiennes et Fontenaysiens (ou non) qui traversent la rue (souvent avec une vitesse excessive) pour gagner 3 minutes sur leur trajet, cela pose une grosse question lorsqu’on parle d’attractivité et d’apaisement.

    Il me semble qu’il y a un nombre important de points auxquels tout projet doit répondre après des concertations :
    – Comment faire cohabiter l’ensemble des citoyens ayant des modes de vie, de déplacements et de consommation différents dans un espace restreint? Une seule certitude, la situation actuelle n’est pas satisfaisante
    – Comment effectivement réduire la vitesse des véhicules motorisés dans cette rue alors même que tout le projet est basé sur une largeur de 4 m et qu’avec moins, les voitures/bus/camionnettes vont actuellement bien au-delà (sauf quand tout est bouché). La cohabitation de tous n’est possible que si la zone est effectivement à 20 km/h.
    – Comment faire en sorte que tous trouvent leur place? Le projet actuel ne va clairement pas dans ce sens puisque l’un des moyen de déplacement n’est qu’à peine évoqué.
    – Comment faire en sorte que parents et enfants puissent marcher dans cette rue sans se sentir oppressé ou en danger avec de nombreux véhicules (voiture/scooters/vélos) pouvant les frôler ou les percuter en cas d’écart)?

    Au-delà des “bobos” contre les personnes âgées ou contre les familles, il serait bien d’avoir des discussions permettant de travailler ensemble à améliorer notre ville, ce qui n’est pas le cas actuellement. Opposer pour mieux régner est un point de vue mais il serait probablement plus intéressant de se regrouper pour mieux avancer…

    Je vous souhaite une excellente journée.

  5. Régis Lourme Régis Lourme 29 novembre 2023

    👍👍👍
    Analyse très pertinente, complète et objective car circonstanciée. Étant originaire de Lille, j’apprécie pourtant beaucoup a priori les rues piétonnières et la possibilité d’utiliser le vélo en toute sécurité. Mais la ville doit rester accessible à toutes et tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.