Le contraste entre le traitement des espaces verts, coté pair et impair du boulevard de la République ainsi que le traitement des herbes sauvages sur les trottoirs.

On voit que le coté impair est parfaitement bien entretenu, avec des petits arbustes et des fleurs (photo)

Le coté impair est en particulier parfaitement bien désherbé, par un employé de la ville. Il est également arrosé.

Par contre, le coté pair est complétement laissé à l’abandon, avec des herbes sauvages (photo)

Il y a par exemple des pissenlits. Ce sont des herbes qui sont envahissantes et qui vont envahir les jardins privés voisins. Il est bien connu que les spores des pissenlits sont facilement emportés par le vent (voir la publicité pour les dictionnaires Larousse : « Je sème à tous vents »).

Des riverains avaient proposé de fleurir l’entourage des tilleuls qui servent aussi de lieu de déjections canines, puisque le boulevard a cet usage. Le but de cette proposition était en même temps d’embellir le boulevard et de masquer les déjections canines. Cette proposition n’a pas été reprise pour le moment par la ville, puisque celle-ci considère qu’il faut garder cette nature sauvage.

C’est une question à soulever au comité des habitants du quartier « Ormeaux-Renards »

Autant il nous parait important d’avoir une gestion différentiée des espaces verts, pour garder la biodiversité, autant celle-ci pourrait s’effectuer sur des espaces plus adaptés que de petits entourages autour des tilleuls.

D’autre part, quel est le traitement des herbes sauvages situées en bordure des trottoirs et des murs des pavillons ou des immeubles ? (photo)

Autant, ces herbes étaient auparavant éradiquées avec une méthode biologique (utilisation de la vapeur d’eau), autant il semblerait qu’actuellement elles sont éradiquées avec un désherbant , comme nous avons pu apercevoir du personnel utiliser un pulvérisateur. La politique de la ville pour cela aurait-t-elle changée ?

*voir dans les commentaires, les précisions de Patricia le Querré, Maire-Adjointe en charge de l’environnement et du développement durable

2 réflexions sur « Le contraste entre le traitement des espaces verts, coté pair et impair du boulevard de la République ainsi que le traitement des herbes sauvages sur les trottoirs. »

  1. Bonjour,

    Une reaction suite a votre ecrit, Autant, ces herbes étaient auparavant éradiquées avec une méthode biologique (utilisation de la vapeur d’eau), donc consomation importante de l’eau potable plus ou moin suivant la cuve 100 L à 2500 l la vapeur d’eau ne viens pas du ciel non il faut la chauffé via une bonne chaudiere a gasoil qui pollue bien l’aire et nos poumons, qui dit gasoil dit petrol, on puise la encore dans le sol je vous epargne les polutions divers et le transport…autant il semblerait qu’actuellement elles sont éradiquées avec un désherbant chimique, en avez vous vraiment la certitude ??? il me semble que non ? comme nous avons pu apercevoir du personnel utiliser un pulvérisateur. La politique de la ville pour cela aurait-t-elle changée ? MERCI POUR VOTRE SITE PAS FORCEMENT SUR DES ARTICLES INFONDE ET NON VERIFIE.

  2. Bonjour,
    Je souhaite juste corriger les propos tenus ci-dessus. Bien évidemment, la municipalité n’a pas changé de politique concernant le désherbage.
    Nous testons cette année un produit 100% naturel à base d’essence naturelle. Auparavant nous utilisions un système à base d’eau chaude mais nous nous sommes rendu compte qu’il n’était pas suffisamment efficace et que ce système était finalement assez polluant (chaudière à fuel, grosse consommation d’eau).
    Je reconnais que la combinaison de la personne qui intervient peut vous interpeler mais le produit étant nouveau, la réglementation actuelle nous oblige au port d’E.P.I. (Equipement de Protection Individuelle).
    Je regrette simplement que vous n’ayez pas pris la peine de vous renseigner auprès de la mairie avant de publier de fausses informations…

    Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

    Bien cordialement

    Patricia Le Querré
    Maire-Adjointe en charge de l’environnement et du développement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *