Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Le conseil d’administration du centre communal d’action sociale (CCAS), un exemple de dysfonctionnement malgré l’engagement de chaque instant des agents

Le conseil d’administration du CCAS s’est tenu le 13 avril dernier, après le report de celui prévu le 6 avril, faute de quorum.

Malgré un ordre du jour important, comportant notamment l’approbation du compte administratif 2021 et du budget prévisionnel 2022, seulement 5 membres sur 17 étaient présents. Ce désintérêt est-il explicable ? Pour ma part je peux éventuellement avancer, d’une part, le peu de considération pour le social par la majorité municipale, d’autre part, le fait que les orientations prises échappent aux membres du CA puisque les décisions sont arrêtées à un autre niveau.

L’analyse des besoins sociaux (ABS), exercice réglementaire obligatoire, en est un exemple. En effet, alors que des membres du conseil avaient regretté lors de sa dernière réunion l’absence d’information sur cette analyse, confiée à un cabinet conseil, c’est par hasard, par tweeter, qu’ils ont eu connaissance d’un questionnaire, destiné à recueillir auprès des fontenaisiens les éléments d’analyse… Quel manque de considération à leur égard et en particulier pour les représentants des associations caritatives !

Après ce constat regrettable qui m’a conduit à ne pas approuver le procès-verbal de la réunion précédente, l’examen du compte administratif a soulevé des incohérences. En effet, le compte présenté comportait des erreurs qui le rendaient non conforme aux écritures du comptable public, donc irrecevable. La faute à l’informatique bien évidemment!

Non ! La faute au manque d’effectif et à la lourdeur des circuits où chacun est déresponsabilisé. Le CCAS n’échappe pas à la règle : alors qu’il devrait être autonome du fait de son statut d’établissement public, il doit se soumettre à moult circuits entre les chefs divers et variés des services municipaux. Le sous-effectif criant ne permet pas aux agents, quel que soit leur remarquable engagement personnel, de faire face à toutes les tâches, tâches alourdies par la COVID et, maintenant, par l’accueil des réfugiés ukrainiens.

Le maire a préféré réduire la subvention 2021 de 20 % (600 000€ au lieu des 721319,27 votés initialement au centime près) ! Par ailleurs, les comptes révèlent quelques surprises comme par exemple le chapitre « alimentation » qui correspond en particulier aux colis de Noël où ne figure qu’une somme de 400€ pour 16500 programmés ; ou encore les salaires des personnels non titulaires, 115 000€ au lieu de 290 000€ inscrits. Pas d’explication concrète…

Les membres du CA avaient, il y a un an, voté unanimement le budget prévisionnel 2021 mais ils n’étaient plus que 6 dont 3 pouvoirs à voter le compte administratif 2021 retraçant sa réalisation. J’avais voté le budget 2021 sous les sarcasmes de certaines maires adjointes (auxquelles j’avais répondu dans un article) ; mais comment voter ce compte administratif après de telles pratiques si peu transparentes.

Quant aux propositions budgétaires 2022, certes la subvention de la ville retrouve, à ce stade, un niveau correct mais que constaterons-nous en fin d’exercice lors du compte administratif 2022 ? Par ailleurs, ce budget n’ouvre pas de perspectives sur le renforcement en personnel, malgré les surcharges supplémentaires : COVID, accueil des ukrainiens, crise économique pesant sur les ménages les plus fragiles, relance des activités en faveur de nos anciens dont les réticences à se déplacer nées de la COVID persistent, lutte contre les expulsions (je salue le travail de fond qui est fait),… Nous sommes encore loin de la masse salariale constatée en 2020 et ce malgré le financement par le Conseil départemental d’un poste de travailleur social.

Certes, dans le contexte particulier que nous connaissons, les choix budgétaires sont  délicats du fait de la faiblesse des ressources financières de notre commune, mais peuvent mieux prendre en considération les besoins réels des fontenaisiens, si on veut bien réduire quelques dépenses de prestige et des investissements coûteux, voire inutiles, comme entre autres, les 2M€ du club house pour le rugby sur la coulée verte.

Évitons de courir après le Plessis-Robinson, comme on a pu l’entendre lors de la manifestation des personnels le 14 avril dernier : Fontenay doit rester Fontenay.

Jean-Yves Sommier, Conseiller municipal

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.