Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Laurent Vastel, maire de Fontenay aux Roses organise une séance d’exorcisme aux Blagis

La presse nationale a largement relayé l’affaire de l’immeuble « hanté » de Fontenay-aux-Roses. Plusieurs habitants de cet immeuble y faisaient part de leur mal-être, percevant une « présence », entendant des bruits dans un appartement vide ou voyant des fantômes. Et plusieurs d’entre eux ont donc demandé un relogement d’urgence.

Dans son édition du 11 octobre, le journal Le Parisien annonce qu’une séance d’exorcisme sera pratiquée dans les parties communes de l’immeuble, par un imam et un prêtre !

Source : Immeuble «hanté» à Fontenay-aux-Roses : un imam et un prêtre vont y pratiquer un exorcisme

Extrait : « Le maire a fait appel à un imam et un prêtre qui devraient prochainement effectuer un rituel d’exorcisme dans les parties communes. « Ces officiants sont très occupés mais nous avons obtenu une réponse favorable de leur part, ils vont venir », confirme Laurent Vastel, maire (UDI) de Fontenay-aux-Roses. »

Nous sommes surpris de voir le maire organiser lui-même cette pratique, en faisant appel à des représentants religieux. Laurent Vastel, maire, fait donc appel à des pratiques qui relèvent de la sphère privée… Et pour cela, il en appelle à des représentants religieux, loin du principe républicain de laïcité et de neutralité de l’Etat et des collectivités territoriales.

Les rites d’exorcisme ne posent évidemment pas de problème s’ils sont consécutifs d’une démarche privée, mais contreviennent au principe de laïcité qui impose la neutralité de l’Etat et s’applique aux agents publics, aux élus et aux bailleurs sociaux.

Cet immeuble se trouve dans le quartier des Blagis, qui concentre un certain nombre de logements dégradés et en voie de destruction. Beaucoup d’habitants du quartier s’y sentent mal considérés et sont inquiets pour l’avenir de leur logement. L’inquiétude des habitants mérite mieux qu’une séance d’exorcisme. Elle devrait plutôt mobiliser l’ensemble des élus pour que devant le sentiment d’abandon de plusieurs habitants de ce quartier, le bailleur prenne les mesures qui s’imposent pour améliorer la situation des habitants.

Astrid Brobecker et Maxime Messier

Conseillers municipaux

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.