La rue Boucicaut bloquée par le bus 394

La rue Boucicaut a été bloquée à hauteur du Carrefour Market lundi 14 avril en fin de matinée pendant une dizaine de minutes. Le bus 394 ne pouvait plus avancer à cause d’une voiture en stationnement qui empiétait assez largement sur la chaussée, et la fille des voitures immobilisées derrière lui s’est allongée rapidement.
Cela amène à se poser plusieurs questions
1)      Est-il raisonnable de permettre à de gros autobus de circuler dans une rue étroite et commerçante ?
2)      Est-il indispensable de laisser stationner les voitures des 2 côtés de la rue ?
3)      Pourquoi ne pas inciter les voitures à utiliser les parkings à proximité ?  Le parking  privé Carrefour Market, le parking public du Marché ne sont-ils pas sous-utilisés ?
4)      La rue Boucicaut a-t-elle encore vocation à être une voie de transit intercommunale,  que l’on traverse s’arrêter pour se rendre vers Chatillon ou Clamart ?
5)      Quelle image donne Fontenay aux gens de passage, sinon celle d’ une commune dominée par l’automobile et encombrée ?
6)      Les centres-villes de banlieue deviennent progressivement piétonniers. Pourquoi ne pas faire un test rue Boucicaut ?  Les trottoirs disparaissent au profit d’une chaussée continue. La rue est dégagée et peut être davantage fleurie et agrémentée. Les piétons se sentent plus en sécurité. L’espace s’agrandît. Les commerçants généralement réticents au début s’en félicitent ensuite.
La municipalité précédente n’a rien fait malgré des propositions concrètes faites par une association locale, CIVIFAR. La nouvelle municipalité sera-t-elle plus innovante dans son plan de circulation ?

Réagisssez pour ou contre

4 réflexions sur « La rue Boucicaut bloquée par le bus 394 »

  1. Cette question centrale est effectivement primordiale puisqu’elle est au croisement de plusieurs thématiques telles que la mobilité, la rénovation et l’agencement du centre-ville, et de manière indirecte, la politique commerciale, pour lesquelles les fontenaisiens portent un intérêt majeur. Je m’accorde avec vous sur ce point pour pointer les effets positifs d’une semi-piétonnisation de la rue Boucicaut, du moins la partie haute, pour les raisons que vous avez évoqué. Il faut développer la visibilité des deux principaux parkings souterrains pour amplifier la redirection des automobilistes vers ces deux points pouvant contenir un bon nombre de véhicules puisque ceux-ci sont actuellement très faiblement utilisés. Refaire du parking du marché un parking du centre-ville à temps plein, afin de dégager de l’espace à proximité des commerces, et faciliter la circulation piétonnière qui peut permettre un développement des passages à proximité des façades commerciales et développer supposément la consommation locale. Bien entendu, il faut conserver quelques emplacements minutes, mais dans tous les cas une reconfiguration s’impose.
    Lors de la récente campagne municipale, il a été expliqué que le trajet des bus pouvait être dévié selon un schéma de la RATP sous forme d’étude. C’est le principal problème qu’il faut pouvoir traiter tant les solutions alternatives de circulation sont minces. Pour cela, un dialogue avec les communes voisines, les organismes de transports s’impose, et ce dialogue doit également engager les acteurs de notre ville, que ce soit l’actuelle majorité, l’opposition, ou les associations locales, tant les problématiques relatives à ce sujet sont importantes (la route est départementale, le Mail est privé, chaque partie doit être entendue).
    Merci d’initier le débat !

  2. Ce qui m’agace le plus c’est les voitures garées en double file au carrefour du haut de la rue Boucicaut pour aller acheter des cigarettes ou en pause au café et qui empêchent le bus de tourner. Et comme par hasard là, les PV sont plus rares que ceux que l’on prend pour 5 minutes de dépassement de tickets de parking

  3. Le trajet des bus est décidé en comité de pilotage par le STIF avec les élus, les transporteurs (ici la RATP) et les associations régionales d’usagers ‘(Association des Usagers des Transports-FNAUT Ile de France, dont le CARRRO est membre).
    Aussi, lorsque le maire du Vésinet pour raison électoraliste a décidé unilatéralement d’interdire le passage des bus. dans une rue de sa ville, le préfet des Yvelines a cassé l’arrêt du maire.
     
    Quant à la circulation rue Boucicaut, mais aussi rue Ledru-Rollin, il est déjà arrivé plus d’une fois qu’un bus soit  empêché de circuler par le stationnement illicite. Ainsi, j’ai vu un maire-adjoint et 4 policiers, les bras croisés, incapables de faire respecter le code de la route; le bus bloqué durant une demi-heure, s’est vidé: ce sont les voyageurs qui polluent le moins et font donc le moins de mal à la planète, qui a été sanctionnés. Rapport  avait été fait au médiateur RATP.

    Marcelle Vernet
    pour le CARRRO (Collectif des Associations Riveraines du Rer b RObinson)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *