Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Humour : l’Approche « Croissance Exponentielle » à Fontenay aux Roses

Monsieur Candide : quelles ont été les réactions à votre note et à son complément sur la baisse de population à Fontenay ? 

Réactions très nombreuses et positives :

  • Une élue de la majorité : « article très clair qui a le mérite de mettre les points sur les I. »
  • Un élu de l’opposition : « il est bien ton article»
  • Un polytechnicien : « Votre remarque est intéressante et mérite un suivi à plus long terme car il n’est jamais bon d’observer une diminution de la population de plus de 1% sur un an. »
  • Une femme de la culture : « Merci de cette veille active, tes informations et tes conclusions sont très intéressantes »
  • ….

Une seule réaction, en parallèle, négative et surprenante, sur le blog d’un Fontenaisien :

« De 2017 à 2022, Fontenay est passé de 22 946 habitants à 25.174 habitants : soit 2 228 habitants en plus, ce qui correspond à augmentation de près de 10% (9,71% précisément) en 6 ans seulement. »

Cette approche par quelqu’un qui, par ailleurs, se dit « scientifique », relève de l’utilisation de « l’approche croissance-exponentielle » pour justifier ses dires.

Monsieur Candide : qu’est-ce que « l’approche-croissance-exponentielle » ?

L’approche croissance exponentielle relève de la technique mathématique utilisée par Malthus (1766-1834), économiste britannique de l’École classique et, accessoirement,  prêtre anglican. Dans le cadre de sa théorie dite « loi des rendements décroissants », théorie à l’origine du malthusianisme, Malthus écrivit que la production augmentait proportionnellement moins que le nombre d’habitants.

La production pour nourrir les nouveaux habitants croit moins vite que la population ; en conséquence de quoi, un point d’équilibre (ou de déséquilibre) est forcément atteint un jour ou l’autre. Alors les individus en excès meurent de faim.

La solution, toujours selon Malthus, est alors de tuer les pauvres (en supprimant les aides, …) ou de les empêcher de naître (régulation volontaire des naissances par la « contrainte morale ou sociale »). Ou de leur demander d’aller se loger ailleurs (toute ressemblance avec … ne serait que pure coïncidence).

Malthus a deux fois tort :

  • La population du monde ne s’est pas accrue de manière exponentielle et semble avoir trouvé une asymptote, un plafond, du fait de divers facteurs dont l’enfant-unique en Chine, un vieillissement de la population en Europe avec moins de deux enfants par femme, …

  • La production agricole s’est accrue plus rapidement que la population : merci aux agriculteurs et aux fabricants de semences plus productives. Les famines connues encore dans les années 1930, avec des morts par millions, ont disparu.

Personne n’ignore que des gens manquent encore aujourd’hui de nourriture mais les progrès réalisés ont été remarquables. (Méfions-nous, cependant, des nouvelles théories en matière de productions agricoles …).

Monsieur Candide : quel est l’objectif de ces mathématiciens scabreux ?

Leurs objectifs sont toujours les mêmes :

  • Montrer qu’ils sont « scientifiques » et qu’ils savent manier les chiffres
  • Montrer à leurs interlocuteurs que, eux, ne sont pas des scientifiques et qu’ils sont donc inférieurs
  • Faire peur
  • Imposer leur intérêt politique, philosophique ou matériel.

Monsieur Candide : quel lien avec ce Fontenaisien « scientifique » qui certifie une hausse de 10% en six ans à Fontenay ?

Même approche que Malthus :

  • Utiliser la croissance exponentielle pour faire peur en laissant supposer que la population de Fontenay sera, à terme, quasi-infinie avec asphyxie des populations, …

En soujacent dans cette approche, notre « scientifique » indique qu’un enfant qui naitrait aujourd’hui à Fontenay et y vivrait tout sa vie de 72 ans (hypothèse) connaitrait ainsi une croissance de la population fontenaisienne à terme de 3.34 fois celle de sa naissance, soit 83.500 habitants.

La population en fin de vie de l’enfant (devenu adulte et senior) serait ainsi de 83.500 enfants contre 25.000 aujourd’hui :

On retrouve ici l’approche de Malthus qui conduit simplement à reconduire à l’infini (ici sur 72 ans) des chiffres connus sur quelques années et (surtout) non analysés, temporaires et éventuellement complètement faux.

  • Utiliser une approche « pseudo-scientifique » pour établir des chiffres déraisonnables, sans respect de la vérité : pourquoi passer sous silence que l’INSEE a procédé, durant ces 5-6 ans (2017-2022), à une régularisation importante pour corriger de graves erreurs antérieures de recensement (avant 2014) conduisant à l’absence de 1.500 logements (3.000 personnes environ !) dans le fichier des immeubles de la Ville ! Détail !

Reprenons la fameuse phrase citée ci-avant : « De 2017 à 2022, Fontenay est passé de 22 946 habitants à 25.174 habitants »

Deux remarques confirmées par le copier-coller (ci-dessous) du tableau POP-T1 de l’INSEE :

  • A fin 2019 (millésime), la population était de 25.531. Avec 25.174 à fin 2022, elle est donc en baisse :

Si notre « scientifique » était parti d’une autre base, de 2008 (millésime), la population de référence aurait été de 24.131 (plus haut que 2013-voir tableau INSEE ci-dessous) et la croissance 2008/2022 (14 ans) n’aurait été que de 1.000 habitants (24.131 // 25.174 = 1.043 arrondi ici à 1.000) en 14 ans.

  • La non-totale bonne foi conduit ce « scientifique » à ne pas prendre en compte les derniers chiffres (au 1er janvier 2023 selon l’INSEE) qui montrent que la population de Fontenay est en baisse annuelle de 357 personnes. Seuls sont retenus par notre « scientifique » les chiffres, choisis avec précaution subjective, qui vont dans le sens de la thèse voulue.

Cette baisse du nombre d’habitants en cette dernière année de 2022 de 357 personnes, sur la base de 2.2 ou 2.3 personnes par logement, correspond à l’équivalent d’environ 160 logements qui se seraient vidés.

Monsieur Candide : mais pourquoi cette absence totale de bonne foi ? Vous parlez d’intérêt personnel ? Est-ce vrai ?

 Notre « scientifique » très critique sur le niveau de construction en notre Ville tel que redimensionné par lui dans ses écrits, a été de 2014 à 2017 le Maire-adjoint en charge de l’Urbanisme.  Oserai-je dire qu’il s’institue aujourd’hui juge et partie de sa propre action !

En Septembre 2017, après quasiment quatre ans d’action en ce domaine (depuis Mai 2014), il s’est vu retirer toute délégation. Dit autrement, il n’a jamais démissionné de ses responsabilités en matière d’urbanisme ce qui laisse supposer que la politique développée de 2014 à fin 2017 lui convenait, qu’il en était d’accord, qu’il la contrôlait et qu’il la dirigeait dans le cadre de sa délégation au sein de l’équipe municipale.

Sa position de maire-adjoint de l’Urbanisme lui permettait de connaître, mieux que quiconque, le niveau réel de construction, faible, 2 à 3 immeubles achevés jusqu’à aujourd’hui ; il était au courant de cette correction portée aux recensements précédents de l’INSEE, de la régularisation de 1.500 logements/3.000 Fontenaisiens qui ne correspondaient à quasiment aucune construction mais à un redressement des fichiers utilisés par l’INSE. Le Journal Le Parisien, en janvier 2020, le savait :

(Souligné par nous)

 

Après cette mise à l’écart municipal, changement d’approche.  Inconstance ?

Jean-Michel Durand

Maire-adjoint aux Finances et Logements-Sociaux 2014-2020.

 

Mon Dieu ! Le plus souvent l’apparence déçoit.

Il ne faut pas toujours juger sur ce qu’on voit !

Molière. Tartuffe.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.