Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Cuisine centrale : absence de transparence et de dialogue à l’origine d’un fiasco

A ma question portant sur le devenir de la cuisine centrale lors du conseil municipal du 5 octobre 2023, il m’était répondu dans les termes suivants :

Concernant le supposé abandon du projet :

  • Trois projets sont actuellement en préparation sur le site du Panorama : le devenir du stade, le puits de géothermie et la cuisine centrale
  • Chacun fait l’objet d’une emprise propre et distincte des autres projets
  • Il n’y a donc pas d’abandon du projet de cuisine centrale, au profit de la géothermie, les emprises n’étant pas les mêmes.

Concernant la définition du projet et ses éventuelles évolutions :

  • Au vu des évolutions des modes opératoires, des nouvelles réglementations et du coût des denrées, il y a eu depuis le début de l’année 2023 des réflexions plus poussées sur le devenir du projet de cuisine centrale.
  • Le projet a été peaufiné afin notamment de respecter, de la manière la plus économe et la plus pertinente possible, les normes ICPE.
  • Grâce à l’expertise dont la ville bénéficie en interne, les réflexions en cours devraient aboutir à un montage précis et fiable d’ici la fin de l’année 2023

 Concernant le coût du projet :

  • Madame POGGI avance la somme de 10M€ pesant sur le budget communal.
  • Nous ne savons pas d’où Madame POGGI sort ce chiffre. Il est très éloigné des ordres de grandeur envisagés
  • A noter que le coût final de l’opération sera partagé avec les autres villes prenant part au projet et avec d’autres financeurs institutionnels.

La réponse de la majorité, agressive et arrogante, était pourtant bien loin de la vérité. Par un article du 16 décembre 2023, le journal Le Parisien titrait “Hauts-de-Seine : trop cher, le “beau projet de cuisine commune” de quatre villes tombe à l’eau” et précisait que “le projet avait les yeux plus gros que le ventre”.

De quoi la réponse de la majorité est-elle le symbole ? Celui d’une équipe qui ne supporte pas l’exercice démocratique du conseil municipal qui vise pourtant à débattre permettant de facto d’apporter les meilleures décisions politiques aux fontenaisiens. Ici, c’est le contribuable qui réglera l’addition des frais d’études, des diagnostics, du chef de projet en charge du projet depuis 2 ans et de divers honoraires. Une gabegie qui aurait pu être évitée si la parole de l’opposition n’était pas décrédibilisée en permanence.

Transparence et écoute, des solutions simples qui auraient pu permettre d’éviter un tel fiasco.

Léa-Iris POGGI

lea.poggi.fontenay@gmail.com

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.