Les plantes toxiques dans les jardinières de la place de l’Eglise (suite)

Suite de l’article du 3 juillet :

Pourquoi des fleurs toxiques ont été mises dans les jardinières de la place de l’Eglise ?

Il y a eu 2 commentaires que nous avons repris dans l’article, dont celui de Mr Olivier SASSOT, Docteur vétérinaire.

Celui-ci nous a fait part de son intervention directe auprès de la municipalité en vue de l’arrachage des plants concernés, effectivement toxiques, 

16 juillet – par courrier, le Maire écarte tout arrachage et dit sa préférence à « ces plantes très esthétiques » dont « le risque n’est absolument pas élevé ».

18 juillet –  Mr Olivier SASSOT, Docteur vétérinaire se voit contraint de relancer la municipalité une dernière fois et nous transmet simultanément la teneur de son courrier, pour l’information nécessaire des administrés.

Réponse de Mr Le Maire :

« Monsieur,

J’ai bien pris connaissance de votre courrier en date du 04 juillet dernier concernant les plants récents de plantes décoratives sur notre commune.

Je vous informe que les plantes qui fleurissent désormais la place de l’Eglise et le parvis de la Mairie ne sont pas des Brugmansia mais des Datura. Bien que proches, il ne s’agit pas des mêmes plantes.

Les Datura ont un caractère également faiblement toxique, mais aucun accident n’a été constaté en France dernièrement. Par ailleurs, une large majorité de communes sur notre territoire possède des Datura dans leur massif. Le risque que vous mentionnez n’est absolument pas élevé et ne mérite aucun retrait de ces plantes très esthétiques.

Naturellement, vous comprendrez que nous restons particulièrement vigilants sur les plantations de ce genre.

Le Service des Espaces Verts de la ville de Fontenay-aux-Roses reste à votre disposition pour toute question complémentaire.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sincères salutations.

Laurent VASTEL« 

Réponse de  Mr Olivier SASSOT :

« Monsieur le Maire

Vous avez bien voulu répondre à mon courrier du 04 courant concernant la présence de plantes toxiques signalées par les administrés dans les jardinières de la ville, notamment place de l’Eglise, et je vous en remercie.

Vous souhaitez distinguer Brugmansia et Datura qui présentent pourtant la même toxicité, au point que les publications universitaires de référence les réunissent systématiquement. Tel est le cas de la thèse de doctorat en médecine (119 pages, 65 réf) du docteur Jean-Marc BARAN :

http://docnum.univ-lorraine.fr/public/SCDMED_T_2000_BARAN_JEAN_MARC.pdf) et bien d’autres sources (*) consultables aisément.

Vous y trouverez rappelés les critères de diagnose entre Brugmansia et Datura, bien que cela présente un intérêt pour les seuls botanistes mais aucun intérêt médical tant les propriétés toxiques de ces deux solanacées sont superposables. Pour l’anecdote seulement, vous y apprendrez que les dénominations sont fluctuantes, selon les utilisateurs qui ne sont pas tous botanistes mais parfois pépiniéristes ou simples fournisseurs. Notez en particulier qu’en raison des fleurs tombantes qui les ornent, les grands plants de Daturas qu’on vous a fournis sont plus vraisemblablement des Brugmansias, souvent faussement appelés datura suaveolens (page 92), rigoureusement de même toxicité (page 59).

Plus intéressante, la revue faite par notre confrère des intoxications recensées (page 67) tant individuelles que collectives, involontaires ou volontaires, récréatives (page 69) ou criminelles (page 48) dont je vous ai précédemment rappelé la liste. Actuellement, l’hospitalisation au service des soins intensifs est la règle (page 64).

La conclusion revient à l’ANSM (Commission Nationale des Stupéfiants et des Psychotropes, 15/12/2009, http://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/782c00f81619946fdb54bad8ee73b745.pdf) qui rappelle: « Le Datura (stramoine) et ses préparations sont classés sur la liste I des substances vénéneuses.

L’article L.5132-8 du Code de la Santé Publique précise que « la production, la fabrication, le transport, l’importation, l’exportation, la détention, l’offre, la cession, l’acquisition et l’emploi de plantes, de substances ou de préparations classées comme vénéneuses sont soumises à des conditions définies par décrets en Conseil d’Etat ». L’article L.5432-1 du Code de la Santé Publique punit de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de ne pas respecter les dispositions réglementaires de l’article L.5132-8, »

La commission conclut notamment: « Compte tenu de ces différentes données, le rapporteur propose de sensibiliser les partenaires institutionnels concernés (Ministère de l’agriculture, Préfectures, etc) sur les dangers liés à la consommation du datura à des fins récréatives afin que ces derniers puissent engager au niveau local, des mesures préventives telles que la non plantation du datura dans les jardins publics ou dans des zones sensibles [sites accessibles aux jeunes enfants et adolescents (crèches, écoles, collèges et lycées)]. »

Pour ma part, l’avertissement me parait suffisant et je considère avoir rempli mon rôle de conseil professionnel éclairé, vous laissant le soin d’adopter -ou pas- les mesures utiles.

Pour mémoire, à titre de précaution, je recommande à nouveau d’arracher les plants concernés aussi décoratifs soient-ils.

Cordialement.

Dr Vét Olivier SASSOT »

 (*) Autres sources :

https://www.ata-journal.org/articles/ata/pdf/2004/01/ata20041p22.pdf

https://www.ata-journal.org/articles/ata/pdf/2010/04/ata100023.pdf

http://www.centres-antipoison.net/cctv/rapport_cctv_datura_stramonium_v6_2010.pdf

http://portail-documentaire.univ-nc.nc/files/public/bu/theses_unc/TheseYannBarguil2011.pdf

http://medecinetropicale.free.fr/cours/intoxplante.pdf

http://pepite-depot.univ-lille2.fr/nuxeo/site/esupversions/74c5552e-900c-44f0-ac63-4a6b3c71a0d1

Commentaire NDF :

Nous pensons qu’en cas de doute, il vaut mieux enlever les plantes.

Vous avez jusqu’au 16 Septembre pour proposer votre projet dans le cadre du budget participatif de la ville !

La mise en place du budget participatif faisait partie des 30 propositions d’un groupe de travail composé de membres des Comités d’Habitants.

Ce budget participatif permet une implication citoyenne et collective. Ce budget a déjà été mis en place dans beaucoup d’autres communes voisines quelque soit leur couleur politique, comme Bagneux, Montrouge, Antony (voir article précédent)

Prenons l’exemple des communes voisines pour avoir une idée des projets proposés :

-        Des poulaillers et des composteurs pour réduire nos déchets
-        Point dons : pour déposer et/ou récupérer des objets
-        Mur d’escalade pour tous
-        Végétaliser la ville et créer des jardins potagers et partagés
-       Créer des parkings à trottinettes devant les écoles
-        Installer une borne de gonflage pour vélo en centre-ville
-        Habiller nos grilles de parcs avec des expositions
-        égayer les murs de la ville

Le budget qui a été voté en Conseil municipal du 25 juin 2018  est de 20 k€, ce qui représente, 0.87 € / habitant de Fontenay, alors que dans les autres communes il est de 6.5 € / habitant. Pour être au même niveau que les autres communes, il aurait fallu avoir 150 k€.

Votre projet doit :

  • s’inscrire dans les compétences de la commune,
  • relever du budget d’investissement (aménagement, construction, rénovation, achat de biens…),
  • être d’intérêt général et techniquement/juridiquement réalisable,
  • il ne génère pas de frais de fonctionnement nouveaux jugés trop élevés par les services municipaux
  • ne pas dépasser un tiers du budget total qui est de 20 000 €.
  • concerner un quartier ou toute la ville

La faisabilité des projets sera ensuite étudiée et les porteurs de projet viendront défendre leur proposition devant un jury composé de membres des comités d’habitants. 25 projets maximum seront retenus puis soumis au vote de la population avant la fin de l’année. 

Qui peut proposer un projet ?
Toute personne de plus de 16 ans, domiciliée à Fontenay-aux-Roses, à l’exception des élus ayant un mandat local à Fontenay-aux-Roses.

Qui peut intégrer le jury de présélection ?
Chaque Comité d’habitants organise en son sein son jury de présélection. Il ne peut pas contenir d’élus.

Qui pourra participer au vote définitif, en ligne ?
Toute personne de plus de 16 ans, domiciliée à Fontenay-aux-Roses et non élue

Étude de la recevabilité des idées
La faisabilité technique, juridique et financière des idées est vérifiée par les services compétents.

Y a-t-il un règlement ?

Oui, il définit qui peut participer, quel type de projet on peut proposer, quel est le planning.

Ci-joint le lien pour le télécharger : Budget_Participatif_REGLEMENT_FAR

Ci-joint le lien pour déposer votre projet : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1616/budget-participatif.htm

Installez dans votre quartier des petits jardins partagés

En mai 2017, le Comité d’Habitants « Pervenches Val Content » proposait l’installation dans leur quartier des petits jardins partagés pour planter et entretenir des plantes aromatiques sur la voie publique.

Le but était de favoriser le développement de la biodiversité en ville, mais surtout de créer du lien social et de favoriser les échanges entre voisins.

Pour pouvoir mettre en œuvre cette solution, il fallait l’accord et l’aide de la municipalité.

Comme ces petits jardins utilisent une partie de l’espace public, la ville a défini une convention d’utilisation temporaire de l’espace public et une charte de végétalisation.

Cette charte engage les jardiniers au respect de l’environnement et à l’entretien du dispositif.

Les services techniques de la Ville, ont posé des bacs place Jean Monnet et rue Auguste Ernoult. Une petite parcelle a aussi été aménagée place Jean Monnet.

Les plantes de ces « jardins partagés » :

  • Menthe verte
  • Potimarron
  • Graines de Cerfeuil et de Thym
  • Fraisier Mara des bois
  • Tomates cerises
  • Graines de Moutarde blanche
  • Fraisier
  • Basilic
  • Menthe
  • Persil et Romarin

Christiane Vilain, habitante du quartier a écrit un poème pour présenter ces petits jardins partagés :

Chers voisins et amis ;
Ce nouveau Bac est destiné
à l’usage partagé
de plantes aimables
et consommables,
pour le quartier.
Servez-vous raisonnablement ;
Entretenez-le en enlevant
les mauvaises herbes, mais pas trop ;
En arrosant de temps en temps,
Surtout par temps chaud.

Si vous êtes intéressé, repérer des endroits et contacter votre comité d’habitants à la rubrique « Votre Quartier » du site de la ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/6/votre-quartier.htm

Balade nocturne à vélo à Paris le vendredi 20 juillet organisée par FAR@Vélo

Paris est encore plus belle la nuit l’été, et surtout à vélo!

Pour en profiter, venez découvrir notre capitale depuis votre vélo en participant à une balade nocturne proposée par FARàVélo le vendredi 20 juillet 2018.

Nous partons à 20 heures sur la place du Général de Gaulle pour rejoindre ensuite le départ de la balade « Paris by night »: http://www.parisrandovelo.fr/bienvenue/. C’est une balade familiale ouverte aux enfants. Nous roulerons lentement pour apprécier pleinement le spectacle de Paris et aussi la conversation! Vous serez encadré par l’équipe de Paris Rando Vélo qui organise cette balade chaque vendredi de l’année.

Les habitants de Châtillon, Malakoff et Montrouge peuvent bien sûr nous rejoindre en nous attendant sur la Coulée Verte peu après 20h.

La participation est gratuite sur inscription: faravelo@outlook.fr.

L’action éphémère du « Collectif Mauvais Oeil » sur les vitrines des commerces inoccupés à Fontenay

Pour les adeptes du lèche vitrines… nous vous proposons trois lieux à déguster avec les yeux à partir de ce dimanche 8 juillet…

2 des 3 spots ciblés ont été nettoyé dans les 48 heures.

Il n’y a que les vitrines du centre commercial des Blagis qui semble tenir le coup.

Il s’agit de l’épisode 13 du  »Collectif Mauvais Oeil » :  Même Lieu, Autre Image 

Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/collectif.mauvaisoeil.1

Huit voitures incendiées à Fontenay-aux-Roses, dans la nuit de lundi à mardi 10 Juillet

Trois départs de feu ont été constatés en dix minutes, dans la nuit de lundi à mardi.

Trois départs de feu pour huit voitures brûlées. Dans la nuit de lundi à mardi, un ou plusieurs incendiaire(s) ont détruit huit véhicules en y mettant le feu, dans les rues des Buffets et Gabriel-Péri à Fontenay-aux-Roses. Les premières flammes sont apparues vers 2 heures du matin, devant le numéro 18 de la rue des Buffets, pour dévorer trois voitures en stationnement.

Une autre automobile garée en face dans la rue des Buffets a été incendiée également dans les minutes suivantes. De même que trois autres véhicules, stationnés quant à eux rue Gabriel-Péri, adjacente à la rue des Buffets. Le tout en une dizaine de minutes. La police scientifique s’est déplacée dans la nuit pour une série de prélèvements. L’enquête débute pour retrouver la trace du ou des auteur(s) de ces incendies criminels.

Source : Le Parisien du 11 Juillet 2018 : http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/huit-voitures-incendiees-a-fontenay-aux-roses-10-07-2018-7814439.php#xtor=EREC-1481423605-[NL92]—${_id_connect_hash}@1

Les activités du Lions club sur Fontenay

Les « boîtes à lire » :  boites pleines de livres dans des cabinets médicaux ou certains espaces publics, comme par exemple au Centre Municipal de Santé.

Les « boîtes à livres » : mobilier urbain qui sert de lieu d’échanges.

Une a été installée par la mairie au parc Sainte Barbe, une autre sera placée dans le quartier « Scarron ».

Des vacations « Aid’écrit » permettant d’aider des personnes en difficultés de lecture et d’écriture dans leurs démarches, depuis un an à la Maison de Quartier des Paradis le mardi matin et récemment au Château Sainte Barbe, le samedi matin.

Atelier de soutien à de jeunes adultes pour actualisation des savoirs de base

=> Le Lions club recherche des bénévoles pour renforcer les équipes

Pour tous renseignements, voici le contact : lions.fontenay-vallee@orange.fr

Christel Vidalenc, Présidente, Lions Club Fontenay aux Roses, Vallée Aux Loups

Concours des « Nouvelles » du Lions club de Fontenay aux Roses

Pour la première fois cette année, le Lions club de Fontenay aux Roses a lancé un concours de « Nouvelles », ouvert à tout Fontenaisien de plus de 8 ans, sur le thème :  « Dans 100 ans à Fontenay-aux-Roses... »

L’écrit devait être rédigé sur deux pages. Il était fait en individuel ou en groupe (classes ou autres groupes identifiés).

Les auteurs sont répartis en trois catégories : cadets, juniors et adultes.

L’imagination est le premier critère retenu par le jury, mais aussi la bonne maîtrise du français : orthographe, syntaxe et grammaire.

Ce concours de « Nouvelles » a eu lieu de mars à mai 2018.

Les trois premiers lauréats de chaque catégorie se sont vu remettre leur prix lors de la Fête de la Ville et la « Nouvelle » des trois vainqueurs est affichée à la médiathèque. 

La remise des prix s’est faite lors de la fête de la ville

Madeleine MARTIN, a remporté le prix des adultes, avec sa nouvelle « Après le déluge ».

Voici quelques extraits de cette nouvelle :

« Elle marche d’un pas alerte sur la rue de Paix. Seraient-ce les rayons de ce soleil d’avril qui lui donnent cette ardeur ? Il a fait jusqu’à moins vingt-quatre degrés au plus fort de l’hiver, alors elle profite de cette douceur retrouvée, car dans quelques mois les températures vont monter pour atteindre jusqu’à quarante, en plein cœur de l’été. Mais pour l’instant, il flotte dans l’air printanier de Fontenay aux Roses, quelque chose d’exaltant qui lui donne envie de bouger. Elle s’arrête un instant sur la place de la Communauté et se met à danser. Quelqu’un commence à chanter pour accompagner ses pas et tout le monde applaudit. Dès qu’il fait beau ils viennent là, s’asseoir autour des tables pour jouer au blido, au yunsha ou simplement pour se retrouver. Elle aime beaucoup cette place arborée, entourée de vieux immeubles du XXème siècle qui se marient parfaitement avec le style néoclassique de ceux du XXIème. Quant à la maison commune elle date de 1860. Jusqu’en 2026 c’était la Mairie, mais depuis Fontenay aux Roses est devenu un quartier de Paris.

Alma continue son chemin. Alma, c’est son prénom, elle est née avec le XXIIème siècle, il y a tout juste dix huit ans. Aujourd’hui elle se rend à la bibliothèque, à l’autre bout de la rue de la Paix. Beaucoup de rues ont été rebaptisées après les grandes catastrophes, c’est ainsi que La Paix a remplacé Boucicaut et la place de la Communauté occupe désormais celle du Général De Gaule. Alma a entendu dire qu’autrefois toutes ces voies étaient très encombrées, car chacun voulait posséder son véhicule individuel. Elle se demande bien à quoi cela pouvait servir, les autobus permettent de circuler tellement facilement, ils se succèdent toutes les cinq minutes dans un trafic fluide. Si on a envie de se donner un peu d’exercice, on peut prendre un vélo, il y en a partout. Il y a aussi les taxis pour se déplacer à plusieurs et les véhicules utilitaires pour transporter les objets encombrants.

Passant devant la maison des cultes, Alma se fait la réflexion que nous sommes vendredi, c’est le jour de prière pour les musulmans, demain sera le jour des juifs et dimanche celui des chrétiens, puis viendront les shintoïstes, les animistes, les hindouistes,…»

Vous pouvez télécharger la nouvelle en cliquant sur le lien : Après le déluge

STAGES DE VACANCES D’ÉTÉ à L’ATELIER du 8 rue des pervenches à Fontenay-aux-roses.

Katia JACQUIN vous invite à venir visiter notre atelier autour d’un thé.

Plusieurs ateliers d’expression artistique sont proposés cet été, pour les petits et grands, à L’ATELIER du 8 rue des pervenches à Fontenay-aux-roses.

VOUS POUVEZ VENIR NOUS RENCONTRER ET VOUS INSCRIRE DES MAINTENANT!

Tél : O6 29 61 57 92

JUILLET 2018

Stage Volumes & Structures

Afin d’explorer la sculpture  ( grillage, bandes plâtrées, fil de fer, papier mâché, cartons, polystyrène, matériaux de récupération …

Enfants-Ados : 14H30-17H00

Jeudi 5/12/19/26

Vendredi 6/13/20/27

Stage d’expression créative pour adultes

À travers différentes techniques artistiques, venez mobiliser des ressources créatives

Les Jeudis de juillet,  19h00 – 21h00

Le modelage de l’argile :

Les vendredis et dimanches de Juillet -14h30-17h00.

Lieu : 8 rue des pervenches; Tél : O6 29 61 57 92

Pourquoi des fleurs toxiques ont été mises dans les jardinières de la place de l’Eglise ?

Dans les jardinières, des  plantes décoratives ont été mises avec des fleurs très caractéristiques.

Il s’agit de Brugmansia. Voici ses caratéristiques :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Brugmansia

Or les fleurs de ces plantes sont considérées comme très toxiques par ingestion.

Voilà ce qui est dit sur un site spécialisé https://jardinage.ooreka.fr/plante/voir/328/brugmansia

Attention : très attirantes par leurs magnifiques fleurs, toutes les variétés de brugmansias sont toxiques par ingestion. Elles contiennent surtout deux alcaloïdes, la hyoscyamine et la scopolamine qui entraînent par ingestion un syndrome atropinoïdien. Après contact prolongé de la sève, des tiges, des feuilles, des fleurs ou des fruits, lavez-vous les mains. Tenez-en éloignés les enfants

Or lorsque les fleurs fanées 

de cette plante tombent par terre, elles sont à portée de main des enfants
Il faudrait au moins que cela soit signalé ! 
Commentaires de Mr Francis Vollmer :
  • Les espaces verts et les jardinières comportent tous un certain nombre de plantes toxiques (feuilles, fleurs ou/et baies, …).
  • L’ingestion par les enfants de ces organes de plantes (peu attractifs sur le plan gustatif) est tout de même très rare. Pour preuve aucun avertissement n’est visible dans aucun des nombreux parcs que j’ai pu traverser.

=> Le Brugmensia proche du Datura est très fréquent dans les parcs municipaux et les fleurs fanées n’ont à mon avis que très peu d’attrait .

Commentaires de Mr Olivier SASSOT, Docteur vétérinaire:

Merci d’avoir attiré l’attention sur la présence de Brugmansia dans les jardinières du centre-ville: toutes les parties de la plante sont effectivement toxiques, même par simple effleurement. Le diagnostic est d’autant plus difficile et retardé que la plante est faussement considérée comme seulement décorative et que le contact parait anodin. Sans détailler ici les symptômes, je vous confirme être intervenu directement auprès de la municipalité dès la publication de l’article pour demander la suppression des plants entiers et pas seulement celle des fleurs.

=> Non, l’absence d’avertissement dans les jardineries et les espaces publics ne signifie pas absence de toxicité. Merci de votre vigilance.