Pourquoi les poubelles extérieures de la Résidence Etudiants « Olympe de Gouges » sont si mal utilisées ?

Les colonnes enterrées sont situées devant l’entrée de l’ancienne Ecole Normale. L’ensemble des poubelles est très mal utilisé, comme le montre la photo.

Sur place, il y a les trois types de poubelles : ordures ménagères, tri sélectif (journaux, papiers, emballages cartons, bouteilles plastiques, boites de conserves…), bouteilles en verre. Sur place, on retrouve des sacs poubelles non mis à la poubelle normale, un ancien caddie, des cartons de pizza, des cannettes de coca, des morceaux de baguette, etc…

Pour la benne à verres. Les étudiants ne prennent pas la peine de défaire les cartons ou les sacs qui contiennent des bouteilles. Ils les déposent simplement à proximité de la poubelle, en pensant que c’est le travail des éboueurs de faire le tri. Or il s’agit de colonnes enterrées qui sont ramassées par un camion spécial équipé d’une grue et les éboueurs ne sont pas là pour faire le tri.

La résidence pour étudiants « Olympe de Gouges » est située dans les anciens locaux de l’Ecole Normale Supérieure. Elle accueille actuellement 150 étudiants. Quand un autre bâtiment sera également rénové, elle accueillera au total 275 étudiants. Les étudiants fréquentent la Faculté Jean Monnet de Sceaux (Paris 11), d’autres fréquentant l’IUT de Seaux et la Faculté de Pharmacie de Chatenay. La résidence est gérée par le CROUS.

Le CROUS a fait appel à l’agglomération Sud de Seine, qui s’occupe de l’enlèvement des ordures ménagères. Celle-ci a déjà mis en place à Fontenay (rue Marie Nodier, rue de Verdun…) une collecte par apport volontaire des déchets ménagers avec tri sélectif dans des colonnes enterrées et semi-enterrées extérieur aux bâtiments.
Ces aménagements permettent normalement une amélioration notable de l’hygiène et la sécurité incendie avec, notamment, la fermeture des vide-ordures et la disparition des bacs malodorants et inesthétiques.
Ce dispositif est composé de 3 bornes qui correspondent à chaque type de bacs en place sur la commune : ordures ménagères, tri sélectif et verre. Ces colonnes sont situées à proximité des immeubles concernés.
Les colonnes sont subventionnées à 50 % par Sud de Seine.

Le comportement des étudiants correspond peut-être au fait que on ne leur a pas bien expliqué le fonctionnement des poubelles. De plus à la rentrée prochaine, il y aura 275 étudiants au lieu de 150. Si rien n’est fait les choses ne feront qu’empirer.

Il y a à l’agglomération Sud de Seine des ambassadeurs du tri qui sont chargés de bien expliquer le fonctionnement du tri sélectif et de faire de la pédagogie. Pour cela, il faudrait que le CROUS en fasse la demande.