Les propositions d’une nouvelle équipe sur le sujet du mal être

Pourquoi l’information dans le journal de Fontenay n’ aborde t’elle pas les difficultés des habitants, notamment concernant le mal être, qui touche maintenant diverses catégories socio démographiques et professionnelles.

Aux personnes en état de précarité, aux jeunes, aux personnes de santé mentale fragile, s’ajoutent maintenant les représentants de l’éthique : enseignants, agriculteurs, policiers.

Face à la hausse des suicides en France, notre ville est elle impactée et si oui quelles propositions une nouvelle équipe peut elle faire?

La solution peut elle être la même entre des jeunes qui peinent à trouver leur équilibre pour assumer leur rapport aux autres et entre eux ou pour passer à l’autonomie ; et des personnes sensibles, fragilisées par la solitude, la maladie, les difficultés familiales, professionnelles, les soucis financiers et personnels ?

Prendre soin n’est pas que l’ apanage de la médecine, elle doit être une priorité de notre commune. C’ est pourquoi je souhaite que nous les tenants d’une opposition positive menions une campagne municipale autour de la santé préventive.

Pour cela proposons un partenariat  avec les médecins de la ville, le centre de santé,  plus globalement avec les associations sportives et thérapeutiques pour définir une méthodologie et une pratique protectrice de la santé mentale. Cette santé impacte le déficit du budget de l État dans plusieurs branches indemnités maladie chômage sécurité sociale…et nuit au dynamisme de nos villes sur le plan local.

Les médecins peuvent actuellement prescrire des ordonnances sportives, il s’agit ensuite d’organiser l’infrastructure mêlant professionnels bénévoles art et ludo thérapeutes pour veiller à ce que le goût de vivre perdure.

Il ne s’agit pas pour autant de refinancer de nouveaux lieux, qui existent déjà ou sont à réhabiliter sur Fontenay, mais de soutenir les associations, les praticiens, sur un budget municipal pour les petits revenus.

Nos concitoyens fragiles, pour résister et développer une conscience de vie, doivent se sentir soutenus par la population plus forte.

La mésestime de soi, la dépression, le burn-out ne sont pas une fatalité. Les réponses faibles à l’ autoritarisme, au management anxiogène, à la violence, aux pertes des valeurs peuvent être trouvées dans des programmes parfois simples mais existants et connus des médecins de la ville, démunis eux mêmes face aux défaillances intellectuelles et physiques, aux pertes de courage, aux ralentissements  menant vers la réclusion, le nihilisme et parfois le passage à l’acte.

Les familles sont dévastées mais impuissantes, nos dévoués et courageux pompiers, nos représentants des forces de l’ordre qui vivent sur le terrain ces situations, se dépatouillent avec ces maux, débordés et mal à l’aise dans leur gestion quotidienne. Qui va leur remonter le moral ?

A qui se confier ? L’ épuisement va souvent de paire.

Les aidants, les médecins de ville et du travail, le corps enseignant sont de leur côté souvent saturés voir fragilisés eux-mêmes. Avec un praticien pour 15 000 enseignants, une visite tous les 5 ans prévue (directive pas remplie partout), des académies n’ont pas de médecins ou pas de secrétariat. Alors les mouvements de grève pour dire son malaise arrivent. Parfois ça se calme, il y a une enveloppe , il y a un super inspecteur conseiller pédagogique à l’écoute, qui ouvrent une pause, permettent le contact avec soi même et avec les autres, et réhumanisent le terrain, mais le réenchantement ne peut venir que d’une vraie transformation intérieure, progressive, accompagnée.

Les territoires peuvent avoir cette mission redynamisante pour leur population, et aider à surmonter les défis de notre époque.

Autrefois le médecin l’instituteur et le curé soignaient ensemble les corps les âmes et les esprits souffrants et le travail en plein air faisait le reste mais aujourd’hui face à la complexité de la vie urbaine et du monde du travail, les municipalités doivent tout faire pour fournir des points d’ accès de prévention santé, d’ éducation, et de respiration à taille humaine où l’ambiance créatrice sportive environnementale et paisible aide à  transcender les diverses forces issues de la nature et de la vie.

Joëlle Touzet, Nouvelle Donne, liste Label de FONTENAY