La livraison des futurs trains du RER B risque de prendre du retard !

Actuellement, circulent sur le RER B, 117 trains MI 79 rénovés et 33 trains MI 84 en provenance du RER A et en cours de rénovation (3 en 2020, 12 en 2021 et 18 en 2022).

Mais tous ces trains devraient être remplacés, à partir de fin 2025, par des nouvelles rames neuves (MI 20, MI NG), à deux étages, donc de capacité supérieure aux voitures actuelles.

Pour la fourniture de ces 146 trains, le Groupement RATP – SNCF Voyageurs a étudié les propositions d’ALSTOM et du consortium BOMBARDIER – CAF et a signé fin 2020 un marché de 2,56 milliards d’euros avec le consortium BOMBARDIER – CAF qui était moins disant de 600 millions d’euros.
CAF est la compagnie espagnole « Construcciones y Auxiliar de Ferrocarrils » qui a une usine en France a Bagnères de Bigorre.

Mais en janvier 2021, Bombardier Transport a été officiellement racheté par ALSTOM   qui a alors dénoncé ce contrat dont le prix ne lui parait pas viable et qui en demande une renégociation.

Devant cette situation, la Conseil d’Administration d’Ile  de France Mobilités, tenu le 11 février 2021, présidé par Mme Valérie Pecresse, a réagi.

Ci-dessous un extrait du Compte-rendu de cette réunion :

  • RER B : ALSTOM et CAF sommés d’honorer le marché pour la livraison des 146 trains du RER B. Le conseil d’administration exige à l’unanimité qu’ALSTOM et CAF honorent sans délais le marché de fourniture des matériels roulants MI20notifié par le Groupement RATP-SNCF Voyageurs, qui a retenu l’offre remise par BOMBARDIER-CAF. Île-de-France Mobilités mandate la RATP et la SNCF d’entreprendre tout recours devant les juridictions compétentes en cas de non réalisation du marché par l’une des entreprises signataires du dit marché.

Les voyageurs du RER B risquent donc d’attendre un peu plus longtemps ces voitures qui permettraient peut-être de réduire l’entassement des voyageurs aux heures de pointe.