ÉLECTRICITÉ : À PROPOS DES COMPTEURS LINKY (4/4) – QUE REPROCHE T’ON GÉNÉRALEMENT AUX COMPTEURS LINKY ? (2/2)

Dans trois précédents articles, j’ai essayé d’expliquer à quoi servait le compteur communicant Linky (lire ici), comment il fonctionnait (lire ici), et quels sont quelques-uns des principaux reproches formulés à son encontre (lire ici les premiers reproches).

Dans ce quatrième et dernier article, je vais m’intéresser à quelques autres reproches fréquemment entendus.

Linky est un bel exemple d’obsolescence programmée : on remplace, sans vrai raison, d’anciens compteurs qui fonctionnaient encore très bien… ?

Comme je l’ai écrit dans le premier article de la série, l’objectif des compteurs communicants est de permettre à chacun de mieux connaître sa consommation d’énergie, donc de mieux la maîtriser, et, in fine, d’économiser des ressources énergétiques de la planète. Ceci est un pari industriel dont nous ne pourrons juger du résultat que dans dix ou quinze ans, et dont nous sommes tous un peu responsables. Si nous n’utilisons pas les données que Linky rend disponible pour essayer de consommer mieux et moins, le pari ne pourra pas être gagnant.

C’est un peu la même chose avec l’interdiction progressive des véhicules diesel : si nous remplaçons tous de vieux diesel par des véhicule à essence (par ailleurs plus lourdement taxés par le malus écologique, ce qui est étrange…), sans nous interroger sur des moyens de déplacement alternatifs (transports en commun, véhicules électriques partagés, vélo, etc.), on n’aura peut-être réduit un facteur de pollution (particules fines) qu’en en augmentant un autre (CO2)…

Conclusion : Linky n’est qu’un outil. À nos fournisseurs d’électricité et à nous-même de l’utiliser au mieux pour réduire nos consommations d’énergie… A suivre dans la durée, et je pense que la Commission de Régulation de l’Energie sera vigilante sur ce sujet..

Linky est coûteux et va alourdir nos factures d’électricité ?

Le coût de déploiement des 35 millions de compteurs Linky est de l’ordre de 5 Milliards d’Euros sur 10 ans (2014-2024) (estimation de la Cour des Comptes en 2018). A titre de comparaison, la construction d’une tranche nucléaire de dernière génération est estimée à environ 7,5 à 8 Milliard d’Euros sur 5 ans (estimation de La Tribune fin 2019).

Les amortissements de ce lourd investissement vont-ils venir gonfler nos factures d’électricité ?

Voici ce que dit la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) sur le sujet fin 2020 (lien : https://www.cre.fr/Actualites/la-cre-publie-ses-projets-de-decisions-sur-le-futur-tarif-d-utilisation-des-reseaux-d-electricite-turpe-6) :

“Linky, l’atout essentiel à la transition énergétique

Avec déjà 29,5 millions de compteurs installés par Enedis (4 foyers sur 5), le déploiement du programme Linky qui sera achevé fin 2021 constitue un atout essentiel à la transition énergétique. Il permet sur la période TURPE 6 de diminuer les pertes non techniques et les coûts de relève, ainsi que de disposer de nouveaux services et de données bien plus précises sur le fonctionnement du réseau, de favoriser l’implantation des énergies renouvelables et la maîtrise de la consommation.

Tout cela permet des économies sur les charges d’exploitation du réseau de près d’1 milliard d’euros sur les 4 prochaines années, qui seront restituées aux consommateurs sur la période du TURPE 6.”

Ce que dit la CRE, en clair, c’est que l’utilisation des compteurs Linky va générer une baisse de coûts pour le distributeur, et donc une économie pour les clients…

Conclusion : là encore, l’évolution des tarifs sera à suivre dans la durée…

Linky disjoncte trop vite en cas de surconsommation ?

Voyons ce qu’en dit Engie (ex GDF-Suez), le principal concurrent de EDF en France (lire ici)”) :

“Les compteurs Linky™ disjonctent plus que les anciens compteurs ?

Non. La sensibilité aux dépassements de puissance des compteurs Linky est globalement la même que celle des anciens compteurs. Lors de la pose du compteur, en cas de décalage entre la puissance contractuelle et le réglage du disjoncteur, le technicien remet l’installation à la puissance souscrite.

Le compteur Linky fonctionne comme un compteur classique. Il existe plusieurs modèles de compteur Linky avec des puissances différentes :

Pour rappel, un compteur disjoncte quand la puissance nécessaire au fonctionnement simultané des appareils en marche dans un logement est supérieure à la puissance souscrite au compteur.

Notez cependant que les compteurs Linky ne supportent vraiment aucun écart de puissance et disjonctent au moindre dépassement. Certains anciens compteurs sont très légèrement plus tolérants.

Le problème ne semble donc pas majeur, même dans la communication d’une entreprise qui n’a aucune raison d’adresser un satisfecit à EDF…

On peut cependant signaler que le déploiement de Linky a parfois révélé des erreurs, telles que des réglages de compteurs ne correspondant pas au contrat du client (par exemple contrat pour 30 ampères et compteur réglé à 45 ampères). Dans ces cas-là en effet, sans doute peu nombreux, le réveil a pu être douloureux.

Conclusion : reprenons l’introduction du mémo d’Engie : « La sensibilité aux dépassements de puissance des compteurs Linky est globalement la même que celle des anciens compteurs. »

Michel Giraud