Réponse aux associations qui s’investissent pour les municipales

Chers membres des associations CIVIFAR, FArgo,  La Boissiere,  Conservatoire-Soubise, Retraités CFDT, votre appel et votre investissement pour les municipales sont une démarche louable, mais malheureusement ne sont- ils pas aussi la preuve que l’ iceberg avance et que sa partie immergée bientôt nous rattrapera malgré toutes les initiatives diverses et variées.

Le règne, la puissance et la.gloire sont bien les 3 fléaux rampants qui s’ ils ne sont pas maîtrisés, malgré vos initiatives d’ interrogations des candidats, de prises de garantie, de validation des conseils apportés, ne suffiront pas à arrêter l’ individualisme et la soif du pouvoir. Tout au plus votre appel vous donnera t’il bonne conscience, vous aurez agi selon votre bonne volonté et votre petit pouvoir, pas coupables car on a essayé de faire changer mais sans aller jusqu’au bout (puisque vous même vous ne candidatez pas).

L’ heure, chers amis est maintenant à une action plus efficace, car menée selon un  programme. Mais cela demande « une vraie » créativité, la critique du maire, des programmes, le conseil, n’ est pas la créativité. Ce n’ est pas si facile pour ces candidats qui ne tirent pas du fond de leur chapeau des programmes, mais je l’espère les extirpent de leurs tripes à force de questionnements sur la souffrance humaine ou la quête du bonheur pour tous. Ces candidats, sauf s’ils sont dépourvus d’ émotivité  (Une grâce qui parle au coeur et non pas qu’a l’esprit) s’ exposent aux rejets, à l’épuisement de la communication en sens unique, certes ils passent pour certains à  la caisse et ça peut leur suffire, d’ autres sont adulés et ça leur plaît, d’autres sont servis et ça les réjouit.. ..

Mais pour tous ceux qui sont dans le doute de l’ avenir et qui ne souhaitent pas se voir se répéter l’histoire, pas intéressés par ces valeurs et prenant à cœur leur mission, pensez vous que le ton du maître qui harcèlerait les boulangers fasse lever le froment ?

La vision et le souhait des paysans boulangers d’une vie plus juste et plus naturelle développe leur feu sacré qui se fait esprit de créativité pour la Vie. La crise des manifestants de rue en est l’exemple, que ce soit au niveau social ou environnemental.

Pour avoir invité il y a 4 ans la fondation Abbé Pierre (où j’agissait en bénévole ) à agir avec d’ autres associations humanitaires (et elle l’a fait sans doute par son propre bon sens en dialoguant même avec des associations protectrices de l’environnement comme celle de Nicolas Hulot) le résultat n’a pas inversé la donne, car ils n’ont pas tiré au sort un candidat porte parole du groupe ; et ils ont négligé de rencontrer les petits partis lesquels sont souvent source de plus grande créativité.

La créativité rime avec l’esprit de vie, elle s’ oppose à la consommation, j’achète, je prends, je dépense, il n’y a rien de créatif là-dedans…le problème est que dès l’école primaire on n’ apprend plus à faire pousser ni à regarder pousser la vie, pour comprendre et aimer ce phénomène organique…en ville c’ est difficile ?

Certains pays pourtant parlent de remettre la forêt au coeur de la ville…à Fontenay, il y a oui une volonté de rétablir les îlots de fraîcheur en plantant des arbres, de mettre des points d’eau, mais les écologistes n’ ont pas compris l’urgence  de piloter un institut pour une éducation nouvelle avec l’évaluation du changement de l’enfant et de ses parents. Une petite ferme oui, des jardins oui, mais leur aspect pédagogique, pour insuffler le respect du vivant, travailler la terre nourrir un animal, lui mettre de côté son compost, pour la rendre capable de bienveillance  et de nous nourrir à son tour, ou de faire notre travail ( la traction animale, source d’énergie la moins polluante), restent des incompréhensions.

Ce type d’ engagement est plus large qu’ un engagement politique, c’est un engagement éthique.

Cela demande une grande force de conviction, quand on voit déjà la difficulté à mêler humain et écologie. J’ en sais quelque chose pour défendre le bien-être au travail (avec une diminution du temps de travail par un exemple près des employés municipaux, ça coince auprès de beaucoup  et pas toujours ceux qu’on pense).

Donc chers amis, si votre proposition vise la créativité organique, j’appuierai votre démarche, et vous demande déjà dans un premier temps, de « vous essayer vous mêmes à respecter la vie qu’ il y a dans tout candidat pour Fontenay, et dans leur programme », car si votre objectif (selon des rumeurs Fontenaisiennes) est de faire passer votre propre programme arriverons-nous à une communion ou à une nouvelle addition de programme ?

Certains ne vous diront rien, soit par manque de créativité, soit par ruse ou par lâcheté, j’endosse le rôle du chien qui aboie mais qui ne mord pas, et de celui qui aime bien châtie bien… peut être aborderez- vous ce thème de la bienveillance ignoré par certains?

Joëlle Touzet, porte parole de la liste Label de Fontenay

Les commentaires sont fermés.