Coronavirus : L’hommage à Patrick Devedjian, président du Département des Hauts de Seine est unanime

Sources : http://www.leparisien.fr/politique/patrick-devedjian-disparition-d-un-esprit-libre-de-la-droite-29-03-2020-8290338.php#xtor=EREC-1481423605-[NL92]—${_id_connect_hash}@1

http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/l-ancien-ministre-patrick-devedjian-est-decede-29-03-2020-8290056.php

https://www.hauts-de-seine.fr/fileadmin/user_upload/Espace_presse/Communiques_et_dossiers_presse/Mon_departement/Deces_de_Patrick_Devedjian.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Seine_musicale

Patrick Devedjian, patron du département des Hauts-de-Seine, s’est éteint à l’hôpital d’Antony, dans la nuit de samedi à dimanche, des suites du Covid-19. L’ancien ministre, âgé de 75 ans, y était soigné depuis mercredi.

« Son état s’est dégradé vendredi soir, souffle une proche collaboratrice. Les médecins ont décidé de le placer en coma artificiel pour l’intuber. » Mais l’ex-ministre n’a pas résisté à l’intervention.

Jeudi, il envoyait encore des messages SMS à ses collaborateurs. Il donnait lui-même de ses nouvelles sur son compte Twitter, se disant « fatigué mais stabilisé » grâce aux soignants dont il témoignait du « travail exceptionnel ».

Avocat de profession, il était né le 26 août 1944, à Fontainebleau, en Seine-et-Marne. Patrick Devedjian (LR) présidait le conseil départemental depuis 2007 après avoir été élu conseiller départemental à partir de 2004. Il a également été maire d’Antony de 1983 à 2002, député de la 13e circonscription des Hauts-de-Seine de 1986 à 2017.

Élu de droite, il a été porte-parole du RPR de 1999 à 2001, puis secrétaire général de l’UMP de 2007 à 2008.

« C’était le plus brillant d’entre nous »

Patrick Devedjian a également occupé plusieurs fonctions gouvernementales. Il a été ministre délégué chargé des Libertés locales (2002 à 2004), puis ministre délégué à l’industrie (2004 à 2005) et enfin, ministre auprès du Premier ministre chargé du Plan de relance (2008 à 2010).

« C’était le plus brillant d’entre nous », souffle Philippe Juvin, président de la fédération LR des Hauts-de-Seine, aujourd’hui en première ligne puisqu’il est également le patron des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou (Paris XVe).

« Il faisait partie de ces gens que l’on croit invincible et éternel », poursuit le maire de La Garenne-Colombes, qui rend hommage « à l’homme libre, intelligent et très drôle comme le sont ceux qui pratiquent l’anticonformisme intellectuel. »

À l’instar de Philippe Juvin, les réactions unanimes se succèdent, depuis ce dimanche matin, pour rendre un hommage unanime à Patrick Devedjian, saluer sa mémoire et s’étonner de sa brutale disparition.

Ses amis « sous le choc »

« Je suis sous le choc. C’est une immense tristesse. Près de 40 ans d’amitié, confie ainsi son ami Christian Dupuy, maire (LR) de Suresnes et président de l’association des maires des Hauts-de-Seine. Je partageais la priorité absolue qu’il accordait à la culture. Il avait d’ailleurs une culture quasi encyclopédique ! »

Un autre de ses amis, Jean-Pierre Schosteck, maire (LR) de Châtillon, confie son chagrin : « Je suis infiniment triste. C’est un compagnon de toujours qui s’en va. 50 ans de combats communs sans le moindre désaccord, toujours dans le souci du bien commun ! Adieu l’ami ! »

« Il était bien plus que mon ami depuis 38 ans, il était comme mon frère. Lui, l’Arménien et moi, le Corse, je crois qu’on se comprenait », renchérit George Siffredi, maire (LR) de Châtenay-Malabry, appelé à assurer l’intérim à la présidence du conseil départemental.

« Un élu majeur de l’histoire des Hauts-de-Seine », selon le préfet

« Le département des Hauts-de-Seine perd un élu majeur de son histoire, entièrement dévoué à la cause de ce territoire qu’il incarnait depuis si longtemps », salue pour sa part le préfet Pierre Soubelet.

« Homme d’Etat, investi avec passion dans ses responsabilités, il présidait les Hauts-de-Seine avec vision et talent », appuie l’ancien ministre Patrick Ollier, maire (LR) de Rueil-Malmaison.

Tout comme Valérie Pécresse, actuelle présidente de la région Ile-de-France : « Sa singularité, c’était sa culture, il était féru d’histoire. Il disait que ceux qui ne connaissaient pas l’histoire s’exposaient à ce qu’elle recommence. » Fils d’immigré arménien ayant fui le génocide, il sera un ardent militant pour la reconnaissance de ce crime par la France.

Humaniste sur le tard

S’il avait débuté avec les tenants d’une droite dure et nationaliste, il était devenu avec les années une figure « humaniste » de l’UMP, puis de LR, critiquant notamment vertement le débat sur la place de l’islam en France en 2011. « Avec le temps et la patine de l’action politique, il avait acquis une vision très humaniste de la société », assure le sénateur (LR) Roger Karoutchi.

Gamin, Patrick Devedjian s’était rêvé archéologue. Mais c’est surtout pour les maîtres français de la peinture – autre legs paternel – qu’il s’est par la suite passionné. Pour Nicolas Poussin par exemple, « peintre intellectuel », selon lui. Il laisse derrière lui quatre enfants. A Libération, qui faisait son portrait en 1998, il avait fait ce commentaire : « Quatre, pour porter mon cercueil. »

Patrick Devedjian fut Administrateur du Musée du Louvre, Vice-président de la Société des Amis du Louvre. Convaincu de l’intérêt de mener une politique culturelle comme instrument de cohésion sociale et d’intégration, il fut notamment à l’initiative de la construction de La Seine Musicale à Boulogne-Billancourt et de Paris-La Défense Arena à Nanterre, et portait le projet de création du Musée du Grand Siècle dans la caserne Sully à Saint-Cloud. Président du Syndicat Paris Métropole et Co-Président de la Mission de Préfiguration de la Métropole du Grand Paris de 2014 à 2016, il était favorable à une Métropole inclusive à l’échelle de la Région et avait engagé une fusion avec le Département des Yvelines. Il était, à ce titre, Président de l’Etablissement Public Interdépartemental Yvelines/Hauts-de-Seine depuis sa création en 2017.

Seine Musicale

Il est à l’origine de la création de la Seine Musicale, qui a ouvert au public le 21 avril 2017.

La Seine Musicale est composée de deux salles principales de spectacle : la Grande Seine, d’une jauge allant de 2500 à 6000 spectateurs, permet d’accueillir des concerts, des comédies musicales, des ballets, des grands spectacles ou encore des évènements d’entreprise. L’Auditorium, pouvant accueillir jusqu’à 1150 spectateurs, est quant à lui la salle dédiée aux musiques non amplifiées. Son acoustique a été étudiée par le cabinet Nagata et Jean-Paul Lamoureux pour garantir aux spectateurs la meilleure restitution possible du son. La complémentarité de ces deux salles, fait de La Seine Musicale un véritable lieu de richesse culturelle, d’échange et de partage entre les générations. Parce qu’elle se veut un pôle regroupant diverses activités culturelles, les locaux de La Seine Musicale hébergent de nombreux acteurs parmi lesquels : l’Insula orchestra (dirigé par Laurence Equilbey, il est l’orchestre résident du Département des Hauts-de- Seine), les Studios Riffx, La Maîtrise des Haut-de- Seine, l’Académie Musicale Philippe Jaroussky…

Hommage de la Maitrise des Hauts de Seine à Patrick Devedjian

Le choeur de la Maîtrise des Hauts-de-Seine offre à Patrick Devedjian cette chanson qu’il aimait tant.

https://twitter.com/lamaitrise92/status/1244371732745592832

Les commentaires sont fermés.