Visite virtuelle de Fontenay aux Roses : photos 360°

Pendant le confinement et le couvre-feu, beaucoup de Fontenaisiens ont cherché des activités ludiques et amusantes pour s’occuper durant cette période.

Une heure de balade quotidienne autour de mon habitation m’ont permis de faire quelques photos panoramiques à 360°.

J’ai essayé de traduire, par ces images, l’ambiance que nous avons vécue durant ces moments de quarantaine, avec des rues désertes de la région parisienne.

Je vous propose de partager ces images et de vous immerger dans ces panoramiques sphériques.

Vous allez découvrir les rues de Fontenay au crépuscule sans ses habitants, comme rarement vous ne les avez vues.

Par exemple pour la place de Gaulle : Cliquez sur le lien

Avec les icônes situées en bas de l’image, vous pouvez vous déplacer, horizontalement et verticalement, arrêter l’auto-rotation, se mettre en pleine page, et avec la sphère, afficher la carte de l’endroit où la vue a été prise.

En cliquant sur ce lien, vous aurez accès à d’autres vues de la ville dont les endroits précis sont mentionnés

http://cicerone360.com/FontenayRuesConfinees.html

Une fois que vous avez visualisé une vue, faites un retour en arrière pour revenir aux autres vues.

Voici aussi la place de Gaulle, en mode planète :

Stéphane Cicérone 

www.cicerone360.com

Devenir des Blagis : « Paroles, Paroles, encore des mots »

Les habitants des Blagis ont été abreuvés de promesses sur l’embellissement de leur quartier, leur relogement temporaire, et le retour à leur convenance dans des immeubles neufs et de qualité aux Blagis une fois le projet de démolition-reconstruction achevé.

Pendant la campagne municipale, le Maire et ses co-listiers leur ont répété que « Mergy mentait et que s’il était élu ils continueraient à vivre dans des logements amiantés et en très mauvais état ».

8 mois après la réélection de L. Vastel, le projet de devenir urbain du quartier des Blagis est au point mort, et le bailleur social laisse se dégrader les logements en réduisant au maximum l’entretien et la maintenance contrairement aux promesses qui avaient été faites aux habitants.

Tous les élus de l’opposition ont alerté au début de l’année le Préfet des Hauts de Seine pour qu’il rappelle aux signataires de la convention de relogement leurs obligations.

C’est à la suite de cette démarche que la municipalité a enfin décidé d’organiser des permanences une semaine sur deux aux Blagis.  La présence du Maire y est annoncée sur les affiches. Personne ne l’a vu pour le moment. En revanche, le conseiller municipal délégué aux Transports y est présent. Il est difficile de savoir à quel titre puisqu’il n’est ni élu de quartier, ni en charge du logement…

Les locataires qui ont été reçus ont eu droit aux mêmes éléments de langage que pendant la campagne municipale que ce soit sur les « promesses d’un avenir radieux » ou sur « les mensonges de l’opposition. »

Mais, le temps passant, les locataires du quartier des Blagis se rendent progressivement compte du fait que les promesses qui leur ont été faites ne sont malheureusement pas tenues et que ces permanences n’ont pour seul intérêt que de les « endormir» avant les élections départementales de juin auxquelles L. Vastel est candidat.

Cet absence de respect de la parole donnée suscite des inquiétudes légitimes  parmi les habitants des Blagis et entraine parfois quelques tensions voire différends de voisinage.

Il est important que tout le monde se mobilise à court terme pour apaiser ces tensions et permettre à tous les habitants de vivre dans la tranquillité.

Les élus de l’opposition sont quant à eux disposés à participer à toute action de médiation qui sera décidée par la municipalité.

Gilles Mergy

Un mauvais exemple de projet immobilier : Le Jardin des Artistes 76/78 avenue Gabriel Péri à Fontenay aux Roses

Voilà ce qui est annoncé sur la brochure : https://www.lesnouveauxconstructeurs.fr/immobilier-neuf/hauts-de-seine-92/fontenay-aux-roses/le-jardin-des-artistes/

Le programme immobilier neuf Le Jardin des Artistes s’inscrit dans un quartier proposant qualité de vie nouvelle et attractivité durable : équipements publics, résidences neuves à dimension humaine, espaces verts, bassins et fontaines, terrains de sport, etc. Ici, la mobilité est aisée : lignes de bus, RER B, accès rapide à l’A86. Ce programme RT 2012 accueille 59 appartements sur 2 résidences neuves

Métamorphosé par un ambitieux programme de rénovation urbaine, le quartier du Paradis est en plein renouveau. Ses habitants bénéficient des essentielles ressources à distance piétonne : écoles, commerces, services, équipements sportifs et culturels, espaces verts, offre multimodale de transports en commun…

Situation présentée sur la brochure

On croit réver !

Qu’en est-il exactement ?

Cet immeuble est très proche du quartier des Blagis, mais son renouveau prendra des années, peut-être 20 ans, avec toutes les nuisances des périodes de travaux

Il reste des appartements à vendre :

2 pièces de 38.96 m2 à 46.11  m2 219 000  €
3 pièces de 60.7 m2 à 66.55  m2 355 000  €
4 pièces de 79 m2 à 91.07  m2 415 000  €

Le coût des appartements sont de l’ordre de 5 000 à 6 000 € du m2

Certains appartement en étage ont des balcons ou des terrasses .

Pour quelles raisons le pavillon a-t-il été gardé ?

Ce pavillon une villa classée de rang 1. Il n’est pas inscrit à l’inventaire Mérimée.

Il ne peut pas être détruit sauf si péril. Vouloir le détruire aurait fragilisée l’ opération immobilière.

=> De ce fait ce projet se heurte aux règles d’urbanisme par non respect de l’harmonie urbaine.

Voilà comment il apparaissait en Mai 2019

On ne sait pas si ce pavillon a été vendu actuellement, mais en tout cas, il va se retrouver entouré de l’immeuble avec des balcons et des terrasses sur son jardin. 

Voilà comment il apparaît maintenant que les travaux vont commencer. Même le garage doit être conservé tel quel.

Quartier des Paradis : démolition du premier immeuble de la phase 1

Crédit Photo : C.VOISIN

La démolition de l’immeuble situé au 18 rue Alfred de Musset est une première étape dans l’élaboration du projet de Renouveau des Paradis.  Elle va permettre d’ouvrir le quartier et de prolonger la rue Paul Verlaine jusqu’à l’avenue Jean Perrin.

À la place de cet immeuble et d’une partie de la barre rue des Paradis (du n° 15 au n° 21) sont prévus :

– 75 logements sociaux
– 90 logements privés qui seront construits
– une promenade arborée conservant le bois des platanes et d’autres espaces publics déterminés en concertation avec les habitants.

 Plus d’informations sur le projet : Renouveau des Paradis

Les préadolescents de Fontenay se mobilisent pour la planète !

Un groupe de préjeunes (11-15 ans) de Fontenay a réalisé une vidéo pour sensibiliser aux bons gestes du quotidien pour prendre soin de l’environnement.

La vidéo a été réalisé dans le cadre du programme des groupes de préjeunes, qui se base sur la conviction que les 11-15 ans possèdent un esprit de service désintéressé aux autres, un sens aigu de la justice, une soif de comprendre l’univers et un désir de contribuer à la construction d’un monde meilleur.

Le but du programme est d’offrir aux préjeunes les outils nécessaires faire de bons choix et et pour travailler au bien commun, à travers des ateliers de discussion, des activités artistiques et ludiques et des projets de service.

Vidéo de présentation



Pour plus d’informations : 06 82 36 33 55

Démolition du 1er batiment du quartier des Paradis, rue Alfred de Musset

Bien que commencée depuis plusieurs semaines, avec le démantèlement intérieur des appartements, la démolition du bâtiment au 18 Alfred de Musset entre dans sa phase officielle ce vendredi 4 septembre à 14h avec le premier “coup de pelleteuse” vers 14h15 après les discours de Laurent Vastel, maire de Fontenay aux Roses et Damien Vanoverschelde, directeur général de Hauts de Seine Habitat (bailleur).

A ce jour, jeudi 3 septembre cette “cérémonie” n’a pas été encore annoncée sur le site de la ville, page Facebook ou Twitter, et n’est pas mentionnée dans le Fontenay Mag de Septembre.

Vraisemblablement ce bâtiment ne semble pas concerné par la présence d’amiante, tant mise en avant  comme argument pour cette démolition. En effet, le chantier ne présente pas de mesure spéciale destinée à empêcher la dispersion de particules,comme le bâchage du bâtiment . Un simple clôturage est mis en place.

Les travaux d’infrastructures notamment des fluides (chauffage, eau…) ont également démarrés.

L’accès à la maison de quartier par les escaliers rue Paradis est condamné.

Autres travaux dans le quartier

Dans le quartier, sur la rue Gabriel Péri, le chantier du promoteur LNC – Jardin des artiste (59 logements) a débuté au printemps. Les pavillons ont été démolis, sauf celui classé remarquable et inclus dans le projet.

Avec en plus celui de la  rue des Potiers, les habitants du quartier Paradis commencent à être encerclés de chantiers.

Il y a aussi une grosse opération d’élagage des platanes et autres arbres sur les espaces verts;

Iris Chanaud

Budget participatif : comment a-t-il été mis en œuvre et a-t-il fait participer les citoyens ?

Sources :

– Budget participatif par Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_participatif#:~:text=Le%20budget%20participatif%20est%20un,diffus%C3%A9e%20%C3%A0%20travers%20le%20monde.

– Le budget participatif des communes de Hauts de Seine : https://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/hauts-de-seine-le-budget-participatif-chouchou-des-villes-et-des-habitants-07-11-2018-7937613.php

– Budget participatif de la ville de Fontenay aux Roses (site de la ville)  : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1616/budget-participatif.htm

Comment ce budget a été mis en place ?

Le budget participatif résulte du groupe de travail sur la Démocratie Participative présenté à la réunion du 7 Avril 2018

La Ville a organisé son premier budget participatif en 2018. L’enveloppe du budget a été définie au moment du vote du budget à hauteur de 20 000€ à titre expérimental. Le montant représente moins de 1 € par habitant

  • A titre de comparaison, à Antony, il est de 6.5 € / habitant, à Bagneux, 6.25 € / habitant, à Bourg La Reine de 5 € / habitant, à Montrouge de 12 € / habitant,

Source : https://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/hauts-de-seine-le-budget-participatif-chouchou-des-villes-et-des-habitants-07-11-2018-7937613.php

Ouverte à tous, cette initiative de démocratie participative, décidée après un travail commun entre la municipalité et les comités d’habitants, permet de financer des projets d’investissement.

  • 28 projets ont été proposés par les Fontenaisiens

Chaque projet a fait l’objet d’une évaluation technique et de budget par les services techniques de la ville.

Les projets recevables ont été présentés le 10 novembre 2018 devant un jury composé de représentants des comités d’habitants.

  • 13 projets ont été recevables

Du 3 au 23 décembre 2018, les projets ont été soumis aux votes des Fontenaisiens. 243 votes ont été comptabilisés

Un jury composé d’élus, de Fontenaisiens, membres de comités d’habitants, s’est réuni le 21 janvier 2019 et a entériné les résultats des votes et défini les projets pris en charge par le budget participatif ou par d’autres lignes budgétaires de la ville.

Ci-joint le CR de cette réunion : CR-réunion jury du 21 janvier 2019

Lors de cette réunion :

Décisions arrêtées : Le jury et les porteurs de projets seront impliqués dans le Suivi de la réalisation des projets

Prochaine réunion : Fin février 2019. Invités : Jury, porteurs de projets, services techniques. Objet : échéancier et modalité de réalisation des projets

=> En fait ces réunions n’ont jamais eu lieu et les porteurs de projets n’ont pratiquement pas été recontacté, pas même au moment de la réalisation de leur projet

Quels étaient les 5 projets retenus et leur réalisation

Source : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1676/resultats-et-realisation-des-projets.htm

Compostage collectif dans la ville proposé par Céline Frugnac et Bénédicte Mazoyer

But du projet : Proposer une solution de compostage collectif permettrait à chaque habitant d’intervenir pour préserver l’environnement. Tout le monde produit des déchets organiques. Ils seraient ainsi réutilisés plutôt que d’être mélangés aux déchets ménagers.

Interview de Céline Frugnac : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1665/compostage-collectif-dans-la-ville.htm

  • Ce compostage collectif a été à l’étude sur deux sites de la ville.
  • Ces compostages devaient être rattachés à des logements sociaux et surtout liés à des personnes ou associations susceptibles de s’en occuper
  • Ce projet n’a pour le moment pas été réalisé.

Art de rue sur les armoires électriques par Pauline Le Fur

But du projet : L’idée est de laisser, après accord des exploitants, à disposition de jeunes des armoires de rue (électriques, téléphoniques, …) afin qu’ils réalisent des projets de street art. Ils seront encadrés par des artistes locaux. Ce projet propose de créer un espace d’expression dédié aux jeunes et favorise le lien social

Interview de Pauline Le Fur : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1658/art-de-rue-sur-les-armoires-electriques.htm

  • Ce projet n’a pas été réalisé pour le moment
  • Pour cela, il fallait négocier avec les propriétaires des armoires de rue
  • La ville a négocié avec Orange et GRDF. L’accord serait maintenant obtenu.

Aménagement d’un coin malin rue d’Estienne d’Orves par Yann Roberge

But du projet : Aménager et valoriser l’espace inutilisé en face du collège permettrait de créer un usage commun. L’idée est d’exploiter ce site pour le rendre vivant et accessible à tous en installant : bancs, table de jeu d’échec, hôtel à insectes, boîte à livres, plantes, etc

Interview de Yann Roberge : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1660/amenagement-d-un-coin-malin-rue-d-estienne-d-orves.htm

Projet proposé par Yann Roberge

En février 2020, le projet a été réalisé partiellement.

  • Pour le projet, le porteur n’a pas été recontacté
  • Il y eu un manque de communication évident avec les riverains et les collégiens

Créer des mini-vergers “pommes et noisettes” par Zoé Sol-Mochkovitch

But du projet : Des mini-vergers mis en place dans les quartiers avec des pommiers et des noisetiers permettraient de se rapprocher de la nature. Ils seraient accompagnés de panneaux explicatifs et accessibles aux habitants pour en assurer l’entretien et pour la consommation

Interview de Zoé Sol-Mochkovitch : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1666/creer-des-mini-vergers-pommes-et-noisettes.htm

Le 28 novembre 2019, dans le square des Anciens Combattants, l’équipe des Espaces verts a planté les mini-vergers “pommes et noisettes” avec 3 pommiers, 2 cerisiers, 2 poiriers, 5 noisetiers

  • L’implantation de ce verger qui utilise une bonne partie du square des Anciens Combattants a été faite sans panneaux explicatifs et surtout sans avoir contacté le comité des habitants du quartier qui aurait pu servir de relai aux habitants pour en assurer l’entretien et pour la consommation.
  • Cette implantation aurait pu se faire dans la partie du verger conservatoire et qui est devenue la roseraie, car elle supprime une bonne partie du square pour le jeu des enfants du quartier
  • D’autre part, les rangées des groseillers situés dans la partie de la roseraie a té transférée à coté du verger et elle s’est faite sans demander leur avis au comité d’habitant

Réalisation d’un “jardin de pluie” par Dominique Dupuis

But du projet : Récupérer les eaux de pluie avec un dérivatif pour créer un « jardin de pluie ». Ce dispositif, constitué de végétaux pouvant survivre à des variations hydriques importantes, favoriserait le développement de la nature en ville et participerait au traitement des eaux pluviales.

Un « jardin de pluie » est un espace décaissé, de quelques m2, dans lequel sont installés des végétaux pouvant supporter d’être alternativement en milieu humide ou sec selon la météo. Les eaux de pluie sont dirigées vers cet espace, un trop plein leur permettant de rejoindre le circuit général. Les eaux sont alors dépolluées par les plantes et rejoignent le sol au bénéfice des arbres et autres plantations environnantes.

Interview de Dominique Dupuis : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1664/realisation-d-un-jardin-de-pluie.htm

En février 2020, un jardin de pluie a été créé à l’angle de la rue Rémy Laurent et de l’avenue Gabriel Péri

Voilà à quoi il ressemble actuellement

  • Il y a différentes plantes, comme des iris d’eau, des fougères, de la prêle…
  • On ne sait pas si les végétaux peuvent supporter d’être alternativement en milieu humide ou sec selon la météo. L’arrosage hebdomadaire évoqué par un voisin nous font penser que ce n’est pas le cas et que le jardin n’est pas autonome
  • Ce jardin est bien situé dans une rue en pente, avec une saignée pour capter l’eau qui ruisselle, mais il n’est pas décaissé, avec un bac où l’eau peut s’écouler lentement et avec des plantes sur un lit de terre au fond du bac qui vont dépolluer l’eau
  • Il semble que le jardin proposé est en place au-dessus d’un bac de stockage, alimenté par l’eau de pluie. Si cela est le cas, l’idée est intéressante pour limiter l’eau d’arrosage des espaces verts de la ville mais ne correspond pas au projet qui a été déposé.
  • La porteur du projet n’a pas été impliquée dans la réalisation
  • Il n’y a aucune explication autre que le nom « jardin de pluie »

Conclusions pour les projets retenus

  • Il était prévu, lors de la réunion du 21 Janvier 2019 que le jury et les porteurs de projets soient impliqués dans le Suivi de la réalisation des projets
  • Il devait y avoir des réunions entre les porteurs de projets et les services techniques pour la réalisation
  • En fait ces réunions n’ont jamais eu lieu et les porteurs de projets n’ont pratiquement pas été recontacté, pas même au moment de la réalisation de leur projet
  • Il a fallu plus d’un an pour la réalisation de 3 projets sur 5
  • Le bon exemple est la ville de Bagneux qui a un site dédié au budget participatif avec un suivi des projets : https://budgetparticipatif.bagneux92.fr/suivi-projets/

Découvrez l’Hebdo des Paradis n°1 préparé par l’équipe de la Maison de quartier des Paradis pendant le confinement !

Vous pouvez télécharger le bulletin en pdf qui vous donne les liens vers internet : https://www.fontenay-aux-roses.fr/fileadmin/fontenay/MEDIA/loisirs_culture_sport/Maison_de_quartier_des_Paradis/L_hebdo_des_Paradis_-_N1.pdf?fbclid=IwAR2ZKtdZjtWLLFBd8GivkmDhrRPRT91-Fj35wH6-i22865ZWCxyHTaPRmnY

Pourquoi une belle maison en pierre meulière peut-elle disparaitre pour laisser la place à des immeubles ?

Au N° 14 de l’avenue Lombart, il y a une magnifique maison en pierre meulière qui a été préemptée par la mairie pour un montant de 1.1 M€ (décision du Conseil municipal du 14 Novembre 2019)

Pourquoi la ville a fait cette préemption ?

Cette maison est située dans une zone qui peut très bien évoluer vers un quartier avec une densification importante.

Ce quartier est situé en zone UD pour le PLU.

Il existe un terrain d’environ 3000 m2 où il y a cette maison préemptée, un restaurant (la pizzeria Monte Cassino, une imprimerie (groupe Abysse) et 2 maisons privées.

Les propriétaires du restaurant italien sont prêts à vendre, car ils sont près de la retraite.

L’imprimerie a dit qu’ils souhaitaient arrêter leur commerce et vendre leur immeuble. Ils ont déjà pris leurs dispositions pour quitter les locaux.

Derrière aussi, rue des Potiers, il y a 2 maisons qui sont susceptibles d’être vendues.

Quelles constructions pourrait-on avoir ?

En zone UD, on peut construire un immeuble ayant une surface au sol de 40 % de la surface de terrain, soit environ 750 m2. La hauteur de l’immeuble ne peut pas être supérieure à 9 m, avec une toiture terrasse, soit un immeuble R+2 étages. On obtient ainsi une surface habitable de l’ordre de 2000 m2, soit environ 30 logements.

Comme il doit y avoir une révision du PLU, car le PLU doit devenir inter-communal, cette zone peut très bien être classée en zone UC. La partie située plus bas, en allant vers l’avenue Paul Langevin est classée en zone UB.

En zone UC, l’emprise au sol des bâtiments ne peut pas excéder 40% de la superficie de l’unité foncière. La hauteur maximale des constructions ne pourra excéder 15 m de hauteur totale, soit R + 4 étages. On atteindrait ainsi environ 3600 m2 de surface habitable, soit environ 50 logements.

Il est recommandé qu’un minimum de 30% de la surface de plancher de chaque opération d’aménagement ou de constructions, entraînant la réalisation d’au moins 1 000 m² de surface de plancher ou la création de plus de 15 logements, soit destiné à des logements de type T4 et plus.

=> Ce qui sera surtout gênant, c’est la hauteur des immeubles (15 m) en face de pavillons qui existent coté impair

N’y a-t-il pas d’autres possibilités ?
–        Devenir un espace des solidarités : en effet, le bâtiment de la crèche Fleurie accueille actuellement les associations « Resto du Cœur », le Secours catholique. D’après ce qui annoncé dans tous les programmes, ce bâtiment va redevenir une crèche.
–        Devenir un « Tiers Lieux » : Repair Café, FabLab, café des aidants…

Bilan de la mise en œuvre des recommandations du Groupe de travail sur la Démocratie Participative par la municipalité actuelle

La démocratie participative a pour but de faire participer les habitants à la vie de la Cité et d’enrichir la réflexion des élus dans leur processus de prise de décision.

En 2012 Fontenay-aux-Roses a adopté une charte de la démocratie participative.

Cette charte, entérinée par la nouvelle municipalité en avril 2014, est présentée sur le site Internet de la ville à la rubrique Ville active / Votre Quartier : https://www.fontenay-aux-roses.fr/579/charte-de-la-democratie-participative.htm

La mise en œuvre de cette charte repose principalement sur 5 Comités d’Habitants (“CdH”), dont les membres, tous volontaires, souhaitent contribuer à la vie de la Cité en y consacrant une part de leur temps.

En 2017, après 2 années de fonctionnement des CdH, les résultats étaient décevants.

  • La Mairie jugeait que les CdH étaient parfois trop critiques, et qu’ils ne proposaient pas assez.
  • Les CdH s’estimaient trop peu impliqués dans la vie municipale.
  • Les habitants ne connaissaient pas les CdH.

Pour tenter de résoudre ce malaise, Monsieur le Maire a souhaité créer un groupe d’étude pour en chercher les causes et proposer des solutions.

Le groupe a rendu son rapport en mai 2017. M. le Maire a trouvé ses recommandations intéressantes, a demandé qu’elles soient étudiées en détail avec un groupe de conseillers municipaux, et les a finalement toutes acceptées.

Leur mise en œuvre visait un redémarrage de la démocratie participative à Fontenay, en l’intégrant mieux au fonctionnement de la municipalité.

Une réunion de relance de la Démocratie Participative a eu lieu le 7 Avril 1018, où les recommandations du groupe de travail ont été présentées. Il y a eu également le Fontenay Mag de Mai 2018 qui a fait un dossier sur la Démocratie Participative.

Quels sont les points les plus importants de cette réforme et quelle a été leur mise en œuvre ?

  • Créer un service/secrétariat ” démocratie participative ” pour soutenir, développer et organiser les actions en matière de démocratie participative
    => Il n’y a pas une personne à temps plein pour cette action. Le responsable de la « Gestion Urbaine de Proximité » y consacre une part de son temps.
  • Le champ de vision de la démocratie participative s’étend à tous les domaines, et plus seulement aux problèmes de quartier (voirie, stationnement, propreté, incivilités…). Il englobe donc par exemple la question des projets immobiliers.
    => Jusqu’à présent, seuls les problèmes de quartier ont été évoqués et jamais les projets immobiliers.
  • Organisation de « Cafés citoyens ». Ils sont des rendez-vous ouverts à tous, où les riverains peuvent venir partager leurs idées pour le quartier avec les membres du comité d’habitants et les élus.
    => Des cafés citoyens ont été organisés dans 3 quartiers. Ils ont eu beaucoup de succès.
  • Faire une expérience de budget participatif à Fontenay
    => Ce budget a bien été mis en œuvre en 2018, avec un budget de 20 k€, soit moins de 1 € par habitant (dans les villes qui l’ont mis en œuvre, il s’agit plutôt de 5 € / habitant). 28 projets ont été proposés. 13 ont été sélectionnés. Ils ont fait l’objet d’une soutenance devant un jury et d’une vidéo mise sur le site de la ville (https://www.fontenay-aux-roses.fr/1616/budget-participatif.htm). Il y a eu un vote des Fontenaisiens pour le classement en décembre 2018. Une estimation de la faisabilité technique et financière a été faite par les services techniques. Le jury s’est réuni pour choisir les 5 projets mis en œuvre. Actuellement, seuls 3 projets ont été réalisés. Il manque un comité de suivi.
  • Les sujets transversaux peuvent être traités dans des comités thématiques
    => 2 comités thématiques ont été créés sur proposition des CdH :
    Comité sur le Stationnement, la Circulation et les Transports Actifs (CSTA) : Ce comité a été créé en Septembre 2018, se réunit régulièrement et a fait 50 propositions. Ses propositions ont été présentées lors du Forum sur les Mobilités et ont fait l’objet d’un planning de prise en compte par la municipalité actuelle
    Comité pour la végétalisation: ce comité s’est réuni et a élaboré une nouvelle charte d’occupation temporaire du domaine public.
  • Création d’un Conseil Participatif dirigé par le maire. Il permet au maire de piloter la démocratie participative et de faire une gestion prévisionnelle du dialogue avec les habitants. Il doit se réunir 3 fois / an. Ce Conseil se compose :
    • du maire
    • des conseillers municipaux chargés de la démocratie participative
    • de conseillers municipaux invités par le maire en fonction de l’ordre du jour
    • de 2 représentants désignés par chaque CdH

Son rôle est de passer en revue les projets que la municipalité va entreprendre dans les mois à venir.
=> Ce conseil s’est réuni en Juin 2018 et en Mai 2019, mais uniquement pour faire le point des comités thématiques et de la mise en œuvre des recommandations du groupe de travail.

  • Préparer l’ordre du jour des réunions de quartier avec les CdH concernés. Convenir d’une répartition du temps de parole dans ces réunions
    => On donne la parole aux CdH lors des réunions de quartiers. Ces réunions sont précédées par des diagnostics en marchant, dont le trajet est défini par les CdH.
  • Faciliter l’accès à la rubrique “Votre quartier” sur le site internet de la ville, et la compléter par une rubrique ” Démocratie participative” pour les comités thématiques.
    => Le site de la ville a été modifié. Il existe une icône « Démocratie Participative », mais l’accès aux quartiers se fait toujours par la même rubrique qui est peu visible (sous-menu « Ville Active », puis « Votre Quartier »
  • Publier les comptes-rendus des réunions des CdH sur le site de la ville. Chaque compte-rendu inclura un tableau à jour des points suivis par le comité.
    => Ces comptes-rendus ont été publiés à partir de Juin 2018, mais pas pour tous les quartiers et ne sont pas à jour depuis 1 an. Les tableaux de suivi ne sont pas sur le site.

On peut télécharger le détail des recommandations et la mise en œuvre qui en a été faite : Détails de la mise en œuvre des recommandations_DP

Comment les Comités d’Habitants ont fonctionné depuis ?

Chaque CdH a nommé un animateur et un secrétaire et 2 membres pour le Comité Inter-Quartier.

Les sujets évoqués sont toujours les mêmes : la voirie, le stationnement, la propreté, les incivilités. Il n’englobe donc pas par exemple la question des projets immobiliers.

Les CdH ont pu proposer le circuit du diagnostic en marchant, et faire une présentation à la réunion publique.

Les élus référents ont participé au début, mais la plupart ne participent plus depuis 2 ans. Les élus, comme Mme Gagnard, maire adjointe à la Démocratie participative et Mme Mercadier, son adjointe ont participé plus régulièrement.

Beaucoup de membres de CdH ont démissionné sans être remplacés. Par contre, leur nom est resté affiché sur le site de la ville.

Certains CdH n’ont plus qu’un ou deux membres actifs. Certains CdH ne se sont pas réunis depuis plus d’un an, comme Blagis-Gare.

Globalement la réforme n’a pas eu l’effet escompté

On devra à nouveau retravailler la question après les élections municipales.

Cet article a fait l’objet d’une relecture par les signataires qui représentent les 5 quartiers de la ville.

Seuls ceux que ne sont pas officiellement sur une liste candidate, sont signataires.

–        CdH Blagis-Gare : Jean Max Drouot (animateur)
–        CdH Parc Centre-Ville : Michèle Vidal,
–        CdH Scarron-Sorrières : Alain Delahaye
–        CdH Ormeaux – Renards : Jean François Bresse (animateur)
–        CdH Pervenches-Val Content : Charles Monciero