Fontenay aux Roses : deuxième meurtre d’un jeune des Blagis pour un règlement de comptes d’un traffic de drogues

Les Faits :

  • Mardi 7 janvier 2020, un jeune homme de 20 ans a reçu un coup de couteau au cours d’une rixe aux Blagis qui a impliqué une dizaine de personnes. Dans le même temps, les forces de l’ordre ont mis la main sur deux jeunes hommes. Ils sont âgés de 19 ans et ont été interpellés à proximité de la rue où s’est déroulée la rixe. Mercredi 8 janvier, ils étaient encore en garde à vue dans le commissariat de Bagneux chargé de l’enquête.
  • Le Mardi 6 Avril 2021, un jeune homme de 20 ans a été tué mardi après-midi. Un garçon du quartier, frappé d’un coup de lame, qui aurait atteint une artère et engendré une hémorragie fatale. Le service départemental de police judiciaire (SDPJ 92) n’a pas encore cerné de suspect. Les premières investigations ne permettent pas de définir dès à présent un mobile. Mais la piste d’un conflit lié au trafic de stupéfiants et à la cité voisine, Les Blagis, à Sceaux, tient la corde. D’autant que la jeune victime était connue des autorités judiciaires, « mais pas particulièrement pour trafic de produits stupéfiants » selon un proche de l’enquête.
  • Le jeudi 29 Avril 202, un jeune homme de 17 ans aurait été tué par des jeunes venus d’autres quartiers, extérieurs à Fontenay, liés à un traffic de stupéfiants. En fait, ce jeune est dans le coma

Réactions

Laurent Vastel, Maire de Fontenay aux Roses 

Source : https://fontenayavenir.wordpress.com/2021/04/30/non-a-la-violence/

J’ai été appelé hier soir en urgence aux Blagis où un jeune Fontenaisien a été sauvagement agressé. Les médecins étaient hier soir très pessimistes sur ses chances de survie. Aucun parent ne devrait vivre un tel drame, et mes pensées vont en premier lieu à sa mère, son frère, sa famille et ses amis. Mourir à 17 ans est un drame intolérable, impensable à Fontenay-aux-Roses. Les premiers éléments communiqués hier par la police semblent indiquer que les responsables de cet assassinat seraient des jeunes venus d’autres quartiers, liés à un trafic de stupéfiants, l’enquête est en cours.

Il y a quelques semaines, un autre jeune Fontenaisien de 20 ans a été assassiné aux Blagis, quelques semaines après sa sortie de prison, et la police privilégie l’hypothèse d’un règlement de compte. Restent ici encore la douleur des familles et des proches, l’émotion de tous ceux, y compris les agents de la ville, qui l’avaient vu grandir dans le quartier et basculer dans la délinquance.

Entre ces deux évènements, à plusieurs reprises, les polices municipale et nationale ont dû essuyer des tirs de mortier de feux d’artifice, là encore par des jeunes n’habitant pas le quartier et qui tentent d’y imposer leur loi.

Cette spirale de violence est consternante, elle n’est pas pour autant surprenante. Dans tous les quartiers de France construits dans l’urgence des années 50 et 60 où on a ainsi concentré la fragilité sociale, parfois la grande pauvreté, dans le cadre d’un urbanisme qui fait de ces quartiers des enclaves coupées de la ville, au statut de propriété privée rendant difficile l’intervention des services de l’Etat, dont les constructions, de qualité médiocre, se dégradent anormalement vite, on voit aujourd’hui les mêmes dérives, l’insécurité, la violence, née de la perte de l’égalité des chances et de l’absence de repères.

Ces dérives ne sont pas inéluctables. C’est pourquoi le projet de reconstruction des Blagis actuellement en cours a aussi pour objectif de lutter contre la ghettoïsation en revalorisant le quartier, en réintégrant ses rues dans le domaine municipal, permettant l’intégration au dispositif de vidéoprotection, en redonnant une vraie qualité de vie à chacun. Cette démarche est seule à même de restaurer durablement la sécurité de tous et de donner toutes les chances à nos jeunes des Blagis. Certains élus de la république qui veulent toujours nous faire croire qu’un simple ravalement de façade et quelques travaux d’isolation suffiraient aux Blagis et qui s’évertuent à ralentir par tous moyens, y compris juridiques, le projet, relèvent au mieux de l’inconscience, au pire de l’irresponsabilité.

J’ai convoqué dès ce matin un conseil local de sécurité en urgence, afin d’évoquer avec les services de l’Etat les mesures qui, à court terme, sont nécessaire pour tenter d’enrayer ce processus dramatique. Je présente, au nom de toute l’équipe municipale, toutes mes condoléances à la famille.”

Gilles Mergy, élu du Groupe Ateliers Fontenaisiens

Source : http://www.ateliersfontenaisiens.fr/les-drames-aux-blagis-doivent-tous-nous-interpeller/

A quelques semaines d’intervalle, deux drames sont survenus aux Blagis. Après l’assassinat d’un jeune de 20 ans, un jeune de 17 ans se trouve à l’heure actuelle dans le coma entre la vie et la mort.

Les enquêtes de police sont en cours pour expliciter les circonstances précises de ces deux drames.

Je voudrais tout d’abord adresser à leurs familles, leurs proches, leurs amis ma plus profonde compassion dans ces moments terribles qu’ils sont en train de vivre.

Nous sommes tous dans la consternation et envahis d’une immense tristesse de voir la jeunesse de notre ville être la cible d’une telle violence.

Nous sommes tous fontenaisiens et tout ce qui touche aux personnes de notre ville nous touche et nous meurtrit. Je suis père et aucun parent ne souhaite vivre cela.

L’heure est au recueillement. L’heure est à la solidarité et à la fraternité au sein de notre ville.

C’est pourquoi, je déplore la tribune de notre Maire actuel profitant de ce drame pour faire la promotion de son programme de rénovation du quartier, assenant au passage des contrevérités.

Je ne veux en aucun cas heurter les familles de ces jeunes et je n’aurais pas été plus loin sans les remarques envers les habitants du quartier et les attaques insidieuses dont les élus que nous sommes avons fait l’objet dans cette tribune du Maire.

Nous contestons vigoureusement avoir œuvré pour empêcher la réhabilitation du quartier des Blagis et avoir déposé des recours. Cela est faux. Nous n’avons fait que contester, dans le cadre de notre mandat et en Conseil Municipal, les choix de la municipalité actuelle dans ce projet de réhabilitation car nous pensons que nos amis, nos voisins, habitant ce quartier depuis de nombreuses années maintenant, ne pourront pas s’y reloger après la reconstruction.

Si les conditions de vie des habitants du quartier n’étaient pas optimales avant 2014, elles se sont fortement dégradées depuis, en raison de l’abandon du quartier par le bailleur social Hauts de Seine Habitat (absence d’entretien des logements et de l’espace public, interventions très tardives pour effectuer les réparations, suppression de postes de gardiens,…). Le Maire et la municipalité ne sont pas intervenus pour rappeler à ce bailleur social ses obligations de propriétaires.

Le Maire ne s’intéresse à ce quartier qu’au travers d’un projet de démolition-reconstruction qui conduira à densifier ce quartier, à supprimer des places de stationnement gratuites et des espaces verts.  Beaucoup de locataires ne pourront plus continuer à y vivre en dépit des liens familiaux et amicaux qu’ils y ont tissés.

Nous défendions un projet alternatif de réhabilitation complète (pas juste la rénovation de quelques façades comme l’écrit le Maire). Cette réhabilitation approfondie de logements sociaux a été conduite par de nombreux bailleurs sociaux comme cet exemple portant sur 530 logements rénovés à Bordeaux (https://www.lacatonvassal.com/index.php?idp=80#)

La réhabilitation complète est plus rapide, moins coûteuse, plus écologique et tout aussi qualitative pour les habitants.

Le Maire l’a repoussée car sa priorité aux Blagis, à Scarron-Sorrières comme en centre-ville est de construire encore et toujours de nouveaux logements à rebours des avis de tous les experts dans le domaine de la santé qui recommandent pourtant de dé-densifier la ville de demain.

Contrairement à certains quartiers de logements sociaux construits dans notre pays, le quartier des Blagis est certes excentré par rapport au centre-ville, mais il n’est pas enclavé et il est plutôt bien desservi par les transports en commun. Il dispose d’installations sportives de qualité et d’une maison de quartier. Celle-ci accueillait de nombreuses activités culturelles ou de loisirs jusqu’en 2014 et y contribuait à favoriser le “vivre ensemble”. Ces activités se sont progressivement réduites depuis 2014.

Bien que l’association “Jeunes dans la Cité” fasse un travail remarquable dans ce quartier, les politiques de prévention ont été aussi réduites comme peau de chagrin par L. Vastel. Alors que la ville de Bagneux par exemple emploie plusieurs médiateurs, ce n’est pas le cas à Fontenay-aux-Roses.

Il apparait, à la lecture de cette tribune elle-même, que les agresseurs sont extérieurs à Fontenay et au quartier.

Aussi, faut-il alors au Maire penser à des moyens pour renforcer la sécurité du quartier et de ces habitants ?

Sa proposition de mettre en place une permanence qui sera ouverte dans une quinzaine de jours n’est pas non plus à la hauteur du besoin immédiat d’écoute et d’accompagnement psychologique exprimé par les habitants du quartier et notamment les plus jeunes. C’est dès maintenant qu’il faut agir

J’adresse aux familles et aux proches de ces jeunes, encore une fois, toutes mes pensées et mon soutien.”

Pascal Buchet, ancien Maire de Fontenay

“Soutien à la famille et pensée au jeune grièvement agressé aux Blagis en réanimation.
Halte à la violence.
Redonner plus de moyens pour ce quartier.

Commentaires sur la page Facebook de Tu Sais Que Tu Viens De Fontenay Aux Roses Quand…

Gueda Diaw Gadio

“Je verse ma colère profonde sur ce groupe car cela fait plus de trente ans que je suis fontenaysienne donc je me permet!!!
ÇA FAIT 2 PETITS JEUNES DÉCÉDÉ AU BLAGIS en quelques semaine d’intervalle 😭😭😭😭😭 ILS ONT ÉTAIENT ASSASSINER 😡😡😡 qu’est-ce LE Maire fait pour ces jeunes ?!!! Apres le premier meurtre qu’il y’a eu je n’ai pas constaté de nouvelle mise en place pour le quartier des Blagis !!! il n’y a pas de médiateur ni d’éducateur spécialisé pour discuter avec eux,les orienter,les conseillers être dans le quartier😡😡comme dans certaine ville, BAGNEUX PAR EXEMPLE ILS ONT DES MÉDIATEURS QUI SE PROMÈNE DANS LA VILLE ,discute avec les jeunes si ils voient des rassemblements vont voir ce qu’il passe essaie de mettre fin aux querelles inutile! ca ce sont des bonnes initiative il en faudrait même DE NUIT 😡😡 ne serait ce qu un lieu d’accueil le soir ouvert pour ces jeunes qui sont malheureusement dehors.ON SE SENT PLUS EN SÉCURITÉ c’est INADMISSIBLE !!! Le JDLC fait de son possible on les remercies pour tout ce qu’il font mais il faut plus d’intervenant au cœur du quartier pour notre beau quartier délaissé !!! On ne voit le maire que quand il y’a les élections ou dès qu’il y a un drame!!!! Ce n’est pas normal C’est malheureux pour notre quartier et notre jeunesse.”
“Les seuls présents sur le quartier c’est le JDLC et c’est bien les seuls qui traitent les jeunes de ce quartier avec dignité !! Quand la mairie défini le jeune Benjamin décédé debut avril de « jeune délinquant fraîchement sortie de prison » le JDLC le défini comme un « jeune motivé a vouloir s’en sortir dans la vie »
Laurent Vastel
“Cher monsieur
Je comprends votre colère mais elle ne doit pas se tromper de cible
Nous tenons une permanence municipale tous les 15 jours à la maison de quartier, JDLC mène en effet une action de qualité avec des éducateurs spécialisés et la mairie ouvre le 15 mai prochain un nouveau lieu d’accueil aux Blagis pour les 11-18 et les 18-25 ans
Quant à la rénovation du quartier elle a commencé”
Gilles Mergy 
Toutes mes condoléances à la famille et aux proches de ce jeune homme. C’est un nouveau drame horrible qui survient aux blagis
Nous devons tous nous mobiliser pour préserver le calme et le sécurité aux blagis et faire en sorte que le bailleur social renforce le nombre de gardiens et améliore l’entretien des résidences.
Gueda Diaw Gadio
“Je présente toute mes excuses à la famille du petit jeune concernant ma publication car On a appris hier soir la confirmation que le petit n’est pas décédé mais dans le coma, je me suis appuyé sur le communiqué du MAIRE qui parle d’assassinat !!!
ÇA NE CHANGE PAS NOS AVIS SUR LES DISPOSITIFS QU’IL FAUT METTRE EN PLACE POUR NOTRE QUARTIER POUR ÉVITER CE GENRE DE DRAME…
Nos prières t’accompagnent .”
Des dou’as pour un de nos jeunes entre le vie et la mort.
Après avoir échangé avec sa mère ce soir, c’est avec beaucoup de tristesse qu’elle nous a annoncé que son état est critique mais stable (contrairement aux fausses rumeurs sur sa mort), et elle demande de redoubler d’invocations.
Nous demandons à ‘Allah ta3ala qu’il guerisse notre petit frère de la meilleure des guérisons et qu’il facilite à sa famille et leur accorde la patience.
Nous appelons cette jeunesse à prendre conscience de la gravité de ses actes.
*Pour rappel, Le Prophète ﷺ a dit : « L’homme fort n’est pas celui qui est fort en lutte, mais c’est celui qui se maitrise sous l’emprise de la colère. » [Bukhari et Muslim, riyad as-salihin n°45]*
*قال النبي ﷺ:‏ « ‏ليس الشديد بالصرعة، إنما الشديد الذى يملك نفسه عند الغضب‏ »‏ ‏متفق عليه، كتاب رياض الصالحين ٤٧*
Mais nous appelons aussi les parents à être responsables , ainsi que tous les acteurs (municipaux, sociaux, associatifs etc.. . ) de cette ville à redoubler d’efforts dans nos divers rôles. C’est en travaillant localement que nous pourrons améliorer le quotidien.
Un mort dernièrement (rahmatoullah 3alayh, qu’Allah lui fasse miséricorde), un dans un état critique aujourd’hui…..des mères en pleurs et des familles meutries… ce sont des images insoutenables. Ce qui arrive n’est pas nouveau, mais ne doit pas sembler normal pour autant.
Ne baissons pas les bras et ne tombons pas dans le fatalisme, mais surtout perséverons chacun à notre échelle pour tenter d’ameliorer le quotidien !
Tout notre soutien à la famille.
Qu’Allah accepte nos dou3as et nos oeuvres en ce mois béni.

Coronavirus : Sourions un peu : la prière de Noisette, chat Fontenaisien

La prière de Noisette, chat Fontenaisien

Seigneur,

Tu nous a créé avant même l’homme et la femme, le 6e jour.

Nous les chats, nous prenons part à la diversité de Ta création, et nous contribuons à sa beauté.

Donne-nous, dans l’esprit de Saint-François, de vivre en paix avec nos frères les poissons, les souris, et les oiseaux.

Pour ce faire, aide nos maîtres à se souvenir que nous apprécions de temps en temps une petite boîte de thon, ou d’émincés en gelée.

Mets un terme aux mauvais traitements que subissent certains d’entre nous, comme l’abandon sur les aires d’autoroute au moment des départs en vacances.

Pardonne aux humains de nous appeler parfois leurs “frères inférieurs” ; nous qui, depuis Schrödinger, comprenons mieux qu’eux Ta création, avec l’aide de la Mécanique Quantique.

Enfin et surtout, en cette période éprouvante, soulage la souffrance de l’humanité, en lui permettant de trouver rapidement un remède contre la pandémie qui l’accable, et qui soit aussi efficace que le Leucofeligen® qui nous protège contre le coryza, maladie normalement fatale pour nous les chats.

Car Ta bonté s’adresse à toutes les créatures

Ronrons pleins de confiance

de Noisette, chat Fontenaisien

Paroisse Saint-Pierre Saint-Paul de Fontenay : nouveau site internet

Nous souhaiterions faire annoncer dans les Nouvelles de Fontenay la parution d’un nouveau site internet de la paroisse Saint-Pierre Saint-Paul de Fontenay

Ce site est accessible à l’adresse suivante :https://sites.google.com/site/paroissestpierrestpaulfontenay/

Il a pour objectif de donner à tous une information détaillée, récente, et facile d’accès, sur la vie et les activités de la paroisse Saint-Pierre Saint-Paul.

Le site est en accès public, ce qui veut dire qu’aucun accès ou compte auprès d’un fournisseur, Google ou autre, n’est requis.

Des dispositions sont mises en place sur ce site pour recueillir avis et suggestions, auxquels il sera répondu avec attention.

Bien cordialement, pour l’Equipe d’Animation Pastorale,

Jean-Pierre FANTON

La préfecture a fait fermer le lieu de culte des musulmans de Fontenay-aux-Roses jusqu’à la fin de l’état d’urgence

Ce lieu de culte musulman est situé 5 rue Paul Verlaine

Selon la préfecture, début septembre, des propos «constituant une provocation à la haine ou à la violence» et qui «font l’apologie du terrorisme» ont été tenus, à deux reprises, au sein de la salle de prière. 

Elle a  décidé, par arrêté, de fermer le lieu de culte «jusqu’à la fin de l’état d’urgence», prévue le 1er novembre.

En particulier, c’est un nouvel “Imam” qui officie dans cette mosquée qui a provoqué cette fermeture. Il est d’origine algérienne et officie en arabe, contrairement au précédant.

Comment est désigné un “Imam” d’une mosquée ?

Celui-ci n’est pas désigné, par les autorités supérieures, comme un curé pour l’Eglise.

Lorsque des fidèles veulent prier ensemble, ils désignent un imam parmi eux pour diriger la prière. Un hadith mentionne les critères à prendre en compte : le premier critère doit être celui qui maitrise le plus le Coran et le dernier critère à prendre en compte est l’âge. En général, dans chaque mosquée, il y a un imam permanent qui officie et qui donne les sermons du vendredi, faute de quoi un simple musulman peut devenir imam le temps d’une prière.

Par conséquent, les imams officiant en France ne sont pas nommés par une communauté musulmane française, ni par une autorité religieuse française.

L’AMFAR, l’association des musulmans de Fontenay-aux-Roses, gestionnaire des lieux, qui fait part de sa «grande surprise» et de sa «profonde déception».

Chaque semaine, près de 400 fidèles viennent se recueillir dans la salle de prière Fontenaisienne, ouverte depuis juin 2014. Il peut y avoir jusqu’à 800 fidèles. La salle a une surface de 160 m2. Pour accueillir 400 fidèles, il faudrait avoir une surface équivalente à la surface de l’Eglise St Pierre St Paul.

Selon l’AMFAR, cette décision impacte surtout «les enfants qui font l’école le week-end ou en vacances scolaires» et «les plus anciens qui ne peuvent se déplacer dans les autres villes».

Suite à cette fermeture, le Maire a décidé d’avancer la rencontre annuelle intercultuelle au 25 octobre. Elle devait avoir lieu fin novembre.

En outre, le vaste projet de rénovation du quartier porté par la ville comporte justement une salle de prières.

Pour plus d’information, voir aussi l’article du “Parisien” : http://www.leparisien.fr/fontenay-aux-roses-92260/fontenay-aux-roses-la-salle-de-priere-fermee-pour-provocation-a-la-haine-ou-a-la-violence-05-10-2017-7311039.php#xtor=EREC-1481423605-[NL92]—${_id_connect_hash}@1