Vélo : Stein van Oosteren sort son premier essai

Chers Fontenaisiennes et chers Fontenaisiens,

Souvent on m’appelle affectueusement – enfin, j’espère 😊 – « Monsieur Vélo », car je suis président de l’association FARàVélo (Fontenay-aux-Roses à Vélo). J’ai le plaisir, chers habitants de ma ville, de vous annoncer que le 6 mai prochain, mon essai « Pourquoi pas le vélo ? » sera en librairie. Ah, vous n’utilisez jamais le vélo ? Ça tombe bien, c’est pour vous que j’ai écrit ce livre !

Le titre pose la question que beaucoup de citoyens et élus se posent en ce moment : pourquoi pas le vélo en effet ? Qu’est-ce qui empêche le pays du Tour de France de devenir aussi le pays du vélo urbain ? Je pense que les raisons se situent « entre les oreilles », notamment entre les oreilles de certains élus qui disent qu’il n’y a pas de place pour le vélo dans leur ville.

Le livre relate un échange avec notre député Jean-Louis Bourlanges que j’ai entendu expliquer, lors d’une réunion publique fin 2018, pourquoi le vélo n’est pas une bonne idée pour notre société. J’étais en colère en l’écoutant, car je ne pouvais pas lui répondre, il y avait beaucoup d’autres questions. J’ai donc écrit ce livre pour lui répondre, et pour ouvrir ce débat dont la société a urgemment besoin. Le titre du chapitre : « Les sept arguments anti-vélo de Jean-Louis Bourlanges ».

« Pourquoi pas le vélo » n’est pas un livre de colère, mais un livre de fierté. Saviez-vous que le nouveau réseau de coronapistes dont nous bénéficions depuis le déconfinement est le résultat d’une coopération entre notre département 92 et notre Collectif Vélo Île-de-France ? Saviez-vous que ce collectif citoyen est parti d’une réunion organisée par FARàVélo au café le Colibri à Fontenay-aux-Roses le 1er mai 2018 ? L’histoire de notre ville est très fortement marquée par le vélo, depuis que le Fontenaisien Louis Pouey-Mounou a initié la Coulée Verte dans les années 1970. Aujourd’hui c’est notre Collectif Vélo Île-de-France, dont je suis le porte-parole, qui initie le réseau RER Vélo (RER V) qui mettra, peut-être, le vélo dans votre quotidien. Que mon livre puisse nourrir le débat sur cette révolution !

C’est un livre d’amitié aussi : l’amitié pour tous les citoyens qui se sont engagés pour faire avancer la sécurité à vélo. Des dizaines d’associations vélo en France m’ont reçu comme un ami cher, et m’ont raconté leurs difficultés et leur rêve d’une société cyclable où leurs enfants pourront aller à l’école à vélo. Les centaines d’échanges avec eux ont été si passionnantes, que j’ai ressenti le besoin d’en compiler les pépites dans un livre pour les partager avec vous toutes et tous. Le résultat est un texte richement illustré, avec entre autres des photos d’Amsterdam du photographe néerlandais Thomas Schlijper et aussi de Fontenay-aux-Roses bien sûr ! L’objectif : nous faire réfléchir, débattre et regarder la rue et la société autrement.

« Pourquoi pas le vélo », au fond, est une déclaration d’amour à la France. Depuis 25 années à Paris et à Fontenay-aux-Roses j’ai appris, avec mon épouse Caroline, à vivre la vie à la française et à l’apprécier profondément. C’était mon rêve : vivre au pays des philosophes, parler leur langue exquise, boire leurs vins divins et tout ça dans la plus belle ville du monde ! L’écriture du livre était une joie, tellement j’avais envie de partager mon appartenance à cette société française si intense et particulière, dont le vélo est devenu finalement le « véhicule ».

L’auteur Olivier Razemon vient de présenter mon livre dans Le Monde : « Son regard de Néerlandais sur les réflexes des urbanistes, les aménagements plus ou moins ratés, les manies ridicules ou les petites fiertés des Français procure autant de plaisir qu’une belle balade à vélo sous un soleil de printemps ». Si ce plaisir vous tente, j’espère que vous le commanderez chez Michèle dans notre belle librairie « Les pêcheurs d’étoiles » – merci pour elle !

Stein van Oosteren

Le site de la médiathèque de Fontenay-aux-Roses refonctionne !

Le site et les logiciels internes sont hébergés en France chez OVH dont une partie des serveurs a été endommagée dans l’incendie de leurs locaux strasbourgeois le 10 mars 2021.

Maintenant le site de la médiathèque refonctionne : https://www.mediatheque-fontenay.fr/

On peut maintenant réserver un prêt et renouveler celui-ci .

Pour les prêts, aucune amende de sera donnée pour les retards entre le 10 mars et le 1er mai 2021

On peut aussi accéder à nouveau au site de NOSCO pour les ressources en ligne, dont des films du catalogue de la Cinéteck ( 8 films gratuits par mois)

Suite à l’incendie d’OVH, le site de la Médiathèque de Fontenay ne fonctionnent toujours pas

Le site de la ville de Fontenay aux Roses qui était hébergé par OVH a été remis en route 

Par contre le site de la Médiathèque ne fonctionne toujours pas. 

C’est génant si on veut savoir la disponibilité d’un livre, le faire prolonger, accéder à NOSCO  le sésame numérique

Même si les Médiathèques sont gérées par le Territoire, certaines sont disponibles et d’autres pas. De toute façon, pour accéder à son compte, il faut être inscrit dans sa médiathèque.

Confinement : Conseils de lecture de livres et possibilités d’y accéder

A la Médiathèque de Fontenay 

Conseils de lecture sur la page Facebook de la Médiathèque 

Vous pouvez réserver vos documents dans le catalogue en ligne, au téléphone ou par mail.

Horaires : mercredis et samedis de 10h00 à 19h00 sans interruption.

 ÉTAPE 1 : Réservation

Dès à présent, vous pouvez réserver tous les documents du catalogue :

  • soit via votre compte sur le site, comme d’habitude
  • soit par mail à l’adresse : mediathequefontenay@valleesud.fr
  • soit par téléphone au 01-86-63-13-10 aux horaires d’ouverture du Prêt-à-emporter

Vous ne savez pas quoi choisir ? Dîtes-nous ce qui vous plaît, ce dont vous avez envie, le nombre d’ouvrages et nous vous concoctons une sélection personnalisée !

ÉTAPE 2 : Collecte

Une fois prévenu.e de la disponibilité de votre réservation — par mail ou par téléphone, selon le mode de communication choisi lors de votre inscription — vous pourrez venir la récupérer pendant nos horaires d’ouverture : mercredis et samedis 10h00-19h00

A la libraire “Les Pécheurs d’Etoiles”

Il y a des conseils sur la page Facebook de la librairie

Vous pouvez commandez vos livres et aller les prendre à la librairie « Les pêcheurs d’étoiles »

Conseils  de Michel Giraud  sur son Blog : http://michelgiraud.fr/

Par exemple : grands auteurs qui ont traversé la Grande Guerre

Humanité et Biodiversité 12 idées-clés pour tous ceux qui veulent ménager la biodiversité

Dans le cadre du “Grand Paris des écrivains » du pavillon de l’Arsenal, Alice Zeniter a fait un texte et une vidéo sur Fontenay aux Roses

Le Pavillon de l’Arsenal lance avec Libération la collection de films « Le Grand Paris des écrivains » entre vision documentaire et fiction littéraire, diffusés tous les samedis à partir du 3 octobre. Produite par Année Zéro-Stéphane Demoustier, et réalisée par Stefan Cornic, cette première saison explore avec Maylis de Kerangal, Aurelien Bellanger, Alice Zeniter, Thomas Clerc, Joy Sorman, Julia Deck, Nina Léger, Pierre Assouline, Régine Robin et Simon Johannin, leurs lieux intimes, familiers, emblématiques ou méconnus de la métropole parisienne…

Site : https://www.pavillon-arsenal.com/

Alice Zenier a fait un texte et une vidéo sur Fontenay aux Roses

“J’avais dix-sept ans, je venais d’obtenir mon bac et je voulais partir à Paris. Plus précisément, je voulais aller vivre dans le Paris que j’avais découvert avec Boris Vian lors de mes lectures lycéennes, c’est à dire Saint-Germain-des-Prés dans les années 50. Le fait que j’avais plus d’un demi-siècle de retard ne me gênait pas et j’ai pu également oublier très vite, au moment de louer mon studio, que j’étais dix kilomètres trop au sud, à savoir rue Ledru-Rollin, à Fontenay-aux-roses.

La rue Ledru-Rollin descendait à pic entre des maisons qui n’avaient aucun intérêt. Mais elle était reliée, en son point le plus haut, à la rue Boucicaut – laquelle multipliait les commerces qui m’étaient nécessaires, à savoir un supermarché, un restaurant chinois et une pharmacie (le tabac était plus loin et s’appelait « La Fontaine aux roses ») – reliée à la rue Boucicaut, donc, par un petit escalier. Il se trouve que j’habitais là, face au petit escalier.

Dans mes souvenirs, il fait presque toujours nuit à Fontenay-aux-roses. Je partais tôt le matin pour aller en cours (j’étais en hypokhâgne à Lakanal, dans la ville de Sceaux qui paraissait proche sur les cartes, plus proche que Paris, mais qui n’en demeurait pas moins à deux trajets de bus consécutifs de mon studio) et je rentrais tard. Immanquablement, entre novembre et mars, il devait en effet faire nuit chaque fois que je me trouvais chez moi.
Le restaurant chinois était le seul commerce qui restait ouvert tard (même « la Fontaine aux roses » fermait avant). J’avais développé une stratégie pour me pousser à travailler, laquelle consistait – en gros – à m’affamer pendant des heures et à ne m’autoriser à manger qu’en récompense du travail effectué. Pour être sûre de m’en tenir à ce plan, je n’achetais pas de nourriture en amont mais il m’arrivait souvent de terminer trop tard une dissertation et de trouver porte close devant le restaurant chinois. Lorsqu’il se soldait par une déception, le trajet entre mon studio et la vitrine éteinte paraissait bien trop long et j’essayais donc de parvenir à distinguer, depuis le haut du petit escalier qui reliait Boucicaut et Ledru-Rollin, si le restaurant était ouvert, en repérant les taches de lumières sur le trottoir. Ce n’était pas un exercice facile car un concessionnaire automobile, crûment éclairé, éclaboussait cette portion de rue d’une lumière bleue totalement inutile (puisque le concessionnaire, bien sûr, avait fermé depuis longtemps, fermé avant La Fontaine aux roses par exemple). J’étais donc parfois obligée de quitter la dernière marche de l’escalier pour avancer un peu. Quand je parvenais à savoir avec certitude si le restaurant était ouvert ou fermé, j’éprouvais une certaine satisfaction qui me permettait d’oublier mon dîner perdu (si c’était un soir de fermeture).
Je ne crois pas avoir connu l’enchaînement des vitrines d’une rue avec plus de précision que celui de la rue Boucicaut. Lorsque, aux environs de la mairie, je dépassais la plaque qui indiquait que Huysmans avait vécu et écrit « A rebours » ici, je ne cherchais pas à imaginer ce que la ville avait été à son époque, je listais les commerces et services de la rue Boucicaut comme si j’avais partagé ce paysage précis avec Joris-Karl, comme si j’étais certaine qu’il s’était tenu lui aussi dans le petit escalier, forcément dans le petit escalier, entre Boucicaut et Ledru Rollin, entre la Fontaine au roses et le restaurant chinois, le petit escalier dont j’avais décidé qu’il était le point central de la ville et mon mât de misaine, le petit escalier dont j’ai oublié le nombre de marches mais dont Huysmans n’avait pas pu manquer l’importance, je le sentais.”

Cliquez sur le lien pour voir la vidéo : https://www.dailymotion.com/video/x7wv29q

Alice Zeniter

Née en 1986, romancière, traductrice, scénariste et metteuse en  scène de théâtre, autrice de Juste avant l’oubli (Flammarion, 2015) prix Renaudot des lycéens, L’art de  perdre  (Flammarion, 2017) prix Goncourt des Lycéens et Comme un empire dans un empire (Flammarion, 2020). « Fontenay-aux-Roses » se plonge dans ses souvenirs d’étudiante en hypokhâgne et nous fait habiter les lieux autrefois partagés par Joris-Karl Huysmans, en prenant comme point central un petit escalier

Médiathèque de Fontenay-aux-Roses : PRÊT-À-EMPORTER

Chaque mercredi et samedi, et dès ce samedi 7 novembre, la médiathèque offre un service de « prêt-à-emporter » :

Vous pouvez réserver vos documents dans le catalogue en ligne, au téléphone ou par mail.

Horaires : mercredis et samedis de 10h00 à 19h00 sans interruption.

 ÉTAPE 1 : Réservation

Dès à présent, vous pouvez réserver tous les documents du catalogue :

  • soit via votre compte sur le site, comme d’habitude
  • soit par mail à l’adresse : mediathequefontenay@valleesud.fr
  • soit par téléphone au 01-86-63-13-10 aux horaires d’ouverture du Prêt-à-emporter

Vous ne savez pas quoi choisir ? Dîtes-nous ce qui vous plaît, ce dont vous avez envie, le nombre d’ouvrages et nous vous concoctons une sélection personnalisée !

ÉTAPE 2 : Collecte

Une fois prévenu.e de la disponibilité de votre réservation — par mail ou par téléphone, selon le mode de communication choisi lors de votre inscription — vous pourrez venir la récupérer pendant nos horaires d’ouverture : mercredis et samedis 10h00-19h00

À noter :

  • Venez avec votre propre sac
  • Les réservations restent disponibles au retrait durant 10 jours (passé ce délai, les documents sont remis en circulation)
  • Tous les documents restent prolongés jusqu’au 5 décembre, pas d’inquiétude pour les retours
  • Gestes barrières de rigueur

Vous pouvez demander votre désinscription à la newsletter par simple mail précisant vos nom, prénom et adresse mail à mediathequefontenay@valleesud.fr

Vous pouvez commandez vos livres et aller les prendre à la librairie “Les pêcheurs d’étoiles”

Pendant le confinement, vous pouvez commander ces livres chez votre libraire.

À Fontenay-aux-Roses c’est par messagerie à la librairie “Les pêcheurs d’étoiles”, située 2 Place de Gaulle.

Site La Place des Libraires : https://www.placedeslibraires.fr/

Adresse mail : librairielespecheursdetoiles@gmail.com

Page Facebook : https://www.facebook.com/liblespecheursdetoiles/

Médiathèque de Fontenay-aux-Roses : ANNULATION DES ANIMATIONS

En cohérence avec les mesures sanitaires nationales et en continuité avec l’ensemble des établissements de Vallée-Sud Grand-Paris, nous regrettons de devoir annuler l’ensemble de nos manifestations dès aujourd’hui et jusqu’à la fin de l’année 2020.
La médiathèque reste ouverte
  • L’emprunt de documents demeure possible
  • Les expositions sont accessibles
  • L’ensemble de nos services en ligne se poursuit
  • Le port du masque pour les personnes de plus de 11 ans, et l’ensemble des mesures barrière sont de rigueur au sein de l’établissement.
Nous sommes à votre disposition par téléphone pour vous informer sur les reports et annulations en cours et à venir.
Tel : 01-86-63-13-10 dans les horaires d’ouverture de la médiathèque :
Mardi : 14h – 19h (16h – 19h*)
Mercredi : 10h-12h30 / 14h-18h
Jeudi : 14h–19h (16h–19h*)
Vendredi : 14h-18h (16h–18h*)
Samedi : 10h-12h30 / 14h-18h
L’espace Jeunesse ouvre à 16h en période scolaire

La librairie de Fontenay-aux-Roses “Les pêcheurs d’étoiles” à eu un prix Livres Hebdo des librairies 2020 pour l’aménagement intérieur

De Bergerac à Cotonou, de Paris à la Côte d’Azur, de la ville de Rimbaud à la capitale de la BD, le 2e Grand prix des librairies a récompensé huit librairies.

Grand prix: La Colline aux livres – Bergerac (Nouvelle-Aquitaine)
Prix de l’animation: Expression – Châteauneuf-Grasse (Provence-Alpes-Côte d’Azur)
Prix de la valorisation du fonds: Lilosimages – Angoulême (Nouvelle-Aquitaine)
Prix de l’aménagement intérieur: Les pêcheurs d’étoiles – Fontenay-aux-Roses (Île-de-France)
Prix de l’innovation: Chez Josette – Charleville-Mézières (Grand Est)
Prix de la création: Le chameau sauvage – Toulouse (Occitanie)
Prix Librairie hors de France: Librairie Notre-Dame – Cotonou (Bénin)
Prix du confinement: Le Renard doré – Paris (Île-de-France)

Pour la première fois cette année, les lecteurs de Livres Hebdo étaient invités à élire “le libraire de l’année” parmi cinq nommés

Le Libraire de l’année: Guillaume Bourain, fondateur des Rebelles ordinaires, à La Rochelle

Source : https://www.livreshebdo.fr/article/les-laureats-du-grand-prix-livres-hebdo-des-librairies-2020

Journées portes ouvertes des ateliers d’artistes 2020 à Fontenay les vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 septembre 2020

Les portes ouvertes seront organisées dans le respect des gestes barrières. Le port du masque est obligatoire.

⇒ Retrouvez sur le plan interactif les ateliers d’artistes ouverts.

Mesures sanitaires mises en place :

– Du gel hydroalcoolique sera installé à l’entrée des salles municipales (salle Sainte-Barbe et salle Pierre Bonnard) ;
– Le port du masque sera obligatoire pour les personnes de 11 ans et plus ;
– Le nombre de personnes dans une même salle sera limité ;
– La distanciation physique sera de rigueur ;
– Les autres gestes barrières (ne pas se serrer la main, ne pas s’embrasser, tousser et éternuer dans son coude, utiliser un mouchoir unique) devront être appliqués.

Liste des artistes ouvrant leur atelier, avec le lieu et les horaires cliquez ici