Vélo : Stein van Oosteren sort son premier essai

Chers Fontenaisiennes et chers Fontenaisiens,

Souvent on m’appelle affectueusement – enfin, j’espère 😊 – « Monsieur Vélo », car je suis président de l’association FARàVélo (Fontenay-aux-Roses à Vélo). J’ai le plaisir, chers habitants de ma ville, de vous annoncer que le 6 mai prochain, mon essai « Pourquoi pas le vélo ? » sera en librairie. Ah, vous n’utilisez jamais le vélo ? Ça tombe bien, c’est pour vous que j’ai écrit ce livre !

Le titre pose la question que beaucoup de citoyens et élus se posent en ce moment : pourquoi pas le vélo en effet ? Qu’est-ce qui empêche le pays du Tour de France de devenir aussi le pays du vélo urbain ? Je pense que les raisons se situent « entre les oreilles », notamment entre les oreilles de certains élus qui disent qu’il n’y a pas de place pour le vélo dans leur ville.

Le livre relate un échange avec notre député Jean-Louis Bourlanges que j’ai entendu expliquer, lors d’une réunion publique fin 2018, pourquoi le vélo n’est pas une bonne idée pour notre société. J’étais en colère en l’écoutant, car je ne pouvais pas lui répondre, il y avait beaucoup d’autres questions. J’ai donc écrit ce livre pour lui répondre, et pour ouvrir ce débat dont la société a urgemment besoin. Le titre du chapitre : « Les sept arguments anti-vélo de Jean-Louis Bourlanges ».

« Pourquoi pas le vélo » n’est pas un livre de colère, mais un livre de fierté. Saviez-vous que le nouveau réseau de coronapistes dont nous bénéficions depuis le déconfinement est le résultat d’une coopération entre notre département 92 et notre Collectif Vélo Île-de-France ? Saviez-vous que ce collectif citoyen est parti d’une réunion organisée par FARàVélo au café le Colibri à Fontenay-aux-Roses le 1er mai 2018 ? L’histoire de notre ville est très fortement marquée par le vélo, depuis que le Fontenaisien Louis Pouey-Mounou a initié la Coulée Verte dans les années 1970. Aujourd’hui c’est notre Collectif Vélo Île-de-France, dont je suis le porte-parole, qui initie le réseau RER Vélo (RER V) qui mettra, peut-être, le vélo dans votre quotidien. Que mon livre puisse nourrir le débat sur cette révolution !

C’est un livre d’amitié aussi : l’amitié pour tous les citoyens qui se sont engagés pour faire avancer la sécurité à vélo. Des dizaines d’associations vélo en France m’ont reçu comme un ami cher, et m’ont raconté leurs difficultés et leur rêve d’une société cyclable où leurs enfants pourront aller à l’école à vélo. Les centaines d’échanges avec eux ont été si passionnantes, que j’ai ressenti le besoin d’en compiler les pépites dans un livre pour les partager avec vous toutes et tous. Le résultat est un texte richement illustré, avec entre autres des photos d’Amsterdam du photographe néerlandais Thomas Schlijper et aussi de Fontenay-aux-Roses bien sûr ! L’objectif : nous faire réfléchir, débattre et regarder la rue et la société autrement.

« Pourquoi pas le vélo », au fond, est une déclaration d’amour à la France. Depuis 25 années à Paris et à Fontenay-aux-Roses j’ai appris, avec mon épouse Caroline, à vivre la vie à la française et à l’apprécier profondément. C’était mon rêve : vivre au pays des philosophes, parler leur langue exquise, boire leurs vins divins et tout ça dans la plus belle ville du monde ! L’écriture du livre était une joie, tellement j’avais envie de partager mon appartenance à cette société française si intense et particulière, dont le vélo est devenu finalement le « véhicule ».

L’auteur Olivier Razemon vient de présenter mon livre dans Le Monde : « Son regard de Néerlandais sur les réflexes des urbanistes, les aménagements plus ou moins ratés, les manies ridicules ou les petites fiertés des Français procure autant de plaisir qu’une belle balade à vélo sous un soleil de printemps ». Si ce plaisir vous tente, j’espère que vous le commanderez chez Michèle dans notre belle librairie « Les pêcheurs d’étoiles » – merci pour elle !

Stein van Oosteren

LE PRINTEMPS DES POÈTES À FONTENAY-AUX-ROSES : Poème proposé par Claudia Pierrot : Désir d’ailleurs

Au-delà de la porte du voisin, de la rue, du quartier
Au-delà de la station de bus, de la brasserie, de l’épicier
Ailleurs

Une prairie en fleurs, un bord de lac, une vue de la baie
Un chemin de halage, une dune, l’orée d’une forêt
Lointain ailleurs

Un volcan en éruption, un désert, un champ de cactus
Une ligne de crête, une mer de glace, un parfum d’hibiscus
Inaccessible ailleurs

Claudia Pierrot

CCJL : clôture de l’événement Ensemble, par-delà nos différences, au fil du temps

Cette saison, l’événement de rencontres inclusives Ensemble, par-delà nos différences s’est réinventé autrement, au fil du temps, et en version numérique.

En avril, pour notre dernier rendez-vous en ligne, zoom sur le Foyer d’Accueil Médicalisé de Fontenay-aux-Roses.

Le Foyer d’Accueil Médicalisé de Fontenay-aux-Roses a ouvert ses portes en octobre 2009 dans les locaux de l’ancienne clinique d’Estienne d’Orves. Il accueille 32 résidents dont un en accueil temporaire. Il est destiné à des adultes polyhandicapés, dépendants pour les gestes de la vie quotidienne, et de adultes présentant des troubles psychiques avec troubles du comportement associés, ayant besoin de l’assistance d’une tierce personne, orientés par la CDAPH.

L’équipe du foyer est composée de 46 professionnels chargés de l’accompagnement des résidents. Une équipe soignante et une équipe éducative accompagnent les résidents dans leur vie quotidienne, en fonction des besoins et des attentes de chacun.

“De la joie pour vous”

5 chorégraphies réalisées par Sandrine et Flora, résidentes du FAM, dans les ateliers de danse de Michelle Olhagaray. Tous les épisodes à découvrir dans Les p’tits carnets

Des réalisations à voir et à écouter

La Ganesh web radio, concoctée par le CAJ et chapeautée par Jean-Marc Laurent et animée par les animateurs journalistes d’un jour du Centre d’Accueil de Jour de Fontenay-aux-Roses.

Pour écouter :

https://www.ccjl92.com/les-p-tits-carnets/saison-2020-2021/web-radio/

Making of de La Fontaine de vie, l’oeuvre collective imaginée par Magali Satgé:

Zoom sur les activités du  GEM L’éclaircie

LE PRINTEMPS DES POÈTES À FONTENAY-AUX-ROSES : Poème proposé par Eric Wolinski : La ronde

En ces temps incertains où se propage le désir
Faut-il tous ses assauts subir ?
Et après une année de soupirs
On vous demande de vous en prémunir

Mais si le désir ne nous atteint pas
Un variant plein de tracas arrivera
Le premier d’entre eux est l’envie
La majorité l’attrapera sans préavis

Mais si l’envie ne nous atteint pas
Un variant sans égard nous charmera
Il a pour nom l’attirance
De s’en préserver sera une performance

Mais si l’attirance ne nous atteint pas
Un autre variant à l’horizon se profilera
Il se désigne sous le terme de besoin
Et contre lui, il faudra se cacher dans un coin

Mais si le besoin ne nous atteint pas
Un variant imprévu on attrapera
La nécessité sera ce souci
Là aussi, contre elle la lutte sera sans merci

Mais si la nécessité ne nous atteint pas
D’autres variants seront créés
Pour maintenir l’anxiété
Et à cela on se refusera

Soudain un doute vient troubler mon esprit
Vite il me faut un outil
Le dictionnaire et le wiki je vais examiner
Des mots ont été confondus, mêlés, enchevêtrés

C’est bien du désir dont je m’entretenais
Et pas du ……..

Eric Wolinski

LE PRINTEMPS DES POÈTES À FONTENAY-AUX-ROSES : Poème proposé Catherine Elcabache : Désir Fatal

Ô Fortune, est-ce un mal, que toujours désirer,
Cet objet, dont on peut, en pensées nous parer,
Illusoire ornement de nos sens affermis,
Qui ne tient le repos que pour seul ennemi ?
Tendre frisson du corps, pâmoison de la vue,
Ineffable transport de l’âme toute nue,
Tous ces ravissements nous privent de parler,
Autrement qu’en nos cœurs, qu’on sent si fort brûler !
Mais je veux m’infliger ces poisons redoutables,
Et goûter en silence aux tourments véritables,
Du Cœur ; sans que jamais, je n’en sois détournée,
Dieu, c’est ce pourquoi, il me semble, être née !
Victime de mes sens, je veux être immolée,
En ma languide chair, à l’ardeur dévoilée.
Je manderai Vénus, de l’Amour la déesse,
Ou bien Cupidon, dont on connaît l’adresse,
Le soin d’ouvrir mon flanc et de laisser fumer,
Le si fervent désir, d’un cœur digne d’aimer.
Ma flamme ainsi livrée, ne pourra plus se taire,
Infusant son bonheur, librement dans la chair ;
Assoupie par l’ivresse, et sans vouloir s’hâter,
Elle criera sa joie, en toute volupté.
Comme il est bon ainsi, de se faire idolâtre,
Et d’honorer son culte, au simple coin de l’âtre,
En supplique si douce à l’Amour éternel,
Dont les fruits tôt ou tard se montreront réels !
Douce voix du désir, heureuse destinée,
A l’être qui m’est cher, par sa force emmenée,
Je verrai mon étoile, des âmes la mieux née,
Pour elle mon désir, jaillira en saignée ;
Et sa fatale ardeur jusqu’à présent cachée,
Se portera en lui à jamais attachée.

Catherine Elcabache

Exposition “Confinés, à nous la créativité” à la médiathèque de Fontenay-aux-Roses du 3 au 24 avril 2021

Le meilleur des oeuvres produites par les artistes et les Fontenaisiens lors des confinements de mars-mai et de novembre 2020 exposé dans les salons de la médiathèque.

Beaucoup d’artistes Fontenaisiens ont participé à cette exposition. Pour certains, c’est un moyen de se faire connaitre et de pouvoir vivre, pendant le confinement, alors qu’il ne peuvent pas le faire à d’autres expositions.

Il s’agit par exemple de :

Jacqueline Chesta : peintures et aquarelles

Formée au dessin et modèle vivant, à l’Ecole Publique de la Place des Vosges, à Paris, et diplômée de Science-po et de Paris IV Sorbonne en anglais, Jacqueline Chesta mène en parallèle deux carrières dans le journalisme, le théâtre et l’enseignement du management culturel, avant de revenir aux arts plastiques.

Elle a publié de nombreuses peinture et des carnets de confinement

Site Internet : https://jacquelinechesta.com/

Olivier DUHEC, sculpteur bronzier d’art

Artisan d’art, diplômé de l’école Boulle en 1999, Olivier Duhec a passé dix années à se perfectionner dans le travail du métal chez des créateurs parmi les plus prestigieux, dont Jean Perzel qui a beaucoup influencé son travail.

Emmanuel Infanti : Photoghraphe

Contact : eiphotographies@hotmail.fr

Page Facebook : https://www.facebook.com/eiphotographies

Anne Le Chevallier : peinture

Amadou Gaye : photographe

Amadou Gaye ne photographie pas les gens, il capture des instants de vie.

Page Facebook : https://www.facebook.com/Amadou.Gaye.artiste/

Mail : gayeamadou@hotmail.fr

Valérie Nogier : peintre

Site : http://www.valerienogier.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/valerienogier.artistepeintre

Michel  Derozier : scupture

Site internet http://www.derozier.fr

Philippe Pontay : scupture

Valérie Durant : peintre

 

Horaires de la Médiathèque

Mardi : 14h – 19h (16h – 19h*)

Mercredi : 10h-12h30 / 14h-18h

Jeudi : 14h–19h (16h–19h*)

Vendredi : 14h-18h (16h–18h*)

Samedi : 10h-12h30 / 14h-18h

Stage de patine d’une sculpture chez Art Mature, le dimanche 12 juin 2021 à Bagneux

Rendre une sculpture lumineuse et vivante après cuisson.

La patine sert à redonner à la terre ce qu’elle a perdu en cuisant : la plasticité, le relief, l’accroche de la lumière qui se reflétait dans la terre encore humide.

Dans cet atelier de recherches, nous allons utiliser les techniques les plus simples, car il y a de multiples manières de faire.

Faire une patine c’est comme de la cuisine ; on a des ingrédients, la recette, mais tout dépend du coup de patte !

Réalisation de patines à base de pigments naturels, de peinture ou de cire.

Tarif 50€. Stage limité à 10 pers.

Dimanche 12 juin de 13h00 à 17h00 chez Art Mature, 65 rue Alphone Pluchet à Bagneux.

Le stage se déroulera selon les règles sanitaires en vigueur.

Renseignements et Inscription

contact@artmature-bagneux.fr

Stéphane 06 46 38 42 45

Charlotte 06 63 12 29 47

LE PRINTEMPS DES POÈTES À FONTENAY-AUX-ROSES : Poème proposé par Eric Wolinski : Evasion

C’est la fin de l’hiver
Ah le désir de voyages
Alors emmenez-moi au bout de la terre
Et je vous enverrai des photos de la plage

Mais la plage à cette saison
Est abandonnée aux coquillages et crustacés
Je change de direction
Plutôt les univers glacés

Tiens, aujourd’hui la place Rouge est blanche
Et il neige sur le lac Majeur
Que choisir entre ces lieux enchanteurs
C’est certain, je partirai d’Orly un dimanche

Pourquoi ne pas retrouver les neiges du Kilimandjaro ?
Mais en ces temps je doute de tirer le bon numéro
Pourtant que cette montagne est belle
Et mon désir devient obsessionnel

Alors ma quête se poursuivra
Galway et les lacs du Connemara ?
Ou une petite rue de casbah au milieu de Casa ?
Les deux sont tentants et la musique me rappellera

Avec le printemps, le désir de voyages se clarifie
Ce sera sur la route de Memphis – Tennessee
Ou un endroit qui ressemble à la Louisiane
Et je volerai sur Pan American en aéroplane

Je survolerai Belle-Ile-en-Mer et Marie-Galante
Mais on me dit de votre santé prenez soin
Car il ne faut pas se déplacer si loin
Si le bal donné sur le pont de Nantes me tente

Je ne suis pas sûr de ma présence
Je préfèrerai me retrouver sur la route des vacances
Et voir les cathédrales comme uniques montagnes
Avec les dix kilomètres, l’actualité chez moi me raccompagne

Voilà qu’un second printemps me limite mes déplacements
Alors adieu mon désir de voyage pour l’instant
Et merci aux sources d’inspiration qui me déstressent
En particulier la chanson de Desireless

Voyage, voyage

Eric Wolinski

LE PRINTEMPS DES POÈTES À FONTENAY-AUX-ROSES : Poème proposé par Loïc Fiard : L’éternité illuminée !

On me posa la question : est-ce que le désir peut se transformer en amour ?
En réponse je racontai mon rêve qui me changea pour toujours

Un beau soir l’univers se brisa
Laissant l’obscurité régner l’au-delà
Dans le silence des ténèbres endormies
C’est du chaos que naissent les étoiles
Un garçon pour ce firmament mis les voiles
Désirant l’éclat le plus pur d’une lumière vive dont il était pris

C’était plus qu’une comète
Son aveugle voyante et sa vue dépassée
Souvent très seul, il savait qu’un beau jour l’éternité serait illuminée
Et se laissa guider par l’âme de la plume du poète

Le désir est un manque que rien ne peut combler
Faut-il rouvrir ce cœur, ce tombeau mal fermé ?
Ainsi l’inconnu l’invite et le tente
Désireux d’apercevoir ce visage en attente

Une nuit des plus sombres, il voyait briller au-dessus de la mer
Une beauté s’animait non imaginaire
Il n’a plus eu que sa présence idéale
Et savait qu’avec elle, il retrouverait foi en l’art de l’amour et l’être humain, il l’appela : Ophéboréale

Stage de sculpture sur bois chez Art Mature, le dimanche 9 mai 2021 à Bagneux

Séjour Passion: Sculpture sur bois. Centre de Vacances CCAS à Serbonnes. France. 89140. Février 2018.

Entrez dans la troisième dimension !
Que vous soyez débutants ou confirmés en sculpture sur bois, Art Mature vous propose de passer ensemble une journée à tailler cette matière.
Pas de pièce imposée afin que chacun s’exprime de manière personnelle et artistique, en toute liberté.
Le programme se déroule selon vos envies : compréhension de la matière, dégrossissage, mise en forme des volumes, manipulation des outils, affûtage manuel, finition…
Nous avons du bois et quelques outils mais si vous avez une pièce en cours et votre matériel, n’hésitez pas à les apporter !
Ce stage est animé par Cécile Devezeaux de Lavergne qui a appris à utiliser les outils manuels à la prestigieuse Ecole Boulle à Paris et a suivi un enseignement de taille directe sur bois aux Beaux-Arts de la Ville de Paris.
Le stage se déroule le dimanche 9 mai 2021 de 9h30 à 17h00 chez Art Mature, 65 rue Alphonse Pluchet à Bagneux.

Le tarif est de 50€. Le nombre maximum de participants est limité 9.

Le stage se déroulera dans le respect des contraintes sanitaires : port du masque, gel hydroalcoolique, gestes barrières

Contact :
contact@artmature-bagneux.fr
06.46.38.42.45
http://artmature-bagneux.fr