Grande Brocante : reportée au dimanche 17 octobre

En raison des prévisions météorologiques, la grande brocante est reportée au dimanche 17 octobre. L’organisateur contactera les participants.Merci de votre compréhension.

Rendez-vous dimanche 17 octobre 2021 pour la grande brocante annuelle.

L’occasion de flâner, chiner et peut-être dénicher la bonne affaire !

La brocante se déroulera à divers endroits de la ville :

  • Rue Boucicaut (de l’ave Marx Dormoy au carrefour de la Cavée)
  • Place du Général de Gaulle (y compris esplanade Laboissière et rue de Verdun)
  • Place de l’Eglise
  • Rue Antoine Petit
  • Rue Laboissière
  • Rue Georges Bronne
  • Avenue Jeanne et Maurice Dolivet (sur 30 mètres)
  • Place de la Cavée

Plus d’infos au 01 60 49 28 29 – Port du masque obligatoire

Petite analyse de la population de Fontenay-aux-Roses (19 ème document) : La Ville et le développement de son commerce

Utilisation de l’argent liquide ou numérique

La disparition du bureau de Poste et d’une agence bancaire ou d’un DAB (Distributeur Automatique de Billets) aux Blagis a donné lieu à de multiples larmes de crocodile devant lesquelles nous nous inclinons avec respect devant l’art des comédiens.

L’implantation d’agences bancaires ou postales, de commerces, … résulte de choix rationnels des organismes concernés et non d’une réponse à des voeux pieux.

Avant d’essayer d’analyser la situation du commerce à Fontenay, résumons le problème, aux Blagis, de la poste et de la banque :

  • L’agence postale : vivait auparavant du maniement d’argent liquide avec remise aux habitants de billets de banque venant en conséquence de leur salaire ou retraite et leur permettant d’acheter à leur convenance. Aujourd’hui, la quasi-totalité des gens payent avec un moyen électronique et le solde des flux en « liquide » est devenu marginal ou, pour le moins, insuffisant.
  • L’autre rôle de cette agence postale était le dépôt ou le retrait du courrier : la multiplication des mails et l’économie en timbres dont chacun profite en conséquence, est difficilement compatible avec ce maintien.
  • Le rôle local de l’agence LCL resterait aussi à repenser face à l’évolution déjà mentionnée pour la Poste (monnaie électronique, communication par mail, …).
  • Le COVID n’a fait qu’accélérer cette évolution tant pour la Poste que pour les banques : achat par mail, paiement par carte sans contact.
  • L’appauvrissement constaté de la population fontenaisienne ne peut que compliquer la situation.
  • Il faut prendre en compte l’aspect social et la demande de la partie de la population qui, pour une raison ou une autre, a du mal à suivre l’évolution mais personne ne remontera le courant de l’évolution. Il faut cependant atténuer les problèmes dans l’évolution.

Certains pourraient contester cette approche « économique » ou « moderniste » mais les faits matériels ne peuvent s’occulter : rappelons que LCL est le nouveau nom du Crédit-Lyonnais depuis 1999, banque qui, du temps où l’idéologie de certains primait sur le réel, a conduit à une cessation de paiement de fait et à une revente en urgence de cette banque au Crédit-Agricole pour sauvetage ; Rappelons que le CL se situait dans les premières institutions en France au niveau de BNP, SG, CL, Crédit-Agricole, Banques Populaires, …

Un des responsables de la banque du Crédit-Lyonnais a dit, devant le Tribunal, parlant de l’état-major, qu’il y avait « une forme d’état d’esprit qui consistait à imaginer la réalité telle qu’il se la représentait et un désir de se la présenter sous un jour favorable ».

On voit, en ce dossier, la conséquence de choix totalement irrationnels, relevant du rêve plutôt que de la réalité, plus idéologiques que réfléchis.

En synthèse sur ce premier point, pour étudier le commerce à Fontenay, nous proposerons une approche humaine mais aussi réelle, matérielle et concrète de la situation locale. Prenons en compte, par exemple, que toutes les banques ferment une part importante de leurs agences et que, devant le développement du courrier électronique, la Poste doit repenser son métier.

Pour information, le rédacteur de la présente serait pour la disparition totale de la monnaie, pour paiement que par carte avec ou sans contact … de manière à interdire toute transaction douteuse dont drogues et prostitution…  Avec le COVID, nous nous rapprochons progressivement de cette situation. Fin 2019, la France métropolitaine comptait 50 316 DAB et ce nombre a reculé de 4,1% en 2019 (source : Banque de France).

Assumons les conséquences négatives pour certains foyers modestes de cet éventuel retrait des liquidités :

  • L’utilisation de la carte bancaire n’est pas possible chez certains commerçants, en particulier chez beaucoup de commerçants du marché du fait du cout du lecteur de la carte et même avec le COVID, il faut un minimum d’achat de 10 € ou plus.
  • L’utilisation de la carte bancaire pour prendre de l’argent liquide coute plus cher si on retire son argent dans un distributeur ne relevant pas de sa banque, en particulier pour les clients de la Banque Postale
  • L’utilisation de la carte bancaire pose parfois problème dans les liaisons avec les serveurs des banques, et aussi lors de paiement sans contact
  • L’utilisation du liquide permet (éventuellement) de ne pas faire payer la TVA
  • ….

En clair, ne nous trompons pas de combat ; dans les années 50-60, les salaires et les allocations familiales étaient payés en liquide mais, heureusement, cette approche a disparu et, malgré ce, salaires et allocations sont bien payés et les achats s’effectuent. Les liquidités ne constituent plus une nécessité !

Monsieur Candide : que dire, dans ce cadre, du commerce à Fontenay ?

D’abord, bonjour aux commerçants et à leur association :

Quelques points importants :

  • La Ville connait un dénivelé de plus de 100 mètres, quasiment tout le territoire étant en pente, ce qui complique les problèmes de déplacement, à pied, voiture ou vélo, particulièrement pour les seniors, femmes enceintes et personnes à mobilité réduite.
  • A Fontenay, le développement commercial, comme tout ce qui concerne l’économie, est resté ignoré pendant des décennies, l’équipe municipale aux affaires jusqu’en 2014 ne s’y étant pas intéressée. Aucune politique réellement annoncée et, a fortiori, aucune mise en place.

L’approche, selon l’INSEE, n’a changé qu’en 2014-15 :

  • La « rénovation », en 2011, du marché aux comestibles est, sur ce point, significative : petit, de qualité médiocre, fenêtres vers l’Est laissant le soleil levant arroser de ses dards les étals du charcutier, du poissonnier ou du crémier demandant de la fraicheur, … Chacun pourra comparer avec d’autres …

Un article publié par les Nouvelles de Fontenay est, sur ce point, significatif ( 20 novembre 2012 ).

  • Plus structurellement, d’un point de vue géographique, la Ville ne se situe pas sur des axes de circulation importants permettant le passage d’une population en transit susceptible de s’arrêter pour procéder localement à des achats venant en sus de ceux des Fontenaisiens.
  • Le niveau de vie, à Fontenay, baisse depuis plusieurs années.

Ce tableau (source INSEE) montre clairement que Fontenay décroit d’un indice 100 à 99.3 quand TOUTES les autres villes connaissent un enrichissement de leur population (cette baisse certaine est minorée du fait de l’inflation. La baisse réelle s’établit à 5% environ).

La situation actuelle de la Ville, en ce qui concerne son commerce, peut se résumer ainsi :

  • Une concentration certaine de commerces en centre-ville, sur la rue Boucicaut avec quelques débordements sur la rue Dolivet
  • Cette situation se caractérise par le développement récent d’un certain nombre de commerces de qualité en centre-ville, développement favorisé par l’arrivée de clientèles plus aisées. (Voir notre document N° 10 ).
  • Une disparition de la très grande partie des commerces dans les quartiers et des boutiques dites « en pied d’immeubles » dans les secteurs d’habitation autres que centre-ville.
  • Une arrivée de locataires en logements sociaux choisis par le Préfet, locataires à pouvoir d’achat faible et donc peu présents dans les boutiques (voir plusieurs de nos articles sur la sociologie de la Ville, document  N° 12 et autres montrant que le Préfet affecte 80% des logements, directement ou indirectement par contrainte relative aux DALO)

C’est dans ce cadre général de l’évolution sociale et commerciale de Fontenay qu’il faut analyser la situation de chaque secteur géographique de la Ville et essayer de définir un plan de développement : Nous précisons, ci-après, notre propre analyse et non la position officielle de l’équipe municipale (dont nous ne faisons pas partie).

Quartier Scarron :

Une grande partie des commerces en pied d’immeubles ont disparu, certains depuis des années (fruitiers, librairie-journaux, …). Cette disparition s’explique : lors de la construction, dans les années 1960, beaucoup de couples n’avaient pas de voitures, madame ne travaillait pas, le nombre de supermarchés et autres grandes surfaces était limité … et la famille achetait donc quasi-tout quotidiennement en pied d’immeubles.

Depuis, évolution : la femme travaille, le nombre de voitures s’est largement développé, … et les habitants, majoritairement, effectuent leurs achats le week-end plus loin, en grande partie au supermarché ou au marché … et les boutiques en pied d’immeuble ne servent souvent plus que de « dépannage » pour une part importante de la population (exception : les seniors qui achètent souvent localement et pour qui les boutiques constituent un … parloir et lieu de rencontre).

Coquilles vides : la municipalité a réutilisé une partie des lieux inoccupés en favorisant l’arrivée d’un cabinet médical et d’un dépôt-vente de vêtements (Croix-Rouge).

L’évolution récente des achats par internet et l’impact du COVID sur les processus commerciaux ne font qu’intensifier cette évolution se faisant au détriment de ces commerces en pied d’immeubles.

Le statut des boutiques de Scarron ne facilite pas les problèmes : les murs appartiennent, pour la plupart, au bailleur social Toit-et-Joie dans le cadre d’une copropriété privée où ledit bailleur est minoritaire, les autres membres de ladite copropriété étant les propriétaires des appartements situés au-dessus des boutiques.  Les « fonds de commerce » (entité juridique pour l’exploitation regroupant droit-au-bail, nom, clientèle et stocks) appartiennent aux commerçants qui, généralement, sont donc locataires, pour les murs, de Toit-et-Joie.

La propriété des axes de circulation piétons se partage en trois sous-ensembles distincts mais imbriqués, selon un schéma surprenant, entre (1) la copropriété privée, (2) le bailleur Toit-et-Joie au titre des logements sociaux voisins et (3) la Ville. En clair, disons avec humour, que pour balayer le sol, il faut trois balais différents.

Les règles de circulation automobile ne facilitent pas le commerce car Scarron est, du fait des déclivités, une zone d’accès non aisé ; rien n’y a été organisé pour permettre une venue facile et un arrêt « minute » rapide pour des clients venant spécifiquement d’ailleurs (chez le pharmacien éventuellement de garde, par exemple).

Déménager tous ces commerces rue Marx-Dormoy pourrait constituer une solution à étudier : ces boutiques pourraient alors desservir conjointement les clientèles de Scarron et des Sorrières ainsi que la clientèle de passage (voir ci-après).

La situation deviendrait éventuellement problématique pour les seniors des immeubles car aller faire ses achats sur la rue Marx-Dormoy demande de monter la pente (15 mètres environ de dénivelé ) qui sépare la dalle de Scarron de la rue. Problème pour les gens âgés.

Quartier Blagis :

Même évolution qu’à Scarron et, côté Paradis, à Fontenay, il ne reste plus qu’un salon de coiffure qui va fermer et partir pour Bourg-La-Reine.

L’agence postale, l’agence bancaire s’inscrivent dans ce processus de diminution de l’activité commerciale locale, les commerces restant se situant tous à Sceaux, de l’autre côté de l’avenue jean Perrin.

La reconstruction du quartier et l’arrivée de 600 logements privés, un dessin nouveau des axes de circulation, une ouverture plus grande du quartier à son environnement pourraient faciliter l’implantation et le démarrage de commerces nouveaux, principalement sur l’avenue de manière à profiter du flux de voitures se dirigeant vers Bourg-La-Reine ou Le-Plessis. La solution est là et non dans des vœux pieux !

Quartier Centre-Ville :

Comme nous l’avons indiqué, de nouvelles boutiques dans le domaine alimentaire et une librairie se sont installées mais il subsiste peut-être un nombre (trop) élevé de boutiques d’optique, d’agences immobilières, de coiffeurs ou d’agences bancaires, de garage automobiles ….

Il n’y a plus maintenant de magasin de vêtements, de chaussures, de quincaillerie, de bricolage, de papeterie, …

Pour l’alimentation, le marché joue un rôle essentiel.

Il existe une charte municipale relative au commerce mais ce document est plus un catalogue d’impératifs sur la forme, les couleurs, les matériaux à retenir par les commerces dans leur aménagement et dans l’utilisation éventuelle et contrôlée du domaine public qu’une aide au développement des chiffres d’affaires. N’a pas le sens commercial qui veut !

Zone d’application de la charte :

Notons que, à l’extrémité de cette zone, les boutiques disponibles sous l’immeuble neuf à l’angle Boucicaut/Blanchard ne semblent toujours pas trouver preneurs.

Toujours en centre-ville, le mail Boucicaut qui se caractérise par des commerces de qualité, connait également des locaux commerciaux assez vétustes et certains devraient disparaître :

Monsieur Candide : De manière générale, que faut-il faire pour relancer le commerce à Fontenay ?

Il faut d’abord en avoir la volonté puis prendre en compte le diagnostic et agir en développant une stratégie.

Le regretté Christian Bigret, premier adjoint en charge du commerce de l’élection de 2014 à son décès, s’était fait aider par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris (CCIP). Les spécialistes mandatés avaient constaté une « fuite d’opportunités », une part importante des Fontenaisiens ne faisant pas leurs achats à Fontenay. D’où perte de chiffre d’affaires pour les commerces locaux.

La Ville a mis en place les outils juridiques nécessaires (achat par une société d’aménagement dépendant du Territoire Vallée-Sud-Grand-Paris VSGP, …) qui lui permettent progressivement de prendre le contrôle des boutiques dont elle pense devoir acquérir les murs pour, ensuite, pouvoir louer à des locataires développant des activités commerciales souhaitées.

Les clients locaux :

Pour que le commerce fonctionne, il faut :

  • Retenir les clients actuels par l’opportunité de l’offre, la facilité d’accès par TOUT moyen de transport (1 kilomètre, voire 500 mètres, constituent, pour certains, un obstacle important).
  • Augmenter le nombre des clients disposant d’un potentiel d’achat.

Le développement de plusieurs immeubles en accession à la propriété devrait (1) augmenter le nombre de clients potentiels et (2) accroitre la capacité moyenne d’achat.

Les clients de passage :

La Ville n’a jamais eu de stratégie pour capter la clientèle de passage, c’est-à-dire la clientèle potentielle qui traverse la Ville et qui pourrait s’y arrêter pour acheter sous la condition que le stationnement ponctuel soit possible, le temps d’acheter. Sur ce point, le développement d’arrêt gratuit pour 20-30 minutes avec bornes de contrôle a eu un aspect très positif.

La construction des immeubles sur le plateau du Panorama, à Clamart, crée une opportunité car leurs habitants, Clamartois, seront plus proches, géographiquement, du centre de Fontenay que de celui de Clamart. Encore faudrait-il adapter les moyens de la Ville à ces potentiels nouveaux clients (aucune interrogation sur ce point lors des « discussions » sur les places de parking de la place de la Cavée ).

Monsieur Candide : Le commerce à Fontenay a-t-il vocation à ne subsister qu’en centre-ville ?

Très bonne question !

Il y a deux aspects à prendre en compte :

  • La présence de boutiques en pied d’immeuble n’est plus à l’ordre du jour
  • Le vieillissement de la population conduit à devoir mettre les seniors en possibilité de faire leurs achats dans un cadre simple et aisé pour des gens connaissant souvent des problèmes de locomotion.

Pour ne prendre qu’un exemple, on pensera au senior qui, de son domicile de la rue de Bellevue, doit descendre à pied la rue Jean-Lavaud puis remonter Ledru-Rollin pour arriver place de la Cavée et y trouver les premiers commerces. Il remontera toujours à pied avec le poids des achats en sus.

Il n’est pas certain que le vélo soit la solution avec un ou plusieurs sacs …

En ce sens, la déclivité de Fontenay accentue fortement les problèmes.

Deux grandes zones d’habitation ne connaissent aucun commerce.

Sur ce point, il est significatif que l’axe « rue-Marx-Dormoy / avenue Lombart » constitue un axe intéressant et complémentaire aux implantations commerciales de centre-ville :

  • Il s’agit d’un axe intercommunal permettant de venir de Montrouge à Sceaux via Bagneux et Fontenay.

  • Il s’agit du seul axe, en dehors du centre-ville, connaissant déjà des commerces avec un certain succès depuis plusieurs années, tant rue Marx-Dormoy entre Scarron et Sorrières que, avenue Lombart, en face de la sortie du RER.

La construction Nexity rue Marx-Dormoy, à l’angle de la rue du Moulin Blanchard, et l’immeuble en accession à la propriété  « Toit et Joie », toujours rue Marx-Dormoy, face à la rue Georges Bailly, devraient augmenter la clientèle locale et favoriser le développement de cet axe commercial restant à intensifier mais la clientèle locale tant actuelle qu’issue des nouvelles constructions devra être augmentée d’une captation de la clientèle de passage ; d’où nécessité de places de stationnement « minute ».

La desserte des lieux isolés ne pose réellement problème que pour les seniors connaissant des problèmes de déplacement.

Sans faire de publicité pour personne, notons qu’il est possible de se faire livrer à domicile par des magasins généralistes :

Il va cependant falloir que les liaisons informatiques commerce-senior restent compréhensibles :

Avec tous mes meilleurs vœux pour les commerçants et l’ensemble des Fontenaisiens.

Jean-Michel Durand

Maire-adjoint Finances et Logements sociaux 2014-2020

Conseil municipal du Jeudi 4 Février 2021: à voir en différé et les principales délibérations votées + réponses aux questions de élus de l’opposition

Source : Page FaceBook de la ville 

Pour suivre en différé le Conseil : https://www.facebook.com/events/422662825683913

Les principales délibérations votées

👉Une démarche de transparence
La ville poursuit sa politique de transparence de la vie municipale à travers la Commission extra-municipale sur l’urbanisme et l’aménagement (CEMUA) créée en 2014 et renouvelée le 4 février 2021 pour ce second mandat. Il s’agit d’un véritable espace d’information et d’échange sur les grands projets de notre ville.
Pour mémoire, la précédente commission avait été notamment consultée sur le plan local d’urbanisme ou encore le réaménagement des places du centre-ville (Place de l’église, Place de Gaulle et Place de la Cavée).
[NDLR] : Cette commission d’était réunie pour la première fois en Mars 2015. Elle avait défini un mode de fonctionnement, avec une fréquence de réunions régulières. Il y a eu ensuite en 2015, des réunions concernant les aménagement des places de Gaulle, La Cavée, Scarron. Ensuite, il n’y a pas eu d’autres réunions, autres que pour présenter le suivi du PLU en Juin 2017 et en Septembre 2019
👉Une offre sociale de proximité !
La ville maintient son niveau de service social et sanitaire et un accompagnement de proximité depuis janvier 2020, grâce à une convention inédite passée avec le département des Hauts-de-Seine.
Permanence du Service des Solidarités Territoriales au CCAS, au CMS et à la maison de quartier :
➡️Aide sociale ou médico-sociale
➡️Protection maternelle infantile
👉Les crèches s’adaptent aux besoins des familles
Le fonctionnement des crèches municipales de la ville s’adapte aux contraintes des familles dans le contexte de crise actuel. Le nouveau règlement permet notamment :
➡️D’accueillir occasionnellement des enfants pour répondre à des besoins ponctuels des familles
➡️De déduire sur la facture mensuelle les jours d’absence lié à la Covid et les congés au réel.
👉Pour le bien-être animal
La municipalité confirme son souci du bien-être animal et refuse d’approuver le rapport annuel de la SCAPA fourrière animale.

Réponses aux questions des élus de l’opposition (voir articles précédents 1/2 et 2 /2)

 La Commission Consultative des Services Publics Locaux (CCSPL) s’est réunie le 28 Janvier 2021 et a étudié les rapports d’activités des Délégations de Service Public, mais pour l’année 2019, ce qui fait que s’est très tard pour pouvoir faire un compte-rendu efficace.
Pour le Marché, la délégation est faite à la société GERAUD qui assure le fermage. Il faudrait refaire un sondage sur l’utilisation du marché, comme cela a été fait en 2011. Il a été proposé par l’opposition d’arrêter la délégation de service public et que ce fermage soit repris par la ville (voir article précédent de Mme Léa-Iris POGGI)

Sur les questions de M. Messier concernant les mesures en faveur d’un plan cyclable, l’élu concerné, Mr Houcini, a répondu que la réponse sera donnée par le Territoire.

Les lieux envisagés pour l’installation de consignes à vélo sécurisées ? -Le calendrier de mise en place de ces infrastructures ? => Sur ce point, pas de réponse.

Sur la question de M. Kathola concernant la sécurisation des traversées piétonnes avenue J. Moulin, le Maire a semblé partager les préoccupations exprimés par notre collègue.

Pour la demande de précision de la part de Léa-Iris POGGI sur l’inauguration des travaux de l’église Saint Pierre Saint Paul lors de l’office religieux du dimanche 24 janvier 2021 => La réponse a été qu’il ne s’agissait pas d’une inauguration.

Fermeture envisagée du bureau de Poste de Sceaux-Blagis : Question de Gilles Mergy

Il a été informé par des représentants syndicaux de la Poste du projet de fermeture de 4 bureaux dans le département des Hauts de Seine dont celui de Sceaux-Blagis.

Même si cette fermeture éventuelle pénaliserait en priorité les habitants de Sceaux, de nombreux Fontenaisiens, notamment ceux qui vivent aux Blagis, y viennent pour effectuer des opérations bancaires et postales.

=> Il a été répondu que l’agence postale du centre commercial Scarron qui fonctionne avec du personnel municipal, sera maintenue. Elle est située pas trop loin du quartier des Blagis

Pour la fermeture du Centre de tri postal de Fontenay qui serait déménagé à Bagneux, le Maire a répondu que comme auparavant, il défendrait le centre de Fontenay

Le marché de Fontenay-aux-Roses : une gestion à reprendre par la commune

Notre marché est un lieu où l’on se rencontre, où l’on vit, on l’on partage des moments conviviaux. Les commerçants, les clients habituels ou occasionnels doivent y passer un bon moment.

En ces temps où la convivialité et les échanges humains se font rares, le marché devient le lieu de la rencontre par excellence.

C’est pourquoi, nous devons protéger et amplifier les deux volets composant le « marché » :

1/ le volet économique : la bonne santé financière des commerçants doit être favorisée en  promouvant les circuits courts quand cela est possible et des prix accessibles à tous les fontenaisiens ;

2/ le volet convivial : la convivialité et la rencontre favorisent le bien-vivre ensemble dans notre commune et permettent l’échange et l’entraide.

C’est aujourd’hui une société, la société GERAUD, qui est concessionnaire du marché. Cela signifie que cette société se rémunère sur les recettes et qu’en contrepartie de ce prix, elle fournit des services.

Quels services ?

1/ la gestion des 3 comptes du marché sur les réseaux sociaux qui peinent à avoir un véritable intérêt. C’est donc les comptes des élus (majorité et opposition) et les comptes de la ville qui font le véritable travail de communication ;

2/ une participation à une opération nationale « J’aime mon marché » inconnue des clients et à une opération internationale « Love your local market », ça nous fait une belle jambe…

3/ la facturation des places aux 30 commerçants abonnés (que nous retrouvons toutes les semaines) et 11 commerçants casuels (occasionnels) présents essentiellement les samedis et la perception de taxe d’enlèvement des cageots ;

4/ le petit entretien locatif : et c’est là que le bât blesse. Posez la question à vos commerçants habituels, le service est catastrophique. Il est nécessaire d’attendre plusieurs semaines ou la saint glin-glin pour qu’une petite réparation soit effectuée (porte qui ne ferme plus, siphons bouchés, robinet du lavabo réparé, etc) ;

5/ un responsable d’exploitation inconnu. On observera tout de même que dans le rapport d’activité de la société GERAUD, le 1er matériel mis à disposition de la commune n’est autre que la voiture de fonction du responsable d’exploitation. Aucun intérêt donc pour notre commune ou pour les commerçants.

Force est de constater que la gestion via une concession présente de très importantes lacunes. Cette gestion inefficace conduit à plusieurs problèmes qui mettent en difficulté notre marché :

1/ Des séances déséquilibrées : C’est le samedi que les commerçants font leur chiffre d’affaires le plus important. Les mardis et jeudi sont désertés par la plupart du fait de l’absence de clientèle et pourtant ils payent quand même leur place…

On se demande donc ce que fait la société concessionnaire pour lutter contre ce déséquilibre qui met en péril la pérennité du marché les mardis et jeudis et nuit à la bonne réputation de notre localité : un marché qui dépérit, c’est une ville qui dépérit.

2/ un marché déficitaire en 2019 alors même que les recettes sont en hausse.

En effet, en 2019, les recettes sont de 177.497,90 euros contre 177.106,08 euros en 2018. Les dépenses sont de 194.279,58 euros en 2019 contre 172.525,66 euros en 2018.

Le marché est donc déficitaire de 16.781,68 euros en 2019. Cela traduit un déséquilibre qui n’a pas été vraiment expliqué.

3/ des marchés du monde et thématiques très peu qualitatifs qui sont désertés par les fontenaisiens.

4/ une absence de proposition de mise à jour du règlement intérieur du marché (date de 2010) qui n’est plus à jour de certaines évolutions législatives.

5/ une absence de communication efficace.

Malheureusement le rapport d’activité de 2019 ne permet pas de connaître la rémunération de la société GERAUD ce qui aurait été utile pour mettre en balance le service rendu et sa rémunération.

L’ensemble des éléments évoqués ci-dessus me font penser que la concession à la société GERAUD est inutile, coûteuse et n’apporte aucune plus-value à notre marché, bien au contraire.

Dès lors, il serait à propos de résilier dès que possible cette  convention (sans faute de notre part bien évidemment), de ne pas la renouveler et en remplacement, recruter un employé municipal pour s’occuper du marché. Cela sera vraisemblablement plus utile pour l’intérêt de notre commune qu’un  prestataire dont l’activité vise à générer du profit avant tout pour lui-même et qui n’a pas démontré en 2019 son utilité.

Léa-Iris POGGI, Conseillère municipale d’opposition

Déconfinement à Fontenay aux Roses : nouvelles au 13 Mai 2020

Lettre du Maire, Laurent Vastel aux Fontenaisiens – 11 mai 2020 

Point sur les conseillers municipaux atteints du Coronavirus

Notre équipe n’a pas été épargnée avec plus de dix personnes et/ou leurs proches touchées de façon certaine, contaminées lors de la dernière semaine de campagne. Roger Lhoste, premier adjoint a passé trois semaines en réanimation et vient il y a quelques jours de rentrer à son domicile, avec une longue rééducation à venir. Les autres ont eu plus de chance, faisant des formes grippales souvent violentes mais sans complication grave et j’ai, comme vous le savez été hospitalisé 10 jours à l’hôpital Percy pour une complication respiratoire sévère.

Le marché de Fontenay

Le marché de Fontenay-aux-Roses a ouvert depuis le mardi 12 mai pour les trois séances hebdomadaires (mardi, jeudi et samedi) 

Toutes les mesures sanitaires sont prises pour une réouverture en toute sécurité :

✅ filtrage à l’entrée par un vigile pour limiter le nombre de clients
✅ consignes de circulation
✅ marquage des files d’attente
✅ port du masque obligatoire pour les commerçants et les clients
✅ lavage des mains au gel hydroalcoolique à l’entrée de la halle
✅ affichage des gestes barrières
✅ distance minimale entre chaque étal
✅ distanciation sociale

Les commerçants recevront des consignes claires concernant le respect des mesures sanitaires qu’ils devront appliquer (obligation de pose de film plastique pour ceux qui n’ont pas de vitrines, port de masques et gants, nettoyage des TPE entre chaque clients, changement de gants après manipulation de monnaie).

Pour le samedi : 

Concernant la halle couverte, où les abonnés sont installés, un filtrage des entrées est prévu, il sera assuré par un vigile. Il vise à faire respecter la règle des 4m2 par client (soit vu la surface de la halle qui est de 550 m2, un nombre maximum de 135 clients admissibles).

La gestion des flux sera organisée à travers une entrée et sortie unique avec des consignes de circulation visant à limiter au maximum les contacts , un marquage des files d’attente sera réalisé.

Concernant l’organisation des volants situés à l’extérieur de la halle, deux principes seront respectés : distance d’un mètre avec leur clientèle (marquée par de la rubalise ou au sol) ; distance de deux mètres avec leurs voisins commerçants : le métrage total disponible pour les casuels sera diminué mais il existera une distance minimale entre chaque étal. Les étals fonctionnant en libre-service (friperies , bazars,..) seront interdits.

 Coulée verte

Le Maire a demandé au Préfet la réouverture de la Coulée verte pour permettre la circulation des vélos et notamment rejoindre la voix cycle provisoire installée par le Département, sur la RD906 qui conduit jusqu’à la porte de Châtillon.

Les équipements sportifs

Les équipements sportifs rouvriront dans un deuxième temps selon les instructions du Premier ministre. Certains sports individuels de plein air rouvriront dans une première phase, dans quelques jours. Nous travaillons avec les clubs pour déterminer pour chaque sport les conditions de reprise. Un Facebook Live sur le thème de la reprise sportive après l’épidémie sera organisé en fin de mois.

Une réflexion est engagée pour les activités du CCJL, pour les équipements transférés au territoire VSGP, au premier rang desquels le conservatoire de musique et de danse et la médiathèque.

Médiathèque de Fontenay-aux-Roses

Réouverture partielle de nos services dès le mardi 19 mai avec les mesures sanitaires de rigueur.

Tous vos prêts sont prolongés jusqu’au samedi 02/06/20 inclus.
Les nouvelles consignes de confinement nous contraignent à fermer la boîte de retour.
Vous gardez les documents jusque la réouverture. Aucune pénalité ne sera appliquée.

Mail à mediathequefontenay@valleesud.fr et par téléphone au 01-86-63-13-10.

Plus d’infos sur : https://www.fontenay-aux-roses.fr/

https://www.facebook.com/Fontenay.aux.Roses/

https://www.fontenay-aux-roses.fr/flashinfocoronavirus

Déconfinement à Fontenay aux Roses : nouvelles au 11 Mai 2020

Fontenay Mag du 7 Mai : Feuilleter ou télécharger : https://www.fontenay-aux-roses.fr/fileadmin/fontenay/MEDIA/kiosque/Fontenay_Magazine/Info_COVID_N__2_7_mai.pdf

Les masques

Quand les masques sont-ils distribués ?

Une distribution de deux masques dans chaque boîte aux lettres se déroulera du 7 au 9 mai.

Mise à jour du 10 mai : la distribution des masques n’ayant pu être terminée le 9 mai, elle sera complétée le lundi 11 mai.

Afin de compléter les besoins en masques de votre foyer, vous pouvez vous inscrire sur la plateforme numérique et bénéficier d’une distribution près de chez vous sur rendez-vous.

Comment s’inscrire pour compléter les besoins en masques du foyer ?

Il suffit de se connecter sur la PLATEFORME NUMERIQUE D’INSCRIPTION et remplir le formulaire de demande. Vous recevrez ensuite un mail vous invitant à choisir votre point de distribution et un créneau horaire pour venir les récupérer.

Les créneaux pour la distribution complémentaire seront disponibles à partir du 8 mai.

Si besoin, vous pouvez contacter l’accueil de la mairie au 01 41 13 20 00 à partir du lundi 11 mai.

Comment se déroulera la distribution ?

Une personne par foyer pourra récupérer les masques pour toutes les personnes du foyer afin de limiter l’affluence pour des mesures de sécurité. Il sera possible d’établir des procurations pour les personnes fragiles ou dépendantes. Celles-ci devront s’inscrire sur la plateforme. Leur représentant présentera l’invitation numérique ou papier, la pièce justificative et une pièce d’identité pour pouvoir récupérer le ou les masques commandé(s).

Pour respecter les gestes barrières, les distributions s’effectueront par créneaux de  5 à 10 minutes afin de limiter les regroupements de personnes dans un même lieu et respecter la distanciation sociale de rigueur. Les jours, heures et lieux seront indiqués lors de la réservation.

Les masques seront-ils réutilisables ?

Les masques distribués sont des masques en tissu, conformes aux normes officielles (certifiés DGA), lavables 10 fois, provenant de fournisseurs français.

Gel hydroalcoolique

40 distributeurs de gel hydroalcoolique installés en ville et dans les équipements publics d’ici le 25 mai

Les écoles

Le retour à l’école se fera de manière progressive à compter du jeudi 14 mai. Sont concernés les grandes sections de maternelle, accueillies par groupes de 10 élèves maximum, et les classes de CP et CM2, par groupe de 15 élèves.

La reprise de tous les niveaux est prévue lundi 25 mai.

L’organisation du temps scolaire, définie par chaque directeur d’école en lien avec la Ville et l’Inspection académique, a été précisée aux familles en amont.

Le fonctionnement des temps scolaires, périscolaires et de restauration respectera les consignes du Protocole sanitaire de l’Éducation nationale (distanciation, lavage des mains régulier, désinfection des locaux, etc.) avec des aménagements d’accès et de circulation dans chaque établissement.

Pour plus d’informations, on peut revoir le “Facebook live” consacré à la réouverture des écoles le 14 mai.
Le Maire Laurent Vastel était en direct samedi 9 mai à 11h sur la page Facebook pour répondre aux questions des parents d’élèves. Il était accompagné de Dominique Lafon, Maire adjoint à l’Enfance, et de l’Inspectrice de l’Education nationale :

https://www.facebook.com/Fontenay.aux.Roses/videos/2662892714032613/

La réunion commence au bout de 14 minutes et dure environ 1 heure.

Les crèches

À compter du 11 mai, les crèches de la ville réouvrent avec des mesures sanitaires renforcées et des effectifs restreints dans un premier temps (40 puis 56 berceaux).

Le service Petite enfance a préparé cette reprise en consultant les parents et en s’inspirant de l’accueil des enfants du personnel soignant assuré pendant le confinement.

Commerces

À compter du 11 mai, les commerces « non-essentiels » comme les coiffeurs ou la librairie vont pouvoir rouvrir leurs portes.

Certains, comme les bars, cafés et restaurants, devront encore rester fermés au moins jusqu’à début juin.

Le marché rouvre à partir du mardi 12 mai.

Les règles sanitaires et de distanciation sociale vont perdurer, ainsi que la limitation du nombre de clients dans les enseignes fontenaisiennes et au marché

Le port du masque sera également recommandé.

Accueil Mairie

À partir du 11 mai, ouvert le lundi de 8h30 à 12h et du mardi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h (service Population sur rendez-vous uniquement). Tél. 01 41 13 20 00 (standard)

Centre municipal de santé

Ses horaires évoluent à partir du 11 mai : du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 18h (17h le vendredi) avec des consultations sur site et d’autres toujours proposées par téléphone, sur rendez-vous (tél. 01 46 61 12 86 ou www.doctolib.fr).

La Poste

La Poste est réouverte au horaires habituels et la distribution du courrier également. L’agence postale communale Scarron est réouverte

CCAS

Le CCAS a maintenu ses services : portage de repas, transports de personnes à mobilité réduite, aides à domicile, appels aux personnes isolées, distribution d’une lettre d’information et de muguet aux seniors, livraisons de courses et de médicaments aux plus fragiles avec l’unité locale de la Croix-Rouge Française,

Service Logement

Le service Logement est ouvert le mardi de 13h30 à 17h, le mercredi de 13h30 à 17h et le jeudi de 9h à 12h sur rendez-vous. Contact : 01 41 13 20 89 ou logement@fontenay-aux-roses.fr

Culture

Le Théâtre des Sources, le cinéma Le Scarron ou encore les équipements sportifs couverts (gymnases, piscine…) restent fermés pour le moment.

Les élèves du conservatoire de musique et de danse ont bénéficié du télé-enseignement qui va encore perdurer.

La médiathèque poursuivra son activité avec un service « drive » dans un premier temps.

Le CCJL propose plusieurs cours à distance

Sport

Les locaux sportifs et salles municipales sont fermés jusqu’à nouvel ordre

Maison de quartier des Blagis

La Maison de Quartier réouvre au mois de Mai mais pas pour les activités sportives et culturelles.

Manifestations

Fontenay Musique Festival qui devait se tenir en mai, la Fête de la Ville et celle de la musique en juin ou encore la Fête nationale en juillet ont dû être annulés, tout comme les commémorations, expositions, stages, spectacles, ateliers, concerts et autres fêtes de fin d’année scolaire.

Plus d’infos sur : https://www.fontenay-aux-roses.fr/

https://www.facebook.com/Fontenay.aux.Roses/

https://www.fontenay-aux-roses.fr/flashinfocoronavirus

Déconfinement : A partir du lundi 11 mai, tous les commerces Fontenaisiens rouvrent, sauf les restaurants, bars et cafés. Le marché rouvre à partir du mardi 12 mai.

A partir du lundi 11 mai, tous les commerces Fontenaisiens rouvrent, sauf les restaurants, bars et cafés.

La liste des commerces fontenaisiens ouverts et des services de livraison au 4 mai

Le marché rouvre à partir du mardi 12 mai. 

NDLR : nous ne savons pas quelles sont les mesures qui seront prises et si le marché extérieur fonctionnera le samedi.

Propositions de la liste « Un temps d’avance pour Fontenay » pour le déconfinement

Mesures générales de déconfinement

Le plan  local  de  déconfinement  ne  peut  s’intégrer  que  dans  le  cadre  des  décisions  nationales, qui peuvent évoluer en permanence, et aussi en fonction de l’évolution sanitaire locale; les Hauts-de-Seine sont en zone Rouge et feront partie sans doute des départements les plus durablement affectés par la pandémie.

Masques

Actions de la ville :

Afin de protéger les habitants de Vallée Sud – Grand Paris, dans la perspective du déconfinement, le Territoire a commandé 2 millions de masques.

La ville de Fontenay-aux-Roses a alors décidé d’assurer une distribution de masques via deux canaux :

  • Distribution par la voie postale de deux masques par foyer (à la demande de l’opposition puisqu’ initialement un seul masque devait être envoyé) sous réserve du nombre reçu ;
  • Adhésion à la plateforme commune de distribution mise en place par Vallée Sud – Grand Paris pour permettre aux Fontenaisiens de réserver en ligne le nombre de masques correspondant à la composition de leur foyer (pièce d’identité et justificatif de domicile) avec fixation d’un rendez-vous pour aller les récupérer

Notre proposition :

  • Nécessité de compléter cette réservation en ligne par un dispositif téléphonique pour les personnes ne disposant pas d’ordinateur.

A noter que ces initiatives perdront partiellement de leurs sens si la vente en pharmacie et grande surface permet de parer aux besoins, sauf pour les personnes en difficulté.

Gel hydro-alcoolique

Le savon est plus performant et moins polluant que le gel, en revanche les modalités de distribution (point d’eau) sont complexes à mettre en œuvre dans l’espace public.

Nos propositions :

Dès le 28 avril, notre équipe a proposé que des bornes de gel hydro-alcoolique soient mises en place aux entrées de tous les lieux publics (mairie, écoles, médiathèque,…), de la gare RER et des principaux espaces commerciaux (comme l’ont déjà fait Franprix et Carrefour). Il conviendra de prévoir un panneau explicatif de bonne utilisation devant chaque borne. Des solutions sans contact existent désormais sur le marché.

Transports

Les transports en commun surchargés sont un facteur de forte transmission du virus. À la demande du gouvernement, les opérateurs de transport devront faire respecter les mesures de distanciation physique (en plus du port obligatoire du masque). En outre, la RATP ne sera pas en mesure de mettre en place son niveau d’offre habituel, notamment au début de la période de déconfinement.

Nos propositions :

Afin de mieux sécuriser l’utilisation du RER et d’éviter une utilisation accrue des véhicules particuliers, nous proposons de :

  • Limiter l’utilisation de l’ascenseur de la gare RER à une seule personne ;
  • Eviter les croisements entre les utilisateurs en fixant un sens unique de circulation dans la gare RER ;
  • Renforcer l’offre Velib ;
  • Créer des itinéraires cyclables pour permettre de disposer de grands axes sécurisés pour l’utilisation du vélo en plus de la ré-ouverture de la coulée verte, notamment l’axe sud-nord de la RD63 (avenues Jean Moulin, Antoine Petit et Jeanne et Maurice Dolivet) et la rue Boucicaut. Ces aménagements peuvent être mis en œuvre rapidement avec des infrastructures légères similaires à celles utilisées pour la signalisation des travaux de voirie ;
  • Renforcer le soutien de la ville à l’association « Jeunes dans la Cité » pour lui permettre de développer son atelier de réparation de vélos ;
  • Remettre en service le Petit Fontenaisien en appliquant les mêmes gestes barrières que dans les transports en commun ;
  • Continuer à inciter au télétravail et encourager les horaires de travail décalés en entreprise.

Parcs, squares et jardins – Coulée Verte

L’ouverture progressive des parcs n’est pas envisagée à court terme au niveau national, donc pour Fontenay-aux-Roses qui est actuellement en zone rouge.

Nos propositions :

Cependant, cette ouverture sera possible à terme et après un bilan écologique et sanitaire, les modalités pourraient être les suivantes notamment pour le Parc Sainte-Barbe :

  • Réserver éventuellement certains horaires à des catégories de personnes : par exemple, le matin pour les personnes âgées, l’après-midi pour les familles avec un nombre maximum d’enfants par parc et une durée maximale ;
  • Présence de gardiens ou, à tout le moins, mise en place de panneaux explicatifs des gestes barrières et de la distanciation physique pour limiter les contacts entre enfants dans les aires de jeux.

En ce qui concerne la coulée verte

Nos propositions :

  • Organiser une concertation avec le Département et les villes traversées pour qu’elle redevienne un lieu de promenade et d’aération et son intégration au réseau régional RER Vélo porté par la Région et les associations de cyclistes ;
  • Autoriser son usage moyennant des aménagements (affichage des gestes et de règles de distanciation, pas de pique-nique ni de pratique collective du sport).

Espace public

Action de la ville :

  • Désinfection du mobilier urbain au centre-ville.

Nos propositions :

  • Après une analyse de son efficacité, élargissement du dispositif de désinfection du mobilier au-delà du seul centre-ville ;
  • Marquage au sol systématique devant les commerces, les écoles, les arrêts de transports en commun et les lieux publics pour marquer la distanciation physique nécessaire
  • Permettre de nouveau le ramassage des encombrants en privilégiant le service «à la demande». La période de confinement a probablement amené les Fontenaisiens à faire du tri et nous présageons une forte quantité d’encombrants qui pourraient être déposés sur la voie publique dans le cas contraire ;
  • Permettre, à moyen terme, la réouverture de la déchetterie mobile.

Affaires sociales, éducation, culture, sport et santé

La crise sanitaire a montré une grande solidarité entre les personnes. De nombreux citoyens se sont en effet mobilisés pour contribuer à cette solidarité et diverses initiatives ont été prises et relayées dans notre lettre hebdomadaire « Restons en contact ».

Cette action participative doit se poursuivre. Il devient nécessaire de la coordonner afin de lui donner la force nécessaire.

Nos propositions :

Le CCAS, pilote de l‘action sociale de la ville, doit fédérer l’ensemble des actions et s’imposer comme  l’interlocuteur unique apte à orienter la personne en demande vers la bonne démarche :

  • Créer un numéro de téléphone unique pour les Fontenaisiens qui souhaitent aider ou être aidés, et communiquer largement ;
  • Envisager un questionnaire pour connaître les besoins des Fontenaisiens et adapter nos réponses.
  • Fédérer, en lien également avec le service de la « Vie associative », l’ensemble des bénévoles souhaitant s’engager dans des actions de solidarité ;
  • Effectuer un suivi et orienter les personnes en fonction des besoins ;
  • Créer une cellule spécifique de veille pour intervenir rapidement, y compris par une aide financière directe, en direction des familles en difficulté et lutter contre les expulsions dans cette période d’instabilité des revenus

Ecole & périscolaire

L’école est un cadre structurant pour l’enseignement et un repère pour  les  enfants  et  nous savons que le confinement peut être particulièrement pesant. Par ailleurs, certaines familles seront immanquablement conduites à reprendre leurs activités dès le 11 mai prochain.

Nos propositions :

Nous pensons qu’au regard des enjeux de santé publique et de la difficulté à faire respecter les gestes barrières, notamment à l’école maternelle, la question de la réouverture des écoles doit faire l’objet d’une analyse préalable approfondie puis devra faire l’objet d’un suivi étroit dans les semaines à venir avec possibilité de retour en arrière si nécessaire.

Nous demandons que ce suivi soit assuré par un comité de pilotage associant tous les élus et les parents d’élèves et co-présidé par le Maire et l’inspectrice de l’éducation nationale, et que ses décisions puissent être prises sur la base de la prise en compte des points suivants :

  • Les conditions sanitaires d’accueil (protocole de nettoyage, matériel à disposition pour respecter les consignes, conditions de respect des règles de distanciation physique, usage de produits ménagers adaptés, savon ou gel hydro-alcoolique pour le nettoyage des mains des enfants, du personnel et d’éventuelles tierces personnes, aération des locaux, intervention de salariés autres dans les enceintes des écoles pour livraison ou maintenance des locaux, mise à disposition    de poubelles spécifiques COVID pour déchets ménagers éventuellement contaminés tels que papier main, gants, masques, etc..) ;
  • Les enjeux éducatifs (conditions d’accueil, rythmes scolaires, scolarisation à distance, objectifs pédagogiques…) ;
  • L’accueil, dans un premier temps, des enfants de personnels soignants, de policiers, de pompiers, d’enseignants, de familles monoparentales, de commerçants, de parents qui travaillent depuis le début du confinement (caissières, éboueurs, conducteurs de bus, télétravail …), des enfants en difficulté, des enfants de parents séparés, des enfants dont les deux parents travaillent ou dont les deux parents sont forcés de travailler en présentiel sur leur lieu de travail
  • La prise en compte, pendant cette phase transitoire et progressive, de la situation des familles qui ne pourront pas mettre leurs enfants à l’école tant pour le maintien du chômage partiel que pour la poursuite de la scolarité à distance
  • Les conditions matérielles de prise en charge des enfants dans les cantines scolaires (fourni- ture de paniers repas ou confection de repas chauds individuels, roulement pour permettre la distanciation physique), et par l’accueil périscolaire (mise à disposition de salles municipales supplémentaires pour permettre la distanciation physique)
  • Les incidences budgétaires à court et moyen terme : nous demandons des engagements financiers supplémentaires pour la période actuelle et pour la rentrée de septembre qui pourrait s’organiser dans des conditions tout aussi tendues.

Enfin, les conséquences du confinement ou des politiques de réduction des dépenses se font déjà sentir.

D’une part, les projets de fermeture de deux classes à la rentrée (école maternelle Scarron et école élémentaire des Renards) doivent être abandonnés.

D’autre part, de nombreux élèves sont actuellement en situation de décrochage scolaire et ont besoin d’un accompagnement et d’une aide accrue dès que possible.

Enfin, il faut renforcer le dispositif et les moyens matériels et financiers des RASED pour accompagner les élèves d’écoles maternelles et élémentaires en difficulté.

Des associations de la ville assurent avec l’aide de bénévoles du soutien scolaire. Il faudra donc que la municipalité puisse :

  • Leur apporter un appui financier et logistique accru, notamment par la mise à disposition de salles en semaine et le week-end, d’outils pédagogiques ;
  • Coordonner, avec les employeurs présents sur la ville, le don d’outils pédagogiques.

Foyers en difficulté économique

Le confinement a entrainé une «double peine» pour nos concitoyens les plus fragiles puisque ceux qui disposent d’un revenu mensuel peu élevé sont aussi ceux avec les emplois les plus précaires. La mise au chômage partiel, l’arrêt de leur contrat d’intérim ou de leur CDD ou la fin d’un travail non déclaré par leur employeur les frappent immédiatement.

Il se traduit aussi, pour ceux ayant des enfants scolarisés, par une augmentation des dépenses notamment alimentaires en raison de la fermeture des cantines scolaires.

Pour une partie de nos concitoyens, les conditions de vie se sont largement dégradées, entraînant des difficultés à répondre aux besoins les plus essentiels : s’alimenter et se loger.

Afin d’apporter des solutions concrètes, les candidats de l’opposition à Fontenay-aux-Roses ont   écrit ensemble des lettres aux bailleurs sociaux pour leur demander un moratoire sur les loyers des personnes en difficulté. Plusieurs bailleurs ont déjà fait savoir qu’ils étaient prêts à étudier sur dossier ces demandes de dispense totale ou partielle des loyers.

Lors du conseil municipal du 23 avril 2020, Mme Françoise ZINGER, conseillère municipale (PCF),   a proposé que soit mise en place la livraison de colis alimentaires par le centre communal d’action sociale (CCAS) pour les familles dont les quotients familiaux sont les plus faibles.

Action de la ville :

En pratique, cette suggestion s’est concrétisée par la distribution de paniers d’une valeur unitaire de 50€ lundi 4 mai à laquelle plusieurs élus de l’opposition ont participé.

Nos propositions :

Il faut mettre en œuvre des solutions plus durables afin de permettre à chacun de s’alimenter correctement :

  • Création d’une subvention « Cantine » : offrir un chèque achats auprès des commerçants de Fontenay et des grandes surfaces (par exemple 100 €) pour les familles dont les enfants vont à la cantine et pour les quotients familiaux les plus bas. Cela les aiderait à compenser le surcoût des repas subi pendant la période de confinement ;
  • Gratuité de la cantine pour les enfants aux quotients familiaux les plus bas lors de la reprise du service de restauration, sur le modèle de ce que fait la ville de Châtillon ;
  • S’assurer que les familles sont équipées d’ordinateur et d’accès Internet.

Personnes isolées, âgées ou à mobilité réduite

Nos propositions :

Faire ses achats de première nécessité est difficile pour les personnes isolées, âgées ou à mobilité réduite. Beaucoup appréhendent de sortir faire leurs courses par crainte pour leur santé.

La municipalité peut proposer un service de courses livrées à domicile pour ce public avec l’aide du CCAS et des associations comme la Croix-Rouge ou la Protection Civile comme dans certaines villes voisines.

Santé

Nos propositions :

Le renforcement de l’offre de santé sur notre ville devient une priorité.

  • Un renforcement du centre municipal de santé Simone Veil devient nécessaire pour répondre aux besoins des Fontenaisiens. Nous avions proposé qu’à l’instar de la ville de Malakoff, il puisse  être ouvert 7 jours sur 7 comme lieu d’accueil de proximité des personnes faiblement atteintes  par le COVID 19. Un accompagnement psychologique renforcé doit également être proposé aux Fontenaisiens isolés ;
  • Promouvoir la télémédecine ;
  • Notre commune doit amplifier sa lutte contre le Covid-19 : tests systématiques, en lien avec les médecins généralistes, au sein des établissements et services médico-sociaux de la ville pour éviter sa propagation ;
  • Créer un numéro de téléphone unique pour tous les habitants qui ont besoin d’un renseignement relatif à leur santé afin de les diriger vers les bons interlocuteurs, en partenariat avec le centre municipal de santé et le CCAS.

Culture sport loisirs

Nos propositions :

Nous souhaitons maximiser le nombre de lieux ouverts pour l’accès de tous au sport (sans pratique collective) et à la culture, et pour favoriser le soutien scolaire des enfants

Nécessaires au bien-être de tous et à la reprise du lien social, les activités via des ateliers programmés et organisés par quartier seront la priorité de l’été. Pour cela :

  • Pérenniser les subventions aux associations fontenaisiennes pour ne pas les pénaliser dans cette période.
  • Associer pleinement les associations de la ville, le théâtre et la médiathèque.
  • Regrouper sur un même site (écoles par exemple) des ateliers pour enfants permettant des transverses (sport, jeux, culture) ce qui suppose d’avoir les encadrants nécessaires.
  • Programmer du cinéma et de la culture en plein air (théâtre, musique, chant, danse) sur les places et certaines rues de la ville.
  • Permettre des ateliers sportifs en plein air en accès libre et gratuit (Taï chi, fitness, gym suédoise, zumba…).
  • Profiter de l’ouverture de la médiathèque pour organiser des ateliers ludiques (conteurs, mime, langue des signes…).
  • Etablir et communiquer un planning des activités par quartier.
  • Les différents événements phares de l’année seront repensés. Il nous semble essentiel de garder un esprit de fête.

La fête de la ville ne sera pas organisée cette année mais la fête de la musique et les animations du 14 juillet doivent être repensées dans ce contexte sanitaire inédit. Nous proposons un défilé dans les rues de Fontenay-aux-Roses en misant sur les arts de la rue et en faisant participer les enfants via les ateliers proposés (préparer des déguisements, apprendre des danses et des chants).

Des concerts au balcon peuvent aussi être envisagés en s’appuyant sur les musiciens amateurs de la ville, mais aussi sur les professeurs et les élèves du conservatoire et du CCJL.

Beaucoup d’enfants n’iront pas en vacances cet été. C’est pourquoi nous voulons encourager et épauler les initiatives d’associations ayant pour objet d’accompagner les familles dans leurs « vacances à Fontenay ».

Quand la réouverture de la piscine sera autorisée, lancer, en lien avec le Territoire Vallée Sud – Grand Paris, un tarif piscine exceptionnel à 1€ pour les fontenaisiens et étendre les horaires d’ouverture pour augmenter la capacité d’accueil quotidienne tout en limitant le nombre de personnes présentes simultanément.

Participation citoyenne

Notre proposition

Nous proposons de lancer un Observatoire municipal du déconfinement, permettant aux Fontenaisiens de s’exprimer sur les difficultés rencontrées et de les écouter pour construire ensemble une vie dans la ville adaptée à ce nouveau contexte.

Commerces et entreprises Les PME (Petites et moyennes entreprises) risquent de se retrouver confrontées à plusieurs difficultés à la suite de la période de confinement et de fort ralentissement de l’activité, lié à la pandémie COVID-19, en particulier :

  • Des problèmes de trésorerie, car elles doivent, malgré les mesures de soutien, faire face à des débours alors que les recettes se sont effondrées ;
  • La gestion d’une nouvelle complexité administrative, pour bénéficier des aides et mécanismes de soutien mis en place par l’État et les collectivités territoriales ;
  • Une hypothétique relance de la consommation, les Français ayant, pour un certain nombre, subi un impact financier pendant le confinement.

Nos propositions :

Mise en place d’un système de prêts d’honneur
  • Pour accompagner certaines entreprises, en particulier celles qui n’ont pas l’habitude de recourir à l’emprunt bancaire ;
  • Libérer une enveloppe pour la ville, basée sur un emprunt garanti par l’État ;
  • Créer un comité d’évaluation des besoins avec des élus, des cadres financiers, des représentants consulaires (CCI…).
  • Toute entreprise ayant  son  siège  social  à  Fontenay-aux-Roses  et  ayant  eu  un  PGE  aurait une bonification par le Territoire. Cela permettrait d’aider les entreprises qui ont prioritairement besoin de trésorerie et dont le dossier a été revu par une ou des banques.

Une « prime PGE (Prêt Garanti par l’Etat) »

Le  coût  de  mise  en  œuvre  de  cette  mesure  serait  assez  faible  puisqu’il  suffirait d’obtenir l’attestation de Bpifrance et le contrat d’emprunt signé avec la banque.

Cette aide (sous forme de subvention) du Territoire serait définie en % du PGE (% à déterminer) en la limitant aux entreprises de petite taille (des seuils de CA et/ou de nombre d’employés pour- raient être utilisés), en ciblant particulièrement les commerçants, les artisans, les professions libérales, les micro-entrepreneurs…

La création d’une cellule d’aide aux procédures administratives

  • Mobiliser les personnels des services Economie et Emploi du Territoire pendant la période pour leur permettre de se former aux différents mécanismes et procédures de soutien mis en place
  • Mobiliser des cadres expérimentés retraités pour compléter ce dispositif ;
  • Ouvrir un guichet spécifique d’accompagnement administratif

Aides pécifique pour le commerce à Fontenay-aux-Roses

Action de la ville :

La subvention versée à l’association des commerçants pour assurer des livraisons en vélo via l’association Faràvélo est une très bonne initiative.

Nos propositions :

  • Opération « Je soutiens les commerces, je consomme à Fontenay-aux-Roses » en lien avec l’association des commerçants ;
  • Instauration rapide de deux boutiques éphémères dans des locaux commerciaux vides avec ouverture pour les commerçants souhaitant écouler des stocks sur des zones de la ville hors de leur zone de chalandise habituelle;
  • Création d’un dispositif de « retrait piéton » après commande auprès des commerçants fontenaisiens, livraison sur le « site » assistée par la mairie et l’association des commerçants, en s’appuyant sur une démarche inclusive (recours par exemple à des travailleurs en situation de handicap), mise à disposition des commandes sur un créneau de fin de journée : 18 h – 21 h ;
  • Réouverture du marché, complété par un dispositif de retrait de type « drive ».

Communication

Nos propositions :

Ces démarches devront être rendues le plus visibles possible pour qu’elles fonctionnent au mieux et la communication devra être gérée de manière non partisane :

  • Communication directe aux entreprises basées sur le territoire fontenaisien par un courrier du Territoire Vallée Sud Grand Paris ;
  • Mise en place d’un espace dédié sur web pour informer, enregistrer… ;
  • N° de tel unique pour les entreprises ;
  • Brochure distribuée à l’ensemble des Fontenaisiens sur les différentes mesures de soutien, par voie d’affichage sur les panneaux dédiés, calicots, Fontenay magazine.

Etude des conséquences de la crise Covid-19 sur les finances de la Ville.

La période de confinement va entraîner des dépenses moins élevées que prévues (nourriture pour les cantines, travaux retardés, manifestations annulées), mais aussi de nouvelles dépenses sans doute plus importantes (solidarité, nettoyage accru de l’espace public…).

Elle aura aussi un impact considérable à la baisse sur les recettes de la ville (facturation scolaire, facturations diverses de la Ville, droits de mutation…).

Nos propositions :

Il n’est donc pas  question de laisser dériver nos dépenses et la ville doit s’astreindre  à la sobriété   la plus consciencieuse en supprimant toutes les dépenses inutiles et en maitrisant notamment ses consommations énergétiques.

La priorité doit être donnée au financement des services publics essentiels, notamment en matière de solidarité et d’action sociale, et non aux dépenses de façades dont la superficialité ne nous grandira pas.

Au global, nous souhaitons que soit menée une étude approfondie des impacts de la crise sur les finances de la Ville, qui nous permettra en particulier de déterminer si notre Ville dispose ou pas de ressources nécessaires à moyen terme pour faire face à ce nouvel environnement.

Décider aujourd’hui d’actions de long terme n’est pas possible sans cette perspective, et nous avons en effet besoin d’avoir une idée précise des marges de manœuvre.

Pour télécharger ces propositions : https://www.untempsdavancepourfontenay.fr/wp-content/uploads/2020/05/deconfinement-1.pdf

Déconfinement à Fontenay aux Roses : nouvelles au 6 Mai 2020

Source : lettre du Maire du 4 Mai 

Les masques

La distribution de deux masques en tissu réutilisables dans toutes les boites aux lettres est programmée pour jeudi 7, vendredi 8 et samedi 9 mai prochain.

Une distribution gratuite sur rendez-vous d’un masque par personne suivra.  Pour cela, Il suffit de se connecter sur la plateforme numérique d’inscription et remplir le formulaire de demande. Vous recevrez ensuite un mail vous invitant à choisir votre point de distribution et un créneau horaire pour venir les récupérer.

Les services municipaux sécurisent leurs accueils

Un certain nombre d’aménagements sont nécessaires et en cours d’installation (vitres barrières, signalétique, aménagement des attentes…). Etat civil, pôle famille, service logement, maison de quartier seront à nouveau accessibles tandis qu’une partie du personnel poursuivra ses missions en télétravail.

15 mats de distribution et 25 distributeurs muraux de gel hydroalcoolique seront installés en ville et dans les équipements publics le 25 mai

Rentrée des crèches

Nos crèches rouvrent le 11 mai. Toutefois les contraintes sanitaires et les gestes barrières imposent de n’ouvrir qu’une partie des berceaux.

56 berceaux seront rouverts lundi, dans le strict respect des prescriptions sanitaires, et attribués selon les critères définis par le gouvernement.

=> Question : Comment sera fait le choix des berceaux concernés ?

Ecoles : Rentrée partielle

La rentrée se prépare activement. Une pré-rentrée sera organisée les 11 et 12 mai et ne concernera donc que les enseignants et le personnel.

Les enfants rentreront le 14 mai, et cette rentrée ne concernera que les grandes sections de maternelle, les CP et les CM2.

Une check-list importante de conditions sanitaires nous a été fournie par le ministère de l’Education nationale. Horaires décalés, groupes maximum de 15, circuits de déplacement à l’intérieur de l’établissement, procédures de désinfection, conditions de la restauration et des pauses, prises de température des élèves et des personnels avant leur arrivée à l’école…

Une réunion de travail a eu lieu avec les directeurs d’école. Dès le 5 Mai, nous échangerons avec les représentants des parents d’élèves, et samedi 9 mai à 11 heures une réunion publique d’information dématérialisée sera organisée en direct sur le site de la ville, avec la possibilité pour chacun de poser les questions qu’il souhaite par Facebook Live.

Si sur une école nous avons des doutes sur l’organisation retenue, je n’hésiterai pas à reporter la date de rentrée en vertu des pouvoirs de police du maire.

Certains commerces rouvriront

De nombreux commerces rouvriront leurs portes lundi.

Une distribution de masques papier pour les commerçants qui n’en disposeraient pas est organisée mercredi et jeudi. Demain, une e-conférence de la Chambre de commerce et d’industrie des Hauts-de-Seine est organisée pour les commerçants de Fontenay-aux-Roses, en lien avec l’association des commerçants.

Les discussions sont en cours avec la société qui gère le marché afin de préciser les modalités de réouverture de celui-ci. 

Coronavirus : déconfinement, annonces du Premier ministre qui concerneront les Fontenaisiens

Plus d’attestation obligatoire dans un rayon de 100 kilomètres autour du domicile

À partir du 11 mai, «il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation». «Sauf pour les déplacements à plus de 100 km du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel»,

À partir du 11 mai, masques en nombre suffisant et obligatoires dans les transports

Le premier ministre a détaillé sa stratégie «masques pour tous». «Il y (en) aura assez dans le pays pour faire face aux besoins à partir du 11 mai», a-t-il indiqué. «Progressivement», «les Français pourront, sans risque de pénurie, se procurer des masques grand public dans tous les commerces». Ceux-ci seront notamment distribués par La Poste, via une «plateforme de e-commerce», à partir du 30 avril, et par les collectivités locales, «à nos concitoyens les plus précaires». Le port du masque sera obligatoire dans les transports publics.

Objectif de 700.000 tests par semaine pour les personnes symptomatiques

Le premier ministre a promis que le pays sera «en capacité de massifier» la réalisation de tests à partir du 11 mai. L’objectif fixé est de réaliser au «moins 700.000 tests virologiques» par semaine au 11 mai, à ne pas confondre avec les tests sérologiques. Pour y parvenir, les laboratoires de recherches et les laboratoires vétérinaires sont autorisés à pratiquer les tests. Tout doit être fait pour rendre la réalisation des tests «facile et rapide», a insisté Édouard Philippe. Ils seront pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.

Un déconfinement à l’échelle des départements, classés «vert» ou «rouge»

Étant donné que «la circulation du virus n’est pas uniforme dans le pays», l’exécutif opte pour un déconfinement par département. Celui-ci sera plus ou moins «strict», selon la situation sanitaire : les départements seront donc classés en «vert» ou en «rouge», chaque soir à partir du 7 mai, a indiqué le premier ministre. Les «autorités locales» – «notamment» les «maires» et les «préfets» – pourront «adapter» le plan de déconfinement «aux réalités du terrain».

Les rassemblements «limités à 10 personnes»

Édouard Philippe a tenu à faire passer un mot d’ordre : le déconfinement ne signifie pas pour autant l’autorisation des «rassemblements», «autant d’occasions de propagation du virus». C’est pourquoi les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront limités à 10 personnes.

Écoles primaires : réouverture «très progressive» à partir du 11 mai, sur la base du volontariat

Le premier ministre a annoncé une «réouverture très progressive des maternelles et de l’école élémentaire à compter du 11 mai, partout sur le territoire, et sur la base du volontariat». Les conditions sont strictes : pas plus de 15 élèves par classe, application des gestes barrières, distribution de gels hydroalcooliques. Les enseignants «recevront des masques, qu’ils devront porter quand ils ne pourront pas respecter les règles de distanciation». Contrairement aux élèves de maternelle – le masque leur est prohibé -, et aux élèves de primaire – il ne leur est pas recommandé -, compte tenu des risques de mauvais usage

Collèges : réouverture à partir du 18 mai dans les départements moins touchés

À la différence des écoles primaires et maternelles, les collèges ne rouvriront qu’«à compter du 18 mai». Seules les classes de 6ème et de 5ème seront concernées dans un premier temps, et cela ne concernera que les départements où la circulation du virus est très faible. Le chef du gouvernement s’est engagé à ce que des masques soient fournis aux collégiens qui peuvent en porter et qui n’auraient pas réussi à s’en procurer.

Les personnes âgées invitées à limiter leurs contacts et sorties après le 11 mai

Édouard Philippe a demandé de la «patience» aux plus de 65 ans, particulièrement touchés par le Covid-19. Sans les interdire, les visites privées, particulièrement attendues dans les EHPAD, «doivent être entourées de précaution, comme les sorties». «En vous protégeant, vous protégez aussi le système hospitalier», a rappelé le premier ministre.

Ouverture des médiathèques, bibliothèques, le 11 Mai mais pas de réouverture immédiate des cinémas, «grands musées» et les parcs et jardins classés en zone rouge avant le 1er Juin

«La vie sociale va reprendre, mais progressivement», a prévenu le chef du gouvernement. Contrairement aux cimetières, médiathèques, bibliothèques et «petits musées» qui vont rouvrir au public, les «grands musées», cinémas, théâtres et salles de concerts resteront fermés. De même que les plages, «au moins jusqu’au 1er juin» ; les parcs et jardins dans les départements classés en «rouge» ; les salles des fêtes et les salles polyvalentes. Par ailleurs, les sports collectifs resteront interdits et un report des mariages sera toujours proposé par les mairies, «sauf urgence». Quant aux cérémonies funéraires, elles restent autorisées dans la limite de 20 personnes, sans assouplissement des règles

Réouverture de tous les commerces le 11 mai, sauf les cafés-restaurants

À compter du 11 mai, tous les commerces, «sauf les cafés, restaurants», pourront ouvrir. Le nombre de personnes présentes en même temps dans le magasin, devra être limité, et les flux «organisés». Le port du masque grand public sera recommandé pour les personnels et les clients. «Un commerçant pourra subordonner l’accès de son magasin au port du masque», a indiqué le premier ministre. Les préfets pourront en outre décider de laisser fermer les centres commerciaux de plus de 40.000 m2. Une décision sur les bars, cafés et restaurants sera prise fin mai, pour décider s’ils peuvent ouvrir après le 2 juin.

Réouverture des marchés alimentaires, sauf exception

Les marchés de plein air et halles couvertes pourront rouvrir à partir du 11 mai s’ils sont en mesure de faire respecter les distances de sécurité entre les consommateurs. «Sauf si les maires ou les préfets estiment qu’ils ne peuvent faire respecter les gestes barrières», a précisé le premier ministre.

=> Commentaire: Le Premier Ministre reprend la proposition du Ministre de l’Agriculture.