Réponse de Mr Charles REUTER à Mr Jean-Jacques FREDOUILLE concernant le tract N°1 du bilan de Mr Laurent Vastel

Tract N°1 du bilan de Mr Laurent Vastel : http://www.nouvellesdefontenay.fr/bilan-de-mr-vastel-en-30-points-et-plus-complet-sur-son-site-fontenay-demain/

Merci Monsieur Fredouille de nous permettre d’approfondir ce sujet, et d’ouvrir un espace de débat autre que les petites phrases des tracts, des rumeurs et des réseaux sociaux. D’ailleurs, j’ai souhaité prendre vos commentaires au sérieux, évitant par endroit des traits d’humours, qui peuvent parfois nous faire dévier d’un échange courtois et précis, même si on peut avoir envie de faire entrer un peu de bonne humeur ou de légèreté dans ces échanges. Je reviens aussi à plusieurs reprises au gré de vos commentaires et de mes réponses sur l’héritage patrimonial que M. Vastel a reçu, piteux, travaillant sans relâche à construire une partie d’avenir, c’est-à-dire à redonner à la ville des moyens d’action durables.

Je reprends votre document, c’est-à-dire dans l’ordre :

• les points du bilan de Laurent Vastel,
• vos commentaires,
et mes réponses 

1- Rénovation des rues :
Votre commentaire
– c’est de l’entretien courant que toute municipalité aurait fait. On ne connait pas la rue Etienne d’Orves !! Par contre je connais bien la rue d’Estienne d’Orves. Les rédacteurs du tract ne connaissent probablement pas bien Fontenay-aux-Roses.
Ma réponse : Vous noterez que deux tiers des rues ont connu des travaux et que plus de 20% des rues a été entièrement refait, ce n’est pas rien. Vous nous dites « c’est de l’entretien courant », et pourtant on voit que des rues importantes comme la rue des Bénards, la rue Georges Bailly, ou la rue des Pierrelais avaient été négligées depuis 25 ans et plus.

Vous noterez même que la situation était techniquement si compliquée rue des Pierrelais qu’il a fallu refaire le tablier !

2- Destruction des bâtiments amiantés (roue – stade) :
Votre commentaire
– tous les bâtiments sont amiantés à des degrés divers, ce n’est vraiment pas une surprise.
Ma réponse : Ce n’est sans doute pas une surprise pour vous après toutes ces mandatures dans l’équipe de Pascal Buchet, mais je pense que les Fontenaisiennes et Fontenaisiens seront plus surpris que vous. Peut-être le seront-ils aussi de voir que vous prenez avec une telle légèreté un sujet de santé publique. Pourtant n’est-ce pas le rôle du maire que de veiller à la sécurité de sa population ? C’est un des tous premiers dossiers dont s’est saisi Laurent Vastel qui en a compris l’urgence, et prend son rôle de maire au sérieux.

3- Construction d’un 6ème gymnase :
Votre commentaire
C’est une passoire thermique en kit démontable.
Ma réponse : Monsieur Fredouille, j’aime bien quand vous parlez de “kit démontable” sur les gymnases de la ville car c’est bien un sujet où l’héritage « Buchet » nous est pénible, à nous les Fontenaisiens.

Il semble en effet que les gymnases ont une tendance à devenir des kits auto démontables et qu’il faut tout le temps remonter le kit après deux décennies de négligence, encore que parfois on ait un peu peur du badaboum !
Blague à part, concernant les gymnases, ils ne sont pas prévus pour être chauffés comme le sont les logements. Les coûts d’isolation seraient élevés, voire prohibitifs vu la taille des bâtiments, et il n’est pas sain de pratiquer le sport dans des locaux surchauffés.
En plus chauffer outre-mesure un bâtiment de cette taille est anti-écologique.
Ils sont donc isolés comme l’exige la norme, l’écologie et la parcimonie financière, pour être chauffé ponctuellement et modérément une petite partie de l’année.
Et puis allez voir nos sportifs : le plus souvent sauf de novembre à février (et encore…) les sportifs ouvrent les fenêtres pour aérer, et on se met alors à chauffer l’extérieur !
Je m’étonne qu’un élu averti comme vous l’êtes des considérations écologiques puisse proposer un raisonnement aussi caricatural. Peut-être aussi qu’à force de faire passer une écologie symbolique avant une écologie utile, réfléchie et durable, la cause n’avance pas comme elle le devrait.
Vous noterez, petite cerise sur le gâteau, que les vestiaires sont isolés norme RT2012, et qu’ils peuvent être chauffés en presque toute saison, pour le bien être des Fontenaisiennes sportives, et même des Fontenaisiens un peu moins « sportifs », qui ne sont pas forcément fan des conditions spartiates (petit jeu de mot, on sait que les habitants de Sparte étaient de très grands sportifs, endurants et peu à l’écoute de leur confort).

4- Création de nouvelles animations festives :
Votre commentaire
– toutes existaient déjà auparavant.
Ma réponse : Dites-moi alors, s’il vous plaît pour mémoire, la date à laquelle l’équipe Buchet a lancé les manifestations suivantes : les ballades du CCJL, le festival danse ouverte, le festival du jeu avec la ludothèque, les concerts dominicaux dans le parc, la manifestation par delà nos différences….

Soyons sérieux, votre commentaire était un peu hâtif puisque ce sont de nouvelles manifestations.
Encore n’ai-je pas parlé des améliorations notables concernant par exemple les animations gonflables, notamment aux Blagis, les animations en lien avec le commerce, ou la refonte complète de certains événements comme le Fontenay Musique Festival avec Vent d’Ouest, Souffles des Amériques, Douce France…. Des détails ici sur notre site…

5- Installation du nouveau conservatoire de musique et de danse :
Votre commentaire
Projet finalisé par l’ancienne municipalité que L. Vastel s’est contenté d’inaugurer.
Ma réponse : A ma connaissance les travaux s’étalent de septembre 2014 à juin 2017.

C’est donc un dossier qui a été mené à terme avec brio principalement par la nouvelle équipe, à l’instar par exemple de la réfection (malheureusement perpétuellement en cours) de la halle du marché- réfection qui fait immédiatement suite à la construction sous la mandature précédente, avec un peu moins de brio c’est vrai, et un peu plus de bobo, c’est triste, bobos que l’équipe actuelle n’a malheureusement pas encore fini de panser.

6- Création d’une nouvelle salle municipale pour les sports cérébraux :
Votre commentaire
– Bravo pour ce petit projet.
Ma réponse : Merci, joli petit compliment.

7- Nouvelle librairie dans un local municipal réhabilité :
Votre commentaire
– On espère que le loyer de ce commerce est à un juste prix puisque le local est municipal et que c’est donc de l’argent public. No comment ?
Ma réponse : Soyons fair-play étant donné les articles récents sur le fait que le maire n’en ferait pas assez pour un commerce diversifié et de qualité à Fontenay, on voit que vous n’hésitez pas à développer un argumentaire dans le sens qui vous importe par rapport à la critique politique qui vous arrange au moment opportun. C’est le sens propre du mot opportunisme.

N’êtes-vous pas satisfait de l’apparition d’une librairie ? Il me semble bien que cette possibilité soit d’ailleurs apparue au cours des débats publics autour de la rénovation de la place De Gaulle comme l’une des possibilités d’amener la culture au centre de la ville.

8- Installations de 4 stations Vélib’ :
Votre commentaire
– Il manque toujours la plus importante à la gare RER.
Ma réponse : Merci Madame Hidalgo et bravo pour le fiasco Autolib !

J’étais un grand fan d’Autolib qui me permettait de me déplacer efficacement, notamment en proche banlieue (banlieue à banlieue pour de courts trajets aller et retour), sans posséder de voiture personnelle. Le vélo malheureusement ne permet pas complètement de pallier ce manque.

9- Cantines scolaires :
Votre commentaire
– Le nombre de repas « bio » par semaine n’a pas changé depuis l’arrivée de L.Vastel. S’il y a plus de produits “bio” dans les repas classiques, c’est impossible à vérifier ! On se rappelle la phrase culte de L. Vastel : “le bio on s’en fout !”
Ma réponse : Faux d’ailleurs il y a plus de bio dans le marché actuel que dans l’ancien. Ce qu’il faut retenir c’est que la proportion de Bio a été augmentée progressivement tout au cours de la mandature.

Concernant cette petite phrase, c’est je pense malhonnête de votre part. Dans la vidéo Vastel parlait des méthodes de calcul de coût concernant l’élaboration des repas indépendamment de la question du Bio.

10- en cours…
11- Reconstruction du chalet du tir à l’arc : Votre commentaire
– On aimerait bien savoir combien de fois ce chalet a été réhabilité ou reconstruit ou déplacé ?
Ma réponse : Il a été incendié en effet.

Je crois qu’il est important de prendre à cœur la vie des associations, vous ne croyez pas ? L’équipe municipale l’a fait reconstruire rapidement, voilà tout. Est-ce un problème ?

12- Acquisition d’une station biométrique pour les passeports :
Votre commentaire
Bravo pour ce petit projet utile pour les habitants.
Ma réponse : Petit.

Petit ? Oui, si petit en effet, mais je me suis laissé dire qu’à deux reprises vous avez raté cette opération avec l’équipe précédente. Petit échec alors, à l’époque ?

13- Révision du PLU :
Votre commentaire
– Limitation des constructions au niveau minimum légal : le PLU n’est pas assez restrictif, on peut réunir des terrains pour construire par exemple. Préservation du caractère vert et arboré : Le PLU ne protège pas assez les zones de pleine terre des quartiers pavillonnaires. A terme le caractère vert de la ville disparaitra ainsi que la biodiversité que contiennent ces zones.
Ma réponse : La réunion des terrains était possible auparavant, et la division pour construire est toujours impossible. Comme souvent sur ce sujet, vous essayez de tacler le maire actuel avec l’argument un peu sclérosé “les gens de droite sont des bétonneurs”, argument qui a toujours une portée symbolique avec un certain public, bien qu’il puisse être de mauvaise foi. C’est le cas ici. Laurent Vastel a remis la ville dans une dynamique urbaine, qui est indispensable à la vie et la respiration de la ville, outre que d’être une obligation légale, et le seul moyen d’augmenter la masse fiscale au service des Fontenaisiens pour pouvoir proposer des services à tous ceux qui en ont besoin, dans ce temps où l’état français se désengage de partout.

Enfin il y a zéro projet de construction collective dans les zones pavillonnaires et Fontenay-aux-Roses, avec sa proportion de zones pavillonnaires très élevée, et préservée quasi-intégralement dans le nouveau PLU, a un des taux les plus élevés d’espaces verts du 92. Bien entendu je ne compte pas les zones entièrement boisées (forêt de Verrières, ou de Chatenay-Malabry, parc de Sceaux…).
Il est donc trompeur de prétendre ” A terme le caractère vert de la ville disparaitra ainsi que la biodiversité que contiennent ces zones “, l’essentiel étant -si on regarde ce qui est important au regard de la surface totale de Fontenay- les zones pavillonnaires ont été intégralement maintenues, et même renforcées (classement de 109 arbres comme remarquables), au grand dam des “bétonneurs” d’Ile de France notamment. La zone de pleine terre à l’avant des pavillons, les règles concernant les arbres de hautes tiges, etc. tout cela est ce qui pèse dans la balance globale, et cela a été renforcé.Maintenant nous avons des désaccords sur l’importance des gestes symboliques, et l’interaction entre symbole et efficacité. Je crois, moi, qu’il faut avancer vers le progrès, notamment écologique, en évitant de dresser les gens les uns contre les autres.

14- Lancement de la reconstruction du quartier des Blagis :
Votre commentaire
– Ce quartier va devenir trop dense. 600 logements en plus de ceux qui existent déjà ! Par ailleurs beaucoup de fontenaisiens aimeraient bien avoir des précisions sur le financement global de l’opération ! Par contre la mixité au niveau du quartier est une bonne idée.
Ma réponse : La critique exprimée sur le projet de rénovation du quartier des Blagis porte sur sa densification. J’en déduis donc que vous n’êtes pas contre le besoin de rénovation et les objectifs fixés par la majorité, c’est-à-dire développer la mixité sociale, traiter la problématique de l’amiante, enrichir et structurer les espaces verts et espaces de loisir.

Cette rénovation non traitée dans la décennie précédente doit se faire dans un cadre financier strict ainsi que le maintien du nombre de logements sociaux sur notre commune, nous en sommes d’accord, n’est-ce pas ? Pour traiter la mixité sociale, il est nécessaire de construire des logements privés et d’ouvrir l’ilot sur les quartiers alentours et le reste de la ville. C’est aussi une nécessité, et une demande de la population qui souhaite, comme toutes les autres parties de la population, accéder à la propriété (c’est devenu franchement difficile pour beaucoup).
Que je sache, tout au long des phases publiques, vous n’avez pas exprimé d’opinion quant à la solution, oralement lors des réunions, ou par écrit.
Dernier point, je pense que ce projet requière des compétences de gestion, de suivi, de négociation…. avec les différentes parties prenantes (bailleurs sociaux et privés, etc.). Personnellement je ne confierai pas ce projet à l’ancienne équipe de Pascal Buchet (par exemple le fiasco de la Halle du marché), mais j’ai confiance en Laurent Vastel et ses équipes, pour “tenir” les intervenants et faire aboutir le projet. Il a montré qu’il en était capable.

15- Déplacement de la stèle du Général de Gaulle :
Votre commentaire
– Elle gênait sans doute pour la construction de l’inutile pataugeoire devant la mairie.
Ma réponse : Je me suis laissé dire qu’il est interdit de patauger dans le bassin d’agrément !

Blague à part en reprenant votre vocabulaire, ce qui n’est pas vraiment un compliment, c’est vrai que je regrette l’idée initiale du miroir d’eau qui était géniale, mais il y toujours un principe de coût et de réalité. J’apprécie certains aspects du nouveau projet, j’aime les reflets de la mairie sur l’eau à l’aube ou au crépuscule, la possibilité des jeux de lumière ou de reflets pour les mariages, j’aime l’idée des petits bateaux et des jeux des enfants qui y sont prévus…. Ces fontaines (par exemple avec celle de la place de l’église…) remettent l’eau au centre de la vie quotidienne de Fontenay, à leur place étant donné notre histoire.
Enfin, quant à moi elle me plait là où elle est désormais, cette stèle. J’entends que n’est pas forcément l’endroit le plus pratique, mais j’aime aussi que ce soit un lieu de passage, ainsi la mémoire entre dans le quotidien. J’entends même dire que désormais les cérémonies de souvenir peuvent être gênantes pour la circulation. Vous savez, ces cérémonies sont suffisamment rares, et je pense que ce désagrément vaut bien la pédagogie de la mémoire ; pour que personne n’oublie jamais le nazisme, la guerre civile et tout ce qu’a combattu de Gaulle tandis qu’une génération de français se battait avec son destin brisé. Nous avions une cérémonie le 9/11, et j’ai pu observer que de très nombreux passants se sont arrêtés pour regarder, plus qu’à d’autres cérémonies auxquelles j’ai pu assister antérieurement à Fontenay.

16- Installation de bornes patrimoniales :
Votre commentaire
– Bonne idée….
Ma réponse : Merci

…Mentionnons alors aussi le changement du logo de la ville qui a coûté plusieurs milliers d’euros et qui était totalement inutile.

Oui, quel impact dans le débat de fond ?

17- Développement du CMS :
Votre commentaire
– C’est une adaptation que toute municipalité aurait faite.
Ma réponse : C’est bien, démonstration d’ailleurs par “l’ex-équipe Buchet”, comme à chaque fois que vous nous rappelez ici que ce qu’a fait Vastel tout le monde le fait….

Cela devient un peu agaçant, et permettez-moi de remarquer que :
Oui c’est vrai ! Toutes ces affaires “courantes”, l’équipe Buchet n’a pas pu les mettre en place : elle a manqué de temps.

18- Résolution du conflit entre la ville et l’école privée saint Vincent-de -Paul :
Votre commentaire
– Avec tout ce qui a été supprimé dans les écoles publiques, un enfant du privé est maintenant plus subventionné qu’un enfant de l’école publique. Il faut rétablir l’égalité.
Ma réponse : L’égalité ? Moi je parlerai de légalité, rétablissement de la légalité après des années de négligence, voire pire.

Comme vous ne pouvez l’ignorer, une municipalité exerce ses compétences dans le cadre législatif Républicain respectant les principes de laïcité, d’égalité de moyens, et de liberté de choix et de conscience de chacun.
L’accord auquel vous faites référence a été établi dans le strict respect de la légalité, l’opposition a exprimé à l’époque des réticences de principe ; mais n’a pas trouvé à critiquer le cadre Républicain de cet accord en aucune manière. Tout cela a été proposé et mis en place par un adjoint dont l’attachement à la laïcité n’est pas à démontrer. D’ailleurs ainsi qu’indiqué par le maire en conseil municipal, la subvention pour les années à venir doit faire l’objet d’une révision régulière et contradictoire , toujours en conformité avec les lois de la République.
Enfin, vous ne pouvez ignorer que désormais la laïcité prévaut au quotidien dans ces écoles privées sous contrat pour la plupart, celles auxquelles vous faites référence, écoles dont le développement a plus à faire avec les problèmes auxquels notre génération a à faire face ainsi que les atermoiements politiques nationaux qu’à une quelconque question religieuse. D’ailleurs la population des enfants dans ces écoles est le plus souvent tout à fait représentative de la population française, et les différentes communautés s’y côtoient en paix.

19- Rénovation et agrandissement de la crèche des Pervenches :
Votre commentaire
– le nombre global de places en crèche a diminué.
Ma réponse : Si c’est vrai, il va falloir y remédier. Comme toutes choses, construire un avenir durable ne se fait pas en 5 mn. D’ailleurs un projet est à l’étude à la crèche fleurie, signe que c’est un axe de progrès identifié par l’équipe en place, les choses sont en cours.

Comme les écoles, les gymnases, les rues, les équipements publics, le patrimoine de Fontenay était quasiment à l’abandon. Le mot est fort, mais pour trouver le patrimoine dans l’état déplorable dans lequel il était (un patrimoine cela s’use très lentement), c’est qu’il s’agit bien d’un abandon sur une période longue.

20- Création d’un numéro vert, d’un service de gestion urbaine de proximité :
Votre commentaire
– Bon !
Ma réponse : Merci !

21- Achat d’une 2ème saleuse pour améliorer le déneigement :
Votre commentaire
– Le sel déversé en quantité pollue les cours d’eau. Le sable seul suffit, les pneus neige aussi ou les cours de conduite sur neige.
Ma réponse : Nouvelle salve de démagogie, et comme je le soulignais ce n’est pas en faisant de l’agitation autour de symboles attrayants que l’on fait avancer les choses durablement.

Premièrement, et vous ne pouvez pas ne pas le savoir, les réserves stockées et déversées dans nos rues sont constituées à au moins deux tiers de sable, et au plus un tiers de sel, comme partout en France. Étant donné l’environnement urbain, il est probable que cette proportion à Fontenay contienne moins de sel, à vérifier.
Deuxièmement, les eaux des chaussées se déversent dans les égouts et sont donc traitées dans les centres de traitement des eaux, ce qui implique qu’elles ne se déversent pas dans la nature. Bilan, c’est qu’un problème économique en milieu urbain avec raccordement (coût de traitement), sauf à la marge pour ce qui ne finit pas dans les égouts.
Troisièmement il est évident que la “deuxième saleuse”, je devrais dire “sableus”, a été acquise pour une question de rapidité de réponse en cas de neige ou de glace, c’est-à-dire pour la sécurité de nos concitoyens, et la fluidité du trafic. “Plus de moyens” ne veux pas dire “plus de produit”, simplement plus de rapidité !
Vous n’êtes pas sans savoir que les franciliens n’achètent pas de pneu neige, et que à plusieurs reprises ces dernières années le manque de réactivé en Ile de France a entraîné des embouteillages monstrueux, avec le coût écologique (des dizaines et dizaines de kilomètre d’embouteillages sur plusieurs voies rapides jusqu’au petit matin, moteurs allumés pour chauffer…) et humain y afférant.
Mon opinion est que l’un des premiers facteurs de défiance aujourd’hui procède de la démagogie et de la mauvaise foi par trop présente dans le discours politique.

22- Vesti-boutique à Scarron :
Votre commentaire
– Bonne idée
Ma réponse : Comme quoi, un maire centriste peut se préoccuper des plus pauvres, contrairement aux idées reçues, et aux commentaires parfois désobligeant sur les réseaux sociaux.

23- Création d’un nouveau poste de Police Municipale au château Ste Barbe :
Votre commentaire
– Ce transfert était prévu de longue date. Je me suis toujours demandé si c’était le lieu « ad aequat ».
Ma réponse : Les lieux n’étaient pas adaptés alors que les travaux de l’équipe sortante venaient de se terminer (nouvelle maison des associations achevée début 2014).

24- Ecrivain public :
Votre commentaire
Bien, mais anecdotique.
Ma réponse : Savez-vous bien ce qu’est un écrivain public ?

Ne mesurez-vous pas ce qu’apporte cette solution toute simple à certaines catégories de population ? Pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt ?

25- en cours
26- Plantation de plus de 100 nouveaux arbres dans la ville :
Votre commentaire
– Certes, mais combien ont été abattus ? Le remplacement des vieux arbres doit se faire au cas par cas et non à la parcelle. Place de Gaulle, si on retrouve approximativement le même nombre d’arbres, les sujets jeunes ne produiront une ombre suffisante que dans une décennie, d’où la création d’un îlot de chaleur en été.
Ma réponse : Notre bilan est sur notre site :

Écoutez, c’est une ritournelle qui tourne en boucle depuis bien longtemps, et qui en effet mobilise pour partie dans votre camp. Pour acte.
Mon point de vue est qu’un patrimoine arboré s’entretien, comme un patrimoine immobilier ; il nécessite des éclaircissements, des coupes, des plantations nouvelles pour transmettre à nos enfants des arbres sains…. pour équilibrer les âges, les tailles.
Les jardiniers, nombreux à Fontenay, le savent, un arbre se porte d’autant mieux qu’il est taillé régulièrement (pour la plupart des essences), et se portent mal s’il a trop peu de lumière, ou trop d’arbres proches autour de lui.
De nombreuses expériences scientifiques sont faites à Fontainebleau, ou en forêt d’Orient par exemple, où des parcelles importantes sont laissées à elles-mêmes et observées scientifiquement. L’écosystème est toujours influencé, pas toujours dans un sens favorable. Les animaux forestiers par exemple ont besoin d’espaces moins denses, de pousses jeunes… Je me suis laissé dire que la place de Gaulle nouvelle version, de l’avis des architectes est l’une des places les plus arborées du voisinage. Les commentaires élogieux par des citoyens au marché le samedi matin sont nombreux, même si en effet cela a déplu à des Fontenaisiens, qui ne sont pas des cas isolés, c’est vrai, et sont parfois assez expressifs à ce sujet.
Quant à l’îlot de chaleur il disparaitra avec la pousse des arbres qui ont été plantés ; il faut qu’ils prennent racine, ensuite les choses peuvent aller assez vite. Ce qui est sûr c’est que le revêtement actuel, clair et non absorbant thermiquement parlant, est beaucoup plus neutre énergétiquement que le bitume d’avant, et qu’un tiers de la place est désormais poreux, donc favorable à l’infiltration des eaux de pluie, etc. ce qui n’était pas le cas avant. Allez voir les rigoles mises en place, et vous constaterez que l’eau se déverse dans l’espace de pleine terre.

27- en cours
28- Rénovation de la salle des mariages :
Votre commentaire
– Si mes souvenirs sont bons,  elle avait été rénovée il n’y a pas si longtemps !
Ma réponse : C’est que le temps passe vite, vous nous rappelez la date de la dernière rénovation complète digne de ce nom ?

29- Lancement des consultations pour la rénovation du mail Boucicaut :
Votre commentaire
– Cette étude est effectuée par la SPLA, structure opaque, à un prix qui est loin d’être modeste.
Ma réponse : Lors des précédentes mandatures, de couteuses études avaient été lancées qui n’ont rien donné vu l’imbroglio juridique du mail. Gageons que ce sera pareil mais toujours avec l’argent du contribuable !

Je n’imagine pas un instant que vous ne sachiez pas ce qu’est une SPLA. Par contre les Fontenaisiennes et Fontenaisiens, peut-être pas, et je me demande bien pourquoi vous souhaitez donner une tournure technique à notre débat.
Pour référence, la SPLA est une structure publique dont le bilan d’activité annuel est présenté en conseil municipal, et toujours amplement débattu. En effet, je sais que vous les élus d’opposition, vous vous acquittez toujours scrupuleusement de votre devoir de débat, merci à vous d’ailleurs.
Concernant le projet sur le mail Boucicaut, c’est un projet ambitieux, extrêmement complexe, où la partie prenante principale est privée, donc sans obligation vis-à-vis de la mairie ; les habitants concernés sont nombreux, et doivent être consultés et entendus, dans leurs convergences, et dans leurs différences. Le mail donne lieu à un débat avec un grand nombre de paramètres, et c’est un projet qui sera engageant pour l’avenir de notre ville, ne serait-ce que parce qu’un groupe de Fontenaisiens s’est saisi de la volonté de piétonniser intégralement et rapidement la rue attenante, la rue Boucicaut, ce qui conditionne également les évolutions possibles et nécessaires sur le mail Boucicaut.
Il parait dès lors normal de prendre l’énergie et le temps requis pour un projet aussi structurant, et aussi sensible. Je crois que l’action publique comme l’action privée s’inscrivent toujours dans un temps long, et c’est à mon sens un des problèmes d’aujourd’hui : souvent on souhaite « tout, tout de suite » comme si « choisir » c’était appuyer sur un bouton ou zapper. Gageons que les Fontenaisiennes et Fontenaisiens ont l’intelligence d’une certaine patience lorsqu’ils sont écoutés et respectés.

30- Travaux dans les écoles :
Votre commentaire
C’est de l’entretien courant que toute municipalité fait.
On notera que les projets de prestige qui ont couté fort cher aux Fontenaisiens ne sont pas mentionnés : place de l’église, place de Gaulle, pataugeoire devant la mairie. D’autres projets initiés par l’ancienne municipalité ne sont pas mentionnés non plus : Cavée, Mouilleboeufs.
Ma réponse : Beaucoup de sujets nouveaux soulevés dans ce commentaire… Amalgame ? Je souhaiterais vous répondre en trois temps.

Sur le fond, concernant les écoles, ce sont 10 millions qui ont été engagés, ce n’est pas rien. Avez-vous assisté comme je l’ai fait dans le cadre des parents d’élève à ces conseils récurrents où l’état de délabrement des toilettes des enfants revenait à chaque trimestre, sans que jamais rien ne soit fait ? Vous qui parlez de “passoire thermique” dans le nouveau gymnase, avez-vous seulement idée du désastre écologique qu’étaient nos écoles à Fontenay, pour la gestion de l’eau, le chauffage ?!?
Sincèrement, je trouve vos commentaires désolants sous cet angle-là, car les efforts qui ont été faits sur les écoles, en termes de gestion durable, dépassent de très très très loin la question de la passoire thermique éventuelle au gymnase. La rhétorique politique devient parfois franchement triste à entendre.
Deuxièmement, pour revenir à votre argument récurrent, je trouve votre remarque définitivement déplacée : si c’est de l’entretien courant, pourquoi l’équipe dont vous faisiez partie fort longtemps n’a-t-elle rien fait ? Il est clair que Pascal Buchet a négligé le patrimoine (et l’investissement) pour se tourner vers le service, c’est ce qui paie habituellement en politique, du moins à court terme.
Est-il le seul à devoir assumer ce choix ?

Était-il si dictatorial que vous devriez, vous les adjoints, vous défausser de toute responsabilité, maintenant que vous avez construit une liste concurrente à gauche pour les prochaines municipales ? Sans tomber dans la caricature de “tout prendre sur votre dos” d’adjoints, vous pourriez au moins en prendre une partie, de cette responsabilité. Je sais, c’est facile à dire pour moi qui suis nouveau en politique et au service d’un homme, Laurent Vastel, qui a déjà beaucoup fait en 4 ans et demi ; ce avec une équipe plurielle** et des équipiers pas toujours pleinement fidèles à leur engagement de départ, comme si un engagement pouvait se rediscuter en permanence, une fidélité se négocier en continu…. Ce n’est pas ma vision de la démocratie. Ma vision c’est que l’on vote, et qu’ensuite on se donne le temps, collectivement, pour que ces gens élus puissent faire avancer les choses pour lesquelles ils se sont engagés sans blocages ou obstructions permanents.
**l’équipe la plus plurielle de toute la France puisque c’était, d’après ce que j’ai à l’époque lu dans le Parisien, la seule commune de taille intermédiaire en France où les 4 listes d’opposition se sont unies.
Sur le troisième point, je bute sur le mot de « prestige », qui est complaisant, et méprisant, d’autant que les projets entrepris étaient tous devenus indispensables, et qu’ils ont été réalisés assez modestement, notamment en comparaison par exemple de ce qui se fait dans d’autres communes du 92, ou en comparaison du nouveau conservatoire. Ce que je ne critique pas d’ailleurs, j’aime beaucoup le conservatoire, un joyau dans notre centre-ville, tout contre un parc magnifique ré-ouvert aux Fontenaisien(ne)s. Je ne critique pas, je compare et je constate.
De toutes façons, un peu de prestige ce n’est pas mal. Toute proportion gardée, avoir un espace public de qualité c’est apporter de la fierté à tout le monde, en particulier à ceux qui n’ont pas la chance de vivre dans un grand appartement ou un pavillon. L’espace public est la seule propriété de ceux qui n’ont pas eu la chance d’acquérir leur logement. J’ai l’impression de le constater quant à la fin du printemps et à l’été la place de l’église se remplit des citoyens de tous les quartiers de la ville, sans exception, qui viennent s’y rafraichir, y jouer, et y vivre ensemble.

PS : Notons aussi que les 9.8 millions d’euros de subventions du Département pour les travaux de prestige proviennent de l’argent public de nos impôts ! J’aurais bien aimé ne pas les dépenser ou qu’ils servent à des choses plus utiles qu’une hypothétique relance dynamique

Démagogie à nouveau, cet argent, ce sont des subventions publiques, qui sont précisément destinées à l’investissements, pas aux services. La mairie n’en fait pas ce qu’elle veut, et il est impossible justement de les affecter à autre chose que le patrimoine.
Il est facile de faire cette confusion, mais les gens qui sont locataires, et n’arrivent pas à acheter savent bien faire la différence entre un coût, et un investissement pour se constituer un patrimoine.
La vérité c’est que l’Etat Français se désengage, et que nous avons perdu notre statut de ville éligible aux aides sociales spécifiques à peu près au moment des dernières élections.
Ce que j’en retiens c’est que l’avenir ne sera pas facile, et que les villes et territoires devront de plus en plus faire preuve de sens de la responsabilité et d’autonomie (détails sur la situation économique de notre ville sur le site). Si l’on veut pouvoir dépenser, pour tous, notamment ceux qui en ont besoin, il faut avoir des moyens, donc récolter l’impôt, et avoir un patrimoine, c’est à dire un outil de travail et de “vie ensemble” sur pied. C’est l’enjeu de la mixité, sociale et économique, le jeu de notre commune un peu unique et très attachante, avec ses zones pavillonnaires, ses 40% (à peu près) de logements sociaux, et ses habitants qui pour beaucoup restent plus longtemps qu’ailleurs aux alentours.
Ce que je retiens de cette dernière remarque c’est que Laurent Vastel a su animer ses équipes municipales, et aller à la chasse aux subventions, remplir les dossiers en temps et en heure, avec la précision qu’il fallait, faire le suivi des dossiers, répondre aux demandes de complément d’information, etc. etc. pour finalement obtenir ces financements.
Bravo donc ! C’est un maire qui sait gérer ses équipes municipales, et les emmener vers le succès.

Conclusion
M. Fredouille, je suis de ceux qui pensent que le bilan est le meilleur indicateur du sérieux des promesses de campagne. C’est pourquoi j’apprécie la possibilité d’un échange de fond à ce sujet avec vous.
J’ai une bonne nouvelle : le second tract de bilan de Laurent Vastel est disponible, nous l’avons distribué au RER jeudi (7/11), et sur le marché ce samedi (9/11).
Gageons qu’il vous faudra cette fois-ci moins d’un mois pour y répondre, et que vous saurez le faire avec plus de précision et de discernement, en évitant cet argument un peu triste que ce qu’a fait Laurent toutes les mairies le font, sauf peut-être celle de Pascal Buchet, mais qu’aujourd’hui vous ne vous en sentez aucunement ni solidaire, ni responsable.

A bientôt.
Charles REUTER
Fontenaisien depuis 2006

COMMENTAIRE SUR LES COMMENTAIRES DU MAIRE TRAITANT DE SON ÉCHEC DU COMMERCE À FONTENAY

Dans les Nouvelles de Fontenay, L. Vastel fait un long, très long article sur le thème du commerce à Fontenay : http://www.nouvellesdefontenay.fr/reponses-et-commentaires-de-mr-le-maire-laurent-vastel-a-larticle-du-point-sur-les-commerces-a-fontenay-aux-roses/

En synthèse, il explique  sur le ton du professeur spécialiste du domaine … son échec.  (On a droit à toutes les habituelles banalités sur le commerce en centre ville. Rien que nous ne sachions déjà, mais en vieux fontenaisien qu’il est, il nous explique tout ).

Un sérieux échec par rapport aux promesses car il y a en cette fin de mandature pas plus de commerce qu’il n’y en avait qu’au début.

C’était facile de jouer les matamores. On allait casser la baraque, les prédécesseurs n’avaient rien fait, rien compris au commerce (il a récupéré dans sa future liste  Mme Bekiari, l’adjointe de P. Buchet qui justement s’en occupait. Avec le résultat qu’il critique lui-même. Cherchez la logique! ). On allait voir de quel bois on se chauffait.

Oui on a vu.  Rien de plus ni de mieux qu’avant. Des successions d’ouvertures et de fermetures, c’est tout.

Je partage l’avis exprimé dans ce blog que l’analyse de L. Vastel est totalement fausse. Nous n’avons pas besoin de plus d’habitants. Nous avons besoin de guider vers le commerce local ceux qui sont déjà là.

Et je partage aussi complètement l’analyse du « groupe des 9 fontenaisiens », comme ils se surnomment : il faut implanter un pôle d’attraction au coeur de ville et rendre piétonnier ou semi piétonnier le triangle de Gaulle / Mail Boucicaut / Cavée (comme l’a bien défini dans ce blog monsieur Giraud) pour attirer le chaland. C’est cela qui animera le centre ville et par ricochet les commerces de tout ce triangle.

Le groupe des 9 fontenaisiens a proposé d’y implanter le cinéma-théâtre profitant d’une opportunité de travaux incontournables et chers à faire dans 1 ou 2 ans dans l’actuel bâtiment. C’est exactement ce qu’il faut faire (et je leur propose de demander aux commerçants du centre ville qui en bénéficieront de participer à l’opération. Je suis convaincu qu’ils soutiendront ce projet au moins parce qu’ils en bénéficieront).

Il y a peut être d’autres solutions. (Le maire a cru qu’en carrelant la place et en diminuant le nombre d’arbres il allait attirer le chaland. Raté bien sûr!)

Personnellement je n’en vois pas d’autres et n’en ai pas vu d’autres émerger. Mais peut être y en a t il. Suscitons les idées avant de décider encore une fois en catimini de jeter l’argent dans les fontaines et lames d’eau.

Mais quelle que soit l’idée retenue, la solution de développement du commerce passe par là.

Les théories de L. Vastel sur le nombre d’habitants ne sont que des élucubrations pour augmenter la densité dans la ville pour des raisons uniquement socio politiques, les commerçants n’y gagneront rien s’il n’y a pas un pôle d’attrait permanent au centre ville.

Est-ce que Fontenay est voué à voir partir ses habitants vers les marchés du Plessis de Sceaux de Bourg la Reine et de Bagneux ?

Y-a-t-il une malédiction du commerce à Fontenay ?

Je crois plutôt à un immobilisme certain dans le passé suivi d’une mauvaise analyse depuis 2014.

Trouvera-t-on enfin un futur maire qui acceptera de se lancer dans une vraie modification du coeur de ville? Bien sûr comme l’a dit le groupe des 9 fontenaisiens il faudra du temps et un peu d’argent (bien moins que ce que le maire a déclaré pour discréditer l’idée) mais plutôt que des bouts de décisions empilées depuis 25 ans qui au final ne changent rien, il faudra avoir le courage d’en prendre une mais une bonne.

Si non Fontenay verra ses commerçants vivoter et peut être disparaître et cette ville s’engourdira dans un dortoir francilien.

Antoine Mitouard

Commentaires sur l’article : “Le point sur les commerces de Fontenay : ceux qui ont fermé, ceux qui ont été créés, ceux qui manquent. Ce qui est prévu par la municipalité actuelle”

Article : Le point sur les commerces de Fontenay : ceux qui ont fermé, ceux qui ont été créés, ceux qui manquent. Ce qui est prévu par la municipalité actuelle

Delphine Lescuyer :

Bravo pour cet impressionnant travail de recensement.

J’ajouterais dans les manques: magasins de déco et de cadeaux, galerie d’art, boutique de créateurs/artisans d’art.

Où peut-on acheter un cadeau d’anniversaire ou autre à Fontenay (hormis vin/livre/fleurs)? Au marché cela n’est pas possible non plus.

Il manque aussi des cafés conviviaux pour les jeunes, actuellement il n’y a que le Café de la Gare.

Avenue Lombart, chaque commerce qui ferme (à cause généralement de départs en retraite) est “annexé” par le voisin. Ce qui signifie que le commerce se porte apparemment bien près du RER, mais que la diversité des commerces se réduit.

Dernière petite remarque, vous avez oublié de mentionner la boulangerie avenue Lombart comme point Relais, y compris Colissimo.

Odile BEAL

Je souhaite remercier et feliciter le ou les  auteurs de l’enquête sur les commerces fermés/ouverts à Fontenay, c’est vraiment complet, et cela a dû demander du temps.

Le sentiment que j’en retire, c’est que les échecs, souvent très très rapides, sont des “erreurs de casting”, offres inadaptées, ou en franche concurrence avec des commerces similaires  (l’épicerie fine face au cours des halles, la Cave à côté du Nicolas ).  Et bien sûr notre caractéristique de Ville Dortoir… Nous n’avons pas de Lycées prestigieux comme Sceaux qui draine étudiants et profs.Nous n’avons pas la même diversité de commerces, ni les mêmes moyens !

Ceux qui fonctionnent apportent un “plus” type Innovizza qui se démarque de la pizzeria traditionelle.

Les départs à la retraite sont inévitables mais prévisibles, je suis désolée pour le Colibri.

Je sais que la Mairie ne peut s’opposer à la cession d’un commerce sauf à préempter, je trouve cela dommage dans notre cas, car cela autorise des ouvertures vouées à l’échec. J’ai vu le jour le la brocante, la boutique du retoucheur rue Boucicaut, fermée par décision administrative…deux ans de non paiement de son loyer !

Résidant rue d’Estienne d’Orves, je vais voir l’évolution de la nouvelle épicerie…pas de place de stationnement, le seul passage est l’arret de bus 194 , dont les utilisateurs vont sans doute faire leurs courses une fois par semaine en supermarché. Je suis assez pessimiste sur leur chiffre d’affaire.

Privatisation des Aéroports de Paris (ADP), un Fontenaisien a écrit à notre député, Mr Bourlanges, et discute le fond de l’affaire.

Suite à la décision du Conseil constitutionnel d’autoriser la mise en route d’une procédure de Référendum d’Initiative Partagée (RIP) à propos de la vente d’ADP, ci-joint un courrier envoyé par un Fontenaisien à son député en février, qui discute le fond de l’affaire :

Monsieur notre député,
Je pense que ce n’est pas une bonne idée que de vendre ADP à une société privée. Ayant passé 40 ans dans l’industrie
aéronautique comme ingénieur et cadre supérieur, je me permets de vous donner un avis.
1. ADP, 1er exploitant mondial d’aéroport (Les Echos du 15 février), est une entreprise d’importance vitale pour le pays: c’est une
clef du tourisme pour la ville de Paris et la base principale d’Air France. La gestion des créneaux de vols et des taxes
d’atterrissage, bien sûr avec la DGAC, sont des éléments critiques pour Air France. La fin de l’A380 décidée par Airbus est une
illustration de cette bagarre sur les créneaux: si Emirates, client principal pour l’A380, a décidé d’annuler un certain nombre de
commandes pour cet avion, c’est très certainement parce que l’Etat lui a refusé des nouveaux créneaux en France, bien sûr à la
demande d’Air France et de son nouveau patron. Ce que ne dit plus la presse bien sûr!
2. ATP va devoir se développer encore dans les années à venir. On parle actuellement de la construction d’une nouvelle
aérogare, qui suscite déjà des polémiques avec les riverains. Il paraît évident que l’opinion sera beaucoup moins encline à
autoriser cette construction au bénéfice d’une société privée, plutôt qu’a un opérateur public. Voir ce qui s’est passé à Notre
Dame des Landes. Par ailleurs ces extensions sont un facteur primordial de développement comme on peut le constater avec
Londres Heathrow, bloqué dans son expansion à deux pistes par les riverains. Pour info, CDG dispose de quatre pistes
parallèles. On peut aussi noter qu’Heathrow est la destination la plus importante des A380. Et pourquoi donc?
3. Je n’aurais pas la méchanceté de rappeler l’exemple pitoyable bien connu des négociations avec les autoroutes. Négociations
dans lesquelles Emmanuel Macron lui-même s’est fait piéger avec Ségolène en acceptant des prolongations déraisonnables…
On peut aussi citer aussi le pataquès de l’aéroport de Toulouse dans lequel un gouvernement avait promis la majorité à terme à
un chinois, promesse qu’heureusement un autre gouvernement a refusé d’honorer. Ce qui a conduit ledit chinois à sortir … avec
une belle plus-value!
4. La réalité économique fait qu’aucune entreprise privée n’est capable de planifier des investissements à aussi long terme (on
parle de 60 ans) sauf exceptions évidemment (mines, énergie). Pour des projets de très long terme, seul l’État a la capacité à
prendre le risque, parce qu’il dispose des moyens de changer le contexte. L’Etat est aussi son propre assureur. Et donc dans une
négociation entre une entreprise privée et l’État sur des échéances aussi longues, la société privée va mettre – pour légitimement
défendre son intérêt et prendre des marges pour les aléas – tellement de garde-fous et de protections que l’État ne pourra jamais
s’y retrouver. Toutes les clauses de revoyure périodique et de pression sur les prix que l’on peut imaginer n’ont aucune chance de
permettre de conclure un deal. Il ne faut pas oublier que dans l’entreprise privée il y a des comptes à rendre, et que nos
fonctionnaires et nos politiques changent suffisamment rapidement pour ne pas avoir à assumer les décisions auxquelles ils ont
contribué. En ce sens, ils ne peuvent pas être vraiment accountable. Cela n’enlève rien à leur qualité, ni à leur génie à inventer
des moutons à cinq pattes pour convaincre leurs ministres. Hélas!
5. Il s’agit d’une promesse de campagne… Donc c’est sacré! On peut voir cette promesse de deux façons. D’un côté, il y a le
souci de donner à une entreprise française du BTP majeure une assise financière avec des ressources stables et prévisibles. En
quelque sorte il s’agit – et c’est positif – de la renforcer dans le concurrence internationale. De l’autre on peut imaginer la volonté
de dédommager VINCI du fiasco de Notre Dame des Landes… Mais au fait, la limitation à 80 km/h était-elle une promesse de
campagne?
Je me tiens à votre disposition pour tout complément.
Cordialement.
Michel Bayet

Place du General de Gaulle : Commentaires de Mr Sassot sur la livraison des nouveaux arbres : L’emballage est une chose, le contenu importe aussi !

Un mois après Noël, les lutins ont livré aujourd’hui des paquets bien ficelés sur la place du Général de Gaulle dénudée: rubans jaunes à foison, emballage solide… des arbres prêts à planter.

Comme le Père Noël ne communique jamais avant de livrer, son correspondant local pas davantage : l’espèce ou la variété reste une surprise pour les Fontenaisiens.

Faites mine de vous extasier, dites merci et résistez à la tentation d’échanger le cadeau même s’il n’est pas à votre goût…  Surtout une fois planté.

Reste à organiser un suivi sanitaire individuel, prévoir un remplacement programmé et progressif plutôt qu’abrupt et désespéré, protéger contre les vandales et renoncer à agrafer les arrêtés municipaux sur les arbres etc.

Parce que les administrés sont co-propriétaires du bien public, ils y veilleront à n’en pas douter et exigeront à chaque mandature que l’engagement soit reconduit.

Car les arbres se gèrent au long cours et non comme du mobilier urbain !

Sereinement, cette fois-ci.

Olivier SASSOT

Commentaires de Michel Faye sur l’abattage des marronniers de la Place de Gaulle

Les marronniers de la place De Gaulle étaient le symbole du patrimoine de la Ville : ils avaient résisté à la guerre de 70, ils avaient survécu à la guerre de 14-18, à la guerre de 39-45, ils avaient été sauvés d’un premier abattage en 1992 qu’avait décidé une mairie RPR, à laquelle appartenaient plusieurs adjoints du maire actuel, le maire de l’époque ayant accepté d’attendre le recours déposé par les Associatifs.

Aujourd’hui, s’étant débarrassé des élus Associatifs et Citoyens, le maire et sa majorité réduite se sentent tout puissants et n’ont que faire du patrimoine arboré de la ville. Ils appliquent leur credo : moins d’arbres, moins d’espaces verts (actuellement celui du parvis de la mairie est supprimé pour être remplacé par un bassin sur béton), plus de goudron et plus de béton.

Après la place de l’Eglise, l’avenue Jean Moulin, la rue des Pierrelais, et d’autres, sans attendre le résultat du recours sur le PLU, le maire fait abattre la moitié des marronniers de la Place De Gaulle.

La municipalité actuelle a prévu d’abattre la deuxième moitié des marronniers après 2020. Ce sont les électeurs lors des élections municipales qui décideront du devenir du patrimoine symbolique et poumon vert de la Ville.

Suzanne Bourdet et Michel Faye

Commentaires de Mr Olivier Sassot, après l’abattage des marronniers de la Place de Gaulle

C’est la place arborée du Général de Gaulle qui m’a incité à m’installer à Fontenay il y a plus trente-cinq ans: trop heureux de trouver une place de village en région parisienne !

A chaque mandature, ses coups-bas: un premier projet de place dallée combattu par les Fontenaisiens, puis l’abandon des élagages, le non-remplacement des arbres malades ou en fin de vie, 3 abattages pour un arrêt de bus déplacé mais aujourd’hui revenu à son emplacement initial, l’étranglement d’un arbre pour un coffret électrique, des branches cassées par les forains et les camions hors gabarit enlevant le verre recyclé et celui du fleuriste, absence de poursuite du commerçant du marché testant son nouveau sécateur à manches, des clous plantés par les brocanteurs, des incendies de voitures, de l’acide de batterie renversé, autant de malveillances restées impunies et, surtout, l’absence de calendrier d’entretien et remplacement périodique des arbres.

Le résultat ? les marronniers ont été abattus aujourd’hui, même les sujets sains plantés récemment. A votre avis: tous malades ou négligés et laissés sans soins ?

J’aurai pourtant tout essayé: courriers restés sans réponse aux municipalités successives, pétition en ligne et sur la place et même recours gagné devant le Tribunal administratif pour les kiosques édifiés en remplacement d’un arbre abattu à cet effet etc.

Les alignements d’arbres installés par nos Anciens pour l’agrément des usagers d’aujourd’hui sont désormais à terre: la place restera sans ombrage pendant des décennies, au grand dam des enfants prenant leur goûter à la sortie de l’école. Les seniors devront chercher d’autres bancs pour passer le temps à l’ombre. Les uns ne votent pas encore, les autres moins qu’avant, pense l’élu. Le mal est fait.

Aujourd’hui, la place est nue et mon cœur saigne.

Bien aventureux celui qui nous fera croire qu’arbustes et massifs de fleurs apporteront le même agrément.

Olivier SASSOT

Et si la place du Général de Gaulle devenait RÉELLEMENT une Zone de Rencontre?

Je voudrais remercier Séverine Grastilleur pour avoir pointé le danger auquel s’expose le piéton sur la place du Général de Gaulle à Fontenay-aux-Roses :
En effet le piéton doit s’y frayer un chemin à travers les voitures garées et ensuite tenter la traversée à ses risques et périls. Avant chaque traversée, il espère que la voiture qui arrive l’a bien vu. Ce n’est pas très apaisant. Et pour un enfant c’est loin d’être évident…
Je comprends la tentation de dessiner des passages piétons pour remédier à ce problème d’insécurité. Mais je pense que cette suggestion prend le problème à l’envers.
Je m’explique.
Qu’est-ce qu’une Zone de Rencontre ?
Il est utile de rappeler la place du Général de Gaulle dans son ensemble est une Zone de Rencontre indiquée par des panneaux :
Selon le Code de la Route cela signifie que le piéton y a la priorité absolue et partout sur les voitures. On quitte donc l’idée d’enfermer chaque utilisateur dans sa petite zone réservée (passage piéton, route pour voiture). On ouvre au contraire un grand espace où la voiture et le piéton se croisent partout en harmonie. C’est pour cela que la vitesse maximale y est réduite à 20 km/h, qui permet la convivialité, la civilité et la courtoisie.
En gros, la place du Général de Gaulle est une sorte d’énorme passage piéton où les voitures peuvent passer après avoir laissé passer le piéton !
Pourquoi ne pas tracer des passages piétons ?
Je pense qu’en traçant des passages piétons dans ce « grand passage piéton » on supprime la zone de rencontre. Au lieu d’apaiser la circulation en favorisant la rencontre, on dit aux automobilistes : « seulement ici sur ce passage piéton vous devez faire attention aux piétons, mais le reste de la route vous appartient et vous y avez la priorité ». Résultat : l’automobiliste n’est plus incité à faire attention partout comme dans une véritable Zone de Rencontre.
Comment sécuriser le piéton alors ?
Pour assurer la sécurité du piéton dans la Zone de Rencontre je pense qu’il faut aller au bout du concept de Zone de Rencontre. Cela signifie qu’il ne faut pas canaliser et limiter la rencontre mais au contraire la favoriser.
Cela peut se faire :
·         en créant de la visibilité : amener les automobilistes à se garer sous le parking du marché qui est quasi vide 93% du temps (13 demi-journées sur 14).
·         En créant une chaussée uniforme qui matérialise la rencontre plutôt que de l’éviter en créant des couloirs d’accélération comme sur la place de l’Eglise (lisez : http://oosterenvan.blogspot.fr/2017/04/la-place-de-leglise-reamenagee-quelles.html).
·         En matérialisant la rencontre dès l’entrée de la place du Général de Gaulle. Par exemple en faisant monter l’automobiliste sur un plateau uniforme pour lui faire sentir qu’il n’est plus dans « son couloir à lui », mais qu’il pénètre sur une place partagée…. de rencontre.
Je comprends que cette solution puisse paraître idéaliste et utopique. Pourtant elle est appliquée partout en France avec succès, même dans des grandes villes comme  à Lille :
Et si on ne veut pas l’appliquer car elle est utopiste, pourquoi alors avoir mis des panneaux Zone de Rencontre partout sur la place du Général de Gaulle ?
La place du Général de Gaulle changera bientôt de visage. Méditons donc sérieusement sur ces observations, pour un centre-ville plus apaisé, plus agréable, plus attractive pour tous.

Stein van Oosteren

Commentaire de Françoise Zinger, conseillère municipale de l’opposition à l’article de Mr Durand

Article : Réponse de Jean Michel Durand, à l’article de Michel Bayet sur la réunion de quartier Ormeaux-Renards

A ma connaissance et contrairement à ce qu’indique Monsieur DURAND, les recours devant le Tribunal administratif ne sont pas suspensifs, que ce soit pour la construction de logements sociaux ou pour celle de logements privés. L’auteur du recours, s’il estime que l’absence de caractère suspensif peut entraîner un dommage grave et irréparable, peut saisir le Juge des référés pour obtenir la suspension du permis. Sinon, les bénéficiaires des permis contestés peuvent continuer les travaux mais bien entendu à leurs risques et périls en cas d’annulation ultérieure du permis. Ils peuvent également déposer un permis modificatif, si les irrégularités le permettent.

Quant aux prétendus projets de constructions de logements sociaux par l’ancienne majorité, je rappelle que le pourcentage de logement sociaux à Fontenay est stable depuis les années 1970, autour de 40% auxquels il faut ajouter 3% de logements étudiants qui n’étaient pas comptabilisés comme logements sociaux par le passé.

Il a mécaniquement baissé quand la SCIC devenue par la suite ICADE, a déconventionné ses logements qui avaient pourtant bénéficié du 1% patronal, de fonds publics et souvent de terrains municipaux et qui sont ainsi sortis du secteur social.

En 2009-2010, ICADE a revendu son patrimoine à des bailleurs sociaux (en empochant au passage une importante plus-value), à Fontenay comme dans toutes les communes de la région parisienne et sans que le Maire et la municipalité n’aient eu leur mot à dire.

Le pourcentage de logements sociaux est alors revenu à celui des années 70 (environ 40%).

La précédente majorité s’était engagée à maintenir ce taux. Elle avait respecté ses engagements pendant trois mandatures, rien ne permet de dire qu’elle n’aurait pas respecté cet engagement si elle avait été reconduite.

Françoise ZINGER Conseillère municipale

Quelques impressions après la réunion publique du 14 septembre sur le devenir du bâtiment du Conservatoire rue du Docteur Soubise

  1. Monsieur Vastel défend les intérêts de la ville ?

Le montage élaboré par la ville pour le devenir de l’ex-conservatoire est d’une grande complexité, qui mélange sous le même toit un propriétaire public (la ville) et un propriétaire privé (une société informatique). Selon son inventeur, cette solution rend le statu quo quasiment irréversible, puisque toute évolution devrait obtenir l’accord formel de tous les copropriétaires.

J’ai encore dans l’oreille un maire – l’actuel – pestant contre les montages public-privés, et la difficulté de traiter les problèmes dans ce cadre. Il cite en particulier la copropriété du mail Boucicaut.

Est-ce défendre les intérêts de la Ville – et de tous ses citoyens – que de laisser en quittant son poste un imbroglio ingérable ? N’est-ce pas un prix disproportionné à payer pour satisfaire des intérêts certes légitimes, mais qui ne concernent directement qu’un petit nombre de Fontenaisiens ? M. Vastel ne céderait-il pas à un petit groupe corporatiste

2 – L’ambiance de la réunion

La réunion était certes d’entrée sous haute tension en raison d’un contentieux lourd entre la Ville et l’association Soubise. Trois membres de cette association se sont certes montrés particulièrement agressifs, allant jusqu’à formuler une demande carrément abusive (l’association veut rencontrer la société informatique intéressée par le rachat partiel du bâtiment). Mais la réunion a été difficile pour M. Vastel :

–        Bien que sachant que l’ambiance serait tendue, il monte immédiatement en première ligne. Alors que c’est le 1er adjoint qui était jusque-là en charge du dossier, et qui discutait avec l’association Soubise. Le 1er adjoint aurait très bien pu mener le débat, calmement, et M. Vastel aurait pu prendre du recul, et intervenir en soutien ou complément de son 1er collaborateur. M. Vastel n’a-t-il donc aucune confiance en son équipe ? ou veut-il montrer que c’est lui le patron ?

–        Dans son discours, M. Vastel triche avec la réalité, à propos du timing entre sa lettre aux riverains et la pétition de ces mêmes riverains. Il se fait interpeler de façon virulente par l’association, et se confond alors en excuses lamentables… C’en était gênant de voir le premier magistrat d’une ville française de 25 000 habitants se comporter de la sorte. M. Hollande par ses reculades multiples sur pleins de sujets, petits et grands, a fortement désacralisé la fonction de chef d’état. Est-on sur la même pente dans notre ville ?

–        On a entendu au cours de la réunion M. Vastel reprocher en public à un éminent membre de l’association Soubise, qu’il figurait sur la liste de soutien à M. Buchet aux dernières municipales….

3 – Deux perles Continuer la lecture