Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) et Plans Pluriannuels d’Investissement (PPI) + Rapport d’activités des services de la ville au Conseil Municipal du 9 Mars 2016

La vidéo du Conseil Municipal du 9 Mars 2016 est disponible sur le site de la ville :

https://www.youtube.com/watch?v=T2U5nbQvusA&list=PLI5dbIW5MI44_glfnYnXjHKcZe6hCJpag

Exposé d’introduction du Maire , Laurent Vastel

Il a fait réaliser à son arrivée, il y a presque 2 ans, des audits financier et du patrimoine. Le patrimoine est dans un état dégradé et les finances n’ont plus d’excédent budgétaire pour être à l’équilibre, comme imposé par la gestion des collectivités locales.

Le but des finances est de restaurer de la marge et dégager 4 M€ pour retrouver un équilibre en 2017. Sur un budget de fonctionnement, de 30 M€ environ, le poste Personnel représente 70 % environ. Le poste Personnel est passé de 16.5 M€ en 2005 à près de 20 M€ en 2015. Il a été stabilisé en 2015, par des non-renouvellements. Le désengagement de l’Etat s’est très nettement accentué, depuis 2014, avec les 50 Md€ pour le budget de l’Etat, financé pour 1/3 par les collectivités locales, soit pour la commune une baisse de l’ordre de 15% par rapport au budget de fonctionnement. En 2016, cela représentera environ 700 k€. Ces dépenses augmentent mécaniquement, du fait du Glissement Vieillesse Technicité et du fait de la participation de l’employeur à la cotisation pour la Mutuelle. A effectif constant, elle augmenterait de 350 k€ environ. Sans baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF), il n’y aurait pas d’augmentation des impôts. Nous serons obligés d’utiliser le levier de la fiscalité. Nous avons déjà décidé de remettre l’abattement global sur la taxe d’habitation, à 7 % au lieu de 15 %. Cela représente 800 k€/an. Remettre les tarifs des cantines et des Centres de Loisirs à ceux de 2012, représente 400 k€ / an.

Laurent Vastel : Parmi les engagements que j’ai pris pendant la campagne électorale : augmenter la population par du logement privé, car le nombre de logement sociaux est maintenant de 43.5 % des logements de la ville. La vente des logements ICADE, réalisée du temps précédent a représenté une baisse de rentrées pour la ville de 9 M€. Je veux créer une dynamique par la rénovation des voiries et des batiments. Il y aura une modernisation du service public, par la mise en place d’un guichet unique pour les inscriptions aux services de la ville. Le site Web sera repris entièrement.

Nous maintiendrons le financement des associations au même niveau qu’en 2015 (NDLR: ils avaient été baissés de 10 à 20 % en 2015). Nous distribuerons 250 k€, venant du Département aux associations, avec un appel à projets (NDLR : ces associations étaient avant financées directement par le Dpt).

Pour la sécurité, les nouveaux locaux sont en cours de travaux. les caméras de vidéosurveillance sont en cours de déploiement et auront un local de supervision. Il y aura un policier municipal supplémentaire et les rondes seront étendues jusqu’à 1 H du matin.

Pour la solidarité, nous ferons une analyse des besoins sociaux. Pour l’antenne de la Mairie, aux Blagis, il y aura une antenne de “Femmes sans Frontières” et de Hauts de Seine Habitat.

 Intervention de Mr Durand, délégué aux Finances, sur le DOB

La présentation de Mr Durand peut être téléchargée sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

Le DOB doit maintenant avoir une présentation pluriannuelle. pour 2016-2020.

La masse salariale représentait 16.5 M€ en 2005 et 19.8 M€ en 2015. En 2014, le budget de fonctionnement est devenu négatif, compte-tenu de la baisse de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) de l’Etat.

Le chèque du CEA (9.5 M€) obtenu par l’ancien Maire, Mr Buchet a été en partie utilisé (5.6 M€) pour financer une baisse de 30% des tarifs des cantines et des Centres de Loisirs, en 2013-2014, et surtout des remboursements d’emprunts, ce qui a ramené la dette fin 2015 à 20 M€ au lieu de 24 M€ en 2012. La charge de la dette est aussi diminuée à 650 k€ dans le budget de fonctionnement. En 2015, il y a eu environ 1 M€ de dépenses non réalisées et environ 1 M€ de recettes en plus, en partie due à une dynamiques des bases locatives de + 500 k€, ce qui permet de garder un solde positif pour le budget 2015. Par contre, le besoin de financement de la section investissement est de 1.8 M€ et ce besoin ne pourra pas être comblé comme auparavant par un excédent du budget de fonctionnement.

Quelles sont les incidences des décisions de l’Etat sur les finances de la commune pour la période 2016-2020 ?

– Baisse de la DGF : 700 k€ / an
– Mise en place des NAP : 300 k€ /an
– Accès PMR batiments communaux : 800 k€ /an
– Municipalisation des crèches : 400 k€ / an

Il y aura un déficit de l’épargne nette de 2.3 M€ fin 2020 qu’il faudra combler. Dès 2018, la ville serait dans une impasse financière, pour des problèmes de trésorerie. 

Quel est le cadrage financier pour l’année 2016 ?

– des dépenses de personnel stabilisées à leur niveau de 2015 (19.9 M€) : non renouvellement systématique des départs, et diminution des vacataires et heures supplémentaires, baisse effective de 200 k€ de la masse salariale, car environ 200 k€ pour la mise en oeuvre de la mutuelle. Effort important sur la formation.
– baisse des subventions de l’Etat de 890 k€ : 750 k€ pour la DGF et 120 k€ pour la petite enfance

Plan PluriAnnuel d’Investissement pour les batiments communaux par Mr Lhoste, élu responsable des batiments.

La présentation peut être téléchargée sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

Fontenay possède 41 batiments: 35 appartiennent à la ville, 6 à l’agglomération. Pour la commune cela représente 52700 m2, dont 36 % pour le scolaire, 19 % pour le sport, 14 % pour l’administration. L’agglo Sud de Seine gère 6300 m2, dont 75 % pour la culture 14 % pour le sport.

L’age moyen des batiments est de 54 ans. La grosse période de construction est de 1960 à 1990. La plupart ont des caractéristiques correspondant à leur age : mauvaise isolation thermique et phonique, écart important par rapport aux normes actuelles; dont présence amiante.

Le but du PPI est de résoudre les problèmes liés à l’age des batiments, en particulier :

Répondre à la demande d’équipements publics suite à la réalisation d’opérations immobilières

–        Création de salles de classe
–        Rénovation et agrandissement de la crèche des Pervenches
–        Construction d’un nouvel équipement polyvalent

Améliorer le confort et la sécurité dans l’utilisation des équipements

–        Création d’un préau couvert (école Scarron)
–        Confortement de l’école Jean Macé
–        Modification de l’accès à l’école de La Roue
–        Rénovation de salles de classes (Rotonde de l’école Jean Macé)
–        Extension du gymnase des Pervenches
–        Rénovation du gymnase du Parc
–        Création d’un club House pour la section ASF Rugby

Rationaliser et optimiser le fonctionnement des services et valoriser l’image de la ville

–        Rénovation de la salle des mariages de l’Hôtel de Ville
–        Réaménagement de la mairie
–        Démolition de la tribune du stade du panorama et création d’un bâtiment de stockage

Pour chaque travaux, la ville fera appel à des subventions. Le cout global pour la ville sera de 16 M€ pour 2016-2020 avec pour 2016, 2.7 M€. Rien que le cout pour l’accès PMR représente 4.9 M€ pour la ville (800 k€/an)

Plan PluriAnnuel d’Investissement pour la voirie par Mr Chambon, élu responsable de la voirie et des espaces verts

La présentation peut être téléchargée sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

La ville a actuellement 32 km de voies publiques, dont :

• 26 km de voies communales, 128 voies
• 6 km de voies départementales, 10 voies

Le montant de ce PPI est de 22,5 millions d’Euros sur 5 ans, dont une grande part est financée par des subventions ou des prises en charge dans le cadre du contrat départemental, par le SIPPEREC, le STIFF et d’autres dispositifs à hauteur de 13,6 millions d’Euros. Le reste à charge pour la ville sera de 9 M€ environ sur 5 ans.

Pour définir ce PPI, les services de la ville se sont appuyés sur différents diagnostics, soit effectués par la ville, soit par des prestataires avec lesquels la ville travaille. Nous avons aussi travaillé au niveau des 5 quartiers de Fontenay-aux-Roses : Blagis-Gare, Ormeaux-Renards, Pervenches-Val Content, Parc-Centre ville et Scarron-Sorrières. Les situations et les besoins d’investissements ne sont pas les mêmes d’un quartier à l’autre.

Ces investissements vont porter sur les types de travaux suivants :

  • L’enfouissement des réseaux aériens et l’éclairage public : il s’agit des réseaux d’alimentation en électricité, dispositif dont le financement est pris en charge par ERDF et le SIPPEREC jusqu’en 2019. En ce qui concerne les réseaux de télécommunication et de l’alimentation de l’éclairage public, le financement est partagé entre la ville et la communauté d’agglomération. 25 voies  restent à enfouir sur les 26 voies communales que compte Fontenay-aux-Roses.
  • La rénovation des réseaux d’assainissement : un schéma directeur établi en 2008 a identifié 23 voies à rénover. Le financement de cette rénovation est assuré par la communauté d’agglomération.
  • Les aménagements urbains : 4 opérations importantes sont planifiées sur la ville (place de l’Église, place de la Cavée, place du Général De Gaulle et Parc Laboissière), inscrites dans le contrat départemental 2016 – 2018. Les travaux prévus dans le PPI dnas le cadre de ces aménagements urbains concernent la rénovation des revêtements de chaussée et des trottoirs, la rénovation de l’éclairage public.
  • La rénovation de l’éclairage public : ces travaux concernent le remplacement des équipements d’éclairage public dans le cadre des enfouissements des réseaux, le remplacement des luminaires équipés de lampes à vapeur de mercure (interdites à la vente) et le remplacement de matériels anciens et peu performants (mise en place de lampes LED).
  • La mise en accessibilité des arrêts de bus : Il s’agit de mettre aux normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite 19 arrêts de bus (création d’un quai, déplacement du mobilier urbain, reprise des revêtements). Le financement est pris en charge par le STIF à hauteur de 75%.
  • La rénovation des revêtements des chaussées et trottoirs : les services techniques de la ville ont réalisé un diagnostic pour catégoriser l’état des chaussées et des trottoirs en 4 groupes (neuf, bon, moyen, mauvais). La moitié des rues de notre ville sont rangées dans les deux dernières catégories. Les travaux de rénovation concernent en priorité la rénovation des tronçons catégorisés comme mauvais. Les quartiers dont les rues sont le plus en mauvais état sont Ormeaux-Renard, Parc-entre Ville et Scarron-Sorrières.

Plan PluriAnnuel d’Investissement pour l’informatique par Mr Lafon, maire adjoint aux technologies

La présentation peut être téléchargée sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

 Etat des lieux du système d’information
Moyens humains et financiers :
– 1 responsable + 1 technicien et 1 assistant utilisateur
– 1 poste ouvert depuis le départ de la directrice en juillet 2013
– Peu de recours aux prestataires pour les déploiements, la gestion du parc et des serveurs
– Budget stable depuis 5 ans environ 170K€ hors masse salariale, 75K€ investissement (ville + écoles)
 Environnement :
– 252 PC dont 120 répartis sur 13 sites distants pour la mairie
– 190 postes dans les écoles (parc très hétérogène et chronophage)
– 9 serveurs, 108 imprimantes dont 58 en réseau
– 25 logiciels métier installés + bureautique Microsoft Office / Libre Office / Open Office
 La question de la gestion de la téléphonie:
– Enjeux de la téléphonie aujourd’hui gérée pour partie par la DSTM (matériel, portable et installation/maintenance) et pour partie par l’informatique (paramétrage autocom)
– Si le transfert intégral à l’informatique parait opportun, la question de la capacité à prendre en charge (moyen humains et compétences) est posée
 Synthèse des risques opérationnels
 Infrastructure vieillissante et obsolète entrainant des risques de sécurité
 Perte de données importante en cas de problème technique (virus, casse…)
 3 semaines pour reprendre l’activité en cas de défaillance lourde
 Logiciels métiers et bureautiques obsolètes
 Impossibilité de travailler à distance et en transversalité
 Niveau de service offert non adapté aux enjeux de modernisation
Planning des investissements : 530 k€ en 2016, 250 k€ en 2017, puis 150 k€/an

 Rapport d’activités des services de la ville pour l’année 2015 et les prévisions pour 2016

Le rapport peut être téléchargé sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

Ce rapport d’activité, réalisé pour la première fois à Fontenay donne l’organigramme des services de la ville :

  • Cabinet du maire
  • Direction générale des services
  • Pôle population
  • Pôle Ressources
  • Pôle proximité
  • Pôle enfance et petite enfance
  • Pôle services techniques et aménagement

Pour chaque service, il donne les éléments suivants :

  • LES MISSIONS
  • LES MOYENS HUMAINS ET MATERIELS
  • CHIFFRES CLES ET REALISATIONS MARQUANTES DE L’ANNEE 2015
  • LES PROJETS DE L’ANNEE 2016

Cela donne une foule de données et de chiffres qui montre ce que représente une entreprise comme celle d’une ville.

SITUATION DU THEATRE A FONTENAY-AUX-ROSES

Lors de la soirée de présentation de la saison 2015-2016, l’intervention de l’Association des Amis du Théâtre des Sources et du Cinéma Le Scarron a été diversement appréciée. Si celui qui a lu la déclaration a reçu des manifestations de soutien, il a aussi été agressé avec une véhémence étonnante, qui reposait assurément sur une mauvaise écoute et un malentendu.

Quelques mois plus tard, il est possible d’essayer de faire le point. Nous avions rappelé les principes fondateurs de notre association et dit nos inquiétudes. Les principes fondateurs demeurent, nos inquiétudes aussi, sans doute aggravées.

Sur le plan de la politique municipale générale, il est clair que le Théâtre n’est pas une priorité. Pourquoi le serait-il d’ailleurs ? Mais si on compare Fontenay et Chatillon, ce qui évite une stérile polémique droite/gauche, il est évident que le théâtre à Chatillon jouit d’une autre considération que celle dont il bénéficie à Fontenay, et que son statut dans la cité n’est pas le même.

J’ai de bonnes raisons de penser et de savoir que la nouvelle équipe ne souhaitait pas recevoir en héritage ce théâtre tel que les choix idéologiques (de gauche) et esthétiques des équipes en place lui avait donné visage.

Cela étant, il faut dire que la nouvelle équipe municipale  a « joué le jeu » et, aux prises avec des difficultés budgétaires générales, a fait en sorte que le Théâtre des Sources puisse continuer à vivre en suivant la ligne générale qui était la sienne.  Ce qui explique que le CA du Théâtre n’a pas été un lieu de conflits. Madame Guilleminot, adjointe au Maire à la culture, a fermement défendu l’activité du théâtre et a permis à la directrice Laurence Ackerman de construire librement son programme, dont le succès s’est traduit par une augmentation du nombre des abonnements.

Donc, d’une certaine manière, la saison se déroule bien. Cependant les conditions dans lesquelles fonctionne notre établissement public sont de plus en plus difficiles. Insuffisante en nombre l’équipe artistique et administrative est surchargée de travail ; cette surcharge a entrainé une démission, un départ, des arrêts pour cause de maladie à répétition. La directrice elle-même est arrêtée depuis la rentrée de janvier. Sans doute grâce à l’appui de la municipalité la secrétaire administrative  a  pu être remplacée. Il n’en reste pas moins que l’équipe de huit est actuellement réduite à trois.

La question est : où en est la préparation de la prochaine saison ? Il a été question d’un interim de direction, mais c’est plus une rumeur qu’une assurance. Peut-être si elle lit ces quelques lignes Madame Guilleminot pourra-t-elle nous éclairer.

Pour ce qui est d’un avenir plus lointain, Monsieur le Maire a évoqué en public à plusieurs reprises l’éventualité d’une mutualisation avec un théâtre voisin qui pourrait être celui de Chatillon. J’ai demandé dans un courrier électronique à Madame Guilleminot quelle était sa position sur cette éventualité. Elle ne m’a pas (encore) répondu et sans doute lui est-il difficile de le faire à titre personnel.

L’idée d’une mutualisation peut conduire à envisager deux possibilités.

S’il s’agit d’un strict problème de gestion financière des deux établissements cela peut être une opération de rationalité économique qui aurait ses avantages.

Mais, et c’est notre inquiétude, ce pourrait être une situation assez banale où le gros (Chatillon) dévorerait le petit (Fontenay). Les Sources deviendraient une annexe de Chatillon, une salle n°2 de notre voisin. Y aurait-il encore une autonomie du théâtre? Y aurait-il encore une billetterie à Fontenay ? Y aurait-il encore présence d’une équipe permanente avec rencontre et accueil du public ? N’y aurait-il plus que quelques spectacles de temps à autre ? Ou aurions-nous un lieu désert, une coquille vide seul le cinéma survivant ?

Nous n’entendons pas faire un procès d’intention, mais le mieux serait que nous disposions d’informations claires, ce qui nous éviterait un jour de nous retrouver devant le fait accompli.

Au début de sa mandature Monsieur le Maire avait dit son souhait d’une programmation « rentable ». Il souhaitait des spectacles phares qui permettraient de vendre des places à un prix élevé. Il souhaitait aussi une programmation réduite. Peut-être sa façon de voir a-t-elle évolué avec l’exercice du pouvoir et à l’épreuve de la réalité, même s’il continue d’évoquer fréquemment le coût du théâtre. Notre expérience d’administrés nous a appris que de telles évolutions sont possibles : monsieur Buchet au cours de ses années de gestion a beaucoup appris et il a su évoluer sur certaines questions.

Il est certain qu’un théâtre public ne peut vivre sans une saine et rigoureuse gestion. Mais il saurait en aucun cas devenir une machine à profit.  C’est la possibilité de l’amorce d’une telle dérive que nous redoutons. Mais nous souhaitons que cette crainte apparaisse vaine et nous n’hésiterions pas alors à reconnaître que nous aurions nourri de très injustes soupçons à l’égard de l’équipe municipale en place.

Guy BRUIT,

pour les Amis du Théâtre des Sources et du Cinéma Le Scarron.

Il est 6 h : les fontenaisiens, petits et grands, sont réveillés par les camions poubelles

J’ai noté que l’agglomération Sud de Seine avait signé un plan de prévention du bruit. Je serai curieux de savoir ce qui est préconisé dedans.

En effet, au quotidien, le bruit devient insupportable.

Habitant rue Ledru Rollin, rue déjà très passante, nous devons, depuis novembre 2015, supporter 3 fois par semaine d’être réveillés, à grand bruits de presse et de bacs manipulés bruyamment, à 6 h du matin par le ramassage des ordures ménagères. Et je ne parle pas du ramassage des encombrants, certes moins fréquent mais qui fait un raffut du tonnerre.

Je conviens qu’il faille que le ramassage se fasse. Et qu’il est souhaitable d’éviter les heures de pointe sur les axes passants. Mais alors que de nombreuses villes, dont Paris, reviennent à des horaires diurnes voire en soirée, Sud de Seine a décidé d’avancer le ramassage d’une heure.

A ce rythme-là, pourquoi ne pas ramasser à 3 h du matin ?  Ca circule encore mieux …

Situé juste au-dessus d’un point de collecte de plusieurs immeubles, en face de la Poste, et malgré un double vitrage, c’est devenu infernal. Les enfants sont épuisés.

J’ai contacté la mairie, en demandant à revenir à des horaires raisonnables ou pour le moins à faire en sorte que la tournée ne commence pas systématiquement par notre rue mais rien ne bouge.

Contactée à plusieurs reprises depuis des semaines, la mairie me répond invariablement que ma demande sera traitée dans les meilleurs délais.

Sur ce sujet, comme sur d’autres, l’essentiel me semble de prévenir les nuisances pour les fontenaisiens.

L’équipe municipale avait fait campagne sur le manque de propreté de Fontenay. J’avoue qu’à l’époque, je n’y avais pas prêté attention. Alors que désormais, j’ai vraiment l’impression de vivre à proximité d’une déchetterie trois fois par semaine.

Stanislas Massieux

Notre agglo sur un plateau

Depuis le 1er janvier 2016, la Communauté d’Agglomération Sud de Seine n’existe plus. En effet, suite à la loi NOTRe,  les communautés d’agglomération des Hauts-de-Bièvre, de Sud de Seine, ainsi que la communauté de communes de Châtillon-Montrouge ont fusionné pour créer l’Etablissement Public Territorial n°2. Chacun des 12 EPT de la Métropole du Grand Paris a en effet reçu provisoirement un numéro, en attendant que leur assemblée constituante vote son appellation définitive.

Comme je m’interrogeais sur le nouveau nom de cet établissement public, j’ai lu sur Wikipedia que son nom provisoire était “Vallée Sud Grand Paris”.

Mais comme Wikipedia le souligne : “Paradoxalement, la plus grande partie du territoire de Vallée Sud Grand Paris se situe, non dans une vallée, mais sur le plateau calcaire du Petit-Clamart, avancée du Hurepoix. Au nord, le plateau culmine au-dessus des communes riveraines de la Seine (Issy, Boulogne) tandis qu’au nord-est il descend en pente douce vers Paris par le glacis de Châtillon-Montrouge. Seule la commune d’Antony est située dans la vallée de la Bièvre.”

Il semblerait que ce nom soit voté définitivement en février, y a-t-il encore une chance qu’il prenne en compte la réalité de la géographie de la région ?!

En plus, cela éviterait d’être confondu avec les habitants de la Vallée de la Bièvre, qui sont eux dans l’EPT 12 !

Compte-rendu de la balade + la réunion publique dans le quartier Ormeaux-Renards, le Mardi 3 novembre 2015

La balade est un diagnostic en marchant de 15h à 18h effectué avec le Maire. 

Les élus présents sont M. Le Maire, Mme Gagnard, Mme Mercadier, M. Chambon (responsable de la voirie et des espaces verts). Le directeur des services techniques M. Duez est présent et enregistre les demandes. Il y avait environ 40 habitants de Fontenay qui ont suivi cette marche. Parmi eux des membres du Comité d’Habitants (CDH) du quartier.

Le parcours avait été défini avec le CDH et était affiché sur les panneaux municipaux. Certains habitants sont venus le long du parcours exposer leur problème : problème pour sortir de chez soi, à cause d’un stationnement de voitures inadapté, problème d’entretien des espaces verts, de ramassage des feuilles. Toutes les demandes sont notées par le directeur des services techniques.

La réunion publique a lieu à partir de 20 H à l’école des Renards. Le Maire est accompagné des différents adjoints : Mme Mercadier (élu référent du quartier), Mme Gagnard (Démocratie Locale), M. Chambon (Espaces Verts), M.Faye (Urbanisme, Transports, élu référent), M.Lafon (Technologie, élu référent), M.Bigret (Commerces), M.Porcheron (Sécurité),  M.LHoste (Travaux), Mme Navarro (Enfance)

Le Comité d’Habitant, nouvellement constitué est présenté. Il est aussi coté tribune. Pour contacter le Comité d’Habitant, on peut déposer sa demande, par l’intermédiaire d’un formulaire de contact , la demande sera envoyée à tous les membres du CDH, y compris les élus référents :

 http://www.fontenay-aux-roses.fr/index.php?id=645

Sont d’abord abordés les problèmes personnels des habitants avec le Maire. Pour la plupart des problèmes, le Maire propose d’utiliser le N° Vert gratuit : 0801 80 00 92, mis en place par la Mairie, pour une intervention rapide et efficace sur le terrain pour tous les problèmes de voirie, travaux, stationnement, éclairage public, déchets ou espaces verts. Ce service gratuit fonctionne du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30 (16h30 le vendredi). En dehors de ces horaires, un répondeur enregistrera les demandes. Un agent des services techniques intervient directement et vous tient au courant. Continuer la lecture

Questions d’actualités sur la densification, la population, l’urbanisme, et l’habitat à Fontenay

Pourquoi faire une densification de la ville et augmenter la population de la ville de 3000 habitants ?

C’est le SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile de France) dont la date de mise en oeuvre est le 1er janvier 2014 avec une période d’application : 2014 – 2030.

Ce SDRIF impose de densifier +15% dans un rayon de 1000m autour des gares SNCF, RER, station de métro existantes, de densifier +15% dans un rayon 500m autour des gares Tramway existantes,de densifier +10% les autres zones. Les 15 % Cela concerne 92 % de la surface de Fontenay. La population de Fontenay doit augmenter de 14.6 %. Il s’agit d’une obligation, sinon, c’est le préfet qui l’imposera. Il s’agit de constructions nouvelles. 

La population qui est de 23500 habitants doit passer en 2030 à 26900 soit 3400 habitants en plus.

Est-ce que cela implique la construction de 2000 logements privés ?

La taille des ménages à Fontenay est actuellement de 2.2 personnes / logement. Pour que la population augmente de 3400 habitants, il faudra construire environ 1500 logements. Il n’est pas nécessaire de  construire des logements sociaux, dans la mesure où le taux actuel à Fontenay est de 42.5% , largement supérieur aux 25 % de logements sociaux, demandé par la loi SRU.

Cela implique la construction de combien de logements en moyenne par an ?

Cela implique la construction d’environ 100 logements / an. Le rythme de construction actuel est de 35 logements / an, dont environ 10 maisons individuelles et 25 logements sociaux. Il s’agit de multiplier par 3 le rythme de construction actuel.

Que prévoit le Grand Paris pour Fontenay ?

Il prévoit une Territorialisation de l’offre de logements (TOL). 

La Territorialisation de l’objectif de construction de 70000 logements par an est prévue
par la loi relative au Grand Paris (loi n°2010- 597 du 3 juin 2010). L’article 23 de cette loi
dispose qu’afin d’atteindre l’objectif de 70000 logements annuels, le représentant de l’État
doit définir «tous les trois ans, les objectifs annuels de production de nouveaux logements
dans les périmètres comprenant un ou plusieurs territoires soumis à obligation de
réaliser un programme local de l’habitat.

Sur ces 70 000 logements annuels, 35 000 logements permettront le maintien en place de la population actuelle (renouvellement du parc), 25 000 logements accueilleront des populations nouvelles et offriront des différents modes de résidence et enfin 10 000 logements répondront aux besoins supplémentaires engendrés par le projet du Grand Paris.

Pour Fontenay, c’est l’agglomération Sud de Seine qui définit l’objectif de construction. Cet objectif de construction peut comprendre (pour moitié en tout cas de la rénovation du parc existant.

Qu’est-ce qui est prévu par l’agglomération Sud de Seine ?

L’objectif défini par la TOL est de 1100 logements pour 5 ans, soit 220 logements / an pour Fontenay.

 L’agglo Sud de Seine a défini un rythme beaucoup plus élevé que le précédent PLH (2010-2014), 35 logements /an, mais qui reste un peu inférieur à celui demandé par la TOL.

Le nouveau PLH (Plan Local de l’Habitat) qui est prévu pour la période 2015-2020.  Il  a été voté 7 Mai 2015 par l’agglomération, il doit être avalisé par chaque commune. Cela a été fait à Fontenay lors du Conseil Municipal du 22 Juin.

Le nombre total de logements à construire pour Fontenay serait de 1050 logements pour la période, soit 210 logements /an

Où seraient situés ces projets de constructions/rénovations ?

Les principaux projets :

– place de Gaulle : 100 logements
– La Cavée : 115 logements
– Les Blagis : 290 logements
– Dépot RATP : 100 logements
– Rue Marx Dormoy : 80 logements

Certains sont déjà actés, place de Gaulle et La Cavée, d’autres ne sont que des possibilités. Les 290 logements qui sont prévus pour les Blagis sont en même temps de la reconstruction et de la création de logements privés. 

Est-ce que la ville est menacée par une OIN (Opération d’Intérêt National)  qui aboutirait à une densification énorme ?

Le 17 Février 2015, la métropole du Grand Paris a défini un  Plan de mobilisation pour le logement en Île-de-France en  faisant appel à l’Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne (AFTRP) pour évaluer les potentiels et contraintes des territoires vis-à-vis de la construction de logements. Cette agence a défini 20 Opérations d’intérêt national (OIN), dont une sur Fontenay aux Roses, Clamart, Bagneux, Cachan. 
La plaquette correspondante est disponible avec ce lien.

En pratique, les OIN comportent deux aspects. Les secteurs de projet, d’une part, qui sont des terrains appartenant à l’État et sur lesquels ce dernier projette de construire
des logements sociaux. Les sites de mobilisation sous OIN, d’autre part, qui sont des
territoires sur lesquels l’État cherche à densifier, par la création de ZAC notamment. On ne voit pas où l’Etat pourrait créer une ZAC, car il n’y a pas de grand terrain disponible.

Pour le moment, seul le secteur de projet du CEA pourrait être envisagé avec la construction de 845 logements. D’après la plaquette, il s’agirait d’une programmation mixte et équilibrée. Pour qu’elle puisse exister, il faudrait que le CEA ait déménagé. Pour cela, il faudrait que le site du CEA soit entièrement décontaminé et dénucléarisé. Cela n’est pas prévu avant 2030.

 

INAUGURATION du Plus Petit Cirque du Monde (PPCM) et FESTIVAL HIP CIRQ 2015

A l’origine du projet de centre des Arts du Cirque et des Cultures Emergentes, une initiative locale et citoyenne :
Le Plus Petit Cirque du Monde http://www.lepluspetitcirquedumonde.fr/index.php , association créée en 1992 par quelques balnéolais bénévoles, pour les enfants des quartiers populaires de Bagneux. Avec volonté et persévérance cette petite association a reçu depuis un trophée de l’Economie Sociale et Solidaire pour ses actions dans les domaines de la pratique amateur, de la formation, du développement social et solidaire. Le rêve, en 1992, de son président Daniel Forget, se concrétise aujourd’hui en 2015 avec l’inauguration du Centre des Arts du Cirque et des Cultures Emergentes. Oeuvre architecturale mise en forme par le cabinet Construire http://www.construire.cc/ dans le cadre d’un chantier ouvert accueillant : public, adhérents, écoles, manifestations….mis en scène par un directeur artistique circassien, Nikolaus de la compagnie Pré Occupé  avec des adhérents pratiquants, les salariés, les administrateurs, les bénévoles.  La fin  du chantier est prévue pour fin décembre 2015.
Jeudi 25 juin à 19h ce lieu haut en couleurs (dans tous les sens des termes plus de 28m de hauteur et sa toiture colorée bleu et vert) sera inauguré dans une ambiance encore de chantier . Les discours des officiels seront entrecoupés d’impromptus artistiques et de spectacles. Cette manifestation est ouverte à tous.
Cette inauguration marque également le lancement du Festival annuel Hip Cirq 7e édition qui se déroulera jusqu’au 28 juin. Comme chaque année le festival est ouvert à tous gratuitement sur réservation avec le lien suivant :
https://docs.google.com/a/ppcm.fr/forms/d/18hg737Kzf9N5dvPfGOgBnfGhbklFuoM-8f2iwtN_wpw/viewform

La collecte des sapins de Noël est entrée dans les moeurs

La collecte des sapins de  Noël est maintenant organisée  par l’agglo Sud de Seine. Du vendredi 26 décembre 2014 au dimanche 18 janvier 2015, Sud de Seine met à votre disposition, comme l’année dernière, des enclos à sapins répartis sur votre commune.

Il y en aura forcément un près de chez vous. Seule exigence, déposez votre sapin sans pot ou sac en plastique. Le sapin sera recyclé et vous limiterez ainsi la pollution liée au traitement de ce type de déchets.

Ci-joint la liste des points de collecte pour l’agglomération 

Attention : seuls les sapins naturels, sans neige artificielle sont acceptés.

Les sapins décorés, artificiels,  ou insérés dans des sacs non-biodégradables doivent être déposés à la collecte des ordures ménagères.

Celle-ci est maintenant rentrée dans les mœurs. Même si certains les mettent dans des sacs non-biodégradables (voir photo)

Après le 18 Janvier, vous pouvez aussi les déposer dans les déchetteries mobiles et fixes de Sud de Seine. Voici le lien vous donnant les lieux et horaires de ces déchetteries :  http://www.suddeseine.fr/index.php/collecte-dechet/148-les-decheteries-mobiles

 

Pourquoi la collecte des déchets verts s’arrête fin Novembre, alors que les feuilles ne sont pas toutes tombées ?

Voilà ce que l’on peut voir actuellement dans les rues de Fontenay et des communes de Sud de Seine.

En fait beaucoup d’arbres n’ont pas encore perdu leurs feuilles et même si elles sont tombées, les particuliers n’ont pas encore eu le temps de les ramasser et les mettre dans des sacs. Comme ils ne sont pas au courant, ils les mettent dans la rue en attendant qu’ils soient ramassés par les camions de l’agglomération.

En effet, c’est l’agglomération Sud de Seine qui est chargé du ramassage des déchets verts. Voilà ce que l’on peut lire sur le site internet de l’agglomération :

“Comme chaque année, la collecte des déchets verts se terminera le lundi 24 novembre pour les villes de Bagneux et de Clamart et le mardi 25 novembre pour les villes de Fontenay-aux-Roses et de Malakoff. Elle reprendra en 2015, début mars, et les paquets de sacs de déchets verts seront distribués durant le mois de février. Durant cette période de non collecte, vous pouvez déposer vos déchets verts dans les déchetteries mobiles et fixes de Sud de Seine, qui vous accueillent chaque jour (à l’exception des jours fériés). Vous trouverez toutes les informations horaires et localisations en cliquant ici.”

Pour Fontenay, cette déchetterie mobile se situe Route du Panorama. Elle a lieu tous les mardis et le 2e et 4e samedi de chaque mois de 13h à 17h30. Ce lieu et l’horaire ne sont pas commodes pour des gens qui travaillent.

Le mieux serait de prolonger la collecte des déchets verts de 2 semaines, à l’automne et si on veut rester à budget constant ne commencer la collecte qu’après le 15 Mars.

Quartier Ormeaux-Renards : visite du Maire, Conseil de Quartier le Jeudi 16 Octobre et discussions qui concernent toute la commune

Après les quartiers Blagis et Scarron, le maire, Laurent VASTEL, a mis en application sa méthode : aller à la rencontre des habitants, l’après-midi en parcourant les rues pour relever avec ses services techniques toutes les avaries et désordres rencontrés sur le chemin : état de la voirie et des trottoirs, présence de déchets et ordures non ramassées, présence de tags, parking du RER, état des escaliers situé en direction du RER et de la rue des Ormeaux, montée rue Guérard, et Boris Vildé (rencontre les habitants), visite du Parc Boris Vildé, retour par la rue du Dr Soubise. Il était accompagné des élus référents du quartier : Muriel GALANTE-GUILLEMINOT et Anne-Marie MERCADIER, ainsi que des membres du comité des habitants du quartier.

Le comité d’habitants du quartier s’était réuni une semaine avant pour faire le point des problèmes en cours et sur lequel il attendait des réponses, en particulier sur l’implantation d’un commerce au carrefour des Mouilleboeufs et pour le bâtiment du Conservatoire.

Le soir à  partir de 20 H a eu lieu le Conseil de quartier, qui a réuni en plus du maire, des élus, du personnel des services techniques, environ 200 habitants sur un quartier qui en comporte 5000. C’est le maire qui dirigeait les débats, contrairement à ce qui avait été fait avec l’ancienne municipalité où c’était, conformément à la Charte de Démocratie Participative, le Comité des habitants qui fixait l’ordre du jour et dirigeait les débats. On revient ainsi à l’ancienne méthode du « ping-pong » entre le maire et les habitants. Continuer la lecture