Le Maire de Fontenay aux Roses suspend sa collaboration avec l’Association FARàVélo et supprime tout soutien matériel et financier !

Les faits

Le 16 mars 2021, le Maire notifie par simple lettre l’arrêt de sa collaboration avec l’association « FARàVélo » et plus précisément, le maire :

  • Demande à l’association de libérer sous un mois le local municipal mis à disposition, place du Général-de-Gaulle.
  • A déjà demandé au Département de suspendre l’autorisation accordée à l’association pour occuper la Coulée Verte avec ses ateliers mensuels « FARRépare ».
  • Va demander à l’association « JDLC» (Jeunes Dans Le Cycle) d’organiser des ateliers de réparation sur la coulée verte.
  • Annonce que la Ville organisera en mai des séances d’initiation à la pratique du vélo.

Que nous reproche le Maire ?

Le Maire déclare avoir été amené à prendre cette décision du fait de la politisation de l’association, basée selon lui sur :

  • La position partisane de l’association en faveur d’une liste aux municipales 2020 :
  • La diffusion d’un message issu d’un parti politique via leur mailing liste ;
  • Le commentaire violent et insultant du président (à titre personnel) sur Facebook reprenant une photo de la dernière tribune mensuelle de la majorité municipale ;
  • FARàVélo occulte systématiquement le rôle de la mairie dans des réalisations communes ;
  • L’appel à voter – toujours selon l’interprétation du Maire – contre le Maire de Fontenay-aux-Roses aux prochaines élections Départementales dans un courrier aux adhérents de FARàvélo.

 Nous tenons à disposition de chacun.e les éléments de réponse à ces interprétations, que nous récusons fermement.

Qui est et que fait FARàVélo ?

Issue d’un groupe de travail « FARàVélo » créé en Novembre 2016 par des Fontenaisiens, l’association a été fondée en avril 2017. Stein van Oosteren en est le Président.

Elle a actuellement 90 adhérent.e.s.

FARàVélo est une plate-forme citoyenne qui permet :

  • de proposer une ville cyclable aux décideurs (via la proposition de Plan Vélo)
  • de découvrir le département grâce à des balades organisées
  • d’aider les habitants à apprendre à faire du vélo (dans la vélo-école)
  • d’accompagner les habitants à aller au travail à vélo (voir carte covélotaf)
  • d’aider les habitants à réparer leurs vélos (atelier FARRépare)
  • de faire graver votre vélo pour le protéger contre le vol

Quelques réalisations vélo de la Mairie de Fontenay :

  • Mise en place de cédez-le-passage cyclistes sur nombre de carrefours ;
  • Marquages au sol avec des pictogrammes vélos dans les rues rénovées ;
  • Achat par la ville du FAR Bike imaginé par FARàVélo, pour la livraison des courses par Vélo-Cargo, mis à disposition des commerçants ;
  • Installation d’arceaux à vélo.

Nous nous sommes beaucoup impliqués avec les collectivités territoriales (Territoire VSGP, Département, Région) et au sein du Collectif Vélo IDF pour le lancement des coronapistes et la création du Réseau Express Régional Vélo : RER-V. Stein Van Oosteren est le porte-parole du Collectif Vélo Île-de-France.

Suite à l’élaboration de la carte RER-V par le Collectif Vélo Île-de-France, au vu de son sérieux et de l’implication du Collectif, la Région a décidé de financer le RER -V à hauteur de de 300 millions d’euros (budget total : 500M€).

FARàVélo est une association qui se développe et pèse dans le débat public sur la place du vélo dans la région IDF. En 2020, Stein Van Oosteren a notamment été sélectionné par Le Parisien et My Little Paris pour faire partie des 50 personnalités qui font le Grand Paris.

Quels sont les dommages immédiats et à plus long terme pour les pratiquants du vélo ?

  • Interruption du dialogue nécessaire pour faire évoluer la ville, notamment par un Plan Vélo, que FARàVélo a proposé à la mairie en 2019.
  • La vélo-école n’a plus de local pour stocker ses 16 vélos et le matériel annexe. Cette décision compromet le fonctionnement de la vélo-école débutée il y a tout juste un an, avec une vingtaine d’élèves formés et aussi d’une dizaine de cours d’apprentissage individuels, de 2h chacun, sur la place de Gaulle, le dimanche matin.
  • Faute de local, l’atelier de gravage est interrompu. Cela pose un problème financier : les bicycodes achetés ne peuvent être récupérés (les bicycodes sont limités dans le temps).
  • L’arrêt de l’atelier de réparation FARRépare, qui s’installe chaque premier samedi du mois devant la médiathèque de Fontenay-aux-Roses.

Notre réaction :

  • Renouer le dialogue avec la Mairie. FARàVélo souhaite continuer à aider les habitants à la pratique du vélo (école, réparations, gravage) qui est en pleine croissance en Région Parisienne.
    Nous souhaitons aussi continuer à accompagner la mairie dans la rénovation de la voirie afin de sécuriser les déplacements à vélo.
    Nous espérons que la Mairie entendra cet appel à la coopération et elle est prête à entamer le dialogue.
  • FARàVélo reste un interlocuteur pour le Collectif des 11 associations vélo en Vallée Sud Grand Paris, qui travaille avec VSGP sur un schéma directeur cyclable sur notre territoire.
  • FARàVélo participera à la campagne que lanceront les 39 associations du Collectif Vélo Île-de-France début avril, pour porter des propositions pour une région et un département des Hauts-de-Seine cyclables (réseau vélo, stationnement vélo en gare, école à vélo).

Le plus urgent est de trouver un local : FARàVélo lance un appel à l’aide aux Fontenaisiens : qui pourrait nous prêter un garage ou cave ou local pour stocker nos vélos et outils ?

Notre site: https://www.faravelo.com/

Nous écrire : faravelo@outlook.fr

Adhérer et soutenir FARàVélo : ici

Venez bouger et prendre l’air avec l’ASF, Samedi 20 Mars 2020

2 professionnels de l’ASF seront là pour vous accompagner, vous motiver et vous faire transpirer.

  • Accès libre et gratuit, tout niveau dès 7 ans (les enfants resteront sous la responsabilité des parents.)
  • Sur la plaine de jeux (ancien terrain de rugby) accessible par la coulée verte et la rue Georges Bally, FAR.

Samedi 20 Mars 2020

4 sessions de 30 minutes

10h30 – 11h00  /  11h00 – 11h30

11h30 – 12h00  /   12h00 – 12h30

Association Sportive Fontenaisienne

Suite à l’incendie d’OVH, le site de la Médiathèque de Fontenay ne fonctionnent toujours pas

Le site de la ville de Fontenay aux Roses qui était hébergé par OVH a été remis en route 

Par contre le site de la Médiathèque ne fonctionne toujours pas. 

C’est génant si on veut savoir la disponibilité d’un livre, le faire prolonger, accéder à NOSCO  le sésame numérique

Même si les Médiathèques sont gérées par le Territoire, certaines sont disponibles et d’autres pas. De toute façon, pour accéder à son compte, il faut être inscrit dans sa médiathèque.

Atelier mensuel de réparation de vélos le Samedi 6 mars 2021 – 9h30 – 12h30

Association FARAVELO                                FAR-Répare 

Notre atelier mensuel de réparation de vélos est toujours à votre service.

Vous êtes nombreux à connaitre ce RV convivial de rencontres et d’échanges, le 1er samedi du mois.

Faites réviser/réparer votre vélo. Nous ferons notre possible pour le remettre à niveau ou l’entretenir, et ce ensemble, en vous guidant.

Samedi 6 mars 2021 —  9h30 – 12h30

Près de la médiathèque FAR 

Venez (masqué.e) et apportez votre vélo, ou même venez simplement passer un petit moment avec nous.

Mail : faravelo@outlook.fr

Mois de Janvier à la médiathèque de Fontenay-aux-Roses

Ce programme vous est présenté sous réserve d’annulations en raison d’éventuelles nouvelles mesures sanitaires.
Renseignez-vous au 01-86-63-13-10 dans les horaires d’ouverture, sinon par mail à mediathequefontenay@valleesud.fr
Toutes les animations se font sur inscription afin de mieux gérer l’affluence et de limiter le risque sanitaire.
Site internet : https://www.mediatheque-fontenay.fr/

Atelier PCAET sur l’économie circulaire : un enjeu qui nous concerne tous

Dans le cadre des ateliers PCAET (Plan Climat-Air-Energie Territorial) proposés par Vallée Sud – Grand Paris, l’économie circulaire sera le dernier sujet. Il sera abordé mardi prochain 1e décembre de 18h30 à 20h. L’économie circulaire est une alternative à notre économie linéaire actuelle dont les externalités négatives mettent désormais en péril nos conditions de vie.  Elle suppose de requestionner les étapes de fabrication, de consommation et d’utilisation des produits alimentaires et des biens de consommation et enfin de recyclage des produits en fin de vie. Il s’agit d’une part de créer de nouvelles activités économiques ou de transformer des activités existantes pour mettre à disposition des habitants une offre de produits écoresponsables et d’autre part de faire évoluer nos modes de consommation. C’est un enjeu qui nous concerne tous, les dirigeants et les entrepreneurs, les associations, les habitants et les collectivités territoriales au travers notamment de leurs compétences de développement économique, de soutien à la vie associative et de gestion de déchets. Le défi du plan d’actions à construire dans le cadre du Plan Climat-Air-Energie du Territoire (PCAET) est de déterminer comment amorcer ce virage, cette transformation essentielle de notre économie. Pour le relever et faire du PCAET une formidable opportunité pour notre territoire, la mobilisation de tous les acteurs concernés est indispensable.

L’économie circulaire

L’économie circulaire est une réponse pour sortir d’une économie aujourd’hui linéaire qui utilise des ressources pour les transformer en biens que nous consommons avant de les jeter, détruisant irrémédiablement les ressources qui, pour beaucoup ne sont pas renouvelables. Cette animation américaine sous-titrée explique ce qu’est notre économie linéaire mondiale et ses externalités négatives : https://www.storyofstuff.org/movies/story-of-stuff/

L’économie circulaire peut être représentée par différents schémas, en voici un premier qui permet de voir la boucle globale et ces différentes phases :

La fabrication

L’extraction des ressources et la fabrication d’un grand nombre de produits alimentaires et de biens de consommation sont généralement réalisées sur d’autres territoires que le nôtre et même souvent dans d’autres pays. Les émissions de gaz à effet de serre, les pollutions de l’air, de l’eau et des sols et la destruction des ressources qui caractérisent ces fabrications nous concernent tout de même puisque nous acceptons de consommer ces produits. L’économie circulaire nous proposent des leviers d’action pour réduire ces externalités liées à notre consommation.

En effet si les fabricants ne sont pas ici, les produits sont approvisionnés et donc choisis par des entreprises qui, elles, sont a minima en France et pour les commerçants, dans nos villes. Par ailleurs, beaucoup sous-traitent la fabrication qui est réalisée selon leurs exigences.

Dans le cadre du développement économique, une compétence du Territoire, des leviers se présentent donc via le soutien à la création ou à la transformation, d’entreprises industrielles, de distribution ou de commerçants, dans l’objectif de rendre accessible, aux habitants du territoire, une consommation responsable.

Les entreprises pour cela peuvent :

–        faire évoluer leurs achats pour sélectionner des produits durables,

–        éco-concevoir les produits qu’elles fabriquent ou dont elles sous-traitent la fabrication, c’est-à-dire, selon l’ADEME, des produits recourant « aussi peu que possible aux ressources non renouvelables en leur préférant l’utilisation de ressources renouvelables, exploitées en respectant leur taux de renouvellement et associées à une valorisation des déchets qui favorise le réemploi, la réparation et le recyclage »,

–        mutualiser des ressources avec d’autres acteurs économiques du Territoire, en vue de les économiser ou d’en améliorer la productivité : partage d’infrastructures, d’équipements, de services, de matières… (c’est l’Ecologie Industrielle Territoriale),

–        faire évoluer leur modèle économique pour évoluer vers une activité servicielle (économie de la fonctionnalité) ou plus largement pour sortir de la logique de volume qui caractérise notre économie aujourd’hui et génère une pression croissante sur les ressources.

Les modalités de soutien peuvent prendre différentes formes : financière pour soutenir l’amorçage, l’expérimentation ou l’accompagnement méthodologique ; la mise à disposition de locaux gratuits ou à des prix préférentiels voire le soutien à la création d’un dispositif d’incubation et d’accompagnement des entreprises, en s’appuyant sur des outils et méthodologies pertinentes pour soutenir l’ambition d’une économie plus circulaire.

La consommation et l’utilisation

Pour permettre une consommation responsable, il faut une rencontre entre une offre (voire le point ci-dessus) et une demande. Celle-ci suppose des actions de sensibilisation auprès du plus grand nombre pour permettre à chacun de comprendre les enjeux et de changer son comportement de consommation mais d’autres leviers peuvent être également activés.

Comme on le voit sur le schéma ci-dessous, trois familles de produits sont particulièrement concernées : les viandes et les poissons, l’habillement, et enfin le numérique et les produits technologiques (TV, BOX, Ordinateurs, Montres connectées, enceintes, etc.).

Plusieurs leviers existent pour réduire notre empreinte carbone :

–        augmenter la durée d’utilisation des produits que nous possédons. Dans le domaine de l’habillement, le nombre d’utilisations d’un vêtement a baissé de 36% en 15 ans, entrainant une augmentation sensible du nombre de vêtement acheté chaque année. Cette « fast fashion » coûte très cher à l’environnement. Inverser cette tendance et renouveler nos garde robes deux fois moins souvent permettrait de réduire notre empreinte habillement de 44%,

–        privilégier les produits de seconde main, remis en état, éventuellement transformés (ce que certains appellent l’up-cycling),

–        faire réparer nos produits plutôt que de les remplacer,

–        mieux utiliser les produits. Ainsi, à nouveau dans le domaine de l’habillement, réduire la température de lavage, mieux remplir le lave-linge et réduire l’utilisation du sèche-linge permettrait de réduire l’impact de 5 à 10%,

–        changer de régime alimentaire et augmenter le nombre de repas végétariens qui émettent 4 à 5 fois moins qu’un repas moyen.

Pour progresser sur ces différentes dimensions, on voit que des actions sont nécessaires pour que chacun dispose des bonnes informations concernant notamment les bonnes pratiques de lavage ou la composition d’un régime plus végétarien. Des savoirs et savoir-faire dont nous avons besoin sur d’autres sujets pour, par exemple, réduire sa consommation d’énergie chez soi, un autre sujet particulièrement important.

La communication est un outil pour sensibiliser et transmettre les informations nécessaires au changement de notre mode de consommation mais seule, elle est insuffisante. Des actions comme le défi zéro déchet et pourquoi pas demain un défi « alimentation durable » ont un rôle important à jouer pour créer une dynamique que les associations peuvent soutenir et prolonger en organisant des ateliers ouverts à tous, des animations thématiques, etc.

Par ailleurs, il est là aussi nécessaire qu’une offre soit disponible : des magasins de produits de seconde vie, des réparateurs, des entreprises de reconditionnement de produits numériques, des fabricants de pièces détachées, etc. Autant d’activités économiques dont il est possible de soutenir la création.

Recyclage

Le recyclage est la dernière étape pour les produits en fin de vie qui ne peuvent plus être réparés ni remis en état.

L’enjeu principal concerne la collecte de ces produits en fin de vie et leur intégration réelle dans un processus de recyclage.

Ainsi, on estime que 20% des produits numériques sont collectés et seulement 2% sont recyclés compte tenu des contraintes techniques mais aussi de l’export, illégal, vers l’Afrique ou ailleurs.

Pour le textile, la collecte est un peu plus importante : 38% du tonnage mis sur le marché au niveau français mais moins de 20% dans le département des Hauts-de-Seine !

Quant au recyclage des emballages, canettes et autres bouteilles d’eau, c’est un sujet à part entière avec des enjeux de collecte mais aussi et surtout de développement de solutions qui permettent de s’en passer : le vrac, la consigne, etc. Des contraintes qui doivent être prises en compte dans l’éco-conception évoquée plus haut.

Projets phares du Territoire : ressourcerie et réduction des déchets

Parmi les projets phares proposés par le Territoire, il y a une ressourcerie. Cela manque cruellement en effet. La réduction et la valorisation de l’ensemble des déchets sont également mises en avant.

La ressourcerie peut constituer une source très riche de produits de seconde vie pour alimenter d’autres entités, commerciales ou de transformation dans une perspective d’économie circulaire.

Pour initier cette nouvelle filière, une idée pourrait être de soutenir la création de boutiques dans toutes les villes du Territoire avec pour chacune un porteur de projet qui pourrait choisir l’orientation de sa boutique : revente de produits de seconde main, mobilier, produits pour enfants, jeux, etc. ou bien monter une boutique de remise en état et de réparation avec un atelier de fabrication de pièces détachées ou bien une maison zéro déchet, etc. Ces boutiques devraient avoir une surface suffisante pour pouvoir y accueillir des particuliers mais aussi des écoles, des associations… permettre des ateliers, des conférences ou autres actions de sensibilisation ou de formation, qui auront un impact, notamment, sur la réduction des déchets.

L’économie circulaire permet de rapprocher la consommation et la production. Pour se développer, elle a besoin de l’action coordonnée des collectivités pour impulser et soutenir son démarrage, des dirigeants d’entreprises et de porteurs de projet pour transformer les activités économiques existantes et en créer de nouvelles, des écoles et des associations de citoyens pour accompagner les changements de comportement de consommation.

Atelier du 1e décembre

L’atelier du 1e décembre ne sera pas suffisant pour épuiser le sujet, loin s’en faut. D’autres ateliers seront nécessaires, avec une réelle participation des associations et des habitants qui souhaitent s’investir sur ces sujets, avec aussi des dirigeants d’entreprises et des porteurs de projets, pour imaginer et dessiner les contours des actions à mener pour relever les défis de l’économie circulaire.

Pour assister à l’atelier du 1e décembre, chacun peut s’inscrire ou se rendre sur Youtube pour visualiser l’émission en temps réel (sans doute n’est-il pas possible de poser des questions via Youtube). Il est également possible de participer en écrivant à planclimat@valleesud.fr pour poser des questions ou faire des propositions d’actions.

Association FET : Défi « Nettoie ton Km » et On récupère des objets cassés

Défi  «Nettoie ton Km»

Dans le cadre la semaine européenne de la réduction des déchets

Nous vous proposons d’agir en famille en participant à l’opération “Nettoie ton kilomètre”, qui émerge en France. Le principe est simple : dans la limite d’1h et d’1 km, profitez de vos balades autour de votre domicile pour ramasser les déchets qui jonchent le sol. C’est l’occasion de sensibiliser les enfants à l’importance de ne pas générer des déchets inutiles, de ne pas les jeter n’importe où et de les trier.

L’idée du défi est de ramasser le plus grand nombre de déchets jusqu’à la fin des vacances de Noël, soit du 23 novembre au 3 janvier 2021.

Comment participer?

  • Munissez-vous de gants et de votre attestation de déplacement
  • C’est parti pour 1h de ramassage
  • Prenez-vous en photo avec votre sac, ou votre sac uniquement
  • Si vous le souhaitez, vous pouvez peser ou compter les déchets que vous avez ramassés
  • Envoyez-nous votre photo préférée et vos informations à l’adresse contact.fet@yahoo.com
  • Partagez également ce défi avec vos amis sur les réseaux sociaux

Toutes les photos proposées, seront publiées sur le blog et la page Facebook de l’association. A la fin de l’opération, un jury d’enfants d’école primaire de Fontenay récompensera la photo la plus drôle et la photo la plus originale.

Ne pas produire de déchets, c’est mieux !

Nous aurons l’occasion de vous proposer d’autres initiatives quand les conditions sanitaires le permettront, notamment des ateliers à destination des familles et des enfants.

Pour la sécurité de tous, ce défi se relève en respectant les gestes barrières (prenez bien vos masques et gants et lavez-vous les mains après avoir mis vos déchets à la poubelle).

On récupère des objets cassés

Pour les réparateurs en culottes courtes

Pendant le confinement, on fait le tri dans les placards ou les greniers, et on fait de la récup…

Pour les ateliers « Repair kids », nous recherchons des jouets ou des objets cassés. Une partie d’entre eux servira d’expérimentation pour les ateliers démontage/remontage du Repair kids, car il faut bien se faire la main pour devenir un virtuose du tournevis, ou de la pince ! Quant aux objets qui ont un bon pronostic vital (sic !) ils seront réparés en duo avec un enfant et un réparateur parrain. Les jouets ainsi requinqués seront offerts à une association d’action sociale de Fontenay.

Pour déposer un objet, signalez-vous par mail : contact.fet@yahoo.fr

Le CA de FET (Fontenay Environnement & Transition)
Lætitia, Dominique, Christophe

Ateliers d’Expression artistique (Potentiel à l’oeuvre) pendant les vacances de la Toussaint

Pour les enfants et adolescents :

STAGE VACANCES DE 3 jours : les 21, 22 et 23 Octobre 2020, de 14h à 16h30.

Venez explorer la technique du monotype de manière ludique et en faire des créations uniques.

Pour les adultes et ados :

Avec katia JACQUIN- (Tél. : 06 29 61 57 92) 

Un stage à la journée techniques mixtes (peinture, aquarelle, encre, matériaux récupérés…). Laissez s’exprimer votre créativité.

LE VENDREDI 30/10/20 de 10H30 à 16h30 (pause déjeuner d’1h)

Avec Tatiana Oléa- (Tél. : 06 71 67 04 65) 

Des ateliers “Crochet et Broderie” Les SAMEDIS 24 et 31/10/20 / Les DIMANCHES 25/10 et 01/11/20 après midi.

Vous trouverez ci-joint les fiches d’inscription ainsi que les informations complémentaires : fiche d’inscription vacances 2020_2

Réservation à faire rapidement.

Atelier Potentiel à l’Œuvre

7 rue La Boissière 92260 Fontenay-aux-Roses

Présentation d’un artiste : Christophe BELLARDANT, Maître verrier

Christophe Bellardant a suivi une longue formation au Centre International du Vitrail de Chartres.

Il a passé à 45 ans son Brevet des Métiers d’Art de vitrailliste puis un diplôme de restaurateur de vitraux “biens communs “.

Depuis plusieurs années, il est installé dans l’ancien atelier de Jacques Le Chevallier fondé en 1946 à Fontenay aux Roses

Ses créations et restaurations de vitraux s’adressent aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels de l’aménagement intérieur ou aux gestionnaires de biens.

Via la plate-forme Wecandoo , il propose des stages d’initiation au vitrail les samedis.

Il a déjà 4 églises à son actif en termes de restauration de vitraux. Continuer la lecture

Le “défi zéro déchet” à Fontenay-aux-Roses : s’inscrire avant le 31 Octobre

Le Territoire Vallée Sud – Grand Paris renouvelle cette année son défi Zéro Déchet. Fort de son succès depuis son lancement en 2018 à Montrouge, puis en 2019 au Plessis-Robinson, ce challenge écolo est désormais ouvert à tous les habitants du Territoire, dont Fontenay-aux-Roses.

Objectif du défi zéro déchet

L’objectif de ce défi est de vous permettre de réduire vos déchets grâce à des changements de consommation et mille et une astuces ! Afin de mesurer vos progrès, vous réaliserez des pesées de vos poubelles une fois par mois (tri et ordures ménagères).

Un kit pratique vous sera délivré et vous serez soutenus par des ateliers animés une fois par mois par des associations locales, qui vous sensibiliseront aux écogestes. Les produits sains et faits-maison comme le dentifrice, la lessive et les bonnes recettes de cuisine antigaspi n’auront plus de secret pour vous !

Ce défi permet non seulement de préserver nos ressources naturelles mais aussi de consommer plus sainement, de créer du lien social et d’échanger entre voisins. Alors vous aussi, rejoignez la communauté #ZeroDechetVSGP !

S’inscrire au défi zéro déchet

Pour vous inscrire c’est simple, rendez-vous sur cette page du site de Vallée Sud – Grand Paris avant le 31 octobre 2020.

Le défi commencera à partir de novembre jusqu’en juillet 2021.

Pour en savoir plus

> Pour les enfants : https://www.youtube.com/watch?v=9EEwsfZUfoY
> Reportage : https://www.youtube.com/watch?v=I6MBKd6r-p8
> Expérience Zéro déchet https://www.youtube.com/watch?v=wlevpjmxeiA
> Blog « La famille zéro déchet » : https://www.famillezerodechet.com
> Site internet « Zéro Waste France » : https://www.zerowastefrance.org