PRINTEMPS DES POÈTES À FONTENAY-AUX-ROSES – TOUS À VOS PLUMES !

Le printemps des poètes 2021, c’est du 13 au 29 mars ; deux semaines et trois week-end pour s’exprimer en poésie !

Le thème de l’année est “le désir” ; un thème qui excite les neurones et invite à la créativité ! Un espace de liberté et de rêve en période de contraintes sanitaires…

Si vous vous sentez une âme de poète, vous pouvez envoyer vos textes à :

printemps.despoetes@yahoo.com

Jusqu’au 29 mars à minuit.

Participation gratuite. Pas de contrainte de forme, juste une limitation à 1500 caractères, blancs compris. Trois poèmes maximum par participants, qui doivent évidemment être propriétaires des textes proposés…

Sauf contre-indication juridique (injure, diffamation, pornographie, etc…) tous les poèmes seront publiés sur le blog de Michel Giraud, organisateur du concours, (michelgiraud.fr) et les blogs fontenaisiens  participants (Ateliers FontenaisiensLes Nouvelles de Fontenay et Osez Fontenay, à la date de lancement de l’opération).

Un jury choisira les meilleurs textes, et leurs auteurs seront récompensés.

Tous à vos claviers !

Michel Giraud

ÉLECTRICITÉ : À PROPOS DES COMPTEURS LINKY (4/4) – QUE REPROCHE T’ON GÉNÉRALEMENT AUX COMPTEURS LINKY ? (2/2)

Dans trois précédents articles, j’ai essayé d’expliquer à quoi servait le compteur communicant Linky (lire ici), comment il fonctionnait (lire ici), et quels sont quelques-uns des principaux reproches formulés à son encontre (lire ici les premiers reproches).

Dans ce quatrième et dernier article, je vais m’intéresser à quelques autres reproches fréquemment entendus.

Linky est un bel exemple d’obsolescence programmée : on remplace, sans vrai raison, d’anciens compteurs qui fonctionnaient encore très bien… ?

Comme je l’ai écrit dans le premier article de la série, l’objectif des compteurs communicants est de permettre à chacun de mieux connaître sa consommation d’énergie, donc de mieux la maîtriser, et, in fine, d’économiser des ressources énergétiques de la planète. Ceci est un pari industriel dont nous ne pourrons juger du résultat que dans dix ou quinze ans, et dont nous sommes tous un peu responsables. Si nous n’utilisons pas les données que Linky rend disponible pour essayer de consommer mieux et moins, le pari ne pourra pas être gagnant.

C’est un peu la même chose avec l’interdiction progressive des véhicules diesel : si nous remplaçons tous de vieux diesel par des véhicule à essence (par ailleurs plus lourdement taxés par le malus écologique, ce qui est étrange…), sans nous interroger sur des moyens de déplacement alternatifs (transports en commun, véhicules électriques partagés, vélo, etc.), on n’aura peut-être réduit un facteur de pollution (particules fines) qu’en en augmentant un autre (CO2)…

Conclusion : Linky n’est qu’un outil. À nos fournisseurs d’électricité et à nous-même de l’utiliser au mieux pour réduire nos consommations d’énergie… A suivre dans la durée, et je pense que la Commission de Régulation de l’Energie sera vigilante sur ce sujet..

Linky est coûteux et va alourdir nos factures d’électricité ?

Le coût de déploiement des 35 millions de compteurs Linky est de l’ordre de 5 Milliards d’Euros sur 10 ans (2014-2024) (estimation de la Cour des Comptes en 2018). A titre de comparaison, la construction d’une tranche nucléaire de dernière génération est estimée à environ 7,5 à 8 Milliard d’Euros sur 5 ans (estimation de La Tribune fin 2019).

Les amortissements de ce lourd investissement vont-ils venir gonfler nos factures d’électricité ?

Voici ce que dit la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) sur le sujet fin 2020 (lien : https://www.cre.fr/Actualites/la-cre-publie-ses-projets-de-decisions-sur-le-futur-tarif-d-utilisation-des-reseaux-d-electricite-turpe-6) :

“Linky, l’atout essentiel à la transition énergétique

Avec déjà 29,5 millions de compteurs installés par Enedis (4 foyers sur 5), le déploiement du programme Linky qui sera achevé fin 2021 constitue un atout essentiel à la transition énergétique. Il permet sur la période TURPE 6 de diminuer les pertes non techniques et les coûts de relève, ainsi que de disposer de nouveaux services et de données bien plus précises sur le fonctionnement du réseau, de favoriser l’implantation des énergies renouvelables et la maîtrise de la consommation.

Tout cela permet des économies sur les charges d’exploitation du réseau de près d’1 milliard d’euros sur les 4 prochaines années, qui seront restituées aux consommateurs sur la période du TURPE 6.”

Ce que dit la CRE, en clair, c’est que l’utilisation des compteurs Linky va générer une baisse de coûts pour le distributeur, et donc une économie pour les clients…

Conclusion : là encore, l’évolution des tarifs sera à suivre dans la durée…

Linky disjoncte trop vite en cas de surconsommation ?

Voyons ce qu’en dit Engie (ex GDF-Suez), le principal concurrent de EDF en France (lire ici)”) :

“Les compteurs Linky™ disjonctent plus que les anciens compteurs ?

Non. La sensibilité aux dépassements de puissance des compteurs Linky est globalement la même que celle des anciens compteurs. Lors de la pose du compteur, en cas de décalage entre la puissance contractuelle et le réglage du disjoncteur, le technicien remet l’installation à la puissance souscrite.

Le compteur Linky fonctionne comme un compteur classique. Il existe plusieurs modèles de compteur Linky avec des puissances différentes :

Pour rappel, un compteur disjoncte quand la puissance nécessaire au fonctionnement simultané des appareils en marche dans un logement est supérieure à la puissance souscrite au compteur.

Notez cependant que les compteurs Linky ne supportent vraiment aucun écart de puissance et disjonctent au moindre dépassement. Certains anciens compteurs sont très légèrement plus tolérants.

Le problème ne semble donc pas majeur, même dans la communication d’une entreprise qui n’a aucune raison d’adresser un satisfecit à EDF…

On peut cependant signaler que le déploiement de Linky a parfois révélé des erreurs, telles que des réglages de compteurs ne correspondant pas au contrat du client (par exemple contrat pour 30 ampères et compteur réglé à 45 ampères). Dans ces cas-là en effet, sans doute peu nombreux, le réveil a pu être douloureux.

Conclusion : reprenons l’introduction du mémo d’Engie : « La sensibilité aux dépassements de puissance des compteurs Linky est globalement la même que celle des anciens compteurs. »

Michel Giraud

ÉLECTRICITÉ : À PROPOS DES COMPTEURS LINKY (3/4) – QUE REPROCHE T’ON GÉNÉRALEMENT AUX COMPTEURS LINKY ? (1/2)

Dans deux précédents articles, j’ai essayé d’expliquer à quoi servait le compteur communicant Linky (lire ici), et comment il fonctionnait (lire là).

Je vais aujourd’hui, dans ce troisième article, m’intéresser aux premiers reproches généralement formulés à l’encontre du compteur Linky.

NB : les lecteurs attentifs auront noté que j’avais annoncé une série de 3 articles et que je suis maintenant passé à 4. J’ai choisi de scinder en deux l’article sur les « reproches faits aux compteurs Linky » qui aurait pu être trop long…

Linky est dangereux car il ajoute des ondes électromagnétiques dans chaque foyer ?

On ne peut pas nier que Linky ajoute des ondes électromagnétiques dans notre environnement (Cf. mon second article). Et certains tribunaux, comme les Tribunaux de Grande Instance de Foix, Toulouse ou Bordeaux, ont donné raison à des particuliers électrosensibles qui refusaient les compteurs Linky. Ces cas restent rares.

Sur ce risque sanitaire, voici par exemple ce qu’on trouve sur le site de l’UFC – Que Choisir, faisant référence à une étude de l’Agence National de Sécurité Sanitaire (ANSES) (lien : https://www.quechoisir.org/actualite-compteur-linky-des-risques-sanitaires-peu-probables-n23491/) :

” Les consommateurs peuvent être rassurés par l’expertise publiée jeudi 15 décembre. Elle conclut en effet « à une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants, dans la configuration de déploiement actuelle, engendre des effets sanitaires à court ou long terme ».

Que ce soit en champ électrique ou magnétique, précise l’Anses, « les compteurs Linky sont à l’origine d’une exposition comparable à celle d’autres équipements électriques déjà utilisés dans les foyers depuis de nombreuses années ». Autrement dit, les compteurs Linky ne présentent pas plus de risques pour la santé que les téléviseurs, les chargeurs d’ordinateur portable ou les tables de cuisson à induction.”

Sur le sujet, on peut également faire remarquer que les compteurs Linky sont généralement placés en dehors du logement (dans un placard sur le palier pour les appartements ou sur le mur d’enceinte pour les pavillons) et n’émettent des données que pendant quelques fractions de seconde chaque jour, contrairement aux smartphones que nous avons presque tous dans notre poche ou aux box Internet qui équipent la quasi-totalité des foyers…

Conclusion : Oui, Linky émet des ondes électromagnétiques, mais non, elles ne sont pas plus dangereuses que toutes celles auxquelles nous sommes déjà exposés…

Linky porte atteinte à notre vie privée ?

Pour avoir examiné, il y a déjà quelques années, des résultats d’étude d’équipes de Recherche et Développement du secteur de l’énergie, je peux confirmer que l’examen des courbes de consommation d’électricité d’un foyer, relevées sur des pas de temps de l’ordre de la minute ou moins, permet de déduire beaucoup de choses sur le fonctionnement du foyer : à quelle heure ils se lèvent (la cafetière électrique est mise en marche), quand ils partent le matin ou rentrent le soir (éclairage électrique), quand ils s’absentent (vacances et week-end), s’ils reçoivent des proches (plus d’éclairage nocturne, moins de chauffage), comment ils utilisent lave-linge et lave-vaisselle, etc.

C’est pourquoi la Commission National Informatique et Liberté (CNIL) a exigé que les courbes de charge électrique soient mesurées avec un pas de temps minimum de 30 minutes, et seulement avec l’accord explicite du client.

Et la CNIL a démontré qu’elle savait contrôler l’application des règles ! Ainsi, Direct Energie en 2018, puis EDF et Engie en 2020, ont été mis en demeure de se mettre en conformité. La CNIL ne leur reprochait pas de collecter les données sans l’accord des clients, mais plutôt de ne pas recueillir cet accord en s’assurant que le client était bien conscient des conséquences de son acceptation… Et avec le nouveau Règlement Européens de Protection des Données Personnelles, la peine encourue en cas d’infraction peut aller jusqu’à quelques pourcents du chiffre d’affaire du groupe… On parle là de centaines de millions d’Euros !

Ceci-dit, la vigilance de chacun reste nécessaire. J’ai, par exemple, participé avec mon fils, qui occupe son propre logement dans une ville de province, à une expérience : nous avons équipé son appartement, déjà doté d’un compteur Linky remontant la courbe de consommation à 30 minutes, d’un thermostat communicant qui remontait régulièrement la température intérieure, l’écart avec la température extérieure et quelques informations sur la qualité de l’air dans le logement. En examinant les courbes, je n’avais plus besoin de lui demander quand il découchait ou quand il recevait des amis le soir… Donc attention à toutes ces offres qui vous proposent de tout optimiser dans la maison à partir de quelques capteurs…

Conclusion : Oui, potentiellement, Linky peut porter atteinte à notre vie privée, mais les règles d’utilisation édictées par la CNIL, et les contrôles qu’elle effectue, réduisent considérablement ce risque. Mais c’est également à chacun d’entre nous d’y veiller…

Dans le prochain article, je vous parlerai de trois autres reproches faits au compteur Linky : l’obsolescence programmée des anciens compteurs, le coût de Linky pour les clients et sa trop grande rigueur de comptage.

Michel Giraud

ÉLECTRICITÉ : À PROPOS DES COMPTEURS LINKY (2/3)

Dans un précédent article , j’ai essayé d’expliquer à quoi servait le compteur communicant Linky.

Je vais aujourd’hui tenter de montrer comment ça marche, je l’espère avec des mots simples, pour que vous puissiez ensuite vous faire une opinion sur ce qu’on reproche à Linky et aux autres compteurs de ce type (Gazpar pour le Gaz par exemple)

Comment ça marche ?

Schématiquement, très schématiquement, le réseau de communication des compteurs Linky est calqué sur le réseau de distribution d’électricité :

La distribution d’électricité, du producteur au consommateur :

  • En France, où la production d’électricité est fortement centralisée (quelques dizaines de grands centres de production qui répondent à l’essentiel des besoins), le cœur du système est le réseau de transport d’électricité. Pour nous Fontenaisiens, ce sont d’abord les lignes à haute tension, qui partent notamment du poste de Villejust, au nord de l’Essonne, qui sont aériennes jusqu’au Plessis-Robinson (La Boursidière), et enterrée ensuite. C’est le règne de la très haute tension (200 à 400 mille volts) ;
  • Le réseau de transport est ensuite connecté au réseau de distribution via ce que les experts appellent des « postes source ». Pour nous Fontenaisiens, c’est par exemple le poste de Châtillon, qui porte mal son nom puisque situé à Clamart, Boulevard du Moulin de la Tour. Là commence la moyenne tension (20 000 volts) ;
  • Enfin, en haut des poteaux à la campagne ou au pied des immeubles en ville, viennent les transformateurs vers la basse tension, le 220 volts que nous utilisons tous à la maison (transformateurs MT-BT ou poste de distribution).

Le cheminement des informations remontées par Linky est exactement l’inverse :

  • Depuis le compteur Linky de chaque particulier jusqu’à un concentrateur Linky généralement situé près du transformateur MT-BT le plus proche, l’information est transportée en Courant Porteur en Ligne (CPL) : le signal est véhiculé sur les lignes électriques, avec des techniques proches de celles de la téléphonie d’autrefois. C’est une technologie qui est fréquemment utilisée à l’intérieur des foyers, en alternative au WiFi, pour relier une box Internet et un décodeur TV par exemple ;
  • Du concentrateur au serveurs nationaux (l’équivalent des postes sources), l’information est transportée par des solutions de téléphonie mobile (GPRS, EDGE, 3G, 4G).
  • Au niveau national, un ensemble de serveurs stocke et traite les données, notamment pour permettre la facturation de l’énergie consommée.

Les commandes d’action à distance sur le compteur (modification de puissance, interruption du service, etc.) suivent le chemin inverse.

Les technologies utilisées par Linky pour les échanges d’information sont donc des technologies fréquemment rencontrées dans la vie courante.

Quelles sont les informations remontées ?

Les seules informations remontées du compteur vers les serveurs nationaux sont les index du compteur. Chaque compteur peut en gérer quatre, ce qui permet aux fournisseurs d’électricité de bâtir des offres ou les tarifs peuvent varier en fonction de l’heure, du jour dans la semaine, de la saison… Par exemple, quatre tarifs différents pour le jour et la suit, en semaine et en week-end.

Que le client ait demandé un relevé de consommation quotidien (option par défaut) ou une courbe de charge (un relevé toutes les 30 mn), les informations ne sont remontées du compteur au concentrateur, puis aux serveurs nationaux, qu’une fois par jour.

Enedis et les fournisseurs d’électricité ne peuvent donc pas suivre en temps réel les consommations des clients. Ils ne peuvent que les analyser a posteriori, avec un à deux jours de retard.

Michel Giraud

Prochain article : Que reproche t’on généralement aux compteurs Linky ?

ATTENTION AUX CONTREFAÇONS : Il n’y a qu’un seul Blog “OSEZ FONTENAY !” sur Twitter !

Chers amis,

Notre blog dispose d’un compte et d’une page Facebook, ainsi que d’un compte Twitter créé en 2015 et dont l’identité visuelle est la suivante ;

Nous venons de découvrir qu’un compte, créé en octobre 2020, au moment où nous avons relancé le blog, tentait d’usurper notre identité pour semer la confusion. Voici la façon dont il se présente.

Quand on regarde la liste exhaustive des comptes Twitter auxquels notre usurpateur est abonné (les deux copies d’écran ci-dessous), on conclut vite que ses affinités ne sont pas très tournées vers la gauche…

Dernière précision : le nom « Osez Fontenay » a été déposé à l’Institut National de la Propriété Industrielle. Nous allons donc consulter nos avocats pour voir quelles suites judiciaires peuvent être données à cette affaire.

Michel Giraud

ÉLECTRICITÉ : À PROPOS DES COMPTEURS LINKY (1/3)

Qu’est-ce que le compteur Linky ?

Le compteur communicant Linky est un compteur de consommation d’énergie électrique qu’Enedis, la filiale d’EDF qui distribue l’électricité chez 95% des français, installe en France depuis 2015.

Cette installation fait suite à plusieurs textes législatifs européens, déclinés dans la loi française, notamment par la loi du 17 août 2015 relative à « la transition énergétique pour la croissance verte », dite loi Royal (du nom de la ministre qui a soutenu cette loi).

Signalons que GRdF, filiale d’Engie, installe également un compteur communicant pour le gaz, baptisé Gazpar, qui présente les mêmes intérêts que le compteur Linky, mais dont on n’entend beaucoup moins parler… Sans doute parce qu’il ne concerne que moins d’un foyer sur trois : 11 millions de compteurs Gazpar pour 35 millions de compteurs Linky.

Quels sont les intérêts ou les bénéfices attendus ?

Le principal intérêt du compteur Linky (et du compteur Gazpar) est de permettre à chaque client de mieux connaître sa consommation d’énergie: on passe d’un relevé de consommation semestriel à un relevé quotidien, voire, si le client le demande, à un relevé toutes les 30 minutes.
Cela permet donc de constater rapidement, si on le souhaite, par exemple, que l’on consomme ou pas autant d’énergie à chauffer la maison que l’on soit présent ou absent (heures de travail, vacances), ou que les appareils les plus consommateurs fonctionnent ou pas en heures creuses.

Linky affiche en temps réel la puissance consommée par le client sur l’afficheur du compteur (généralement peu accessible : dans la rue, dans un placard du couloir, etc.) exprimée en Voltampères. Des dispositifs annexes peuvent être connectés au compteur pour afficher cette valeur en Euros, sur un afficheur à l’intérieur du foyer ou sur le smartphone du client. La loi Royal prévoit que ce type de dispositifs doit être installé dans tous les foyers en difficulté pour payer leurs factures d’énergie, mais le déploiement a pris du retard faute de financement à date.

Donner à chacun la possibilité de maîtriser, et donc potentiellement réduire, sa consommation d’énergie est ce qui justifie les législations européennes et françaises sur les compteurs communicants.

Pour les distributeurs d’électricité et de gaz, les compteurs communicants Linky et Gazpar sont une opportunité pour réduire certaines dépenses : plus besoin de déplacer des personnes pour relever les consommations d’énergie ou pour certaines interventions comme les modifications de puissance, les mises en service (nouveau client) ou les coupures. Tout cela peut être réalisé à distance avec les compteurs communicants.
Cela ne devrait pas se traduire par des réductions d’effectifs mais par des redéploiements de personnels vers des nouvelles activités.

Citons enfin quelques autres bénéfices des compteurs Linky : baisse des tarifs de certaines prestations d’Enedis du fait de la possibilité d’agir à distance ; meilleure protection des installations domestiques en cas de surtension sur le réseau ; possibilité pour les fournisseurs de proposer des offres plus adaptées aux besoins des clients en modulant les tarifs selon l’heure de la journée ou le jour de la semaine.

Où en est le déploiement ?

Au niveau national, 30 millions de compteurs Linky étaient installés fin 2020, pour une cible d’environ 35 millions… 80% des installations sont donc réalisées (l’objectif pour Gazpar était de 60%, soit un peu moins de 7 millions de compteurs, fin 2020).

À Fontenay-aux-Roses, le déploiement a commencé en mai 2020.  Plus de 10 000 foyers sont maintenant dotés d’un compteur Linky. Environ 2 300 foyers restent à équiper (chiffres communiqués par Enedis).

Michel Giraud

CONFORMITÉ ÉLECTRIQUE : GARE AUX ARNAQUES !

Vous avez peut-être reçu le courrier joint ? Attention arnaque !

S’il existe bien, dans certains cas, une obligation de faire réaliser un diagnostic électrique si vous souhaitez vendre ou mettre en location un appartement ou une maison, il n’y a aucune obligation à se mettre en permanence en conformité avec des normes qui évoluent régulièrement.

Votre compagnie d’assurance pourrait éventuellement vous le demander, pour limiter le risque “incendie”, mais dans ce cas, c’est elle qui vous écrirait !

Le but du courrier joint est de faire peur : 25% des incendies d’origine électrique, 7,5 millions de logements non conformes… : on en tremblerait ! Avec des références tout à fait officielles, mais qui ne vous concernent probablement pas : le norme NFC 15-100 ne s’applique qu’aux travaux de rénovation, extension ou construction neuve ! La norme XP C16-600 définissait les obligations de celui qui réalise le diagnostic ; elle est annulée depuis janvier 2016 !

Recevant ce courrier, j’ai eu immédiatement trois certitudes :

  • on essaie de m’escroquer de quelques centaines d’Euros en me faisant réaliser un diagnostic qui peut être utile mais n’a rien d’obligatoire : je n’ai rien à régulariser, donc je n’appellerai pas le numéro indiqué dans “les plus brefs délais” !
  • l’émetteur du courrier n’est pas mandaté par mon fournisseur d’énergie (que je connais très bien) : l’adresse sur le courrier n’est pas celle utilisée pour mes factures d’électricité…
  • si par mégarde, je répondais à cette sollicitation, le diagnostic serait certainement réalisé par des personnes incompétentes, et n’aurait donc aucune valeur !

Encore une tentative d’arnaque qui va finir à la poubelle dès que cet article sera publié !

Michel Giraud

Concours d’écriture “Racontez-nous votre confinement” : résultats

Comme le chantait Jacques Brel, “Ma mère voici le temps venu” d’annoncer les résultats de notre concours.

Nous avions prévu de désigner quatre lauréats, un pour chaque catégorie “élèves de primaires”, “collégiens”, lycéens” et “adultes”. Comme aucun texte n’a été proposé en catégorie “collégiens” et qu’il y a eu beaucoup de poèmes proposés en catégorie “adultes”, nous avons désignés deux lauréats “adultes”, un pour la prose et un pour la poésie.

Les heureux élus sont donc :

  • Elèves de primaire : Margaux Avidano
  • Lycéens : Justhina Souboudou
  • Adultes-Poésie : Brigitte Porée
  • Adultes-Prose : Eric Wolinski

Quelques extraits :

Margaux Avidano (10 ans) 

Mon historique de confinement

Pendant ce confinement je vais marcher une heure par jour avec ma mère mais j’ai commencé à sortir après 15 jours de confinement. Quand je sors je découvre des endroits que je ne connaissais pas. J’aime beaucoup vers l’école de la Roue et vers les Pervenches. Je prends des photos. Après ma marche, à 20 heures, je vais voir un monsieur qui chante (très bien). Il a même participé à « The voice ». Je rentre chez moi pour manger en ce moment il y a beaucoup de soleil donc on mange dehors…..”

Justhina Souboudou (16 ans)

Corona… ou Ultimatum

Tic, tac, tic, tac… Tic.
Dernière oscillation des pendules.
Les aiguilles cessent de donner les heures, les minutes, les secondes…
Les horloges intiment le silence. Le Temps s’est arrêté.
Les prières de Lamartine auraient-elles été entendues ?
Le Temps a suspendu son vol. Nous pouvons désormais jeter
L’ancre sur l’océan des âges, et marcher sur ses rives inconnues.
Mais le monde, notre monde, était-il prêt à ne plus entendre les tics
De l’horloge ? Car les jours s’écoulent, et se suivent, et se reflètent…
Le Temps s’est étiré, les montres de Dali se sont révélées prophétiques,
Et le monde reste obnubilé par le triptyque Travail, Economie, Politique.”

Brigitte Porée lauréate « Adultes-poésie »

Rhapsodie funèbre ou Les pérégrinations d’un virus délétère

Né au pays de la sagesse
Il répandit avec largesse
Les marques de son infection,
Dans la grande Confuciusion.
Pour quelques milliers de décès
Il est mesquin de chinoiser.
A côté dans la péninsule
On évitait le ridicule
Grâce à l’ordre et la discipline,
Les technologies les plus fines,
Les tests à chaque coin de rue,
Sans se cacher devant l’intrus.”

Eric Wolinski lauréat « Adultes-Prose »

Balade aux confins de Fontenay

Comme tous les soirs depuis 2 semaines, je n’arrive pas à trouver le sommeil. Il est vrai que j’ai pris ma dose d’excitants. Pas de caféine, de théine, de produits en « ines » ou de sports violents avant de me coucher. J’ai simplement regardé le 20 heures et maintenant depuis près de 4 heures je zappe d’une chaine à l’autre, BFM, Cnews, LCI, France Info, et je tourne en rond sur ces chaines jusqu’à ce que je sache tout, ou plutôt rien, sur la crise sanitaire actuelle. Cela fait seulement quinze jours que les « sachants » tournent en rond, avec nos nerfs, en bavassant pour dire qu’Ils ne savent finalement rien sur la « bestiole ». Tout le monde se doute que ce confinement sera prolongé d’un 1 mois au minimum sauf eux !”

Pour télécharger l’ensemble des textes des lauréats, cliquez : Compilation lauréats

Compte tenu de l’aggravation de la situation sanitaire, je ne prendrai pas le risque d’organiser la cérémonie conviviale de remise de prix que nous avions envisagée. 

Pour conclure, je veux vous dire que les membres du jury et moi-même avons pris beaucoup de plaisir à lire vos textes. Nous vous remercions tous pour votre participation, et nous adressons de chaleureuses félicitations aux quatre lauréats.

Michel Giraud

Portes Ouvertes des ateliers d’artistes les 25, 26 et 27 septembre 2020 : Conseils d’un spécialiste

Il est des créations qui transcendent les divergences politiques. Dans quelques jours s’ouvriront donc les portes des ateliers d’artistes de Fontenay-aux-Roses, une manifestation artistique et culturelle initiée par une autre majorité municipale.

En trois jours, c’est une cinquantaine d’artistes qui exposent leurs créations. Signe de vitalité de l’art à Fontenay, ils étaient aussi nombreux en 2019, mais la moitié des exposants 2020 n’avaient pas ouvert leur porte en 2019 ! Et parmi eux, certains l’ouvrent pour la toute première fois.

  • Si vous n’avez vraiment pas beaucoup de temps durant le week-end, regardez la carte, et allez rendre visite aux artistes les plus proches de chez vous. Ils seront heureux de vous accueillir et de vous présenter leur travail ; ils seront déçus s’ils n’ont pas de visiteurs !
  • Si vous ne disposez que d’une demi-journée, vous pouvez vous contenter d’un circuit à pied en centre-ville, à travers les rares espaces verts ou avec un détour par la rue Blanchard (deux artistes exposants, aux N° 5 et 48) : sept artistes aux 5 et 7 rue La Boissière, six autres salle Pierre Bonnard (5 rue de l’avenir), et encore onze au château Sainte-Barbe (au 10 de la place du même nom).

Vous pouvez également effectuer une moitié du circuit suivant.

  • Si vous disposez de deux demi-journées, et éventuellement d’un vélo, vous pouvez commencer votre parcours en haut de Fontenay, avec deux artistes rue Durand Benech (aux N° 11a et 43) et six autres au N° 8 de la rue des Pervenches, avant de rejoindre le centre-ville et le circuit précédent. Vous pouvez ensuite terminer par la rue Joseph Le Guay (4 artistes), la rue Gabriel Péri (1 artiste) et la rue de La Roue (3 artistes). Le circuit peut évidemment se faire dans l’autre sens, et en deux jours.

Et puis surtout, si vous avez un vélo ou êtes motorisés, allez voir les artistes un peu excentrés ; ils seraient déçus de ne pas vous voir !

  • Et si comme moi, vous pouvez y consacrer beaucoup de temps, vous prenez votre vélo et vous donnez un challenge : aller franchir, en 2 ou 3 jours, toutes ces portes ouvertes !

Je n’ai qu’une certitude : vous ne serez pas déçus ! Et moi non plus !

Michel Giraud