La SPL Vallée Sud Aménagement : la communication des documents doit encore attendre !

7 mois après sa saisine pour communication de documents relatifs à notre commune, la société publique locale a indiqué qu’il faudrait encore patienter…

Le 4 novembre dernier, la SPL VALLEE SUD AMENAGEMENT, anciennement SPLA PANORAMA, réceptionnait une demande de communication de documents. Un long silence, puis un refus, puis un avis favorable de communication de la CADA plus tard, les choses n’ont pas avancé.

En effet, la SPL VALLEE SUD AMENAGEMENT a indiqué dans un courrier (cf le lien ci dessous pour en prendre connaissance) daté du 27 mai 2021 – adressé par mail – qu’elle était en train de préparer les documents et qu’elle établissait un devis pour les coûts de reproduction :

« Nous vous informons que nous préparons les éléments transmissibles. Préalablement et conformément à l’article R. 311-11 du code des relations publiques entre le public et l’administration, nous vous transmettrons un devis correspondant aux frais de reproduction des documents et d’envoi qui seront à votre charge. »

Posons-nous la question du motif qui justifierait que des élus et des citoyens d’une commune n’aient pas accès à des documents que leurs impôts ont payés pour des projets qui concernent directement la vie des habitants.

Posons-nous également la question d’un devis pour la reproduction papier des documents alors même que la SPL VALLEE SUD AMENGAMENT communique avec nous par mail.

Il semblerait donc que les élus de l’opposition aient le droit à un traitement différent au regard des modalités de communication pour accéder à des documents qui concernent directement la gestion de la commune.

Croisons les doigts pour que les documents soient quand même adressés avant la pause estivale…

Léa-Iris POGGI

Pour prendre connaissance du courrier adressé par la directrice de la SPL Vallée Sud Aménagement aux élus de l’opposition, cliquez sur le lien ci-dessous : 

Courrier-SPLA

Le marché de Fontenay-aux-Roses : une gestion à reprendre par la commune

Notre marché est un lieu où l’on se rencontre, où l’on vit, on l’on partage des moments conviviaux. Les commerçants, les clients habituels ou occasionnels doivent y passer un bon moment.

En ces temps où la convivialité et les échanges humains se font rares, le marché devient le lieu de la rencontre par excellence.

C’est pourquoi, nous devons protéger et amplifier les deux volets composant le « marché » :

1/ le volet économique : la bonne santé financière des commerçants doit être favorisée en  promouvant les circuits courts quand cela est possible et des prix accessibles à tous les fontenaisiens ;

2/ le volet convivial : la convivialité et la rencontre favorisent le bien-vivre ensemble dans notre commune et permettent l’échange et l’entraide.

C’est aujourd’hui une société, la société GERAUD, qui est concessionnaire du marché. Cela signifie que cette société se rémunère sur les recettes et qu’en contrepartie de ce prix, elle fournit des services.

Quels services ?

1/ la gestion des 3 comptes du marché sur les réseaux sociaux qui peinent à avoir un véritable intérêt. C’est donc les comptes des élus (majorité et opposition) et les comptes de la ville qui font le véritable travail de communication ;

2/ une participation à une opération nationale « J’aime mon marché » inconnue des clients et à une opération internationale « Love your local market », ça nous fait une belle jambe…

3/ la facturation des places aux 30 commerçants abonnés (que nous retrouvons toutes les semaines) et 11 commerçants casuels (occasionnels) présents essentiellement les samedis et la perception de taxe d’enlèvement des cageots ;

4/ le petit entretien locatif : et c’est là que le bât blesse. Posez la question à vos commerçants habituels, le service est catastrophique. Il est nécessaire d’attendre plusieurs semaines ou la saint glin-glin pour qu’une petite réparation soit effectuée (porte qui ne ferme plus, siphons bouchés, robinet du lavabo réparé, etc) ;

5/ un responsable d’exploitation inconnu. On observera tout de même que dans le rapport d’activité de la société GERAUD, le 1er matériel mis à disposition de la commune n’est autre que la voiture de fonction du responsable d’exploitation. Aucun intérêt donc pour notre commune ou pour les commerçants.

Force est de constater que la gestion via une concession présente de très importantes lacunes. Cette gestion inefficace conduit à plusieurs problèmes qui mettent en difficulté notre marché :

1/ Des séances déséquilibrées : C’est le samedi que les commerçants font leur chiffre d’affaires le plus important. Les mardis et jeudi sont désertés par la plupart du fait de l’absence de clientèle et pourtant ils payent quand même leur place…

On se demande donc ce que fait la société concessionnaire pour lutter contre ce déséquilibre qui met en péril la pérennité du marché les mardis et jeudis et nuit à la bonne réputation de notre localité : un marché qui dépérit, c’est une ville qui dépérit.

2/ un marché déficitaire en 2019 alors même que les recettes sont en hausse.

En effet, en 2019, les recettes sont de 177.497,90 euros contre 177.106,08 euros en 2018. Les dépenses sont de 194.279,58 euros en 2019 contre 172.525,66 euros en 2018.

Le marché est donc déficitaire de 16.781,68 euros en 2019. Cela traduit un déséquilibre qui n’a pas été vraiment expliqué.

3/ des marchés du monde et thématiques très peu qualitatifs qui sont désertés par les fontenaisiens.

4/ une absence de proposition de mise à jour du règlement intérieur du marché (date de 2010) qui n’est plus à jour de certaines évolutions législatives.

5/ une absence de communication efficace.

Malheureusement le rapport d’activité de 2019 ne permet pas de connaître la rémunération de la société GERAUD ce qui aurait été utile pour mettre en balance le service rendu et sa rémunération.

L’ensemble des éléments évoqués ci-dessus me font penser que la concession à la société GERAUD est inutile, coûteuse et n’apporte aucune plus-value à notre marché, bien au contraire.

Dès lors, il serait à propos de résilier dès que possible cette  convention (sans faute de notre part bien évidemment), de ne pas la renouveler et en remplacement, recruter un employé municipal pour s’occuper du marché. Cela sera vraisemblablement plus utile pour l’intérêt de notre commune qu’un  prestataire dont l’activité vise à générer du profit avant tout pour lui-même et qui n’a pas démontré en 2019 son utilité.

Léa-Iris POGGI, Conseillère municipale d’opposition