Etude du dossier du projet de rénovation du quartier des Paradis : la création d’une Zone d’Aménagement Concerté (ZAC), soumise à enquête publique jusqu’au 31 juillet 2019

Le dossier relatif au Projet de création de la ZAC du quartier des Paradis est maintenant disponible sur le site de la Ville. Il est fort volumineux : 610 pages.

Mise à disposition par voie électronique : Accueil 

https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/RESUME-F.awp?P1=EP19342

Pour consulter le dossierhttps://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/DOSSIER-F.awp?P1=EP19342

1-    Quelques détails pratiques pour vous faciliter la vie si vous voulez le lire:

-      Les pages 9 à 16 du fichier ‘PARADIS – mémoire_VF.pdf’ sont la duplication des pages 1 à 8 du même fichier. Cela fait 8 pages en moins !

-      Le Dossier d’étude d’impact, le gros morceau (348 pages), a donné fort heureusement lieu à un résumé. Hélas, ce résumé est ‘caché’ aux pages 349 à 398 du fichier informatique. En fait, c’est plutôt une copie qu’un résumé puisque ses pages 16 à 36 sont les mêmes mots que ceux des pages 182 à 194 du gros dossier ; juste un peu dilatées. Une curiosité au passage. Dans la recherche des « gisements en énergies renouvelables », après un long cours sur l’analyse de la « ressource forestière » dans les 50 km autour de Fontenay  dans le but de chauffer le quartier avec du bois d’élagage ( !), le solaire photovoltaïque est vite expédié : bien que l’on écrive que son potentiel correspond « à la consommation d’électricité annuelle de 760 logements sur la ZAC », on nous précise qu’il faut l’accord de « l’architecte des bâtiments de France ». Et quand donc va-t-on le consulter cet architecte ?

-      De même, la Charte partenariale de relogement, se ‘cache’ aux pages 400 à 416 du fichier. Cette charte reprend le document approuvé par le Conseil Municipal en mai 2018, et donne le détail de la Phase 1 du projet. A noter que cette charte qui été signé par l’Etat, le Territoire, Hauts de Seine Habitats, et la Ville est à ce stade le seul document qui oblige juridiquement les parties à réaliser la Phase 1 du projet. Quid alors de la sincérité de la mise en chantier des autres phases, qui représentent… 90 % de l’opération?

-      Je vous conseille d’imprimer les fichiers en couleur : il y a beaucoup de schémas, des photos, de jolies illustrations et aussi des cookies sympas : un petit cochon rose tout mignon (page 203), un arbre bien vert (page 22 de l’Etude d’impact) …

2-    Si vous voulez faire une lecture rapide, commencez par l’avis donné par le ministère de l’écologie (fichier « 190619… »). Ce texte pose de bonnes questions :

-      Contrairement à la documentation déjà connue, il ne s’agit pas de construire 833 + 600 logements, mais 849 + 625…

-      L’auteur demande de « préciser l’articulation des différentes phases du chantier »… forcément, quand seule la Phase 1 est certaine !

-      « démontrer plus précisément en quoi le parti d’aménagement retenu permet de réduire l’effet d’enclavement du quartier »… d’autant que « des immeubles en R+5 semblent notamment projetés vis-à-vis du tissu pavillonnaire ».

-      « le MARe [ministère de l’écologie] recommande de préciser la répartition des places de stationnement sur le quartier, en l’état actuel et dans le projet ». Le même point a été abordé au cours de la deuxième réunion de concertation relative à la ZAC (22 juin), et le représentant du service technique a précisé qu’aujourd’hui, il y a 400 parkings gratuits en surface, et qu’il y en aura 140 à la fin du projet. Plus bien sûr des parkings souterrains… payants !

-      Le MARe demande une justification du projet : « trois scénarios d’aménagement ont été étudiés, dont un prévoyant de réhabiliter 45% des logements existants. Le maître d’ouvrage estime que le coût d’une réhabilitation n’est pas supportable : il s’agit de le démonter plus précisément. » On ne parle pas d’argent dans ce dossier? A noter qu’à la réunion du 22 juin, aucun des officiels présents n’a été capable de donner le moindre élément sur le plan de financement de l’opération. Combien ça coûte, et qui paie sont deux questions sans réponse à ce jour. Ne serait-ce pas la SPLA qui porte le risque financier de cette opération ?

Vous pourrez également lire les réponses aux remarques du ministère…

Un bien beau dossier donc. On est heureux en tant que contributeur aux finances de la Ville et du Territoire – et aussi de la SPLA dont nous sommes indirectement les actionnaires –  de voir de si beaux morceaux d’architecture de papier…

Dommage que cette « concertation préalable » ne soit un peu vaine, puisque VSGP – conformément à l’article 8 de « L’AVIS DE MISE A DISPOSITION au projet de création de la ZAC du quartier des Paradis » actuellement affiché sur les panneaux officiels de Fontenay – prendra en compte nos remarques comme bon lui semble !

Michel BAYET.

Les commentaires sont fermés.