Droit de réponse de Monsieur Laurent Vastel à l’article de monsieur Guillaume Laigle intitulé « Municipales 2020 : Sémiologie de l’image et communication politique de Messieurs Laurent Vastel et Gilles Mergy »

Cher monsieur,

Je ne résiste pas à l’envie de vous répondre afin de vous révéler la genèse de cette photographie de campagne. Avant toute chose je tiens à vous dire que je trouve la plupart des éléments d’analyse sémiotique que vous présentez dans votre texte très pertinents et que l’ensemble forme une lecture critique brillante. En préambule toutefois, je voudrais vous rapporter des traces mnésiques de même ordre qui se sont imposées à mon esprit à vous lire. Une visite au musée du Louvre tout d’abord ou un jeune thésard des Beaux-arts nous avait fait une analyse des signifiants picturaux d’un tableau de Van Gogh à la fois précise et documentée, disséquant l’œuvre pour y déceler une intentionnalité traduite tant dans la technique que dans le traitement du sujet. Cette démonstration très convaincante m’avait toutefois laissé dubitatif en tant que médecin, sachant que monsieur Van Gogh était à la fois schizophrène et souvent ivre… Ce qui d’ailleurs n’invalide pas les signifiants mais illustre peut-être une conception de l’artiste de nature un peu différente, capable de transmettre beaucoup d’émotions dans un tout signifiant bien supérieur à la somme préméditée des détails. Même souvenir, lycéen, à propos de l’analyse très sophistiquée des sens cachés d’un poème de Mallarmé, totalement hermétique mais transmettant une émotion pure, mise à mal par une dissection trop poussée (Toute l’âme résumée quand lente nous l’expirons, dans quelques ronds de fumée abolis en d’autres ronds…)

Ce long préambule pour vous redire combien votre texte m’a impressionné par la justesse de son analyse et vous me voyez donc très heureux d’avoir choisi ce cliché pour remplacer la précédente photo de campagne. Précédente photo où malgré trois longues séances de photographie, le résultat obtenu n’est pas à la hauteur de nos espérances en termes de communication de campagne, me ressemble assez peu, mais répond aux canons de la communication politique tels que vous les rappelez avec justesse.

Si la question posée est celle de l’intentionnalité des signifiants alors je dois dire que je serais très heureux d’avoir un tel talent de communicant. Puis je copier votre article et l’envoyer aux écuries présidentielles pour 2022 ? Car un tel talent vaut de l’or…Et votre article vaut plus qu’un bon CV !!

A vrai dire cette photo est un moment volé par hasard. Installé sur mon banc, ou j’affectionne de me poser quelques instants en rentrant à la maison, mon épouse, qui ne sépare que rarement de son téléphone a entrepris de sortir la poubelle…. Se retournant pour me parler elle a trouvé l’instant joli et son compagnon beau (si, si, c’est dire la magie de l’instant) et a pris la photo. Qui s’est enfouie dans la mémoire de son téléphone jusqu’à ce que ma fille de 14 ans décide de faire une vidéo Tic Tok et la sorte de là où elle se trouvait…Nous cherchions une photo qui tranche avec la première après la crise et qui matérialise la rupture temporelle et sociale, ou j’apparaisse plus détendu que sur celle du premier tour, et nous avons flashé sur celle-ci.

Bon, prise avec un appareil portable, elle ne permet pas, compte tenu de sa définition, un tirage grand format. Mais le résultat nous a plus et nous l’avons trouvée pleine de sens, en effet. Sans calcul sémiotique complexe et avec une analyse de communication bien plus rustique que la vôtre, sans nul doute. La plupart des colistiers ont plutôt dit, oui cela c’est vraiment toi…

Quant à la légion d’honneur que j’ai eu l’honneur de recevoir, je ne la porte que dans les cérémonies ou photos officielles, par respect de l’institution, que j’aurais l’impression de galvauder en ne la portant pas.

J’espère que vous ne serez pas trop déçu de cette explication à vrai dire assez prosaïque. Je regrette que le courant ne soit pas passé entre nous lors de nos rencontres précédentes, et même si vous choisissez de voter pour mon adversaire parce que vous trouvez ma communication trop efficace et inquiétante et la sienne médiocre et rassurante, j’aurais plaisir, après l’élection, à poursuivre cet échange autour d’un café.

Bien à vous

Laurent Vastel

Les commentaires sont fermés.