Les propositions d’une nouvelle équipe sur le sujet du mal être

Pourquoi l’information dans le journal de Fontenay n’ aborde t’elle pas les difficultés des habitants, notamment concernant le mal être, qui touche maintenant diverses catégories socio démographiques et professionnelles.

Aux personnes en état de précarité, aux jeunes, aux personnes de santé mentale fragile, s’ajoutent maintenant les représentants de l’éthique : enseignants, agriculteurs, policiers.

Face à la hausse des suicides en France, notre ville est elle impactée et si oui quelles propositions une nouvelle équipe peut elle faire?

La solution peut elle être la même entre des jeunes qui peinent à trouver leur équilibre pour assumer leur rapport aux autres et entre eux ou pour passer à l’autonomie ; et des personnes sensibles, fragilisées par la solitude, la maladie, les difficultés familiales, professionnelles, les soucis financiers et personnels ?

Prendre soin n’est pas que l’ apanage de la médecine, elle doit être une priorité de notre commune. C’ est pourquoi je souhaite que nous les tenants d’une opposition positive menions une campagne municipale autour de la santé préventive.

Pour cela proposons un partenariat  avec les médecins de la ville, le centre de santé,  plus globalement avec les associations sportives et thérapeutiques pour définir une méthodologie et une pratique protectrice de la santé mentale. Cette santé impacte le déficit du budget de l État dans plusieurs branches indemnités maladie chômage sécurité sociale…et nuit au dynamisme de nos villes sur le plan local.

Les médecins peuvent actuellement prescrire des ordonnances sportives, il s’agit ensuite d’organiser l’infrastructure mêlant professionnels bénévoles art et ludo thérapeutes pour veiller à ce que le goût de vivre perdure.

Il ne s’agit pas pour autant de refinancer de nouveaux lieux, qui existent déjà ou sont à réhabiliter sur Fontenay, mais de soutenir les associations, les praticiens, sur un budget municipal pour les petits revenus.

Nos concitoyens fragiles, pour résister et développer une conscience de vie, doivent se sentir soutenus par la population plus forte.

La mésestime de soi, la dépression, le burn-out ne sont pas une fatalité. Les réponses faibles à l’ autoritarisme, au management anxiogène, à la violence, aux pertes des valeurs peuvent être trouvées dans des programmes parfois simples mais existants et connus des médecins de la ville, démunis eux mêmes face aux défaillances intellectuelles et physiques, aux pertes de courage, aux ralentissements  menant vers la réclusion, le nihilisme et parfois le passage à l’acte.

Les familles sont dévastées mais impuissantes, nos dévoués et courageux pompiers, nos représentants des forces de l’ordre qui vivent sur le terrain ces situations, se dépatouillent avec ces maux, débordés et mal à l’aise dans leur gestion quotidienne. Qui va leur remonter le moral ?

A qui se confier ? L’ épuisement va souvent de paire.

Les aidants, les médecins de ville et du travail, le corps enseignant sont de leur côté souvent saturés voir fragilisés eux-mêmes. Avec un praticien pour 15 000 enseignants, une visite tous les 5 ans prévue (directive pas remplie partout), des académies n’ont pas de médecins ou pas de secrétariat. Alors les mouvements de grève pour dire son malaise arrivent. Parfois ça se calme, il y a une enveloppe , il y a un super inspecteur conseiller pédagogique à l’écoute, qui ouvrent une pause, permettent le contact avec soi même et avec les autres, et réhumanisent le terrain, mais le réenchantement ne peut venir que d’une vraie transformation intérieure, progressive, accompagnée.

Les territoires peuvent avoir cette mission redynamisante pour leur population, et aider à surmonter les défis de notre époque.

Autrefois le médecin l’instituteur et le curé soignaient ensemble les corps les âmes et les esprits souffrants et le travail en plein air faisait le reste mais aujourd’hui face à la complexité de la vie urbaine et du monde du travail, les municipalités doivent tout faire pour fournir des points d’ accès de prévention santé, d’ éducation, et de respiration à taille humaine où l’ambiance créatrice sportive environnementale et paisible aide à  transcender les diverses forces issues de la nature et de la vie.

Joëlle Touzet, Nouvelle Donne, liste Label de FONTENAY

Une maison de l’adoption à Fontenay aux Roses

Une maison de l’adoption à la PMI limiterait-elle le nombre des avortements à Fontenay ( pour la France 200 000 sur 800 000 naissance ) ?

Notre maire Laurent Vastel médecin, s’ est prononcé pour la PMA, premier article de la loi bioéthique, lors de la réunion d’octobre organisée à Fontenay-aux-Roses par le Modem. Cela signifie un budget pour une cause qui n’évoque même pas la modernisation de l’accueil des demandeuses d’IVG. Monsieur Bourlanges, notre député, nous a expliqué avoir voté contre à l’Assemblée nationale, mais sans aucune vision écologique et humaine :

Pas un mot concernant des maisons d’adoption où les jeunes femmes en détresse pourraient rencontrer les familles adoptantes et s’y faire accompagner sur le plan psychologique et matériel ; pour cela il faudrait voter le  déblocage de plusieurs milliards non pas quelques millions comme pour les hôpitaux et les EHPAD  mais bien plutôt les milliards réservés à l’intelligence artificielle. Au lieu de cela c’est une médecine technicienne qui a été défendue par Monsieur Laurent Vastel et une loi somme toute approbatrice des pratiques trafficantes permises par une science non encadrée sans éthique qui nous attend .

En effet le discours sur la conscience qui une fois de plus a été torpillé pêche à donner la lumière sur la bioéthique. Il ne s’agit pas d’opposer une conscience basique humaine souffrante qui exige tout de la terre et de la technique pour faire taire ses souffrances et obtenir un enfant et une conscience organique aux portes de l’intuition et de la foi visant la protection de l’origine de la vie à rechercher dans l’avant big bang ; non il s’agit plutôt de faire naître une conscience réfléchissant sur l’équilibre entre le potentiel facteur de vie que représentent des début de grossesse et les potentiels demandeurs de vie qui sont les parents adoptants. Il est certes plus facile d’implanter des gamètes, de recourir à des donneurs et de favoriser l’eugénisme bref de déstabiliser les lois naturelles en donnant l’impression que la nature est dépassée, que tout le monde s’en fout, alors que et c’est heureux nous l’avons entendu de participants au débat, nombreux mettent en doute les statistiques et la procédure de votation à  l’Assemblée nationale pour un entérinement de cette loi qui fait débat et suscite des manifestations dans la rue. Quant au trafic d’enfants ou d’organes d’enfants ce n’est pas en France avec une organisation dans le cadre de ces maisons d’adoption que le problème surgira, mais plutôt des pays non contrôlés dont nous subissons les offres 150 000 € pour un enfant et des sommes astronomiques pour les organes. Ce trafic à nos portes avec malheureusement les pays de l’Est  ou l’Amérique du Sud pourrait donc être mis à mal si l’offre d’adoption en France venait à être organisée sur notre territoire et nos communes. La loi bioéthique aurait été plus complète et la PMA moins désavouée si elle avait prévu un article en ce sens… Monsieur Bourlanges n’hésitez pas à faire cette proposition, nous vous en serions reconnaissants.

Joëlle Touzet, si elle est élue au conseil municipal, proposera un budget pour doter la PMI, dans le sens de cet accueil indispensable tout en respectant la LIBERTE des femmes en demande d’avortement.

Joëlle Touzet militante Nouvelle Donne pour la liste plurielle Label de Fontenay

Lettre au Député : PMA n°7 – une promesse électorale ?

Monsieur notre Député,

Nous sommes ravis d’entendre que notre Président met un point d’honneur à honorer ses promesses électorales. Ce serait une pratique courageuse… s’il elle était appliquée à bon escient ! Et de façon systématique, puisqu’il en est bien d’autres – des promesses – qui sont déjà oubliées ou qui le seront bientôt. Deux exemples. L’abandon de la réduction de 100 000 fonctionnaires suite au mouvement des gilets jaunes ; et l’introduction d’une dose de proportionnelle dans l’élection de l’Assemblée qui parait mal en point. Sans être plus machiavélique que le Prince, on pourrait le soupçonner de manipuler notre cher président du Sénat, pour pouvoir se justifier de son échec auprès de François Bayrou – son allié depuis le 22 février 2017, et champion de cette formule…   

Et puis, les Français qui ont fait campagne et qui ont voté pour lui – dont je suis depuis le 22 février 2017 – ont-ils avalé son programme à 100% ? Lui-même ne croit certainement pas à l’intégralité de ce qu’il a promis. François Bayrou a déclaré que le Président était contre la GPA, mais quelle est sa conviction intime sur la PMA pour toutes ? Certes il pense avoir l’opinion avec lui. Mais on sait bien qu’en posant la bonne question, on obtient la bonne réponse que l’on veut. Et que vaut un sondage sans débat structuré, sincère et qui couvre tous les aspects du sujet ?

Si en son for intérieur Emmanuel Macron pense que cette loi est indispensable au progrès de l’humanité, je l’invite à vérifier ces sondages par une vraie consultation, par un référendum. Chiche ?

Monsieur le Député, cette série s’achève. Je suis bien convaincu que je ne vous ai rien appris, et que de temps en temps je vous ai importuné par mon ton un peu incisif. Mais c’est votre métier aussi que de recevoir les feed-backs de vos supporters, bons ou mauvais. En fait, en vous écrivant et en diffusant ces mails autour de moi – comme je l’annonçais dans mon premier billet – je m’adressais surtout à mes concitoyens, dont je trouve scandaleux qu’ils soient privés d’un débat à hauteur du sujet. Je vous remercie d’avoir été malgré vous mon complice, et je les remercie de leur patience. Je remercie également les blogs de Fontenay qui ont bien voulu relayer mon propos. Je leur rends hommage pour leur ouverte d’esprit et leur sens civique.

Respectueusement.

Michel Bayet.
Membre du Modem

Lettre au Député : PMA n°6 – et l’enfant

Monsieur notre Député,

On ne choisit pas ses parents, comme on ne décide pas de naître ! Mais pour autant les parents ne sont pas les propriétaires de leurs enfants. Ils sont juste les mieux placés pour les aider à se développer et à se forger leur propre jugement. A les éduquer tout simplement. La PMA pour toutes, qui consiste a sciemment mettre au monde un orphelin, pose toute la question du rôle du Père. Sans s’embarquer dans des raisonnements psychologiques compliqués, chacun de nous est capable d’avoir un point de vue. Ceux qui ont eu la chance d’avoir eu un Père considèrent-ils que celui-ci ne leur a servi à rien dans la construction de leur personnalité ? Ceux qui sont Pères aujourd’hui considèrent-ils qu’ils sont inutiles ?

On connait tous des mauvais Pères bien sûr, comme des mauvaises mères du reste, et personne n’est parfait. Nous connaissons tous des personnes qui ont perdu leur Père, pour diverses raisons, et qui néanmoins ont été capables de vivre. On connait aussi des personnes qui portent un handicap, handicap congénital pour certains, ou handicap suite à une maladie ou un accident, et qui sont capables de surmonter cette situation, avec l’aide de leurs proches et de la société.

Mais de quel droit peut-on froidement et en toute conscience, imposer à un être humain qui n’a rien demandé, un handicap congénital : celui de naître sans Père ? Certes, avec l’aide de son entourage et de la société, cet handicapé de naissance fera comme les autres handicapés. Mais en est-on si sûr ? Les lobbies font état d’études dites scientifiques qui déclarent que ces enfants sont comme les autres, alors que l’on a un tout petit recul sur ce phénomène. Et que certains psychologues pensent qu’il faut deux générations pour que l’on soit capable de juger des conséquences de cette situation.

Et de quel droit impose-t-on à la collectivité d’assumer les coûts inévitablement associés à ce handicap ?

Et le principe de précaution : Principe selon lequel l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées  visant à prévenir un risque dans les domaines de l’environnement, de la santé ou de l’alimentation. (*)

Monsieur le Député, serez-vous parmi ceux qui attaqueront en justice la loi ?

Respectueusement.

Michel Bayet.
Membre du Modem

(*) L’avenir du père – Jean-Pierre Winter –page 189

Lettre au Député : PMA n°5 – et le marché

Monsieur notre Député,

ARTE terminait son émission ’28 minutes’ du 25 juillet avec un billet sur la situation de la PMA au Danemark, pays où cette technique est légale depuis dix ans. Il existe dans ce pays une banque de sperme – CRYOS, la plus grande banque de sperme du monde prétend-t-elle – qui propose des bébés sur catalogue. On se connecte sur le site, on précise ses critères de sélection (taille, couleur de cheveux, groupe sanguin…) et on vous propose des géniteurs parmi lesquels on fait son choix. Les géniteurs sont anonymes ou pas. Ils sont rémunérés entre 200 et 12 000 €, par ‘don’. Les frais d’emballage et d’expédition sont facturés en plus.

Bien sûr une telle importation en France – illégale à ce jour – est parfaitement possible (site https://dk-fr.cryosintenational.com). Une rapide recherche sur internet donne par ailleurs tous les détails nécessaires pour faire bon usage de la livraison.

La multiplication de ce genre d’entreprise va bientôt nous permettre de faire émerger une concurrence parfaite. Bref un vrai marché va se mettre en place. Le « marché » capitaliste à qui on fait tant de reproches, va être le moyen de pratiquer un eugénisme tranquille. Mme Dupont pourra donc investir ses économies dans une dose d’un footballeur connu, se vanter d’avoir mis au monde un enfant d’un héros du show business, ou d’avoir conçu un héritier (génétique) d’un prix Nobel…

On est loin du principe en vigueur en France du don d’organes anonyme… De deux choses l’une : ou bien on abandonne ce principe, ou bien on met dans la loi en cours de préparation tout un tas de dispositions, de verrous et d’interdits, qui seront allègrement transgressés. Une loi de plus que l’on se gardera d’appliquer…

Monsieur le Député, avez-vous des idées sur les mécanismes qui pourraient être mis en place pour donner bonne conscience au législateur ?

Respectueusement.

Michel Bayet.
Membre du Modem

Lettre au Député : PMA n°4 – la technologie

Monsieur notre Député,

Les recherches scientifiques et médicales nous ont apporté un grand nombre de bénéfices de tous ordres. Pour les femmes en particulier, et pour l’humanité en général, elles ont permis un progrès considérable : le contrôle de la conception.

Pour les hommes, la recherche récente a aussi apporté une avancée majeure : la quasi-certitude de la paternité. Historiquement la place de l’homme a toujours été fragile. Quand un enfant naît, on sait de façon sûre qui est la mère. Pour le père cela a toujours été beaucoup plus compliqué. Les romains faisaient simple : le père était le mari de la femme. Mais depuis toujours la question a taraudé les mâles, au point que ceux-ci ont inventé au cours de l’histoire un certain nombre de dispositifs plutôt horribles pour tenter d’obtenir des garanties sur ce point. On peut citer la place faite aux femmes dans certaines religions, les mutilations sexuelles en Afrique…

Aujourd’hui on sait ! L’analyse du génome apporte une quasi-certitude sur l’identité du concepteur. Bien que cela soit interdit par la loi française, et pour quelques dizaines de dollars, on peut maintenant obtenir cet examen en quelques jours (Les Echos – 2 juillet). On peut aussi connaître des éléments assez substantiels sur son hérédité, puisque des sociétés constituent  – légalement ou pas – des bases de données qui fournissent, moyennant finance, l’identité du ‘donneur’ de sperme. Bientôt, les enfants, dès qu’ils auront atteint l’âge d’utiliser un ordinateur, seront capables d’obtenir l’identité de leur géniteur.

François Bayrou dans son intervention sur LCI le 7 juillet a bien noté ce point. Il parle de « mutation profonde » pour la société, qui met à mal le principe de ‘donneur’ « anonyme » sur lequel repose la PMA.

Mais, tout le monde sait cela, en particulier nos parlementaires. Alors pourquoi s’échinent-ils à inventer tous ces dispositifs bizarres pour permettre peut-être – et sous certaines conditions étranges – d’établir le  lien de filiation entre l’enfant et son ‘donneur’ ?

Toute cette agitation n’est-elle que rideau de fumée pour, encore une fois, distraire le citoyen du fond de l’affaire : PMA pour toutes OUI ou NON ?

Respectueusement.

Michel Bayet.
Membre du Modem

Lettre au Député : PMA n°3 – la GPA automatiquement bien sûr …

Monsieur notre Député,

François Bayrou lors de son interview sur LCI le 7 juillet a donné sa position sur la PMA : il est pour, parce que ça existe depuis des années en Belgique et en Espagne, et que ni la Belgique, ni l’Espagne ne se sont « effondrées »… On pourrait lui faire remarquer respectueusement que la peine de mort existe depuis toujours aux USA, et l’Amérique ne s’est pas effondrée… Au fait, l’opinion qui est en faveur de la PMA parait-il, est aussi et clairement, depuis longtemps, favorable à la peine de mort !

François Bayrou a dit dans la même interview une autre chose : il est résolument contre la GPA.

Ne connait-il donc pas le principe républicain d’égalité : dès lors que la loi autorisera la moitié de la population à se reproduire seule, il est certain que l’autre moitié revendiquera un droit équivalent, sous peine d’accusation de discrimination, et de sexisme. Du reste quelle différence y a-t-il  à faire commerce d’un ovule ou d’une dose de « 300 millions de spermatozoïdes » (*).

La prochaine loi bioéthique, dans cinq ans au plus tard, légalisera donc automatiquement la Gestation Pour Autrui.

Beaucoup de personnes adoptent la position du « PMA oui, GPA non » : certains par méconnaissance du sujet, d’autres parce qu’ils n’y ont pas réfléchi. Mais nos députés, eux ils savent et ils réfléchissent. Alors ? Hypocrisie clairement assumée, ou lâcheté médiocre à la Hollande : on accepte aujourd’hui sous la pression de lobbies, et dans cinq ans, ils se débrouilleront avec le problème qu’on leur aura sciemment laissé…

Respectueusement.

Michel Bayet.

Membre du Modem

(*) Cf chanson des frères Jacques, à qui je laisse la responsabilité du décompte des 300 millions!

Après le Grand Débat National, le GDLV (Grand Débat Laurent Vastel)

Après avoir participé mollement au Grand Débat National, et l’avoir finalement saboté, Laurent Vastel lance son GDLV …

A la fin décembre, les Maires ont été invités par le Président de la République à organiser des débats, pour connaître le sentiment des citoyens dans le contexte des manifestations des Gilets jaunes. Bien sûr, cette demande n’avait aucun caractère obligatoire. Et les élus LR du 92 n’ont pas souhaité y répondre positivement : « oui, aux cahiers de doléances dans toutes les villes LR, non à l’organisation de débats par les municipalités »[1]. A la demande d’un élu qui souhaitait que « des cahiers soient ouverts en mairie », Laurent Vastel répondait : « les personnes qui n’ont pas internet peuvent tout à fait venir à l’hôtel de ville et utiliser les ordinateurs de la mairie »[2]. J’ai moi-même effectué cette démarche, et je me suis trouvé en face d’une personne de l’accueil de la ville, toute gênée de m’inviter à passer dans la pièce voisine pour utiliser un ordinateur de la ville…

Quant au débat, après avoir déclaré qu’il n’en organiserait pas, il s’est senti obligé lors de la conférence de notre député (21 janvier, à Fontenay) de changer d’avis. Mais en précisant bien que ce ne serait pas lui qui animerait la réunion. La réunion a donc eu lieu le samedi 16 février, animée par un professionnel, qui promettait de faire parvenir le compte-rendu aux personnes inscrites. Suite à une relance dans Les nouvelles de Fontenay du 19 mars[3], le compte-rendu a été finalement diffusé. Mais il n’a jamais été transmis aux autorités : « Le compte-rendu de la réunion du Débat National organisé par la Mairie vient d’être publié, mais n’apparaît pas sur le site du Débat National : pourquoi ? » titraient le 25 mars Les Nouvelles de Fontenay. Les cent personnes qui se sont déplacées le 6 février sont-elles ravies que  leur travail soit aussi cavalièrement jeté à la poubelle… Est-ce là la conception de la démocratie participative de Laurent Vastel ?

Depuis la semaine du 1er avril, on nous distribue un tract (Tract Vastel (questionnaire) intitulé Ensemble, continuons à imaginer Fontenay Demain, (dans lequel Laurent Vastel nous invite à une « consultation sur [nos] attentes, [notre] vision et [nos] propositions pour les élections municipales de 2020. Ce tract comporte une liste de question – assez pauvres du reste – et invite à une réunion le 19 juin pour la restitution du Grand Débat Laurent Vastel. Laurent Vastel aurait-il, entre le 16 février et le 1er avril, changé d’avis sur les vertus du débat[4] ? Ou bien s’agit-il d’un pur exercice de comm ? Comme d’habitude ! Venez-donc nombreux le 19 juin pour avoir la réponse !

D’un point de vue civique, on peut s’étonner qu’à la veille des élections européennes – cruciales pour le pays – Laurent Vastel ne s’intéresse qu’à sa – modeste – réélection, qui n’aura lieu – peut-être – que dans un an.

Michel BAYET


[1] Le Parisien du 14 janvier

[2] Le Parisien du 10 janvier

[3] Pourquoi n’y a-t-il pas eu de compte-rendu de la réunion du Débat National organisé par la Mairie le 16 février ?

[4] N’oublions pas le ‘débat’ sur l’aménagement de la Place de Gaulle…

Cabinet de Thérapie Brève nouvellement ouvert à Fontenay aux Roses

Maître Praticien en PNL ( Programmation Neuro Linguistique), Praticien Hypnose et EFT, Zoé FARROKH, accompagne mes clients dans la réalisation de leur objectif dans une approche thérapeutique qui leur permettra d’affronter « Sereinement leur VIE ». Vous prendrez conscience de vos difficultés et vous projeter positivement.

Cela vous permettra d’affronter les défis du quotidien avec sérénité, d’activer tout votre potentiel :
– Traitement de la dépression et anxiété
- Stress et mal être
- Confiance en soi
- Traitement de phobies
- Coaching familial et de couple
- Séance de détente et de lâcher prise
- Préparation mentale aux examens

Zoé FARROKH peut vous recevoir à Fontenay-aux-Roses ou chez vous.

Adresse : 3, rue Gentil Bernard

Vous pouvez la contacter au : Tel: 06 21 09 23 13 Mail: zoe.farrokh@gmail.com 

https://zoe-farrokh.business.site/

Attention! La thérapie brève ne peut substituer au traitement proposé par votre médecin. Elle vient en complément.