Laurent Vastel, Maire de Fontenay a basculé dans le camp de Macron

Source : France Info : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-brief-politique/une-dizaine-de-maires-de-droite-des-hauts-de-seine-ont-bascule-dans-le-camp-de-macron_3475165.html

L’opération « débauchage » a l’air de bien fonctionner pour la majorité : dans les Hauts-de-Seine plusieurs maires de droite et du centre se sont ralliés à Emmanuel Macron

« Les Hauts-de-Seine, c’est le département du député Thierry Solère, passé des Républicains à La République en marche. Il a été chargé par l’exécutif de convaincre les élus de la droite et du centre de soutenir Emmanuel Macron, et il a bien fait ses devoirs. En plus des trois maires qui ont déjà affiché leur soutien au président dans une tribune (Jean-Jacques Guillet, à Chaville, Grégoire de la Roncière ,à Sèvres, Éric Berdoati à Saint-Cloud), Thierry Solère affirme qu’il a converti cinq autres élus, dont les maires de Clichy (Rémi Muzeau) et celui de Fontenay-aux-Roses (Laurent Vastel).

Evidemment, son terrain de chasse s’étend à toute la France avec un atout de taille : il connait parfaitement le terrain grâce à son expérience d’organisateur de la primaire des Républicains en 2016, pour la présidentielle.

L’objectif de cette opération « débauchage », c’est évidemment d’avoir des alliés pour les prochaines municipales mais pas seulement. Une ministre raconte que le gouvernement veut convertir une trentaine de départements et une centaine d’agglomérations où il pourrait tester certaines mesures, notamment le revenu universel d’activité cher à Emmanuel Macron. « Si on veut des résultats pour 2022 c’est maintenant que ça se passe », explique cette ministre. Le but c’est donc aussi la prochaine présidentielle. »

Après le Grand Débat National, le GDLV (Grand Débat Laurent Vastel)

Après avoir participé mollement au Grand Débat National, et l’avoir finalement saboté, Laurent Vastel lance son GDLV …

A la fin décembre, les Maires ont été invités par le Président de la République à organiser des débats, pour connaître le sentiment des citoyens dans le contexte des manifestations des Gilets jaunes. Bien sûr, cette demande n’avait aucun caractère obligatoire. Et les élus LR du 92 n’ont pas souhaité y répondre positivement : « oui, aux cahiers de doléances dans toutes les villes LR, non à l’organisation de débats par les municipalités »[1]. A la demande d’un élu qui souhaitait que « des cahiers soient ouverts en mairie », Laurent Vastel répondait : « les personnes qui n’ont pas internet peuvent tout à fait venir à l’hôtel de ville et utiliser les ordinateurs de la mairie »[2]. J’ai moi-même effectué cette démarche, et je me suis trouvé en face d’une personne de l’accueil de la ville, toute gênée de m’inviter à passer dans la pièce voisine pour utiliser un ordinateur de la ville…

Quant au débat, après avoir déclaré qu’il n’en organiserait pas, il s’est senti obligé lors de la conférence de notre député (21 janvier, à Fontenay) de changer d’avis. Mais en précisant bien que ce ne serait pas lui qui animerait la réunion. La réunion a donc eu lieu le samedi 16 février, animée par un professionnel, qui promettait de faire parvenir le compte-rendu aux personnes inscrites. Suite à une relance dans Les nouvelles de Fontenay du 19 mars[3], le compte-rendu a été finalement diffusé. Mais il n’a jamais été transmis aux autorités : « Le compte-rendu de la réunion du Débat National organisé par la Mairie vient d’être publié, mais n’apparaît pas sur le site du Débat National : pourquoi ? » titraient le 25 mars Les Nouvelles de Fontenay. Les cent personnes qui se sont déplacées le 6 février sont-elles ravies que  leur travail soit aussi cavalièrement jeté à la poubelle… Est-ce là la conception de la démocratie participative de Laurent Vastel ?

Depuis la semaine du 1er avril, on nous distribue un tract (Tract Vastel (questionnaire) intitulé Ensemble, continuons à imaginer Fontenay Demain, (dans lequel Laurent Vastel nous invite à une « consultation sur [nos] attentes, [notre] vision et [nos] propositions pour les élections municipales de 2020. Ce tract comporte une liste de question – assez pauvres du reste – et invite à une réunion le 19 juin pour la restitution du Grand Débat Laurent Vastel. Laurent Vastel aurait-il, entre le 16 février et le 1er avril, changé d’avis sur les vertus du débat[4] ? Ou bien s’agit-il d’un pur exercice de comm ? Comme d’habitude ! Venez-donc nombreux le 19 juin pour avoir la réponse !

D’un point de vue civique, on peut s’étonner qu’à la veille des élections européennes – cruciales pour le pays – Laurent Vastel ne s’intéresse qu’à sa – modeste – réélection, qui n’aura lieu – peut-être – que dans un an.

Michel BAYET


[1] Le Parisien du 14 janvier

[2] Le Parisien du 10 janvier

[3] Pourquoi n’y a-t-il pas eu de compte-rendu de la réunion du Débat National organisé par la Mairie le 16 février ?

[4] N’oublions pas le ‘débat’ sur l’aménagement de la Place de Gaulle…

Le Compte-rendu de la réunion du Débat National organisée par la Mairie vient d’être publié, mais n’apparaît pas sur le site du Débat National : pourquoi ?

Découvrez la restitution du grand débat du 16 février (PDF) qui a rassemblé plus d’une centaine de Fontenaisiens et une dizaine d’élus. Ce document est également feuilletable en ligne.

Vous y trouverez les propositions individuelles et des groupes qui ont été formulées lors de ce débat autour de la fiscalité et des dépenses publiques, de l’organisation de l’Etat et des services publics, de la démocratie et la citoyenneté, et de la transition écologique.

La ville s’est inscrite sur le site du Grand Débat et le règlement stipule qu’il doit y avoir un compte-rendu qui sera mis sur le site du Grand Débat :  https://granddebat.fr/

Les participants qui s’étaient inscrits l’ont bien reçu par mail.

Par contre, ce compte-rendu n’a pas été mis sur le site du Débat National, comme cela était demandé par le règlement. On peut consulter les compte-rendus des réunions organisées, voici le lien sur le site du Grand Débat (le classement est fait en fonction du code postal de la ville de réunion) : https://granddebat.fr/pages/comptes-rendus-des-reunions-locales

Il y a eu un compte-rendu pour des débats organisés par des  villes voisines: Montrouge, Meudon,  Antony, Bagneux, Malakoff, Chatenay-Malabry, Vanves.

A quoi servira donc ce compte-rendu s’il n’est pas sur le site du Grand Débat ?

Les propositions faites pourront cependant servir au niveau local, pour la liste élue et aussi les futures listes pour les municipales de 2020.

Voici quelques une des propositions qui sont faites :

  • Plus de démocratie participative
  • Développer le référendum municipal pour les décisions locales
  • Former les citoyens, stages citoyen en collège et en lycée
  • Création d’un Conseil Citoyen Intercommunal pour des actions précises
  • Culture du consensus citoyen
  • Rétablir le lien Député/ peuple en renforçant les échanges et les débats collectifs
  • Etablir un vote de confiance en cours de mandat municipal
  • Associer des citoyens tirés au sort à chaque grand projet municipal (> 500 k€)
  • Institutionnaliser les compte-rendus de mandat pour le Maire et les députés en dialoguant avec les citoyens
  • Mettre la viande en option dans la restauration scolaire et responsabiliser les enfants (gaspillage, cout écologique…)
  • Développer les circuits courts et former les consommateurs à la frugalité écologique
  • Mettre en avant les porteurs de projets favorisant la transition écologique

Contribution de l’association CIVIFAR au Grand Débat National

Question N°3 : Que faudrait-il faire pour renouer le lien entre les citoyens et les élus qui les représentent ?

En démocratie le pouvoir appartient aux citoyens.

En démocratie représentative les citoyens choisissent des représentants lors des élections et leur délèguent leurs pouvoirs.
Ces élus sont censés agir en fonction de la volonté générale.

Deux difficultés apparaissent souvent

  • Les élus sont choisis par application d’un système électoral.

Ils sont les meilleurs parmi les candidats proposés aux votes. Mais il est fréquent qu’ils ne satisfassent pas vraiment leurs électeurs. Cela se traduit par des participations électorales décroissantes, et une défiance croissante vis-à-vis du monde politique.

  • Après les élections certains élus coupent le dialogue avec leur électorat et exercent le pouvoir sans s’assurer qu’ils restent en ligne avec l’attente des citoyens.

Au niveau local ces points peuvent être corrigés par la pratique de la démocratie participative.

A Fontenay-aux-Roses l’association CIVIFAR a défini pour cela une organisation et des procédures qui sont décrites ci-dessous. Elles font l’objet d’une charte de la démocratie participative adoptée en 2012. Elle a été complétée en 2018 grâce à une étude menée conjointement par la municipalité et un groupe de citoyens.

La démocratie participative ne met pas en cause le pouvoir de décision des élus.

Elle instaure un dialogue continu entre les citoyens et les élus permettant

  • une bonne compréhension des attentes des citoyens par les élus,
  • la prise en compte d’idées intéressantes émanant de la base,
  • une meilleure compréhension des décisions municipales par les citoyens.

Les élus n’ont aucune obligation à mettre en œuvre la démocratie participative, mais ils ont tout à y gagner.

Ce que nous proposons peut s’appliquer au niveau d’une commune, mais pourrait s’appliquer à tous les échelons de décision : communauté d’agglomération, territoire, métropole, département, région…

Question N° 8. Que pensez-vous de la participation des citoyens aux élections et comment les inciter à y participer davantage ?

La baisse de la participation des citoyens aux élections est un danger pour la démocratie.

Les électeurs ont le sentiment que les hommes politiques sont trop éloignés de leurs préoccupations. Le monde politique doit se rapprocher des citoyens. La démocratie participative est un des moyens d’y parvenir.

Question N°11. Que faudrait-il faire aujourd’hui pour mieux associer les citoyens aux grandes orientations et à la décision publique ? Comment mettre en place une démocratie plus participative ?

Notre association préconise d’appliquer les mesures suivantes au niveau local. Lire la suite

Un projet alternatif citoyen pour la rénovation de la place du Général de Gaulle et des équipements culturels de la ville.

Suite à la réunion de présentation des trois scenarii pour la rénovation de la place du Général de Gaulle en Octobre 2017, un groupe de neuf fontenaisiens (dont l’auteur de cet article) s’est constitué pour préparer un projet alternatif. Les porteurs du projet sont notamment motivés pour éviter la construction sur le parvis du château Laboissière
d’un immeuble d’habitation de 42 logements (6 niveaux) comme prévu dans les trois scénarii présentés par la municipalité. La construction de ce bâtiment étant « hors concertation », ils n’ont pas eu d’autres choix que de se lancer dans une réflexion plus globale sur le centre-ville. Leurs travaux ont été présentés lors d’une réunion publique le 18 décembre 2017 devant environ 130 fontenaisiens. Une vidéo qui résume le projet est disponible depuis peu.

Le maire a répondu au groupe de fontenaisiens dans un courrier du 11 décembre 2017 que le projet « présente certains aspects séduisants …» mais qu’il est «… financièrement hors de raison pour notre ville. ». Étant donné que les porteurs du projet présentent des chiffres très différents, il a accepté lors d’une récente réunion que les services techniques fassent un comparatif financier entre la rénovation sur place du théâtre et du cinéma et la construction d’un nouvel espace culturel au fond de la place. La complexité et le coût social du projet sont également pointés par le maire. Le projet alternatif nécessite en effet la destruction d’une plus grande portion de la barre Saint-Prix. Cela complique le projet et nécessite d’anticiper plus de relogements en centre-ville pour les occupants actuels du bâtiment. Les relogements pour peu qu’ils soient rapidement intégrés dans les futurs projets autour de la place ne devraient toutefois pas être insurmontables.

Les porteurs du projet voient dans leur projet une occasion unique de se doter d’équipements culturels multifonctionnels modernes au cœur de la ville (sans interrompre l’activité actuelle) et ainsi d’apporter une animation à la place de Gaulle, tout en construisant un immeuble d’habitation sur un emplacement qu’ils pensent mieux adapté que devant le château Laboissière. Les projets actuels sont sans doute plus simples et plus rapides à mettre en œuvre mais ils aboutiront à un immeuble incongru et à la rénovation (sans doute également coûteuse) des équipements culturels dans un bâtiment qui n’a jamais été conçu pour être un théâtre/cinéma.

Une pétition de soutien pour ce projet est en ligne sur change.org.
Il est possible de contacter le groupe à l’adresse:

projetcitoyenplacedegaulle@gmail.com

ou sur Facebook www.facebook.com/projetcitoyenplaceGdG/

La municipalité organise quant à elle une réunion de bilan de la concertation le 17 Janvier à 19h30 salle Pierre Bonnard. Le sujet de l’immeuble en fond de place qui est « hors concertation » risque de ne pas y être abordé.

Un espace culturel plutôt qu’un immeuble au fond de la place du général de Gaulle

Environ une centaine de personne se sont réunies lundi soir salle  de l’église pour écouter et débattre de la présentation d’un projet alternatif citoyen pour la rénovation de la place du général de Gaulle. Plusieurs personnes ayant participé à la construction du projet ont pris successivement la parole. Les points de convergence avec les projets de la mairie ont été soulignés ainsi que les points de divergence.

Le temps de débat avec la salle a ensuite permis de discuter des différents aspects du projet. La question du relogement des habitants de la barre Saint Prix se pose pour le projet citoyen comme pour le projet municipal. En l’état, il serait toutefois nécessaire de reloger plus de familles dans le cas du projet citoyen qui propose la démolition du bâtiment jusqu’à un joint de dilatation. Cette démolition est nécessaire pour que l’implantation du futur complexe culturel n’empiète pas sur le parvis du château. Elle semble d’autre part techniquement plus simple que la coupure du bâtiment. En l’occurrence, les conditions techniques de la démolition ou de l’intégration du bout de la barre Saint-Prix dans le bâtiment proposé par la municipalité n’ont jamais était présentées et seraient intéressantes à connaître. En réponse à cette question, il semble que la quantité de logements nécessaire ne soit pas insurmontable. Une solution a été évoquée : ce serait de prévoir un bâtiment mixte social/privé dans l’emplacement dit ‘OSICA’ qui permettrait de reloger les familles à proximité.

Le volet financier, principale critique de l’équipe municipale à l’égard du projet, a suscité également des questions. Mais il a été souligné par les citoyens à l’origine de la proposition qu’il ne suffit pas de dire ‘c’est trop cher pour la ville’. Il faudrait présenter des arguments chiffrés pour contredire les prévisions du projet citoyen. Dans ces conditions, les estimations divergentes des différentes parties pourraient être confrontées en transparence. Cela devrait permettre d’aboutir à une  estimation consolidée et consensuelle en évitant de part et d’autre toutes tentatives de manipulation. D’autres questions concernant par exemple l’impact sur le stationnement, la trop grande concentration géographique des centres d’intérêt ou les ajustements nécessaires du fait de la baisse de capacité de la salle de théâtre ont été évoquées et discutées. 

Le projet semble recevoir un bon accueil. Mais est ce que l’enthousiasme de nombreux Fontenaisiens pour des projets alternatifs est suffisant pour que la municipalité accepte de les considérer ?

Vous pouvez télécharger la présentation : PDG_Projet-Alternatif_Fontenaysiens-DIFFUSION_L

Le groupe de Fontenaisiens propose aux habitants qui apprécieraient de voir naitre un espace culturel sur la place du coeur de ville au lieu d’un immeuble de 42 logements et des commerces de le faire savoir en apportant  leur soutien par mail à l’adresse suivante :  projetcitoyenplacedegaulle@gmail.com (cliquez sur le lien)

Le groupe s’engage a garder confidentiel le nom et  l’adresse mail des personnes qui enverront leur soutien à cette adresse

Un groupe de Fontenaisiens propose un projet alternatif pour la rénovation de la place du Général de Gaulle

Un groupe de Fontenaisiens (signatures ci-dessous) nous a fait parvenir le projet qu’ils ont proposé au Maire dans le cadre de la réflexion actuelle sur l’évolution de la place du Général de Gaulle.

Cadrage-projet-alternatif

Fabrice Beckers, Alain Delahaye, Hervé Levifve, Sylvie Lours-Gatabin, Daniel Marteau, Francis Rondelez, Antoine Thill, Bernard Welter, Christine Ziegler

Lettre de Mr Pascal BUCHET, à Mr Vastel, Maire de Fontenay sur la discussion sur le PLU au Conseil municipal prévu le lundi 27 février

Monsieur le Maire, 

Vous avez bien voulu répondre à notre demande d’élus de l’opposition afin que notre Conseil municipal puisse aborder la question du projet de PLU suite à l’enquête publique. Ce point sera donc à l’ordre du jour du Conseil municipal prévu le lundi 27 février.

Nous vous remercions donc de bien vouloir nous communiquer les réponses que vous souhaitez donner aux nombreuses recommandations su commissaire enquêteur et plus encore à ses 2 réserves ainsi que les modifications à apporter à votre projet initial de PLU.

Nous vous demandons également d’organiser avant ce Conseil municipal, une réunion publique pour associer notamment les habitants qui ont été nombreux à émettre des observations afin que la nécessaire concertation soit assurée avant que le Territoire ne prenne une décision.

Dans l’attente de vous lire, Bien cordialement

Pascal BUCHET, Maire honoraire de Fontenay-aux-Roses

Lettre ouverte au maire de l’association CIVIFAR

Le 27 janvier, l‘association CIVIFAR a fait parvenir  une lettre au maire afin de lui demander de poursuivre le processus de concertation sur le PLU.

En effet, le rapport du commissaire enquêteur (disponible sur le site internet de la ville) contient des réserves qui nécessiteront des adaptations du PLU. Nous souhaitons que les conclusions du commissaire enquêteur et les adaptations des documents du futur PLU soient présentées aux habitants avant que celui-ci ne soit validé par le conseil territorial.

 

 

La démocratie participative à Fontenay ?

Vous êtes Maire d’une ville de 23 000 habitants, et avez un sujet difficile à faire passer dans un des quartiers : la vente de l’ancien bâtiment du Conservatoire (voir article précédent).

Après quelques mois d’échanges plus ou moins hypocrites avec l’association des riverains, vous organisez une grande réunion publique pour « débattre autour du projet et répondre aux questions des riverains ». Vous vous rendez à cette réunion, en emmenant avec vous un grand nombre de vos adjoints, et en ayant pris soin de battre le rappel par mail de vos ‘amis’.

Dans le bulletin officiel de la ville qui suit de quelques jours la réunion, vous faites un court article sur le sujet, qui se conclut par la phase suivante :

« En fin de réunion, une large majorité des personnes présentes s’est  déclarée favorable au projet lors d’un vote à main levée ».

Ainsi donc les 22 900 citoyens de la ville[1] qui n’assistaient pas à la réunion, et qui ne s’intéressent pas plus que ça à cette problématique localisée – mais qui lisent consciencieusement chaque bulletin municipal – pourront conclure  que le problème est réglé, et que leur Maire a bien informé et consulté les intéressés.

De la vraie démocratie participative quoi : les autorités ont informé la population ; celle-ci pu s’exprimer de façon contradictoire ; un vote libre a eu lieu


[1] 22 300 moins la petite centaine de participants à la réunion.

Michel Bayet