Le Fontenay nouveau est arrivé : Un changement du système électoral peut se profiler

Car comment sortir de ce casse tête, non pas de listes et de projets (car les rassemblements sont toujours  envisageables) mais du fleurissement de têtes de listes, mis à part ceux d’EELV et ND qui ont annoncé ne pas mettre leur leader en avant et se rallier au plus fin bouquet…

Cette solution hors nos murs, à Toulouse, présente une approche salvatrice inspirée de l’ archipel (des ilôts avec des projets par listes qui sont donnés aux suiveurs extérieurs aux listes pour les  synthétiser et produire l’archipel).

Le système à Toulouse a carrément rompu avec l’archipel de listes pour aller encore plus loin et interroger 1000 votants tirés au sort, inscrits sur la liste électorale de la ville auxquels s’est ajouté les volontaires des listes déclarées (pour Fontenay ça serait 35 volontaires soit 7 pour les 5 listes ou 9 par listes convergentes si le maire actuel refuse l’assimilation ).

Sur les 1000 habitants, il va y avoir 50 juges non éligibles qui vont apprécier la valeur des membres de la liste (à nouveau tirés au sort) et 950 éligibles jugés.

Les éligibles jugés sont 950 + 35 c’est à dire au total : 985 co-listiers. Le process pour les sélectionner consiste à estimer leur référentiel de capacités, de compétence et d’ adaptabilité à un programme co-construit par les listes et par la vision personnelle des co-listiers, sur 4 piliers : écologie, vivre ensemble, justice sociale, urbanisme.

Les juges éliminent les candidats (1 juge pour 2 x10 candidats) (le raffinement envisagé a été de faire liker les citoyens…ce qui est possible quand il y a un peu plus de temps).

Pas de leaders, ils ne sortent qu’à la fin (35 pour Fontenay) jugés sur leur capacité à travailler en groupe non autoritairement, leur capacité à exprimer au mieux les projets de l’archipel, leur volonté pour réussir le programme. (Des tests de 15 à 20 minutes sont organisés soit 3 candidats évalués par heure). Ces 35 meilleurs  constituent l’équipe municipale.

Toulouse n’ en revient encore pas de la justesse de son résultat, car le meilleur celui qui se sentait capable d’être le bon maire est dans le match final et l’emporte.

Toutefois le candidat final n’est pas appelé maire mais porte-parole : il n’est pas dirigiste mais mandaté au sein de l’ archipel, qui colle avec les projets du grand groupe. (Les efforts de dialogue et les réunions citoyennes des listes ont été efficaces en ce qu’elles ont déjà apporté des projets et la consultation par tirage au sort complète plus largement cette offre de projets).

Avec ce système pas de tricherie, pas d’ à peu près, pas de suffisance, pas d’ autoritarisme. Il faut respecter les projets, l’éthique de la charte, se former. Les juges eux qui ont évalué et cerné les projets par leur présentation par les 985 candidats sont à même de constituer le cabinet du maire appelé cabinet d’éthique.

Cet agora n’est pas qu’une méthode de scrutin, mais une condition propice à un ensemble des initiatives pour échanger sur les éléments de convergences et de divergences, évitant ainsi une cristallisation lors d’un rassemblement autour d’une personne.

Ce processus démocratique respectueux des minorités, et ces variantes « élections sans candidat, des likes pour appeler d’autres têtes de listes », autant de mode de scrutin qui satisfont un socle commun pour la qualité d’un maire final et d’un programme collaboratif : Fontenay le plébiscitera t’il ? Avons-nous encore le temps ! Ce qui est sûr, c’est qu’il est bon de se diriger vers la co-élaboration (plutôt que l’adversité), au moins entre les listes, qui sera bénéfique à la ville et aux habitants, plutôt que perdre du temps, de l’énergie, et de l’espoir, dans un risque de fragmentation ! Chaque courant doit pouvoir se reconnaître dans le socle des valeurs du programme.

Joëlle Touzet, liste plurielle Label de Fontenay pour Nouvelle Donne

COURS DE LANGUE RUSSE POUR LES ADULTES ET ENFANTS par l’association culturelle amitié Franco-Biélorusse

L’association culturelle amitié Franco-Biélorusse  propose 30 cours de russe de 1h00 chacun (1 cours par semaine hors vacances scolaires), en petits groupes de 5 à 10 personnes avec un professeur diplômé.

Les cours correspondent à tous les niveaux (de Débutant à Bilingue). Les cours débuteront en octobre 2019 et se termineront en juin 2020.

L’inscription en cours d’année reste possible sauf débutants en fonction des places disponibles (sauf débutants).

Renseignements Tel: 0618735583

Mail :amitiefrancobielorusse@gmail.com

Site : http://amitié-franco-biélorusse.com/

Lettre au Député: PMA n°1 – un nouveau grand débat national?

Monsieur notre Député,

Instruit par le Grand Débat National de cette année, je pensais naïvement qu’un débat de fond allait se mettre en place dans le pays pour éclairer nos concitoyens sur tous les aspects du sujet, afin que nos parlementaires puissent faire les bons choix, en harmonie avec les français.
Des choix éclairés par des discussions contradictoires, aussi honnêtes que possible, et qui donnent la parole à tous les points de vue. Bref tout le contraire du débat sur le Brexit – mais ça c’était chez les anglais, et nous on est  bien meilleurs! –  ou d’un vague sondage avec des questions orientées à des citoyens qui n’ont pas eu ni le loisir de s’informer ni de réfléchir au sujet…
Hélas, les médias n’ont pas donné l’impression cet été de travailler dans cet esprit. Deux exemples m’ont particulièrement interloqué:
– un matin de cette semaine, la célèbre journaliste Léa Salamé interviewe la gentille docteure Agnès Buzyn, ministre de la santé, sur la rentrée parlementaire. Et la célèbre journaliste aborde le sujet de la PMA par le point suivant: allez-vous détruire les stocks de gamètes à la suite de la loi? Bravo. Quel courage! On ose aborder de front sur le service public les sujets sensibles…
Sauf, que Monsieur le Député, vous savez bien que tout le monde s’en fout des ces histoires de cuisine. Alors que l’objet de la loi est de savoir si la République veut étendre la PMA aux femmes seules, on amuse le peuple avec des sujets de troisième ordre, éminemment techniques, et sur lesquels pas un député sur cent n’a la plus vague idée…
– le 25 juillet, Le Monde fait un article sur le sujet, suite à une annonce du gouvernement. Et un journaliste obscur – un stagiaire peut-être – noircit une presque pleine page du quotidien référence du monde francophone, sur des sujets techniques, que je qualifierais de deuxième ordre par rapport à l’objet de la loi: la PMA pour toutes oui ou non? Il faut dire que le journaliste est bien tombé dans le piège tendu par le gouvernement: en proposant au niveau du projet de loi des options (filiation, accès à l’identité du donneur), et de plus en demandant son avis au Conseil d’Etat, il mettait sciemment le projecteur sur des questions secondaires, qu’un bon journaliste se doit bien sûr de porter à la connaissance de ses lecteurs… De l’art de faire comme si la question de fond était acquise, et d’occuper le terrain avec le détail des modalités!
Les journalistes de France Inter sont certes payés par l’Etat – mais seulement au sens propre j’espère – et à ma connaissance, ceux du Monde ne passent pas leur temps à encenser la politique du gouvernement. Mais, tout ce petit monde médiatico-politique baigne tellement dans le même jus, que ses membres me paraissent – même peut-être sans qu’ils en soient conscients – partager les mêmes avis, et trouver souhaitables les mêmes choix. Même lorsqu’il s’agit de choix moraux fondamentaux qui structurent en profondeur notre société.
Aucun lien bien sûr avec le mouvement des Gilets Jaunes…
Monsieur le Député, je me permets de vous faire part de mon sentiment de citoyen, et souhaite qu’il pourra vous éclairer, et en tous cas vous aider à convaincre vos collègues.
Nous attendons de notre Député qu’il fasse connaître le point de vue de ses électeurs, et surtout que, eu égard à votre expérience et à vos valeurs personnelles qui transparaissent dans vos interventions publiques, les français aient droit à un vrai débat, et que ne reprenne pas le cirque parlementaire qui a prévalu lors du mariage pour tous, sous la conduite du bulldozer de Hollande. Aux mêmes causes…
Au plan pratique, je vous ferai parvenir mes petits billets par thème, tout au long de cette campagne pour la PMA pour toutes. Je diffuserai cette correspondance autour de moi, afin que les Fontenaisiens puissent réfléchir avec vous, et vous interpeller s’ils le jugent utile. Je diffuserai bien sûr vos réponses de la même façon.
Respectueusement.
Michel Bayet.
Membre du Modem

Panneaux installés sur le mail Boucicaut : pollution visuelle

Voici  de quoi surprendre les Fontenaysiens sensibles à la pollution visuelle.

Ces panneaux semblent êtres installés solidement et donc pour longtemps, mais pour quoi faire ? pour communiquer ?

Mais dans ce cas, à quoi servent les panneaux municipaux existants, le journal municipal ?

S’agit-il de panneaux destinés à l’expression citoyenne ? S’agit-il d’une installation artistique en cours d’installation ?

D’autres panneaux de ce genre vont-ils être installés? Combien encore ?

Cécile Mallet

NDLR : voir article précédent : http://www.nouvellesdefontenay.fr/mail-boucicaut-exposition-du-5-juin-au-5-juillet-2019-sur-les-etudes-menees-par-la-ville-questionnaire-en-ligne/

Plan de circulation en Centre-ville, compte tenu des travaux

Le Fontenay Mag de Novembre a publié un plan de circulation

Nous avons publié un article précédent sur les travaux : et leur incidence sur la circulation.

Pour connaitre tous les travaux qui sont en cours, vous pouvez les trouver en utilisant le plan interactif situé sur le site de la ville, en cochant « Travaux dans la ville » :

https://fontenay-aux-roses.plan-interactif.com/fr/#!/home/@48.78978908909545,2.2858750820159916,16/data=eyJsYXllcnMiOlsiNTAxNyJdfQ==

Lettre ouverte au Maire pour demander des précisions sur la consultation de la place de Général de Gaulle

Monsieur le Maire,

Comme nous vous l’avons indiqué à plusieurs reprises, nous restons très étonnés du résultat de la consultation que vous avez lancée entre le 15 novembre et fin décembre 2017 sur l’évolution de la place du Général de Gaulle.
Nous ne reviendrons pas ici sur l’absence dans cette consultation de ce qui sera le marqueur visuel  le plus important de ce projet, s’il voit le jour, à savoir l’immeuble d’habitation du fond de place, mais souhaitons connaître les détails de l’expression des 700 Fontenaisiens qui ont donné un avis.
Tenant compte du fait que vous avez écrit un mail le 7 novembre à 20h01 à tous les agents administratifs de la ville pour les convier à 2 réunions en salle du Conseil Municipal le 13 novembre à 15 h et à 16 h pour leur «présenter personnellement et en avant première le projet » , nous souhaiterions avoir la confirmation que seuls parmi eux, ceux qui résident à Fontenay ont pu voter.
Tenant compte du fait que vous avez déclaré que vous n’aviez pris en compte qu’un seul vote par N° IP d’ordinateur, nous souhaiterions savoir combien de votes vous avez rejeté et en faveur de quels scenarii ils étaient formulés.
Tenant compte du fait que vous n’avez fait état ni lors de la réunion publique ni dans le dernier Mag de Fontenay d’ aucun des commentaires qui ont accompagné certains votes, et nous savons qu’ils ont été nombreux, nous souhaiterions que ceux-ci soient rendus publics.
Sachant l’ importance que vous attachez à la transparence de cette consultation, nous ne doutons pas que vous aurez à cœur de nous donner ainsi qu’à tous les Fontenaisiens ces précisions et cela dans les meilleurs délais.
Nous transmettons en parallèle cette demande aux blogs Fontenaisiens: Osez Fontenay, Les nouvelles de Fontenay et Fontenay Avenir.
Cordialement,

Le groupe de Fontenaisiens auteur du projet alternatif pour la place du Général de Gaulle.

Fabrice Beckers, Alain Delahaye, Hervé Levifve, Sylvie Lours-Gatabin, Daniel Marteau, Francis Rondelez, Antoine Thill, Bernard Welter, Christine Ziegler

Le point de vue du MODEM de Fontenay sur le bilan après trois ans de M. Vastel

Avec les moyens numériques de prise de photos, et internet, une nouvelle tradition est apparue depuis peu dans les familles : pour souhaiter les vœux, on envoie une carte postale avec les photos des enfants de l’année écoulée. Cela permet de se mettre à jour avec les petits nouveaux, et de se rappeler les bons moments.

C’est sans doute cette nouvelle tradition qu’a voulu nous faire goûter notre nouveau maire, en nous faisant parvenir à tous un lourd catalogue de 16 pages, qui n’apporte rien de nouveau, puisque bien sûr constitué de clichés déjà bien en vue dans le magazine communal. A moins, que ce ne soit pour occuper l’équipe de la « comm… » qui paraît-il aurait quadruplé depuis le maire précédent… Et combien de  temps et d’argent tout cela a-t-il coûté à notre ville?

Sur le fond, on peut aussi porter les avis suivants :
- M. Vastel est à la tête d’une équipe municipale hétéroclite, et dont la cohésion ne parait pas résistante à toute épreuve… Par exemple il semble que les avis divergent sur le besoin et les modalités d’accueillir 4 500 habitants nouveaux.
- Cette équipe, à grands frais, a achevé un projet initié par l’équipe précédente (Nouveau conservatoire) et mené celui de la place de l’église. Le satisfecit délivré allègrement par le Président du Département lors de l’inauguration de cette dernière est en soi un vrai aveu !
- Une double augmentation non impérative en 2016 des impôts locaux…
- A une exception près (Débat d’Orientation Budgétaire), une gouvernance riche de « comm… » mais pauvre de concertation authentique ! Par exemple, le PLU dont la partie dure (règlement) a été établie dans le secret des bureaux de la ville et livrée in extrémis aux citoyens de Fontenay, en court-circuitant la CEMUA – pourtant bien instituée par M. Vastel. Le Maire n’a jamais eu le courage d’inviter les Fontenaisiens à des réunions spécifiques pour présenter et expliquer ses choix. Il a fallu que ce soit le Commissaire enquêteur qui intervienne pour qu’une discussion sérieuse s’établisse avec les Fontenaisiens sur quelques uns des sujets.
- Mais surtout, ce PLU est profondément biaisé : après avoir sanctuarisé les zones pavillonnaires, il ne restait plus qu’à densifier des zones déjà bien peuplées de la ville pour accueillir les 4 500 habitants nouveaux. Et donc refiler la patate chaude de l’obligation légale de construire aux Blagis et au quartier Scarron. Il est hypocrite parce que la réalisation concrète du GRAND plan aux Blagis est peu crédible : financement, calendrier, promesses de relogement incertaines…

A propos du bilan, M. Vastel ne nous donne aucun élément sur ses deux autres mandats communaux, puisque comme l‘on sait, il est :
- Maire de Fontenay (3 441 €),
- Vice-président du Territoire (1 682 €),
Conseiller départemental (2661 €)
- et Conseiller métropolitain (Activité non spécifiquement rémunérée, mais avec une assiduité à la hauteur -M. Vastel a été présent à 3 reprises sur 9 conseils-).

Quels travaux a donc réalisé M. Vastel dans ses quatre cénacles ?
C’est 7 784 Euros que reçoit M. Vastel chaque mois des deniers publics.

Site Internet du MODEM : http://www.modem-fontenay-92.fr/

La permanence des Comités d’Habitants a lieu tous les samedis au Fontenay Scope

  • Le comité d’habitants est un intermédiaire important d’information verticale  entre la municipalité  et les habitants.

  • Il est force de propositions d’actions et de réflexions à mener dans le quartier

Si vous avez des questions concernant votre quartier, vous pouvez vous adresser aux représentants des Comités d’Habitants pendant les permanences qui ont lieu tous les samedis au Fontenay Scope, de 10 H à 12H.

La guerre du Mail Boucicaut : nouvelle du front

Depuis le début du mois l’accès piéton au mail Boucicaut est fermé par des grilles soudées. Un référé a été déposé par la municipalité, et hier une des grilles qui avait été démontée a été ressoudée interdisant l’accès rapide au mail Boucicaut à tous les habitants du quartier (rue Ledru-Rollin et autres situées de son côté).
Le mail regroupe entre autres la poste, un supermarché Carrefour Market, des cabinets médicaux et d’autres commerces.
Je vis à Fontenay depuis 25 ans et cet accès a toujours été ouvert au public. Aujourd’hui, il semble qu’une guéguerre entre syndic et municipalité entrave notre liberté de circulation dans le centre ville.

Y a-t-il une maison des associations à Fontenay aux Roses?

Si vous poussez la porte du Numéro 10 de la place du château Sainte Barbe, occupé actuellement par le CCJL, vous trouverez dans l’entrée une boite à lettre « Maison des Associations » et les boites à lettres de plusieurs associations qui sont donc domiciliées à cette adresse.
Par ailleurs, la grande salle du rez-de-chaussée est toujours mentionnée comme « Salle Associative », et les élus de l’opposition vous reçoivent dans un bureau de « la Maison des Associations »
Un embryon de Maison des Associations existe donc et il paraitrait  souhaitable que toutes les associations soient informées de son existence actuelle et de sa future évolution. Comment peut-on faire, par exemple, pour  y  disposer d’une boite à lettres ? Quelle sera la future répartition des locaux ?

Rappel de l’historique de la maison des Associations

Depuis longtemps, les associations de Fontenay réclamaient une Maison des Associations, ou elles pourraient bénéficier de divers services communs (Téléphone, Internet, Photocopieuse, documentation associative, stockage d’archives, boites à lettres) et surtout de nouveaux locaux comportant de nouvelles salles de réunion (en complément des salles municipales actuellement en nombre insuffisant) et des bureaux, partagés entre associations, et leur permettant de tenir des permanences ou des réunions restreintes.
En Janvier 2011 a été annoncé par la municipalité le projet de réaliser une telle Maison des Associations dans l’aile gauche du Château Sainte Barbe. Plusieurs réunions organisées par la Mairie avec toutes les associations intéressées ont permis de préciser les besoins des associations et de proposer des ajustements dans les plans d’aménagement du Château Sainte Barbe.

La dernière réunion Mairie /  Associations a eu lieu le 5 juin 2012 et a permis la mise au point des plans souhaités  par les associations. Ces plans prévoyaient en particulier que les associations qui ne disposaient pas de bureaux au château La Boissière pourraient  utiliser  5 bureaux à partager (dont un de 40 m²), deux nouvelles salles de réunions (au rez-de-chaussée) et une grande salle de 120 m².
Compte-tenu de l’installation provisoire du CCJL dans ces locaux, il avait bien été précisé que les locaux de la maison des Associations seraient disponibles au mieux en 2015, lorsque le CCJL pourrait rejoindre ses nouveaux locaux au château La Boissière rénové. Les délais se sont surement allongés depuis, mais l’apparition d’un embryon de maison des associations nous redonne espoir.