Un espace culturel plutôt qu’un immeuble au fond de la place du général de Gaulle

Environ une centaine de personne se sont réunies lundi soir salle  de l’église pour écouter et débattre de la présentation d’un projet alternatif citoyen pour la rénovation de la place du général de Gaulle. Plusieurs personnes ayant participé à la construction du projet ont pris successivement la parole. Les points de convergence avec les projets de la mairie ont été soulignés ainsi que les points de divergence.

Le temps de débat avec la salle a ensuite permis de discuter des différents aspects du projet. La question du relogement des habitants de la barre Saint Prix se pose pour le projet citoyen comme pour le projet municipal. En l’état, il serait toutefois nécessaire de reloger plus de familles dans le cas du projet citoyen qui propose la démolition du bâtiment jusqu’à un joint de dilatation. Cette démolition est nécessaire pour que l’implantation du futur complexe culturel n’empiète pas sur le parvis du château. Elle semble d’autre part techniquement plus simple que la coupure du bâtiment. En l’occurrence, les conditions techniques de la démolition ou de l’intégration du bout de la barre Saint-Prix dans le bâtiment proposé par la municipalité n’ont jamais était présentées et seraient intéressantes à connaître. En réponse à cette question, il semble que la quantité de logements nécessaire ne soit pas insurmontable. Une solution a été évoquée : ce serait de prévoir un bâtiment mixte social/privé dans l’emplacement dit ‘OSICA’ qui permettrait de reloger les familles à proximité.

Le volet financier, principale critique de l’équipe municipale à l’égard du projet, a suscité également des questions. Mais il a été souligné par les citoyens à l’origine de la proposition qu’il ne suffit pas de dire ‘c’est trop cher pour la ville’. Il faudrait présenter des arguments chiffrés pour contredire les prévisions du projet citoyen. Dans ces conditions, les estimations divergentes des différentes parties pourraient être confrontées en transparence. Cela devrait permettre d’aboutir à une  estimation consolidée et consensuelle en évitant de part et d’autre toutes tentatives de manipulation. D’autres questions concernant par exemple l’impact sur le stationnement, la trop grande concentration géographique des centres d’intérêt ou les ajustements nécessaires du fait de la baisse de capacité de la salle de théâtre ont été évoquées et discutées. 

Le projet semble recevoir un bon accueil. Mais est ce que l’enthousiasme de nombreux Fontenaisiens pour des projets alternatifs est suffisant pour que la municipalité accepte de les considérer ?

Vous pouvez télécharger la présentation : PDG_Projet-Alternatif_Fontenaysiens-DIFFUSION_L

Le groupe de Fontenaisiens propose aux habitants qui apprécieraient de voir naitre un espace culturel sur la place du coeur de ville au lieu d’un immeuble de 42 logements et des commerces de le faire savoir en apportant  leur soutien par mail à l’adresse suivante :  projetcitoyenplacedegaulle@gmail.com (cliquez sur le lien)

Le groupe s’engage a garder confidentiel le nom et  l’adresse mail des personnes qui enverront leur soutien à cette adresse

Le Maire Laurent Vastel a retiré à Michel Faye, Maire-adjoint issu de la liste Associative et Citoyenne la plupart de ses délégations

Vendredi 29 septembre 2017, le Maire Laurent Vastel a retiré au Maire-adjoint issu de la liste Associative et Citoyenne Michel Faye la plupart de ses délégations, soit l’Urbanisme, les transports et les bâtiments communaux. Il ne lui reste que que l’écologie urbaine et la lutte contre les nuisances et les pollutions.

L’Urbanisme est un domaine très sensible, il n’y a qu’à voir le nombre de Fontenaisiens qui ont reçu et reçoivent actuellement des propositions de la part des promoteurs immobiliers.

Le Maire reprend personnellement l’Urbanisme. Il est à craindre qu’avec cette mesure brutale,  pouvant discuter seul et directement avec les promoteurs, le maire ait les mains complètement libres pour densifier notre ville.

Nous souhaitons, comme les nombreux Fontenaisiens qui connaissent l’engagement de Michel Faye pour la lutte pour la qualité de vie, que le Maire lui rende toutes ses délégations y compris l’Urbanisme

La version officielle de la Mairie de ce qui est à l’origine de ce retrait : des « comportements très problématiques avec les agents », explique-t-on au cabinet du maire.

Toutes ses délégations sont retirées jusqu’au 29/11/2017

Ci-joint une copie des arrêtés enlevant les délégations et laissant celle de l’écologie urbaine et la lutte contre les nuisances et les pollutions.

Arreté 17-209

Arreté 17-210

Ci-joint aussi l’article du Parisien paru le 4 Octobre :

http://www.leparisien.fr/fontenay-aux-roses-92260/fontenay-aux-roses-le-maire-coupe-l-herbe-sous-le-pied-d-un-de-ses-adjoints-03-10-2017-7306050.php#xtor=EREC-1481423605-[NL92]—${_id_connect_hash}@1

Quel est le projet immobilier pour le 19 rue Marx Dormoy ?

Cliquez sur l’image pour agrandir 

Ce pavillon est situé en zone UC. Dans cette zone, on peut construire un immeuble de 15 m de haut, soit R+4. 

Ce pavillon est situé entre d’autres pavillons, mais il y a aussi des immeubles R+3.

Il semblerait que ce pavillon a été vendu par la société immobilière Guy Hoquet, et que c’est Guy Hoquet qui assure la maîtrise d’oeuvre des travaux.

Mais pourquoi ces travaux ont-ils nécessité d’abattre un arbre de la rue ?

Pourquoi un arbre remarquable et d’autres arbres ont-t-il été abattus au 126 rue Boucicaut ?

Au 126 rue Boucicaut, il existe un pavillon sur un terrain d’environ 20 m x 40 m, soit 800 m2, avec plusieurs cèdres qui avait été retenus pour figurer sur la liste des arbres remarquables du futur PLU qui sera voté le 7 Mars au Territoire Vallée Sud de Seine. Le propriétaire de ces arbres remarquables a été prévenu par courrier par les Services Techniques de la ville, avant le début de l’enquête publique que le grand cèdre situé dans son jardin bénéficierait d’une protection comme arbre remarquable dans le futur PLU.

Lors de l’enquête publique le propriétaire n’a fait aucune remarque. La protection de cet arbre a été confirmée.

Ce pavillon ancien R+ 2 est situé à côté de la maison de retraite « Arcade de Fontenay ».

Le cèdre situé à gauche du pavillon, en limite de la maison de retraite n’a pas été coupé, mais le cèdre et d’autres arbres situés à droite et derrière le pavillon ont été coupés, en ne laissant que quelques arbres au fond du terrain. Cet abattage a eu lieu vendredi 3 mars, 4 jours avant le vote du PLU qui a eu lieu mardi 7 mars.

Ce pavillon est situé en zone UB du futur PLU. C’est-à-dire que l’on peut construire à la place un immeuble R+5, soit 18 m de hauteur. Le futur immeuble peut occuper 50 % de la surface du terrain.il pourra y avoir environ 2000 m2 de logements, soit environ 40 logements.

Est-ce que c’est l’argent qui a poussé le propriétaire à faire abattre un arbre remarquable ? Est-ce un promoteur qui lui a suggéré cet acte pour pouvoir faire un immeuble plus massif qu’il n’aurait pu le faire à cause de cet arbre remarquable ?

 Entre protéger le cadre de vie, dont font partie prenante les arbres remarquables, et la surdensification, l’appât du gain a tranché !

Avant l’abattage

Après l’abattage

plan  du quartier sur Google Maps

Réunion d’information du 18/01/17 à 20h00 de l’Association des locataires des Paradis

ASSOCIATION DES LOCATAIRES DES PARADIS
À l’issue de l’assemblée générale du 5 octobre 2016 le nouveau bureau de l’association se compose comme suit :

       Président : Arnaud BLOT
       Secrétaire : Louise HERVÉ
       Trésorière : Sylviane GLAUDEL
       Vice-présidente : Delphine GUY

Nous vous invitons à une réunion d’information auprès des locataires du quartier des Paradis.

Le mercredi 18 janvier  2017 à 20H00
Salle Daniel MAYER (Maison de l’emploi)
23 avenue Lombart,92260 FONTENAY AUX ROSES
Thèmes de la réunion :
       Présentation du nouveau bureau de l’Association
       Topo sur le projet de renouvellement urbain du quartier des Paradis
       Présentation du projet d’affiliation à la Confédération Nationale du Logement (CNL) de l’Association des locataires des Paradis

Nous vous donnons rendez-vous à 19h45 devant la Maison de quartier des Paradis pour  un départ  groupé. Nous comptons sur  votre présence.

Siège Social :  Association des locataires des Paradis
Chez Monsieur Arnaud BLOT
3 rue Paul Verlaine
92260 FONTENAY AUX ROSES

Commentaire de Françoise Zinger, conseillère municipale de l’opposition à l’article de Mr Durand

Article : Réponse de Jean Michel Durand, à l’article de Michel Bayet sur la réunion de quartier Ormeaux-Renards

A ma connaissance et contrairement à ce qu’indique Monsieur DURAND, les recours devant le Tribunal administratif ne sont pas suspensifs, que ce soit pour la construction de logements sociaux ou pour celle de logements privés. L’auteur du recours, s’il estime que l’absence de caractère suspensif peut entraîner un dommage grave et irréparable, peut saisir le Juge des référés pour obtenir la suspension du permis. Sinon, les bénéficiaires des permis contestés peuvent continuer les travaux mais bien entendu à leurs risques et périls en cas d’annulation ultérieure du permis. Ils peuvent également déposer un permis modificatif, si les irrégularités le permettent.

Quant aux prétendus projets de constructions de logements sociaux par l’ancienne majorité, je rappelle que le pourcentage de logement sociaux à Fontenay est stable depuis les années 1970, autour de 40% auxquels il faut ajouter 3% de logements étudiants qui n’étaient pas comptabilisés comme logements sociaux par le passé.

Il a mécaniquement baissé quand la SCIC devenue par la suite ICADE, a déconventionné ses logements qui avaient pourtant bénéficié du 1% patronal, de fonds publics et souvent de terrains municipaux et qui sont ainsi sortis du secteur social.

En 2009-2010, ICADE a revendu son patrimoine à des bailleurs sociaux (en empochant au passage une importante plus-value), à Fontenay comme dans toutes les communes de la région parisienne et sans que le Maire et la municipalité n’aient eu leur mot à dire.

Le pourcentage de logements sociaux est alors revenu à celui des années 70 (environ 40%).

La précédente majorité s’était engagée à maintenir ce taux. Elle avait respecté ses engagements pendant trois mandatures, rien ne permet de dire qu’elle n’aurait pas respecté cet engagement si elle avait été reconduite.

Françoise ZINGER Conseillère municipale

Réponse de Jean Michel Durand, à l’article de Michel Bayet sur la réunion de quartier Ormeaux-Renards

Article : Retour sur la réunion du quartier Ormeaux-Renards organisée par la Mairie le 15 novembre : Du droit des citoyens à Fontenay

Le problème n’est pas celui soulevé par Michel Bayet.

Le problème est qu’ici comme ailleurs, le moindre projet de levée de terre conduise à des recours suspensifs antidémocratiques ; l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, souhaité par quasiment tous les élus, confirmé par référendum populaire, jugé légal de nombreuses fois et encore récemment, … est toujours contesté par des « zadistes » agissant en toute illégalité et avec recours à la force pour bloquer le projet.

Revenons à Fontenay où, comme ailleurs, lorsqu’il s’agit de bâtiments privés, tout recours est suspensif alors qu’il ne l’est pas lorsqu’il s’agit de logements sociaux.

Aux Mouilleboeufs, le « blocage » ainsi diligenté par un Fontenaisien, agissant seul, a conduit à maintenir un an de plus une ruine qui déshonore l’entrée de notre ville sans venir s’impacter favorablement dans les finances de la ville par encaissement du prix de vente et création d’appartements venant contribuer à l’équilibre des finances locales ; de plus, ledit Fontenaisien a négocié, à sa convenance, directement avec le promoteur, sans que la Ville, ses habitants et  les élus aient été informés des conséquences de son accord personnel avec le promoteur, en terme de M² , de modifications dans la typologie des appartements (quote-part par taille, …) ou dans le nombre de garages. L’aspect démocratique de cette approche n’apparait pas clairement.

Contrairement à ce que dit M. Bayet, le promoteur a peut-être plus accepté les modifications pour son intérêt propre plutôt qu’au nom d’une pression juridique.

M.Bayet a oublié de souligner également qu’un autre recours a été déposé pour bloquer les travaux de rénovation de la Maison de Retraite du Parc, projet qui vise simplement à donner une salle d’eau particulière à chaque résident âgé devant aujourd’hui partager lavabo et tinette avec son voisin de chambre, l’immeuble restant en R+1 ! L’aspect social de cette approche, de ce recours, n’apparait pas clairement !

Le pouvoir ne nuisance constitue-t-il le cinquième pouvoir après exécutif, législatif, judiciaire et presse ?

Ne nous appesantissons pas sur les remarques relativement désobligeantes de M. Bayet ; personne ne connait de « parrains » qui auraient soutenu le maire et l’équipe municipale (démocratiquement élus) pour « bétonner » et il s’avère que le nombre de logements prévus par la nouvelle municipalité, très modéré, ne fera que ramener la population actuelle de Fontenay (22.000 habitants) à son niveau de 25.000 précédemment atteint. Quel vocabulaire !

N’oublions pas que l’objet d’une ville est d’abord de loger des gens, de contribuer à répondre au problème du logement en Région Parisienne et l’approche « bobo » qui consiste à ne voir que son propre intérêt personnel, sans accepter le moindre empiétement, ne saurait constituer une approche socialement totalement recevable. L’intérêt général doit primer tout en respectant, certes, les droits honnêtes de chacun.

Nous laissons à Michel Bayet la teneur de ses propos sur un PLU « flou » selon ses dires mais nous soulignerons seulement que les organismes concernés (dont La Région) n’ont fait que  louer, par courrier, la qualité du travail effectué par les services de la Ville, dans le cadre d’un plan qui limite le niveau de construction attendu face aux pressions de l’Etat beaucoup plus « pushy » que les promoteurs privés dont certains verraient les dents de loup partout.

Rappelons que l’ancienne majorité avait en mains des lettres écrites sous son sceau pour favoriser la construction de centaines de logements sociaux venant en complément de la transformation des logements privés Icade en H.L.M.

Rappelons aussi à M.Bayet que la municipalité actuelle s’honore de son approche en matière de logements sociaux avec son soutien à des travaux significatifs (isolation, chauffage, peinture, …) avant de mentionner la rénovation totale des 830 appartements des Blagis aujourd’hui non aux normes et souillés par de l’amiante.

Le signataire de la présente s’honore de travailler, avec Monsieur le Maire et avec  toute l’équipe municipale, au renouveau de notre Ville laissée à l’abandon pendant plus de vingt ans.

Jean Michel Durand, conseiller municipal délégué aux finances et aux logements sociaux

Réunions d’information et de débat organisées pendant l’enquête publique du PLU

Plusieurs réunions sont organisées pendant l’enquête publique du PLU.

- Jeudi 10 Novembre, de 20h 30 à 22h 30 salle polyvalente du château Sainte Barbe : réunion de l’Union Associative Fontenaisienne
N.B. => Cette réunion est réservée aux adhérents de l’association et aux invités.
Pour y assister demander une invitation à Michel Faye : mfaye2@wanadoo.fr

- Mercredi 16 Novembre de 20h 30 à 22h 30, au Restaurant Le Colibri, Place Carnot par le Parti Socialiste => Ouvert à Tous les Fontenaisiens

- Mercredi 23 Novembre de 20 h 30 à 22 h 30  à la salle de l’Eglise, par l’association CIVIFAR => Ouvert à Tous les Fontenaisiens

Enquête publique sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU) du 8 Novembre au 13 Décembre 2016

L’enquête publique se déroulera à la Direction des Services Techniques Municipaux – 8, place du Château Sainte-Barbe – du mardi 8 novembre au mardi 13 décembre 2016 inclus, du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30 (fermeture à 16h30 le vendredi) et pendant les permanences du commissaire enquêteur.

Permanences du Commissaire Enquêteur

Le Commissaire Enquêteur assurera des permanences à la Direction des Services Techniques Municipaux pour y recueillir les observations du public les jours suivants :

  • le mardi 8 novembre de 9h à 12h,
  • le vendredi 25 novembre de 16h à 20h,
  • le mercredi 7 décembre de 9h à 12h,
  • le mardi 13 décembre de 14h à 17h

Trois possibilités de s’exprimer

Pendant la durée de l’enquête, chacun pourra prendre connaissance du dossier et consigner ses observations sur le projet d’élaboration du PLU :

  • Sur le registre d’enquête disponible à la Direction des Services Techniques Municipaux – 8, place du Château Sainte-Barbe à Fontenay-aux-Roses (92260).
  • Ou par écrit au commissaire enquêteur, à l’adresse suivante : Direction des Services Techniques Municipaux – 8, place du Château Sainte-Barbe à Fontenay-aux-Roses.
  • Ou par voie électronique à l’attention du commissaire enquêteur depuis le site de la ville dédié au PLU par le biais d’un formulaire de contact mis à disposition du mardi 8 novembre 2016 9h jusqu’au 13 décembre 2016 12h.

Le dossier est consultable pendant la durée de l’enquête à Direction des Services Techniques Municipaux et sur le site de la ville dédié au PLU. Il comprend une note de présentation, le projet de PLU, le porter à connaissance transmis par l’Etat, le bilan de la concertation, les avis des personnes publiques associées et consultées, et la décision du préfet dispensant la ville de réaliser une évaluation environnementale.

Le rapport et les conclusions du Commissaire Enquêteur seront tenus à la disposition du public à la préfecture, au siège administratif de Vallée Sud – Grand Paris – 28 rue de la Redoute à Fontenay-aux-Roses – et à la Direction des Services Techniques Municipaux – 8, place du Château Sainte-Barbe à Fontenay-aux-Roses – aux jours et heures habituels d’ouverture, pendant le délai d’un an, à compter de la clôture de l’enquête publique et sur le site internet de la ville de Fontenay-aux-Roses.

Quels sont les risques potentiels de densification du futur PLU (Plan Local d’Urbanisme) de Fontenay ?

Le projet du futur PLU a été présenté lors d’une réunion publique le 24 Mai 2016. Le projet définitif a été discuté, sans vote au Conseil Municipal du 27 Juin et adopté lors d’un Conseil du Territoire le 12 Juillet.

L’enquête publique aura lieu du Mardi 8 Novembre au Mardi 13 Décembre 2016 .

Le PLU doit respecter les orientations du PADD, Projet d’Aménagement et de Développement Durable, adopté par le Conseil Municipal. Ce PLU doit aussi prendre en compte les injonctions du SDRIF (Schéma Directeur de la Région Ile de France) qui nécessitent la création sur Fontenay de 1500 logements d’ici 2030, soit environ 100 logements / an au lieu d’environ 20 logements / an actuellement.

Les Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP)

Qu’est-ce qu’une OAP ?

Celle-ci peut être sectorielle ou thématique. Elles ont été instaurées par la loi ENE du 12 juillet 2010 dite loi Grenelle 2

Les OAP sectorielles : Pour mettre en œuvre une politique active en matière d’habitat, les collectivités pourront mobiliser d’autres outils au sein du PLU, comme par exemple le recours à  une «servitude de logements» leur permettant d’assurer les principes de mixité sociale sur certains secteurs à enjeux, qu’ils pourront rappeler dans les OAP. Elles peuvent contenir :

•             des éléments de programmation concernant l’urbanisation du quartier ou secteur,
•             des principes d’implantation et de traitement d’équipements publics,
•             des orientations concernant les plantations à conserver, mettre en valeur ou créer sur le secteur considéré,
•             des principes de tracé de voiries nouvelles, ou de requalification de voies existantes,
•             des éléments de paysage à préserver,
•             des sens d’orientation des faîtages des constructions,
•             des principes de maillage des voies

Les OAP Thématiques : il s’agit par exemple de définir des orientations générales pour l’environnement.

Les OAP sectorielles de Fontenay

1. Le centre-ville
2. Ilot Scarron
3. Blagis
4. Le Panorama

1. Le centre-ville (secteur de la Place de Gaulle)

2. Ilot Scarron

3. Blagis

4. Le Panorama

OAP thématique : Patrimoine et trame verte et bleue

Le zonage :

Celui-ci définit la densification de chaque portion du territoire, comme pour le POS.

Par contre, ce qui change et qui est très important, et cela depuis la loi ALUR, il n’y a plus de COS (Coefficient d’Occupation des Sols) qui définit pour chaque zone, le rapport entre la surface maximale constructible et la surface totale du terrain. De plus, il n’existe plus de surface minimale pour construire une maison ou un immeuble.

Le zonage global est présenté ici :

Globalement, on voit que la surface totale des zones UD et UE est à peu près préservée, soit environ 50 % de la surface de la ville. Pour les autres zones nous le verrons plus en détail. Ceci n’empêchera pas la densification de la ville. Lire la suite