Participez à l’observatoire sur les perruches, espèce d’oiseau exotique envahissante

L’introduction de la perruche à collier s’est produite de manière accidentelle en Ile de France, à la suite de l’ouverture d’un container rempli de cet oiseau, vendu comme oiseau de cage. Apparemment, ces perruches se sont bien acclimatées en Ile de France.

Depuis les premières observations de perruches à collier en 1974, en Ile de France, les données concernant cet oiseau dans la région (observation, site de reproduction et dortoir) se sont multipliées. Les premières reproductions sont observées en 1990.
L’aire prospectée par les perruches atteint environ 2000 km² en juin 2014 ; il n’y a pas eu déplacement des oiseaux mais augmentation de la zone définie en 2009.
Les concentrations des observations correspondent bien aux concentrations en densité de perruche : sud 92 et nord 93.

Nous avions déjà relaté le fait que la perruche a été déjà observée à Fontenay, dans un article précédent.

L’estimation des effectifs de perruche à collier en Île-de-France était de 1050 perruches en 2008 et 2700 perruches en 2012. Le comptage de l’hiver 2014-2015 donne pour le seul dortoir de Massy (91) plus de 3500 perruches et l’estimation pour l’hiver 2013-14 est supérieure à 5000 individus pour l’Île-de-France.

Les reproductions sont observées sur une surface d’environ 800 Km² jusqu’en 2009 et sur environ 1900 km² actuellement, soit largement plus du double de surface occupée par des oiseaux installés. Les perruches ne se reproduisent que depuis quelques années dans les Yvelines et la Seine-et-Marne. On note qu’à chaque période, des oiseaux sont vus ponctuellement assez loin de cette aire de reproduction.

Nuisances générées par les perruches

  • La première nuisance rapportée est le bruit généré par les cris des perruches. Pour écouter ce cri, cliquez sur le lien suivant :

XC143088 – Perruche à collier – Psittacula krameri

  • La seconde nuisance est liée aux fientes des oiseaux au moment de leur regroupement vespéraux puis nocturnes.
  • Impact sur l’accès aux cavités (nidification) : La perruche à collier est un oiseau cavernicole, qui recherche des cavités pour y nicher et se reproduire. Le plus souvent elles trouvent ces cavités dans les grands arbres des parcs, avec une préférence marquée pour les hauts platanes. C’est une espèce qui s’installe précocement (dès fin janvier) dans les cavités, avant de nombreuses autres espèces ; elle est même capable d’expulser les premiers « propriétaires » (pics). les perruches à collier ont un impact évident sur les disponibilités en cavité et donc sur les reproductions d’autres espèces cavernicoles.
  • Agressivité sur certaines espèces : Sur ses sites de nidification, les perruches sont peu tolérantes envers certaines espèces, capables de prédation sur les jeunes ou les œufs, ou simplement concurrentes pour les cavités. L’écureuil roux en particulier est chassé et quelques exemples de poursuites et mises à mort ont été notées.
  • Impact sur l’accès à la nourriture : rapporté à leur présence beaucoup plus importante que les autres grosses espèces dans tous les jardins, les perruches apparaissent comme l’espèce la plus gênante quant à l’accès à la mangeoire pour les petits oiseaux.
  • Impacts sur les productions agricoles et horticoles : En Ile-de-France, des dégâts sont surtout notables sur les fruitiers des jardins privés (cerisiers, pruniers, pommiers…). Pour l’instant il n’y a pas de plainte de la part de producteurs de fruits. L’autre impact plus visible est l’ébourgeonnage des arbres (marronniers, cèdres, ifs notamment),
  • Impacts sur le bâti et les infrastructures : certains dommages ont été observés sur l’isolation extérieure de bâtiments. Les perruches creusent des ouvertures dans la première couche (enduit gratté ou bois) et s’installent dans l’isolation en laine de roche ou polystyrène.

La mise en place d’un observatoire des perruches en Ile de France

A l’initiative du Département des Hauts de Seine, et de la participation de 7 autres administrations (  Muséum national d’histoire naturelle, FREDON – fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles, Office nationale de la Chasse et de la faune sauvage, Ville de Châtenay-Malabry, Ville d’Antony, Ville de Sceaux,  LPO- ligue de protection des oiseaux) , un site internet d’information et de participation a été mis en place : http://perruche-a-collier.fr/

En plus d’informations et de documents, un observatoire a été mis en place.

Vous pouvez participer par l’intermédiaire d’un formulaire, pour signaler la présence de perruches, de nids, de dortoirs, de dégats : http://perruche-a-collier.fr/participez/formulaire

Vos observations seront ainsi reportées sur une carte interactive, mise à jour toutes les semaines.

Atelier participatif le dimanche 28 Janvier au Parc de Sceaux à 15 Heures

Rendez-vous à la grille d’honneur, gratuit sans inscription, à 15 Heures.

Les participants qui visiteront le Parc pourront alimenter la site d’observation.

 Pour plus d’informations : http://perruche-a-collier.fr/

 https://ile-de-france.lpo.fr/

Association CIVIFAR : Et si on organisait un stand un samedi matin sur la réduction des déchets ?

Nous proposons à ceux qui le souhaitent de constituer un groupe de projet pour organiser un événement un samedi matin à Fontenay sur la réduction des déchets.

Si vous êtes intéressé, merci de nous le dire via ce formulaire.

Une 1ère  réunion aura lieu jeudi 26 octobre à 20 heures 

Si vous n’êtes pas disponible vous pourrez être associé pour la suite.

Dominique Dupuis

Association CIVIFAR : http://www.civifar.fr/

Le Maire Laurent Vastel a retiré à Michel Faye, Maire-adjoint issu de la liste Associative et Citoyenne la plupart de ses délégations

Vendredi 29 septembre 2017, le Maire Laurent Vastel a retiré au Maire-adjoint issu de la liste Associative et Citoyenne Michel Faye la plupart de ses délégations, soit l’Urbanisme, les transports et les bâtiments communaux. Il ne lui reste que que l’écologie urbaine et la lutte contre les nuisances et les pollutions.

L’Urbanisme est un domaine très sensible, il n’y a qu’à voir le nombre de Fontenaisiens qui ont reçu et reçoivent actuellement des propositions de la part des promoteurs immobiliers.

Le Maire reprend personnellement l’Urbanisme. Il est à craindre qu’avec cette mesure brutale,  pouvant discuter seul et directement avec les promoteurs, le maire ait les mains complètement libres pour densifier notre ville.

Nous souhaitons, comme les nombreux Fontenaisiens qui connaissent l’engagement de Michel Faye pour la lutte pour la qualité de vie, que le Maire lui rende toutes ses délégations y compris l’Urbanisme

La version officielle de la Mairie de ce qui est à l’origine de ce retrait : des « comportements très problématiques avec les agents », explique-t-on au cabinet du maire.

Toutes ses délégations sont retirées jusqu’au 29/11/2017

Ci-joint une copie des arrêtés enlevant les délégations et laissant celle de l’écologie urbaine et la lutte contre les nuisances et les pollutions.

Arreté 17-209

Arreté 17-210

Ci-joint aussi l’article du Parisien paru le 4 Octobre :

http://www.leparisien.fr/fontenay-aux-roses-92260/fontenay-aux-roses-le-maire-coupe-l-herbe-sous-le-pied-d-un-de-ses-adjoints-03-10-2017-7306050.php#xtor=EREC-1481423605-[NL92]—${_id_connect_hash}@1

L’association CIVIFAR organise une rencontre citoyenne le Jeudi 5 Octobre à 20 Heures

Lors du Forum des associations, le dimanche 10 septembre le stand de l’association CIVIFAR a accueilli de nombreux visiteurs.

A cette occasion nous vous avons demandé quels sujets vous semblaient prioritaires  des initiatives citoyennes dans notre ville.

Deux sujets ressortent de cette mini consultation : Végétaliser la ville et Produire moins de déchets. Ces sujets vous semblent prioritaires ? Vous souhaitez au contraire défendre d’autres projets ? Organiser un repair café, installer des composts collectifs, prendre en charge un jardin partagé…

Pour initier des projets concrets qui pourraient être menés dans notre ville, nous vous proposons de nous retrouver Jeudi 5 Octobre à 20 heures au Bar Restaurant Le Colibri pour une rencontre citoyenne ouverte à tous.

Nous pourrons alors définir ensemble quels projets pourraient être réalisés par et pour des Fontenaisiens.

Et pour découvrir ce qui se fait déjà à Fontenay ou ailleurs, vous pouvez télécharger ce livret et accédez aux articles en cliquant sur les titres qui vous intéressent. (cliquez sur le lien : https://drive.google.com/file/d/0B7YnMqb2JbQiTkhQeHVCb1k5UXM/view

Projection du Film « Avant le déluge » de Léonardo DiCaprio à Bourg La Reine le 8 juin 2017 à 19 H 30

Réalisé par Fisher Stevens, Avant le déluge est un documentaire mettant en lumière les dérèglements climatiques, tarissement de la biodiversité, disparition d’écosystèmes… Le constat est dressé par Léonardo DiCaprio qui a voyagé à travers le monde, du Groëland à l’Indonésie. Il a ainsi recueilli le témoignage de divers scientifiques, entrepreneurs, politiciens… Le documentaire vise à avertir les citoyens tout en proposant des solutions réalisables et pratiques pour sauver la planète.

La projection du film sera suivie d’une table ronde autour de la thématique « Environnement et activité humaine : quelles stratégies d’adaptation ?». Cette dernière sera animée par Danyla Guy, du Groupe Colibris Valléesud 92, en présence d’intervenants spécialisés

Lieu : CRD (Conservatoire à rayonnement départemental)
11-13, boulevard Carnot 92340 Bourg-la-Reine
Pour plus d’infos sur le lieu : http://www.bourg-la-reine.fr/Agenda/Cinechanges-Avant-le-deluge

L’aberration et le gaspillage des poubelles pour déchets végétaux dans les pavillons

Le 20 Janvier, les Fontenaisiens habitant un pavillon ont reçu une lettre signée du Pdt du Territoire « Vallée Sud – Grand Paris »

« Depuis le 1er janvier 2016, la compétence « gestion des déchets ménagers et assimilés » est exercée   par !’Etablissement Public Territorial Vallée Sud – Grand Paris dont fait partie votre commune.

Les marchés de collecte des déchets arrivant à échéance au 31 décembre 2016, nous avons saisi cette occasion pour mutualiser nos forces et assurer une meilleure gestion des deniers publics en concluant un contrat commun de collecte des déchets nous permettant de réduire nos coûts de 15% par an, soit 1,9 millions d’euros d’économies, ce qui nous donne la garantie de ne pas avoir à augmenter la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères pendant les 7 prochaines  années.

Le système de bacs dédiés aux déchets végétaux, déjà mis en place dans 5 communes de Vallée Sud – Grand Paris (Antony, Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson, et Sceaux), s’avère plus adapté en termes d »utilisation et vous  permettra de bénéficier d’une meilleure capacité de stockage tout en réduisant les désagréments causés  par les sacs déposés sur les trottoirs  (sacs renversés, déchirés lors des fortes pluies, odeurs, etc.).

L’objectif est d’être à la fois plus efficaces et plus écologiques. Une campagne de sensibilisation au tri et de réduction des déchets à la source nous permet de diminuer la fréquence de passage des bennes et, par conséquent, les nuisances sonores, les émissions de gaz à effet de serre et les  embouteillages.

Dans cette même démarche environnementale  et toujours  dans  un souci  d’améliorer  votre  cadre de vie, nous vous proposons pour l’année 2017 de vous doter, gratuitement, de bacs  plus  écologiques et plus durables, destinés à recevoir vos déchets  végétaux,  en  remplacement  des sacs.

 Aussi, j’ai le plaisir de vous informer que des agents de la société TEMACO vont se présenter à votre domicile de fin janvier à fin février 2017  pour vous  livrer un bac à couvercle vert  d’une contenance  de 240 litres. En cas d’absence, nous vous remercions de bien vouloir prendre toutes  vos  dispositions  pour  ne pas  laisser votre  bac sur  le trottoir.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez vous appuyer sur les équipes et outils mis à votre disposition, parmi lesquels :

  • un site internet dédié à la collecte des déchets : ·www.valleesud-tri.fr (un guide  du tri  regroupant toutes  les consignes  de tri  par ville  est téléchargeable).
  • des ambassadeurs du tri présents sur le terrain pour vous aider dans vos démarches de  tri,
  • des chargés de relation citoyenne joignables, gratuitement, au numéro vert O 800 02 92  92,
  • une adresse mail :  infodechets@valleesud.fr pour traiter toutes vos demandes
Nous avons également reçu la brochure « Le guide du Tri » qui pour la partie « Collecte des végétaux » est la suivante :

A quoi ressemble ce bac de déchets verts par rapport aux autres bacs ?

On voit que ce bac de 240 litres est beaucoup plus gros que les autres bacs. Qui pourra le stocker dans son garage, compte-tenu de son volume ? Les garages sont en général sur-chargés et ne servent déjà plus souvent de garage à ou aux voitures des habitants des pavillons.

Est-ce qu’il y aura des économies du fait d’une réduction de la fréquence de ramassage ?

Non, car si on lit la brochure  »Le guide du Tri » , on voit que le ramassage se fera comme avant, c’est à dire toutes les semaines. La période de ramassage a même été rallongée, de début Mars à début Décembre, ce qui est mieux, car la période de ramassage des feuilles est maintenant plus tardive.

N’aurait-il pas mieux valu proposer aux habitants gratuitement des composteurs et une aide pour s’équiper d’un broyeur pour réduire la quantité de déchets ?

« Le guide du Tri » mentionne que le compostage des déchets permet de réduire de 65 kg par habitant et par an la quantité de déchets ménagers. Mais, on peut aussi y mettre les tontes de gazon et des petits branchages de fleurs. Le compost pourra servir d’engrais. Un broyeur permet d’utiliser les branches d’élagage jusqu’au même diamètre que celui que l’on peut mettre dans le bac à végétaux. Les morceaux de branches peuvent servir de mulch à mettre au pied des arbustes.

Le bac en plastique serait-il vraiment écologique ?

Non, car si on stocke dans ce bac des tontes de gazon, elles vont rapidement pourrir et pour le traitement de ces végétaux, il faudra avoir une montée en température très importante, plus que celle d’un compost qui aurait décomposé ce gazon avant qu’il ne pourrisse.

Sera-t-il encore possible d’utiliser des sacs en papier de végétaux, comme avant ?

Oui, d’après « Le guide du Tri ». Vous aurez toujours la possibilité d’obtenir des sacs en papier biodégradable, sur simple demande au N° vert ou par mail. Dans ce cas là, il n’est pas précisé où on met les sacs de végétaux? Sur le trottoir, alors que c’est ce qui veut être évité.

Que se passera-t-il lorsque l’on aura plus de végétaux que la contenance d’une poubelle ?

Pour un élagage et si on n’a pas de broyeur, on a ainsi une quantité importante de végétaux. Pourra-t-on remplir des sacs et les mettre sur le trottoir ?

Quelles seront donc les économies réelles de ce nouveau type de ramassage ?

Chaque pavillon avait 20 sacs biodégradables en papier Kraft deux feuilles spécialement traité pour résister à l’eau. Le coût de ces 20 sacs est de l’ordre de  40 € TTC. En l’achetant en grosse quantité et en déduisant la TVA, on peut tomber à 25 € HT pour 20 sacs.

Un conteneur basculement frontal 240 litres, avec roues en Polyéthylène Haute Densité coûte 77. 70 € TTC chez Manutan, soit environ 65 € HT. Ils peuvent être obtenus pour 60 € HT.  Ils ont du être personnalisés par un étiquetage.

L’investissement serait donc rentabilisé au bout de 2/3 ans. Par contre, on ne connait pas le coût réel du fait que chacun peut encore demander des sacs en papier Kraft.

Lettre ouverte au maire de l’association CIVIFAR

Le 27 janvier, l‘association CIVIFAR a fait parvenir  une lettre au maire afin de lui demander de poursuivre le processus de concertation sur le PLU.

En effet, le rapport du commissaire enquêteur (disponible sur le site internet de la ville) contient des réserves qui nécessiteront des adaptations du PLU. Nous souhaitons que les conclusions du commissaire enquêteur et les adaptations des documents du futur PLU soient présentées aux habitants avant que celui-ci ne soit validé par le conseil territorial.

 

 

Fontenay-sous-Poubelles (suite)

Je vous avais conté, l’an passé,  les nuisances nocturnes (sans compter les problèmes de dispersion des ordures, la nuit) que nous subissions à cause de la collecte des ordures ménagères. (Article précédent)
Habitant rue Ledru Rollin, formidable caisse de résonance, nous subissions 3 fois par semaine le calvaire des réveils en fanfare (plutôt version grosse caisse …), dès 6 h du matin.

Ainsi, les lundi, mercredi et vendredi, nous pouvions, parents et enfants, réveillés par le doux chant diéséliste des bennes à ordures à 6h, observer dès potron-minet le magnifique spectacle des détritus que le vent et les animaux avaient dispersés durant la nuit dans la rue.

Et puis, les employés d’immeuble ne travaillant –heureusement-  pas avant 6 h du matin, ni ne travaillant après 20 h le soir (malgré la loi Travail concoctée par un gouvernement progressiste …), nous avions un bel alignement de poubelles pleines les veilles de ramassage, dès le milieu d’après-midi.

Gràce à Vallée Sud, nous étions certains d’être tous à l’heure au travail et à l’école (et d’humeur guillerette).

La mairie avait pris soin de nous répondre que ces nuisances seraient prises en compte dans le retour ce retour d’expérience, dans la cadre des discussions avec Vallée Sud. Voilà au moins des élus qui se préoccupent de la vie concrète de leurs administrés, nous disions nous.

Sur le site de Fontenay Mag, nous avions lu en ce début de mois : « Dès le 1er février 2017, des changements sont à prévoir, notamment sur les horaires des collectes (sauf pour les déchets végétaux et les encombrants). Les pavillons et les secteurs commerçants seront dans l’ensemble collectés le matin et les collectifs l’après-midi. ». Il avait précédemment été évoqué un retour à des horaires décents (7 h au plus tôt).

Ouf, nous pourrions de nouveau dormir. Fous de joie, nous avions enchaîné les nuits blanches pour fêter ça, alléchés par les grasses matinées à partir du 1er février.

Stupeur en découvrant le guide du tri 2017, nous constatons que notre partie de la rue Ledru Rollin (pourtant on ne peut plus « en immeubles collectifs »), reste concernées par 3 ramassages par semaine et toujours à partir de 6 h du matin.

A la place des lundi, mercredi et vendredi, nous serons donc réveillés, dès l’aube, les lundi/vendredi + jeudi pour le recyclable.

De plus, l’immense rue Ledru Rollin étant coupée en deux, nous aurons finalement des ramassages de poubelles les lundi matin, lundi soir, mardi soir, jeudi matin, vendredi matin et vendredi soir. Bref, une rue constellée de poubelles toute la semaine, à toutes heures du jour et de la nuit.

L’édito du guide 2017 se termine par « Restant à votre écoute et vous remerciant de votre implication citoyenne » …

De rage,  il est parti directement à la poubelle … de recyclable.

S. Massieux

Pour info : le guide du tri qui concerne chaque Fontenaisien est disponible sur le site du Territoire : http://www.valleesud-tri.fr/le-guide-du-tri/

Encore des paniers de légumes disponibles (la FARigoule)

Certains d’entre vous ne connaissent pas encore l’AMAP de la FARigoule et ses paniers de légumes de saison qui sont proposés au travers d’un partenariat avec un maraîcher de Saulx les Chartreux, situé à 15 km de Fontenay, difficile de faire plus proche pour du circuit court !
L’AMAP est une association Fontenaisienne créée en 2010 qui compte une centaine d’adhérents. Comme chaque début d’année, nous renouvelons le contrat légumes et nous proposons à de nouveaux adhérents de nous rejoindre pour bénéficier des quelques parts de récolte encore disponibles pour 2017.
Nous vous invitons à parcourir notre site internet pour plus de renseignement, notamment en ce qui concerne les prix (rubrique contrat) et les producteurs partenaires (rubrique producteurs).
Si vous êtes intéressé, le mieux est de venir nous rencontrer dès vendredi 6 janvier 2017, pendant les heures de distribution, de 18h00 à 20h00, dans la salle du Parc (Place de l’église de Fontenay-aux-Roses, renfoncement après le magasin de presse).
Nous pourrons alors vous expliquer l’ensemble de la démarche et vous pourrez souscrire un contrat si vous le souhaitez. Se munir d’un chéquier !
Pascal Faulet
Président de La FARigoule