Coronavirus : déconfinement, annonces du Premier ministre qui concerneront les Fontenaisiens

Plus d’attestation obligatoire dans un rayon de 100 kilomètres autour du domicile

À partir du 11 mai, «il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation». «Sauf pour les déplacements à plus de 100 km du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel»,

À partir du 11 mai, masques en nombre suffisant et obligatoires dans les transports

Le premier ministre a détaillé sa stratégie «masques pour tous». «Il y (en) aura assez dans le pays pour faire face aux besoins à partir du 11 mai», a-t-il indiqué. «Progressivement», «les Français pourront, sans risque de pénurie, se procurer des masques grand public dans tous les commerces». Ceux-ci seront notamment distribués par La Poste, via une «plateforme de e-commerce», à partir du 30 avril, et par les collectivités locales, «à nos concitoyens les plus précaires». Le port du masque sera obligatoire dans les transports publics.

Objectif de 700.000 tests par semaine pour les personnes symptomatiques

Le premier ministre a promis que le pays sera «en capacité de massifier» la réalisation de tests à partir du 11 mai. L’objectif fixé est de réaliser au «moins 700.000 tests virologiques» par semaine au 11 mai, à ne pas confondre avec les tests sérologiques. Pour y parvenir, les laboratoires de recherches et les laboratoires vétérinaires sont autorisés à pratiquer les tests. Tout doit être fait pour rendre la réalisation des tests «facile et rapide», a insisté Édouard Philippe. Ils seront pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.

Un déconfinement à l’échelle des départements, classés «vert» ou «rouge»

Étant donné que «la circulation du virus n’est pas uniforme dans le pays», l’exécutif opte pour un déconfinement par département. Celui-ci sera plus ou moins «strict», selon la situation sanitaire : les départements seront donc classés en «vert» ou en «rouge», chaque soir à partir du 7 mai, a indiqué le premier ministre. Les «autorités locales» – «notamment» les «maires» et les «préfets» – pourront «adapter» le plan de déconfinement «aux réalités du terrain».

Les rassemblements «limités à 10 personnes»

Édouard Philippe a tenu à faire passer un mot d’ordre : le déconfinement ne signifie pas pour autant l’autorisation des «rassemblements», «autant d’occasions de propagation du virus». C’est pourquoi les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront limités à 10 personnes.

Écoles primaires : réouverture «très progressive» à partir du 11 mai, sur la base du volontariat

Le premier ministre a annoncé une «réouverture très progressive des maternelles et de l’école élémentaire à compter du 11 mai, partout sur le territoire, et sur la base du volontariat». Les conditions sont strictes : pas plus de 15 élèves par classe, application des gestes barrières, distribution de gels hydroalcooliques. Les enseignants «recevront des masques, qu’ils devront porter quand ils ne pourront pas respecter les règles de distanciation». Contrairement aux élèves de maternelle – le masque leur est prohibé -, et aux élèves de primaire – il ne leur est pas recommandé -, compte tenu des risques de mauvais usage

Collèges : réouverture à partir du 18 mai dans les départements moins touchés

À la différence des écoles primaires et maternelles, les collèges ne rouvriront qu’«à compter du 18 mai». Seules les classes de 6ème et de 5ème seront concernées dans un premier temps, et cela ne concernera que les départements où la circulation du virus est très faible. Le chef du gouvernement s’est engagé à ce que des masques soient fournis aux collégiens qui peuvent en porter et qui n’auraient pas réussi à s’en procurer.

Les personnes âgées invitées à limiter leurs contacts et sorties après le 11 mai

Édouard Philippe a demandé de la «patience» aux plus de 65 ans, particulièrement touchés par le Covid-19. Sans les interdire, les visites privées, particulièrement attendues dans les EHPAD, «doivent être entourées de précaution, comme les sorties». «En vous protégeant, vous protégez aussi le système hospitalier», a rappelé le premier ministre.

Ouverture des médiathèques, bibliothèques, le 11 Mai mais pas de réouverture immédiate des cinémas, «grands musées» et les parcs et jardins classés en zone rouge avant le 1er Juin

«La vie sociale va reprendre, mais progressivement», a prévenu le chef du gouvernement. Contrairement aux cimetières, médiathèques, bibliothèques et «petits musées» qui vont rouvrir au public, les «grands musées», cinémas, théâtres et salles de concerts resteront fermés. De même que les plages, «au moins jusqu’au 1er juin» ; les parcs et jardins dans les départements classés en «rouge» ; les salles des fêtes et les salles polyvalentes. Par ailleurs, les sports collectifs resteront interdits et un report des mariages sera toujours proposé par les mairies, «sauf urgence». Quant aux cérémonies funéraires, elles restent autorisées dans la limite de 20 personnes, sans assouplissement des règles

Réouverture de tous les commerces le 11 mai, sauf les cafés-restaurants

À compter du 11 mai, tous les commerces, «sauf les cafés, restaurants», pourront ouvrir. Le nombre de personnes présentes en même temps dans le magasin, devra être limité, et les flux «organisés». Le port du masque grand public sera recommandé pour les personnels et les clients. «Un commerçant pourra subordonner l’accès de son magasin au port du masque», a indiqué le premier ministre. Les préfets pourront en outre décider de laisser fermer les centres commerciaux de plus de 40.000 m2. Une décision sur les bars, cafés et restaurants sera prise fin mai, pour décider s’ils peuvent ouvrir après le 2 juin.

Réouverture des marchés alimentaires, sauf exception

Les marchés de plein air et halles couvertes pourront rouvrir à partir du 11 mai s’ils sont en mesure de faire respecter les distances de sécurité entre les consommateurs. «Sauf si les maires ou les préfets estiment qu’ils ne peuvent faire respecter les gestes barrières», a précisé le premier ministre.

=> Commentaire: Le Premier Ministre reprend la proposition du Ministre de l’Agriculture.

Conseil Municipal du 23 Avril 2020 : quelles nouvelles ?

La séance du conseil municipal du jeudi 23 avril 2020 a été organisée par voie dématérialisée. Elle a été transmise en direct sur Facebook et Youtube.

Pour le visualiser (avancer jusqu’à 28’43 « ) : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1786/conseil-municipal-du-23-avril-2020.htm

Ce conseil a duré 2 H 30. Le Maire et les élus de sa majorité, ont parlé pendant 2 H, les élus de l’opposition ont pu poser quelques questions pendant 30 min.

En préambule, le Maire a remercié toutes les personnes qui lui ont adressé des messages de soutien et donné des informations rassurantes sur la santé de son premier adjoint, Roger Lhoste, qui est sorti de la réanimation, ansi que le mari de la conseillère municipale, Claudie Antonnucci.

Il a proposé de réunir tous les 10 jours les responsables des groupes politiques du conseil municipal.

Informations municipales à propos du coronavirus

 Le Maire a dit que contrairement à certaines rumeurs, Fontenay n’était pas un « Cluster » pour le coronavirus. Il n’y a pas eu en Mars une sur-mortalité par rapport à l’an dernier (10 décès au lieu de 8 en 2019).
Il n’y a pas eu de décès à la maison de retraite du Parc, mais plusieurs cas et un décès à la clinique Alliance de suites de soins.
Il a dit qu’une cellule de COVID a été mise en place à la Mairie en Février. Cette cellule a fait appel à des médecins, infirmières, kinés, personnel soignant.
Il y a eu la création d’un conseil scientifique local avec un infectiologue et un hygiéniste pour des avis sur les solutions à mettre en oeuvre.
Il y a eu des tests du personnel communal.
Il y a actuellement une cellule de veille et une cellule pour l’approvisionnement. Il y a un point COVID journalier qui est effectué.
Il y a des permanences à l’accueil de la Mairie, au CCAS. Il y a 80/90 personnels municipaux en télétravail.
La cuisine centrale continue de fonctionner (150 repas / jour), car elle distribue les repas pour les enseignants et le personnel des accueils de jour pour les enfants des soignants.

Respect du Confinement

Le respect du confinement par les Fontenaisiens est bon . La police municipale a effectué 1250 contrôles, 25 Procès Verbaux à 135 € soit 2%  ( moyenne nationale environ 5%)

Masques pour les Fontenaisiens

La ville a commandé 70 000 masques dont 40 000 en papier et 30 000 en tissu. Le territoire en a commandé 60 000 pour la ville. Une association Franco Vietnamienne en a donné 2 000 fabriqués au Vietnam.

Le but est que chaque Fontenaisien bénéficie d’un masque en tissu pour le déconfinement.

Propreté, désinfection du mobilier urbain

La ville a fait appel à un prestataire pour désinfecter les mobilier urbains situés près des arrêts de bus et des commerces, 51 points 3 fois par semaine.

Le nettoyage des rues fonctionnerait normalement.

=> Commentaire : En fait c’est le nettoyage avec le mobile « Gluton » en centre-ville qui fonctionne. Les autres rues ne sont pas nettoyées par le Territoire.

La collecte des déchets fonctionne normalement, sauf pour le retrait des encombrants à la demande par le Territoire.

Communication de la ville concernant le COVID

Sur la page d’accueil du site de la ville apparaissent des menus spécifiques :

  • Informations COVID
  • Maintien des services municipaux
  • Commerces et livraisons
  • Flash info COVID-19, mis à jour tous les jours à 14 H 30
Des FAR Mag spécial COVID sont parus, le 2 et le 9 Avril. Ce dernier a été distribué dans les boites aux lettres. Il y aura un FAR Mag spécial COVID qui paraîtra le 11 Mai .
La maison de quartier des Paradis émet un journal pour les Blagis.

Culture, activités

La Médiathèque : sur les 20 agents, 17 sont restés mobilisés. Ils effectuent du rangement.

Tous les Fontenaisiens peuvent s’inscrire à la Médiathèque et bénéficier d’un accès au site NOSCO qui est une Médiathèque numérique , des cours en ligne, de la musique par la Philharmonie de Paris, et accès à 6 films / mois. Pour s’inscrire ou accéder : https://www.mediatheque-fontenay.fr/

Au Conservatoire de la Musique, les élèves peuvent bénéficier d’un enseignement à distance. 53% des élèves sont au rendez-vous et les efforts se poursuivent pour encourager le plus grand nombre à maintenir une pratique adaptée aux circonstances.

Le CCJL maintient ses activités de soutien scolaire en primaire et au lycée par téléphone ou par l’application Zoom, sur une initiative de bénévoles. Pour certaines activités (piano, guitare, chant, danse afro ou orientale, sophrologie, méditation…), les professeurs proposent également des cours via Zoom, Skype ou Whatsapp. Pour les activités plus difficiles à assurer à distance, les animateurs gardent le lien avec les élèves avec des conseils ou un suivi pédagogique.
Pour joindre le CCJL : ccjl@fontenay-aux-roses.fr et www.ccjl92.com

 Santé, Centre Municipal de Santé, CCAS, Solidarité

Durant le confinement, le CMS propose des consultations téléphoniques avec des médecins et infirmières mais aussi avec une psychologue, une sage-femme, le Centre de planification et d’éducation familiale (infirmière, médecin, conseillère conjugale), le Lieu d’écoute et d’accueil pour les jeunes de 12 à 25 ans (infirmière) ou encore de tabacologie et d’alcoologie.

Pour Gilles Mergy, le CMS se contente pourtant de fonctionner a minima avec des horaires réduits. Voir propositions : http://www.ateliersfontenaisiens.fr/mettre-le-centre-municipal-de-sante-au-coeur-du-plan-daction-contre-le-covid-19/

Le CCAS fait du portage de repas à domicile, 69 en semaine et 144 le week-end. 180 personnes bénéficie d’une aide à domicile. Il y aussi des demandes de transport pour aller chez le médecin.

En partenariat avec le CCAS et le service de la Vie associative, la Croix-Rouge Française de Fontenay-aux-Roses livre les courses et médicaments au domicile des plus fragiles. Un numéro non surtaxé (09 70 28 30 00) fonctionne 7 jours sur 7, de 8h à 20h. Denrées alimentaires, produits d’hygiène ou médicaments sur ordonnance, ces produits restent à votre charge et sont livrés par les bénévoles de la Croix-Rouge française.

Espace public, espaces verts

Le service fonctionne avec 80 % des effectifs.

Commerces

  • Commerces d’alimentation : 14 ouverts sur 16. 10 en livraison à domicile
  • Commerçants du marché : sur les 31 commerçants, 13 font de la livraison à domicile.
    => Commentaires  : Il n’y a aucun boucher, ni de producteurs locaux.
    • refus de rouvrir le marché alimentaire en dépit de la demande formulée par le Ministre de l’agriculture à tous les Maires de France;
    • interdiction explicite d’organiser un sytème de type “drive” pour permettre aux commerçants du marché d’écouler leurs produits frais (dans le respect des règles sanitaires)
    • Pourtant de nombreux Fontenaisiens ont demandé à ce que le marché soit réouvert
  • Commerces de service : 47 sont ouvert sur 124
  • Banques, toutes fermées
  • Salon de coiffure, soins du corps : 19 fermés
  • Garages ouverts : 2 ouverts sur 8
Il est envisagé avec le Territoire, un remboursement d’un mois de loyer des commerçants et des reports de paiement.

Impact financier pour la Ville

Les ventes immobilières sont au point mort. L’adjoint aux finances estime qu’il y aura un manque de recettes du aux ventes immobilières, de l’ordre de 1.2 M€. Il y aura aussi une baisse de facturation des services. La perte de recettes sera au mois de 2 M€.

De plus, le Territoire et le Département ont des recettes qui dépendent de l’activité économique. Il y aura des conséquences économiques qui s’étaleront sur 2021.

Les écoles

L’adjoint aux écoles, a indiqué que 25 enfants étaient accueillis et que beaucoup de choses étaient mises en place en terme de soutien scolaire.

Il pense que le 11 mai, la capacité d’accueil sera de 25% pour respecter les règles de distanciation sociale. Il sera très difficile de mettre en oeuvre le déconfinement, en particulier pour les classes de maternelles.

Soutien pour les locataires en logement social

Le Maire a adressé le 17 avril dernier un courrier à tous les bailleurs de la ville. Il appelle à la plus grande bienveillance pour accompagner au mieux chaque locataire (particuliers, commerçants, artisans) afin qu’une solution adaptée soit trouvée en cas de difficulté de paiement de loyer.

=> Commentaire : Dans une lettre commune, l’ensemble des candidats de l’opposition au premier tour des élections municipales de Fontenay-aux-Roses a demandé aux bailleurs sociaux présents sur la ville d’appliquer un moratoire sur le paiement des loyers des personnes en grande difficulté : http://www.ateliersfontenaisiens.fr/lopposition-unie-appelle-a-un-moratoire-sur-les-loyers-des-personnes-en-grande-difficulte/

Travaux sur le bâtiment de l’ancien Conservatoire

La question est posée  par Elias Abou Mansour sur les travaux menés depuis quelques jours dans l’ancien conservatoire.

Le Maire a répondu qu’il ne s’agissait pas de travaux fait par la municipalité mais par le locataire et qu’en conséquence la municipalité n’avait donc rien à dire. Il a ajouté qu’il s’agissait de changer les châssis des fenêtres d’une partie du bâtiment.

Pour l’association Conservatoire-Soubise, cette réponse est tout à fait insuffisante, car le bail de location fait état de travaux dus par la ville et de travaux à charge du locataire.

« Pour ce qui est des travaux effectués dans le conservatoire à la charge du locataire selon l’article 7 de la convention, ils  sont bien plus vastes que ce qu’indique le maire puisque si ils portent bien sur le changement des châssis fenêtres d’une partie du bâtiment ils portent aussi sur le pavillon dans lequel les cloisons sont abattues pour en modifier l’intérieur. Il ne peut pas ne pas le savoir. Il aurait donc dû le signaler.

Sachant d’une part l’opposition de tous les autres candidats et d’autre part qu’il existe un recours sur le bail de location, accepter malgré cela que ces travaux soient effectués traduit la volonté manifeste de passer en force et de mettre tous les Fontenaisiens élus ou non devant le fait accompli. »

Voir article : http://www.osez-fontenay.fr/au-conseil-municipal-davril-la-reponse-inappropriee-de-l-vastel-sue-les-travaux-dans-lancien-conservatoire/

 Interventions des élus de l’opposition

Pascal Buchet s’est déclaré surpris par l’état d’esprit de la réunion qui donne l’impression qu’à FAR, tout va bien sans pour autant apporter de réelles précisions sur la réalité de la situation, la continuité des services publics, les aides apportées aux agents et aux Fontenaisiens notamment ceux en grande difficulté sociale. Concernant les écoles/crèches/accueils de loisirs, il lui parait déraisonnable d’envisager une réouverture complète le 11/05 et il a plaidé pour accueillir en priorité les enfants qui en ont le plus besoin : ceux qui n’ont pas d’accompagnement familial ou de support informatique.

Gilles Mergy a rappelé qu’il était à l’initiative de cette réunion et qu’elle avait été relayée par toute l’opposition. Il a regretté que toutes ses propositions (drive, aide aux enfants en décrochage scolaire, aux personnes en difficulté ne pouvant payer leur loyer…) n’avaient suscité aucune réaction de la part de la municipalité. En ce qui concerne le plan de déconfinement, il est revenu sur la question des écoles en posant plusieurs questions : quels ont été les échanges avec l’Education nationale ? Qu’est-il prévu en terme de mesures sanitaires  (désinfection du mobilier, respect des gestes barrières).

Mme Bourdet est intervenue sur les difficultés rencontrées par les enfants qui sont très différentes d’une famille à l’autre. Quand il y a trop d’enfants dans un appartement avec une concentration devant un écran c’est un facteur de priorité pour l’accueil dans les écoles. Idem quand les parents sont dans une grande précarité, sans la cantine pour les enfants. Il convient de ne pas regarder que l’aspect sanitaire mais aussi la dimension psychologique. Voir l’article sur son intervention : http://www.pourfontenay.fr/blog/conseil-municipal-du-23-avril-2020-intervention-de-suzanne-bourdet-pour-les-enfants

Mme Bordenave a comparé la situation dans les lycées où des mesures ont été prises très tôt et la situation des écoles. Elle a demandé au Maire s’il allait désormais informer les élus d’opposition (puisqu’il ne l’avait pas fait jusqu’à présent) et comment il entendait associer les parents d’élèves (sous-entendu les parents élus) à la réflexion sur le déconfinement.

F. Zinger a proposé que, en l’absence de possibilité pour les enfants les plus démunis de bénéficier d’un repas à la cantine actuellement, soit faite la liste des personnes dont le quotient familiale est bas et qu’un contact soit pris ensuite par les services sociaux pour leur apporter des repas.

Le Maire  s’est montré ouvert si la possibilité de croiser les fichiers informatiques est permise.

 Ci-joint des autres Compte-rendus : 

Informations Coronavirus sur Fontenay aux Roses

La mairie a mis en place une cellule de veille qui se réunit régulièrement afin de mettre en place les consignes données par la Préfecture et adapter la communication envers les riverains.

A partir du lundi 16 mars, les crèches, les établissements scolaires et les accueils de loisirs sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Aucun service minimum d’accueil ne sera organisé. Les réservations aux activités périscolaires (cantine, accueils du matin et du soir, études, mercredi) ainsi que les journées d’accueil en crèche ne seront pas facturées.

Le Théâtre des Sources et le cinéma Le Scarron ferment le vendredi 13 mars à partir de 18h.
La piscine ferme à partir de samedi 14 mars.

La médiathèque et le conservatoire seront fermés à partir de lundi 16 mars.

L’Espace loisirs seniors et le Club pré-ados sont fermés.

Le soutien scolaire est arrêté. 

Toutes les activités du CCJL et de l ‘ASF sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.

Que faire en cas de symptômes ?

En cas de signes d’infection respiratoire (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant le retour d’une zone où circule le virus :

  • Contactez le Samu Centre 15 en faisant état des symptômes et du séjour récent.
  • Evitez tout contact avec votre entourage et conservez votre masque.
  • Ne vous rendez pas chez votre médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination.

Une plateforme téléphonique nationale a été mise en place sur le nouveau coronavirus de 8h00 à 21h00 7 jours sur 7 : 0 800 130 000 (appel gratuit).

Retrouvez sur le site du gouvernement le point sur la situation du coronavirus COVID-19 : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Municipales 2020 : Point sur les accueils du mercredi et les propositions des listes candidates

Point de la situation actuelle

Sources : site de la ville :
-        Ecoles de la ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1261/ecoles-de-la-ville.htm
-        Accueils de loisirs : https://www.fontenay-aux-roses.fr/180/accueils-de-loisirs.htm
Enfants des écoles maternelles
L’accueil se fait avant et après la classe et le mercredi.
Actuellement, les écoles maternelles et les accueils de loisirs sont :
-        Les Pervenches, avec un accueil de loisirs sur place
-        La Roue, avec un accueil de loisirs sur place
-        Jean Macé, avec un accueil de loisirs sur place
-        Scarron, avec un accueil de loisirs sur place
-        Les Renards, située 26, avenue Raymond Croland : l’accueil de loisirs a été fermé en 2018 et les élèves sont transférés à l’accueil La Fontaine, situé 12/14 rue La Fontaine, à 500 m de l’école
-        Les Ormeaux, située 8, rue des Ormeaux : l’accueil de loisirs a été aussi fermé en 2018 et les élèves sont transférés à l’accueil La Fontaine, situé 12/14 rue La Fontaine, à 100 m de l’école

Enfants des écoles élémentaires
Actuellement, les écoles élémentaires sont :
-        Les Pervenches, 5, rue des Pervenches
-        La Roue, A et B, 50, avenue Gabriel Péri
-        Le Parc, 4/6 avenue du Parc
-        Les Renards, 26, avenue Raymond Croland
-        Les Ormeaux, 8 rue des Ormeaux
 Les enfants de 6 à 8 ans sont accueillis à Pierre Bonnard (5, rue de l’Avenir), 

Les enfants de 9 à 11 ans à l’accueil Le Parc (4/6, avenue du Parc), en centre-ville

Point de vue et propositions de la liste Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy)

Le centre Pierre Bonnard a été créé dans les années 80. L’objectif était d’offrir une véritable complémentarité aux deux autres secteurs éducatifs que sont l’éducation scolaire et l’éducation parentale.
L’enjeu n’a pas changé, avec la même volonté de réussir une éducation plurielle, partagée et coordonnée autour de l’enfant et avec l’ensemble des acteurs éducatifs et culturels de la Ville.
L’idée de résider au sein des écoles n’est pas vraiment souhaitable car il est difficile de construire une entité singulière dans leurs locaux : il est compliqué de les aménager pour une journée, avec des contraintes d’espace…
L’option qui a été retenue de rassembler les élémentaires en un même lieu, spécialement conçu pour accueillir jusqu’à 200 enfants répartis par tranches d’âge dans plusieurs salles, avec utilisation des extérieurs dont le Parc Ste Barbe, n’est pas mauvaise en soi. Cela permet aux enfants de rencontrer ceux des autres écoles. Les difficultés sont nées d’abord de la méconnaissance de l’intérêt de ce regroupement qui aurait nécessité une consultation a posteriori des familles dont l’organisation s’est alourdie.
Mais le vrai problème est l’absence de valorisation du travail des éducateurs avec une faible proportion de titulaires, d’où un fort turn-over, une formation insuffisante et un manque de support dans leur mission. Tout ceci pourrait les conduire à ne pas totalement percevoir le sens de ce « métier du lien » et les faire se retrouver davantage dans un registre d’encadrement sécuritaire et « occupationnel », sans trop cerner les enjeux réels de leur mission d’accompagnement et d’épanouissement de jeunes enfants. Le lien avec les parents est tout aussi important afin de garantir une cohérence éducative pour le bon développement de chaque enfant.

La liste « Un temps d’avance pour Fontenay » aura à cœur d’accorder aux centres de loisirs la place qui leur revient dans l’ensemble du secteur éducatif, ni secondaire ni supplétive, et à leur donner les moyens nécessaires pour permettre à ces « acteurs du lien » d’aborder les années à venir dans un élan d’ouverture, de conscience de l’autre et de partage. Il n’y a pas d’autres enjeux à moyen et à long terme.
Dans le même esprit que les « Ateliers fontenaisiens », tout doit être construit en concertation avec les personnels en fonction dans les centres de loisirs et les parents. Ce sont eux qui seront force de propositions pour assurer le bien-être de tous.

Les postes d’animateurs référents par groupe scolaire seront pérennisés ce qui permettra de détecter plus rapidement les difficultés des enfants.

« Un temps d’avance pour Fontenay » s’engage ainsi à veiller à la qualité de l’accueil dans les centres de loisirs : respect des normes d’encadrement, sécurité de l’emploi et formation des personnels, amélioration des conditions de travail, respect du choix de l’enfant de participer ou non à une activité. Nous encouragerons l’information des familles via l’espace qui leur est consacré ainsi que les rencontres intergénérationnelles.
Si après concertation cela s’avère nécessaire, nous faciliterons l’ouverture de nouveaux centres, voire, à terme, la création d’un nouvel équipement dédié. De même, à l’instar du souhait exprimé par les associations de parents d’élèves, nous encouragerons le travail mené sur la « communication positive » qui permet de mieux gérer les situations difficiles et diminuer une agressivité latente.
Enfin, nous accorderons une attention particulière à la situation des enfants sur le point d’atteindre l’âge ne leur permettant plus d’être accueillis en centre de loisirs : découverte des autres structures (club préados) et activités (stages multisports par exemple).

Propositions de la liste « Fontenay Demain » (Laurent Vastel)

Source : https://www.fontenay-aux-roses.fr/15-3621/fiche/signature-du-contrat-enfance-jeunesse.htm

La Caisse d’allocations familiales (CAF) des Hauts-de-Seine ont signé le contrat Enfance Jeunesse 2019-2022. La Ville bénéficie ainsi de 2,44 millions d’euros de subvention pour mettre en oeuvre de nouveaux projets pour la petite enfance, l’enfance et la jeunesse.

La convention prévoit la mise en œuvre du projet éducatif de territoire en lien avec les familles, le renforcement de la politique d’accueil pour les 12-17 ans, la coordination entre les différents acteurs locaux et la formation des professionnels de l’animation.

Le contrat Enfance Jeunesse entre la Ville de Fontenay-aux-Roses et la CAF a pour but de déterminer une offre de services adaptée aux besoins des familles pour les moins de 17 ans et en fonction des moyens existants, de proposer de nouvelles actions et de fixer les engagements réciproques.

Proposition N° 52 du programme : Réorganisation du pôle éducatif des Ormeaux (groupe scolaire, centre de loisirs La Fontaine, collège, Club pré‐ado) qui prend en compte la sécurité, l’accessibilité, l’évolution des effectifs, les nouvelles pédagogies impactant la réorganisation des espaces, les dérèglements climatiques et l’intégration dans le quartier.

Propositions de la liste « Pour Fontenay » (Suzanne Bourdet)

En 2018, le maire sortant a fermé deux accueils du mercredi : Roue élémentaire et Renards maternelle. Voici pourquoi nous voulons les rouvrir.

1 – Accueils maternelle Ormeaux et Renards : Le mercredi, les enfants de maternelle Renards sont envoyés à l’accueil La Fontaine (Ormeaux), dont les locaux sont étroits. Nous souhaitons redonner des conditions d’accueil et de réussite éducative convenables aux enfants de ces deux écoles maternelles, en redonnant à chacun son espace propre le mercredi.

2 – Accueil Roue élémentaire : certains estiment que regrouper les enfants au centre-ville (Pierre Bonnard-Parc) aide à la mixité sociale. En fait, les locaux sont trop étroits, les enfants trop nombreux, ce qui rend très difficile le développement d’activités pédagogiques de qualité.

Seul le groupe scolaire de la Roue dispose de locaux capables d’accueillir un accueil élémentaire de plus. D’où l’ouverture d’un accueil Roue élémentaire. Nous avons constaté que l’accueil Roue élémentaire recevait beaucoup plus d’enfants (plus de 100 enfants) que le nombre d’enfants du quartier qui « montent » au centre-ville.

Par contre, des échanges, rencontres, projets communs favorisent la mixité. Un exemple visible de tous a été le travail effectué pour diverses commémorations, impliquant des enfants des 3 accueils de loisirs élémentaires Bonnard-Parc-Roue (projet Le sabot et la Plume une année, projet Opéra et chants patriotiques une autre année, projet de rues portant des noms de résistants).

Coût prévisible :  Il s’agit d’une redistribution, un jour par semaine, 35 semaines par an, impliquant 2 à 4 agents de plus, soit moins d’un poste temps plein. On peut prévoir 40 000 euros. Pour comparatif, les économies réalisées en passant de 5 à 4 matinées de classe sont de l’ordre de 100 000 euros sur les NAP, et 100 000 euros sur la cantine du mercredi.

Propositions de la liste « Fontenay Avec Vous » (Pascal Buchet)

Les coupes budgétaires exercées par l’actuelle municipalité sont injustes.

Il faudra augmenter les budgets des sorties scolaires, des classes transplantées afin que chaque enfant parte au moins une fois comme c’était le cas avant 2014, de la pratique artistique à l’école et rendre accessibles les activités culturelles sportives et scientifiques en tenant compte du quotient familial corrigé.

Chaque enfant devra savoir nager à sa sortie de l’école élémentaire. Les installations sportives et de plein air seront rénovées et développées. La pratique du vélo sera enseignée et encouragée.

Le sens civique, l’égalité femme-homme, le respect des autres et de l’environnement, la solidarité seront favorisés en partenariat avec les animateurs, les fédérations de parents d’élève et les associations.

Propositions de la liste « Fontenay en commun » (Corinne Bénétreau Schäfer)

Développer l’offre d’animation et de culture pour les enfants ; encourager la sensibilisation au vivant et remettre l’enfant au centre des projets.

Propositions de la liste « Penser Fontenay » (Céline Alvaro)

CENTRE DE LOISIRS :  Agrandir et insonoriser les espaces d’accueil. Fidéliser et former les animateurs

Jeunesse : Rétablir, repenser les séjours du Club pré- ados.

Ouvrir une salle le week-end. Renforcer les actions de JDLC (Jeunes Dans La Cité)

Le bio à la cantine c’est bien, mais quel bio ?

Il ne vous a pas échappé que le bio à la cantine a la faveur des candidats aux élections municipales. Il s’agit bien sûr d’améliorer le contenu de l’assiette des enfants et c’est important. La question qui vient tout de suite à ce sujet concerne le coût que cela représente. Une question qui peut en cacher d’autres.  

Le bio étant plus cher, il faut trouver des économies pour ne pas augmenter le coût de la cantine. Rechercher des économies d’échelle est le réflexe qui vient en premier. Cela signifie que le bio à la cantine sera obtenu en soutenant le modèle industriel actuel. Ce qui ne va pas du tout dans le sens d’une transition écologique pourtant indispensable. En effet, il faudra pour obtenir ces économies d’échelle :

  • Fabriquer les repas dans une véritable usine

=> 2600 repas par jour sont préparés à Fontenay aujourd’hui, combien demain si la        cuisine sert également Montrouge, Sceaux et Bourg-la-Reine ? 10 000 repas ?              davantage ?

  • Acheter des quantités très importantes auprès de grands exploitants agricoles « pour avoir des prix ».  Des exploitants que l’on ne trouve pas en Ile de France et les mieux-disant seront même vraisemblablement hors de France.

Des alternatives existent en s’appuyant notamment sur deux pistes :

  • Réduire le gaspillage alimentaire[1]  est un levier important qui passe par des actions de sensibilisation des enfants, un moyen intéressant pour faire évoluer les pratiques aussi hors de l’école.
  • Réduire la proportion de viande au profit de protéines végétales, ce qui permet en outre de diminuer nos émissions de gaz à effet de serre, de libérer des terres agricoles[2] et c’est bon pour notre santé[3].

Par ailleurs, côté approvisionnement, via la commande publique, il est possible de soutenir la transition agricole locale vers une agriculture avec moins, ou pas de pesticides et plus respectueuse des équilibres naturels. Ce que font les AMAP avec beaucoup moins de moyens que les collectivités. On joue là encore sur la diminution de nos émissions de gaz à effet de serre par réduction des transports.

On voit que le sujet du bio à la cantine peut nous entrainer vers d’autres sujets et pourrait être un premier pas vers une politique de transition alimentaire. On l’a un peu oublié mais nourrir sa population a été la préoccupation des villes pendant des siècles et il est important aujourd’hui de nous réapproprier le sujet pour créer les conditions d’un accès pour tous à une alimentation de qualité. De plus en plus de collectivités l’ont compris[4] et agissent pas à pas pour, selon les contextes :

  • Augmenter l’autonomie locale,
  • Développer des circuits courts,
  • Acheter du foncier,
  • Développer des activités de transformation locale,
  • Eduquer et sensibiliser : soutenir les projets des équipes pédagogiques, organiser des repas collectifs lors d’événements festifs, (ré)apprendre à cuisiner,
  • Etc.

Développer le bio à la cantine peut être la partie visible ou initiale d’une politique ambitieuse ou être juste du bio à la cantine.

Dominique Dupuis

Je peux être contactée sur Facebook ou par mail


[2] Il faut entre 2 et 10 kg d’aliments végétaux pour produire 1 kg de viande. La France consacre ainsi 80 % de ses surfaces agricoles à l’alimentation animale. Voir scénario Afterres2050

Le point sur les rythmes scolaires pour 2018-2019, à Fontenay aux Roses et dans les autres communes

Sur Fontenay aux Roses

Suite au nouveau décret sur les rythmes scolaires, une consultation a été menée sur la commune sur la réorganisation de la semaine dans les écoles maternelles et élémentaires.

Cette consultation a eu lieu du 2 au 20 octobre 2017 (voir article précédent)

Toutes les associations de Parents d’élèves (PEEP, FCPE, FM-FAR, FARENTS, Unis pour la Roue) ont écrit une lettre au Maire concernant la consultation des parents sur les rythmes scolaires : « Nous demandons instamment une prolongation du délai de vote qui laisse le temps aux débats et échanges avec parents, enseignants, associations sportives et culturelles de la ville, associations de parents d’élèves, élus, etc…afin de co-construire des solutions, ou au moins de prendre en compte l’avis et l’expertise collective des personnes concernées. »

« Par ailleurs, nous nous interrogeons sur la mise en œuvre pratique de cette consultation ainsi que sa sécurisation et nous souhaiterions être associés au dépouillement.

Nous souhaitons l’organisation au plus vite d’une réunion publique sur cette question afin d’éclairer les familles sur les enjeux avec si possible la présence d’experts comme cela a pu être organisé par d’autres collectivités territoriales. »

La réponse du Maire a été la suivante : « Je tiens à vous rappeler que certaines villes ont choisi d’être encore plus rapides que nous puisqu’elles sont repassées à la semaine de quatre jours, sans consultation des parents et ce dès septembre 2017.

Ensuite, j’ai rencontré l’inspectrice de l’Education Nationale au mois de juillet qui m’a demandé de permettre aux premiers conseils d’école de prendre position sur une modification du rythme scolaire. 

Nous avions également discuté de l’opportunité de l’organisation d’une réunion publique d’information et qu’il nous semble plus pertinent que cette réunion, si elle doit avoir lieu, soit organisée par l’Education Nationale ou par les associations de parents d’éléves. En effet, la modification des rythmes du temps scolaire qui impactera l’organisation du temps périscolaires et l’organisation de la vie familiale n’est pas une réforme initiée par la ville. Il me semble que sur ce sujet et afin de garantir la neutralité de la consultation, les élus doivent se garder de tout avis qui pourrait être biaisé par des ressentis personnels ou des considérations financières ou organisationnelles pour la gestion de la réforme.

Il en va de même pour le dépouillement des questionnaires. En effet, afin d’éviter les doublons, les parents doivent donner leurs noms. Il me paraitrait étonnant que le dépouillement soit mené par d’autres personnes que des fonctionnaires soumis au devoir de réserve et de discrétion. »

Résultats du vote des parents

860 votes ont été enregistrés (625 par bulletins papier et 235 sur Internet) soit un taux de participation de 38%.

Le scénario 1 avec une semaine de 4 jours et la possibilité d’une journée en accueils de loisirs, a remporté 74 % des suffrages. Le scénario 2 avec une semaine de 4,5 jours et la possibilité de deux demi-journées en accueils de loisirs a remporté 25 % des suffrages. 1% de vote nul.

Il est écrit dans le Fontenay Mag d’Octobre (page 9):

« Les résultats seront présentés lors des conseils d’écoles début novembre et ces derniers donneront leur avis. Le Conseil municipal du 20 décembre devra alors délibérer sur la position de la Ville concernant les rythmes scolaires. Ensuite, le Directeur académique des services de l’Éducation Nationale (DASEN) décidera de l’opportunité et du scénario retenu pour l’ensemble de la circonscription (Sceaux, Bourg-la-Reine, Fontenay-aux-Roses). La décision du Conseil municipal ne sera donc que consultative. »

Or, le 10 Octobre, lors d’une réunion organisée par l’Inspectrice d’Académie avec les maires adjoints du département, celle-ci n’a pas confirmé qu’elle prendrait une décision valable pour l’ensemble de la circonscription. Chaque ville a la maîtrise de ses choix, car chaque ville est différente des autres.

Le 20 Décembre, le Conseil Municipal, a émis un avis favorable à un retour à la semaine de 4 jours pour les rythmes scolaires.

=> La Ville de Fontenay reviendra donc à la semaine de 4 jours au 1er septembre prochain. Les NAP gratuites disparaissent, les accueils de loisirs, payants, seront ouverts les mercredis matins. Avec quels moyens, quelles ambitions ? Les NAP coûtaient 100 000 euros par an à la Ville. Ces 100 000 euros seront-ils « économisés » par la Ville ou maintenus pour organiser des activités de qualité le mercredi, améliorer la pause méridienne, améliorer les études? Le débat a été lancé au conseil municipal du 12 février. Le groupe associatif et citoyen a demandé que les 100 000 euros restent bien inscrits au budget Enfance. Le Maire n’a pas répondu à cette question.

 Quid pour les communes environnantes ?

Sceaux : Semaine de 4.5 jours : organisation inchangée

Dès octobre 2017, une large consultation auprès de l’ensemble des familles scéennes et des partenaires éducatifs a été lancée. Une étude a été confiée à Georges Fotinos, vice-président de l’Observatoire des rythmes et des temps de vie des enfants et des jeunes (Ortej) et ancien chargé d’inspection générale responsable de la cellule « rythmes scolaires » du ministère de l’Éducation nationale. À Sceaux, cette enquête s’est accompagnée d’une mobilisation exceptionnelle des familles et de la communauté éducative (72 % pour les parents, 71% pour les animateurs et 91 % pour les enseignants).

Une stabilité est souhaitée par les familles dans l’intérêt de l’enfant

Plus de 6 parents sur 10 observent chez leur enfant une amélioration de l’autonomie et de la prise de responsabilité, et un développement de la confiance et de l’affirmation de soi ;

L’existence des NAP sur le temps de la pause méridienne a des effets positifs sur l’apprentissage et l’amélioration du travail scolaire pour plus de la moitié des élèves.

Bourg La Reine : Les six conseils d’école de la ville sont en train de se prononcer

En décembre, une consultation sur les rythmes scolaires avait été lancée par la mairie auprès des parents. 35 % des parents ont voté.

Environ 59 % des parents s’étaient prononcés pour un maintien des rythmes scolaires actuels.

Pour la mairie, ces chiffres manquent de représentativité.

Elle avait dit qu’elle resterait neutre. Mais les représentants de la municipalité se sont mis à voter en conseil de classe pour un retour à la semaine de 4 jours.

Clamart : retour à la semaine de 4 jours

La consultation menée à Clamart a abouti au même résultat : 54,4 % des parents d’élèves ont choisi le retour à l’ancienne formule.

22 conseils d’école (sur 23) avaient déjà voté dans le même sens.

Et d’après la ville, les associations, également consultées, y étaient également favorables. « Beaucoup nous ont dit qu’elles avaient apprécié de voir des enfants s’inscrire après avoir découvert l’association lors des temps périscolaires, mais que cet avantage-là ne compensait pas la perte du créneau du mercredi, qui est un moment privilégié pour la vie associative »,

Montrouge : retour à la semaine de 4 jours

Résultat de la consultation des parents :

Taux de participation 31,7 % ( 2795 parents et 886 ont voté) :

• 62,5 % (555 voix) ont voté pour le retour au 4 jours
• 37,7 % (331 voix) pour le maintien à 4,5 jours

Les fédérations de parents d’élèves (PEEP, FCPE) ont écrit au Maire le 10 Novembre 2017 :

« Nous aurions voulu (et avions demandé dès l’an dernier)  que les fédérations de parents soient consultées sur les propositions faites et sur le texte explicatif. Nous avons également demandé que le délai de réponse soit allongé. »

La municipalité n’a pas donné suite à cette demande.

« Dans ce contexte, nous proposons que lors des conseils d’école, toutes les listes PEEP de Montrouge:

– demandent la mise en place de réunions de travail avec la municipalité sur le sujet pour traiter les questions abordées ci-dessus,
– refusent de se prononcer lors du vote qui est soumis en conseil d’école.

Des questions importantes demeurent sans aucune réponse:

– quels seront les horaires d’ouverture des centres le mercredi?
– les enfants pourront-ils rester par demi-journée au centre le mercredi?
– chaque école conservera-t-elle bien un centre de loisir sur place? »

Bagneux : retour à la semaine de 4 jours.

La décision a été prise par le Conseil Éducatif Local (CEL) qui réunit élus municipaux, représentants des parents d’élèves et représentants de la communauté éducative. Cette décision fait suite à une consultation générale de tous les parents d’élèves organisée en décembre 2017 : 58,3 % des parents se sont exprimés en faveur d’un retour à la semaine de 4 jours.

Ce souhait a été ensuite confirmé par les votes des conseils d’écoles de la ville, en janvier 2018.

Par contre, le CEL souhaite que les acquis des TAP (Temps d’activités périscolaires) bénéficient aux temps d’accueil après l’école. Un groupe de travail a été mis en place pour réfléchir à l’amélioration des études et à leur articulation avec les activités sportives et culturelles.

Malakoff : Maintien de la semaine de 4.5 jours

La municipalité (PCF) de Malakoff a décidé… de ne pas décider, considérant qu’elle n’avait pas à se faire imposer un calendrier par l’Etat. « L’éducation nationale, qui n’a même pas été capable de nous apporter un bilan des effets, ou pas, de la réforme, n’a pas à nous mettre la pression, explique la maire (PCF) Jacqueline Belhomme. On a mis de l’argent et de l’énergie pour faire un projet éducatif de territoire. On ne va pas déconstruire en trois mois ce qu’on a mis trois ans à construire. »  (source : Parisien du 15 Février 2018)

Issy les Moulineaux: Maintien de la semaine de 4.5 jours

La ville a décidé de suivre l’avis de 65,07 % des parents d’élèves, qui s’étaient prononcés en faveur de cette option lors d’un sondage en ligne réalisé en décembre.

En revanche, l’immense majorité des conseils d’école avaient opté pour le retour à l’ancienne formule : seulement deux groupes scolaires (sur huit), une école maternelle (sur neuf), et une école élémentaire (sur sept) ayant voté pour les quatre jours et demi.

L’association Place3Arts, de Fontenay cherche un bâtiment public pour un projet de Pédagogie Organique par le Temps et l’Espace (POTE)

Concernant le devenir d’une ville comme Fontenay-aux-Roses qui passe par la formation des enfants, l’association Place3Arts s’est intéressée à la formation durable des enfants des écoles primaires de la ville, qui impacte des bâtiments publics dont le Conservatoire Soubise.

Un projet pédagogique consultable sur mesopinions.com a été rédigé par l’association, dans le cadre de recherches et d’une rencontre en Novembre 2017 « Centenaire de la traduction de M Montessori par M A Niox Chateau pédagogue qui a travaillé au château Sainte-Barbe en 1917 », et à laquelle a participé des Fontenaysiens.

Le texte intitulé Plan POTE « Pédagogie Organique par le Temps et l’Espace », en 8 articles et Annexes, en harmonie avec les écosystèmes environnementaux, culturels et humains, montre que Fontenay-aux-Roses peut avoir vocation à recevoir l’institut de formation en pédagogie plurielle ; la question de la création de cet institut pour enclencher les pédagogies de demain, ayant été posée lors de la rencontre du 29 Novembre (voir article précédent), son utilité a été reconnue par tous les particpants, dont les pédagogues du public, qui souhaitent s’ouvrir à toutes les méthodes utiles pour former les enfants, invitant le ministère de l’éducation à prendre en charge le fonctionnement d’une telle strucutre. Le ministre de l’éducation, Mr Blanquer a précisé à Mme touzet, présidente de l’association Place3Arts, que c’était aux villes de fournir un bâtiment.

L’association Place3Arts, a donc adressé la synthèse de cette journée au Ministère, et aussi adressé un courrier au préfet des Hauts de Seine, pour repréciser la nécessité de trouver un bâtiment public, sur le territoire de Fontenay, haut lieu de la pédagogie qui a reçu la traductrice de M Montessori, l’école Normale et le pédagogue A Stern. Elle a également mentionné la ville de Sceaux, celle-ci disposant d’un ancien conservatoire, qu’elle souhaite garder non à l’instar de Fontenay-aux-Roses,qui souhaite vendre le bâtiment conservatoire.

Nous vous remercions pour votre participation collaborative, et de permettre à l’expérimentation du plan POTE et de sa pédagogie organique autour du vivant, pour prendre soin de la formation de l’enfant dans sa dimension corporelle, émotionnelle, sensorielle, intellectuelle, et intuitive ».

Joëlle Touzet, présidente de l’association Place3Arts

lire et soutenir le plan POTE : mesopinions.com   ou   https://place3arts.wordpress.com/ecole-alternative/

Les parents d’élèves de l’école maternelle Jean Macé se sont mobilisés pour le poste de gardien qui sera supprimé à la rentrée

Le contrat du gardien ne sera pas renouvelé à cause de la suppression d’une partie des emplois aidés décidée par le gouvernement.

(Photo du Parisien du 16 décembre 2017)

Ce vendredi 15 décembre, quelques parents d’élèves se sont rassemblés devant l’école maternelle Jean-Macé, à Fontenay-aux-Roses, pour marquer leur soutien à Gilles, le gardien de l’établissement. En emploi aidé depuis trois ans, son contrat ne sera pas renouvelé début janvier.

C’est l’une des conséquences de la décision prise par le gouvernement de supprimer massivement le nombre de contrats aidés dans le pays.

Ce qui inquiète surtout les parents, c’est l’impact de cette décision sur la « sécurité des enfants ». « On nous parle de plan Vigipirate et on supprime le poste de Gilles, observe Bruno, père de deux garçons scolarisés à Jean-Macé. Je suis dépité… »

A partir de 8H30, plus d’accès à l’école pour les parents. En cas de problème exceptionnel ou  de retard, les parents devront se débrouiller pour garder leur enfant la matinée…

Plus de possibilité de récupérer un enfant au cours de la journée pour les divers rendez-vous chez le médecin, l’orthophoniste, etc… Les parents devront se débrouiller pour garder leur enfant sur une demi-journée…

ET PLUS PERSONNE POUR VÉRIFIER LA BONNE FERMETURE DE LA PORTE D’ENTRÉE DE L’ÉCOLE TOUT AU LONG DE LA JOURNÉE, DERRIÈRE LES MULTIPLES ENTRÉES ET SORTIES… AU RISQUE QUE QUELQU’UN DE MAL INTENTIONNÉ PUISSE ENTRER DANS L’ÉCOLE. Et ce alors qu’on est toujours en Vigipirate attentat !

Plus personne pour réceptionner les livraisons pour l’école, accueillir le personnel de mairie (animateurs, travaux)… des tâches administratives non assurées…

Plus personne pour répondre au téléphone dans la journée ! Plus de prise de message… En cas de problème urgent, les parents devront se débrouiller…

La solution de remplacement proposée par l’inspection académique : mobiliser le gardien de l’école élémentaire du Parc, située en face de Jean-Macé et qui appartient au même groupe scolaire, sur les deux établissements. Mais elle ne satisfait pas les parents mécontents. « Il y a trop de travail. Sur les deux écoles, il y a plus de 450 élèves. Il ne tiendra pas… », souffle Hervé de la FCPE. En mairie, on réfléchit à « alléger la charge de travail » de ce gardien, qui est, lui, employé communal, par exemple, en « déroutant les appels téléphoniques »

Source article du Parisien : http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/fontenay-ils-veulent-garder-gilles-le-gardien-de-l-ecole-15-12-2017-7454370.php#xtor=EREC-1481423605-[NL92]—${_id_connect_hash}@1

Compte-rendu de la réunion publique du quartier Ormeaux-Renards du 6/12/17.

Sur la tribune : Le Maire, Laurent Vastel, Mr Bigret, 1 er adjoint, Mme Poddevin, directrice du cabinet, Mr Chambon, élu responsable de la voirie,  Mr Duez, directeur des Services Techniques, Mme Mercadier, élu référente du quartier, Mme Faye, maire adjointe aux écoles, 2 représentants du Département pour les travaux de l’avenue Jean Moulin, Mr Migeot de Baran, Mr Frankel

Dans la salle : des élus, Mme Gagnard, elu chargé de la démocratie et des associations, Mme Guilleminot et Mr Faye, élus référents et environ 50 habitants dont environ 10 membres du Comités des Habitants du quartier (CDH)

Différents sujets ont été abordés : le Comité d’Habitants, Le Numéro Vert, la Gestion Urbaine de Proximité; les diagnostics en marchant des années précédentes, les réalisations dans le quartier, Le Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI), l’aménagement de la rue de l’Abbé Granjean, les travaux de l’avenue Jean Moulin, le Parc Boris Vildé, le cout de l’élagage, le stationnement et la circulation sur la ville, la sécurité, les écoles, le batiment de l’ancien Conservatoire, le projet immobilier des Mouilleboeufs.

=> Il a été demandé que  la présentation qui a été faite soit mise sur le site de la ville, à la rubrique « Quartier » puis Ormeaux-Renards »

=> Le Comité d’Habitant avait demandé à faire une présentation pendant la réunion, ceci  a été refusé, sans explications et c’est Mme Mercadier qui a fait la présentation. Le CDH a 21 membres et 4 élus référents. Son rôle, est de servir d’intermédiaire entre les habitants et la Mairie. Les membres sont très motivés et ont fait déjà plusieurs diagnostics en marchant dans le quartier, pour repérer les endroits où il y a des problèmes de stationnement et de circulation. Il a œuvré pour que l’accès aux habitants sur le site de la ville soit plus accessible. Cela reste pourtant très confidentiel, car il faut aller dans « Ville Active » puis « Votre quartier » au lieu d’avoir un accès direct « En un clic », comme « Nouveau Fontenaisien » ou « Petites Annonces ».

Depuis que le site a été refait (5 Mars 2017) il y a eu cependant 272 visites sur le quartier, et il y a eu 8 demandes d’habitants qui font partie des actions en cours du CDH, en plus de celle qui ont déjà été repérées lors des diagnostics en marchant.

Travaux de l’Avenue Jean Moulin

Ils ont commencé en Juillet 2017 et dureront jusqu’à fin Juin 2018.

Il y aura que 2 voies de circulation, moins larges, pour réduire la vitesse, des espaces piétons plus larges, Il y aura dans le sens venant de Robinson jusqu’à Fontenay, une piste cyclable, matérialisée, et pas dans l’autre sens, où les cyclistes seront obligés d’emprunter la voie des voitures. Il y aura 26 places de stationnement au lieu de 32. Actuellement, 17 places sont occupées en journée et 21 en soirée.

Tous les arbres ont été abattus. Il y aura 57 arbres d’alignement, soit environ 30 % de moins. Il y aura une mise en place de pied d’arbres végétalisés et de massifs arbustifs au niveau des carrefours.

Nuisances pendant les travaux

Le CDH a été contacté par des riverains qui vont subir des nuisances pendant 10 mois. Ceux-ci ne peuvent plus accéder à leur garage, il y a des problèmes de vibration. Mais, surtout, les habitants d’un pavillon situé au croisement entre l’avenue et la rue François Joseph Bouille se sont vus, sans être prévenu, ni même contacté par le Département, installé devant chez eux la base de vie du chantier, constituée de 2 étages d’Algeco, sur 3 longueurs dont un sanitaire, tout cela ne laissant qui passage réduit sur le trottoir à 70 cm, alors que la norme est de 90 cm minimum. L’habitante ne demandait que le déplacement du module Algeco, qui sert de sanitaire. Tout cela n’a pas été pris en compte au début du chantier, alors qu’il y avait un autre espace disponible  sur le coté gauche. Le Maire ne s’est pas engagé à financer le déménagement de ce module, arguant du fait que cela coûterait trop cher à la ville et sa seule réponse a été de dire : Espérons que les travaux se terminent plus vite que prévu.

Numéro Vert 

Un numéro vert gratuit (0801 80 00 92) a été mis en place pour une intervention rapide et efficace sur le terrain pour tous les problèmes de voirie, travaux, stationnement, éclairage public, déchets ou espaces verts.

Un formulaire est également en ligne pour faire sa demande :
https://www.fontenay-aux-roses.fr/1196/numero-vert.htm

Les demandes sur le quartier concernent pour l’essentiel la propreté, la sécurité, les espaces verts, le revêtement, le stationnement, l’éclairage public.

Gestion urbaine de proximité (GUP)

Elle intervient pour des demandes plus importante, en particulier à la suite des diagnostics en marchant et aussi pour  de la médiation pour des conflits de voisinage, des questions de collecte.

68 demandes ont été traitées en 2017, dont 23 sur la voirie.

Un des problèmes traité, suite à une demande d’un habitant, suivi par le Comité d’Habitant : la vitesse excessive dans la rue Antoine Petit

Pour cela, un radar pédagogique a été mis en place.

On voit que seulement 21 % des véhicules respectent les 30 km/h en descendant avec une vitesse max observée de 82 km/h.

Plan Pluri Annuel d’Investissement (PPI) pour le quartier, ce qui est prévu.

La sécurité sur le quartier

  • Cambriolages : légère augmentation : 17 au lieu de 13
  • Chahut des collégiens aux sorties : nouveau principal du collège saisie.
Les écoles 
  • Ecole des Renards : gros travaux concernant le chauffage
  • Ecole des Ormeaux : aménagement des sanitaires
  • Semaine du gout : sur le thème d’Archimboldo
  • Atelier jardins, Science au jardin, Lire au jardin avec les jardiniers de la ville
  • Chorale 80 enfants de l’école des Renards pour le 11 Novembre
L’ancien bâtiment du Conservatoire 
Au Conseil Municipal du 20 décembre :
- Cession d’une partie du bâtiment à une entreprise d’informatique privée.
Pour la ville :
- Aménagement de la cour coté avenue Moulin
- réfection totale de la toiture
- aménagement d’une salle polyvalent de 167 m2 (ex salle de danse)
- aménagement du demi-niveau : cuisine 15 m2 + salle réunion 26 m2 + santaires, couloir de dégagement pour l’évacuation coté rue Docteur Soubise
La partie vendue représente 66 % de la surface totale, soit environ 1000 m2. L’estimation des domaines était de 980 000 €. Le prix de vente est fixé à 1 054 000 €, soit 1054 € /m2. Cette partie comprend aussi le pavillon séparé du gardien. Celui-ci pourra être vendue pour environ 500 000 € par les acheteurs.
Stationnement et Circulation
La Mairie a fait réaliser par la société ITER, coopérative de conseil en mobilité, un diagnostic sur le plan de circulation et de stationnement de Fontenay aux Roses
La présentation est disponible sur le site internet de la ville : http://fr.calameo.com/read/0026732074232d1d7dda1
Un groupe de travail comprenant des habitants de chaque quartier de la ville s’est réuni plusieurs fois pour faire des propositions qui est maintenant disponible :
Ci-joint le lien pour le télécharger : Bilan travaux Comité thématique circulation stationnement VF
Pour Le Maire  :
- pas de stationnement payant pour les petites durées
- marquage des places dans toute la ville
- homogénéisation de la réglementation de courte durée
- suppression de la zone verte
- Pour définir les places de stationnement il sera fait appel aux riverains et aux Comités d’Habitants
=> Réunion publique pour le Plan de stationnement : 1 er Trimestre 2018

Retour sur la conférence de Mme Leconte sur les rythmes scolaires

Mme Leconte, professeur honoraire de psychologie de l’éducation à l’université de Lille qui a effectué des recherches en chronobiologie. Elle parcourt la France pour faire des conférences pour expliquer de façon très pédagogique la chronobiologie et ce qu’il faut en déduire pour le bien-être de chacun et surtout des enfants.

Cela permet de sentir à quel point l’organisation de nos vies a parfois tendance à vouloir s’en affranchir au détriment de notre bien-être.  Il est particulièrement intéressant de mettre en regard les connaissances scientifiques et nos choix en la matière. A la majorité, il semblerait que la semaine de 4 jours avec 8 demi-journées de 3 heures soit en passe de l’emporter…

Après avoir écouté Mme Leconte, on peut être convaincu que c’est le plus mauvais choix possible pour les enfants. L’immense majorité des personnes ayant assistées à cette conférence partagent ce sentiment. 8 demi-journées de 3 heures sur 4 jours, c’est peut-être un bon choix pour divers raisons et pour d’autres personnes mais pour les enfants c’est mauvais.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter son site internet : http://www.claireleconte.com

Sur le site suivant, vous pouvez accéder à des interviews qu’elle a donné pour aider chaque enfant à grandir : https://territoireseducati.wixsite.com/rythmes