Coronavirus : déconfinement, annonces du Premier ministre qui concerneront les Fontenaisiens

Plus d’attestation obligatoire dans un rayon de 100 kilomètres autour du domicile

À partir du 11 mai, «il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation». «Sauf pour les déplacements à plus de 100 km du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel»,

À partir du 11 mai, masques en nombre suffisant et obligatoires dans les transports

Le premier ministre a détaillé sa stratégie «masques pour tous». «Il y (en) aura assez dans le pays pour faire face aux besoins à partir du 11 mai», a-t-il indiqué. «Progressivement», «les Français pourront, sans risque de pénurie, se procurer des masques grand public dans tous les commerces». Ceux-ci seront notamment distribués par La Poste, via une «plateforme de e-commerce», à partir du 30 avril, et par les collectivités locales, «à nos concitoyens les plus précaires». Le port du masque sera obligatoire dans les transports publics.

Objectif de 700.000 tests par semaine pour les personnes symptomatiques

Le premier ministre a promis que le pays sera «en capacité de massifier» la réalisation de tests à partir du 11 mai. L’objectif fixé est de réaliser au «moins 700.000 tests virologiques» par semaine au 11 mai, à ne pas confondre avec les tests sérologiques. Pour y parvenir, les laboratoires de recherches et les laboratoires vétérinaires sont autorisés à pratiquer les tests. Tout doit être fait pour rendre la réalisation des tests «facile et rapide», a insisté Édouard Philippe. Ils seront pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.

Un déconfinement à l’échelle des départements, classés «vert» ou «rouge»

Étant donné que «la circulation du virus n’est pas uniforme dans le pays», l’exécutif opte pour un déconfinement par département. Celui-ci sera plus ou moins «strict», selon la situation sanitaire : les départements seront donc classés en «vert» ou en «rouge», chaque soir à partir du 7 mai, a indiqué le premier ministre. Les «autorités locales» – «notamment» les «maires» et les «préfets» – pourront «adapter» le plan de déconfinement «aux réalités du terrain».

Les rassemblements «limités à 10 personnes»

Édouard Philippe a tenu à faire passer un mot d’ordre : le déconfinement ne signifie pas pour autant l’autorisation des «rassemblements», «autant d’occasions de propagation du virus». C’est pourquoi les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront limités à 10 personnes.

Écoles primaires : réouverture «très progressive» à partir du 11 mai, sur la base du volontariat

Le premier ministre a annoncé une «réouverture très progressive des maternelles et de l’école élémentaire à compter du 11 mai, partout sur le territoire, et sur la base du volontariat». Les conditions sont strictes : pas plus de 15 élèves par classe, application des gestes barrières, distribution de gels hydroalcooliques. Les enseignants «recevront des masques, qu’ils devront porter quand ils ne pourront pas respecter les règles de distanciation». Contrairement aux élèves de maternelle – le masque leur est prohibé -, et aux élèves de primaire – il ne leur est pas recommandé -, compte tenu des risques de mauvais usage

Collèges : réouverture à partir du 18 mai dans les départements moins touchés

À la différence des écoles primaires et maternelles, les collèges ne rouvriront qu’«à compter du 18 mai». Seules les classes de 6ème et de 5ème seront concernées dans un premier temps, et cela ne concernera que les départements où la circulation du virus est très faible. Le chef du gouvernement s’est engagé à ce que des masques soient fournis aux collégiens qui peuvent en porter et qui n’auraient pas réussi à s’en procurer.

Les personnes âgées invitées à limiter leurs contacts et sorties après le 11 mai

Édouard Philippe a demandé de la «patience» aux plus de 65 ans, particulièrement touchés par le Covid-19. Sans les interdire, les visites privées, particulièrement attendues dans les EHPAD, «doivent être entourées de précaution, comme les sorties». «En vous protégeant, vous protégez aussi le système hospitalier», a rappelé le premier ministre.

Ouverture des médiathèques, bibliothèques, le 11 Mai mais pas de réouverture immédiate des cinémas, «grands musées» et les parcs et jardins classés en zone rouge avant le 1er Juin

«La vie sociale va reprendre, mais progressivement», a prévenu le chef du gouvernement. Contrairement aux cimetières, médiathèques, bibliothèques et «petits musées» qui vont rouvrir au public, les «grands musées», cinémas, théâtres et salles de concerts resteront fermés. De même que les plages, «au moins jusqu’au 1er juin» ; les parcs et jardins dans les départements classés en «rouge» ; les salles des fêtes et les salles polyvalentes. Par ailleurs, les sports collectifs resteront interdits et un report des mariages sera toujours proposé par les mairies, «sauf urgence». Quant aux cérémonies funéraires, elles restent autorisées dans la limite de 20 personnes, sans assouplissement des règles

Réouverture de tous les commerces le 11 mai, sauf les cafés-restaurants

À compter du 11 mai, tous les commerces, «sauf les cafés, restaurants», pourront ouvrir. Le nombre de personnes présentes en même temps dans le magasin, devra être limité, et les flux «organisés». Le port du masque grand public sera recommandé pour les personnels et les clients. «Un commerçant pourra subordonner l’accès de son magasin au port du masque», a indiqué le premier ministre. Les préfets pourront en outre décider de laisser fermer les centres commerciaux de plus de 40.000 m2. Une décision sur les bars, cafés et restaurants sera prise fin mai, pour décider s’ils peuvent ouvrir après le 2 juin.

Réouverture des marchés alimentaires, sauf exception

Les marchés de plein air et halles couvertes pourront rouvrir à partir du 11 mai s’ils sont en mesure de faire respecter les distances de sécurité entre les consommateurs. «Sauf si les maires ou les préfets estiment qu’ils ne peuvent faire respecter les gestes barrières», a précisé le premier ministre.

=> Commentaire: Le Premier Ministre reprend la proposition du Ministre de l’Agriculture.

Confinement Covid 19 : Navigo remboursé pour le mois d’avril et les 10 premiers jours de mai

Remboursement intégral du Passe Navigo à tous les abonnés pour le mois d’avril

Le Conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités a voté le remboursement intégral du passe Navigo à tous les abonnés, pour le mois d’avril. Cette mesure concerne les abonnements suivants :
- Navigo mensuel et annuel pour avril
- Navigo senior
- Carte Imagine R
Même s’ils ne bénéficient pas des 50% de l’employeur, les télétravailleurs, les salariés en chômage partiel ou total ainsi que les indépendants qui ont dû fermer leur activité, se verront rembourser à 100% leur forfait Navigo pour le mois d’avril.
Geste supplémentaire pour les 10 premiers jours de mai
Le Conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités a également voté le remboursement des 10 premiers jours du mois de mai pour :
- Navigo mensuel et annuel, remboursement de 25€ supplémentaires, soit 100€ au total
- Navigo Senior et Imagine R, remboursement de 12€ supplémentaires, soit 50€ au total
Une procédure simple
Pour se faire rembourser, il suffira de se connecter sur une plateforme dédiée et de renseigner quelques informations. Cette plateforme sera mise en ligne dans le courant du mois de mai.

Propositions d’Île-de-France Mobilités en matière de mobilités au gouvernement

Le plan de déconfinement devra prendre en compte plusieurs principes essentiels à la sécurité des utilisateurs des transports en commun :
- Île-de-France Mobilités appelle toutes les entreprises et administrations à maintenir le maximum de leurs employés en télétravail, à s’organiser pour lisser les horaires de ceux qui doivent impérativement se déplacer et à promouvoir les modes alternatifs.
- Île-de-France Mobilités demande à L’Etat d’imposer le port du masque obligatoire pour les voyageurs, contrôlé par les forces de l’ordre avec verbalisation des contrevenants. Les agents assermentés des opérateurs de transports doivent être autorisés à verbaliser en plus de la police nationale. Il est demandé que L’Etat puisse mettre en oeuvre un contrôle rigoureux à l’entrée des gares et stations, et ce dès le premier jour.
- L’Etat doit fournir à chaque francilien des masques.
- Île-de-France Mobilités demande aux opérateurs de mettre en oeuvre une offre de transport au maximum de leurs capacités le plus rapidement possible à partir du 11 mai afin de permettre de respecter le plus possible la distanciation sociale ;
- Île-de-France Mobilités élaborera toute mesure appropriée, en lien avec les opérateurs de transports, permettant de rappeler les consignes de l’Etat et les gestes barrière.
- Île-de-France Mobilités demande aux opérateurs de mettre en place un plan de nettoyage et de désinfection renforcé des matériels roulants (trains et bus) mais également des espaces publics dans les gares et stations de métro.

L’Autorité Organisatrice élaborera toute mesure à court terme permettant de favoriser les mobilités alternatives et notamment :

1. Le vélo en plus des différentes mesures concrètes déjà mises en place pour encourager les Franciliens à utiliser des mobilités douces
➢ L’aide à l’achat de 500 euros d’un Vélo à Assistance Electrique disponible sur mes-demarches.iledefrance-mobilites.fr
➢ 5000 vélos Véligo location supplémentaires et 500 Véligo Cargos à Assistance électrique disponible à la location en 2020
➢ Gratuité des parcs à vélo d’Île-de-France Mobilités Véligo pour les abonnés Navigo Annuel, Imagine R et tarification Senior

2. Le covoiturage, sous réserve qu’il permette le respect de la distanciation.
Île-de-France Mobilités offre aux automobilistes franciliens la possibilité d’ouvrir leur portière, si les gestes barrières sont respectés.

  • Si vous êtes conducteur : il suffit de télécharger et de s’inscrire sans attendre sur une des 5 plateformes de covoiturage partenaires de l’opération afin de proposer de partager son véhicule, chaque trajet est rémunéré de façon avantageuse grâce à une subvention spéciale accordée pour chaque trajet par Île-de-France Mobilités de 4 euros.
  • Si vous êtes passager : depuis l’application Vianavigo (App Store –Google Play) ou le site internet Vianavigo, vous trouverez la liste des trajets de covoiturage correspondants à votre besoin. Le résultat précise l’opérateur de covoiturage, le lieu de prise en charge, les horaires de départ et le temps de parcours. Une fois le choix fait, Vianavigo vous redirige vers le site du partenaire concerné qui finalise la réservation et la mise en relation avec le conducteur.

Plateformes de covoiturage partenaires : BlaBlaLines, Covoit’ici, Karos, Klaxit, Ouihop

Coronavirus : Précisions sur les achats de 1ère nécessité

En ce qui concerne les « achats de 1ère nécessité » (2ème case à cocher), il faut mettre l’heure de départ mais :

  • compte-tenu des queues dans tous les magasins et de la distance pour s’y rendre pour beaucoup d’entre nous, une « heure entière » ne suffit pas et le « Kilomètre » n’est plus tenable
  • en outre, rien ne semble interdit pour une sortie en voiture (et plus sécure v/s virus qu’une sortie à pied dans les rues) quand on veut acheter des choses lourdes et volumineuses (packs d’eau, etc…) et aller dans un hyper qui propose autre chose que de l’alimentaire mais indispensables telles que des petits matériels électriques et informatiques (piles, ampoules, cartouche d’encre, papier, ….), voire du linge de maison ou des vêtements de première nécessité.

Les seniors (dont je fais partie), nous sommes déjà suffisamment stressés par le Covid19, qu’il ne faut pas en rajouter par la peur du gendarme, et de pas respecter des consignes qui ne sont pas forcément très claires dans toutes les têtes y compris celles de la maréchaussée … qui peut faire du zèle…

Le rayon de 1km ne concerne que les promenades seules ou en famille, les jogging solo, les ballades du chien, … et pour 1 heure seulement : 5ème case à cocher de l’imprimé

Eric Wolinski

Coronavirus : le point sur la situation à Fontenay-aux-Roses (23/03/2020)

Source : site de la ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/15-3683/fiche/covid-19-le-point-sur-la-situation-a-fontenay-aux-roses.htm

Services municipaux

Les services municipaux sont fermés au public jusqu’à nouvel ordre. Une permanence téléphonique est joignable du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h au 01 41 13 20 00).

Les services essentiels sont maintenus :

> Accueil administratif (accueil réduit)

> Etat civil

Le service est maintenu mais toutes les démarches relatives aux mariages, PACS, baptêmes républicains, délivrances de livrets de famille et demandes de changement de prénom sont annulées jusqu’à nouvel ordre.
Le service de délivrance des CNI / passeports est également suspendu jusqu’à nouvel ordre. Les demandes de titre ne pourront être traitées qu’à titre tout à fait exceptionnel.
Les titres en cours d’acheminement sont stockés de manière sécurisée en mairie dans l’attente que leurs futurs détenteurs soient de nouveau autorisés à se déplacer.

> CCAS

Accueil téléphonique uniquement au 01 41 13 20 75. Les services essentiels son maintenus : portage de repas, transports de personnes à mobilité réduite et aides à domicile.
Retrouvez toutes les informations sur les lieux d’accueil, les centres de PMI et les Services de Solidarité Territoriale ouverts et prêts à accueillir des publics entre 8h30 et 13h00 sur le site du Département : https://www.hauts-de-seine.fr/coronavirus  En cas d’urgences sociales, les usagers sont invités à contacter les lieux d’accueil de proximité aux numéros suivants : 01 55 48 03 30 / 01 78 16 69 00 / 01 55 59 44 00. Pour la PMI : 0 806 0000 92 (tapez 1).

> Logement

Privilégier le contact par mail logement@fontenay-aux-roses.fr

> Centre municipal de santé Simone Veil

Le CMS propose des consultations de médecins généralistes sur place ou au téléphone. Tél. : 01 46 61 12 86. La majorité des médecins généralistes de la ville poursuivent leurs consultations en cabinet et proposent des consultations téléphoniques.

> Services techniques (propreté, voirie…)

> Police municipale

Le service Vie associative est fermé mais les associations peuvent le contacter par e-mail à l’adresse suivante : vieassociative@fontenay-aux-roses.fr

Equipements fermés au public

Sont fermés :

> les crèches, les établissements scolaires et les accueils de loisirs
> les salles municipales, les équipements culturels, sportifs et jeunesse
> les équipements sportifs extérieurs (voir la liste complète)
> le cimetière
> les parcs de la ville

Jusqu’au 31 mars, la circulation est interdite sur la promenade des vallons de la Bièvre (Coulée verte) sur le territoire de Fontenay-aux-Roses.

Collecte des déchets

La collecte des déchets est maintenue. Le service de ramassage des encombrants à la demande est suspendu. En cas de question ou réclamation, vous pouvez contacter Vallée Sud – Grand Paris par mail : infodechets@valleesud.fr

DECHETS SAUVAGES : Faisons preuve de civisme ! Il est strictement interdit de déposer des encombrants ou dépôts sauvages.

Commerces

Les commerces d’alimentation, les pharmacies et le marché (mardi, jeudi et samedi) restent ouverts. C’est également le cas d’autres activités commerciales telles que définies par l’arrêté du 15 mars 2020. Consultez la liste des commerces ouverts au 23 mars (pensez à appeler avant de vous déplacer).

=> Le magasin Camara photo, il est bien naturellement fermé,  mais comme indiqué sur sa vitrine, le site national : https://www.camara.net/fontenay-aux-roses

continue son activité et assure la livraison à domicile exceptionnellement sans frais, sans minimum de commande, parmi plus de 12000 articles photo/vidéo.

Camara étant une coopérative (une centaine de magasins), chaque commande est une vente du magasin local et contribue ainsi à faire vivre ce commerce de proximité.

Par ailleurs une permanence téléphonique aux jours et heures d’ouverture habituels, est assurée au n° du magasin : 01.41.87.97.00

Attention : n’oubliez pas votre attestation de déplacement dérogatoire (version accessible aux personnes déficientes visuelles) pour faire vos courses !

La Poste

Le bureau de Poste (rue Boucicaut) et l’agence postale communale sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Pour les opérations bancaires urgentes uniquement, les bureaux de Poste de Sceaux (rue Houdan) et du Plessis-Robinson (8 grande rue) sont ouverts du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h. Aucun retrait de colis ou de recommandé n’est possible.

Les boîtes aux lettres installées sur la ville de Fontenay-aux-Roses sont relevées une fois par jour.

Stationnement

Le stationnement est exceptionnellement libre sur les zones réglementées (zones bleue et verte). Pour autant, il est conseillé aux usagers de respecter le code de la route (places PMR, stationnement gênant…).

Plus d’informations : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

La Ville de Fontenay-aux-Roses continuera à communiquer régulièrement :

- via le site internet de la Ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/

- Facebook : https://www.facebook.com/Fontenay.aux.Roses/

- Twitter : https://twitter.com/fontenay92

Municipales 2020 : lettre ouverte de l’association La Boissière, suite à la réponse de Laurent Vastel aux questions posées par l’association FARàVélo

Nous avons pris connaissance des réponses des candidats aux élections municipales, aux questions posées par l’association FARaVélo et nous sommes très surpris de la réponse de L. Vastel (Liste Fontenay demain) concernant le thème :

« Axe 1 (b) Rendre la rue Boucicaut accessible à vélo »

Extrait du document complet référencé dans les Nouvelles de Fontenay : http://www.nouvellesdefontenay.fr/municipales-2020-quelle-place-pour-le-velo-a-fontenay-aux-roses/

Réponse de la liste Fontenay Demain (Laurent Vastel) :

L’idée du Comité sur la Circulation, le Stationnement et les Transports Actifs (CSTA) d’inverser le sens de la circulation rue Boucicaut ne nous semble pas opportune car cela risque d’entrainer trop de transit notamment avec les nombreux passages automobiles générés par les 6.000 logements construits à Clamart. De plus, le sens descendant est plus dangereux qu’en sens montant.

Il nous semble plus opportun de profiter de la rénovation du mail Boucicaut pour créer une zone piétonne entre la Mairie et la rue Sansoulet, et de dévier le transit motorisé via la place de Gaulle, la Boissière, Sansoulet/Boucicaut ou Georges Bronne. Cela incitera les automobilistes à passer plutôt par la rue des Pierrelais.

Interdire l’accès aux 15 tonnes et plus est d’ailleurs difficile : cela prend du temps car il faut prévoir des solutions de livraisons avec les commerçants.

Pour réduire le volume motorisé, on pourra créer une sortie du parking de Carrefour Market vers la rue Ledru-Rollin.

Les vélos pourront continuer à prendre Boucicaut dans les deux sens.

Cette opération devrait se faire dans les 6 ans du mandat.

Rappelons qu’avant le démarrage des travaux de la place de la Cavée, nous avions écrit à L. Vastel pour lui faire part de notre inquiétude (entre autres préoccupations) au sujet de la remise en circulation de la rue La Boissière et lui avions demandé d’organiser une concertation avec les usagers et les riverains.

Celle-ci ne nous pas été accordée, la seule réponse étant qu’il ne reviendra pas sur cette décision.

Nous avons renouvelé notre demande en lui précisant que l’étroitesse du début de la rue et les portes d’entrée des immeubles à cet endroit ne nous semblent pas compatibles avec une remise en circulation automobile, que ce soit dans un sens ou dans l’autre.

Nous sommes donc très surpris que Laurent Vastel fournisse une réponse précise concernant la circulation automobile dans les rues du quartier du centre ville alors qu’il a refusé de répondre sur ce thème aux questions posées par l’association La Boissière, parmi les questions posées aux candidats par 5 associations regroupées.

Encore une fois, dans ses réponses, nous déplorons le manque de concertation avec les Fontenaisiens, les commerçants et les riverains sur cette évolution de la circulation au centre ville.

Dévier le transit motorisé au travers de la place du Général de Gaulle et par les rues étroites du centre ville :
-        ne favorise pas les circulations douces et non motorisées pourtant promues par le CSTA,
-        ne favorise pas leur aménagement apaisé et agrémenté d’espaces verts arborés,
-        ne favorise pas la sécurité des vélos et des piétons (rues empruntées pas les classes des écoles, les personnes se rendant au marché, …),
-        augmente la pollution en la concentrant.

Tout ça pour ça !  : La proposition de Laurent Vastel précise : « Il nous semble plus opportun de profiter de la rénovation du mail Boucicaut pour créer une zone piétonne entre la Mairie et la rue Sansoulet ».

Pourquoi inciter de cette façon les véhicules de transit à passer par l’axe Pierrelais alors qu’il suffirait de l’imposer?

L’association La Boissière s’opposera vivement à la proposition d’aménagement de Laurent Vastel, si elle venait à voir le jour !!!

Bernard WELTER, Président de l’Association La Boissière

Municipales 2020 : Quelle place pour le vélo à Fontenay-aux-Roses ?

Pour connaître la place du vélo dans le programme des candidats aux élections municipales de 2020 à Fontenay-aux-Roses, FARàVélo a rencontré tous les candidats. Objectif: comprendre leurs programmes, et les comparer dans une seule grille de lecture que FARàVélo vous présente ci-dssous.

Les 6 listes rencontrées :

  • Liste Penser Fontenay (Céline Alvaro)
  • Liste Fontenay en commun (Corine Schäfer Bénétreau)
  • Liste Pour Fontenay (Suzanne Bourdet)
  • Liste Fontenay avec vous (Pascal Buchet)
  • Liste Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy)
  • Liste Fontenay Demain (Laurent Vastel)

Voici un résumé de leurs propositions pour le vélo. Une vue plus complète est consultable ici.

L’ambition des 6 listes pour la ville : le vélo au cœur des mobilités

Penser Fontenay (Céline Alvaro) : Il faut aménager les rues dans une optique de partage entre les différents modes de déplacement, en privilégiant la sécurité pour les vélos. Le vélo est une alternative évidente aux problèmes de circulation et stationnement des voitures.

Fontenay en commun (Corine Schäfer Bénétreau) : Le vélo donne de l’autonomie à chacun pour ses déplacements et améliore la santé en réduisant la sédentarité. Diminuer la place de la voiture permet de créer du lien social.

Pour Fontenay (Suzanne Bourdet) : Le vélo est bon pour la santé et le moyen de déplacement le plus efficace dans un rayon de 10km. Il faut une répartition de la voirie plus équitable entre les différentes mobilités : bus, voiture, piéton, vélo.

Fontenay avec vous (Pascal Buchet) : Une mobilité plus équilibrée dans une ville où chacun peut se déplacer à vélo en sécurité. Le vélo améliore le vivre ensemble et participe à l’aspect village que les Fontenaisiens aiment.

Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : Donner la priorité aux mobilités actives sur la voiture individuelle, tout en développant le transport en commun local. Le vélo est cohérent avec notre vision d’une ville apaisée.

Fontenay Demain (Laurent Vastel) : Dans 6 ans tous les modes de déplacement co-existeront en paix et en sécurité : vélos, piétons, bus, voitures, deux-roues motorisés et engins de déplacements personnels électriques.

Les 6 listes mesurent les progrès à faire pour faire de Fontenay une ville cyclable

Pour 5 listes sur 6, l’obstacle majeur est la voirie non aménagée pour le vélo : manque de cohérence et de continuité (sauf Fontenay Demain (Laurent Vastel)).

L’espace public est trop hostile pour s’y déplacer à vélo, surtout quand on n’est pas à l’aise, Fontenay en commun (Corine Schäfer Bénétreau). Un enfant ne peut pas se déplacer seul à vélo, Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy).

Les enfants ne sont pas assez sensibilisés ni encouragés à se déplacer à vélo : pas de parkings vélo pour chaque école, pas de vélobus, Fontenay en commun (Corine Schäfer Bénétreau) et Penser Fontenay (Céline Alvaro).

Le savoir-faire de la ville en termes d’aménagements cyclables est à faire progresser, Fontenay Demain (Laurent Vastel).

Il faut rattraper les erreurs du passé : pistes trop étroites, sinueuses ou mal entretenues (avenue Foch, avenue Langevin), Fontenay avec vous (Pascal Buchet).

Les 6 listes adopteront-elles un Plan Vélo pour Fontenay-aux-Roses ?

Sur la base de la proposition de FAR@Vélo, chacune des 6 listes propose une approche globale et cohérente en adoptant soit un plan vélo, soit un plan plus large relatif à toutes les mobilités (vélos, piétons, voitures, transports en commun).

Adoption d’un Plan Vélo :
-        avec un budget pour aménager des pistes vélo en site propre, Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy).
-        car cela permet de ne pas se limiter à des actions ponctuelles. Il faudra y associer les habitants, Fontenay avec vous (Pascal Buchet).
-        après être allés à la rencontre des gens pour susciter leur adhésion sur ce projet d’intérêt commun, Fontenay en commun (Corine Schäfer Bénétreau).
-        en prenant le temps de le construire avec les associations, les habitants et les services de la ville. Penser Fontenay (Céline Alvaro).

Adoption d’un Plan de Déplacements Urbains, qui définira les règles générales et le mode opératoire, Fontenay Demain (Laurent Vastel).

Adoption d’un Plan Mobilité Transport Stationnement incluant un Plan Vélo, Pour Fontenay (Suzanne Bourdet).

Plusieurs propositions de FARàVélo retenues par toutes les listes :

Des itinéraires cyclables sécurisés et visibles.

Sécurisation des carrefours : une priorité pour toutes les listes, car ce sont les endroits les plus accidentogènes.

Sécurisation des grands axes pour le vélo, notamment Dolivet : une priorité pour 5 des 6 listes, la liste Fontenay Demain (Laurent Vastel) privilégiant le ré-aménagement de la Coulée Verte.

Apaisement de la rue Boucicaut : toutes les listes sont prêtes à dévier les véhicules motorisés individuels qui ne font que transiter:
-        via la place de Gaulle et la rue Laboissière, Fontenay Demain (Laurent Vastel).
-        ou directement via la rue des Pierrelais (les autres listes)

En haut: carrefour sécurisé à Utrecht (Amsterdamsestraatweg/Marnixlaan).

En bas: carrefour non sécurisé du type « no man’s land » sans piste cyclable et sans îlot de protection à Fontenay-aux-Roses (rue Boucicaut/av. Dolivet).

Stationnement vélo

Toutes les listes :

Prévoient des parkings vélos sécurisés à la gare RER et à la station de Tramway T6, et un déploiement d’arceaux à vélo dans la ville.

Inciteront les bailleurs sociaux à installer des locaux vélos sécurisés.

Modifieront le Plan Local d’Urbanisme (PLU) pour imposer plus de surface de stationnement vélo, accessible et sécurisé, dans les constructions collectives à venir.

Des services autour du vélo

Vélo-école de FARàVélo : toutes les listes pérenniseront le soutien de la mairie. Pour Fontenay en commun (Corine Schäfer Bénétreau), faire valider au préalable la dépense par un comité citoyen.

Point de vente et de réparation de vélo : toutes les listes encourageront activement l’installation d’un magasin de vélos sur Fontenay-aux-Roses.

Faire la promotion du déplacement à vélo

Rémunérer les agents de la ville qui viennent travailler à vélo (forfait mobilité durable) : 5 listes y sont favorables, la liste Penser Fontenay (Céline Alvaro) privilégiant le vélo de fonction.

Permis vélo (programme « Savoir Rouler » obligatoire par la Loi d’Orientation des Mobilités) : toutes les listes sont favorables à sa mise en place dès que possible avant 2022. La liste Pour Fontenay (Suzanne Bourdet) reste prudente, préférant le faire en dehors du temps scolaire et dans la limite des possibilités financières et logistiques.

Un abonnement Vélib’ à tarif réduit pour les jeunes : toutes les listes y sont favorables, à mettre en place avec le Territoire ou la Région.

Un Comité Vélo

Toutes les listes mettront en place un Comité Vélo (ou un équivalent) qui se réunira plusieurs fois par an pour veiller à la mise en œuvre du Plan Vélo (ou son équivalent). Elles auront toutes un-e élu-e qui portera activement le projet vélo.

Sécurité des vélos : rôle de la Police Municipale

3 listes mentionnent explicitement que la police municipale veillera au respect des pistes et bandes cyclables par les automobilistes, en privilégiant une approche pédagogique. Ce sont : Pour Fontenay (Suzanne Bourdet), Fontenay en commun (Corine Schäfer Bénétreau), Fontenay avec vous (Pascal Buchet).

Quelques propositions complémentaires originales

Piste cyclable entre la Coulée Verte et La Cavée via les rues Barthélémy et la Boissière, Fontenay Demain (Laurent Vastel).

Flotte de vélos à assistance électrique mise à la disposition des agents de la ville et, le week-end, aux habitants, Penser Fontenay (Céline Alvaro).

Achat d’un s’coolbus pour que les enfants puissent se transporter eux-mêmes à la piscine, Fontenay Demain (Laurent Vastel).

Vélobus et déplacements parents/enfants à vélo, Fontenay en commun (Corine Schäfer Bénétreau) et Fontenay avec vous (Pascal Buchet).

Equiper les accueils de loisirs de vélos enfants afin d’éduquer les enfants aux mobilités actives dès le plus jeune âge, Penser Fontenay (Céline Alvaro).

Point de réparation de vélos dans un repair café qui sera créé, Pour Fontenay (Suzanne Bourdet).

Expérimenter un taxi-vélo, Penser Fontenay (Céline Alvaro) et Fontenay avec vous (Pascal Buchet).

Grande campagne de marquage anti-vol, Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy).

La ville rejoindra le Club des Villes et des Territoires Cyclables, Fontenay en commun (Corine Schäfer Bénétreau).

Pour les photos des listes rencontrées avec les deux représentants de FARàVélo (Hélène Chabanas-Maguin et Stein van Oosteren), voir l’article : https://www.faravelo.com/actualite/quelle-place-pour-le-velo-dans-les-municipales-2020-fontenay-aux/

FAR@Vélo : https://www.faravelo.com/

Végétaliser la ville, ce n’est pas qu’une histoire d’arbres

La question des arbres est importante mais il est temps de dépasser leur comptage pour s’intéresser, plus largement, au sujet de la nature en ville. Les enjeux sont « techniques » : climatisation, gestion des eaux pluviales, absorption du carbone… mais ils sont aussi culturels, éducatifs, nourriciers… La ville est un écosystème vivant qui détermine nos conditions de vie. Un écosystème qui nécessite toute notre attention, dans toutes ses dimensions.  

En effet, le dérèglement climatique entraine des épisodes de canicule et de forte pluie qui vont être plus fréquents et plus intenses dans les années à venir. Nous devons nous y préparer en modifiant les règles actuellement en vigueur pour construire la ville. Un premier chantier est donc de réduire la température qui est de plusieurs degrés supérieure dans une zone bétonnée comparée à un parc arboré. Pour cela, il convient de planter des arbres mais il est également intéressant de végétaliser les toitures par exemple et de choisir des revêtements de couleur pâle pour les rues.  Un second chantier tout aussi important est de limiter les impacts des épisodes de forte pluie, en désimperméabilisant les sols et en installant des noues ou des jardins de pluie pour permettre à l’eau de s’infiltrer dans le sol et réduire ainsi le ruissellement et l’arrivée massive d’eau de pluie dans les stations de traitement. Un troisième chantier est de permettre à la biodiversité de se redresser, en organisant notamment des trames vertes (espaces végétalisés) et bleues (cours d’eau et zones humides) et noires (sans lumière).

La végétalisation de la ville suppose donc de repenser l’espace public qui a été construit ces dernières années pour les voitures, quasi exclusivement.

La rue en bas de chez moi a été refaite il y a quelques mois. Elle a été parfaitement bétonnée au profit des voitures… alors que, pourtant, peu de voitures passent dans cette rue :
-        Une chaussée bien plane avec des places de stationnement tout du long,
-        De nombreuses sorties de garage qui rendent le trottoir tout à fait inconfortable, tout en creux et bosses,
-        Pas une goutte d’eau ne peut traverser le béton et la pluie est captée dans le même réseau que les eaux usées domestiques, de même que pour l’eau de l’avenue toute proche qui se déverse à gros flux dans cette rue,
-        Pas un brin d’herbe ne peut pousser, pas d’arbre non plus,
-        Un goudron bien noir qui chauffera au soleil du prochain été.

En conséquence, les passants empruntent la chaussée lorsqu’ils parcourent la rue et se garent entre deux voitures stationnées si besoin. Mais la promenade n’est pas agréable et le sera encore moins l’été prochain. Aucun des objectifs évoqués plus haut n’a été pensé pour la « rénovation » de cette rue.

Nous avons besoin de repenser l’espace public, son usage, son organisation pour l’adapter au dérèglement climatique, y rendre possible et agréable la marche et le vélo, mais aussi permettre l’ouverture d’un jardin partagé ou de haies nourricières, d’un espace pour des repas de quartier, d’un sentier piéton, etc. Bref, il nous faut nous réapproprier l’espace public aujourd’hui réservé aux voitures pour préserver et améliorer nos conditions de vie dans la ville.

Lors d’une réunion publique, le maire actuel de Fontenay-Aux-Roses a évoqué sa fierté d’avoir défini un modèle de rue qui s’applique à toute la ville. Pour ma part j’appelle de mes vœux la possibilité d’avoir des rues qui marquent l’identité de chaque quartier et dont la diversité permette d’imaginer et d’expérimenter des usages au plus près des souhaits des habitants. Cela suppose de permettre aux habitants et aux services techniques de travailler ensemble, pour partager nos contraintes et souhaits réciproques, découvrir ensemble ce qui se fait ailleurs et dont on pourra s’inspirer, se saisir des enjeux liés au dérèglement climatique mais aussi de nos envies de faire société différemment… Et sans doute sera-t-on amenés à planter des arbres ! Tellement qu’il ne sera plus nécessaire de les compter.

Dominique Dupuis

Pour répondre ou réagir, je suis joignable sur Facebook ou par mail

Commentaires de l’Association La Boissière aux réponses des candidats sur les thématiques: aménagement et cadre de vie, urbanisme et mobilités

L’Association La Boissière fait un texte-commentaire, en violet pour les questions plutôt que de commenter une à une les réponses des candidats.

Les réponses des candidats ont été publiées dans un article précédent pour les thématiques :  aménagement et cadre de vie, urbanisme et mobilités.

Nous remercions Mme Suzanne Bourdet « Association, Ecologique, Citoyenne pour Fontenay», Mrs Pascal Buchet « Fontenay avec vous » et Gilles Mergy « Un temps d’avance pour Fontenay » d’avoir pris en considération les attentes de nos adhérents et avoir répondu à nos questions.

Nous regrettons que M. Laurent Vastel « Fontenay demain », n’ai pas daigné répondre à ces mêmes questions.

Thématique : Aménagement et cadre de vie 

Question N° 14 : Quelle est votre position sur la pétition lancée par l’Association La Boissière « Ni immeuble, ni parking sur le parvis du château La Boissière » qui a réuni plus de 650 signatures en juillet 2017 ?

Question N° 15 : Comment réagissez-vous au fait qu’elle n’a pas été entendue puisque le permis de construire de ces deux bâtiments a été délivré à la Société Immobilière VINCI, le 25 octobre 2019 ?

Les trois listes sont opposées à la construction d’un immeuble et de la folie, ce qui nous satisfait pleinement et qui va dans le sens de la pétition que nous avons initiée.

Mme Suzanne Bourdet « Association, Ecologique, Citoyenne pour Fontenay» et Mr Pascal Buchet « Fontenay avec vous » proposent d’agir contre le permis qui a été accordé, sachant que malheureusement le recours déposé et signé par plus de 150 fontenaisiens n’a pas de valeur suspensive au démarrage des travaux et Gilles Mergy « Un temps d’avance pour Fontenay » propose une concertation en amont sur tous les chantiers importants.

Nous considérons qu’il y a urgence à arrêter le processus en cours, de façon à ce que le permis de construire délivré soit tout bonnement retiré. Seule, une réelle concertation avec les associations et les fontenaisiens pour définir l’aménagement du fond de place du Général de Gaule  permettra enfin de trouver une solution satisfaisante pour tous.

Question N° 16 : Depuis la mise en application du PLU, les règles définissant les droits à construire ne sont pas suffisamment protectrices dans le centre-ville. Comment comptez-vous protéger notre centre-ville pour stopper la densification et pour préserver les espaces verts, publics et privés, indispensables à la sauvegarde de la biodiversité de la ville ?

Les trois listes s’engagent à réviser le PLU pour préserver les espaces verts et la biodiversité bien qu’un représentant de la liste« Association, Ecologique Citoyenne pour Fontenay» ait contribué activement à mettre en forme le PLU actuel et reconnaît aujourd’hui que c’est un outil de densification très contestable.

Nous apprécions vivement que cet engagement de révision du PLU soit prioritaire pour la liste «Un temps d’avance pour Fontenay ».

Thématique : Urbanisme et mobilités

Question N° 18 : Le tracé de la rue La Boissière a été co-élaboré entre riverains, association La Boissière et la municipalité lors de son réaménagement, dans le but de réduire le trafic automobile et de sécuriser les usagers piétons et cyclistes de cette desserte locale. Dans le cadre du réaménagement de la place de la Cavée, il semble évident, compte tenu de son étroitesse et de sa configuration, que cette desserte doit s’intégrer dans un cheminement vert piéton et vélos, partant du Panorama (tramway) pour rejoindre la Coulée Verte. Quel est votre position sur cet aménagement entre la place de la Cavée et la rue Georges Bronne notamment ?

Nous apprécions également, que les trois listes soient favorables à une circulation apaisée dans la rue La Boissière à priorité piétons et vélos. Néanmoins, nous regrettons qu’aucune liste intègre cette rue dans un cheminement vert piétons partant du Panorama (tramway) pour rejoindre la coulée verte, comme cela avait été défini et acté dans l’élaboration du PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durables) intégré dans le PLU lors des réunions de travail des Fontenaisiens.

PADD- chapitre II p. 14  « Une richesse paysagère constitutive d’une qualité de vie privilégiée » on peut lire : Protéger un cheminement favorable à la biodiversité qui permet  de relier le Panorama à la Coulée verte.

Les 3 candidats proposent aux fontenaisiens une collaboration étroite et active.

Nous serons vigilants et attentifs à ce que ces promesses soient tenues pendant toute leur mandature.

Commentaires de l’Association FARGo aux réponses des candidats sur les thématiques: urbanisme, densification, aménagement, cadre de vie, végétalisation, évolution de la ville à long terme

L’Association FARGo fait un texte-commentaire pour chaque question plutôt que de commenter une à une les réponses des candidats.

Les réponses des candidats ont été publiées dans des articles précédents pour les thématiques : urbanisme, densification, aménagement, cadre de vie, végétalisation, et évolution de la ville à long terme.

Question N°10 : Le Schéma Directeur d’Ile de France (SDRIF) impose à Fontenay-aux-Roses la construction de 1500 nouveaux logements en 15 ans. Quelle est votre position par rapport à ce chiffre ?

Question N°11 : Pensez-vous qu’une densification au-delà de ce chiffre de 1500 logements soit souhaitable pour Fontenay, et pourquoi ?

Il est utile de rappeler qu’il y a déjà 9600 habitants au km² à Fontenay-aux-Roses : ce chiffre nous classe au 43ème rang sur un total de 36000 communes en France. Les communes limitrophes ne sont pas mieux loties : Montrouge est au 5ème rang, Vanves 11ème, Chatillon 25ème. Bagneux 45ème. Ceci entraine la dégradation générale de nos conditions de vie, avec surcharge des transports en commun et saturation des équipements collectifs.

Les Fontenaisiens sont attachés à leur ville pour ce qu’elle est encore relativement aérée et verdoyante. Ils ne veulent à aucun prix la voir transformée en un nouveau Châtillon.

Ils attendent donc de leur municipalité qu’elle résiste clairement à la densification.

Il convient donc de rouvrir le dialogue avec la région pour le faire savoir, et tenter de la réduire.

Quel que soit le résultat de cette renégociation il convient au minimum d’établir un plan de marche de la densification en répartissant les nouveaux logements sur les 15 années. Il ne faut pas accorder chaque année plus de permis de construire que ce à quoi nous sommes tenus.

Le PLU actuel, qui a augmenté les droits de construire dans toutes les zones, ne constitue absolument pas un rempart suffisant et doit être révisé au plus vite.

Question N° 13 : Quels sont, selon vous, les avantages et inconvénients des projets actuels sur la Place du Général de Gaulle : un immeuble en fond de place, un immeuble côté Est sur l’emprise des immeubles Osica, une « Folie » en face du marché, et un immeuble dans la ruelle de la Demi-Lune ?

Tout projet de construction et d’aménagement doit contribuer à dynamiser le cœur de ville, et doit résulter d’une réflexion globale et concertée sur le devenir proche et lointain du périmètre urbain. Les projets actuels autour et sur la seule place du Général de Gaulle n’ont malheureusement pas été imaginés et pensés dans un tel cadre.

Par ailleurs, ils n’ont fait l’objet d’aucune concertation préalable sérieuse avec les Fontenaisiens. Un très grand nombre d’entre eux s’étaient pourtant exprimés pour que cet espace reste libre et redevienne piéton. La pétition titrant « Ni parking, ni immeuble sur l’esplanade du Château Laboissière » déposé en Mairie en septembre 2017 a recueilli plus de 600 signatures.

FARGO voit un grand nombre de défauts aux projets initiés, et autorisés, par l’actuelle municipalité :
-        La construction de 3 immeubles d’habitation sur la Place va entrainer l’arrivée de 200 nouveaux habitants, ce qui signifie un accroissement de la circulation et du stationnement de véhicules dans le centre-ville.
-        Là où il faudrait rendre l’espace aux vélos, aux piétons et aux enfants, on va créer 2 nouvelles entrées de parkings souterrains, l’une en face du marché, l’autre du côté pair de la place, et un axe de circulation dangereux qui coupe la place en 2 parties.
-        Là où il faudrait une redynamisation par des équipements publics ouverts en journée et en soirée, en semaine mais aussi le dimanche, on propose l’installation de 3-4 magasins ouverts seulement jusqu’à 18 ou20 heures et fermés le dimanche).
-        Alors qu’il y a consensus pour lutter contre les ilots de chaleur, on crée une place minérale et on programme la suppression des arbres à hautes tiges sur l’esplanade.
-        Alors qu’il y a consensus pour respecter le patrimoine, on crée des immeubles sur la Place et sur la Ruelle de la Demi-Lune qui vont encercler et enclaver le château.

Ce constat, sur et autour de la place du Général de Gaulle, nous amène à dire haut et fort qu’il est urgent de stopper les permis de construire autorisés, de ne rien précipiter et de réfléchir avec tous les Fontenaisiens à la meilleure façon de traiter et d’aménager ces espaces de notre centre-ville. On rappelle aussi qu’un projet d’espace multiculturel, chiffré et réaliste, avait été présenté aux Fontenaisiens lors de 2 réunions publiques les 18 décembre 2017 et 12 décembre 2018. Il n’a jamais été pris en compte par la municipalité actuelle, par « manque de temps des services techniques ».

Question N° 20 : Fontenay est très carencé en espace verts publics, avec 6 m2 par habitant, la norme étant de 10 m2. Comment pensez-vous corriger cet écart ?

Il y a de multiples façons de végétaliser davantage notre commune et de recréer des espaces de pleine terre pour y planter des arbres

Il faut commencer par cesser les pratiques qui ne vont pas dans le bon sens : 
-        Arracher des arbres en bonne santé pour construire des immeubles
-        Bétonner des espaces publics (devant la mairie, l’Eglise St Pierre St Paul)

On peut au contraire développer les espaces de pleine terre en décidant de :
-        Réviser le PLU afin d’y intégrer des règles contraignantes permettant de favoriser la plantation d’arbres et l’augmentation d’espaces verts publics et privés
-        Transformer des zones inutilement bétonnées sur des ronds-points ou des trottoirs
-        Réarranger des friches existantes
-        Redessiner certains parcours dans les parcs
-        Préempter des terrains non bâtis, ou bâtis de façon incohérente

On peut aussi proposer aux habitants de s’associer aux efforts de la commune :
-        En leur proposant conseils techniques et éventuellement aide financière, pour végétaliser leurs façades, toiture, terrasses, pour choisir les meilleures espèces « UTILES » à planter
-        En associant les habitants du voisinage à chaque opportunité de réaménagement de l’espace public, pour définir les meilleurs lieux de plantation, et tenant compte de la largeur des voies, hauteur des immeubles, exposition et l’impact des zones ombragées, etc.

Question N° 24 : Pouvez-vous définir votre vision de Fontenay-aux-Roses à 15-20 ans ?

Question N° 25 : Que souhaitez-vous pour cette ville en termes de :
- population (nombre, diversité…)
- urbanisme (destination des zones, type d’habitat, densité, espaces verts…)
- mobilité et transports
- accompagnement de la transition écologique
- services à la personne
- offre culturelle

Fontenay ne pourra évoluer de façon harmonieuse que si on réfléchit d’abord à ce qu’on veut faire de notre commune à moyen et long terme, et si on élabore un plan d’ensemble qui concerne aussi bien le centre-ville que les quartiers « périphériques ».

Malheureusement le PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui a remplacé le POS (Plan d’Occupation des Sols) le 15 avril 2017 a surtout défini des droits à construire zone par zone, à l’opposé d’une approche globale. Il a aussi supprimé des barrières protectrices contre l’appétit des promoteurs immobiliers.  Ce n’est pas par hasard si depuis la promulgation du PLU, les propriétaires de pavillons dans les zones ouvertes à la densification sont harcelés par des groupes comme Nexity, Franco-Suisse, Bouygues Immobilier, etc.

Ces projets immobiliers qui arrivent dans le désordre vont accentuer l’incohérence architecturale de la ville déjà maltraitée, et rendre impossible l’évolution souhaitable. On ne détruira pas demain ce qu’on construit aujourd’hui.

Il est donc indispensable de geler les actions en cours et de lancer une étude globale sur l’urbanisme de Fontenay-aux-Roses.  

Nous souhaitons que la nouvelle municipalité lance dès son installation cette étude globale qui devra non seulement s’appuyer sur un ou plusieurs cabinets d’urbanisme, mais aussi associer par tous les moyens possibles les Fontenaisiens et leurs associations.

Parmi les axes de réflexions structurants, on peut d’ores et déjà citer :

  • Est-il souhaitable de densifier en centre-ville ?
  • Que va-t-on faire de la rue Boucicaut, de la place du Général de Gaulle et du mail Boucicaut ?
  • Où doit-on construire de nouvelles habitations et de quels types ?
  • Comment réorganiser les flux de circulation et le stationnement dans ce contexte ?
  • Comment favoriser le développement végétal de la ville et préserver l’existant ?
  • Comment rééquilibrer l’offre commerciale, les équipements de service public, l’offre culturelle, etc. entre les différents quartiers ?
Pour réagir à cet article vous pouvez envoyer des commentaires en mentionnant la thématique et le N° de question  sur la page Facebookhttps://www.facebook.com/civifar/?fref=nf

Actualités de FAR@Vélo

La vélo-école de FARàVélo

Une vélo-école, c’est comme une auto-école: une vélo-école est un lieu d’apprentissage pour adultes, mais pour apprendre à faire du vélo.

L’association FARàVélo a voulu proposer une solution à ces adultes qui veulent apprendre à se déplacer à vélo. A 25 ans ou à 70 ans, il n’est jamais trop tard !

La vélo-école, comment ça marche?

La formation coûte 35€ en incluant l’adhésion à l’association. Les cours durent 2 heures le dimanche matin, sur la place du Général de Gaulle à Fontenay-aux-Roses. Les élèves s’inscrivent pour 6 cours consécutifs, le minimum nécessaire pour être autonome à vélo.

Pour les vélos, ils peuvent être prêtés par l’association. Les élèves peuvent aussi venir avec leurs vélos s’ils se sont déjà équipés.

Il est encore possible de s’inscrire jusqu’au 1er Mars : https://www.faravelo.com/actions/velo-ecole/

Formation Veligo

FARàVélo vous accompagne dans la prise en main de votre nouveau vélo à assistance électrique (VAE) appelé « Veligo ».

Lors d’une formation de 2 heures, prodiguée par un(e) de nos membres agréé(e)s, vous apprendrez les informations techniques nécessaires à la maitrise de votre VAE et à vous intégrer en securité dans la circulation.

Pour vous inscrire, allez sur le site de Véligo ici et cliquez sur « Je m’inscris ».

Programme « savoir rouler » pour les élèves des écoles

Nous continuons à être sollicités par des écoles pour apprendre aux élèves de se déplacer à vélo, dans le cadre du programme « savoir rouler » créé par la Loi d’Orientation des Mobilités. Au vu de ce succès et du nouveau marché que cette demande ouvre, nous cherchons des personnes souhaitant participer à se projet contre une rémunération. Contact: faravelo@outlook.fr

Notre proposition de Plan Vélo pour Fontenay-aux-Roses

FARàVélo propose de donner aux Fontenaisien(ne)s le choix de se déplacer à vélo en sécurité en proposant un Plan Vélo.

Pour nous soutenir, c’est toujours ici: https://www.faravelo.com/adherer-a-faravelo/.