Participez à l’observatoire sur les perruches, espèce d’oiseau exotique envahissante

L’introduction de la perruche à collier s’est produite de manière accidentelle en Ile de France, à la suite de l’ouverture d’un container rempli de cet oiseau, vendu comme oiseau de cage. Apparemment, ces perruches se sont bien acclimatées en Ile de France.

Depuis les premières observations de perruches à collier en 1974, en Ile de France, les données concernant cet oiseau dans la région (observation, site de reproduction et dortoir) se sont multipliées. Les premières reproductions sont observées en 1990.
L’aire prospectée par les perruches atteint environ 2000 km² en juin 2014 ; il n’y a pas eu déplacement des oiseaux mais augmentation de la zone définie en 2009.
Les concentrations des observations correspondent bien aux concentrations en densité de perruche : sud 92 et nord 93.

Nous avions déjà relaté le fait que la perruche a été déjà observée à Fontenay, dans un article précédent.

L’estimation des effectifs de perruche à collier en Île-de-France était de 1050 perruches en 2008 et 2700 perruches en 2012. Le comptage de l’hiver 2014-2015 donne pour le seul dortoir de Massy (91) plus de 3500 perruches et l’estimation pour l’hiver 2013-14 est supérieure à 5000 individus pour l’Île-de-France.

Les reproductions sont observées sur une surface d’environ 800 Km² jusqu’en 2009 et sur environ 1900 km² actuellement, soit largement plus du double de surface occupée par des oiseaux installés. Les perruches ne se reproduisent que depuis quelques années dans les Yvelines et la Seine-et-Marne. On note qu’à chaque période, des oiseaux sont vus ponctuellement assez loin de cette aire de reproduction.

Nuisances générées par les perruches

  • La première nuisance rapportée est le bruit généré par les cris des perruches. Pour écouter ce cri, cliquez sur le lien suivant :

XC143088 – Perruche à collier – Psittacula krameri

  • La seconde nuisance est liée aux fientes des oiseaux au moment de leur regroupement vespéraux puis nocturnes.
  • Impact sur l’accès aux cavités (nidification) : La perruche à collier est un oiseau cavernicole, qui recherche des cavités pour y nicher et se reproduire. Le plus souvent elles trouvent ces cavités dans les grands arbres des parcs, avec une préférence marquée pour les hauts platanes. C’est une espèce qui s’installe précocement (dès fin janvier) dans les cavités, avant de nombreuses autres espèces ; elle est même capable d’expulser les premiers « propriétaires » (pics). les perruches à collier ont un impact évident sur les disponibilités en cavité et donc sur les reproductions d’autres espèces cavernicoles.
  • Agressivité sur certaines espèces : Sur ses sites de nidification, les perruches sont peu tolérantes envers certaines espèces, capables de prédation sur les jeunes ou les œufs, ou simplement concurrentes pour les cavités. L’écureuil roux en particulier est chassé et quelques exemples de poursuites et mises à mort ont été notées.
  • Impact sur l’accès à la nourriture : rapporté à leur présence beaucoup plus importante que les autres grosses espèces dans tous les jardins, les perruches apparaissent comme l’espèce la plus gênante quant à l’accès à la mangeoire pour les petits oiseaux.
  • Impacts sur les productions agricoles et horticoles : En Ile-de-France, des dégâts sont surtout notables sur les fruitiers des jardins privés (cerisiers, pruniers, pommiers…). Pour l’instant il n’y a pas de plainte de la part de producteurs de fruits. L’autre impact plus visible est l’ébourgeonnage des arbres (marronniers, cèdres, ifs notamment),
  • Impacts sur le bâti et les infrastructures : certains dommages ont été observés sur l’isolation extérieure de bâtiments. Les perruches creusent des ouvertures dans la première couche (enduit gratté ou bois) et s’installent dans l’isolation en laine de roche ou polystyrène.

La mise en place d’un observatoire des perruches en Ile de France

A l’initiative du Département des Hauts de Seine, et de la participation de 7 autres administrations (  Muséum national d’histoire naturelle, FREDON – fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles, Office nationale de la Chasse et de la faune sauvage, Ville de Châtenay-Malabry, Ville d’Antony, Ville de Sceaux,  LPO- ligue de protection des oiseaux) , un site internet d’information et de participation a été mis en place : http://perruche-a-collier.fr/

En plus d’informations et de documents, un observatoire a été mis en place.

Vous pouvez participer par l’intermédiaire d’un formulaire, pour signaler la présence de perruches, de nids, de dortoirs, de dégats : http://perruche-a-collier.fr/participez/formulaire

Vos observations seront ainsi reportées sur une carte interactive, mise à jour toutes les semaines.

Atelier participatif le dimanche 28 Janvier au Parc de Sceaux à 15 Heures

Rendez-vous à la grille d’honneur, gratuit sans inscription, à 15 Heures.

Les participants qui visiteront le Parc pourront alimenter la site d’observation.

 Pour plus d’informations : http://perruche-a-collier.fr/

 https://ile-de-france.lpo.fr/

Compte-rendu de la réunion publique du quartier Ormeaux-Renards du 6/12/17.

Sur la tribune : Le Maire, Laurent Vastel, Mr Bigret, 1 er adjoint, Mme Poddevin, directrice du cabinet, Mr Chambon, élu responsable de la voirie,  Mr Duez, directeur des Services Techniques, Mme Mercadier, élu référente du quartier, Mme Faye, maire adjointe aux écoles, 2 représentants du Département pour les travaux de l’avenue Jean Moulin, Mr Migeot de Baran, Mr Frankel

Dans la salle : des élus, Mme Gagnard, elu chargé de la démocratie et des associations, Mme Guilleminot et Mr Faye, élus référents et environ 50 habitants dont environ 10 membres du Comités des Habitants du quartier (CDH)

Différents sujets ont été abordés : le Comité d’Habitants, Le Numéro Vert, la Gestion Urbaine de Proximité; les diagnostics en marchant des années précédentes, les réalisations dans le quartier, Le Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI), l’aménagement de la rue de l’Abbé Granjean, les travaux de l’avenue Jean Moulin, le Parc Boris Vildé, le cout de l’élagage, le stationnement et la circulation sur la ville, la sécurité, les écoles, le batiment de l’ancien Conservatoire, le projet immobilier des Mouilleboeufs.

=> Il a été demandé que  la présentation qui a été faite soit mise sur le site de la ville, à la rubrique « Quartier » puis Ormeaux-Renards »

=> Le Comité d’Habitant avait demandé à faire une présentation pendant la réunion, ceci  a été refusé, sans explications et c’est Mme Mercadier qui a fait la présentation. Le CDH a 21 membres et 4 élus référents. Son rôle, est de servir d’intermédiaire entre les habitants et la Mairie. Les membres sont très motivés et ont fait déjà plusieurs diagnostics en marchant dans le quartier, pour repérer les endroits où il y a des problèmes de stationnement et de circulation. Il a œuvré pour que l’accès aux habitants sur le site de la ville soit plus accessible. Cela reste pourtant très confidentiel, car il faut aller dans « Ville Active » puis « Votre quartier » au lieu d’avoir un accès direct « En un clic », comme « Nouveau Fontenaisien » ou « Petites Annonces ».

Depuis que le site a été refait (5 Mars 2017) il y a eu cependant 272 visites sur le quartier, et il y a eu 8 demandes d’habitants qui font partie des actions en cours du CDH, en plus de celle qui ont déjà été repérées lors des diagnostics en marchant.

Travaux de l’Avenue Jean Moulin

Ils ont commencé en Juillet 2017 et dureront jusqu’à fin Juin 2018.

Il y aura que 2 voies de circulation, moins larges, pour réduire la vitesse, des espaces piétons plus larges, Il y aura dans le sens venant de Robinson jusqu’à Fontenay, une piste cyclable, matérialisée, et pas dans l’autre sens, où les cyclistes seront obligés d’emprunter la voie des voitures. Il y aura 26 places de stationnement au lieu de 32. Actuellement, 17 places sont occupées en journée et 21 en soirée.

Tous les arbres ont été abattus. Il y aura 57 arbres d’alignement, soit environ 30 % de moins. Il y aura une mise en place de pied d’arbres végétalisés et de massifs arbustifs au niveau des carrefours.

Nuisances pendant les travaux

Le CDH a été contacté par des riverains qui vont subir des nuisances pendant 10 mois. Ceux-ci ne peuvent plus accéder à leur garage, il y a des problèmes de vibration. Mais, surtout, les habitants d’un pavillon situé au croisement entre l’avenue et la rue François Joseph Bouille se sont vus, sans être prévenu, ni même contacté par le Département, installé devant chez eux la base de vie du chantier, constituée de 2 étages d’Algeco, sur 3 longueurs dont un sanitaire, tout cela ne laissant qui passage réduit sur le trottoir à 70 cm, alors que la norme est de 90 cm minimum. L’habitante ne demandait que le déplacement du module Algeco, qui sert de sanitaire. Tout cela n’a pas été pris en compte au début du chantier, alors qu’il y avait un autre espace disponible  sur le coté gauche. Le Maire ne s’est pas engagé à financer le déménagement de ce module, arguant du fait que cela coûterait trop cher à la ville et sa seule réponse a été de dire : Espérons que les travaux se terminent plus vite que prévu.

Numéro Vert 

Un numéro vert gratuit (0801 80 00 92) a été mis en place pour une intervention rapide et efficace sur le terrain pour tous les problèmes de voirie, travaux, stationnement, éclairage public, déchets ou espaces verts.

Un formulaire est également en ligne pour faire sa demande :
https://www.fontenay-aux-roses.fr/1196/numero-vert.htm

Les demandes sur le quartier concernent pour l’essentiel la propreté, la sécurité, les espaces verts, le revêtement, le stationnement, l’éclairage public.

Gestion urbaine de proximité (GUP)

Elle intervient pour des demandes plus importante, en particulier à la suite des diagnostics en marchant et aussi pour  de la médiation pour des conflits de voisinage, des questions de collecte.

68 demandes ont été traitées en 2017, dont 23 sur la voirie.

Un des problèmes traité, suite à une demande d’un habitant, suivi par le Comité d’Habitant : la vitesse excessive dans la rue Antoine Petit

Pour cela, un radar pédagogique a été mis en place.

On voit que seulement 21 % des véhicules respectent les 30 km/h en descendant avec une vitesse max observée de 82 km/h.

Plan Pluri Annuel d’Investissement (PPI) pour le quartier, ce qui est prévu.

La sécurité sur le quartier

  • Cambriolages : légère augmentation : 17 au lieu de 13
  • Chahut des collégiens aux sorties : nouveau principal du collège saisie.
Les écoles 
  • Ecole des Renards : gros travaux concernant le chauffage
  • Ecole des Ormeaux : aménagement des sanitaires
  • Semaine du gout : sur le thème d’Archimboldo
  • Atelier jardins, Science au jardin, Lire au jardin avec les jardiniers de la ville
  • Chorale 80 enfants de l’école des Renards pour le 11 Novembre
L’ancien bâtiment du Conservatoire 
Au Conseil Municipal du 20 décembre :
- Cession d’une partie du bâtiment à une entreprise d’informatique privée.
Pour la ville :
- Aménagement de la cour coté avenue Moulin
- réfection totale de la toiture
- aménagement d’une salle polyvalent de 167 m2 (ex salle de danse)
- aménagement du demi-niveau : cuisine 15 m2 + salle réunion 26 m2 + santaires, couloir de dégagement pour l’évacuation coté rue Docteur Soubise
La partie vendue représente 66 % de la surface totale, soit environ 1000 m2. L’estimation des domaines était de 980 000 €. Le prix de vente est fixé à 1 054 000 €, soit 1054 € /m2. Cette partie comprend aussi le pavillon séparé du gardien. Celui-ci pourra être vendue pour environ 500 000 € par les acheteurs.
Stationnement et Circulation
La Mairie a fait réaliser par la société ITER, coopérative de conseil en mobilité, un diagnostic sur le plan de circulation et de stationnement de Fontenay aux Roses
La présentation est disponible sur le site internet de la ville : http://fr.calameo.com/read/0026732074232d1d7dda1
Un groupe de travail comprenant des habitants de chaque quartier de la ville s’est réuni plusieurs fois pour faire des propositions qui est maintenant disponible :
Ci-joint le lien pour le télécharger : Bilan travaux Comité thématique circulation stationnement VF
Pour Le Maire  :
- pas de stationnement payant pour les petites durées
- marquage des places dans toute la ville
- homogénéisation de la réglementation de courte durée
- suppression de la zone verte
- Pour définir les places de stationnement il sera fait appel aux riverains et aux Comités d’Habitants
=> Réunion publique pour le Plan de stationnement : 1 er Trimestre 2018

Elections législatives : Quels sont les candidats ?

  • Jean-Marc Germain, député sortant  (Parti Socialiste)
  • Philippe Pemezec (Les Républicains)
  • Madeleine Bahloul (La France insoumise),
  • Jean-Louis Bourlanges (En Marche !)
  • Emmanuelle Séjourné (Debout La France)
  • Christophe Leroy (PCF-Front de Gauche)
  • Yann Bernard (Lutte Ouvrière),
  • Théo Garcia-Badin (Europe Ecologie Les Verts)
  • Damien Yvenat (Front National)
  • Makhtar Camara (La France qui ose),
  • Florence Ascouet (Union populaire républicaine)
  • Guillaume Prevel (Panimaliste)
  • Julien Cantat (Parti du vote blanc)
  • Clarisse Buchot (Allons Enfants)
  • Alexandre Reja-Bret (Sans Etiquette)
  • Mathieu Perdriault (Non Parvenu)
  • Damien Texier (Non Parvenu).

Erratum du MODEM concernant la rémunération du Maire de Fontenay

Un lecteur attentif du site du Modem de Fontenay aux Roses (www.modem-fontenay-92.fr) nous a fait part d’une erreur figurant dans l’article mis sur notre site le 17 Mars 2017 et publié aussi sur Les Nouvelles de Fontenay. Nous le remercions de sa vigilance, et bien que cette ’erreur soit modeste modeste, nous mettons un point d’honneur à la rectifier. Nous pensons en effet que la transparence est le premier élément de la démocratie, et qu’ il est fondamental que les données fournies dans un argumentaire soient irréprochables.

En effet, jusqu’au 1er février 2017, l’indemnité mensuelle du Maire de Fontenay-aux-Roses, n’est pas égale à 90 % de l’indice 1015 de la fonction publique (soit 3 421 Euros), comme cela est défini dans la grille officielle(1) ; Mais cette indemnité s’élève à 65 % de ce même indice majorée de 15 %, comme délibéré au Conseil Municipal du 22 avril 2014(2), soit 2 841 Euros.

Pour ce qui est des autres mandats, les indemnités délibérées par les instances sont conformes aux grilles. Ainsi, par délibération du Conseil du Territoire du 18 janvier 2016(3), l’indemnité des Vices Présidents s’élève à  44 % de l’indice 1015, soit 1672 Euros. Et, par délibération du Conseil Départemental du 17 avril 2015(4), l’indemnité d’un Conseiller Départemental est de 70 % de l’indice 1015, soit 2 661 Euros.

Le total des indemnités mensuelles s’élève donc à 7 174 Euros (au lieu de 7 784 Euros, comme indiqué dans l’article antérieur).

En application du décret n°2017-85 du 26 janvier 2017, le calcul des indemnités prend, à présent en compte, l’indice 1020. Le Conseil  municipal du 13 mars 2017  a validé cette revalorisation. Le calcul ci-dessus n’intègre pas cette revalorisation.

La vitesse maximale sur le radar de l’avenue Jean Moulin a été mise à 30 km/h

A la suite de notre article précédent  et des demandes répétées à la Mairie, nous avons reçu le commentaire suivant de Mr Philippe Fourcade.

« J’ai écrit plusieurs fois à la Mairie pour signaler que le radar pédagogique indiquait une vitesse autorisée de 50 Km/h.

Je me suis fait flashé le 3 février à 40km/H.

J’ai eu le temps comme vous l avez fait de prendre quelques photos car je trouve cela scandaleux.

J’envisageais même de porter plainte.

Mais à ma grande surprise le radar pédagogique a été changé hier 9 février.

Personne ne respecte cette vitesse, d’autant que dans les municipalités traversées par cet axe (sceaux, châtillon) la vitesse est de 50Km/h

Quelle est la vitesse autorisée sur l’avenue Jean Moulin (30 ou 50 km/h) ?

Voilà ce que l’on peut observer sur l’avenue Jean Moulin au croisement de la rue Bouille.

Il y a un radar pédagogique posé par le Département des Hauts de Seine qui est réglé sur une vitesse maximale de 50 km/h. Or, depuis 2005, la ville de Fontenay aux Roses a décidé de limiter la vitesse de circulation sur toutes les rues de la ville à 30 km/h. La vitesse de 30 km/h est affichée dès la porte d’entrée de la ville, par des panneaux.

De plus le radar est situé juste avant le croisement avec la rue Bouille qui a normalement la priorité à droite sur l’avenue.

Question posée aux élus à la réunion publique et au Comité d’habitants Ormeaux-Renards : Quelle est la vitesse autorisée sur l’avenue Jean Moulin (30 ou 50 km/h) ?

Réponse des élus : La vitesse est limitée à 30 km/h sur toutes les voies communales de Fontenay. Pour les artères départementales, la vitesse est habituellement limitée à 50 km/h en ville, elle peut être réduite sur demande de la ville.

De plus, pourquoi ce radar est-il situé juste avant un carrefour avec la rue Bouille qui a la priorité à droite ? N’est-ce pas déroutant de féliciter les automobilistes qui abordent une priorité à droite à 50 km/h ? 

Ne faudrait-il pas que la rue Bouille soit mise avec un Stop ?

Question posée aux élus à la réunion publique et au Comité d’habitants Ormeaux-Renards : Les vitesses sont-elles enregistrées ? 

Réponse des élus : la plupart des radars possèdent cette fonction, mais encore faut-il qu’elle soit activée. Cela fait 2 mois que la question que la question a été posée à la réunion publique, en la présence du Conseiller municipal responsable de la voirie. Il n’y a toujours pas de changement. 

Pourquoi, n’y a-t-il pas cohérence entre la politique du Département et celle de la ville ?

Il faut dire que mettre une limitation de vitesse à 30 km/h sur une voie qui sert de transit pose quand même problème et de nombreux Fontenaisiens se sont fait prendre par un radar mobile (voir article précédent)

Retour sur la réunion publique sur le PLU du Mardi 6 Décembre

Cette réunion est à l’initiative du Commissaire-Enquêteur, Mr Lafitte, Il s’est aperçu que dans les requêtes faites par les habitants, il y avait beaucoup de demandes concernant les « Emplacements Réservés », en particulier ceux concernant la rue d’Estienne d’Orves. C’est pour cela qu’il a organisé cette réunion publique d’abord d’information, puis de débat avec les habitants concernés. Les autres sujets abordés pendant la réunion étaient ce qui concerne la propriété privée, pour les espaces verts, les arbres et  maisons classées. D’ autres sujets qui concernent le PLU, comme la densification, le non-respect du PADD (Projet d’Aménagement et de Développement Durable), les zones de transition, les CINASPIC n’ont pas été abordés, malgré le fait qu’il n’y ait eu aucune réunion d’information sur le règlement du PLU qui a été voté au territoire le 12 Juillet 2016.

A cette réunion étaient présents le Maire, M.Faye, maire adjoint à l’urbanisme, Mr Nury-Torras,  Mme Meunier, du service de l’urbanisme, et Mr Duez, directeur des services Techniques. Le Territoire n’était pas représenté.

Environ 250 personnes (200 assis, 50 debout) ont assisté à cette réunion. Parmi eux beaucoup des habitants de la rue d’Estienne d’Orves. Ils sont maintenant regroupés en une association, » Ormeaux Plus ». de plus de 60 adhérents, de 65 propriétaires. Ils arboraient tous un badge avec un slogan : « Non à l’élargissement de la rue d’Estienne d’Orves à 16 m ». Ils ont fait circuler une pétition qui a recueilli 200 signatures. 

 Le problème de la rue d’Estienne d’Orves

Les  emplacements réservés correspondent à des réserves foncières, inscrites sur le PLU de façon à pouvoir à l’avenir élargir la rue d’Estienne d’Orves à 16 m, alors qu’actuellement, elle ne dépasse pas 8 m à certains endroits. Ces emplacements réservés sont maintenant essentiellement situés sur le coté des N° pairs de la rue depuis la place Carnot, puis sur les 2 cotés après la rue Guérard et sur les N° impairs après. Une quinzaine de maisons seraient impactées par cet élargissement.

Depuis longtemps, cette voie qui était Départementale jusqu’en 2009, puis devenue Communale était frappée d’alignement pour en faire une voie de transit.

M.Faye, maire adjoint à l’urbanisme explique que sur cette voie circulent des bus (N° 194) dans les 2 sens avec 3 arrêts dans cette rue. Il faut au minimum 6 m pour les 2 voies de circulation. Dans cette rue, il y a des endroits où les trottoirs ne sont pas assez larges, réduit à 70 cm. Les bus doivent normalement passer à 1 m des piétons et par endroits, ils passent à 30 cm. d’où la nécessité des barrières.  De plus dans cette rue, il y a la sortie piétonne du Collège des Ormeaux. Pour les trottoirs, la norme minimale est de 1.40 m de large. Pour la circulation des PMR , des poussettes, il est nécessaire d’avoir des trottoirs de 2 m de large, de même pour les collégiens qui les prennent avec une classe entière. Avec cela, il suffirait de 10 m de large pour la rue. Il n’y a que 2 endroits où l’on atteint pas les 10 m de large. Aucune maison serait alors impactée. Par contre, si on prévoit un coté de stationnement, il faudra aller jusqu’à 12 m de large. En basculant l’alignement au début de la rue sur le coté des N° impairs, seul les N° 3-5 seraient impactés.

Mr Nury-Torras explique que la largeur de 16 m a été prévue pour mettre 8 m pour les voies de circulation, 4 m pour les trottoirs, 4 m pour les stationnements sur les 2 cotés ou le stationnement sur un coté et des bandes cyclables dans les 2 sens.

Il explique aussi que à la différence des alignements qui existaient avant, le PLU doit définir des emplacements réservés qui sont des servitudes avec un droit de délaissement : il n’y a pas d’expropriation, mais lors d’une vente, si le propriétaire est d’accord, la ville peut acheter, s’il n’est pas d’accord, il peut vendre son bien, mais la réserve reste inscrite, sauf si le nouveau propriétaire fait construire un nouveau pavillon.

Dans tous, les cas, expliquent les habitants la valeur du bien sera impactée.

Après tous ces échanges avec les habitants, qui ont duré près de 2 heures, le Maire s’est engagé à faire des réunions avec les habitants, pour trouver une solution, après le dépôt du rapport de l’enquête publique, c’est dire vers la mi-Janvier 2017.

Les Espaces Boisés Classés (EBC), les corridors écologique (pas japonais), les arbres remarquables, les alignements d’arbres

Le classement en Espaces Boisés Classés (EBC) interdit les changements d’affectation ou les modes d’occupation du sol de nature à compromettre la conservation, la protection ou la création des boisements. Cela empêche la construction en dur.

Dans le PLU, il y a maintenant des EBC sur des terrains privés de façon à faciliter les couloirs écologiques. Au total, il y a une augmentation de 7 % des EBC  dans le PLU par rapport au POS.

L’abattage des arbres ne peut pas se faire sans autorisation de la ville qui les acceptera que si les arbres sont malades et qu’ils soient remplacés par des nouveaux.

Il y a aussi des arbres remarquables dans des propriétés privées : il y en avait 11 dans le POS, il y en a maintenant 130 au PLU. De la même façon, les arbres remarquables ne peuvent pas être abattus sans l’accord de la Mairie.

Certaines rues ou Boulevard ont des alignements d’arbres qui ont été répertoriés.

Il existe une carte des EBC publics et privés. Normalement tous les habitants qui possèdent un EBC privé ou un arbre remarquable ont été prévenus.

Bâtiments remarquables

3 niveaux de protection :

- Rang 1 : ils correspondent à des bâtiments historiques : ne peuvent pas être détruits
- Rang 2 : on peut faire une démolition partielle, mais pas une extension qui dénature
- Rang 3 : ils correspondent à une ambiance urbaine, comme le cas de la rue Guérard

Il existe dans le règlement une carte de ces bâtiments avec les différents classements, mais pas de liste exhaustive, comme pour les arbres.

Qu’est-ce qui prime : cohérence, jurisprudence, loi ?

Le Commissaire dit que toutes les règles doivent être respectées.

Intervention des habitants de la rue d’Estienne d’Orves

Dans ce cas, la rue d’Estienne d’Orves cumule différentes obligations : maison remarquable, celle de Pierre Bonnard, un corridor écologique : entre le val de Bièvres et le Panorama.

Fin de l’enquête publique et suite des événements

Le commissaire enquêteur a refusé une réunion d’information d’ici la fin de l’enquête (13 Décembre) sur les points qui n’ont pas été évoqués pendant dette réunion, comme cela a été demandé par de nombreux habitants et associations.

Le  commissaire enquêteur a 1 mois pour répondre à toutes les requêtes qui ont été faites et pour rédiger son rapport. Dans son rapport, il peut donner un avis favorable/ défavorable avec 2 sortes de commentaires : des réserves qui doivent être prises en compte par la commune, sous peine d’annulation, des recommandations, pas forcément prises en compte par la commune. 

Le Maire s’est engagé à étudier toutes les demandes, à faire une réunion publique de restitution des décisions prises par la commune. Le Conseil Municipal du 27 Février 2017 donnera un avis sans vote. Puis il y aura un vote au niveau du Territoire. Ensuite, le préfet aura 1 mois pour valider le projet de PLU qui sera normalement effectif à partir de la fin Mars 2017.

Comment décrypter vos feuilles d’impôt locaux (Habitation et Foncier) de 2016 ?

TAXE D’HABITATION

En 2016

En 2015

On voit déjà qu’une colonne n’est plus remplie, il s’agit de la colonne sur l’Intercommunalité Sud de Seine. En effet, celle-ci n’existe plus en tant que tel puisque maintenant Sud de Seine a été inclue dans le Territoire Vallée Sud-Grand Paris.

Par contre, l’impôt qui était prélevé pour l’agglo Sud de Seine et qui va aller au Territoire est collecté par la commune. Il correspond à l’ancienne taxe d’habitation du Département des Hauts de Seine qui avait un taux de 6.74 % en 2015. Ce taux n’a pas changé en 2016, il reste de 6.74 % en 2016, mais il est collecté en 2016 par la commune de Fontenay aux Roses.

Pour comparer des chiffres de la colonne de la Commune, il faut rajouter le taux de la Commune avec celui du Département. En 2015, ceux-ci étaient de 13.08 % pour la commune et de 6.74 % pour le Département, soit 19.82 %. En 2016, le taux de la commune est de 14.56 % et de 6.74 % pour le Département, soit 21.3 %, soit une augmentation de 7.47 % du taux global de la Commune.

Nous avons vu dans un article précédent que non seulement, ce taux de la commune a été augmenté, mais, ce qui est plus sournois et injuste, l’abattement général à la base a été réduit de 15 %  en 2015 à 7 % en 2016. En effet, cet abattement général à la base s’applique sur la valeur Locative moyenne, soit 5993 € pour Fontenay. Chaque contribuable devra donc payer en plus de ce fait là 101 € en plus.

Pour comparer ce qui est comparable, il faut ajouter la part de la commune et celle de l’agglo Sud de Seine, soit dans notre cas, en 2015 : 1769+911 = 2680 € et en 2016 : 3012 €, soit une augmentation réelle de  12.4 %, et non 70.27 % comme cela est affichée. Par contre cela fait bien une augmentation de 332 € et correspond bien à ce qui était prévu dans notre article précédent, et non ce qui était annoncé par M. le Maire dans une lettre (voir autre article) Lire la suite

Réunion publique sur la rénovation des Blagis, Samedi 15 octobre 2016 de 11h à 12h30 à la Maison de quartier des Paradis

Il s’agit d’une réunion de restitution ouverte à tous les Fontenaisiens, suite à la demi-journée de travail participatif sur ce projet qui a eu lieu le Samedi 8 octobre 2016 de 14h à 18h qui était ouverte à tous les habitants du quartier des Blagis.

Cette réunion était organisée par la ville de Fontenay, le bailleur social Hauts de Seine Habitat. Un cabinet de communication, Etat d’Esprit Stratis avait organisé la concertation.

Le but de la réunion de travail du samedi 8 Octobre était de définir le Livret de l’Habitant qui servira aux cabinets d’Urbanisme qui feront des propositions pour le projet final.

60 habitants avaient répondu à cette atelier de travail, y compris des familles. Les habitants du quartier étaient très variés depuis des anciens habitants, des nouveaux, des jeunes couples, des retraités, des gens impliqués dans la vie de la cité, comme des représentants de l’amicale des locataires.

Il y avait 3 cabinets d’urbanisme, qui seront susceptibles de s’occuper de la restructuration du quartier et qui étaient présents, mais uniquement à l’écoute.

Il y a eu d’abord plusieurs présentations faites par le service Urbanisme de la ville de Fontenay (Mr Nury-Torras), Hauts de Seine Habitat (Mme Charra).

Les objectifs de cette restructuration sont (engagements de la ville) :

  • de faire un quartier qui soit plus ouvert qu’actuellement où des grands immeubles font des murs d’enceinte et ne facilitent pas l’ouverture du quartier.
  • d’encourager la mixité sociale : le quartier qui comporte 833 logements sociaux sera complété par 600 logements privés
  • améliorer l’habitat
  • garantir à l’ensemble des habitants un maintien dans son logement ou un relogement dans le quartier aux mêmes conditions financières
  • améliorer les conditions de stationnement
  • maintenir l’ensemble des équipements sportifs et des lieux de culte
Les engagements de Hauts de Seine Habitat HDSH (Mme Charra).
  • Le nombre de logements détruits ou entièrement restructurés seront définis au printemps 2017
  • loyer actuel + charges – APL (Allocation Personnel pour le Logement) = loyer futur + Charges – APL : le loyer futur sera peut-être plus élevé, mais les charges seront moins élevées du fait des isolations qui réduisent les frais de chauffage.
  • Tous les déménagements payés par HDH
  • Un document : « Renouvellement Urbain et relogement » sera fourni en fin de réunion: il répond à un certain nombre de questions
Débat suite aux présentations
  • Quand est-ce que ce fera le recensement et l’enquête sociale des locataires :
    => Au fur et à mesure des déménagements
  • est-ce qu’il y aura obligation de retour pour ceux qui seront relogés ailleurs : non
    => C’est ce qui s’est passé pour d’autre opération du même type. Le temps de retour peut prendre 5 ans.
  • Quels sont les risques actuels ?
    => l’amiante est présent sur les sols. Il n’y a pas de risques tant que l’on ne perce pas. ce n’est pas la même chose que pour le cas de flocage dans des tours à armature métallique, comme l’université Jussieu ou la Tour Montparnasse
  • Quel sera le coût des parking souterrains qui de plus ne seront pas obligatoires ?
    => Actuellement, les parkings extérieurs sont gratuits. Mais compte-tenu des nouveaux logements, il n’y en aura plus, en dehors de parking visiteurs.
  • Est-ce que les immeubles seront de hauteur et taille différentes qu’actuellement ?
    => Oui, il pourra y avoir des immeubles de 8/9 étages, mais il n’y aura plus de grandes barres, type mus d’enceinte comme actuellement
  • Est-ce que le quartier sera-t-il moins enclavé ?
    => Oui, avec la suppression des barres, des porches d’entrée
  • Est-ce qu’il y aura un accès plus facile au Centre Commercial des Blagis, pas facilement accessible car il faut traverser l’Avenue Jean Perrin à grand traffic?
  • Comment se fera la circulation des voitures et autres ?
    => Oui, il y aura des voies différentiées pour les voitures, les vélos et les piétons
  • Est-ce qu’il y aura un repérage plus facile ?
    => Oui, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur

Diagnostic en marchant, dans le quartier 

Pour cette marche, des habitants désignés se sont mis dans la peau d’un ado, d’un senior, d’un handicapé et d’une personne extérieure.

L’ado a mis par exemple en évidence, l’absence de jeux au pied des immeubles, car les parents n’autorisent pas leurs enfants à sortir sans qu’ils ne puissent pas les surveiller. D’autre part, pas assez d’aires de jeux pour les enfants de moins de 5 ans qui doivent se mélanger à ceux de moins de 10 ans, avec qui il y aura des heurts.

La promenade à l’intérieur du quartier a mis en évidence la grande richesse et diversité des espaces verts, avec de très beaux arbres, comme des cèdres qui datent de la construction du quartier. Ces espaces verts sont bien entretenus par HDSH. Il manque cependant des aires fleuries.

Par contre, dans ces espaces verts, il y a très peu de bancs et d’endroits pour de la convivialité. Il n’y a pas d’aires de pique-nique pour l’été.

Beaucoup de gens, même retraités habitent le quartier depuis très longtemps et y sont très attachés. Certains regrettent que la propreté extérieure ne soit plus respectée, comme avant. Il faut dire qu’avant, il y avait des gardiens dans les immeubles. Actuellement, il n’y a plus qu’un seul accueil, avec un agent de renseignements.

3 ème partie : travail en petits groupes pour définir le « Livret de l’Habitant »

Il s’agissait de définir des recommandations pour chaque grand thème : Logement, Identité du quartier, Stationnement, équipements et commerces, Circulation et Mobilité, Espaces publics / Verts, Lieux de convivialité, Environnement, Sécurité, Autres…

  • Pour le logement, il faudra des locaux poussettes et vélos, des volets, des balcons, pas de vis à vis, des caves.
  • Pour l’identité du quartier : maintenir l’identité actuelle en l’ouvrant par de la mixité sociale avec les logements privés.
  • Pour le stationnement : prévoir un stationnement extérieur gratuit type résidentiel ou si sous-terrain gratuit
  • Pour les équipements et commerces : prévoir une place centrale piétonne, avec des commerces et un marché
  • Pour la circulation : prévoir un axe de circulation central avec des voies de desserte des immeubles. Des parkings extérieurs à la place centrale
  • Pour les espaces verts : prévoir des lieux de repos avec des bancs.
  • Pour les lieux de convivialité : prévoir des aires de pique-nique, des jardins partagés
  • Pour l’environnement : faire de la collecte des eaux de pluie
  • Pour la sécurité : prévoir des agents de proximité pour faire respecter la propreté et le vivre ensemble.

 Les présentations de ces 2 réunions sont disponibles sur le site internet de la ville : 

Actualité du quartier Blagis-Gare : http://www.fontenay-aux-roses.fr/quartiers/blagis-gare/actualite-du-quartier-blagis-gare.htm