Compte-rendu de la réunion publique du quartier Ormeaux-Renards du 6/12/17.

Sur la tribune : Le Maire, Laurent Vastel, Mr Bigret, 1 er adjoint, Mme Poddevin, directrice du cabinet, Mr Chambon, élu responsable de la voirie,  Mr Duez, directeur des Services Techniques, Mme Mercadier, élu référente du quartier, Mme Faye, maire adjointe aux écoles, 2 représentants du Département pour les travaux de l’avenue Jean Moulin, Mr Migeot de Baran, Mr Frankel

Dans la salle : des élus, Mme Gagnard, elu chargé de la démocratie et des associations, Mme Guilleminot et Mr Faye, élus référents et environ 50 habitants dont environ 10 membres du Comités des Habitants du quartier (CDH)

Différents sujets ont été abordés : le Comité d’Habitants, Le Numéro Vert, la Gestion Urbaine de Proximité; les diagnostics en marchant des années précédentes, les réalisations dans le quartier, Le Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI), l’aménagement de la rue de l’Abbé Granjean, les travaux de l’avenue Jean Moulin, le Parc Boris Vildé, le cout de l’élagage, le stationnement et la circulation sur la ville, la sécurité, les écoles, le batiment de l’ancien Conservatoire, le projet immobilier des Mouilleboeufs.

=> Il a été demandé que  la présentation qui a été faite soit mise sur le site de la ville, à la rubrique « Quartier » puis Ormeaux-Renards »

=> Le Comité d’Habitant avait demandé à faire une présentation pendant la réunion, ceci  a été refusé, sans explications et c’est Mme Mercadier qui a fait la présentation. Le CDH a 21 membres et 4 élus référents. Son rôle, est de servir d’intermédiaire entre les habitants et la Mairie. Les membres sont très motivés et ont fait déjà plusieurs diagnostics en marchant dans le quartier, pour repérer les endroits où il y a des problèmes de stationnement et de circulation. Il a œuvré pour que l’accès aux habitants sur le site de la ville soit plus accessible. Cela reste pourtant très confidentiel, car il faut aller dans « Ville Active » puis « Votre quartier » au lieu d’avoir un accès direct « En un clic », comme « Nouveau Fontenaisien » ou « Petites Annonces ».

Depuis que le site a été refait (5 Mars 2017) il y a eu cependant 272 visites sur le quartier, et il y a eu 8 demandes d’habitants qui font partie des actions en cours du CDH, en plus de celle qui ont déjà été repérées lors des diagnostics en marchant.

Travaux de l’Avenue Jean Moulin

Ils ont commencé en Juillet 2017 et dureront jusqu’à fin Juin 2018.

Il y aura que 2 voies de circulation, moins larges, pour réduire la vitesse, des espaces piétons plus larges, Il y aura dans le sens venant de Robinson jusqu’à Fontenay, une piste cyclable, matérialisée, et pas dans l’autre sens, où les cyclistes seront obligés d’emprunter la voie des voitures. Il y aura 26 places de stationnement au lieu de 32. Actuellement, 17 places sont occupées en journée et 21 en soirée.

Tous les arbres ont été abattus. Il y aura 57 arbres d’alignement, soit environ 30 % de moins. Il y aura une mise en place de pied d’arbres végétalisés et de massifs arbustifs au niveau des carrefours.

Nuisances pendant les travaux

Le CDH a été contacté par des riverains qui vont subir des nuisances pendant 10 mois. Ceux-ci ne peuvent plus accéder à leur garage, il y a des problèmes de vibration. Mais, surtout, les habitants d’un pavillon situé au croisement entre l’avenue et la rue François Joseph Bouille se sont vus, sans être prévenu, ni même contacté par le Département, installé devant chez eux la base de vie du chantier, constituée de 2 étages d’Algeco, sur 3 longueurs dont un sanitaire, tout cela ne laissant qui passage réduit sur le trottoir à 70 cm, alors que la norme est de 90 cm minimum. L’habitante ne demandait que le déplacement du module Algeco, qui sert de sanitaire. Tout cela n’a pas été pris en compte au début du chantier, alors qu’il y avait un autre espace disponible  sur le coté gauche. Le Maire ne s’est pas engagé à financer le déménagement de ce module, arguant du fait que cela coûterait trop cher à la ville et sa seule réponse a été de dire : Espérons que les travaux se terminent plus vite que prévu.

Numéro Vert 

Un numéro vert gratuit (0801 80 00 92) a été mis en place pour une intervention rapide et efficace sur le terrain pour tous les problèmes de voirie, travaux, stationnement, éclairage public, déchets ou espaces verts.

Un formulaire est également en ligne pour faire sa demande :
https://www.fontenay-aux-roses.fr/1196/numero-vert.htm

Les demandes sur le quartier concernent pour l’essentiel la propreté, la sécurité, les espaces verts, le revêtement, le stationnement, l’éclairage public.

Gestion urbaine de proximité (GUP)

Elle intervient pour des demandes plus importante, en particulier à la suite des diagnostics en marchant et aussi pour  de la médiation pour des conflits de voisinage, des questions de collecte.

68 demandes ont été traitées en 2017, dont 23 sur la voirie.

Un des problèmes traité, suite à une demande d’un habitant, suivi par le Comité d’Habitant : la vitesse excessive dans la rue Antoine Petit

Pour cela, un radar pédagogique a été mis en place.

On voit que seulement 21 % des véhicules respectent les 30 km/h en descendant avec une vitesse max observée de 82 km/h.

Plan Pluri Annuel d’Investissement (PPI) pour le quartier, ce qui est prévu.

La sécurité sur le quartier

  • Cambriolages : légère augmentation : 17 au lieu de 13
  • Chahut des collégiens aux sorties : nouveau principal du collège saisie.
Les écoles 
  • Ecole des Renards : gros travaux concernant le chauffage
  • Ecole des Ormeaux : aménagement des sanitaires
  • Semaine du gout : sur le thème d’Archimboldo
  • Atelier jardins, Science au jardin, Lire au jardin avec les jardiniers de la ville
  • Chorale 80 enfants de l’école des Renards pour le 11 Novembre
L’ancien bâtiment du Conservatoire 
Au Conseil Municipal du 20 décembre :
- Cession d’une partie du bâtiment à une entreprise d’informatique privée.
Pour la ville :
- Aménagement de la cour coté avenue Moulin
- réfection totale de la toiture
- aménagement d’une salle polyvalent de 167 m2 (ex salle de danse)
- aménagement du demi-niveau : cuisine 15 m2 + salle réunion 26 m2 + santaires, couloir de dégagement pour l’évacuation coté rue Docteur Soubise
La partie vendue représente 66 % de la surface totale, soit environ 1000 m2. L’estimation des domaines était de 980 000 €. Le prix de vente est fixé à 1 054 000 €, soit 1054 € /m2. Cette partie comprend aussi le pavillon séparé du gardien. Celui-ci pourra être vendue pour environ 500 000 € par les acheteurs.
Stationnement et Circulation
La Mairie a fait réaliser par la société ITER, coopérative de conseil en mobilité, un diagnostic sur le plan de circulation et de stationnement de Fontenay aux Roses
La présentation est disponible sur le site internet de la ville : http://fr.calameo.com/read/0026732074232d1d7dda1
Un groupe de travail comprenant des habitants de chaque quartier de la ville s’est réuni plusieurs fois pour faire des propositions qui est maintenant disponible :
Ci-joint le lien pour le télécharger : Bilan travaux Comité thématique circulation stationnement VF
Il en résulte des invariants :
- pas de stationnement payant pour les petites durées
- marquage des places dans toute la ville
- homogénéisation de la réglementation de courte durée
- suppression de la zone verte
- Pour définir les places de stationnement il sera fait appel aux riverains et aux Comités d’Habitants
=> Réunion publique pour le Plan de stationnement : 1 er Trimestre 2018

COMPTE RENDU DE LA REUNION PUBLIQUE DU 20 SEPTEMBRE 2017 sur le RENOUVELLEMENT URBAIN DU QUARTIER DES PARADIS

Ordre du jour de la réunion :

  • Présentation du projet détaillé
  • Retour sur les thèmes travaillés lors du dernier atelier du 28/06/2017
  • Présentation de la première étape/phase  du projet
  • Parler ensemble du relogement.

Ci-joint le lien pour accéder au diaporama : https://www.fontenay-aux-roses.fr/fileadmin/fontenay/MEDIA/Quartiers/Quartier_des_Paradis__le_renouveau/Presentation_de_la_reunion_publique_du_20_septembre_2017.pdf

Ci-joint le texte du Compte-rendu rédigé par Iris Chanaud : COMPTE RENDU DE LA REUNION PUBLIQUE DU 20 SEPTEMBRE 2017

Quelques éléments sont présentés ci-dessous. Pour plus de détails, voir le Compte-rendu

Monsieur Vastel, Maire de Fontenay aux Roses, a rappelé les objectifs fixés et les engagements pris.

Monsieur Vanovershelde (Directeur Général Hauts de Seine Habitat) a, quant  lui rappelé, les grands engagements  sur le relogement : Garantie des mêmes conditions tarifaires au m² , éviter les doubles déménagements dans la mesure du possible, mise en place d’une permanence relogement.

A partir du début 2018 auront lieu les premières actions opérationnelles avec les premiers relogements et l’opération de préfiguration (îlot Potiers).

Pour l’îlot Potiers les résultats du concours d’architectes seront connus en novembre prochain.

Après le retour sur les ateliers du 28 juin dernier par M Beaumard et Mme Denissof a eu lieu un premier temps d’échange.

Eléments de réponses :

  • Dans les îlots, les blocs de logements privés et de logements sociaux seront résidentialisés afin de répondre aux besoins de sécuriser les accès.
  • Le relogement intermédiaire aura lieu en priorité sur FAR (en fonction des enquêtes sociales relogement et des disponibilités notamment sur le site et sur la ville). Cependant M. Vanovershelde ne peut garantir en fonction de l’avancée des travaux qu’il n’y aura pas de relogement hors FAR. L’enquête permettra de répondre au mieux aux demandes (par exemple enfants scolarisés). Une charte du relogement va être élaborée.
  • La ville n’aura pas de rôle direct dans le relogement qui est de la responsabilité du bailleur. Elle pourra si nécessaire avoir un rôle d’arbitre. De plus, s’il arrive que HSH ne puisse proposer des réponses correspondant aux demandes, les autres bailleurs de FAR seront sollicités ainsi que le contingent Etat sur la ville.
  • Le quartier  n’a pas vocation à changer de nom. Celui ci s’appelait déjà les Paradis avant même la construction de la résidence et même de l’église Saint Stanislas.
  • Il y aura mixité entre logement sociaux et privés à l’intérieur des ilots mais pas à l’intérieur d’un même bloc.
  • Sont prévus environ 600 logements privés dont quelque uns en accession sociale à la propriété. L’enquête sociale permettra d’identifier des locataires potentiellement intéressés.
    M. Vastel réaffirme que le nombre de logement sociaux restera inchangé (833).
  • La gestion des charges sera différenciée, distincte, par copropriété. Cependant il y aura probablement une gestion commune pour les espaces verts et les parkings.
  • Tous les immeubles seront aux normes d’accessibilité.
  • Le projet n’en étant pas encore au stade de définition des prescriptions il n’est pas possible de dire s’il sera possible d’avoir des lieux de convivialité sur les terrasses des toits.
  • Le cabinet d’urbanisme Castro et associés aura maintenant en charge l’établissement du cahier de prescription – cahier des charges- qui définit  les intentions, les orientations du projet.  Il aura aussi pour mission d’encadrer, d’accompagner les concepteurs et de garantir une certaine unité notamment dans le cadre des concours d’architecte.
  • Il sera prévu des clauses d’insertion sociale dans les marchés.
  • Les lots privés seront probablement confiés directement aux promoteurs privés.

La Première étape du projet a été présentée par Mme Denissof. :

Cette première étape comprend : l’amorçage du projet et le début de l’enquête sociale.

A priori 4 grandes phases (couleurs Rouge, Vert, Jaune et bleu sur la carte du diaporama).

Il est prévu de finaliser un îlot en entier avant de commencer l’îlot suivant afin d’éviter de mettre en chantier  dispersé l’ensemble du quartier.

La phase 1 (rouge) comprend la démolition d’un morceau de l’immeuble de la rue des Paradis, aux numéros impairs du 15 au 21 soit 34 logements ; et le 18 de la rue Alfred de Musset avec 13 logements.

L’enquête sociale débutera donc avec ces familles concernées. Ces familles seront relogées dans des anciens logements, si possible, et en fonction de leurs besoins et demandes, sur la résidence ou à proximité.

Parallèlement débutera la construction de 40 logements sur l’îlot Potiers ainsi que 2 bâtiments en accession à la propriété de 40 et 50 logements (soit 90) et un bâtiment de 75 logements sociaux sur les terrains libérés par les démolitions et sur le terrain de basket.

Cette phase sera suivie rapidement d’une phase 1bis (vert partiel) qui concernera la démolition des immeubles du 2 au 14 de la rue Alfred de Musset, qui permettra le transfert des terrains de sports.

Ci-joint la cartes de l’existant démoli 

puis la carte des bâtiments reconstruits

La question du relogement a été présentée par Mme Suchetet.

Cela comprend depuis l’enquête sociale jusqu’au relogement définitif (petite vidéo de présentation : https://youtu.be/k8h6fghkFew).

Chaque locataire recevra un courrier puis sera contacté par téléphone pour prendre rendez vous à domicile.

Seront également mises en place des permanences à la maison de quartier à partir du 4 octobre 2017 : les mercredis  de 10h à 12h et le troisième mardi de chaque mois de 16h30 à 18h30, soit les 17 octobre, 21 novembre et 19 décembre. Les premiers relogements pouvant avoir lieu dès janvier 2018.

Eléments de réponses suite aux échanges sur la question du relogement :

  • Les dernières familles concernées seront relogées directement dans le neuf.
  • Les premières familles concernées seront relogées de façon intermédiaire dans des logements anciens.
  • La chaufferie biomasse (bois) actuelle sera conservée et devrait, vu les normes thermiques de construction) être suffisante pour couvrir les besoins en chauffage des nouveaux logements. HSH va contacter GRDF (gaz) pour voir s’il serait intéressé pour augmenter le nombre d’installation. (actuellement certains logements  n’ont pas le gaz)
  • Les parkings seront en sous sol et de fait payant. Ils seront vraisemblablement en copropriété avec les logements privés. Il existera 171 emplacements de stationnement libres en surface. La municipalité réfléchit actuellement sur un nouveau plan de stationnement, et de circulation, sur l’ensemble de la ville. La faisabilité d’un stationnement résidentiel pour certaines zones est à l’étude afin de faciliter le stationnement des riverains.
  • L’enquête sociale pour la phase 1bis pourrait avoir lieu vers novembre/décembre avec un relogement courant 2018.
  • Pour les déménagements, HSH est en train de passer un marché public avec une société de déménagement. Selon les situations personnelles, il y aura 2 types de prestations  transport avec fourniture de cartons et mise en carton- démontage remontage des meubles par la société pour par exemple les personnes âgées, handicapées… (en fonctions des besoins établis lors de l’enquête sociale)  ; et sans mise en carton sans démontage/remontage.

Quartier Pervenches – Val Content : diagnostic en marchant vers 16 H et Réunion publique avec le Maire à 20h.

A 16h, le Maire accompagné des élus référents du quartier (Suzanne Bourdet, Muriel Foulard et Sandrine Le Rouzes) fera un tour du quartier afin de relever les désordres éventuels et écouter les remarques et demandes des habitants.

Ecole élémentaire Les Pervenches 1 rue des Pervenches

Quel est le projet immobilier actuel pour la Place du Général de Gaulle ?

Les considérations suivantes résultent d’une réunion de la Commission Extra-Municipale d’Urbanisme qui a eu lieu le 15 Avril 2015, où 3 promoteurs ont présenté leur projet.

Quel est l’historique de la Place ?

Historiquement, l’aménagement de la Place a été une série d’occasions manquées. Elle est devenue un enjeu électoral, ce qui fait qu’elle n’a pas évolué ou très peu depuis presque 40 ans, c’est-à-dire depuis l’installation du temps de M. Dolivet et la construction des immeubles Saint-Prix. Vous retrouverez la place comme elle est aujourd’hui dans le film d’Agnès Varda, « le Bonheur » tourné dans les années 70.

Quelle est la situation actuelle de la Place ?

Il s’agit d’une place vieillissante, avec un manque d’attractivité. L’activité commerciale a été peu développée et il y a une carence de fréquentation. Le parvis devant le Château La Boissière avait été rénovée pour ensuite être retransformé en parking récemment. Mais la place est en train de renaître. Un nouveau restaurant de qualité et très fréquenté s’est installé : Innovizza. Il y a eu aussi l’ouverture de la Maison de la Musique et de la Danse au Château La Boissière. Les visiteurs peuvent se stationner dans le nouveau parking sous le Marché, qui est encore largement sous-utilisé aujourd’hui (sauf le samedi matin).

Quel projet immobilier est prévu sur la place ?

Il s’agit de requalifier entièrement la place pour en faire une place publique animée et un lieu de convivialité avec une diversification des commerces et avec des offres de stationnement. La Mairie prévoit la construction de 3 immeubles et 1 parking souterrain :

1 immeuble du côté de la place des Marronniers :

Un immeuble pour remplir le « trou » entre le Château et le bâtiment Art Déco (Trésor Public) à l’angle

Cet immeuble commencera bas à côté du Château (R+2+Combles) pour terminer plus haut du côté du Trésor Public (R+4+Combles). Il y aurait 58 logements et 2 commerces au rdc.

2 immeubles et 1 parking souterrain du côté du parvis du Château La Boissière :

1/ Un immeuble en fond de place qui fermera la place

Cet immeuble viendra à la place du pignon de la grande barre d’immeubles (Résidence Saint-Prix) qui sera démolie partiellement. Il sera suffisamment haut (R+3+Combles) pour masquer la Résidence Saint-Prix).

2/ Un petit immeuble « en retour » sur la place en face du Château

Selon les informations communiquées lors de la réunion CEMUA du 15 avril 2015, cet immeuble aurait une hauteur de R+2+Combles. Cependant selon les dernières informations cet immeuble serait d’une hauteur plus faible (R+1+Combles). Cet immeuble réduira le parvis en une placette visible sur une photo ci-dessous, sur laquelle la placette apparaît comme très grande. Comme vous le verrez sur les photos ci-dessous, une fontaine serait prévue au milieu de la placette.

3/ Un parking souterrain partiellement public de plusieurs étages sous ces deux immeubles

Ce parking permettra de piétonniser de nouveau le parvis du Château La Boissière. La création du parking souterrain signifie la condamnation des arbres sur le parvis actuellement, dont certains sont très gros et anciens.

Plan des bâtiments prévus (d’après la description faite lors de la réunion CEMUA) :

Comment la Mairie a-t-elle communiqué avec les Fontenaisiens sur cette transformation ?

Il y a eu deux communications sur le projet.

1/ Réunion CEMUA du 15 avril 2015

Le projet a d’abord été présenté à un groupe de représentants d’associations qui forment la Commission Extra-Municipale d’Urbanisme et de l’Aménagement (CEMUA). Lors de cette réunion, qui était fermée au public, la CEMUA a vu 3 propositions concrètes de promoteurs pour les immeubles décrits ci-haut. Pendant la réunion CEMUA, il a été demandé au Maire s’il autorisait la diffusion du projet aux Fontenaisiens. Il a refusé pour la raison qu’il s’agissait d’une phase préalable, et non pas du projet définitif (lisez le compte-rendu préparé par CIVIFAR : https://drive.google.com/drive/folders/0B5IpH6mXSXOLfjR3RFNkRWo2SktQdVVmSjFOZzVkMExMSGVzNEJhTFdsdUlESUtvR2p1cWc).

2/ Réunion du Quartier « Parc – Centre-Ville » du 2 février 2017

Le projet a été brièvement mentionné lors de la réunion publique du quartier Parc – Centre-Ville, mais sans rentrer dans le détail et sans débat ni consultation. Une photo a été montrée, qui montre à quoi ressemblerait le parvis du Château après l’opération :

Sur cette photo, l’immeuble est toujours  R+2+Combles, contrairement  à certaines informations plus récentes (voir plus haut).

Le parvis du Château La Boissière est devenu pratiquement minéral, comme la Place de l’Eglise, avec une fontaine au milieu. Au fond, se distinguent l’immeuble qui fermera la place et l’entrée de la coulée verte piétonne qui sera aménagée entre la place et le cinéma.

Pour information : initialement, le petit immeuble était prévu plus grand. Il était attaché à l’immeuble en fond de place avec néanmoins une arche permettant d’accéder au Château La Boissière :

(Source : http://www.darchitectures.com/regionale-2015-lr-ile-de-france-instrumentalise-architecture-pour-faire-campagne-a2744.html).

A part la réunion fermée de la CEMUA et la réunion publique du Quartier Parc Centre-Ville, il n’y a pas eu de présentation publique du projet aux Fontenaisiens. Le projet n’a pas été présenté au Fontenayscope (contrairement au projet pour la Cavée, qui y a longuement été présenté) et il n’y a pas eu de présentation du projet non plus dans le FontenayMAG.

Qu’est-ce qui pose problème avec ce petit immeuble en face du Château La Boissière ?

-        Cet immeuble bloquera la vue sur le Château La Boissière et sera un écran visuel entre le marché intérieur et le marché extérieur
-        L’immeuble supprime une partie de la place publique et pourra créer un sentiment d’étouffement.
-        L’immeuble réduira le parvis du Château en une placette. Les images montrent un parvis très grand qui ne semble pas correspondre à la réalité sur place
-        L’immeuble jettera de l’ombre sur les immeubles et pavillons situés le long de l’avenue de Verdun (le matin) et sur le parvis du Château (l’après-midi).
-        Le parking extérieur coté Marché, sert actuellement aux commerçants du Marché, le mardi et le jeudi. Il faudra qu’ils aillent se garer ailleurs, comme le samedi, c’est-à-dire rue des Pierrelais, rue Blanchard, rue Dolivet
-        La présence de cet immeuble va supprimer 30 places de parking extérieur. De plus, les 20 places de parking créées sur le parvis du Château ne seront plus utilisables. Il faudra donc créer 50 places de parking, à prévoir en plus dans le parking souterrain du parvis du Château.

Pour débattre des solutions possibles, compte-tenu des usages, l’association CIVIFAR, qui soutient la transparence du débat public à Fontenay-aux-Roses, organise une réunion publique pour informer et consulter les Fontenaisiens le 19 juin à 20h30 dans la Salle du Château Sainte-Barbe.

Jean François BRESSE & Stein Van OOSTEREN

Réunion publique quartier Blagis, Mercredi 17 Mai à 20 H à la Maison de quartier des Paradis

Cette réunion publique se fera en présence du  maire Laurent Vastel et des élus référents  du quartier,  de Damien Vanoverschelde, Directeur général de Hauts-de-Seine Habitat.

Ordre du jour

- Présentation du cabinet d’urbanisme et de leurs propositions
- Présentation des outils et du calendrier de la concertation

L’équipe d’urbanisme retenue vous sera présentée : elle vous exposera ses premières pistes de réflexion. Ce sera l’occasion d’entamer un premier échange sur des pistes concrètes de travail.

Quartier des Paradis : le renouveau

Découvrez la rubrique dédiée au projet de renouvellement urbain du quartier des Paradis.

Les présentations faites lors de cette réunion publique sont disponibles sur le site de la ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1387/la-concertation.htm

Suite de la concertation

Le 28 juin 2017 : atelier participatif ouvert à tous pour enrichir les grandes lignes du projet, appelées « plan directeur », dans le but d’affiner et améliorer le scénario d’aménagement retenu du futur quartier. Ce sera l’occasion, avec le Livret Habitants en main, de faire valoir vos priorités et attentes.

Septembre 2017 : réunion publique de présentation du plan directeur définitif et d’information sur les modalités de relogement.

Fin 2017 : atelier participatif ouvert à tous pour travailler sur le cahier des prescriptions paysagères et architecturales du projet.

Lieu de la réunion : Maison de Quartier des Paradis 8/12 rue Paul Verlaine

COMPTE RENDU de la Réunion Publique du Quartier de la GARE 29 MARS 2017

Compte rendu complémentaire au diaporama réalisé par les élus et les services de la ville. Vous pouvez télécharger ce diaporama en pdf. Pour le visualiser en mode paysage, faire « Affichage : Rotation : Anti-horaire »
https://drive.google.com/file/d/0B-losIQF5KYRVWI3ajhFRU1aTkU/view?usp=sharing

Etaient présents :

Elus : Mmes Radaorisoa, Gagnard, Mercadier, Bourdet, Sommier. Mrs Vastel, Bigret, Chambon, Durand, Faye, Lafon, Napoly.

Services municipaux :Mme Poddevin (cabinet du maire),  M Duez (services techniques), M El Youbi (Gestion Urbaine de Proximité).

Comité d’Habitants Blagis-Gare : Mmes Lecante, Pierrot, Chanaud. Mrs Drouot, Soudan, Doumenc.

Monsieur Vastel, Maire de Fontenay a annoncé que Fontenay aux Roses garderait finalement la délivrance de la Carte Nationale d’Identité et que la ville se verra dotée du dispositif de recueil biométrique vers l’été. La ville pourra donc également prendre en charge les demandes de passeports.

Stationnement

Michel Faye, Maire adjoint à l’urbanisme a évoqué la possibilité, pour pallier le problème de stationnement autour de la gare, de mettre en place un stationnement résidentiel et un stationnement payant pour les non riverains. Carte de résident (gratuite ou payante).

Sur Fontenay 3500 places de stationnement pour 10 000 voitures.

Une étude est en cours. La mission est lancée depuis fin mars 2017, après une présentation aux élus en avril , à partir de cet été  - phase 1 : état des lieux et identification des enjeux, phase2 définitions des scenarii, présentation en Commission Extra Municipale Urbanisme et Aménagement (CEMUA) et phase3 proposition d’un plan d’action et élaboration d’un plan de stationnement, réunion publique.

Projets

  • rénovation de l’escalier en face du Centre municipal de santé début des travaux avril 2017.
  • Extension de la clinique Clinalliance, partie hôpital de jour. Avec stationnement qui passerait de 7 à 29 places dont 18 en sous sol (3 niveaux). Installation d’un cabinet de radiologie ouvert à tous vers fin 2018.
  • Extension de la maison de retraite du Parc afin de permettre l’installation de sanitaire dans chaque chambre. Cautionnement de la ville pour un prêt d’environ 10 millions d’euros (garanti d’emprunt). Une concertation avec les riverains immédiats aurait eu lieu.

Rénovation du quartier des Paradis

L’enquête sociale (relogement) devrait débuter en septembre. Une permanence Hauts de Seine Habitat devrait s’installer à la Maison de quartier à la rentrée de septembre.

Concernant la première phase sur l’îlot potiers :

Immeuble avec R+1 côté Potiers et R+3 en fond de parcelle côté André Chénier.
M.  le Maire réaffirme son souhait de prolonger la rue Paul Verlaine jusqu’à l’avenue Jean Perrin.

Projet de roseraie sur le haut du square des combattants, inauguration prévue le 23 septembre 2017 avec un marché aux plantes sur la place de l’Eglise.

Questions / réponses

A été évoquée la nouvelle organisation des collectes de déchets (passage non effectués, problèmes des horaires de passage..).

Monsieur Chambon a signalé qu’il s’agissait d’un nouveau marché avec une nouvelle société qui ne connait pas encore bien  la ville et qui est en cours d’optimisation des différents circuits

Egalement problème avec les bacs de collecte pour les déchets verts qui remplacent les sacs papier. Pour certains ces bacs sont trop gros et sont inutilisables pour les jardins enclavés.

Monsieur Chambon informe qu’il est toujours possible d’obtenir des sacs en papier, ils sont à commander auprès des services du Territoire et seront livrés sur Fontenay (Fontenayscope, CTM, Services techniques).

Il est également possible d’échanger le container distribué pour un format plus petit, toujours en s’adressant au Territoire.

Sur le « déplacement » de l’espace boisé classé de l’îlot Potiers, pour permettre la construction de l’immeuble, une réunion avec l’association des riverains avec le Maire a eu lieu le 30 mars dernier.

Un riverain de la rue Gentil Bernard signale  avoir du attendre plus de 3 mois pour avoir une réponse à une demande faite en ligne sur le site de la ville. Il demande la possibilité que soit envoyé un accusé de réception afin de ne pas rester dans l’incertitude quant à la réception de la demande.

Suite à une demande sur l’avancée des projets de construction sur le centre ville, Monsieur Vastel a indiqué  que les promoteurs De  Matthieu Bard et Cogédim avaient déposé un permis de construire pour le secteur de la Cavée (côté Général Leclerc) et qu’il n’y avait pas eu de recours. Pour l’aménagement de l’espace public une concertation devrait démarrer en juin.

Pour la place du Général de Gaulle, le promoteur retenu est Vinci, une concertation devrait avoir lieu en septembre.

Monsieur Vastel nous a  également informé qu’une étude sur le devenir du mail Boucicaut  et la piscine a été lancée.

Pour plus de renseignements , envoyer un mail à l’adresse : habitants.blagis.gare@gmail.com

Aménagement de l’escalier entre la rue Antoine Petit et la rue Robert Marchand vers le RER : qui s’est soucié de l’avis des usagers ?

Etat actuel de l’escalier

L’escalier actuel est en béton avec une partie presque plate et des escaliers dont les distances entre marches sont trop importantes pour pouvoir faire un pas par marche.

Le béton est en très mauvais état. En particulier du fait que du sel a été déposé régulièrement pendant des épisodes de gel. Il est complètement bosselé et les marches présentes des trous assez larges qui se remplissent d’eau et sont très dangereuses en cas de verglas.

Qui emprunte actuellement cet escalier ?

Cet escalier est très fréquenté, car il correspond au chemin piétonnier des usagers qui vont ou viennent de la gare du RER et empruntent le boulevard de la République vers la partie haute de Fontenay. Il y a beaucoup de circulation à pied, aux heures de bureau, particulièrement par des employés de la zone d’activité du Panorama, des résidences situées à Val Content, de la rue Boris Vildé. Il n’y a pas de bus très souvent, comme le Petit Fontenaisien qui peuvent des emmener (une rotation / heure).

Les piétons qui circulent avec une valise à roulettes contournent l’escalier par le trottoir, mais celui-ci n’est pas assez large pour que 2 piétons avec une valise puissent se croiser. La largeur de circulation jusqu’à la barrière est de 1.6 m environ sur le haut, mais se réduit à 0.8 m en bas du trottoir, côté rue Robert Marchand.

Depuis quand cet escalier doit-il être refait et quand son projet d’aménagement a-t-il été annoncé ?

Cet escalier est repéré à chaque « Diagnostic en marchant » de chaque réunion publique de quartier depuis l’ancienne municipalité ainsi qu’avec la nouvelle, depuis 2014. Le Comité d’Habitant du quartier Ormeaux-Renards suivait le dossier. 

Son projet d’aménagement a été annoncé à la réunion publique du quartier Ormeaux Renards le 15 Novembre 2016. Ni les usagers, ni le Comité d’Habitant n’ont été consultés.

Quel est le projet actuel ?

Voilà le plan que le Comité d’Habitant a pu se procurer de part des élus référents du quartier.

Sur ce plan, on voit le cheminement actuel, en béton. Il est à l’échelle environ 1/125.

Le cheminement rectiligne est remplacé par un premier cheminement, avec des escaliers espacés de 50 cm, puis un petit square rectangulaire à peu près horizontal et un autre cheminement pas du tout dans l’axe, avec quelques escaliers espacés de 50 cm.

La largeur du cheminement a été nettement réduite par rapport au cheminement existant.

Le contournement par le trottoir est maintenu, mais un peu élargi dans la partie basse, pour arriver à la même largeur qu’en haut, soit environ 1.40 m, compte-tenu du fait qu’il y a des barrières dans le virage.

Quels sont les inconvénients du projet actuel ?

Ce projet ne tient pas compte du fait que les piétons qui utilisent cet escalier ont besoin d’aller le plus vite possible vers le RER. Ils sont souvent accompagné d’une valise avec des roulettes. Ceux-ci seraient obligés d’utiliser le contournement comme actuellement.

Il faudrait alors élargir le trottoir au moins à 2 m utilisable, soit 2.5 m compte-tenu de la présence de barrières et du virage. Ceci pour que des piétons avec valise, des poussettes d’assistantes maternelles ou des PMR puissent se croiser.

Le square situé au milieu ne servira pas car même s’il y avait des bancs, les utilisateurs seraient dérangés par les usagers du RER.

De plus, il n’est pas nécessaire de prévoir une pelouse qui n’existe pas actuellement, ni de changer la végétation actuelle.

Quel pourrait être le nouveau projet ?

Pour faciliter la circulation des piétons, en particulier ceux avec une valise à roulette, il faut maintenir un cheminement rectiligne avec des marches de 10 cm de haut et de 50 cm d’espacement. Il suffit de 4 séries de 5 marches pour la différence de hauteur entre le haut et le bas d’environ 2 mètres.

Pour que les piétons puissent circuler avec une valise à roulettes, il suffit de prévoir de chaque côté du cheminement des plans inclinés, comme cela existe dans certains endroits de la ville, par exemple le passage Letourneau.

On peut ainsi garder la même largeur de cheminement que celui existant actuellement.

On maintient le contournement par le trottoir en l’élargissant à 2.5 m, et 2 m utilisable pour le passage des poussettes d’assistantes maternelles ou des PMR.

Le contournement pourra aussi servir aux vélos venant de la piste cyclable du Boulevard de la République et qui prendront la rue Robert Marchand.

Voici ce que cela donne

On peut aussi prévoir comme sur le projet des bordures de chaque côté de 25 cm de large, pour bien délimiter les plans inclinés.

Ce projet serait beaucoup plus adapté aux piétons qui viennent ou se rendent au RER.

Conclusion

Ce projet a été présenté aux élus référents, au maire adjoint responsable du projet. Aucune des remarques n’ont été prises en compte, en disant que le trottoir de contournement suffirait pour les usagers utilisant une valise à roulettes.  Les vélos sont obligés de traverser le carrefour en utilisant des trottoirs qui ne sont pas faits pour cela.

Le projet a été présenté dans le Fontenay Mag de Mars. Des barrières ont été posées depuis une semaine, alors que les travaux n’ont pas commencés. Le coût du projet actuel est de l’ordre de 50 000 €.

Voeux pour 2017 d’Antoine Thill, président de l’association CIVIFAR

On peut voir avec intérêt tous les signes d’une envie d’investissement de la part des citoyens. A l’échelle nationale des événements insolites ont marqué l’année 2016.

Par exemple, le mouvement « Nuit Debout » qui a commencé en mars 2016 ou encore l’organisation d’une primaire citoyenne. Ces événements suscitent des débats mais ils traduisent surtout une aspiration forte à des instruments politiques nouveaux et d’autres formes d’organisation du débat. L’engouement pour les primaires de la droite et du centre montre également que les citoyens ne se désintéressent pas de la « politique traditionnelle » pour peu qu’on leur donne la parole au bon moment.

Au niveau local, on constate aussi un fort intérêt des citoyens pour la politique locale. Ainsi la très grande mobilisation des Fontenaisiens à l’occasion des discussions sur le PLU est très révélatrice d’un besoin de participation. Ce diagnostic semble partagé par l’équipe municipale puisque qu’on peut lire dans l’article sur le PLU dans le bilan à 3 ans récemment distribué dans nos boîtes aux lettres : « Les Fontenaisiens aiment leur ville et veulent qu’elle garde son charme. C’est pour cela que chaque projet est débattu en concertation, la rénovation du quartier des Blagis en est un bon exemple. ».

Les discussions dans les blogs et autres réseaux sociaux manifestent d’une soif de participation. La municipalité utilise les bonnes volontés et la création de nombreux groupes de travail sur différents sujets en témoigne. En 2017, les Fontenaisiens attendront donc à nouveau avec envie les débats en concertation sur chaque projet.

Tout n’est pourtant pas encore perçu comme optimal notamment dans les comités d’habitants. En effet, les discussions révèlent parfois un malaise qui vient probablement d’un manque de clarté quant à leur mission. De nombreuses décisions de la municipalité ont perturbé les modes de fonctionnement précédents sans que soit définies les nouvelles attentes. Ainsi, la mise en place des réunions de quartier vide de son sens le conseil de quartier qui d’après la charte de la démocratie participative est une des missions des comités d’habitants. La mise en place du numéro vert pour les requêtes aux services techniques est très efficace mais elle rend caduque une partie des tâches du comité d’habitant qui recevait et suivait les demandes des fontenaisiens faites par l’intermédiaire du site internet de la ville. La mise en place de nombreux groupes de travail thématiques (place du général de Gaulle, groupe cycliste…) vient en parallèle des comités d’habitants qui n’y sont pas rattachés (même si ce sont souvent les mêmes personnes). Sur ce sujet, on sent bien un besoin de stabilisation et de clarification. Ce travail sera fait en 2017. L’association CIVIFAR compte bien y participer très activement pour que chacun puisse constater que « tout le monde peut proposer et chacun va y gagner ».

Ainsi les frémissements de nombreuses initiatives, circulation douce à l’initiative du comité d’habitants centre-ville, chantiers citoyens, et toutes les bonnes idées que vous voudrez bien partager avec vos concitoyens pourront s’épanouir efficacement.

Je vous souhaite au nom de l’association CIVIFAR une excellente année 2017. En espérant que chacun trouve du temps pour se consacrer à ce qu’il aime et puisse s’épanouir pleinement.

Antoine Thill    Président de l’association CIVIFAR

 

Quelle est la vitesse autorisée sur l’avenue Jean Moulin (30 ou 50 km/h) ?

Voilà ce que l’on peut observer sur l’avenue Jean Moulin au croisement de la rue Bouille.

Il y a un radar pédagogique posé par le Département des Hauts de Seine qui est réglé sur une vitesse maximale de 50 km/h. Or, depuis 2005, la ville de Fontenay aux Roses a décidé de limiter la vitesse de circulation sur toutes les rues de la ville à 30 km/h. La vitesse de 30 km/h est affichée dès la porte d’entrée de la ville, par des panneaux.

De plus le radar est situé juste avant le croisement avec la rue Bouille qui a normalement la priorité à droite sur l’avenue.

Question posée aux élus à la réunion publique et au Comité d’habitants Ormeaux-Renards : Quelle est la vitesse autorisée sur l’avenue Jean Moulin (30 ou 50 km/h) ?

Réponse des élus : La vitesse est limitée à 30 km/h sur toutes les voies communales de Fontenay. Pour les artères départementales, la vitesse est habituellement limitée à 50 km/h en ville, elle peut être réduite sur demande de la ville.

De plus, pourquoi ce radar est-il situé juste avant un carrefour avec la rue Bouille qui a la priorité à droite ? N’est-ce pas déroutant de féliciter les automobilistes qui abordent une priorité à droite à 50 km/h ? 

Ne faudrait-il pas que la rue Bouille soit mise avec un Stop ?

Question posée aux élus à la réunion publique et au Comité d’habitants Ormeaux-Renards : Les vitesses sont-elles enregistrées ? 

Réponse des élus : la plupart des radars possèdent cette fonction, mais encore faut-il qu’elle soit activée. Cela fait 2 mois que la question que la question a été posée à la réunion publique, en la présence du Conseiller municipal responsable de la voirie. Il n’y a toujours pas de changement. 

Pourquoi, n’y a-t-il pas cohérence entre la politique du Département et celle de la ville ?

Il faut dire que mettre une limitation de vitesse à 30 km/h sur une voie qui sert de transit pose quand même problème et de nombreux Fontenaisiens se sont fait prendre par un radar mobile (voir article précédent)

Réponse de Jean Michel Durand, à l’article de Michel Bayet sur la réunion de quartier Ormeaux-Renards

Article : Retour sur la réunion du quartier Ormeaux-Renards organisée par la Mairie le 15 novembre : Du droit des citoyens à Fontenay

Le problème n’est pas celui soulevé par Michel Bayet.

Le problème est qu’ici comme ailleurs, le moindre projet de levée de terre conduise à des recours suspensifs antidémocratiques ; l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, souhaité par quasiment tous les élus, confirmé par référendum populaire, jugé légal de nombreuses fois et encore récemment, … est toujours contesté par des « zadistes » agissant en toute illégalité et avec recours à la force pour bloquer le projet.

Revenons à Fontenay où, comme ailleurs, lorsqu’il s’agit de bâtiments privés, tout recours est suspensif alors qu’il ne l’est pas lorsqu’il s’agit de logements sociaux.

Aux Mouilleboeufs, le « blocage » ainsi diligenté par un Fontenaisien, agissant seul, a conduit à maintenir un an de plus une ruine qui déshonore l’entrée de notre ville sans venir s’impacter favorablement dans les finances de la ville par encaissement du prix de vente et création d’appartements venant contribuer à l’équilibre des finances locales ; de plus, ledit Fontenaisien a négocié, à sa convenance, directement avec le promoteur, sans que la Ville, ses habitants et  les élus aient été informés des conséquences de son accord personnel avec le promoteur, en terme de M² , de modifications dans la typologie des appartements (quote-part par taille, …) ou dans le nombre de garages. L’aspect démocratique de cette approche n’apparait pas clairement.

Contrairement à ce que dit M. Bayet, le promoteur a peut-être plus accepté les modifications pour son intérêt propre plutôt qu’au nom d’une pression juridique.

M.Bayet a oublié de souligner également qu’un autre recours a été déposé pour bloquer les travaux de rénovation de la Maison de Retraite du Parc, projet qui vise simplement à donner une salle d’eau particulière à chaque résident âgé devant aujourd’hui partager lavabo et tinette avec son voisin de chambre, l’immeuble restant en R+1 ! L’aspect social de cette approche, de ce recours, n’apparait pas clairement !

Le pouvoir ne nuisance constitue-t-il le cinquième pouvoir après exécutif, législatif, judiciaire et presse ?

Ne nous appesantissons pas sur les remarques relativement désobligeantes de M. Bayet ; personne ne connait de « parrains » qui auraient soutenu le maire et l’équipe municipale (démocratiquement élus) pour « bétonner » et il s’avère que le nombre de logements prévus par la nouvelle municipalité, très modéré, ne fera que ramener la population actuelle de Fontenay (22.000 habitants) à son niveau de 25.000 précédemment atteint. Quel vocabulaire !

N’oublions pas que l’objet d’une ville est d’abord de loger des gens, de contribuer à répondre au problème du logement en Région Parisienne et l’approche « bobo » qui consiste à ne voir que son propre intérêt personnel, sans accepter le moindre empiétement, ne saurait constituer une approche socialement totalement recevable. L’intérêt général doit primer tout en respectant, certes, les droits honnêtes de chacun.

Nous laissons à Michel Bayet la teneur de ses propos sur un PLU « flou » selon ses dires mais nous soulignerons seulement que les organismes concernés (dont La Région) n’ont fait que  louer, par courrier, la qualité du travail effectué par les services de la Ville, dans le cadre d’un plan qui limite le niveau de construction attendu face aux pressions de l’Etat beaucoup plus « pushy » que les promoteurs privés dont certains verraient les dents de loup partout.

Rappelons que l’ancienne majorité avait en mains des lettres écrites sous son sceau pour favoriser la construction de centaines de logements sociaux venant en complément de la transformation des logements privés Icade en H.L.M.

Rappelons aussi à M.Bayet que la municipalité actuelle s’honore de son approche en matière de logements sociaux avec son soutien à des travaux significatifs (isolation, chauffage, peinture, …) avant de mentionner la rénovation totale des 830 appartements des Blagis aujourd’hui non aux normes et souillés par de l’amiante.

Le signataire de la présente s’honore de travailler, avec Monsieur le Maire et avec  toute l’équipe municipale, au renouveau de notre Ville laissée à l’abandon pendant plus de vingt ans.

Jean Michel Durand, conseiller municipal délégué aux finances et aux logements sociaux