Municipales 2020 : Sémiologie de l’image et communication politique de Messieurs Laurent Vastel et Gilles Mergy

Je me permets ce billet dans le cadre de l’actuel second tour des municipales, en réaction à une image apparemment anodine qui a pourtant réussi à hérisser très fortement le particulier que je suis. Elle peut être le point de départ d’une réflexion de chacune et chacun sur le poids pas si anecdotique que peut malheureusement avoir une image dans ses propres intentions de vote, que cela soit pour ou contre quelqu’un, et de la place que nous accordons – ou non – aux chimères de toute communication politique, personnelles ou socialement construites.

Je précise en préambule que, même si j’ai une sensibilité portée sur l’éducatif et le social, je n’appartiens à aucun parti et ai fait objectivement l’effort de m’intéresser à tous les candidats. Cependant, récemment installé à Fontenay qui a conquis mon cœur, je me sens incapable de discerner le vrai du faux dans les affirmations et programmes des uns ou des autres, même si je dois confesser une certaine méfiance épidermique, instinctive, irraisonnée pour M. Vastel, pour l’avoir croisé et observé à plusieurs reprises durant ses prises de contact en campagne électorale. Pas très rationnel donc. Je me préparais malheureusement à m’abstenir ou voter blanc.

Or donc, c’est une photo, une simple photo, une unique photo qui a changé la donne. La photo qui orne justement, en haut et à droite, le tract de second tour de M. Vastel.

Pour argumenter mon propos, je déploierai si vous le voulez bien une technique d’analyse développée par le philosophe et logicien pragmatique Charles Peirce, puis une autre développée par le sémiologue Roland Barthes dans ses « Mythologies ». Outils utilisés quand j’étais doctorant en com’ et qui parfois ressurgissent violemment, par réflexe d’autodéfense.

Abordons d’abord la « priméité » de l’image, son iconicité, ce qu’elle présente plastiquement et le sentiment qu’elle peut inspirer de manière immédiate.

Nous y voyons un homme qu’on peut qualifier de « bonhomme » : il est assis sur un banc à l’assise et au dossier de bois, silhouette et visage un peu forts affichant un sourire discret encadré par une barbe bouc et des lunettes. Il nous regarde droit dans les yeux mais n’est pas appuyé sur le dossier : il est bassin en avant, les coudes appuyés sur les genoux de son pantalon bleu. Le col de sa chemise ciel est ouvert. Sa veste bleue, sur laquelle est accroché un ruban rouge, a les manches légèrement retroussées, révélant une montre à aiguilles. Ses deux mains sont jointes, la paume de l’une appuyée sur le dos de l’autre, tenant pendu probablement par les élastiques un masque facial blanc d’allure chirurgical. A l’arrière-plan, on distingue un fond composé de lierres et de branches de résineux accrochés sur un mur de briques brunâtres, clôturant cet espace en un sentiment d’intimité oxygénante. Quelques rayons de soleil s’y reflètent, passant entre des branches d’arbre hors champs. En bref, cet homme tranquille semble apprécier de prendre l’air dans son petit coin de jardin en notre compagnie.

Passons ensuite à la « tiercéité » de l’image : en quoi elle révèle des habitudes, des codes sociaux mais aussi ce qu’elle peut révéler d’arbitraire par rapport à ses conditions de production et d’énonciation.

Or un élément arbitraire s’est effectivement inséré dans le processus technique de production de l’image : le nom manuscrit. Il n’a pas été capturé par l’appareil photo mais sciemment surimposé en blanc à l’image. Cet usage du nom manuscrit sur la photo évoque volontiers la pratique sociale initiale de la dédicace : une personne de grande notoriété personnalise davantage encore sa propre image, à la demande et au bénéfice de fans. Il ne s’agit pas tant d’identifier la personne autographiée (on sait qui elle est, puisqu’elle est déjà largement publicisée) que de signifier une rencontre proximale et privilégiée, pour ne pas dire exclusive. Un sens qui tend à perdurer même s’il s’est, ici, industrialisé.

Le vert domine la surface, indubitablement associé à la nature, au végétal et conventionnellement à l’écologie. Nombre de candidats ont usé de ce fond de verdure, suite à l’augmentation si ce n’est de leurs propres préoccupations environnementales, du moins des scores écologistes. Le bleu marine suit, majoritaire sur la personne imagée. Partie intégrante du drapeau tricolore, le marine est historiquement associé aux partis de la droite républicaine avant d’avoir été repris par l’extrême droite pour attirer ce même électorat. Ceci participe à renforcer l’orientation politique de son porteur auprès des habitués et supporters. Quant au rouge du fin bandeau de la veste, s’il est historiquement associé aux partis de gauche, il est ici un code qui signale que son porteur est membre d’un ordre honorifique sur lequel nous reviendrons sous peu. Le blanc se manifestant par le masque, on retrouve discrètement les couleurs de notre drapeau national.

Nous avons en outre l’habitude de rencontrer la posture présentée : c’est l’une de celles que nous prenons quand nous sommes assis et intéressés par une conversation. En termes plus savants, nous avons là une traduction kinesthésique (en gestes) de la fonction phatique (mise en relation communicationnelle). Par ailleurs, le col de chemise ouvert est habituellement associé à la décontraction (nous reviendrons sur ce col un peu plus tard), en opposition à la montre, associée aux impératifs sociaux de la ponctualité.

Le masque naso-buccal est quant à lui devenu un signe quotidien : on le voit partout, en raison de la récente pandémie. Il a fait et continue de faire l’objet de polémiques, qu’il s’agisse de l’absence de stocks pour les personnels soignants, de l’efficacité ou non des masques tissus ou non tissés… mais il reste conventionnellement associé à la protection. Du porteur et/ou de son entourage.

Passons enfin à la « secondéité » de l’image : en quoi chaque signe qui s’y manifeste témoigne de ce qui ne se trouve pas explicitement dans l’image, de quoi il est l’indice singulier, la trace, la conséquence hors de l’image.

Le col de chemise ouvert est ici conjugué avec un costume 2 pièces, signalant en contrepoint une absente : la cravate, pendant du traditionnel costume/cravate, évoquant l’usage social (tiercéité) de la libération, du relâchement.

L’image est une photographie. Elle témoigne déjà de la présence du photographe dont on ne sait rien (pas de crédit photo). Qui est-il ? Quel est son statut ? Un(e) professionnel(le) ? Un(e) sympathisant(e) ? Un(e) proche ? Le doute s’installe : l’attitude de décontraction serait-elle alors prise sur le vif ou artificiellement travaillée ? Dans un contexte d’élection, le côté travaillé et opérationnalisé du cliché peut légitimement prédominer l’interprétation, d’autant que le regard du photographié fixe l’appareil photo : du photographe hors-cadre, l’image bascule en vision subjective des spectateurs que nous sommes, hors-champ.

Le ruban rouge témoigne spécifiquement de l’appartenance de son porteur au grade de Chevalier de la Légion d’honneur, tentant ainsi de faire la preuve de 20 années minimum de « mérites éminents au service de la Nation », attestés par une institution prestigieuse qui lui a donc décerné ce ruban suivant des modalités dont le commun des mortels ne sait pourtant rien, et dont les descriptifs sommaires restent flous pour qui entreprend malgré tout de s’informer : décerné par le Ministère de la Santé pour 22 ans de services civils et d’activités sociales (M. Mergy, adversaire de M. Vastel, étant lui aussi décoré pour 22 ans de services dans la fonction publique). Ce ruban témoigne aussi de l’attachement du porteur aux signes ostentatoires de l’honneur. Car on peut avoir été honoré sans vouloir montrer qu’on l’a été. Un ruban apparent dont le dramaturge Georges Feydeau singeait déjà la superficialité risible, il y a un siècle, dans l’une de ses meilleures pièces.

Enfin le masque. Signe-trace qui rappelle la maladie contractée par son porteur et la médiatisation non négligeable consécutive au statut particulier du malade, politique ET médecin, croisement qui en fait selon les usages du milieu journalistique un « bon client » pour une « bonne histoire » dans un contexte de controverse politico-médical. Signe-trace qui rappelle aussi les masques « gratuitement » et abondamment distribués aux concitoyens en son nom. Signe-trace qui peut enfin mobiliser dans la bouche de ses opposants l’argument légitime – ou non – du « comportement contradictoire du Maire » face à la contamination.

A présent, rentrons dans le registre des récits implicites que peut produire la combinaison de l’ensemble de ces signes, ce que Barthes appelle « système de signification second » ou « connotation ».

Avec cette image, nous n’avons plus vraiment affaire avec un candidat. Nous faisons face à une figure amicale, voire paternelle, déjà méritante avant la pandémie, mais qui, durement touchée par la maladie, s’en est vaillamment sortie et a choisi de protéger ses administrés. La crise est toujours là, comme le rappelle le masque, mais ledit héros, déconfiné, reste apaisé dans une posture d’écoute, accessible et intéressé par les besoins de ses concitoyens dont il a su partager le destin et la souffrance. Sa montre suggérant peut-être, à qui surinterprète en imaginant le tictac, qu’il est à présent temps de voter pour lui…

Le dispositif sémiotique est, reconnaissons-le, très ingénieux. Peut-être ce storytelling est-il le fruit accidentel d’un moment de relâchement capturé, même si la densité sémiotique du cliché pourrait laisser à croire qu’il a été en partie travaillé. Cliché que le candidat lui-même a trouvé en tout cas assez séduisant pour le diffuser dans chaque foyer.

Et c’est bien là qu’est le problème.

En effet, dans la grande majorité des traditions éthiques ou morales, le « vertueux » n’exhibe jamais les signes de sa vertu. Car toute ostentation est ennemie de l’humilité et de la compassion. Elle n’est que mise en scène de ses propres démons, afin d’exercer une fascination, susciter la foi ou l’effroi. D’ailleurs dans le christianisme, dont la philosophie exerce toujours une influence – même profane – sur nombre de représentations contemporaines, seuls le Christ et ses saints révèlent leurs stigmates, signes de son sacrifice et de leur transfiguration dans et par la souffrance. Cette image autographe virant à l’image pieuse devient alors très embarrassante…

Bien sûr, je pourrais écrire sur la communication picturale du candidat Mergy, qui n’est pas moins artificielle mais reste dans les « canons » bien balisés de l’iconographie électorale, telle qu’elle s’est instituée depuis un demi-siècle. À l’exception peut-être de ces surprenants et risibles « santons » au dos du tract de second tour, M. Mergy tenant son téléphone comme un fétiche, debout jambes écartées, en costume lui-aussi relâché, seconde de liste sur une marche à ses côtés dans une pose – qu’on me pardonne l’expression – de « catalogue prêt-à-porter », et autres colistiers improbablement disséminés dans des postures figées, regards épars, certains tenant du bout des doigts… l’incontournable masque ! D’ailleurs, à titre personnel, je dois reconnaître n’être pas sûr que M. Mergy soit politiquement plus fiable que M. Vastel. Si l’image qu’il propose avait des qualités prophétiques, on pourrait ainsi s’inquiéter d’un immobilisme à venir, dû au manque de leadership et/ou de vision commune avec son équipe (critique qu’on lui a porté et dont il a cherché à se défaire).

Ce propos peut paraître superficiel, face aux nombreux arguments de terrain que peuvent déployer les uns et les autres. Mais dans le flou de toute campagne, je ne peux personnellement et malheureusement juger que sur ce que je connais. Et l’usage éthique de la communication est un de ces domaines.

Or donc, si à Fontenay comme ailleurs, des élus de droite comme de gauche se servent pareillement du masque comme plus-value politique, si à Fontenay comme ailleurs, les candidats et leurs supporters se balancent sans vergogne des noms d’oiseaux, pour moi, l’image de campagne de M. Vastel à Fontenay-aux-Roses, c’est le masque de trop, le stigmate indécent d’une communication politique sans pudeur, instrumentalisée à la limite de la démagogie.

Guillaume Laigle

PS : de manière sans doute présomptueuse, j’invite la lectrice, le lecteur, à suivre et étudier la circulation de ce billet et comment il est réapproprié. Car à n’en pas douter, par la sélection partielle et partiale, les ajouts et suppressions, la recontextualisation, le commentaire, bref toutes les transformations dont il fera peut-être l’objet (ce que le chercheur en sciences de l’information et de la communication Yves Jeanneret appelle « trivialité »),  il révélera en cette fin de campagne la créativité, l’intelligence mais aussi l’opportunisme et la mauvaise foi de tout électorat. Bonnes élections à toutes et tous.

Municipales 2020 : message de Michel BAYET, co-animateur du MODEM

Il y a six ans les Fontenaisiens, choqués du comportement de Pascal Buchet, ont accueilli à bras ouverts un homme nouveau arrivé dans les jupes d’une sous-branche de la droite locale, visiblement en panne de leaders locaux…

On a vu le résultat ! On attendait le gendre parfait, et on a rapidement compris que cet homme qui avait fait le tour de diverses villes de la région pour se trouver un mandat de Maire, n’avait aucun intérêt pour notre petite ville de banlieue. Il lui fallait un marchepied pour devenir ministre. Il s’est donc mis à cumuler sans vergogne les postes de Maire, Vice-Président de Territoire, et Conseiller Départemental. En cumulant bien sûr les divers émoluments correspondants – jusqu’à être mieux payé que le Député – et sans beaucoup de réalisations : qui à Fontenay a jamais vu un rapport ou une note écrit par L. Vastel sur les affaires du Territoire ou du département ?

Dans notre ville, il s’est contenté de faire du ‘beau’ pour le centre-ville : jets d’eau devant l’Eglise, façade Las Vegas au théâtre, et mare aux canards devant la Mairie. En laissant dans leur état plusieurs quartiers périphériques dont l’état nécessitait une action vigoureuse. Mieux, il a bluffé et menti sans hésiter pendant trois années aux habitants du quartier des Paradis, en leur faisant croire qu’il allait reconstruire à neuf tout leur quartier pour des prix de loyers inchangés… alors que le Maire de Fontenay n’a aucun moyen d’action sur ces bâtiments, dont le propriétaire (office HLM92) a bien d’autres priorités… On peut aussi mentionner l’incapacité à régler le problème pourtant bien simple du devenir de l’ex-conservatoire…

Mais surtout, L. Vastel a montré un dédain indigne vis à vis de ses administrés : non content de d’humilier ses adjoints en public lors des séances du conseil municipal, ou d’éliminer vicieusement des anciens alliés, il a monté pour le projet de la Place de Gaulle une concertation bidon, à laquelle hélas beaucoup de Fontenaisiens ont cru, et qui s’est révélée être un déni de démocratie pur et simple …

Gilles Mergy, lui on le connait. Il est de Fontenay ; il connait la ville ; il connait le fonctionnement municipal pour y avoir été élu à plusieurs reprises. Et les Fontenaisiens le connaissent. En ce qui me concerne, je connais Gilles de longue date pour avoir collé des affiches et distribué des tracts avec lui à l’époque où le PS était encore socialiste… Il a la compétence pour diriger une ville. Il a la force pour s’émanciper de son ex-mentor et pour tenir à leur place ses nouveaux alliés, ces grands prêtres de la religion à la mode qui n’ont – anciens ou nouveaux – aucunement su démontrer ni leur ouverture, ni leur largeur de vue, ni leur sens politique…

Je recommande à mes colistiers de la liste Bourdet de voter Mergy, même s’ils sont un peu amers que personne de leur liste ne représente dans l’alliance les 8% de Fontenaisiens qui ont voté pour Suzanne…

Je suggère vivement à tous les Fontenaisiens d’aller voter et de voter Mergy pour répudier L. Vastel

Municipales 2020 : « Penser Fontenay » liste menée par Céline ALVARO soutient Gilles Mergy

Notre liste « Penser Fontenay » remercie les Fontenaisiennes et les Fontenaisiens qui nous ont fait confiance lors du 1er tour des élections municipales le 15 mars 2020.

Pour le 2nd tour du 28 juin 2020, nous faisons le choix d’apporter notre soutien à Gilles MERGY et à sa liste « Un temps d’avance pour Fontenay ».

Consultez notre lettre ouverte en cliquant sur le lien suivant pour en connaitre les raisons : Liste_Penser_Fontenay_Alavaro_2_Tour

Pour la liste « Penser Fontenay », Céline ALVARO

Municipales 2020 : 2 ème Tour Réponses des listes candidates à l’association CIVIFAR : Thématique : Changements nécessaires mis en évidence par la pandémie COVID 19

La liste « Fontenay Demain (Laurent Vastel) » a refusé de répondre nos questions.

Pour cette liste, nous n’avons que le programme qui est disponible sur le site : https://www.fontenay-demain.fr/rapidoweb/programme-fontenay-demain.php

La liste « Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) » a fait une réponse globale à toutes les questions.

Vous pouvez télécharger le programme de la liste « Un temps d’avance pour Fontenay » (Gilles Mergy) : https://www.untempsdavancepourfontenay.fr/notre-projet-donnons-un-temps-davance-a-fontenay/

Vous pouvez envoyer des commentaires en mentionnant la thématique à l’adresse mail : asso.civifar@gmail.com

Pour que vos commentaires puissent être validés et publiés sur notre site, vous devez publiera avec vos noms, prénoms et adresse mail qui doit être valide, pour que nous puissions communiquer avec vous. Ces commentaires doivent respecter la Charte de modération du Blog « Nouvelles de Fontenay »

Questions de l’association CIVIFAR

La pandémie COVID 19 et le confinement, puis le déconfinement progressif ont mis en évidence des changements de priorité et de nouvelles pratiques qu’il sera peut-être nécessaire ou au moins souhaitable de pérenniser.

Comment prendrez-vous en compte ces changements au niveau municipal, par exemple :

•    Comment réaménager ou faire des extensions des locaux scolaires, périscolaires, de cantine, d’accompagnement scolaire ou d’accueil de loisirs, pour fournir un minimum d’espace (distanciation physique) et d’hygiène correcte (lavage des mains, toilettes en état, …) aux enfants et adultes présents. Dans certaines écoles, même avant la pandémie, ce manque d’espace rend insupportable le niveau de bruit des récréations en temps de pluie ou nécessite de faire deux services de déjeuner pour des élèves de maternelle.

•    Comment faciliter pour tous, un enseignement à distance de qualité, qui sera nécessaire en cas de nouveau confinement et qui pourrait aussi permettre, par rotation, de réduire les effectifs présents devant l’enseignant.

•    Comment adapter les services de crèches et de garderie d’enfants aux demandes des parents qui pratiqueront le télétravail chez eux ou en espaces de coworking local.

•    Comment faciliter les nouveaux modes de distribution (Commandes à distance, drive in piétons, livraisons à domicile, distributions type AMAP) qui se sont développés pendant le confinement et qui peuvent apparaitre plus efficaces, plus commodes et plus locaux.

•    Comment laisser plus de place aux piétons sur les trottoirs (distanciation physique ou simplement croisement avec des parapluies ou des voitures d’enfants).

•    Comment augmenter les surfaces d’espaces verts accessibles à tous, par exemple en incitant les résidences des bailleurs sociaux à autoriser, l’accès public à tout ou partie de leurs espaces verts, (comme c’est aujourd’hui le cas aux Blagis ou à Saint Prix) et de demander aux résidences privées, lors de l’instruction du permis de construire, un droit de passage pour faciliter la circulation des piétons.

Réponses de la liste « Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) »

Depuis le début de la crise sanitaire, notre équipe « Un temps d’avance pour Fontenay » s’est mobilisée afin de proposer des mesures permettant de mieux gérer les conséquences économiques et sociales du confinement en particulier pour les familles les plus fragilisées ou les commerçants.

Dès le 7 mai dernier, nous avions proposé un plan d’action global sur tous les sujets de la vie quotidienne dans notre commune (masques, mobilité, espace public, accompagnement des plus fragiles, écoles, santé, reprise de la vie sociale sportive et culturelle, soutien aux entreprises et aux commerces).

De manière plus structurelle, par rapport à la situation avant COVID 19, il nous paraît encore plus nécessaire de changer radicalement la politique actuelle de la municipalité dans au moins trois domaines :

  • Stopper la politique d’hyperdensification immobilière prévue par la municipalité actuelle (plus de 2000 logements supplémentaires prévus d’ici 2030) car en réduisant la distanciation physique, elle est un facteur d’aggravation des crises épidémiques ;
  • Accorder la priorité absolue aux services publics essentiels notamment la santé, les écoles et la petite enfance pour aider les familles fontenaisiennes face à la crise économique et sociale qui s’annonce au lieu de poursuivre la politique de dépenses tape-à-l’œil ;
  • Engager réellement la transition écologique et énergétique notamment sur la question des mobilités en favorisant la marche à pied et le vélo pour réduire l’usage de la voiture particulière et les émissions polluantes dont les effets sur la santé sont considérables.

Sur la question de la santé, nous renforcerons les moyens du CMS pour mieux répondre aux besoins des Fontenaisiens. Nous en ferons un centre d’accueil de proximité ouvert 7 jours sur 7. Nous y élargirons les spécialités proposées et nous mettrons en œuvre un accompagnement psychologique notamment pour les Fontenaisiens isolés et les jeunes. Nous développerons la télémédecine et nous travaillerons en lien avec la médecine de ville sur l’acquisition de matériel médical pouvant être mutualisé.

Sur la question des écoles, les candidats de l’opposition avaient unanimement demandé lors du Conseil municipal dématérialisé du 23 avril dernier, la mise en place d’un comité de pilotage associant tous les élus et les parents d’élèves et co-présidé par le Maire et l’inspectrice de l’éducation nationale afin de préparer leur réouverture. Elle a été refusée par le Maire sortant.

Nous l’instaurerons dès que nous serons élus et il aura notamment vocation à préparer la rentrée scolaire de septembre 2020 en lien avec les services municipaux et les services de l’Etat sur les points suivants :

  • Les conditions sanitaires d’accueil (protocole de nettoyage, matériel à disposition pour respecter les consignes, conditions de respect des règles de distanciation sociale, usage de produits ménagers adaptés, savon ou gel hydro-alcoolique pour le nettoyage des mains des enfants, du personnel et d’éventuelles tierces personnes,  aération des locaux, intervention de salariés autres dans les enceintes des écoles pour livraison ou maintenance des locaux, mise à disposition de poubelles spécifiques COVID pour déchets ménagers éventuellement contaminés tels que papier main, gants, masques, etc..) ;
  • Les enjeux éducatifs (conditions d’accueil, rythmes scolaires, scolarisation à distance, objectifs pédagogiques…) ;
  • L’accueil prioritaire de certains enfants si cela s’avère encore nécessaire (personnels soignants, policiers, pompiers, enseignants, familles monoparentales, commerçants, enfants en difficulté, enfants de parents séparés,… )
  • La prise en compte si besoin est pour la rentrée scolaire, de la situation des familles qui ne pourront pas mettre leurs enfants à l’école tant pour le maintien du chômage partiel que pour la poursuite de la scolarité à distance
  • Les conditions matérielles de prise en charge des enfants dans les cantines scolaires (fourniture de panier repas ou confection de repas chauds individuels, roulement pour permettre la distanciation sociale), et par l’accueil périscolaire (mise à disposition de salles municipales supplémentaires pour permettre la distanciation sociale) ;
    Enfin, nous veillerons également :
  • A l’abandon des projets de fermeture de deux classes à la rentrée (école maternelle Scarron et école élémentaire des Renards) ;
  •  Au renforcement du dispositif et des moyens matériels et financiers des RASED pour accompagner les élèves d’écoles maternelles et élémentaires en difficulté.
  • A la mise en place d’un grand plan de lutte contre le décrochage scolaire via un accompagnement  et une aide accrue financière et logistique des associations bénévoles qui interviennent dans ce domaine par la mise à disposition de salles en semaines et d’outils pédagogiques le week-end et une coordination avec les employeurs présents sur la ville du don d’outils pédagogiques et d’ordinateurs)

Sur la question de la petite enfance, nous défendons une revalorisation du secteur de la petite enfance et nous apporterons notre soutien à l’ensemble des professionnels dans l’application des mesures sanitaires liées à la COVID.

Nous veillerons à accroître l’offre d’accueil collectif des tout-petits avec la réouverture de la crèche Fleurie et lors du transfert de la crèche Paradis en pied d’immeuble rénové.

Nous soutiendrons et promouvrons le secteur privé et indépendant afin de diversifier une offre d’accueil indispensable aux familles fontenaisiennes.

Ainsi, nous veillerons à offrir aux familles qui travaillent en horaires atypiques un mode de garde au sein de la ville en soutenant la création de maisons d’assistantes maternelles (MAM) avec l’accompagnement d’un référent de la CAF.

Nous serons particulièrement attentifs à la situation des familles avec enfant porteur d’un handicap (environnement adapté et personnel formé). Nous repenserons la configuration du Relais Assistantes Maternelles (RAM) afin que l’espace actuel soit mieux adapté aux besoins des professionnels. Nous soutiendrons ses actions : mise à la disposition des familles de toutes les informations utiles relatives à leurs droits et leurs devoirs, l’accueil et l’accompagnement des assistantes maternelles agréées.

Nous veillerons à ce que les espaces extérieurs soient de qualité́

Nous aménagerons l’espace urbain pour faciliter les déplacements notamment lorsque les professionnels se promènent avec plusieurs enfants ou avec des poussettes

Nous permettrons aux assistantes maternelles d’accéder à des logements qui prennent en compte la spécificité de leurs métiers (pas de logements au delà du 2ème étage sans ascenseur…)

Nous soutiendrons également les différentes initiatives des associations

Nous soutiendrons l’accès à la formation pour tous les professionnels de la petite enfance.

En ce qui concerne les nouveaux modes de distribution, nous avons proposé pendant la phase de confinement la mise en place d’un drive accessible à vélo ou à pied pour permettre aux commerçants du marché de livrer leurs produits frais. Malgré un accord de principe de la préfecture des Hauts-de-Seine, le maire sortant a refusé.

Pour l’avenir, il nous paraît essentiel de favoriser de nouveaux modes de distribution.

Nous considérons donc que la subvention qui a été versée à l’association des commerçants pour assurer des livraisons à vélo via l’association FAR@vélo est une très bonne initiative. Nous la pérenniserons et nous regarderons en lien avec l’association des commerçants comment la faire monter en puissance.

Elle devra s’accompagner d’un dispositif de livraison à domicile des courses pour les personnes âgées et/ou fragiles avec l’aide du CCAS et des associations comme la Croix-Rouge ou la Protection Civile comme dans certaines villes voisines.

En parallèle, nous favoriserons la création d’un dispositif de « retrait piéton » après commande auprès de commerçants Fontenaisiens avec une livraison sur le « site » assistée par la mairie et l’association des commerçants, en s’appuyant par exemple sur une démarche inclusive (recours par exemple à des travailleurs en situation de handicap) et mise à disposition des commandes sur un créneau de fin de journée : 18 h – 21 h.

Municipales 2020 : 2 ème Tour Réponses des listes candidates à l’association CIVIFAR : Thématique : Démocratie Participative, participation des citoyens

La liste « Fontenay Demain (Laurent Vastel) » a refusé de répondre nos questions.

Pour cette liste « Fontenay Demain » nous n’avons que le programme qui est disponible sur le site : https://www.fontenay-demain.fr/rapidoweb/programme-fontenay-demain.php

Pour certaines questions, nous mettrons les réponses que nous avons trouvé sur le programme.

La liste « Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) » a répondu à toutes les questions.

Vous pouvez télécharger le programme de la liste  »Un temps d’avance pour Fontenay » : https://www.untempsdavancepourfontenay.fr/notre-projet-donnons-un-temps-davance-a-fontenay/

Vous pouvez envoyer des commentaires en mentionnant la thématique et le N° de question à l’adresse mail : asso.civifar@gmail.com

Pour que vos commentaires puissent être validés et publiés sur notre site, vous devez fournir vos noms, prénoms et adresse mail qui doivent être valides, pour que nous puissions communiquer avec vous. Ces commentaires doivent respecter la Charte de modération du Blog « Nouvelles de Fontenay »

Question N°1 : Pourquoi voudriez-vous favoriser la Démocratie Participative, la participation des citoyens à l’élaboration, la réalisation et l’évaluation des projets municipaux ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : Conjuguer éthique de responsabilité et éthique de conviction. La certification ISO 37001, dite certification anti-COR, sera mise en place par un organisme certificateur agréé pour éviter toute dérive individuelle (double contrôle)
    Le maire, comme en 2014-2020 ne siègera pas en Commission d’Appel d’Offres et délèguera la présidence afin de dissocier présidence de la commission et signature des marchés par le maire
    Formation des élus, et obligation de la présence d’un élu et d’un membre du personnel administratif à chaque réunion (comme mis en place dès 2014).
    Maintien des retransmissions vidéos du conseil municipal instaurées par notre équipe depuis 2015
    La mise en ligne des documents administratifs et des décisions communales sera élargie
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : La décision appartient certes aux élus, mais une bonne gouvernance est une gouvernance qui prend en compte l’avis des habitants, leurs besoins, et respectent leur volonté. Nous sommes également persuadés que l’intelligence collective apporte beaucoup à l’élaboration d’un projet. Nous voulons remettre le citoyen au cœur du processus de décision, car les décisions sont prises au nom et pour le compte des citoyens, et les impacte aussi dans leur quotidien. C’est pourquoi, la démocratie participative est au cœur des démarches de notre liste d’union avec les ateliers Fontenaisiens et les votations citoyennes qui ont permis la construction du projet. Nous sommes convaincus cela permet également une gouvernance plus apaisée. Cela évite beaucoup de conflits, de contentieux, qui font perdre du temps et pèsent sur le budget de la ville.

Question N°2 : Etes-vous prêt à donner une large délégation horizontale et des moyens d’action (avec du personnel municipal) à un Maire Adjoint chargé de la Démocratie Participative, dans tous les domaines d’intervention de la municipalité. Avez-vous déjà, dans votre équipe un candidat pour un tel poste ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : dans l’ancienne mandature, il y avait une maire-adjointe chargée de la démocratie Participative, Vie associative, Maison de quartier des Paradis, Insertion, Prévention
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : C’est précisément une de nos propositions. Elle vient des ateliers préparatoires et de la contribution des citoyens référents. Un des maires adjoints aura en charge la démocratie participative et il/elle sera secondé(e) par du personnel de la municipalité. L’une de ses missions sera de former les citoyens, les élus et de sensibiliser le personnel municipal à la notion de démocratie participative. Le but étant de mettre en place l’ensemble des mécanismes et dispositifs, de nature à instaurer durablement et efficacement la Démocratie participative dans notre ville. Dans notre équipe, l’importance de la démocratie participative fait consensus et nous avons beaucoup de bon(ne)s candidat(e)s pour ce poste.

Question N°3 : Pensez-vous mettre des habitants dans le comité de rédaction du Fontenay Mag ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : pas de réponse
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : Nous souhaitons ouvrir le magazine municipal pour qu’il soit un media d’expression accessible aux fontenaisiens et notamment aux associations. Nous favoriserons également les media indépendants locaux qui permettent de diffuser de l’information avec beaucoup de réactivité et de souplesse.

Question N°4 : Pensez-vous mettre en œuvre les propositions du groupe de travail sur les comités d’habitants et de la démocratie participative (DP) et lesquelles?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel): maintien des RDV réguliers avec les Comités d’Habitants. Maintien des diagnostics en marchant, et des réunions de quartier avec les habitants
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : Toutes les propositions ne pourront peut-être pas être retenues, mais beaucoup de bonnes propositions du groupe de travail sur la DP qui sont restées lettre morte seront mises en œuvre. Par exemple, nous mettrons à jour la charte de la démocratie participative qui sera à nouveau votée par le conseil municipal pour officialiser des nouveautés comme l’organisation matricielle des comités thématiques et le comité inter-quartier. Certaines propositions relatives aux modalités de tirage au sort ou à l’implication du maire dans la promotion de la DP vont de soi et rentreront dans le quotidien de notre action.

Question N°5 : Comment pensez-vous faire évoluer la participation des citoyens : nouvelle version de la charte de Démocratie Participative, création de structures et de possibilités supplémentaires (conseil municipal citoyen, référendum local d’initiative citoyenne, règlement intérieur du conseil municipal …) ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : Création d’un conseil municipal des jeunes à partir des écoles primaires CM 1 ‐CM 2 permettant d’impliquer les enfants dans la réflexion municipale, avec la capacité de proposer et de suivre des projets.
    Création du passe pédagogique et citoyen FAR_PASS, une carte à point qui gratifie les actions citoyennes et écologiques comme la participation à la « Faites de la Propreté », la récupération de déchets, les actions solidaires en offrant des places de cinéma ou piscine par exemple.
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : Nos premières actions porterons sur la mise en œuvre d’une version mise à jour de la charte de la DP. Nous inclurons dans le règlement intérieur du conseil municipal des éléments favorables à la participation citoyenne (question en début de conseil par exemple). Nous ferons une réunion annuelle de bilan de notre action, sorte d’entretien annuel de l’équipe municipale qui sera pour nous l’occasion de présenter nos actions et pour les fontenaisiens de nous fixer des objectifs pour l’année prochaine. Nous soumettrons à la votation citoyenne annuelle les grandes orientations relatives à la gestion de la ville et son budget. Nous sommes favorables à la tenue de référendum d’initiative citoyenne sur les questions importantes.
    Nous envisageons à moyen terme la mise en œuvre d’un conseil municipal citoyen siégeant aux côtés du conseil municipal des élus. Il s’agit là d’une innovation majeure (outre la votation citoyenne annuelle) dont la mise en place nécessite plus de temps, et nous en avons conscience.
    Un observatoire de la démocratie participative présidé par une personnalité extérieure à l’équipe municipale veillera à l’évaluation des dispositifs de démocratie participative

Question N°6 : Jusqu’à quel montant pensez-vous mettre en œuvre un budget participatif ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : maintien du budget participatif, sans préciser le montant.
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : Nous commencerons par un budget participatif à la hauteur de la moyenne des villes équivalentes soit 250 k€. Nous veillerons à l’implication des porteurs de projet dans la réalisation.

Question N°7 : Pensez-vous proposer à des citoyens de participer à toutes les commissions municipales ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : pas de réponse
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : Nous souhaitons impliquer les citoyens dans tous les projets significatifs de la municipalité. Un calendrier précis permettra à chacun de connaître les grandes étapes. L’information sera diffusée à temps à tous et les associations pourront être accompagnées si elles souhaitent, s’investir dans la réflexion suivant des modalités permettant également de préserver le travail et la réflexion nécessaire de l’équipe municipale.
    Les citoyens seront associés à l’évaluation a posteriori et pas seulement lors des prochaines élections.

Question N°8 : Pensez-vous proposer à des citoyens de participer à la commission des permis de construire, sans voix décisionnaire ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : pas de réponse
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : Le pouvoir personnel du maire paraît trop fort dans ce domaine. En effet, on constate que le style architectural d’une ville peut changer du tout au tout à l’occasion d’une élection. Nous ouvrirons la commission des permis de construire (c’est déjà le cas) à des citoyens ayant des compétences dans le domaine de l’urbanisme avec un engagement de respect de la confidentialité des débats et des propositions. Nous maintiendrons également de la transparence dans les processus de dépôt et d’examen et nous faciliterons la consultation des dossiers par les citoyens.

Question N°9 : Comment pensez-vous réactiver la Commission Extra-Municipale d’Urbanisme et d’Aménagement (CEMUA), assemblée consultative et de concertation avec pour membres des élus, des services techniques, des représentants des comités d’habitants, des associations de quartier et de locataires, et quel rôle lui donner ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : pas de réponse
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : La CEMUA s’est très peu réunie. Alors qu’elle a été mise en place par l’équipe sortante, elle n’a pas été mise au cœur de l’action municipale dans le domaine de l’urbanisme. Quand nous serons élus, la CEMUA sera réunie chaque trimestre. Elle jouera un rôle de contrôle de la construction à Fontenay (quantité, qualité et notamment qualité environnementale). Elle suivra également les actions de réhabilitation urbaine et environnementale.

Question N°10 : Quel contrôle de la tenue de vos promesses de campagne au cours de la mandature envisagez-vous ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : pas de réponse
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : Nous mettrons en place des outils numériques qui permettrons le suivi des projets et serviront également de support pour la participation citoyenne (information, débat, vote).
    L’organisation des conseils de quartier sera confiée aux comités d’habitants comme le prévoit la charte de la démocratie participative. L’équipe se tiendra à disposition pour rendre compte de son action dans le quartier.
    Nous allons mettre en place un observatoire des engagements qui permettra de suivre la mise en œuvre de nos propositions.
    Chaque début d’année une réunion publique sera organisée pour suivre l’avancement de l’action municipale et recueillir, entre autres, les propositions des comités d’habitants, sans oublier qu’elle sera l’occasion d’une votation citoyenne.

Question N°11 : Comment ferez-vous pour étendre les pratiques de la Démocratie Participative au niveau du territoire Vallée Sud Grand Paris ?

  • Fontenay Demain (Laurent Vastel) : pas de réponse
  • Un temps d’avance pour Fontenay (Gilles Mergy) : Le territoire ne sera pas un moyen d’échapper au contrôle citoyen : Nous ne dirons pas « ce n’est pas nous c’est le territoire ». Nous assumerons les décisions prises au conseil territorial et ferons preuve de la même transparence au niveau du territoire qu’au conseil municipal, en expliquant les positions prises par les représentants de la ville.
    Nous militerons pour une réelle implication des citoyens des communes du territoire dans les projets, notamment en soutenant les initiatives portées par des groupements d’associations à l’échelle du territoire.

Droit de réponse de Pierre Henri CONSTANT, Chef de file LR sur la liste FONTENAY DEMAIN à l’article « Municipales 2020 : Message de Philippe Ribatto, membre des Républicains de Fontenay-aux-Roses »

Que P. Ribatto soit déçu de ne pas figurer sur la liste de Laurent Vastel est compréhensible. Il ne peut en aucun cas toutefois se prévaloir du titre de responsable des Républicains sur Fontenay, titre qui d’ailleurs n’existe pas dans notre mouvement. Rappelons que P. Ribatto a depuis 2001, et à chaque élection municipale, mené une liste dissidente ou appelé à voter contre la liste soutenue par le RPR, l’UMP puis Les Républicains.

Présent en tant que Chef de file Les Républicains sur la liste de Fontenay Demain, investie par notre mouvement, je tiens à préciser qu’avec les autres candidats LR de la liste, nous contribuerons avec enthousiasme à la poursuite de l’action de rénovation et de modernisation de notre ville menée par Laurent Vastel depuis 6 ans.

Sans équivoque, les Républicains de Fontenay aux Roses appellent à voter Laurent Vastel le 28 juin prochain.

Pierre Henri CONSTANT

Chef de file LR sur la liste FONTENAY DEMAIN avec LAURENT VASTEL

Municipales 2020: liste « Un temps d’avance pour Fontenay » : Facebook Live le lundi 15 Juin à 19 heures

Lundi 15 Juin 2020 à 19h00 :  un Facebook Live a eu lieu avec Gilles Mergy en présence de deux co-listières de notre liste de rassemblement Pauline Le Fur et Astrid Brobecker vous présentera notre projet pour le second tour des élections municipales et répondra à vos questions.

Il  est visible en replay sur la page Facebook  de la liste : https://www.facebook.com/untempsdavancepourFontenay/live/

Municipales 2020 : 2 ème tour : Message de Pascal Buchet

La déclaration : http://pascalbuchet.fr/message-de-pascal-buchet-a-tous-les-fontenaisiens-pour-le-second-tour-des-municipales/

Extraits 

« Avec Gilles Mergy, nous avons associé nos listes et nos projets. C’était la seule solution pour permettre une véritable alternative démocratique pour Fontenay-aux-Roses. J’ai veillé à ce que toutes les propositions qu’avec la liste «Fontenay avec vous» nous vous avions présentées soient reprises sans aucune exception. »

« C’est en responsabilité que nous avons voulu ce rassemblement, c’est désormais à vous de vous mobiliser quel que soit votre vote du premier tour si nous voulons changer de municipalité. J’y prends toute ma part car je crois profondément en la force des convictions, à l’intelligence collective, à la justice sociale qui ont toujours fondé mon engagement au service des autres.

J’ai toute confiance en Gilles, en sa liste de rassemblement pour mener à bien nos projets communs dans le respect de nos engagements.« 

Municipales 2020 : réponse de la Liste Associative Ecologique Citoyenne à J.M. Drouot

Article de JM Drouot : http://www.nouvellesdefontenay.fr/municipales-2020-a-propos-du-communique-de-suzanne-bourdet/

Contrairement aux affirmations de Monsieur Drouot, le communiqué de presse de la Liste Associative Ecologique Citoyenne, publié le 5 juin dans les Nouvelles de Fontenay, et que j’ai signé en tant que tête de liste, prend acte du fait que G.Mergy et sa liste ont refusé, « à l’unanimité » (sic), une fusion avec notre liste. G.Mergy et son équipe ont exclu au lieu de rassembler.

Pour le deuxième tour des élections municipales de notre ville, il y aura donc deux listes, le monde d’hier (2014 à 2020) conduit par Laurent Vastel, et le monde d’avant-hier (1994 à 2014) conduit par Gilles Mergy.

Le temps d’après Covid ressemble donc trait pour trait au temps d’avant. Est-ce ce qu’attendent les fontenaisiens ? Dans ces conditions, aucune des deux listes ne peut se prévaloir de notre soutien.

Quant à nous, nous continuerons comme nous l’avons toujours fait, par nos engagements associatifs, à soutenir la qualité de vie, la réussite éducative et la prise en compte des nouveaux problèmes d’après-Covid.

Suzanne Bourdet et son équipe