Les Ateliers Fontenaisiens et Europe Écologie Les Verts : réunion de lancement de la campagne des municipales le 16 octobre de 20h à 22h30 salle sainte Barbe 10 rue Boucicaut

Les Ateliers Fontenaisiens et Europe Écologie Les Verts vous invitent à la réunion de lancement de la campagne des municipales de la liste « un temps d’avance pour Fontenay » avec Gilles Mergy  le 16 octobre de 20h à 22h30 salle sainte Barbe 10 rue Boucicaut.

Après une mini-table ronde associant trois grands témoins autour de la transition écologique, l’urbanisme et la participation citoyenne et une présentation de quelques uns des membres de la liste, Gilles Mergy vous présentera les grandes orientations de notre futur projet municipal dont la co-construction se poursuit  avec les habitants de notre commune.

Elections municipales : proposition d’une liste sur la transition écologique rédigé par Nouvelle Donne

À Fontenay, comme dans beaucoup d’autres grandes villes, l’environnement le développement durable sont des réalités difficiles à mettre en oeuvre quand le sol nu se fait inexistant et que le mètre carré atteint des sommes astronomiques.
C’est pourquoi j’ai décidé de prendre à bras-le-corps cette priorité à Fontenay et de représenter la liste Nouvelles Donne (ND), qui programme d’enclencher la transition écologique avec des solutions concrètes et mise sur l’intelligence collective, la
fraternité en permettant à chaque adhérent de contribuer à la construction du projet ND.
Aussi, si vous avez des solutions, des Idées Vertes pour notre ville, merci de me contacter par mail.
Personnellement cette alternative je l’ai démarrée à Fontenay en 2012 en créant 20 parcelles potagères avec le bailleur social Toi et Joie et avec bien d’autres projets de jardins collectifs urbains et de chemin Vert celui démarré aux Blagis, ou l’étude
avec la résidence universitaire Saints Sauveurs, ou le parc des anciens combattants, ou celui du nouveau conservatoire : mais chaque fois avec la participation des habitants, pour vivre ensemble le plaisir de retrouver le contact à la terre.
Le « pacte Finance-Climat » pour déployer la transition écologique rédigé par Nouvelle Donne et défendu par Pierre Larrouturou (député européen président de Nouvelle Donne) doit aussi créer des centaines de milliers d’emplois dans nos villes, le bien-être social et humain allant de pair avec l’équilibre écologique : par exemple enterrer le parking du RER et d’autres dans notre ville et réaliser des jardins au-dessus
désengorgera Pôle-Emploi (actuellement vidé par durcissement des conditions d’accès).
Merci de me contacter et de construire de beaux projets pour Fontenay. Au plaisir de mettre les mains dans la terre et l’esprit dans le bien-vivre ; et de mieux (si c’est possible) respirer dans notre ville !
Joëlle Touzet
mon mail : joelle-touzet@orange.fr

Réponse de Suzanne Bourdet et Michel Faye, à un article de MM Chambon et Lhoste

Article : Emmanuel CHAMBON, Maire adjoint, Espace public, Voirie et Roger LHOSTE, Bâtiments communaux, Travaux en régie : Il est bon de rétablir quelques vérités face à de fausses affirmations !

Un fontenaisien a fait remarquer dans le blog  « Osez Fontenay » que la rue Maurice Phillipot était en piteux état. Il signalait  que pour les personnes devant utiliser des cannes ou des béquilles, les trottoirs étaient impraticables.

Nous avons parcouru les rues de la ville durant l’été, rues restant à la ville et rues transférées au Territoire. MM Chambon et Lhoste ont fait remarquer que la rue Maurice Philippot n’a pas été transférée au Territoire. Exact,  mais  les 2 rues situées à chaque extrémité de cette rue dans le prolongement de cette dernière - la rue de Bellevue vers le Nord et la rue de la Fosse Bazin vers le Sud – ont été transférées au Territoire !  Pourquoi ces choix discontinus?

M. Vastel et sa majorité réduite ont choisi de privilégier les travaux en centre-ville plutôt que la remise en état des rues des quartiers périphériques. La rue Maurice Philippot sera-t-elle remise en état avant la fin de cette mandature ?

Les élections approchent, les propos s’exacerbent, les bilans aussi. Ainsi, dans un tract de campagne du maire sortant, on lit: « un bilan doit toujours reposer sur des faits … action n° 8  : Installation de 4 stations Vélib’ : Réalisée »  /  Mensonge grossier, comme diraient MM Chambon et Lhoste, ou bilan surfait ?  

En effet,  3 stations Vélib sont réalisées, mais pas la 4ème, qui devait être installée près de la gare RER. Au Conseil Municipal du 26 septembre 2019, la majorité réduite de M.Vastel a voté contre – « politique oblige ? » – contre un vœu du groupe Associatif et Citoyen demandant l’installation de cette 4ème station  avant la fin 2019.

Urbanisme, Voirie et Transports sont des facteurs clés du développement de la Ville. Vu l’ampleur de la tâche, il faut qu’un élu de la Ville s’y consacre, en interlocuteur principal du Territoire, qui gère désormais l’essentiel de ces domaines. En clair, sans cumul avec d’autres fonctions. Rendez-vous en mars 2020 !

Suzanne BOURDET et Michel FAYE, Conseillers municipaux, Groupe Associatif et Citoyen

Réponse de Gilles Mergy, conseiller municipal à l’article de MM Chambon et Lhoste

Sur le coût du bassin situé devant la Mairie, tous les chiffres ont été donnés par la majorité municipale depuis plusieurs mois : 200k€, 100k€ et désormais 45k€.

Je prends donc bonne note du dernier chiffre en date que les élus concernés ne démontrent toutefois pas plus que les précédents.

Il n’en demeure pas moins que ce bassin est inutile, anti-écologique et que sa maintenance et son entretien seront très coûteux (traitement des fuites, nettoyage quasi quotidien du bassin…).

En ce qui concerne l’hyper-concentration des travaux dans le centre-ville, je voudrai apporter les précisions suivantes.

Que 83% des rues rénovées par la ville depuis 2014 soient en dehors du centre-ville est possible en nombre de rues (même si les élus concernés n’en apportent pas la preuve).

Mais, mon observation portait sur la répartition des montants investis par la commune sur l’espace public.

Comme tous les Fontenaisiens ont pu le constater, la quasi-totalité des travaux et donc des investissements de la ville se sont bien concentrés sur l’hyper centre-ville (place de Gaulle, place de l’Eglise et place de la Cavée).

Les rues des quartiers périphériques ont, à l’exception de quelques-unes d’entre elles, été laissées à l’abandon ou simplement « rafistolées ».

Gilles Mergy

Emmanuel CHAMBON, Maire adjoint, Espace public, Voirie et Roger LHOSTE, Bâtiments communaux, Travaux en régie : Il est bon de rétablir quelques vérités face à de fausses affirmations !

Une campagne électorale n’a de sens que si les débats se déroulent dans le respect des autres et en se basant sur un minimum de vérité.

Les élections municipales sont l’occasion d’un bilan de l’action de l’équipe sortante et d’un débat contradictoire autour de ce bilan. C’est normal. Que ce débat soit sans concession est tout aussi normal. Mais que le débat se résume à des affirmations péremptoires et fausses, voire des mensonges grossiers n’a aucun sens.

Maire-adjoints de l’équipe sortante en charge des travaux et de la voirie, nous suivons de très près l’ensemble des travaux mis en œuvre par notre équipe dans la ville depuis 6 ans. Depuis plusieurs mois, sur les réseaux sociaux comme sur certains blogs de la commune, des contre-vérités sont ainsi répandues qui témoignent soit d’un manque de connaissance  des dossiers du conseil municipal (étonnante pour des personnes élues souvent depuis plusieurs décennies), soit d’une volonté délibérée de créer de la confusion. Chacun jugera :

Monsieur Mergy affirme sur Twitter que le bassin d’agrément du parvis de l’hôtel de ville aurait coûté 200.000 euros…. Faux ! Il s’agit de moins de 45.000 euros pour être précis, ce qui est un prix habituel pour ce type d’équipement qui, au passage, a été financé par la région et le département à 60% comme le reste des travaux de la place !

Le même monsieur Mergy affirme sur Osez Fontenay que la ville « hyper-concentre » ses travaux sur le centre-ville, à l’occasion d’une remarque d’un riverain de la rue Philippot. En réalité, sur les 30 rues dont les trottoirs et/ou la chaussée qui ont été refaites par la ville pendant cette mandature, plus de 83% des rues concernées se situent dans les quartiers et ne sont donc pas en centre-ville !

Madame Bourdet explique doctement, toujours sur le même blog, que la rue Philippot serait délaissée car elle a été transférée au territoire et nous explique que cette décision est mauvaise, sauf que la rue en question ne fait pas partie des rues transférées et que des travaux sont planifiés dans le cadre du plan pluriannuel d’investissement !

Monsieur Buchet clame sur Facebook que la rénovation du gymnase du parc ne s’imposait pas et qu’il s’agit d’un gaspillage d’argent public. Il faut tout de même rappeler que l’expertise des bâtiments, consultable en ligne sur le site de la mairie, souligne non seulement la vétusté du gymnase, mais aussi sa dangerosité en cas de tempête.

Le même monsieur Buchet affirme que ce gymnase ne répondra pas aux attentes des sportifs, alors que plus d’un an de travail et de concertation avec les sections de l’ASF ont permis de définir les besoins exacts des sportifs. Ainsi, l’augmentation de la surface de jeu permettra des compétitions de niveau supérieur. De même, une salle de musculation servira à la préparation physique spécifique de certains sports et n’a rien  à voir avec la salle privée de gym, comme le prétend monsieur Buchet !

Quant à EELV qui dénonce la « minéralité » de la place de Gaulle et, selon eux, la création d’un  « îlot de chaleur ». Leur mémoire semble défaillir, car tout le monde se souvient que le sol était en bitume foncé (qui ramollissait parfois lors des grandes chaleurs de l’été) et qu’il s’agissait d’un ancien parking jamais refait. Il y a aujourd’hui plus d’arbres qu’avant les travaux et les arbres replantés sont à peine moins grands que ceux qui ont été conservés côté Verdun, comme chacun peut le constater. Enfin, 30% de la place a été perméabilisée sous la forme d’une promenade sous les vieux marronniers du côté librairie, tous conservés de ce côté, en pleine terre et non plus emprisonnés dans le bitume.

La polémique est souvent au rendez vous des campagnes électorales, et chacun peut défendre d’autres choix que ceux qui ont été faits. Pratiquer un tel niveau de désinformation fausse le débat, ne nous paraît ni sérieux ni crédible et ne grandit pas l’expression démocratique.

Cordialement

Roger Lhoste et Emmanuel Chambon