Municipales 2020 : Sémiologie de l’image et communication politique de Messieurs Laurent Vastel et Gilles Mergy

Je me permets ce billet dans le cadre de l’actuel second tour des municipales, en réaction à une image apparemment anodine qui a pourtant réussi à hérisser très fortement le particulier que je suis. Elle peut être le point de départ d’une réflexion de chacune et chacun sur le poids pas si anecdotique que peut malheureusement avoir une image dans ses propres intentions de vote, que cela soit pour ou contre quelqu’un, et de la place que nous accordons – ou non – aux chimères de toute communication politique, personnelles ou socialement construites.

Je précise en préambule que, même si j’ai une sensibilité portée sur l’éducatif et le social, je n’appartiens à aucun parti et ai fait objectivement l’effort de m’intéresser à tous les candidats. Cependant, récemment installé à Fontenay qui a conquis mon cœur, je me sens incapable de discerner le vrai du faux dans les affirmations et programmes des uns ou des autres, même si je dois confesser une certaine méfiance épidermique, instinctive, irraisonnée pour M. Vastel, pour l’avoir croisé et observé à plusieurs reprises durant ses prises de contact en campagne électorale. Pas très rationnel donc. Je me préparais malheureusement à m’abstenir ou voter blanc.

Or donc, c’est une photo, une simple photo, une unique photo qui a changé la donne. La photo qui orne justement, en haut et à droite, le tract de second tour de M. Vastel.

Pour argumenter mon propos, je déploierai si vous le voulez bien une technique d’analyse développée par le philosophe et logicien pragmatique Charles Peirce, puis une autre développée par le sémiologue Roland Barthes dans ses « Mythologies ». Outils utilisés quand j’étais doctorant en com’ et qui parfois ressurgissent violemment, par réflexe d’autodéfense.

Abordons d’abord la « priméité » de l’image, son iconicité, ce qu’elle présente plastiquement et le sentiment qu’elle peut inspirer de manière immédiate.

Nous y voyons un homme qu’on peut qualifier de « bonhomme » : il est assis sur un banc à l’assise et au dossier de bois, silhouette et visage un peu forts affichant un sourire discret encadré par une barbe bouc et des lunettes. Il nous regarde droit dans les yeux mais n’est pas appuyé sur le dossier : il est bassin en avant, les coudes appuyés sur les genoux de son pantalon bleu. Le col de sa chemise ciel est ouvert. Sa veste bleue, sur laquelle est accroché un ruban rouge, a les manches légèrement retroussées, révélant une montre à aiguilles. Ses deux mains sont jointes, la paume de l’une appuyée sur le dos de l’autre, tenant pendu probablement par les élastiques un masque facial blanc d’allure chirurgical. A l’arrière-plan, on distingue un fond composé de lierres et de branches de résineux accrochés sur un mur de briques brunâtres, clôturant cet espace en un sentiment d’intimité oxygénante. Quelques rayons de soleil s’y reflètent, passant entre des branches d’arbre hors champs. En bref, cet homme tranquille semble apprécier de prendre l’air dans son petit coin de jardin en notre compagnie.

Passons ensuite à la « tiercéité » de l’image : en quoi elle révèle des habitudes, des codes sociaux mais aussi ce qu’elle peut révéler d’arbitraire par rapport à ses conditions de production et d’énonciation.

Or un élément arbitraire s’est effectivement inséré dans le processus technique de production de l’image : le nom manuscrit. Il n’a pas été capturé par l’appareil photo mais sciemment surimposé en blanc à l’image. Cet usage du nom manuscrit sur la photo évoque volontiers la pratique sociale initiale de la dédicace : une personne de grande notoriété personnalise davantage encore sa propre image, à la demande et au bénéfice de fans. Il ne s’agit pas tant d’identifier la personne autographiée (on sait qui elle est, puisqu’elle est déjà largement publicisée) que de signifier une rencontre proximale et privilégiée, pour ne pas dire exclusive. Un sens qui tend à perdurer même s’il s’est, ici, industrialisé.

Le vert domine la surface, indubitablement associé à la nature, au végétal et conventionnellement à l’écologie. Nombre de candidats ont usé de ce fond de verdure, suite à l’augmentation si ce n’est de leurs propres préoccupations environnementales, du moins des scores écologistes. Le bleu marine suit, majoritaire sur la personne imagée. Partie intégrante du drapeau tricolore, le marine est historiquement associé aux partis de la droite républicaine avant d’avoir été repris par l’extrême droite pour attirer ce même électorat. Ceci participe à renforcer l’orientation politique de son porteur auprès des habitués et supporters. Quant au rouge du fin bandeau de la veste, s’il est historiquement associé aux partis de gauche, il est ici un code qui signale que son porteur est membre d’un ordre honorifique sur lequel nous reviendrons sous peu. Le blanc se manifestant par le masque, on retrouve discrètement les couleurs de notre drapeau national.

Nous avons en outre l’habitude de rencontrer la posture présentée : c’est l’une de celles que nous prenons quand nous sommes assis et intéressés par une conversation. En termes plus savants, nous avons là une traduction kinesthésique (en gestes) de la fonction phatique (mise en relation communicationnelle). Par ailleurs, le col de chemise ouvert est habituellement associé à la décontraction (nous reviendrons sur ce col un peu plus tard), en opposition à la montre, associée aux impératifs sociaux de la ponctualité.

Le masque naso-buccal est quant à lui devenu un signe quotidien : on le voit partout, en raison de la récente pandémie. Il a fait et continue de faire l’objet de polémiques, qu’il s’agisse de l’absence de stocks pour les personnels soignants, de l’efficacité ou non des masques tissus ou non tissés… mais il reste conventionnellement associé à la protection. Du porteur et/ou de son entourage.

Passons enfin à la « secondéité » de l’image : en quoi chaque signe qui s’y manifeste témoigne de ce qui ne se trouve pas explicitement dans l’image, de quoi il est l’indice singulier, la trace, la conséquence hors de l’image.

Le col de chemise ouvert est ici conjugué avec un costume 2 pièces, signalant en contrepoint une absente : la cravate, pendant du traditionnel costume/cravate, évoquant l’usage social (tiercéité) de la libération, du relâchement.

L’image est une photographie. Elle témoigne déjà de la présence du photographe dont on ne sait rien (pas de crédit photo). Qui est-il ? Quel est son statut ? Un(e) professionnel(le) ? Un(e) sympathisant(e) ? Un(e) proche ? Le doute s’installe : l’attitude de décontraction serait-elle alors prise sur le vif ou artificiellement travaillée ? Dans un contexte d’élection, le côté travaillé et opérationnalisé du cliché peut légitimement prédominer l’interprétation, d’autant que le regard du photographié fixe l’appareil photo : du photographe hors-cadre, l’image bascule en vision subjective des spectateurs que nous sommes, hors-champ.

Le ruban rouge témoigne spécifiquement de l’appartenance de son porteur au grade de Chevalier de la Légion d’honneur, tentant ainsi de faire la preuve de 20 années minimum de « mérites éminents au service de la Nation », attestés par une institution prestigieuse qui lui a donc décerné ce ruban suivant des modalités dont le commun des mortels ne sait pourtant rien, et dont les descriptifs sommaires restent flous pour qui entreprend malgré tout de s’informer : décerné par le Ministère de la Santé pour 22 ans de services civils et d’activités sociales (M. Mergy, adversaire de M. Vastel, étant lui aussi décoré pour 22 ans de services dans la fonction publique). Ce ruban témoigne aussi de l’attachement du porteur aux signes ostentatoires de l’honneur. Car on peut avoir été honoré sans vouloir montrer qu’on l’a été. Un ruban apparent dont le dramaturge Georges Feydeau singeait déjà la superficialité risible, il y a un siècle, dans l’une de ses meilleures pièces.

Enfin le masque. Signe-trace qui rappelle la maladie contractée par son porteur et la médiatisation non négligeable consécutive au statut particulier du malade, politique ET médecin, croisement qui en fait selon les usages du milieu journalistique un « bon client » pour une « bonne histoire » dans un contexte de controverse politico-médical. Signe-trace qui rappelle aussi les masques « gratuitement » et abondamment distribués aux concitoyens en son nom. Signe-trace qui peut enfin mobiliser dans la bouche de ses opposants l’argument légitime – ou non – du « comportement contradictoire du Maire » face à la contamination.

A présent, rentrons dans le registre des récits implicites que peut produire la combinaison de l’ensemble de ces signes, ce que Barthes appelle « système de signification second » ou « connotation ».

Avec cette image, nous n’avons plus vraiment affaire avec un candidat. Nous faisons face à une figure amicale, voire paternelle, déjà méritante avant la pandémie, mais qui, durement touchée par la maladie, s’en est vaillamment sortie et a choisi de protéger ses administrés. La crise est toujours là, comme le rappelle le masque, mais ledit héros, déconfiné, reste apaisé dans une posture d’écoute, accessible et intéressé par les besoins de ses concitoyens dont il a su partager le destin et la souffrance. Sa montre suggérant peut-être, à qui surinterprète en imaginant le tictac, qu’il est à présent temps de voter pour lui…

Le dispositif sémiotique est, reconnaissons-le, très ingénieux. Peut-être ce storytelling est-il le fruit accidentel d’un moment de relâchement capturé, même si la densité sémiotique du cliché pourrait laisser à croire qu’il a été en partie travaillé. Cliché que le candidat lui-même a trouvé en tout cas assez séduisant pour le diffuser dans chaque foyer.

Et c’est bien là qu’est le problème.

En effet, dans la grande majorité des traditions éthiques ou morales, le « vertueux » n’exhibe jamais les signes de sa vertu. Car toute ostentation est ennemie de l’humilité et de la compassion. Elle n’est que mise en scène de ses propres démons, afin d’exercer une fascination, susciter la foi ou l’effroi. D’ailleurs dans le christianisme, dont la philosophie exerce toujours une influence – même profane – sur nombre de représentations contemporaines, seuls le Christ et ses saints révèlent leurs stigmates, signes de son sacrifice et de leur transfiguration dans et par la souffrance. Cette image autographe virant à l’image pieuse devient alors très embarrassante…

Bien sûr, je pourrais écrire sur la communication picturale du candidat Mergy, qui n’est pas moins artificielle mais reste dans les « canons » bien balisés de l’iconographie électorale, telle qu’elle s’est instituée depuis un demi-siècle. À l’exception peut-être de ces surprenants et risibles « santons » au dos du tract de second tour, M. Mergy tenant son téléphone comme un fétiche, debout jambes écartées, en costume lui-aussi relâché, seconde de liste sur une marche à ses côtés dans une pose – qu’on me pardonne l’expression – de « catalogue prêt-à-porter », et autres colistiers improbablement disséminés dans des postures figées, regards épars, certains tenant du bout des doigts… l’incontournable masque ! D’ailleurs, à titre personnel, je dois reconnaître n’être pas sûr que M. Mergy soit politiquement plus fiable que M. Vastel. Si l’image qu’il propose avait des qualités prophétiques, on pourrait ainsi s’inquiéter d’un immobilisme à venir, dû au manque de leadership et/ou de vision commune avec son équipe (critique qu’on lui a porté et dont il a cherché à se défaire).

Ce propos peut paraître superficiel, face aux nombreux arguments de terrain que peuvent déployer les uns et les autres. Mais dans le flou de toute campagne, je ne peux personnellement et malheureusement juger que sur ce que je connais. Et l’usage éthique de la communication est un de ces domaines.

Or donc, si à Fontenay comme ailleurs, des élus de droite comme de gauche se servent pareillement du masque comme plus-value politique, si à Fontenay comme ailleurs, les candidats et leurs supporters se balancent sans vergogne des noms d’oiseaux, pour moi, l’image de campagne de M. Vastel à Fontenay-aux-Roses, c’est le masque de trop, le stigmate indécent d’une communication politique sans pudeur, instrumentalisée à la limite de la démagogie.

Guillaume Laigle

PS : de manière sans doute présomptueuse, j’invite la lectrice, le lecteur, à suivre et étudier la circulation de ce billet et comment il est réapproprié. Car à n’en pas douter, par la sélection partielle et partiale, les ajouts et suppressions, la recontextualisation, le commentaire, bref toutes les transformations dont il fera peut-être l’objet (ce que le chercheur en sciences de l’information et de la communication Yves Jeanneret appelle « trivialité »),  il révélera en cette fin de campagne la créativité, l’intelligence mais aussi l’opportunisme et la mauvaise foi de tout électorat. Bonnes élections à toutes et tous.

Déconfinement à Fontenay aux Roses : nouvelles au 6 Mai 2020

Source : lettre du Maire du 4 Mai 

Les masques

La distribution de deux masques en tissu réutilisables dans toutes les boites aux lettres est programmée pour jeudi 7, vendredi 8 et samedi 9 mai prochain.

Une distribution gratuite sur rendez-vous d’un masque par personne suivra.  Pour cela, Il suffit de se connecter sur la plateforme numérique d’inscription et remplir le formulaire de demande. Vous recevrez ensuite un mail vous invitant à choisir votre point de distribution et un créneau horaire pour venir les récupérer.

Les services municipaux sécurisent leurs accueils

Un certain nombre d’aménagements sont nécessaires et en cours d’installation (vitres barrières, signalétique, aménagement des attentes…). Etat civil, pôle famille, service logement, maison de quartier seront à nouveau accessibles tandis qu’une partie du personnel poursuivra ses missions en télétravail.

15 mats de distribution et 25 distributeurs muraux de gel hydroalcoolique seront installés en ville et dans les équipements publics le 25 mai

Rentrée des crèches

Nos crèches rouvrent le 11 mai. Toutefois les contraintes sanitaires et les gestes barrières imposent de n’ouvrir qu’une partie des berceaux.

56 berceaux seront rouverts lundi, dans le strict respect des prescriptions sanitaires, et attribués selon les critères définis par le gouvernement.

=> Question : Comment sera fait le choix des berceaux concernés ?

Ecoles : Rentrée partielle

La rentrée se prépare activement. Une pré-rentrée sera organisée les 11 et 12 mai et ne concernera donc que les enseignants et le personnel.

Les enfants rentreront le 14 mai, et cette rentrée ne concernera que les grandes sections de maternelle, les CP et les CM2.

Une check-list importante de conditions sanitaires nous a été fournie par le ministère de l’Education nationale. Horaires décalés, groupes maximum de 15, circuits de déplacement à l’intérieur de l’établissement, procédures de désinfection, conditions de la restauration et des pauses, prises de température des élèves et des personnels avant leur arrivée à l’école…

Une réunion de travail a eu lieu avec les directeurs d’école. Dès le 5 Mai, nous échangerons avec les représentants des parents d’élèves, et samedi 9 mai à 11 heures une réunion publique d’information dématérialisée sera organisée en direct sur le site de la ville, avec la possibilité pour chacun de poser les questions qu’il souhaite par Facebook Live.

Si sur une école nous avons des doutes sur l’organisation retenue, je n’hésiterai pas à reporter la date de rentrée en vertu des pouvoirs de police du maire.

Certains commerces rouvriront

De nombreux commerces rouvriront leurs portes lundi.

Une distribution de masques papier pour les commerçants qui n’en disposeraient pas est organisée mercredi et jeudi. Demain, une e-conférence de la Chambre de commerce et d’industrie des Hauts-de-Seine est organisée pour les commerçants de Fontenay-aux-Roses, en lien avec l’association des commerçants.

Les discussions sont en cours avec la société qui gère le marché afin de préciser les modalités de réouverture de celui-ci. 

Communiqué de l’ensemble des listes de l’opposition municipale à Fontenay-aux-Roses, sur les conditions de la réouverture des écoles à partir du 11 mai.

Les 5 têtes de liste demandent la mise en place d’un comité de pilotage «écoles avec et malgré le risque Covid» co-présidé par le Maire et l’Inspectrice de l’éducation nationale et associant les élus de la majorité et de l’opposition, ainsi que l’ensemble des représentants des parents d’élèves.

Fontenay-aux-Roses, le 5 mai 2020

La réouverture des écoles à Fontenay doit faire l’objet d’une démarche collective associant tous les élus et les parents d’élèves

Suite à l’intervention du Premier ministre, il apparaît que chaque municipalité sera libre d’ouvrir (ou non) les écoles en fonction de son appréciation des réalités et des contraintes locales.

Nous savons que l’école est un cadre structurant pour l’enseignement et un repère pour les enfants, que le confinement peut être particulièrement pesant et que certaines familles seront immanquablement conduites à reprendre leurs activités dès le 11 mai prochain.

Nous pensons aussi qu’au regard des enjeux sanitaires et de santé publique et de la difficulté à faire respecter les gestes barrières notamment à l’école maternelle, que la question de la réouverture des écoles doit faire l’objet d’une analyse préalable approfondie.

En effet, la santé et la sécurité́ des enfants, de leurs familles, des enseignants, des animateurs, des agents municipaux et des agents de restauration, sont une priorité́. Tout doit donc être mis en œuvre matériellement et techniquement pour assurer leur santé et leur bien-être pendant les temps scolaire et périscolaire.

Nous avons interrogé le Maire le 4 mai lors d’une rencontre dématérialisée.

Concernant les conditions matérielles d’accueil, le rôle de la mairie est de fournir les moyens matériels, et les personnels d’accompagnement nécessaires. Le Maire estime que, pour un démarrage à effectifs réduits (un niveau sur 3 en maternelle, 2 niveaux sur 5 en élémentaire), la ville est prête. Le protocole de nettoyage (usage de produits ménagers adaptés), le matériel à disposition pour respecter les consignes, le respect des règles de distanciation sociale sont assurés. La cantine pourra fonctionner, la cuisine centrale étant restée active à petite échelle, ce qui permet de la faire remonter en puissance rapidement. Pour le moment, il n’y aura pas d’accueil périscolaire.

Concernant les enjeux éducatifs (conditions d’accueil, rythmes scolaires, scolarisation à distance, objectifs pédagogiques…), le Maire doit rencontrer les enseignants, l’Inspectrice de l’Education Nationale ce jour, et les parents d’élèves prochainement. Nous avons demandé à y être associés, ou tout au moins, à recevoir un compte-rendu de ces réunions.

Le Maire estime trop lourde dans l’immédiat une véritable concertation avec l’opposition. Il a aussi estimé que l’accueil de l’ensemble des enfants serait difficile, et la rentrée de septembre tout particulièrement.

C’est pourquoi nous proposons la mise en place d’un comité de pilotage «écoles avec et malgré le risque Covid» co-présidé par le Maire et Inspectrice de l’éducation nationale et associant les élus de la majorité et de l’opposition, ainsi que l’ensemble des représentants des parents d’élèves.

Ce comité de pilotage devra étudier les modalités de réouverture des écoles, en s’appuyant notamment sur les recommandations du Conseil scientifique COVID-19 et du Protocole sanitaire élaboré par le Ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse.

Nous demandons que ce comité de pilotage puisse arbitrer en connaissance de cause sur la base de la prise en compte des points suivants :

  • les conditions sanitaires d’accueil (protocole de nettoyage, matériel à disposition pour respecter les consignes, conditions de respect des règles de distanciation sociale, usage de produits ménagers adaptés, savon ou gel hydro-alcoolique pour nettoyage des mains des enfants, du personnel et éventuels tiers personnes, aération des locaux, intervention de salariés autres dans les enceintes des écoles pour livraison ou maintenance des locaux, mise à disposition de poubelles spécifiques COVID pour déchets ménagers éventuellement contaminés tel papier main, gants, masques, etc..) ;
  • les enjeux éducatifs (conditions d’accueil, rythmes scolaires, scolarisation à distance, objectifs pédagogiques…)
  • l’accueil, dans un premier temps, des enfants de personnels soignants, de policiers, de pompiers, d’enseignants, de parents qui travaillent depuis le début du confinement (caissières, éboueurs, conducteurs de bus, télétravail …), des enfants en difficulté, des enfants de parents séparés, des enfants dont les deux parents travaillent ou dont les deux parents sont forcés de travailler en présentiel sur leur lieu de travail
  • la prise en compte, pendant cette phase transitoire et progressive, de la situation des familles qui ne pourront pas mettre leurs enfants à l’école tant pour le maintien du chômage partiel que pour la poursuite de la scolarité à distance
  • les conditions matérielles de prise en charge des enfants dans les cantines scolaires (fourniture de panier repas ou confection de repas chauds individuels, roulement pour permettre distanciation sociale), et par l’accueil périscolaire (mise à disposition de salles municipales supplémentaires pour permettre distanciation sociale)
  • les incidences budgétaires à court et moyen terme. Nous demandons des engagements financiers supplémentaires pour la période actuelle et pour la rentrée de septembre qui pourrait s’organiser dans des conditions toutes aussi tendues.

Enfin, les conséquences du confinement ou des politiques de réduction des dépenses se font déjà sentir.

D’une part, les projets de fermeture de deux classes à la rentrée (école maternelle Scarron et école élémentaire des Renards) doivent être abandonnés.

D’autre part, de nombreux élèves sont actuellement en situation de décrochage scolaire et ont besoin d’un accompagnement et d’une aide accrue dès que possible.

Il faut renforcer le dispositif et les moyens matériels et financiers des RASED pour accompagner les élèves d’écoles maternelles et élémentaires en difficulté.

Des associations de la ville assurent avec l’aide de bénévoles du soutien scolaire. Il faudra donc que la municipalité puisse leur apporter un appui financier et logistique accru, notamment par la mise à disposition de salles en semaine et le week-end, d’outils pédagogiques.

Nous soutiendrons toute initiative allant dans le sens de davantage de moyens mis à la disposition de nos enfants, enseignants et bénévoles sur ces derniers points.

Contacts presse :

Gilles Mergy gilles.mergyfar@gmail.comUn temps d’avance pour Fontenay

Pascal Buchet buchetpascal@gmail.comFontenay avec vous

Suzanne Bourdet suzanne.bourdet@pourfontenay.frliste Associative Ecologique, Citoyenne Pour Fontenay

Céline Alvaro penserfontenay@gmail.comPenser Fontenay (liste sans étiquette)

Corine Schäfer-Bénétreau scorine@hotmail.frFontenay en commun

Lettre du Maire, Laurent Vastel aux Fontenaisiens – 27 avril 2020 et nos commentaires

Chères Fontenaisiennes, chers Fontenaisiens

160 000 masques ont été commandés pour notre ville, dont 80 000 masques tissus, par la mairie et aussi par le territoire, la région,  ainsi qu’une commande prévue par le département.

=> Commentaires :

  • Au Conseil Municipal, il a été dit que la ville avait commandé 40 000 masques en papier. Ils ne sont pas réutilisables
  • Seuls les masques en tissu seront réutilisables, après un lavage à 60 °C. certains fabricants disent qu’ils ne sont réutilisables après 5 lavages.

Certains Fontenaisiens n’ont pas attendu et fabriquent des masques individuellement, et ces masques sont bienvenus; l’association franco-vietnamienne AREBCO de concert avec la Blanchisserie «Le fer magique» ont fait don de 1000 masques à la commune, fabriqués au Vietnam, un grand merci à eux tous.

Le 11 mai, le port du masque sera sans doute obligatoire, au moins dans les transports en publics.

Les villes seront en première ligne pour leur achat et leur distribution. Dès début mars, nous avions anticipé et commandé 4000 masques. Cela nous a permis de fournir des masques à nos soignants de Fontenay-aux-Roses, médecins et infirmières, de protéger tous nos agents municipaux et de distribuer des masques à nos commerçants alors même que tous en manquaient.

Notre but est aujourd’hui de fournir gratuitement un masque tissu réutilisable à chaque Fontenaisien avant le 11 mai. Une première distribution sera faite dans les boites aux lettres.

Cette première dotation sera complétée par des distributions sur rendez-vous dont les modalités seront précisées dans le courrier d’accompagnement et sur le site de la ville.

Commentaires :

  • Actuellement, certains masques sont vendus en pharmacie, à un prix variant de 5 à 10 € le masque. La Grande Pharmacie, 40 rue Boucicaut le vends de 9 € pièce.
  • La Croix Rouge collecte les dons de masques en tissu :   Vous souhaitez faire un don de masques en tissu ? Vous pouvez les apporter jeudi 30 avril entre 14h et 17h à la Vestiboutique de la Croix-Rouge au Centre Commercial Scarron : 41, rue des Fauvettes. Ils seront distribués aux personnes isolées et vulnérables avec les Scouts de Fontenay-aux-Roses.

Fontenay-aux-Roses n’est pas un cluster. Le confinement est bien respecté dans Fontenay-aux-Roses et il faut nous en féliciter. Sur plus de 1200 contrôles la police municipale n’a eu à dresser que 25 PV. Nous n’avons pas observé sur mars et avril de surmortalité significative et le professionnalisme de nos maisons de retraite a permis de ne pas observer à ce jour de pic de mortalité chez nos aînés les plus fragiles.

Comme illustré lors du conseil municipal dématérialisé d’information du 23 avril, la mairie poursuit ses missions de service public. 180 agents sont en télétravail, le CCAS est particulièrement actif pour les plus isolés, le Centre municipal de santé offre des consultations généralistes et des téléconsultations, l’espace public est entretenu et le matériel urbain désinfecté 3 fois par semaine aux abords des files d’attente des magasins ouverts, l’accueil téléphonique et les services administratifs fonctionnent.

Un geste de solidarité alimentaire est prévu dans quelques jours. 

Le confinement majore les prix de certaines denrées de première nécessité, entraînant des difficultés pour nos concitoyens ayant de très faibles revenus, particulièrement pour ceux ayant des enfants. Ces difficultés sont augmentées par la fermeture actuelle de la cantine. Pour ces familles, la mairie organisera dans les jours qui viennent une distribution de colis alimentaires. Cette proposition de Madame Zinger, conseillère municipale communiste, a été approuvée unanimement au conseil, preuve que la crise sanitaire dépasse les clivages politiques.

Nous préparons la reprise de l’école et la sortie du confinement. Réouverture du marché, cantines, accueils de loisir, activités sportives… Nous travaillons en ayant à l’esprit la nécessaire protection sanitaire des Fontenaisiens et les gestes barrières. Car le 11 mai, l’épidémie ne sera pas finie.

Chaque jour, n’oubliez pas le Rendez-vous Flash-info sur le site de la ville à 14h30.

Commentaire : lien : https://www.fontenay-aux-roses.fr/flashinfocoronavirus

Bientôt cependant, la mort et la maladie qui sont liées au coronavirus seront derrière nous, et nous pourrons à nouveau profiter ensemble de notre belle ville. En attendant, prenez soin de vous et des autres en respectant strictement les règles du confinement jusqu’à la date fixée et en mettant, si possible, un masque pour sortir.

Laurent Vastel, votre Maire 

DEMANDE DE RÉUNION EXCEPTIONNELLE DU CONSEIL MUNICIPAL

Demande au Maire de Fontenay aux Roses.

« Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Elus, Chers collègues

Dans le cadre des ordonnances des 1er et 8 avril sur la continuité des services publics locaux, il est ouvert la possibilité, si au moins un cinquième des élus le demandent sur la base d’un ordre du jour déterminé, de réunir le conseil municipal dans un délai de 6 jours (la réunion pouvant se tenir de manière dématérialisée).

C’est la raison pour laquelle au nom de :

 Mmes Alvaro, Bordenave, Bourdet, Marazano, Sommier et Zinger

Et de MM Buchet, Cicérone, Faye, Fredouille , Gasselin, et de moi même

 Je demande donc une réunion exceptionnelle du conseil municipal de Fontenay-aux-Roses sur la base de l’ordre du jour repris ci-dessous

ORDRE DU JOUR

Situation générale de la ville

- Bilan de l’activité des agents municipaux et présentation du plan de continuité d’activité des services municipaux et (quels services, quelles mesures de protection, quelle compensation financière…)

- Présentation de la Situation sanitaire de la ville à date et mesures envisagées par la ville (tests, distributions de masques..)

- Missions et rôle de la cellule de crise

Action sociale – solidarité

- Conséquences sociales et présentation des mesures mises en place pour accompagner les publics spécifiques les plus fragiles (seniors, personnes démunies,…)

- Quelles mesures en particulier de soutien et d’ accompagnement des personnes qui devront rester isolées du fait du leur âge notamment et qui jusqu’à ce jour n’ont jamais eu besoin des services de la mairie : la mairie pourra-t-elle absorber ces nouvelles demandes ?

- Démarches de la ville pour demander l’étalement des loyers perçus par les bailleurs sociaux et dans quelles conditions

- Rôle spécifique de l’agent en charge de la gestion urbaine de proximité dans cette période de confinement

 Crèches –Ecoles – centre de loisirs- cuisine centrale

- Conditions d’accueil prévues à compter du 11 mai (distribution de masques, mesures barrières…)
- Si l’école ne reprend que progressivement comment seront assurés les services aux fontenaisiens si des agents doivent encore rester à domicile pour garde d’enfants ?

- Quelle sera la capacité de production de la cuisine centrale à la reprise du 11 mai et quid de la distanciation sociale dans l’espace de travail des agents qui pourrait conduire à une plus faible production. Quid du fournisseur et de ses capacités de livraison… ?

- En ce qui concerne les inscriptions à la cantine : des familles qui n’y ont pas eu recours pourront-elles inscrire leurs enfants pour la fin de l’année (pour tenir comptedes  nouvelles organisations de travail et familiale?

Club Pré ados et Maison de quartier

- Modalités de réouverture à compter du 11 mai

Commerces

- Plan de soutien mis en place pour les commerçants (livraison à domicile, étalement des loyers…)

- Conditions de réouverture de la halle alimentaire
Finances

- Impact budgétaire prévisible et modalités de prise en compte (DM, budget rectificatif)

- Conditions de préparation du budget primitif 2020
Démocratie – participation citoyenne 

-Réunion hebdomadaire des élus pour échanger sur la situation et permettre l’échange d’information et leur relai

- Information précise et régulière sur la gouvernance à venir avec le report des élections

Territoire

-Information sur les décisions prises par le Territoire depuis la mise en œuvre du confinement

Divers 

- Décisions à prendre par les différents EPA  concernant les abonnements et les adhésions annuelles

- Remise en service du Petit Fontenaisien

- Quelle mobilisation transversale des associations pour œuvrer dans cette reprise : appel large aux bénévoles (avec les contraintes spécifiques sur les bénévoles agés)

***

Cette demande étant portée par plus d’un cinquième des élus du Conseil municipal, elle est donc de plein droit.

Je vous remercie de bien vouloir nous indiquer par retour de mel la date de réunion qui sera fixée.

Avec mes plus cordiales salutations, »

Gilles MERGY

Pourquoi la solution du « Drive » avec les commerçants du marché est refusée par le Maire de Fontenay ?

Qu’est-ce qu’un « Drive », comment fonctionne-t-il ?

Commande par les clients, par téléphone ou mail au commerçant concerné, les clients venant chercher  (à pied , en vélo ou en voiture) leur commande à un endroit donné,  à une date et une plage horaire précisée par le commerçant (par exemple le jeudi ou le samedi, de 9h à 12h). Les camions des commerçants doivent être autorisés par la Mairie au moment des livraisons.

En existe-t-il ailleurs ?

Il en existe organisés par des super-marchés. Les commandes se font sur le site du magasin et on choisit le lieu et l’heure de livraison.

Pour les marchés, cela existe par exemple à Plessis-Robinsonhttp://www.plessis-robinson.com/service-drive-au-marche.html où tous les commerces sont représentés.

A Sceaux, la mairie a mis en place aussi un driving et des livraisons à domicile avec de nombreux commerçants du marché : https://www.sceaux.fr/les-marches-et-les-commerces

Quelles étaient les nouvelles mesures du gouvernement pour les marchés ?

Un nouveau “protocole sanitaire des marchés locaux” a en effet été publié par le ministère de l’Economie le 27 Mars. Le texte détaille “les manières d’éviter que les gens soient collés les uns aux autres, les étals trop proches, etc.”, explique Sébastien Windsor, président des chambres d’Agriculture de France.

En outre, les producteurs qui ont des fichiers clients sont invités “à prendre et préparer les commandes en amont, sur le modèle des drive, pour restreindre au maximum le temps de présence des gens sur le marché”,

Comment cette initiative aurait pu fonctionner à Fontenay ?

Pour que cette initiative ait pu fonctionner, il fallait l’accord de la Préfecture des Hauts de Seine et que la mise en oeuvre soit faite par la ville.

A l’origine de cette initiative, il y avait l’équipe de Gilles Mergy, conseiller municipal d’opposition et tête de liste pour les municipales. Cette initiative avait reçu un soutien des commerçants du marché et de très nombreux Fontenaisiens mais aussi relayée par plusieurs associations.

Le 31 Mars, la Préfecture des Hauts de Seine avait  fait savoir qu’elle n’avait aucune objection dès lors que les mesures sanitaires étaient respectées. (voir article précédent)

Mais jeudi 2 avril, le maire Laurent Vastel a signé un arrêté pour interdire toute vente sur l’espace public communal.

Texte de l’arrêté : 

Artlcle 1 : Les marchés, couverts ou non et quel qu’en soit l’objet, sont interdits par décret. Cette interdiction comprend toutes prestations, sur le territoire de la Commune, ayant pour objet la distribution de denrées dans les espaces publics.

Qui va subir cette situation ?

Pertes d’exploitation pour les commerçants et les producteurs locaux

Pour certains commerçants, leur seuls points de vente sont des marchés. Ils en font plusieurs dans la semaine dans des communes voisines.

Sans la vente directe, les producteurs locaux auront du mal à écouler leur produits et les stocks s’accumuleront. Ils ne peuvent pas organiser une vente à domicile.

Est-ce que les livraisons par les commerçants du marché ont été mises en place ?

Oui, mais pour un nombre restreint :

  • BILAL : Fruits & Légumes
  • OUENICH : Fruits & Légumes
  • AUBRY : Volailles
  • WANNES : Fruits & Légumes
  • BROSSE : Poissons
  • DA COSTA : Fruits & Légumes
  • GILQUIN : fromager
  • LE LITTORAL : traiteur grec
  • TRAITEUR DU SUD : Traiteur
Les producteurs de Saulx les Chartreux ne peuvent pas faire de livraison.
Il manque aussi des bouchers, charcutiers.
En temps normal, il existe 3 bouchers, 2 charcutiers, 2 fromagers, 3 poissonniers, 5 ou 6 fruits et légumes, 2 volaillers, d’autres traiteurs.
Les livraisons se font-elles gratuitement ?
Il faut souvent un minimum d’achat pour qu’elles soient gratuites (20 à 40 €), mais pour certains elles sont gratuites.
Pour télécharger la liste complète des commerces ouverts avec les N° de Tél et les horaires, les commerçants qui livrent, y compris les restaurants  : Listing_commerces_MAJ_02042020

Coronavirus : Laurent Vastel, le maire de Fontenay-aux-Roses, est sorti de l’hôpital

Lettre du Maire, Laurent Vastel aux Fontenaisiens – 2 avril 2020

Source : Site de la ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/15-3684/fiche/lettre-du-maire-laurent-vastel-aux-fontenaisiens-2-avril-2020.htm

Chers concitoyens Fontenaisiens,

Je suis sorti le 1er avril de l’hôpital Percy pour rentrer à mon domicile. Je tiens à vous remercier pour les innombrables messages de sympathie et de soutien que vous m’avez adressés et qui m’ont aidé à traverser cette lourde épreuve pour mes proches et pour moi-même.

Je pense très fort à ceux qui n’ont pas eu encore cette chance et qui luttent contre l’infection. Je leur souhaite un rétablissement rapide. Je pense particulièrement à Roger Lhoste, notre premier maire adjoint et à l’époux de Claudine Antonucci, conseillère municipale, toujours en réanimation.
Quant à moi, fatigué et amaigri, en isolement pour quelques jours encore, j’ai pu reprendre en partie mes activités de maire dans le respect strict du confinement.

La période de deux semaines qui s’ouvre est primordiale.
La circulation du virus est maximale et nos hôpitaux sont en saturation.
Le strict respect des règles du confinement s’impose plus que jamais à nous pour protéger les plus âgés et les plus fragiles, mais aussi tous nos proches, puisque l’actualité récente a montré de jeunes victimes et afin que les malades puissent bénéficier de soins optimums.

Dans ce difficile contexte, la mairie assume ses missions grâce à l’engagement quotidien des agents communaux à qui je souhaite rendre un hommage appuyé pour leur action au service de l’intérêt général.
Merci à toutes celles et ceux qui dans l’ombre, avec humilité et un grand professionnalisme oeuvrent au service des Fontenaisiens.

A bientôt dans Fontenay-aux-Roses, dès que nous serons sortis de cette difficile période.  Pour l’instant faites attention à vous et à ceux que vous aimez, restez chez vous.

Laurent Vastel, votre maire

Autre Sources : Le Parisien du 2 Avril : Laurent Vastel, le maire de Fontenay-aux-Roses, est sorti de l’hôpital

Coronavirus : le maire de Fontenay-aux-Roses, Laurent Vastel et son premier adjoint, Roger Lhoste toujours dans un état sérieux

Source : http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/covid-19-l-etat-de-sante-du-maire-de-fontenay-aux-roses-et-de-son-premier-adjoint-demeure-preoccupant-27-03-2020-8289606.php#xtor=EREC-1481423605-[NL92]—${_id_connect_hash}@1

Depuis leur hospitalisation dimanche 22 mars, Laurent Vastel et Roger Lhoste se livrent à un combat au jour le jour contre le Covid 19. Le maire (UDI) de Fontenay-aux-Roses et son premier adjoint ont été contaminés par ce virus, comme plusieurs autres élus de la majorité et de l’opposition, tous confinés à leur domicile.

Dans une lettre adressée aux Fontenaisiens datée du 25 mars, le maire Laurent Vastel indique que ses poumons vont « mieux ». Malgré tout, son état nécessite toujours la plus grande vigilance du corps médical, selon Cécile, sa compagne.

« Il va mieux qu’à son arrivée, c’est certain, et son état est stabilisé, explique-t-elle. Mais il n’est toujours pas autonome dans son apport en oxygène. Quand il est sous assistance respiratoire il respire bien, mais dès qu’on retire l’apport en oxygène, c’est plus compliqué. »

Leur fils de 3 ans, contaminé aussi, va mieux

Une situation évidemment éprouvante pour elle. « L’attente est longue car on ne voit jamais le bout, reprend-elle. Cet effet yoyo est difficile pour nous, les proches. Il devait avoir une radio des poumons ce vendredi mais il y a eu beaucoup de nouvelles arrivées à Percy (l’hôpital où Laurent Vastel est hospitalisé) et la priorité est donnée aux patients en urgence respiratoire. Laurent espérait pouvoir sortir ce week-end mais il est toujours dépendant en oxygène… Il est en train d’évacuer le virus et on espère que l’issue sera positive. »

Positive, comme l’issue de la maladie de leur enfant de trois ans, lui aussi porteur du virus. « Il ne lui reste plus que la toux pour une dizaine de jours encore selon les médecins, mais il va beaucoup mieux. On a eu peur et ses quintes de toux sont encore impressionnantes mais c’est positif. »

«Il sait à quoi il fait face»

Dans sa dernière lettre, Laurent Vastel évoque le cas de « certains rentrés le même jour » que lui à l’hôpital. Une référence à son premier adjoint, Roger Lhoste, hospitalisé dans une clinique d’Antony. L’élu de 74 ans a été placé en assistance respiratoire ce vendredi matin ainsi que dans un coma artificiel après qu’un de ses poumons a été sévèrement touché par l’infection.

« Mon père se bat contre une maladie comme des dizaines de milliers de personnes et c’est quelque chose d’assez compliqué, témoigne son fils Jérôme. Nous, sa famille, sommes confiants car mon père était en bonne santé générale avant la maladie. L’équipe médicale est très investie et nous donne des nouvelles deux fois par jour. Ils ont la décence de nous dire qu’ils se battent contre une maladie inconnue. »

Malgré tout, il souhaite rester optimiste quant au rétablissement de son père. « Comme tous les patients atteints du Covid 19, quand la maladie touche un organe comme le poumon, le pronostic vital est engagé mais nous n’avons aucune raison de penser que l’issue sera dramatique. Les médecins nous ont préparé aux deux éventualités. Finalement c’est un combat qui ressemble presque à un combat politique. C’est celui d’un homme face à la maladie. Je l’ai eu au téléphone quelques heures avant que son état se dégrade et il sait à quoi il fait face. »

 

Lettre du Maire, Laurent Vastel, dont la santé s’améliore, aux Fontenaisiens – 25 mars 2020

Source : https://www.fontenay-aux-roses.fr/15-3684/fiche/lettre-du-maire-laurent-vastel-aux-fontenaisiens-22-mars-2020.htm

25 mars 2020

Chères Fontenaisiennes, Chers Fontenaisiens

Les bons soins de l’hôpital Percy me permettent ce jour de vous donner de mes nouvelles. Elles sont meilleures et mes poumons fonctionnent de mieux en mieux.
Certains rentrés le même jour que moi à l’hôpital n’ont pas eu cette chance et je pense à ceux qui luttent encore en réanimation.

J’ai été immensément touché par l’ensemble des messages que j’ai reçu.
De vous Fontenaisiens, des personnels communaux, du personnel politique municipal, départemental et des villes voisines.
Tous m’ont fait chaud au cœur et ont sans nul doute accru ma résistance à l’épreuve.

J’espère pouvoir désormais rapidement  retourner à Fontenay-aux-Roses auprès de vous, pour faire face ensemble à cette tragédie sanitaire qui est encore devant nous.

Respectez les mesures de confinement, restez chez vous pour vous protéger et protéger ceux que vous aimez.

Bien à vous
Votre Maire Laurent Vastel

Le Maire, Laurent Vastel, hospitalisé pour une détresse respiratoire suite au coronavirus, s’adresse aux Fontenaisiens

Source : https://www.fontenay-aux-roses.fr/15-3684/fiche/lettre-du-maire-laurent-vastel-aux-fontenaisiens-22-mars-2020.htm

Fontenay-aux-Roses dimanche 22 mars

Chères Fontenaisiennes, chers Fontenaisiens, bonjour à tous,

Je vous écris depuis l’hôpital Percy où je suis hospitalisé pour une détresse respiratoire suite au coronavirus.
Dimanche soir dernier, j’ai ressenti une grande fatigue, assez légitime à la suite d’une campagne éprouvante, dès le lendemain, l’agueusie et la fièvre se sont installées.

Malgré cela, grâce à l’engagement exemplaire de l’administration municipale en coopération avec les élus de la majorité, j’ai pu mettre en place à distance avec le Directeur Général des Services, l’ensemble des services publics indispensables à la continuité de la vie de notre Ville : la continuité des accueils au Centre Municipal de Santé, l’aide et le portage des repas pour les plus faibles, la continuité administrative des services d’état civil, des écoles et crèches, notamment l’accueil des enfants des personnels soignants et la Police municipale. Le ramassage des ordures est géré de concert avec le territoire Vallée Sud- Grand Paris afin que la continuité soit assurée.

Le coronavirus Covid-19 n’est pas une simple grippe, il s’agit d’un virus extrêmement violent capable de mettre à terre les plus résistants. Aussi, en tant que médecin et moi-même malade, je vous en conjure, pour vous, pour ceux que vous aimez comme pour l’ensemble des Fontenaisiens : restez chez vous. Limitez vos sorties au strict minimum, ne retrouvez pas vos amis même dehors. Prenez des nouvelles téléphoniques de vos anciens.

Ensemble, nous surmonterons cette épreuve, et imaginerons un avenir meilleur.

A bientôt,
Votre Maire, Laurent Vastel